Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Edmond Michelet (1899-1970) et l’Église

 | 
Nicole Lemaitre

Prises de parole

Optimisme. 1935

Texte intégral

1Edmond Michelet a exercé des responsabilités au sein de la Jeunesse catholique corrézienne. Dans ce texte, il exalte l’optimisme, notion fréquemment évoquée dans les mouvements de jeunesse de l’entre-deux-guerres, et associée à un volontarisme de l’action, dont le texte ci-dessous livre quelques clés.

2Oui, je sais. Il peut sembler à beaucoup amèrement ironique de chanter l’optimisme en cette triste fin d’hiver 1935. Certes, notre cher président général Debray n’avait pas tort de déclarer naguère, au dernier Conseil Régional de Toulouse, qu’il n’était pas difficile, aujourd’hui, de s’attirer à peu de frais l’adhésion unanime et justifiée de foules immenses. Un simple exposé des multiples raisons d’alarmes et de découragement, qui surgissent de tous côtés, y suffit amplement, hélas !

3Et si par surcroît, l’orateur est assez pathétique pour susciter les passions de son auditoire, il recueillera sans peine, que ce soit à droite ou à gauche, d’analogues et frénétiques applaudissements, avant-coureurs de violences et de haines, au simple exposé qu’il aura fait des douloureux problèmes de l’heure présente.

4Comment peut-on rester optimiste devant un tel spectacle ? Mais, simplement, en restant nous-mêmes. En conservant au cœur l’esprit chrétien. En gardant l’Espérance, « cette petite fille qui traversera les mondes » comme le chantait le grand Péguy en un poème dont il faudrait recommander la lecture et la méditation à tous nos amis :

Quelle ne faut-il pas que soit ma grâce et la force de ma grâce pour que cette petite fille espérance, vacillante au souffle du péché, tremblante à tous les vents, anxieuse au moindre souffle,
Soit aussi invariable, se tienne aussi fidèle, aussi droite, aussi pure…
Que cette petite flamme du sanctuaire
Qui brûle éternellement dans la lampe fidèle.

5Regardons autour de nous. Notre époque n’est pas seulement incertaine et douloureuse. À de nombreux indices, ne semble-t-il pas qu’elle reproduit les premiers âges de la chrétienté – époque, comme celle-ci, de « questions posées » et de troubles, mais époque aussi de grande espérance ?

6J’en appelle ici à tous ces jeunes qui se lèvent ici et là, partout, dans tous les milieux, pour participer à cette magnifique aventure qu’est la rechristianisation de notre vieux monde sans âme.

7Sans quitter notre modeste Union corrézienne, ne sentez-vous pas, amis jacistes, qui travaillez de si bon cœur à nous refaire des campagnes chrétiennes, qu’il souffle un « printemps chrétien » (ah ! la belle expression et que j’aime un peu plus le Père Doncœur de l’avoir inventée !).

8Et vous, jocistes de Brive et d’Uzerche, – demain, de Tulle, d’Ussel et d’ailleurs, qui voulez rendre au Christ vos frères de travail, n’avez-vous pas l’impression que votre apostolat de chaque jour est autrement exaltant que les luttes de classes auxquelles vous convient ceux pour qui la violence doit remplacer la charité ?

9Scouts, qui faites revivre, en notre siècle de machine, des gestes de vitrail ; jecistes, qui prenez conscience de vos responsabilités de demain et qui, en l’attendant ce demain, pour beaucoup d’entre vous plein d’incertitudes, voulez rayonner de la lumière rayonnante du Maître, dans vos collèges et vos familles, dites-moi, ne vous semble-t-il pas que la partie que nous avons entreprise est belle – et qu’à tout prendre, nous avons le droit de chanter l’optimisme ?

10La Jeune Corrèze catholique, organe mensuel des groupes de la jeunesse catholique
Février 1935

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540