Version classiqueVersion mobile

Écritures fantastiques allemandes

 | 
Jean-Jacques Pollet

Avant-propos

Texte intégral

1Les lettres allemandes, terre d’élection du fantastique ? Sans doute, mais à la condition de réviser un cliché tenace, qui remonte à la fascination déclarée de Mme de Staël pour les brumes rhénanes et les ruines gothiques. Certes, il faut reconnaître à E.T.A. Hoffmann, et plus généralement au romantisme allemand, une forme de paternité dans la constitution d’un modèle du genre, revendiqué d’ailleurs par toute la génération de 1830 des conteurs français. Mais il n’y a pas un modèle unique d’écriture fantastique. La structure narrative de base – quelque chose se produit qui, en principe, ne peut pas et/ou ne doit pas se produire – ouvre de multiples variations, dans la forme autant que dans le fond. La littérature allemande, au cours des XIXe et XXe, a joué avec prédilection de cette diversité, chaque époque investissant le genre avec des fortunes diverses, selon ses propres enjeux, ses propres valeurs.

2Le présent volume, qui rassemble articles et contributions publiés au fil d’une recherche de plusieurs années, souvent disséminés au gré des espaces de publication liés à telle ou telle manifestation scientifique, se donne pour objet d’éclairer, sans prétention d’exhaustivité, les permanences, ruptures et hybridations du genre, sur la période considérée.

3La première partie fait évidemment retour sur l’héritage hoffmannien (Chapitre 1 à 6). La lecture des Contes nocturnes et autres textes repères tend à saisir la spécificité d’un fantastique fondé sur la réciprocité entre le réel et l’imaginaire, entre la vie et la création, c’est-à-dire qui refuse de trancher quant à la primauté de l’un ou de l’autre, quant à leur priorité respective pour dire l’individu et le monde.

4La seconde partie se concentre sur la période « entre Décadence et Grande Guerre » (Chapitre 7 à 14). Le contexte culturel du Décadentisme, au tournant du XXe siècle, favorise un renouveau du fantastique qui, après son apogée romantique, semble tomber en désuétude dans la seconde partie du siècle précédent (à l’exception notable de Theodor Storm). Il s’agit de faire pièce au naturalisme triomphant, de saper les certitudes positivistes, de battre en brèche toute esthétique inféodée à la Mimesis. On fera feu de tout bois (du grotesque au frénétique, à l’exotisme, à l’orientalisme, etc.), pour relever la platitude du quotidien, échapper à la banalité du réel, en faisant reconnaître « l’invisible », qui correspond davantage à un parti-pris esthétique qu’à une revendication métaphysique (à la différence de la dimension du rêve selon les fantastiqueurs romantiques, l’invisible n’est pas réservé ici aux âmes pures !). On peut se fiancer avec le Diable rien que pour l’amour de l’Art, se damner au nom de la Beauté. La Grande Guerre va naturellement congédier ces démiurgies aristocratiques. Les esthètes pervers cèdent la place aux marionnettes mues par des forces qui les emportent et les dépassent. Vient le temps des apocalypses, plus ou moins consolantes selon qu’elles portent encore promesse de salut individuel.

5La troisième partie pose la question d’un « fantastique pragois » (Chapitre 15 à 22), à travers deux écrivains profondément imprégnés par l’atmosphère étrange du vieux Prague légendaire, Gustav Meyrink et Léo Perutz. Même s’ils demeurent profondément différents l’un de l’autre (le second se défendait d’ailleurs d’appartenir à la même famille que le premier), voici deux écrivains de la fatalité, qui exploitent le thème de la légende vérifiée. La différence tient à ce que le roman meyrinkien s’adosse encore à une pensée mythique, tandis que le récit pérutzien sécularise en quelque sorte le fantastique.

6La quatrième partie est consacrée aux « Récits de l’après » (Chapitre 23 à 27), illustrés par Alexander Lernet-Holenia et Friedrich Georg Jünger. L’un et l’autre utilisent le code fantastique en quelque sorte au second degré non pas pour le parodier, mais tel une forme assumée comme anachronique qui, paradoxalement, leur paraît pertinente pour traduire le désarroi du sujet dans l’époque présente.

© Artois Presses Université, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search