Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Edmond Michelet (1899-1970) et l’Église

 | 
Nicole Lemaitre

II. Un chrétien dans le monde

Edmond Michelet et la formation de chrétiens conscients

Pascal Bousseyroux

Texte intégral

  • 1 Chanoine Pierre Tiberghien, Pour servir, Paris, Editions de la J.I.C.F, 1936, p. 12, Brive, CEM, 5 (...)

1Dans ses archives de jeune militant catholique, Edmond Michelet a conservé une brochure d’apostolat intitulée Pour servir, due à la plume du chanoine Tiberghien. Pour le religieux, « on parle souvent, dans les milieux socialistes de l’ouvrier conscient et organisé. Pourquoi ne pas reprendre pour notre usage cette formule nette et concrète et dire que le militant d’Action Catholique, c’est le catholique conscient et organisé ? »1. Michelet apporte la réponse de son existence de chrétien, conscient de sa foi, organisé dans sa promotion et sa défense. Tôt engagé dans les mouvements de jeunesse catholique, il s’implique dans les cercles d’éducation populaire, donc dans la formation des esprits. Il s’agit de faire œuvre d’apostolat, de réarmer la foi des croyants, de les préparer à l’action dans la société. Michelet découvre l’importance de la responsabilité individuelle des chrétiens, à proportion de leur rôle social, qui ouvre dans l’Église un espace nouveau aux laïcs. Ceux-ci accèdent à une autonomie de pensée et d’action, dans un temps traversé par les épreuves et gagné par la sécularisation.

  • 2 Edmond Michelet, « Église du forum ou des catacombes », Nouvelle Frontière, mai-juin 1965, p. 2-8.

2Le souci de la formation chrétienne est affaire personnelle chez Michelet, qui s’est forgé sa propre culture. La formation relève ensuite d’une démarche collective, portée par les exigences de la transmission et de l’engagement. Michelet mesure alors l’écart entre ce qu’il appelle « une Église des catacombes » et une « Église du forum », une « Église enseignée » et une « Église enseignante » et se situe dans le droit fil d’un catholicisme intégral, qui aspire à une rechristianisation de la société2. Militant plus qu’éducateur, homme d’action plus que de spéculation, homme de pouvoir plus que d’influence, il se détermine « en chrétien » et « en tant que chrétien », selon la célèbre et subtile distinction de Jacques Maritain. Là réside la cohérence des positionnements de Michelet, au prix d’une certaine tension entre l’affirmation de la conscience individuelle du chrétien et l’appartenance à l’Église. Michelet peut être successivement un militant, acteur de l’apostolat catholique, un résistant, témoin de la foi à l’épreuve, et un politique, sentinelle des valeurs chrétiennes.

Militant, acteur de l’éducation catholique

3Durant toute son existence, Michelet reste fidèle aux souvenirs de sa jeunesse militante investie dans l’Action Catholique. C’est un cadre précieux de formation personnelle et d’engagement social, qui le conduit, via l’Action Française, l’ACJF et les Équipes Sociales, à s’interroger sur les ressorts de l’engagement du chrétien.

Une découverte : la jeunesse catholique

4Son engagement commence par une évolution intellectuelle et spirituelle qui infléchit son itinéraire initial. Ancré d’abord à l’Action Française, Michelet en lit le journal éponyme et distribue des exemplaires à ses camarades de garnison. Il découvre aussi, vers 1925, les œuvres de Charles Maurras.

  • 3 Brive, CEM, 5 EM 44, discours au vicaire de Saint-Sernin, 21 février 1924.

5Presque simultanément, poussé par le vicaire de sa paroisse, il entre à l’ACJF. « Les heures douces du cercle d’études de Saint-Sernin de Brive où l’ACJF [lui] fut révélée »3 (sic) marquent fortement le jeune homme, qui va prendre ses distances avec l’Action Française. Par la suite, il ne cessera de justifier son éloignement de l’Action Française, à laquelle, malgré la condamnation pontificale de 1926, il continue à cotiser jusqu’en 1928, comme si cette double filiation ne constituait pas a priori une contradiction. Ne lit-il pas tout uniment des titres très maurrassiens, comme le quotidien L’Écho de Paris ou la prestigieuse Revue Universelle, et des publications plus neutres, telle la dominicaine Revue des Jeunes ?

  • 4 Brive, CEM, 4 EM 1138, « Le catholicisme français à l’égard du national-socialisme », discours au (...)
  • 5 Brive, CEM, 4 EM 1194, lettre à Louis Salleron, 31 janvier 1965, et 4 EM 1326, toast aux amis de F (...)

6Ce sens de la dualité ne saurait surprendre chez un péguyste averti comme Michelet, qui connaît si bien l’œuvre du poète de Chartres, son socialisme, sa conversion chrétienne, son nationalisme, sa fin héroïque et son « opposition au monde moderne ». Sa bibliothèque en témoigne, au vu des nombreux titres qui concernent de près ou de loin Péguy. Michelet reprend la célèbre formule sur « les deux vocations de la France : vocation de chrétienté et de liberté ». Il tente, entre le nationalisme intégral maurrassien et le socialisme, de frayer la voie à un nationalisme ouvert. Il refuse le mépris de la papauté, l’anti germanisme de l’Action Française et son antisémitisme4. Mais à 40 ans de distance, il s’en tient à une chronologie assez convenue, en écrivant : « J’ai suivi Maritain et ai décroché avec lui de l’Action Française en 26. Et depuis lors, je ne l’ai guère quitté ». Il invoquera également l’exemple de Francisque Gay, venu lui aussi à l’ACJF5.

7Michelet découvre l’histoire de l’ACJF et, dans ses conférences, en rappelle les étapes pour mieux s’y rattacher. L’ACJF développe en outre une spiritualité de l’amitié, très répandue au lendemain de la Grande Guerre dans les milieux catholiques. Cette notion, aux origines antiques et médiévales, est un substitut neutre de la charité, prolongeant la fraternité des tranchées. Elle séduit Michelet, assez loin des antagonismes de classe, à travers sa profession ou son quotidien de citadin d’une ville au tissu industriel réduit. De plus, la résonance positive du mot annonce un apostolat par et dans la jeunesse qui est l’une des grandes causes catholiques des années 1920.

  • 6 Brive, CEM, 5 EM 12, allocution d’accueil à A. Rousseaux, 17 juin 1941.

8L’ACJF emploie des méthodes résumées par sa devise : « piété, étude, action ». De plus, l’organisation structurée de l’ACJF convient au caractère méthodique de Michelet, de même que son sens de l’ouverture illustré par la naissance de la JOC, de la JEC et de la JAC. Refusant les inquiétudes nées d’une diversité qui a parfois tourné à la rivalité, Michelet y voit au contraire une richesse : « Il ne faut pas que cette multiplicité surprenne. Unis dans la diversité, c’est là un des traits caractéristiques de notre pays »6.

  • 7 Brive, CEM, 5 EM 4-6, rapport du 20 mai 1931.
  • 8 Ibid.
  • 9 Brive, CEM, 5 EM 8, conférence sans date, février-mars 1937.

9Rien ne le garantit mieux que le caractère laïc de l’ACJF, essentiel pour Michelet. « Perdons l’habitude paresseuse et au surplus absolument contraire à l’esprit de l’association de laisser tout faire par l’aumônier. L’ACJF est, ne l’oublions pas, une association de laïques, dirigée par des laïques et conseillée par des prêtres »7. Il reprend comme une antienne le mot de Pie X, fondateur de la première Action Catholique censée reconquérir de l’intérieur la société, sur la nécessité d’avoir dans chaque paroisse un groupe de laïcs « éclairés, résolus, intrépides, vraiment apôtres »8. Reste à déterminer la ligne de partage : l’autonomie accordée aux laïcs dépend de l’ecclésiastique ; Michelet, lui, veut voir en lui un accompagnateur. « Qu’est-ce qu’un Chrétien ? Voulez-vous, Messieurs, que nous commentions entre laïques, nous en avons bien le droit, nous sommes d’Église autant que ces messieurs du clergé ? »9. Son caractère ombrageux l’amène à quitter en août 1934 la présidence de la Jeunesse Catholique corrézienne pour s’impliquer dans les Équipes Sociales de Robert Garric.

Une priorité : les Équipes Sociales

  • 10 Pascal Bousseyroux, « Edmond Michelet et les Équipes Sociales de Robert Garric », dans Nicole Lema (...)
  • 11 Le livre n’est pas paru. Georges Lamirand, Le rôle social de l’ingénieur, Paris, Desclée et Cie, 1 (...)

10Cette option représente un choix essentiel. Michelet prend la tête de la première Équipe Sociale à Brive en 1932 et en consolide les activités10. Lorsque le fondateur des Équipes, Garric, fait la connaissance de Michelet, un courant de sympathie s’installe aussitôt entre les deux hommes. Il a survécu à leurs divergences pendant la seconde guerre mondiale. Michelet noue d’autres amitiés avec divers responsables nationaux des Équipes, dont certains deviendront des compagnons de toute une existence. Au premier rang figure Roger Dumaine, normalien et chef d’Équipe à Arcueil, venu effectuer son service militaire à Brive et entré dans l’Équipe Sociale. Il a été le confident de Michelet et a dirigé à plusieurs reprises ses cabinets ministériels. Dans son sillage, le normalien et philosophe Étienne Borne comptera parmi les équipiers proches, malgré certains désaccords ultérieurs sur les relations entre le RPF et le MRP. Sur le plan politique, Michelet côtoie l’équipier Henri Lespès, coordinateur des Équipes Sociales de province et futur député de la Seine-et-Marne. De même, le médecin Louis Christiaens, futur grand patron de CHU à Lille, lui fait découvrir son projet de livre sur Le Rôle social du médecin, écho d’un titre célèbre sur Le rôle social de l’ingénieur, écrit par Georges Lamirand11. Celui-ci, équipier et disciple de Lyautey, devint secrétaire général de la jeunesse sous Vichy. Après un long éloignement accentué par l’implication de son gendre dans l’attentat du Petit-Clamart contre de Gaulle, il a renoué avec Michelet, sous les auspices du souvenir des Équipes.

  • 12 Pascal Bousseyroux, Edmond Michelet, op. cit., p. 43.
  • 13 Ibid.

11La convergence de ces hommes sur la longue durée de leur existence traduit une émergence des représentants des classes moyennes, qui se considèrent comme des médiateurs au sein d’une société divisée. Animés par une solide foi chrétienne, ils entendent contribuer à la rechristianisation de la société par la formation d’élites populaires capables de faire surgir, selon les mots de Garric, « un dénominateur commun » et « une interclasse fraternelle »12. Chef d’Équipe, Michelet récuse la formule prêtée au jeune Clemenceau − « entre eux et nous, c’est une lutte à mort »13 − et développe des thèmes d’amitié sociale lors de ses cercles sur l’histoire de France ou le catholicisme social. Il organise aussi des excursions géographiques et des représentations théâtrales concrétisant la volonté équipière de diffuser la culture par l’art scénique.

  • 14 Ibid.
  • 15 Jean Charbonnel, Edmond Michelet, Paris, 1987, p. 31-32.

12Les vraies différences avec l’ACJF résident ailleurs. Dans les spécificités locales, plus propices à la formule équipière qu’à la JOC ou à la JEC, moins opérantes sur le territoire corrézien. Dans la conception de la culture ensuite : celle des Équipes, calquée sur les programmes scolaires, séduit un Michelet autodidacte et reproduit le schéma du contact de la bourgeoisie avec les milieux populaires. Celle des jécistes et jocistes relève de « l’apostolat du semblable par le semblable »14. Quant à l’autonomie religieuse des Équipes, réparties en groupes confessionnels et en groupes non-confessionnels, c’est une distinction légitimant leur non-intégration à l’Action Catholique. Enfin, malgré des ambiguïtés, l’apolitisme officiel des Équipes satisfait un Michelet exaspéré par le conservatisme de La Croix de la Corrèze, qui méconnaît d’autres enjeux plus essentiels15. Étrangement, les Équipes se font le sas d’un nouveau lieu de réflexion parallèle, le Cercle Duguet, qui s’intéresse à la situation internationale.

Une angoisse : la « civilisation » en péril

  • 16 E. Michelet, « Joseph Duguet », La Jeune Corrèze catholique, mai 1934, no 152, p. 1.
  • 17 Gilles Le Beguec, « L’école de Brive », Prémices et essor de la Résistance, VIe colloque d’Aubazin (...)
  • 18 Brive, CEM, 5 EM 8, conférence d’E. Michelet à Varetz, 14 novembre 1937.

13Michelet accède à l’autonomie complète en fondant un groupe qui porte le nom d’un ancien président régional de l’ACJF16. L’histoire de ce cercle, bien connue, éclaire une pratique de formation chrétienne ; elle est pour Michelet « l’école de Brive »17. Sa démarche aborde des thèmes de politique étrangère sans rapport avec les séquences des cercles d’études. Loin de l’internationalisme chrétien en vogue au sein des élites catholiques, Michelet est surtout sensible à la montée du nazisme, qui représente le « danger le plus grave qu’ait connu la civilisation chrétienne »18. La formule, entendue lors de la semaine sociale de Clermont-Ferrand de 1937, ne cessera d’être reprise par un Michelet sensible au regain de l’antisémitisme et à l’expansionnisme nazi en Europe.

  • 19 Jean-Michel Cadiot, Francisque Gay (1885-1963) et les démocrates d’inspiration chrétienne 1885-196 (...)

14Pour analyser la situation, Michelet convie le cercle à parcourir un large éventail de la presse catholique, qui va de L’Aube à Sept, en passant par La Vie intellectuelle. S’il n’a pu abonner son groupe à Esprit, il reçoit à titre personnel la revue de Mounier. Surtout, il organise à Brive des conférences prononcées par des personnalités en vue : l’homme politique Georges Bidault, l’historien Daniel-Rops, le philosophe Yves Simon, les pères Ducatillon et Maydieu, le romancier André Maurois, etc. L’initiative est nouvelle à plusieurs égards. Elle réintroduit la politique dans les milieux catholiques, sous le prisme de l’international et du culturel, préféré au civisme du vocabulaire usuel. Michelet glisse du social au politique, avec des sujets comme le racisme, l’antisémitisme, le totalitarisme. Il s’arrime à un important réseau intellectuel qui l’accompagnera durant toute son existence, celui de la démocratie-chrétienne. Il le confirme en participant au 2e congrès des Amis de L’Aube en août 1938 puis aux Nouvelles Équipes Françaises lancées par Francisque Gay. Leur éclectisme qui rassemble des organisations et des personnalités très diverses convient là encore à un Michelet soucieux d’ouverture19.

15Enfin, Michelet affûte sa méthode intellectuelle, au contact d’hommes d’éloquence : exposés à partir de notes non rédigées, mise en perspective historique, références littéraires, larges revues de presse, réitération des mêmes thèmes. Il commence à réunir des dossiers de presse éclectiques sur certains sujets : le rôle des laïcs, la doctrine sociale de l’Église, le marxisme, etc. La guerre n’a pas pris Michelet au dépourvu. Sa formation personnelle l’a préparé, plus que d’autres, à s’élever contre la dramatique situation de la France, donc à résister.

Résistant et témoin de la foi à l’épreuve

16À défaut d’être mobilisé aux armées, Michelet l’est sur le plan civil, comme responsable de l’antenne briviste d’une organisation d’aide aux victimes civiles de la guerre, le Secours National, créé en 1914, réactivé en 1939 et dirigé par le président des Équipes Sociales, Garric. Très vite, cette activité sert à masquer l’implication croissante de Michelet dans la Résistance, jusqu’à son arrestation et à sa déportation.

Un catholicisme d’œuvres dans la débâcle

  • 20 Jean-Pierre Le Crom, Au secours, Maréchal ! L’instrumentalisation de l’humanitaire 1940-1944, Pari (...)

17Engagé dans l’urgence humanitaire, Michelet revient aux origines charitables du catholicisme social, dans le sillage de saint Vincent de Paul, référence majeure des Équipes et du catholicisme intransigeant. En intégrant le Secours National, Michelet imite les Équipiers qui répondent à l’appel de Garric pour concrétiser l’aspiration d’une élite catholique à encadrer la société, même si le Secours National pratique un unanimisme de bon aloi20.

  • 21 E. Michelet, À la mémoire de M. Bahuet, sans date [sans doute 1947], Brive, CEM, 4 EM 223, p. 13-1 (...)

18Paré du titre de sous-délégué pour la subdélégation de Brive, Michelet s’investit dans sa tâche. Il mobilise ses co-équipiers dans l’action sociale et confie à l’enseignante et équipière Marguerite Bahuet la fonction d’assistante sociale21. Il revendique comme un motif particulier de satisfaction l’instauration d’une cantine à la gare de Brive. S’il s’inquiète de vêtir et de loger les réfugiés alsaciens-lorrains ou espagnols qui font étape dans sa cité, il n’oublie pas la part spirituelle des détresses, quand il fait la connaissance d’Équipiers issus de l’est de la France.

  • 22 Brive, 3 EM 2-25, lettres à Maurice Guérin, 5 et 9 février 1941.

19Michelet donne une visibilité nouvelle aux organisations catholiques avec lesquelles il travaille. En préparant en février 1941 une conférence sur cinquante ans de catholicisme social avec l’UFCS, il ne manque pas de réfléchir sur ce ré-ancrage dans la nation, par le biais de la charité humanitaire22. Mais il évolue dans des cercles plus larges, au contact d’organisations non confessionnelles et de responsables venus d’autres horizons. Ainsi a-t-il pour délégué du Secours National un professeur de philosophie au lycée Cabanis, ancien normalien, plutôt agnostique et socialiste, René Audierne. Il coopère également avec les administrations publiques de la mairie et de la préfecture, et s’engage dans l’action sociale au quotidien. Cette première expérience de l’action publique, au carrefour du social, du caritatif, et du politique, débouche aussi sur des choix moraux induits par l’aide aux juifs. C’est aussi pour Michelet le moyen d’entretenir la flamme d’une résistance d’inspiration chrétienne tôt affirmée.

Une résistance au sceau du spirituel

20Le nom de Michelet est emblématique dans l’histoire de la résistance chrétienne pendant l’Occupation. Michelet affirme sa singularité en affichant très vite son hostilité au nouveau régime, si bien accueilli par l’Église. Le primat de la conscience individuelle marque la césure.

  • 23 Brive, CEM, 3 EM 36.
  • 24 Ibid.
  • 25 Brive, CEM, 3 EM 2-25, lettre à Daniel-Rops, 27 août 1940.

21Cette distanciation est illustrée par la diffusion, dès juin 1940, d’un tract reprenant une phrase de Péguy pour affirmer que « celui qui ne se rend pas a raison contre celui qui se rend »23. L’Équipe Sociale se charge de la distribution. La spiritualité péguyste est un socle sûr des convictions de Michelet, qui cite cette formule de L’Argent : « Demander la victoire et n’avoir pas envie de se battre, je trouve que c’est mal élevé »24. Par avance, Michelet tranche le débat entre les Équipiers : « réactions de Gabriel Marcel, Daniel-Rops, R. P. Maydieu, Garric, Deffontaines, Lamirand », note-t-il sobrement à propos d’une ferme discussion sur les choix à opérer25.

  • 26 Brive, CEM, 3 EM 37. Le certificat officiel de Résistance de Michelet du 2 août 1948 porte que les (...)

22D’autres initiatives creusent un peu plus ce sillon de résistance. Michelet accueille à Brive de nombreux responsables chrétiens avec lesquels il commente la situation. Il distribue Témoignage chrétien, « arme de l’esprit » dont on sait l’importance dans l’éveil des chrétiens à la révolte. Enfin, il s’implique dans le réseau Combat, qui regroupe de nombreux catholiques dans le pays. Au sein de cette mouvance, il accède à des responsabilités comme chef de la région R 5, née de la fusion de plusieurs mouvements de Résistance en Limousin et Périgord. Ces faits bien connus démontrent l’engagement de Michelet dans une résistance à résonance chrétienne26.

  • 27 Claude Michelet, Mon père Edmond Michelet, Paris, 1971, p. 103-123.

23La même empreinte du spirituel marque les épisodes qui jalonnent le calvaire de Michelet, de son arrestation en février 1943 à sa détention à Fresnes, avant son départ pour Dachau. Il évoque ses efforts pour maintenir une vie spirituelle personnelle27. Malgré ou à cause des conditions de sa captivité, qui s’imposent à lui comme une ascèse, il parvient à préserver cette part d’autonomie. La pratique de la prière personnelle, la méditation, la lecture de la Bible opportunément fournie par le grand-maître du Grand Orient de France, en sont les éléments essentiels. La rencontre avec un prêtre reste un moment privilégié. Celle de l’abbé Charles Lair est éphémère ; celle de l’abbé Franz Stock, aumônier allemand de la prison de Fresnes, est décisive. Ce souvenir accompagne Michelet dans sa déportation à Dachau.

À Dachau, le dépouillement mystique

  • 28 Brive, CEM, 4 EM 414, lettre à A. de Gobart, 4 mai 1953.
  • 29 Edmond Michelet, Rue de la liberté, op. cit.

24Michelet arrive en septembre 1943 dans ce camp de concentration où les Allemands regroupent des prisonniers politiques, notamment communistes, et de nombreux prêtres. Il a raconté à de nombreuses reprises cette expérience concentrationnaire, sous l’angle d’une expérience spirituelle révoquant en doute les modes de lecture du monde d’avant-guerre. Il rencontre la fraternité des hommes et la sublime. Ce sentiment se développe comme un antidote au nationalisme par la conscience de l’universel : « En déportation [écrira-t-il à son ami A. de Gobart] je me suis trouvé constamment avec des camarades belges. Nous nous sommes épaulés mutuellement dans ces camps de misère »28. Au fil des jours, il découvre la diversité individuelle et sociale des hommes, dans le creuset d’une détresse commune. Son livre-témoignage, paru en 1955 sous le titre Rue de la liberté29, se lit d’ailleurs comme une galerie de portraits illustrant le brassage des conditions humaines.

  • 30 Brive, CEM, 3 EM 47, lettre d’E. Michelet à son épouse, 11 juin 1944.
  • 31 « Allocution d’E. Michelet à Dachau », Documentation catholique, 4 septembre 1960, no 1135, p. 107 (...)

25La volonté de maintenir une vie religieuse personnelle fait alors partie du combat quotidien de Michelet. Les correspondances clandestines avec sa famille lui permettent de rester en communion d’esprit avec les siens. La lecture des auteurs disponibles à la bibliothèque du camp, comme G. Duhamel et F. Mauriac, sans oublier Humanisme intégral, de Maritain, permettent à Michelet de méditer sur le sens profond de la destinée humaine, entre le bien, le mal et la grâce30. Mais le moment essentiel reste l’assistance clandestine à la messe dans la chapelle du camp, face à un prêtre en haillons assisté par un servant laïc, « indigne Tarcisius »31.

  • 32 Brive, CEM, 4 EM 1139, discours au Vieil-Armand, 2 août 1964, et E. Michelet, « L’eucharistie à Da (...)
  • 33 Brive, CEM, 4 EM 223, « Le pape, défenseur de l’unité humaine », 6 mars 1951.
  • 34 Brive, CEM, 3 EM 175, lettre de Georges Repp, sans date.

26Michelet en retient un approfondissement de sa foi à travers l’eucharistie. Il revient sur ce point vingt ans après, au site alsacien du Vieil-Armand : « La célébration eucharistique donne de nouvelles, d’incommensurables dimensions à cette communion dans le Christ. Elle nous amène à nous interroger sur la loyauté de notre démarche, sur la droiture de notre comportement, sur la franchise de nos moindres actes »32. Michelet reprend ce thème à l’inauguration de la chapelle de Dachau, en 1960, dans un discours à la tonalité quasi prédicative. D’autres notations traduisent le sentiment d’une réalisation de « cette notion d’unité humaine, d’Église en tant que corps mystique du Christ » : ce sont les « brûlantes formules » de l’encyclique Mystici Corporis Christi diffusée auprès des détenus par un prêtre alsacien33. Cela va-t-il jusqu’à l’éveil d’une pré conscience œcuménique, face à des pasteurs allemands et à des compagnons de paillasse comme l’orthodoxe Georges Repp34 ? Du moins, la réflexion sur l’enfer de Dachau débouche sur une conscience aiguë de la responsabilité des laïcs, dans la pleine appartenance à l’Église.

L’homme politique, sentinelle des valeurs chrétiennes

27De retour de Dachau, Michelet, auréolé de son prestige, entre au gouvernement du général de Gaulle comme ministre des Armées. Il accède à la scène politique nationale, qu’il ne quittera plus, mais il l’occupera en conscience et en responsabilité chrétiennes.

La responsabilité politique du chrétien

  • 35 E. Michelet, préface à Jean Héricourt, Requiem à Buchenwald, Versailles, Apostolat des éditions, 1 (...)

28Michelet met volontiers en avant cette notion, qui éclipse les expressions désuètes de « rôle social », de « vocation sociale », fleurant bon un paternalisme dépassé. Il considère que les chrétiens doivent revendiquer la spécificité de la résistance spirituelle. À ce titre, Michelet multiplie les interventions. Il entame une campagne de vibrantes conférences et prononce plusieurs éloges funèbres de déportés. Honorant le communiste briviste Germain Auboiroux et, dans le Calvados, le républicain de droite modérée Camille Blaisot, il souligne l’engagement humaniste des disparus, en recourant à l’image péguyste de la double vocation française de chrétienté et de liberté. Dans la foulée, il crée avec quelques amis l’Amicale de Dachau, afin de maintenir l’héritage spirituel de l’amitié des camps, source de dialogues féconds qui peuvent accompagner la conversion, comme le montre l’exemple de Jean Héricourt35.

  • 36 Brive, CEM, 4 EM 743, discours d’E. Michelet, 28 mars 1968.
  • 37 Brive, CEM, 3 EM 175, lettre au Père Sommet, 3 septembre 1945, et Jacques Sommet, « La condition i (...)
  • 38 Brive, CEM, 4 EM 1138, discours à l’Académie catholique de Munich-Bayern, 30 novembre 1963.

29Le devoir de mémoire commande cette fidélité36. La stimulent aussi les réflexions spirituelles du père jésuite Jacques Sommet dans la revue Études37. Mais des considérations plus politiques entrent en compte face à la puissance du parti communiste et à l’hégémonie de l’URSS. Michelet dénonce moins l’idéologie que la menace totalitaire soviétique, réplique inverse des années 30. Son anticommunisme juxtapose les arguments traditionnels de l’Église contre la lutte des classes ou l’athéisme et des éléments plus récents, liés à la guerre. Cela favorise – malgré quelques nuances – son engagement politique au MRP, jusqu’à ce que ce dernier interdise la double appartenance avec le RPF. Plus tard, Michelet qualifiera le MRP de « parti confessionnel sans l’avoir voulu », mais saluera son bilan positif : l’évitement du communisme en France, la préparation de la réconciliation franco-allemande, l’accompagnement d’un renouveau spirituel et liturgique parmi les chrétiens38.

30Dès son entrée à l’Assemblée en 1945, Michelet veille à son ressourcement intérieur en participant aux retraites des parlementaires chrétiens.

  • 39 Brive, CEM, 4 EM 187, lettre à Jules Catoire, 16 juin 1958.

Dans le calme et le silence de la Trappe, nous aurons le temps nécessaire pour réfléchir sur les responsabilités des chrétiens engagés dans la vie politique, faire ample provision de la véritable force indispensable à des responsables et demander au Christ de bénir notre foyer, beaucoup trop souvent délaissé dans notre vie de militants.39

31Il suit fidèlement les réunions, jusqu’au milieu des années 1960.

  • 40 E. Michelet, « Le procès des chrétiens d’Algérie », Témoignage Chrétien, 19 juillet 1957, no 68, p (...)

32Quatre jalons balisent cette rencontre du politique et du spirituel. Le premier, moral, est posé par la guerre d’Algérie, sur laquelle Michelet écrit à plusieurs reprises. Le conflit fait resurgir des enjeux moraux analogues à ceux de 39-45 : révolte contre un occupant, pratique de la torture. Entre les tenants d’une Algérie française et les partisans d’une décolonisation immédiate, Michelet adopte une voie médiane. Il s’interroge surtout sur l’attitude des chrétiens face à des situations complexes qui touchent aux valeurs40.

  • 41 Ibid., p. 9.
  • 42 Brive, CEM, 4 EM 976, lettre à Adolphe Delmasure, 15 mai1968.
  • 43 Jacques Maritain, Lettre sur l’indépendance, Paris, Desclée de Brouwer, 1936.
  • 44 Brive, CEM, 6 EM 139, notes pour un article à Témoignage Chrétien, sans date (fin 1964 ?).
  • 45 Brive, CEM, 4 EM 744, note manuscrite du 30 août 1967. Bernard Minvieille, L’Apostolat des laïcs à (...)

33D’où le second jalon, juridique, fourni par l’observation du système politico-social de la jeune RFA, à travers les notes d’un ami proche, l’historien et journaliste Joseph Rovan. Elles sont complétées par les avis de l’industriel Léon Daum, ancien Équipier et animateur du cercle franco-allemand. S’interrogeant avec des cercles de réflexion juridique et canonique proches de l’épiscopat, sur « la recherche d’une solution satisfaisante des rapports de l’Église et de l’État »41, Michelet manie un comparatisme qui s’étend à l’Espagne et au Portugal et se complète d’une connaissance du système politique américain. Le repère politique essentiel réside dans le gaullisme et son adéquation avec le catholicisme, sur laquelle Michelet argumente avec verve42. La foi de Charles de Gaulle, sa fibre péguyste, la dimension sociale du gaullisme, les convergences entre les accents tiers-mondistes de la diplomatie gaullienne et la doctrine sociale de l’Église sont énoncées comme autant d’arguments décisifs. Surtout, le Général incarne un sens de la grandeur dont la théorisation rappelle Maritain et sa Lettre sur l’indépendance43. Cette corrélation est cimentée par un dernier repère religieux : le concile Vatican II, que Michelet regarde de façon très positive, notamment pour ce qui a trait à l’œcuménisme44. Mais il se garde de tout enthousiasme excessif. Il se rend compte que l’Église garde ses distances avec une modernité, synonyme de renoncement à ses valeurs fondamentales. Et c’est en Église qu’il réfléchit aux nouvelles conditions de son rôle de chrétien dans le siècle, lors du 3e congrès mondial de l’apostolat des laïcs, en septembre 196745.

  • 46 « Un sursaut du peuple chrétien », France Catholique, 27 décembre 1968, no 1151, p. 1. E. Michelet (...)

34Cette rencontre renforce sa conception du laïcat, entre l’Église et l’État, qui dans leur indépendance mutuelle se doivent une cordialité réciproque. Ici, Michelet préserve son autonomie face au cléricalisme, comme il le fera encore lors des élections législatives de 1967 en reprochant au clergé breton son manque de soutien. Deux ans plus tard, il publie une tribune retentissante contre les évêques, jugés trop velléitaires face aux contestations. Ce texte véhément préfigure un argumentaire plus développé, mais qui demeura inédit46.

  • 47 « Interview d’E. Michelet », La France catholique, 24 février 1967, no 1056, p. 6 et Brive, CEM, 4 (...)
  • 48 Brive, CEM, 4 EM 967.

35En revanche, la fidélité au Pape ne se discute pas, c’est une « responsabilité qui s’impose à nous tous chrétiens »47. Michelet ne se dérobe pas. En janvier 1969, il cosigne une pétition de soutien au pape Paul VI contre « une petite minorité d’agitateurs, clercs et laïcs, qui prétendent régenter l’Église et jettent partout le trouble et le doute »48. Jean de Fabrègues, Étienne Gilson, Henri Massis, mais aussi François Mauriac et Maurice Vaussard cautionnent cette protestation contre le progressisme chrétien.

  • 49 Brive, CEM, 4 EM 286, lettre de Mgr Chassaigne, 27 février 1954.

36Prudent sur l’un de ses aspects, la crise des prêtres-ouvriers, qui lui inspire une question au ministre des Affaires étrangères – d’ailleurs mal comprise par la hiérarchie –, Michelet se montre ensuite plus catégorique49. Le progressisme chrétien est suspecté d’importer le marxisme et la révolution dans l’Église, de préférer le social au spirituel. Bref, ce courant, qui provoque une crise spécifique à l’Église de France, est le symétrique inverse du nationalisme intégriste rejeté après 1926.

  • 50 Forcer l’impossible. Déclaration de quelques chrétiens français, Paris, Sources, 1951.
  • 51 Ibid.

37Comment déterminer alors l’action politique du chrétien ? La réponse tient dans un manifeste comportant, outre Michelet, une quarantaine de signataires, dont Paul Claudel, Stanislas Fumet, Jacques Maritain, Jean Guitton, Léopold Sedar Senghor50. Le texte rappelle la primauté de Dieu, refuse le capitalisme et le marxisme et invite les chrétiens à « ne pas se laisser enfermer dans leurs lieux de culte »51 et à œuvrer pour la liberté, la justice et la paix. C’est l’acte d’une génération catholique déjà mûre, qui cherche une cohérence entre les principes et la réalité.

  • 52 Brive, CEM, 4 EM 616, lettre d’Étienne Borne, 10 octobre 1960, et lettre du CCIF, 12 octobre 1960.
  • 53 Brive, CEM, 4 EM 912, lettre à Charles Reverdy, président de la confédération nationale des associ (...)
  • 54 Brive, CEM, 4 EM 886, lettre de René Brouillet, 04 octobre 1969 et réponse, 15 octobre 1969.

38Cet écart s’accentue à l’épreuve du pouvoir et touche Michelet, interpellé après l’arrestation de Robert Barrat, secrétaire général du CCIF52. Et des choix sociétaux comme l’autorisation de la pilule contraceptive le heurtent : « Personnellement, je partage les sentiments sur les problèmes que vous soulevez. Vous n’ignorez cependant pas qu’une très large majorité de catholiques a fait une confiance totale à l’homme politique qui le premier a lancé l’idée de la proposition de loi en question »53. Le dilemme s’avive aux Affaires culturelles, entre censure morale et liberté de création. Michelet s’en ouvre à Paul VI lors d’une audience en septembre 196954. Derrière cette question se profile celle de la présence des catholiques dans la société moderne.

Une présence catholique au monde moderne

  • 55 Brive, CEM, 4 EM 218, note de discours [sans doute intervention à l’Assemblée Nationale après la m (...)

39Homme politique et catholique, Michelet adopte une attitude qui rappelle la tradition de l’alliance du trône et de l’autel, au début du XIXe siècle. À divers titres, il ne sépare pas ces deux facettes de son identité. Il s’inscrit dans la continuité des réseaux des résistants-déportés et des gaullistes. Outre les associations de résistants, plusieurs groupes en constituent la trame, qui se fixe sur certaines figures de référence. Membre des Amitiés Charles Plisnier, un homme de lettres belge passé du communisme au catholicisme, des Amitiés Robert Schuman et Francisque Gay, Michelet adhère également aux Amitiés Marc Sangnier, crédité d’avoir « entrepris de réconcilier chez nous le christianisme et la démocratie »55. Il concentre son attention sur l’Amitié Charles Péguy, dont il est vice-président. Il prépare avec enthousiasme le 50e anniversaire de la disparition de Péguy avec, à la clé, une grande manifestation à Chartres.

  • 56 Claire Toupin-Guyot, Les Intellectuels catholiques dans la société française. Le CCIF (1944-1976),(...)
  • 57 Brive, CEM, 4 EM 733, lettre à Alfred Michelin, 02 août 1967, et 4 EM 911, lettre d’Alfred Rosier, (...)
  • 58 Voir, sur ce sujet, la communication de Nicole Lemaitre.
  • 59 Brive, CEM, 4 EM 1186, dossier « organisations catholiques internationales ».

40Cet investissement conduit Michelet à un second cercle, celui des groupements intellectuels. Il apparaît au centre catholique des intellectuels français, lors des débats sur la guerre d’Algérie56. Crispé par l’antigaullisme des Semaines Sociales de France, accusées d’être « un organisme d’opposition »57, il sympathise avec le Centre des Travailleurs Intellectuels (CTI) du juriste André Rossier et du sociologue François Perroux. Il entre également dans la très conservatrice Semaine des Écrivains catholiques, où il retrouve des anciennes équipières, comme Jacqueline Ancelin-Hustache et Geneviève Duhamelet. Il intègre enfin le mouvement Pax Romana et en devient l’actif président, préoccupé par l’influence du marxisme en Amérique du Sud58. Il rejoint, sur le tard, le comité pour l’unité de l’Église, de Pierre Debray, et le mouvement des « Silencieux de l’Église », appuyé par le cardinal Daniélou. Ces engagements le rapprochent d’associations de médias catholiques : l’union internationale de la presse catholique, liée au Vatican, ou la fédération internationale des journaux catholiques, présidée par Jean Gelamur, PDG de La Croix59.

  • 60 Brive, CEM, 4 EM 513, lettre au directeur de La Croix, 22 mai 1951, et supplique à Pie XII, même d (...)

41Michelet se sent à l’aise dans les milieux de la presse, qui forment le troisième espace de son activisme. Directeur de journaux corréziens, il cultive le paradoxe : il est attentif à la conservatrice revue Civitas, mais tout autant à Esprit car il admire Mounier, auquel il rend un vibrant hommage posthume. Il reste proche de Témoignage Chrétien, plus proche de l’aile gauche du catholicisme français, qu’il a défendu sans ambages contre les partisans de l’Algérie Française, dans une déclaration co-signée par de nombreuses personnalités. Mais à coups de brefs billets, il pointe l’antigaullisme de la rédaction et ses complaisances progressistes… Même attitude, au demeurant, avec La Croix, dont il critique durement, en 1951, la « partialité », en appelant même à Pie XII, avec plusieurs députés du RPF60. D’autres polémiques suivront… Il ne néglige pas pour autant les autres médias, participant en 1969 à une émission de radio sur Jésus-Christ.

  • 61 Brive, CEM, 4 EM 637, notes du discours d’E. Michelet, 22 mai 1961.
  • 62 « Le malentendu entre catholiques », Témoignage Chrétien, 07 septembre 1967, p. 23.

42Homme de réseaux connus, Michelet n’éprouve aucun complexe à assister ès-qualités à des manifestations religieuses, comme membre du gouvernement. En décembre 1960, aux côtés de Georges Bidault et François Mauriac à Notre-Dame de Paris, il prononce une prière publique pour la paix en Algérie. Il réitère ce geste en juin 1970 à Rocamadour, lors de l’année saint Louis. Réciproquement, il réclame la prière de l’Église pour l’État, arguant de l’exemple… polonais et s’active, à la demande du Général, dans les débats autour d’une formulation postconciliaire d’oraison en français. En mai 1961, il est à Sorèze pour le centenaire de la mort de Lacordaire et trace un parallèle hardi entre la défense de la liberté incarnée au XIXe par le religieux dominicain et la décolonisation menée par la Cinquième République61. En 1967, il préside le 650e anniversaire de la fondation de l’évêché de Luçon et Maillezais, tirant un surcroît de détermination dans la polémique, attisée par le journal communiste L’Humanité, sur les frontières de la laïcité62.

43Parallèlement, il conserve une activité conférencière régulière, dont les thématiques évoluent au fil du temps. Jusqu’en 1939, il se cantonne à des exposés autour du catholicisme social puis change de registre. Trois périodes se détachent : de 1945 à 1955, la priorité va à l’évocation de Dachau et à ses significations religieuses ; de 1955 à 1965, les interventions à tonalité religieuse et internationale, en France, en Belgique ou en Allemagne, dominent, lors de manifestations catholiques ; enfin, de 1965 à 1970, Michelet privilégie la question de la guerre et de la paix, devant des cénacles très fermés (le Pen Club ou les conférences intellectuelles de Billy Montigny). Sans oublier les nombreux discours aux récipiendaires de la Légion d’honneur…

  • 63 Brive, CEM, 4 EM 886, lettre à André Malraux, 10 juin 1966.
  • 64 Brive, CEM, 4 EM 181, lettre de Mgr Feltin, 27 juin 1958.

44L’attribution d’une distinction dans cet ordre démontre la capacité d’influence exercée par Michelet, lui-même commandeur. Il consulte la hiérarchie de l’Église parfois réticente, par exemple pour l’abbé Pierre, et fait le forcing pour emporter certaines décisions. Il plaide l’impact de cette médaille, propre à valoriser les élites au sein de la société. « Vous ne sauriez croire ce que, sur le plan de la plus haute politique, a pu représenter l’attribution du ruban rouge au révérend père Daniélou »63, assure-t-il à Malraux, plaidant dans le même élan pour l’octroi du ruban rouge au père Congar, en raison de son rôle au Concile. Michelet tisse et cultive ses réseaux légionnaires qui, sans surprise, sont dominés par la prépondérance des résistants et/ou déportés catholiques, laïcs et clercs. Il veut en faire des témoins des valeurs chrétiennes dans la société française en mouvement64.

L’affirmation des valeurs chrétiennes

45Loin d’être désincarné, le témoignage chrétien de Michelet est ponctué de prises de positions concrètes. Les débats des années 1960 lui donnent de multiples occasions de définir les contours d’une identité chrétienne dans le monde moderne. Celle-ci doit être sûre d’elle-même, grâce à l’éducation solide de l’enseignement libre, que Michelet soutient. Peu avant l’adoption de la loi Debré du 31 décembre 1959 sur le statut des écoles privées, il se fait entremetteur, en sa qualité de Garde des Sceaux. Il organise un déjeuner avec plusieurs évêques pour aborder certains aspects du dossier : la laïcisation des programmes, la présence des aumôniers, le versement aux familles d’une allocation éducative, le rôle des futurs comités de conciliation chargés de gérer les contentieux, dans lesquels figurent des proches comme Dumaine et Garric.

  • 65 Brive, CEM, 4 EM 1148, lettres du P. Jean Basse, 31 octobre 1961, 7 et 16 décembre 1961.

46Michelet n’hésite pas à appuyer certaines écoles dans leurs démêlés avec les pouvoirs publics et la trace de ses interventions va jusqu’à Madagascar65 ! Un brin provocateur, il inaugure la faculté libre d’Angers, qui, depuis le XIXe siècle, se rattache au catholicisme intransigeant. Plus que l’entorse à la laïcité, les médias retiennent ce jour-là l’échange entre Michelet et des étudiants revendicatifs, en plein Mai 68…

47À travers l’enseignement, Michelet défend la dimension chrétienne de la culture. Il joue les émissaires discrets du Général lors de la polémique sur le film La Religieuse.

  • 66 Brive, CEM, 4 EM 781, lettre au général de Gaulle, 30 juillet 1967.

Compte tenu des coupures qui ont été effectuées et des précautions de présentation (textes de Bossuet et de Bourdaloue), cette Religieuse que je suis allé voir hier à la demande que m’a transmise M. Burin des Rosiers, me paraît désormais en conscience devoir être désormais autorisée. Seuls à mon sens des esprits à l’avance dépravés et très éloignés en tout état de cause de l’esprit d’ouverture au monde de Vatican II pourraient se prétendre scandalisés d’un film qui me semble au surplus très en retrait sinon même à l’opposé de ce que voulait démontrer Diderot.66

48L’argumentaire mêle considérations littéraires, appréciations morales et opinions catholiques. Il ne remet en cause ni la pertinence d’une censure, ni un certain conformisme. Il associe la liberté d’expression au critère religieux.

  • 67 Brive, CEM, 4 EM 835, lettre au Directeur de l’ORTF, 29 octobre 1969, 4 EM 884, lettre à Jacques M (...)

49Dans cette lignée, Michelet entend promouvoir la culture chrétienne lorsqu’il devient ministre des Affaires culturelles en juin 1969. Il incite l’ORTF à diffuser des documentaires sur Gabriel Marcel ou Stanislas Fumet67. Il apporte un soutien actif à la restauration patrimoniale des édifices religieux, y compris en Corrèze. Et s’il échoue à faire aboutir le projet d’institut de recherches culturelles et religieuses imaginé par l’inspecteur général Henri-Louis Parias, Michelet lance une initiative autrement marquante : l’année saint Louis, à l’occasion du 7e centenaire de la mort du roi, pour rappeler en filigrane les racines chrétiennes de l’histoire de France, voire de l’histoire universelle.

50C’est aussi une manière d’approcher la valeur de la paix, envisagée à travers de larges fresques passant en revue les ombres et les lumières de chaque continent. La paix commence par la réconciliation politique et spirituelle franco-allemande, et partant avec l’Europe de l’Est, grâce à des pays comme la Pologne. Depuis Dachau, Michelet a gardé des liens avec des prêtres de ce pays. Il rejoint le comité parlementaire des Amis de la Pologne créé en 1953, comme adhérent puis comme vice-président à partir de 1964. Il tente alors de favoriser un dialogue Est/Ouest via l’Église. Il intervient auprès des épiscopats français et allemand et du cardinal Tisserant, influent au Vatican, et suit de loin une rencontre internationale à Londres avec les représentants de la CDU allemande. Autant d’actions significatives, à la veille d’un important voyage officiel du général de Gaulle en Pologne, en septembre 1967.

  • 68 Delphine Dussert-Galinat, Le Dialogue inter-religieux en France, Rennes, 2013, p. 241.
  • 69 Brive, CEM, 4 EM 733, lettre du rabbin Jacob Kaplan, 30 octobre 1967, et note de l’Amicale des mus (...)

51La paix se construit dans l’ouverture à l’autre, à travers les relations avec le judaïsme. Michelet cautionne des associations comme France-Israël ou la Fraternité d’Abraham, qui encouragent un dialogue amical préfigurant un « âge d’or du dialogue interreligieux »68 qui relativise les polémiques historiques entre H. -I. Marrou et J. Isaac. Michelet consacre plusieurs conférences à la question des relations judéo-chrétiennes, revisitant l’histoire d’Israël. Celle qu’il prononce en 1957 à Clermont-Ferrand devant l’association France-Forum insiste sur l’existence d’un philosémitisme chrétien, citations de Péguy et de Léon Bloy à l’appui. Dix ans plus tard, ministre de la Fonction publique, il signe en octobre 1967 une circulaire pour faciliter les absences de fonctionnaires désireux de participer aux fêtes de Yom Kippour, tout comme il effectue des démarches pour attribuer une salle de prière aux étudiants musulmans de Nanterre69.

  • 70 Brive, CEM, 4 EM 305, lettre de Louis Massignon, 9 décembre 1956.
  • 71 Brive, CEM, 4 EM 632, discours du 18 mars 1959.
  • 72 Brive, CEM, 4 EM 415, conférence, 8 août 1956 et E. Michelet, « Convergences », Témoignage Chrétie (...)

52Le dialogue s’ouvre également avec le monde islamique, malgré la guerre d’Algérie, grâce à l’orientaliste Louis Massignon, que Michelet côtoie depuis 1947 au comité chrétien d’entente France-Islam70. Il manifeste son attachement à cette cause en des circonstances quasi-officielles. Tout juste nommé ministre, il se rend en juillet 1958 à la cérémonie en l’honneur des Sept Saints dormants d’Éphèse, lors d’un pardon breton. La cérémonie chrétienne associe des musulmans qui lisent la sourate coranique sur la légende des Jeunes Dormants persécutés pour leur foi. Quelques mois plus tard, Michelet préside à la Sorbonne un hommage au père de Foucauld. Il met en exergue la présence de Sid Hamzi Boubakeur, député d’Alger, fils de l’hôte du religieux : « Méditons les uns et les autres ce geste du fils de l’ami […] qui vient […] au milieu des chrétiens que nous sommes pour la plupart, nous dire le souvenir qu’a laissé auprès des musulmans ses frères, celui qu’ils appelaient Foucauld tout court »71. Dans ce jeu de miroirs entre dialogue interreligieux et dialogue culturel, les causes du gaullisme rejoignent la sensibilité spirituelle. Alors, la paix deviendra cette « tranquillité de l’ordre » énoncée par Pie XII, prélude à la chrétienté authentique décrite par Jean XXIII dans l’encyclique Pacem in terris. Michelet la lit comme la forme d’une pensée intangible depuis Pie X, celle d’une conception intransigeante de la société72.

**

  • 73 Laurent Laot, Catholicisme, politique, laïcité, Paris, éd. Ouvrières, 1990, p. 57.
  • 74 Cité par E. Michelet, préface à René-Francis Delissalde, L’Aube de Minuit, Paris, 1975.

53Michelet ne transige pas sur la nécessaire défense de l’identité et des valeurs chrétiennes dans la société, mais avec la conscience de les incarner, aussi bien, voire mieux que les clercs. Sa formation, au contact d’hommes et de mouvements qui ont scellé des choix personnels affirmés, l’expérience centrale de Dachau et un fort ancrage politique dans la société expliquent le processus par lequel Michelet parvient à concilier une intransigeance de fond avec des formes de modernité étonnantes. Homme de mouvements et de réseaux catholiques et homme de foi dans l’action politique, il n’est pas exactement un « chrétien laïc » acceptant la sécularisation73. Il se situe entre la laïcité d’une société qui congédie Dieu et un laïcat qui oublierait le spirituel. Car pour Michelet, selon une formule de Léon Bloy qu’il aime à citer, « il n’y a qu’une tristesse, c’est de ne pas être un saint »74.

Notes

1 Chanoine Pierre Tiberghien, Pour servir, Paris, Editions de la J.I.C.F, 1936, p. 12, Brive, CEM, 5 EM 12.

2 Edmond Michelet, « Église du forum ou des catacombes », Nouvelle Frontière, mai-juin 1965, p. 2-8.

3 Brive, CEM, 5 EM 44, discours au vicaire de Saint-Sernin, 21 février 1924.

4 Brive, CEM, 4 EM 1138, « Le catholicisme français à l’égard du national-socialisme », discours au congrès académique de Bayern, 30 novembre 1963.

5 Brive, CEM, 4 EM 1194, lettre à Louis Salleron, 31 janvier 1965, et 4 EM 1326, toast aux amis de Francisque Gay, 24 octobre 1964.

6 Brive, CEM, 5 EM 12, allocution d’accueil à A. Rousseaux, 17 juin 1941.

7 Brive, CEM, 5 EM 4-6, rapport du 20 mai 1931.

8 Ibid.

9 Brive, CEM, 5 EM 8, conférence sans date, février-mars 1937.

10 Pascal Bousseyroux, « Edmond Michelet et les Équipes Sociales de Robert Garric », dans Nicole Lemaitre éd., Edmond Michelet, un chrétien en politique, Paris, 2011, p. 33-53.

11 Le livre n’est pas paru. Georges Lamirand, Le rôle social de l’ingénieur, Paris, Desclée et Cie, 1932.

12 Pascal Bousseyroux, Edmond Michelet, op. cit., p. 43.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Jean Charbonnel, Edmond Michelet, Paris, 1987, p. 31-32.

16 E. Michelet, « Joseph Duguet », La Jeune Corrèze catholique, mai 1934, no 152, p. 1.

17 Gilles Le Beguec, « L’école de Brive », Prémices et essor de la Résistance, VIe colloque d’Aubazine, Paris, 1983, p. 127-143.

18 Brive, CEM, 5 EM 8, conférence d’E. Michelet à Varetz, 14 novembre 1937.

19 Jean-Michel Cadiot, Francisque Gay (1885-1963) et les démocrates d’inspiration chrétienne 1885-1963, Paris, Salvator, 2006, p. 301-304.

20 Jean-Pierre Le Crom, Au secours, Maréchal ! L’instrumentalisation de l’humanitaire 1940-1944, Paris, 2013.

21 E. Michelet, À la mémoire de M. Bahuet, sans date [sans doute 1947], Brive, CEM, 4 EM 223, p. 13-17.

22 Brive, 3 EM 2-25, lettres à Maurice Guérin, 5 et 9 février 1941.

23 Brive, CEM, 3 EM 36.

24 Ibid.

25 Brive, CEM, 3 EM 2-25, lettre à Daniel-Rops, 27 août 1940.

26 Brive, CEM, 3 EM 37. Le certificat officiel de Résistance de Michelet du 2 août 1948 porte que les « services accomplis dans la Résistance comptent du – 1941 au 30 mai 1945 »… alors qu’il a été arrêté le 25 février 1943.

27 Claude Michelet, Mon père Edmond Michelet, Paris, 1971, p. 103-123.

28 Brive, CEM, 4 EM 414, lettre à A. de Gobart, 4 mai 1953.

29 Edmond Michelet, Rue de la liberté, op. cit.

30 Brive, CEM, 3 EM 47, lettre d’E. Michelet à son épouse, 11 juin 1944.

31 « Allocution d’E. Michelet à Dachau », Documentation catholique, 4 septembre 1960, no 1135, p. 1076.

32 Brive, CEM, 4 EM 1139, discours au Vieil-Armand, 2 août 1964, et E. Michelet, « L’eucharistie à Dachau », Ecclesia, novembre 1960, no 140, p. 129-130.

33 Brive, CEM, 4 EM 223, « Le pape, défenseur de l’unité humaine », 6 mars 1951.

34 Brive, CEM, 3 EM 175, lettre de Georges Repp, sans date.

35 E. Michelet, préface à Jean Héricourt, Requiem à Buchenwald, Versailles, Apostolat des éditions, 1968.

36 Brive, CEM, 4 EM 743, discours d’E. Michelet, 28 mars 1968.

37 Brive, CEM, 3 EM 175, lettre au Père Sommet, 3 septembre 1945, et Jacques Sommet, « La condition inhumaine de Dachau », Études, juillet-août 1945, no 7, p. 66-79.

38 Brive, CEM, 4 EM 1138, discours à l’Académie catholique de Munich-Bayern, 30 novembre 1963.

39 Brive, CEM, 4 EM 187, lettre à Jules Catoire, 16 juin 1958.

40 E. Michelet, « Le procès des chrétiens d’Algérie », Témoignage Chrétien, 19 juillet 1957, no 68, p. 5.

41 Ibid., p. 9.

42 Brive, CEM, 4 EM 976, lettre à Adolphe Delmasure, 15 mai1968.

43 Jacques Maritain, Lettre sur l’indépendance, Paris, Desclée de Brouwer, 1936.

44 Brive, CEM, 6 EM 139, notes pour un article à Témoignage Chrétien, sans date (fin 1964 ?).

45 Brive, CEM, 4 EM 744, note manuscrite du 30 août 1967. Bernard Minvieille, L’Apostolat des laïcs à la veille du concile (1949-1959). Histoire des congrès mondiaux de 1951 et 1957, Fribourg, Éditions universitaires, 2001.

46 « Un sursaut du peuple chrétien », France Catholique, 27 décembre 1968, no 1151, p. 1. E. Michelet, « Rude épreuve », Carrefour, 19 mars 1969, p. 6. Voir la communication de Jacques Prévotat.

47 « Interview d’E. Michelet », La France catholique, 24 février 1967, no 1056, p. 6 et Brive, CEM, 4 EM 223, conférence sur « Le pape, défenseur de l’unité humaine », 6 mars 1951.

48 Brive, CEM, 4 EM 967.

49 Brive, CEM, 4 EM 286, lettre de Mgr Chassaigne, 27 février 1954.

50 Forcer l’impossible. Déclaration de quelques chrétiens français, Paris, Sources, 1951.

51 Ibid.

52 Brive, CEM, 4 EM 616, lettre d’Étienne Borne, 10 octobre 1960, et lettre du CCIF, 12 octobre 1960.

53 Brive, CEM, 4 EM 912, lettre à Charles Reverdy, président de la confédération nationale des associations familiales catholiques, 15 juin 1967.

54 Brive, CEM, 4 EM 886, lettre de René Brouillet, 04 octobre 1969 et réponse, 15 octobre 1969.

55 Brive, CEM, 4 EM 218, note de discours [sans doute intervention à l’Assemblée Nationale après la mort de Sangnier].

56 Claire Toupin-Guyot, Les Intellectuels catholiques dans la société française. Le CCIF (1944-1976), Rennes, 2002, p. 140-147.

57 Brive, CEM, 4 EM 733, lettre à Alfred Michelin, 02 août 1967, et 4 EM 911, lettre d’Alfred Rosier, 25 juin 1970.

58 Voir, sur ce sujet, la communication de Nicole Lemaitre.

59 Brive, CEM, 4 EM 1186, dossier « organisations catholiques internationales ».

60 Brive, CEM, 4 EM 513, lettre au directeur de La Croix, 22 mai 1951, et supplique à Pie XII, même date.

61 Brive, CEM, 4 EM 637, notes du discours d’E. Michelet, 22 mai 1961.

62 « Le malentendu entre catholiques », Témoignage Chrétien, 07 septembre 1967, p. 23.

63 Brive, CEM, 4 EM 886, lettre à André Malraux, 10 juin 1966.

64 Brive, CEM, 4 EM 181, lettre de Mgr Feltin, 27 juin 1958.

65 Brive, CEM, 4 EM 1148, lettres du P. Jean Basse, 31 octobre 1961, 7 et 16 décembre 1961.

66 Brive, CEM, 4 EM 781, lettre au général de Gaulle, 30 juillet 1967.

67 Brive, CEM, 4 EM 835, lettre au Directeur de l’ORTF, 29 octobre 1969, 4 EM 884, lettre à Jacques Maritain, 2 octobre 1967.

68 Delphine Dussert-Galinat, Le Dialogue inter-religieux en France, Rennes, 2013, p. 241.

69 Brive, CEM, 4 EM 733, lettre du rabbin Jacob Kaplan, 30 octobre 1967, et note de l’Amicale des musulmans de France, 21 décembre 1967.

70 Brive, CEM, 4 EM 305, lettre de Louis Massignon, 9 décembre 1956.

71 Brive, CEM, 4 EM 632, discours du 18 mars 1959.

72 Brive, CEM, 4 EM 415, conférence, 8 août 1956 et E. Michelet, « Convergences », Témoignage Chrétien, 19 avril 1963, no 980, p. 20.

73 Laurent Laot, Catholicisme, politique, laïcité, Paris, éd. Ouvrières, 1990, p. 57.

74 Cité par E. Michelet, préface à René-Francis Delissalde, L’Aube de Minuit, Paris, 1975.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540