Version classiqueVersion mobile

Poison et antidote dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles

 | 
Sarah Voinier
, 
Guillaume Winter

Chapitre IV. Figurations littéraires

Stéréotypes et idées reçues autour du poison dans la littérature élisabéthaine

Jean-Claude Mailhol

Texte intégral

  • 4 Barnabe Bames, The Divils Charter : A Tragœdie conteining the Life and Death of Pope Alexander the (...)

1La citation extraite de la tragédie Le pacte du diable4, évoque le motif du poison traité sur le plan réaliste, mais aussi ses prolongements ou glissements métaphoriques provoqués par le jeu sur le lexique, car ce thème tragique au départ est souvent un prétexte permettant aux auteurs de se livrer à des exercices spirituels de manipulation du langage. En raison du ton badin, les derniers instants de Baglioni relèvent autant de la comédie que de la tragédie.

2Du meurtre par empoisonnement, le juriste Edward Coke écrivait :

  • 5 Edward Coke, « The Third Institute of the Laws of England » (Londres : 1602), p. 48. Cité par Freds (...)

Le meurtre par empoisonnement est des plus horribles et des plus à craindre pour la nature de l’homme, et parmi tous les autres, celui que tant l’humanité que la providence peuvent le moins éviter.5

  • 6 Thomas P. Harrison, « The Literary Background of Renaissance Poisons », [Le contexte littéraire des (...)
  • 7 Voir Martin Wiggins, Journeymen in Murder : The Assassin in English Renaissance Drama [Les apprenti (...)
  • 8 Voir le sonnet 118 de Shakespeare où le distique rimé final souligne la confusion, p. 1963. Voir au (...)

3Il y avait deux types de poisons : le poison lent et insidieux qui donnait l’impression que le sujet était atteint de maladie, et le poison de contact à l’effet rapide. À cette classification binaire se rajoutait la distinction entre le poison mortel et la potion ou le narcotique utilisés à des fins bénéfiques6. Croisant les différents modes opératoires à l’effet dramatique garanti’ les dramaturges entretenaient et exploitaient la confusion entre poison et potion’ permettant ainsi des rebondissements imprévus dans le drame7. L’ambivalence de la drogue, tantôt bénéfique, tantôt maléfique, était un thème de prédilection de la poésie qui l’abordait sur un plan métaphorique8. Sujet sérieux, le meurtre par empoisonnement constituait le matériau idéal de la tragédie. Et pourtant, à l’époque élisabéthaine et jacobéenne, cette veine était aussi source de dérision, et parfois même de satire, largement exploitée dans les comédies et les tragicomédies. La thématique du poison touchait une grande variété de genres littéraires, véhiculant les mêmes stéréotypes et les mêmes idées reçues.

1. Les métaphores obsédantes du poison : les clichés de l’infection et de l’invasion

Doute et méfiance à propos du tabac : antidote ou poison ?

  • 9 Tanya Pollard, Drugs and Theater in Early Modem England [Drogues et théâtre dans l’Angleterre pré-m (...)
  • 10 The Faerie Queene [La reine des fées], 1596, in Spenser : Complete Poetical Works, 1912 [Spenser : (...)
  • 11 Edmund Spenser, The Faerie Queene, livre 3, chant 5, st. 32, v. 6, p. 169.

4Dès son introduction en Angleterre, le tabac fut perçu pour son caractère ambivalent9. La première référence au tabac dans la littérature anglaise apparaît dans La reine des fées d’Edmund Spenser10. La fée Belphoebe connaît les vertus « divines » du tabac (diuine Tobacco11).

  • 12 Edward Sharpham, The Fleire [Le railleur], 1607, in A Critical Old Spelling Edition of the Works oƒ (...)
  • 13 John Harington, Why Paulus takes so much Tobacco [Pourquoi Paulus prend tant de tabac], in The Lett (...)
  • 14 Jacques Ier, A Counterblaste to Tobacco, 1604, [Une réplique sur l’usage du tabac], Texte sur inter (...)
  • 15 « It is the Kings part (as the proper Physician of his Politicke-body) to purge it of all those dis (...)

5Dans Le railleur12, Edward Sharpham met en scène Petoune, voyageur et grand consommateur de tabac. Comme dans La reine des fées, il est question du caractère divin du tabac (the diuine smoke oƒ this Celestiall herbe : 1.3.71). Le dramaturge tourne en dérision son personnage en satirisant la rhétorique utilisée par les partisans snobs du tabac. L’ironie de Sharpham rappelle le ton railleur de la littérature épigrammatique qui mettait en évidence le ridicule de l’engouement pour la consommation du tabac dont les vertus magiques soignaient la syphilis : « Il jure qu’il (= le tabac) est salutaire contre toutes les maladies qui prolifèrent [...]. Il soigne cette maladie, que certains croyaient incurable »13. Mais en filigrane du mode facétieux la pièce fait écho de manière sous-jacente aux attaques dont cette nouvelle mode était l’objet. Une théorie prétendait que les traitements de maladies se trouvaient précisément aux endroits-mêmes où la maladie prenait son origine. On pensait alors que la syphilis provenait du nouveau monde. Dans son opuscule Une réplique sur l’usage du tabac14, dans lequel Jacques Ier, recourant aux métaphores analogiques, qui, d’une part mettent en correspondance microcosme et macrocosme, et, d’autre part, s’appuient sur les connaissances médicales de l’époque, marquées encore de l’empreinte de Galien, informe son lecteur qu’il est de son devoir de souverain soucieux de la bonne santé du corps politique de son état de mettre en garde ses sujets contre les dangers du tabac, véritable poison : « C’est le rôle du roi (en sa qualité de véritable médecin de son corps politique) de le purger de toutes ces maladies, par des médicaments appropriés à chacune d’entre elles »15. Il condamne la consommation du tabac :

  • 16 « For Tobacco being a common herbe, which (though vnder diuers names) growes almost euery where, wa (...)

Car le tabac, plante médicinale qui (bien que sous diverses appellations) pousse presque partout, fut d’abord découverte par certains de ces Indiens barbares comme ayant pour vertu de protéger les gens et d’agir comme antidote contre la vérole, répugnante maladie, à laquelle ces populations barbares sont très sujettes (comme nous le savons tous), en raison de la nature impure de leur corps brûlé par le soleil et de la chaleur immodérée de leur climat : si bien que, de même que cette maladie des plus détestables, partie de chez eux, fut transférée d’abord en terre chrétienne, de même et pareillement fut transféré cet usage du tabac, présenté comme un antidote puant et nauséabond pour lutter contre une maladie aussi perverse et exécrable, et dont on utilise les vapeurs puantes par fumigation contre cette affection, permettant par là-même à un chancre, ou à un poison de se dévorer mutuellement.16

6Jacques Ier met en corrélation l’introduction du tabac et celle de la syphilis en Angleterre, et il rapporte la croyance selon laquelle le tabac serait un antidote contre la vérole. Le tabac et la syphilis sont donc deux poisons dangereux, révélateurs d’une dépravation morale.

Dépravation et infection vénérienne

7Dans Le railleur, la dépravation et l’infection vénérienne, perçues comme des poisons, sont l’occasion de jeux de mots et d’antanaclases, notamment sur le substantif mettle (v. 128) dans le sens de « tempérament » (= mettle) ou de « constitution », tandis que Susan fait dériver les sens du mot sur celui de son homophone metal (= « le métal ») :

  • 17 Le vocabulaire a un second sens grivois : shoe (= la chaussure) désigne aussi les organes génitaux (...)
  • 18 mettle et metal, se prononçant de la même manière [/metl], constituent l’antanaclase.
  • 19 « Spark : Looke, looke, – this fellow is like your vpright shoo, he will serue either foote./Petoun (...)

Sparke : Voyons, voyons, -Cet individu est comme ce type de chaussure toute droite17 faite pour aller à n’importe lequel de vos pieds. Petoune : Ma bonne Dame, ayez plus de considération pour moi. Voyez en moi quelqu’un fait de la même matière18 que les autres hommes.
Susan : Si les autres hommes étaient du même métal que vous, et si tous autant qu’ils sont m’étaient destinés, je les renverrai vite chez le fabriquant de cloches.
Petoune : Mais de quelle matière me croyez-vous fait ?
Susan : De cuivre, monsieur, de cuivre, car je crois votre corps constitué du même métal que votre nez.
Petoune : Chère Dame, à partir de ce jour-même, je vous aime.19
(I, 3, 127-136)

  • 20 Voir Shakespeare, Troilus and Cressida, I, 2, 96-98.

8La syphilis, corrélée à la consommation de tabac, ronge le nez des personnages, contraints à présent de porter un faux nez en cuivre, donc de couleur rouge, lieu commun du théâtre élisabéthain20. Le poison de l’infection vénérienne est corrélé au thème de l’inauthenticité. Certainement, l’inauthenticité est le thème central de cette pièce où tout n’est que déguisement ou imposture (Antifront se déguise en « Fleire », mais aussi en apothicaire qui fournit des poisons eux-mêmes factices), tout est frelaté et falsifié.

  • 21 Voir Petter Christopher Gordon, Introduction et notes à The Fleire de Edward Sharpham, p. 220.

9Le ton apparemment léger de la comédie cache en fait le pessimisme désabusé et la volonté satirique de Sharpham qui dénonce les caprices du roi, l’incapacité et la lâcheté de la loi du pays incapable de légiférer et de remédier aux injustices créées par la tyrannie d’un souverain immature et déséquilibré, alors qu’elle légifère férocement contre des fautes vénielles comme l’usage du tabac. La pièce est une vaste métaphore qui dénonce avec amertume les excès d’un roi qui, à partir de 1603, manifesta un mépris total pour le droit civil anglais et fit diversion en s’évertuant à stigmatiser la consommation du tabac dans sa Réplique sur l’usage du tabac21. Le véritable poison du pays, c’est le roi lui-même, s’efforce de nous dire Sharpham.

  • 22 Edward Coke, The Third Institute..., p. 51, cité par Fredson Bowers dans The audience..., op. cit., (...)

10On peut mettre en relation un compte rendu du juriste Edward Coke avec une réplique de la pièce de Sharpham. Coke passe en revue les divers types d’empoisonnement associés à l’absorption de substances externes envahissant le corps22. Au quatrième acte, le héros éponyme, Antifront/Fleire, entre en scène sous un déguisement d’apothicaire (IV, 2, 15), et fait l’article de ses potions et poisons :

  • 23 « Antifront/Fleire : If you want any thing, ile vse you well, if you want any drugs to make lotiums (...)

S’il vous faut quoi que ce soit, vous trouverez satisfaction auprès de moi. S’il vous faut quelques drogues pour fabriquer des lotions, quelques poudres intestinales, ou autre Aqua Mirabilis, quelques recettes de cordial, ou quelques précieux poisons.23 (IV, 2, 41-44)

11On soulignera la confusion ironique du langage avec l’oxymore « précieux poisons » qui suggère en fait le caractère redoutable du breuvage. Comme chez Coke, Antifront promet que les substances qu’il propose envahiront l’organisme des sujets auxquels ils sont destinés en prenant possession des différents sens : (1. 46-47). Cependant, resté seul sur scène, Antifront confie au spectateur que ses poisons seront inoffensifs et ne conduiront qu’au sommeil (IV, 2, 77-79).

  • 24 Voir Thomas P. Harrison, The Literary Background..., op. cit., p. 36.

12Le poison ne tue pas forcément. Il est surtout la métaphore qui rend compte de la dépravation des personnages et de la dégénérescence des valeurs. En fait, les dramaturges jouent en permanence sur les deux tableaux. L’empoisonnement peut être réel, mais il est aussi métaphorique, et, d’une certaine façon, le langage est à son tour empoisonné. Autour du poison se cristallise la peur de l’intrusion et de l’invasion. Le poison, associé à l’image d’un feu qui se propage et cautérise tout sur son passage, métaphore réitérée dans de multiples œuvres dramatiques qui reflètent les croyances populaires24, devient un stéréotype théâtral et répercute la vision morale stéréotypée de la société à l’époque élisabéthaine et jacobéenne.

2. Une gamme de préjugés et une galerie de portraits convenus

  • 25 Voir Lauren Kassel, « How to Read Simon Forman’s Casebooks : Medicine, Astrology, and Gender in Eli (...)

13Le nombre important de patientes dans les enregistrements de la clientèle médicale à l’époque élisabéthaine met en évidence une fragilité supérieure auprès des minorités de toute appartenance, en particulier leur vulnérabilité face aux normes imposées par la majorité dominante dans le domaine de la vie sociale25. Dans les hiérarchies culturelles de l’imagination populaire patriarcale du début de l’époque moderne on note une homologie entre les femmes et les groupes marginaux. Ainsi, minorité ethnique et genre se superposent et se confondent dans le traitement préconçu qui leur est réservé.

Les préjugés à l’encontre de la femme, poison de l’homme

  • 26 « being esteemed the weaker vessels, they thought the lesser blow would breake vs ».
  • 27 « Rather then in vertue to liue poore, in sinne Ile dye ».

14Dans Le railleur, le comportement des deux filles d’Antifront, Florida et Felecia, reflète l’idée reçue de la faiblesse de la femme. La littérature recycle abondamment la métaphore biblique du « vase fragile » (2e Épitre aux Corinthiens). Felecia y fait allusion : « comme on nous considérait comme des vases fragiles, on croyait que le moindre petit choc nous briserait »26 (V, 5, 47-48). Cette faiblesse conduit la femme au vice : Florida et Felecia se livrent avec joie à la prostitution : Felecia : « Plutôt que de vivre pauvre et vertueuse, dans le péché je mourrai »27 (I, 2, 7-25).

  • 28 « The venom or poison of an harlot ».

15Dans l’imaginaire d’alors, la courtisane et la luxure sont souvent associées au poison. Dans le paragraphe intitulé « Le venin ou poison d’une catin »28, Reginald Scot parle de la prostituée qui devient elle-même métonymiquement poison :

  • 29 Reginald Scot, The Discoverie of Witchcraft [La révélation de la sorcellerie], 1584, éd. Montague S (...)

On peut tenir pour admirable la vertu contenue dans le corps d’une prostituée, ou plutôt le poison qui sort de ce même corps. Car son œil contamine, attire, et, s’il m’est permis de m’exprimer ainsi, ensorcelle maintes fois ceux qui se croient bien armés contre un tel genre de personne. Sa langue, sa gestuelle, son comportement, sa beauté, et autres séductions empoisonnent et intoxiquent l’esprit : oui, sa compagnie incite à l’impudeur et corrompt la virginité, elle terrasse et consume le corps, les biens et jusqu’à l’âme même des hommes. Et enfin son corps détruit et putréfie la chair et les os mêmes du corps de l’homme.29

16Scot rapporte les idées reçues et les fantasmes concernant les prostituées. Il file la métaphore du poison qui pénètre, se propage et infecte. L’isotopie de l’empoisonnement reprend les vieux poncifs, recueillis dans les manuels de sorcellerie et de démonologie. La femme, vénale ou non, est souvent diabolisée, car mise en relation avec la sorcellerie et le poison.

La prostituée de Babylone ou la luxure au féminin

  • 30 « Our suiect is of bloud and Tragédie, /Murther, foule Incest, and Hypocrisie ».
  • 31 « Behold the Strumpet of proud Babylon, / Her Cup with fornication foaming full ».
  • 32 Voir l’emblème 79 dans A Choice of Emblemes, de Geffrey Whitney, intitulé Sœpius in auro bibitur ve (...)
  • 33 Apocalypse, 17, 4-5.
  • 34 « Bring me some blanching water in this bowle ».
  • 35 « To reuenge these wrongs/ And loue impoison ’d with thy iealousie, / I haue deuised such a curious (...)
  • 36 « Rome Which once was thy gorgeous concubine/ Hath now forsaken thee ».

17La figure fascinante de la prostituée fournit un matériau littéraire largement exploité. Ainsi certaines œuvres s’articulent autour de l’archétype de la prostituée, émanation empoisonnée d’un monde décadent. Le thème de la tragédie de Barbabe Bames, Le pacte du diable, n’est pas tant le poison effectif que la corruption généralisée, l’hypocrisie et le caractère délétère d’une relation humaine dégradée, comme l’annonce le prologue : « Notre sujet, c’est le sang et la tragédie, / Le meurtre, l’inceste répugnant, et l’hypocrisie »30. (Prologue, v. 5-6). Ces maux sont rassemblés métaphoriquement dans la figure de la prostituée de Babylone, figure de perversion et de vice présente de façon directe ou oblique tout au long de la pièce : « Regardez la Prostituée de la fière Babylone, / Sa coupe remplie de bouillonnante fornication »31 (Prologue, v. 7-8). Dans les deux vers s’opère un télescopage thématique entre les trois éléments : la coupe, son contenu et sujet (la prostituée) qui tient la coupe, mise en équation culturelle entre cette coupe et la femme aux mœurs dissolues illustrée par les livres d’emblèmes de l’époque32. La référence biblique à la prostituée de Babylone33 annonce le personnage de Lucrèce [Lucretia] dont l’impureté sexuelle et religieuse, associée à son catholicisme, font d’elle une incarnation théâtrale de cette prostituée décrite dans l’Apocalypse. Mais dans Le pacte du diable l’allusion biblique est aussi une prolepse de la scène d’empoisonnement de Lucrèce. Lucrèce, richement parée (v. 2005) comme la prostituée biblique, demande qu’on lui apporte une préparation sensée lui blanchir le teint : « Que l’on m’apporte dans ce bol de la pommade pour me blanchir le teint »34. (v. 2019). Le spectateur met en relation ce bol avec la coupe de la prostituée de Babylone mentionnée dans le prologue. Lucrèce périt, trahie par les cosmétiques empoisonnés qui la rongent, symbole de sa propre corruption intérieure, mais cette femme criminelle qui a éliminé son mari, Gismond di Viselli, en prétextant qu’elle se vengeait ainsi de la jalousie maladive de ce dernier, véritable poison au figuré [v. 566-568 : « Pour me venger de ces torts/ Et d’un amour empoisonné par ta jalousie, / J’ai conçu un piège insolite »35 (v. 566-568)] qui la privait de liberté, est elle-même victime d’un empoisonnement sournoisement organisé par son père Alexandre Borgia (v. 1830-1837). De la même manière, Alexandre est trahi par Rome, seconde Babylone : « Rome qui fut autrefois ta splendide concubine/ T’a maintenant abandonné »36 (v. 3076-3077).

Le basilic empoisonné : la passion amoureuse

18Ces préjugés, propres à la culture du début de l’époque moderne, font un amalgame fantasmagorique entre la femme, le poison, mais aussi la sorcellerie. La poésie pétrarquiste reprend ces thématique dans la métaphore du basilic. Dans le dixième sonnet de The Hekatompathia (1582), le poète de Thomas Watson perd la vue et la vie dès l’instant où il contemple le visage de la femme aimée au pouvoir ensorcelant qu’il se défend de comparer avec l’animal empoisonné, appelé indifféremment basilisk ou cockatrice :

  • 37 « Myne eyes dyefirst, which last enioyed life, / Not hurt by bleared eies, but hurt with light/ Of (...)

Mes yeux meurent d’abord, qui dernièrement étaient en vie.
Ils ne sont point blessés par un regard aveuglant, mais blessés par la lumière
D’une étoile éblouissante qui attise le brasier d’un conflit
Au fond de ma poitrine, le jour comme la nuit :
Et pourtant aucun basilic empoisonné n’y demeurait, tapis.
Les sourires de ses regards vertueux interdisent ce type de crainte insensée.37

  • 38 Le pétrarquisme, tel qu’il s’exprima en Angleterre, exaltait et idéalisait la femme, mais il conten (...)

19Le poète loue et idéalise la femme, mais les associations lexicales involontaires sont malheureuses, car sexistes38, et le sujet féminin est surtout associé à un processus générateur de mort.

Potions et poisons au théâtre

  • 39 Mais lago utilise le « poison métaphorique », beaucoup plus redoutable, III, 3, 329-333.
  • 40 « Giue them a Figg ». C’est à dire « Empoisonnez les ». Quand on voulait éliminer quelqu’un, on lui (...)
  • 41 « Poyson them ».
  • 42 William Haughton, Grim the Collier of Croydon ; or, The Devil and his Dame [Grim, charbonnier de Cr (...)

20Dans Le railleur, les deux sœurs Florida et Felecia manipulent les hommes et les amènent à utiliser le poison et non une arme, moyen peu fiable et trop dangereux (IV, 1, 110). Contrairement à Iago, qui déconseille le poison à Othello pour supprimer Desdémone, et lui propose un moyen plus direct (« N’employez pas le poison39. Étranglez la dans son lit... » : IV, 1, 197-198), Felecia suggère le poison, d’abord par une périphrase : « Donne leur une figue »40 (IV, 1, 111). Puis elle lâche le mot : « Empoisonne les »41 (IV, 1, 113). Le comportement des deux sœurs exprime la fixation de la société sur une image préconçue et stéréotypée de femme, à la fois dépravée et dangereuse, qui avait droit de cité à l’époque élisabéthaine. Il fait penser à la conduite de Marian, épouse révoltée de Castiliano (en fait le diable Belphegor) dans la comédie de William Haughton, Grim, charbonnier de Croydon, ou, le diable et sa femme42 :

  • 43 Harvey est un apothicaire que Marian utilise comme intermédiaire.
  • 44 « Here ’tis shall rid him ofhis hateful life, /And bless me with the style of widowhood./ ’Twas Har (...)

Marian : Voilà qui va le priver de sa vie détestable,
Et m’apporter la bénédiction de l’état de veuvage.
Ce fut la tâche de Harvey43 de confectionner si bien
Ce poison des plus redoutables qu’il pût concevoir.44
(IV, 1, 271-274)

21L’élégie de John Donne « Jalousie » [Jealosie] retrace une situation analogue à l’intrigue de Grim. Comme Marian, l’épouse infidèle organise la mort de son mari, tout en se plaignant de la jalousie maladive de ce dernier :

  • 45 Cette croûte est provoquée par des plaies consécutives à l’administration de poison.
  • 46 John Donne, in John Donne : The Elegies and the Songs and Sonnets, 1965 [John Donne : élegies, chan (...)

Femme stupide, qui souhaiterait voir mourir ton mari,
Et te plains pourtant de sa grande jalousie ;
Si, bouffi de poison, il gisait sur son lit de mort,
Le corps couvert d’une croûte desséchée45,
[ : ]
Tu ne pleurerais pas, mais tu serais toute joviale et exubérante,
Comme un esclave qui le lendemain serait libre ;
Pourtant tu pleures, quand tu le vois avidement
Avaler ce qui va provoquer sa propre mort, cette jalousie qui empoisonne son cœur.46
(v. 1-14)

  • 47 Frances E. Dolan, Dangerous Familiars : Représentations of Domestic Crime in England, 1550-1700 [Le (...)
  • 48 James Swanston Cockbum, The Nature and Incidence of Crime in England, 1599- 1625 : A Preliminary Su (...)
  • 49 How a Man May Choose a Good Wife from a Bad [Comment choisir entre une bonne et une mauvaise épouse (...)
  • 50 « Admit, my husband be inclin’d to vice, / My virtues may in time recall him home ».

22Selon Frances E. Dolan, le recours au poison représente une violation de la domesticité47. Cependant cette pratique était exceptionnelle. Les études historiques et sociologiques démontrent que le mythe de l’empoisonneuse diabolique au début de l’époque moderne ne repose sur aucun fondement. En fait le nombre de femmes assassinées par leur conjoint était quatre fois plus élevé que celui des femmes meurtrières de leur époux48. La littérature populaire s’empara de la thématique de la femme empoisonneuse. Le théâtre reflète cet imaginaire. Parmi les pièces qui mettent en scène des femmes empoisonneuses, Comment choisir entre une bonne et une mauvaise épouse49, pièce anonyme mais peut-être de la main de Thomas Heywood, introduit une galerie de personnages stéréotypés illustrant les préjugés dont on accablait les femmes. D’abord deux types de femmes opposés : Mistress Arthur est une épouse parfaite, silencieuse et fidèle malgré toutes les souffrances infligées par son mari [Mistress Arthur : « Il faut admettre que mon mari est enclin au vice ; / Je veux croire que mes vertus, le temps aidant, le ramèneront au foyer. »50 (III, 2,104-105)]. Inversement, Mistress Mary est une prostituée que Young Master Arthur, évocation conventionnelle du « fils prodigue », croyant avoir éliminé son épouse légitime en lui servant une coupe de vin empoisonné (III, 2, 258-313), compte épouser ensuite. Mais au poison est substituée une potion fournie par un apothicaire (III, 2, 139). Elle a la vertu de plonger le sujet dans une torpeur semblable à la mort :

  • 51 « In this paper is/ The juice of mandrake, by a doctor made/ To cast a man, whose leg should be eut (...)

Master Fuller : Vous trouverez dans cet emballage
Un suc de mandragore, extrait par un docteur,
Et capable de plonger un homme, dont on aurait amputé la jambe,
Dans un sommeil profond, insensible et glacé ;
D’aucun aura constaté son effet :
Tout souffle de vie abandonne quiconque l’absorbe
Pour une durée de deux fois douze heures.51

  • 52 John Mason, Mulleasses the Turk [Mulleasses le Turc], 1610, éd. Fernand Lagarde, « Jacobean Drama S (...)
  • 53 « Timoclea his wife [...] he now beleues is dead/ Poysond by me [...]/ His wife Timoclea liues with (...)
  • 54 « Image of death and daughter of the night, / Sister to Lethe ail oppressing sleepe, / Thou that am (...)

23Un autre stéréotype associé à l’usage du poison est le traitement de la figure du Machiavel à travers la vulgarisation qu’en fait le théâtre élisabéthain. Dans Mulleasses le Turc52, le Turc fourbe est un Machiavel encore plus expérimenté que son maître Borgias. Il fait croire par l’intermédiaire de son eunuque que Timoclea, épouse de Borgias, est morte (I, 2, 108-115). Maîtresse de Mulleasses, Timoclea, est complice (Mulleasses : « Il croit Timoclea sa femme [...] morte à présent, / Empoisonnée par mes soins [...]/ Sa femme Timoclea vit enfermée dans cette tombe./ Grâce à ce suc induisant le sommeil, versé/ Dans sa boisson, à la place du poison, on la croirait morte »53 : II, 1, 93-102). Comme dans Comment choisir... et Roméo et Juliette, le « suc induisant le sommeil » donne l’illusion de la mort : Mulleasses : « Image de la mort et fille de la nuit, / Sœur du sommeil accablant du Léthé, / Toi qui au cœur de milliers de rêves/ [...]/ Avale sans retenue ce jus de pavot qui coule à tes pieds »54 (II, 1,105-110).

  • 55 « This man’s condemn’d for pois ’ning of his wife ;/ His poison ’d wife yet lives, and I am she ».
  • 56 « Mistress Arthur : “This gentleman that first the poison gave, / And his friend, to be releas ’d I (...)

24Dans la comédie, le poison est souvent soit inefficace, soit détourné de sa fonction. Dans Comment choisir..., Mistress Arthur, que l’on croyait morte, est toujours vivante et prend la défense de son mari : « On condamne cet homme pour avoir empoisonné sa femme ;/ Sa femme empoisonnée est pourtant toujours vivante : la voici en ma personne »55 (V, 3, 170-171). Deux distiques rimés proclament la force de vie incarnée par Mistress Arthur : Mistress Arthur : « Je demande instamment que ce monsieur qui au départ procura le poison, / Ainsi que son ami, soient tous deux relâchés » (V, 3,175-176). Et pour donner un plus grand impact à sa démonstration, elle ajoute : « De meurtre il ne peut y avoir quand nul ne fut tué ;/ La vie de celle qu’on croyait morte est sauve »56 (v. 177-178).

  • 57 Arden oƒ Faversham [Arden de Faversham], 1592, éd. Martin White, Londres, The New Mermaids, 1995.
  • 58 « Put but a dram of this into his drink, / Or any kind of broth that he shall eat, /And he shall di (...)

25Mais dans la tragédie aussi le poison échoue à procurer la mort. Dans la grande tragédie domestique anonyme, Arden de Faversham57 la victime, Arden, se méfie (1. 365-366). La tentative d’empoisonnement avorte. Pourtant le peintre Clarke était formel : « Versez en seulement une goutte dans sa boisson, / Ou dans tout autre bouillon qu’il absorbera, / Et il immanquablement mourra dans l’heure qui suivra »58 (v. 283-285). Le poison effectif n’est donc qu’un procédé infaillible qui maintient le spectateur en haleine. À travers la thématique du poison se mettent en place des procédés théâtraux jouant sur la confusion, de même que des équivoques lexicales et des jeux de mots polysémiques.

3. Le « poison de l’altérité »

Les préconceptions xénophobes : la France et l’Italie

  • 59 Voir Miranda Wilson, Dark Works : Poison and the Emerging Epistemologies oƒ Early Modem England [So (...)

26Dans Le railleur, les répliques d’apparence anodine contiennent des allusions aux méfaits de l’empoisonnement, associé à la peur de l’autre, de l’étranger, de l’exotisme, toujours suspecté d’envahir et de corrompre le sujet. Malgré les références au poison dans un grand nombre de textes de l’époque, les auteurs persistent à prétendre que le poison est étranger au tempérament anglais59. La totalité de la pièce déborde d’allusions obscènes. Fromaga, dame de compagnie de Felecia, mais en réalité entremetteuse, présente à sa maîtresse un jeune homme (« Gentleman »), sensé avoir beaucoup voyagé (v. 114-115) qui va entrer à son service (v. 120-121). La conversation dérive sur la pratique des langues étrangères :

  • 60 « Felicia : Has a no skill in the French tongue ?/ Gentleman : Some little skill, Madam./ Fromaga : (...)

Felicia : N’a-t-il pas de talent dans la pratique de la langue française ?
Gentleman : Quelque petit talent, Madame.
Fromaga : Rien n’est moins sûr, Madame, je pense que Madame a une plus grande expérience de la langue française que lui60
(I, 2, 122-125).

  • 61 The French disease ou the French pox .

27La première dérive lexicale porte sur le substantif tongue qui, en dehors des langues étrangères, fait référence en réalité aux prouesses sexuelles et à la fellation. Elle entraîne la seconde avec l’allusion à la langue française (v. 125). La France avait la réputation d’être un pays aux mœurs dissolues et donc l’expérience de Felecia se comprend à un second niveau comme une insinuation que le corps de la jeune femme, porteuse de syphilis, est empoisonné et contaminé, l’expression the French étant une forme abrégée de « la maladie française » ou « la vérole française »61.

La contamination par l’étranger porteur de poison : la figure du Juif

  • 62 The Unfortunate Traveller, Or the Life of Jack Wilton [Le voyageur malchanceux, ou la vie de Jack W (...)
  • 63 « Zadoch, as all Jews [...] covetous [...], hadanotherpolicy in his head ».
  • 64 Phillip Stubbes, The Anatomie of Abuses, 1583, STC 23376, facsimile reprint, New York, Johnson Repr (...)

28À la fin de son roman picaresque ironique, Le voyageur malchanceux62, Thomas Nashe met en scène deux personnages juifs, Zadoch et Zacharie que le narrateur présente d’une manière stéréotypée, conforme aux préjugés antisémites de l’époque : « Zadoch, cupide comme tous les Juifs, [...] rumina dans son cerveau un plan entièrement différent »63 (p. 348). La notion de contamination semble être inhérente au Juif qui n’est que pestilence. Dans The Anatomie oƒ Abuses, Phillip Stubbes relate l’histoire d’un Juif qui, un jour de sabbat où nul ne doit travailler, refuse de l’aide et préfère se laisser mourir dans un cabinet, entouré d’excréments64.

Xénophobie et sexisme : la mise en abyme de deux clichés

  • 65 « She, being not unprovided oƒ strong poison, at that instant in the Pope ’s outward chamber so min (...)

29L’intérêt de The Unfortunate Traveller réside dans la superposition et la mise en abyme de jugements préconçus sur deux catégories séparées, mais toutes deux minoritaires, les Juifs et les femmes, que l’imaginaire de l’époque réunit dans la thématique discriminatoire du poison. Juliana, épouse du marquis de Mantoue et concubine du Pape s’est amourachée du héros, Jack Wilton, et s’inquiète en apprenant que le jeune homme est séquestré par un Juif (p. 348-349). Le pape, tombé malade, fait appel à Zacharie qui lui donne un léger tonique. Juliana ajoute à la dérobée un poison violent à la potion inoffensive : « Comme, en ce moment-là, elle n’était pas sans posséder une dose de poison violent, elle le mélangea si bien à la drogue dans la chambre contiguë à celle du pape que lorsque le grand chambellan vint en faire l’essai, il tomba raide mort sur les dalles »65. (p. 350-351). Juliana implore le pape, « en versant des larmes de crocodile » [with crocodile tears], d’adoucir la sentence de mort pour Zacharie en une peine d’exil, élargie à tous les membres de la communauté juive, tandis qu’elle parvient à suggérer au pape de lui faire don des biens de ce dernier :

  • 66 « ‘For Doctor Zacharie, ’ quoth she, ‘your ten-times ungrateful physician, since not withstanding h (...)

« Quant au Doctor Zacharie, » dit-elle, « votre médecin dix fois ingrat à votre égard, mais qui, malgré ses intentions traîtresses, est très expert en son art et qui, dans son cabinet et comme dans sa maison, détient beaucoup de simples, d’huiles, de gargarismes et de sirops d’un effet souverain et pouvant être de grand appui à Votre Grandeur, j’implore uniquement le don à ma personne de tous ses biens afin de garantir ainsi la préservation et le bonheur de Votre Béatitude. » Le pontife commença par sceller d’un baiser la requête qui lui était présentée et un édit papal proclama sans délai à travers toute la ville de Rome que tous les rogneurs de prépuces, qu’ils fussent du sexe masculin ou féminin, et du moment qu’ils appartenaient à l’antique Juiverie, devraient vider les lieux et disparaître, sous peine de pendaison moins de vingt jours après la date de la promulgation.66 (p. 351)

30Juliana rassemble en sa personne les principaux a priori contre la femme au début de l’époque moderne : elle est lubrique, calculatrice, perfide, et dangereuse :

  • 67 « Here was a wily wench [...] ; she was not to seek in her knacks and shifts : such are all women, (...)

Ah ! cette fille était une rusée commère [...] ; jamais elle ne s’embrouillait dans ses subterfuges et dans ses détours ; toutes les femmes sont ainsi ; chacune d’elles a un manteau pour se protéger des averses et chacune aussi sait, comme il lui plaît, troubler la vue de son époux.67 (p. 353)

31Elle projette ensuite d’utiliser du poison pour éliminer Jack Wilton après s’être livrée à des abus sexuels sur lui, comme sur ses précédents amants :

  • 68 « The poison [...] she th[ought] to keep [...] for some goodpurposes ; as, for example, when I was (...)

Ce poison [...] elle pensait l’utiliser [...] pour quelque bonne occasion : par exemple pour le moment où, quand je serais consumé [...] par l’abus qu’elle ferait de mon corps, elle m’en ferait boire juste une goutte de trop avant de me précipiter dans quelque latrine. Car c’est ainsi qu’elle avait réglé, avant ma venue, le sort de quelques uns de ses amants.68 (p. 357-358)

  • 69 « Thou, if thou beestplaced with [...], mayest temperpoison with her broth [...], and never be bewr (...)
  • 70 Jonathan Gil Harris, « The Excremental Jewish Pharmacon » [Le médicament juif excrémentiel], in For (...)

32Le recours au poison, utilisé hypocritement par Juliana, est mis en abyme par Zadoch qui, conscient d’avoir été berné par Juliana, se venge en usant du même procédé : il achète Diamante, qu’il détient prisonnière, et lui promet la liberté si elle consent à se faire employer par Juliana, pour l’empoisonner : « Mais toi, si on te place auprès d’elle [...], il te sera aisé de mêler du poison à ses bouillons [...], sans que jamais on découvre ton intervention. »69 (p. 356). Diamante, humiliée par Zadoch, fait mine d’accepter, puis, une fois engagée par Juliana, raconte tout à sa nouvelle maîtresse. La mise en abyme des deux thématiques concernant deux catégories minoritaires, les Juifs et les femmes, ces dernières étant opprimées dans une société patriarcale, permet d’établir une gradation ou une hiérarchie entre les deux. Le Juif, accusé de tous les maux, fait néanmoins figure de victime sacrificielle : piégé par le machiavélisme de Juliana, Zadoch meurt d’une façon atroce, mais toujours conforme aux préjugés et à la perception stéréotypée d’alors. Le Juif, étranger infiltré dans le pays, est, dans l’imaginaire renaissant, métaphoriquement associé à l’idée d’intrusion anale70. La mort de Zadoch, semblable à celle qu’on infligeait aux sodomites, est exemplaire dans ce sens :

  • 71 « Zadoch [...]should be executed with all the fiery torments that could be found out. [...] To the (...)

Zadoch [...] serait exécuté avec tous les tourments nés du feu qui pourraient être imaginés. [...] On l’amena au lieu d’exécution où on commença avant toutes choses, par le dépouiller ; puis, sur un pieu de fer bien pointu et solidement fiché dans le sol, on inséra son fondement, ledit pieu lui courant tout au travers du corps comme une broche.71 (p. 358-359).

33Mais Juliana est l’instigatrice de la manipulation subie par Zadoch. La mise en abyme des deux motifs, celui de la femme et celui du Juif, contribue à créer une ironie provenant du déplacement d’une perspective faussée, car le récit se termine sur la vengeance et le triomphe de la femme sur le Juif, exutoire et bouc émissaire qui paie le tribut des rancœurs de la gent féminine opprimée par la tutelle masculine :

  • 72 « Triumph, women : this was the end oƒ the whipping Jew, contrived by a woman, in revenge of two wo (...)

Triomphez, ô femmes, car telle fut la fin du Juif flagellateur en un supplice imaginé par une femme afin de venger deux autres femmes, elle-même et sa servante.72 (p. 359)

34Certainement l’aspect souvent itératif de la littérature élisabéthaine et jacobéenne ressassant les préjugés et les concepts stéréotypés d’une époque où la méfiance à l’égard de l’autre semblait être de mise ne peut échapper ni au spectateur ni au lecteur d’une prose et d’une poésie plutôt conventionnelles. Si l’étranger est présenté comme toxique, la gent féminine n’est pas plus épargnée. Les portraits de femmes meurtrières, peu convaincants en raison de leur caractère outrancier, demeurent irréels et trahissent les préoccupations et les craintes d’une société appartenant à un siècle éloigné, société à la fois phobique et dominée par une conception patriarcale. Néanmoins l’apparence figée de cette littérature au caractère codifié n’empêche pas aux œuvres de nous parler et d’exercer un attrait en révélant le riche imaginaire d’une époque révolue. Le thème du poison est évoqué en permanence mais il n’est pas vraiment le propos puisque l’intérêt ne réside pas dans une intrigue centrée sur les méfaits du poison, puisque celui-ci est souvent soit inopérant, soit fictif. Le sujet donne lieu à des échanges spirituels et il n’est au fond qu’un prétexte permettant aux auteurs de se livrer avec délectation à une manipulation de la langue pour le plus grand plaisir de chacun de nous.

Notes

4 Barnabe Bames, The Divils Charter : A Tragœdie conteining the Life and Death of Pope Alexander the Sixt [Le pacte du diable : tragédie sur la vie et la mort du pape Alexandre six], 1607, éd. R.B. McKerrow, Louvain, A. Uystpruyst, 1904.

5 Edward Coke, « The Third Institute of the Laws of England » (Londres : 1602), p. 48. Cité par Fredson Bowers dans « The Audience and the Poisoners in Elizabethan Tragedy » [Le public et les empoisonneurs dans la tragédie élisabéthaine], Journal oƒ English and Germanie Philology, vol. 36, 1937, p. 491-504, p. 497. Poison [...] is [...] most horrible, and fearfull to the nature of man, and oƒ all others can be least prevented, either by manhood or providence.

6 Thomas P. Harrison, « The Literary Background of Renaissance Poisons », [Le contexte littéraire des poisons à la Renaissance], Studies in English, vol. 27, juin 1948, p. 35-67, p. 35.

7 Voir Martin Wiggins, Journeymen in Murder : The Assassin in English Renaissance Drama [Les apprentis du meurtre : l’assassin dans le drame élisabéthain à la Renaissance], éd. Martin Wiggins, Oxford, OUP, 1991, p. 138-142.

8 Voir le sonnet 118 de Shakespeare où le distique rimé final souligne la confusion, p. 1963. Voir aussi les sonnets 114 et 137, p. 1961 et p. 1969-1970. Toutes les références à Shakespeare renvoient à l’édition : William Shakespeare, Complété Works : The Norton Shakespeare, based on the Oxford Edition, éd. Stephen Greenblatt, Londres, W.W. Norton, 1997. Pour Philip Sidney, l’ambivalence des sentiments est frappante, la femme aimée étant à la fois douceur et poison dangereux. Voir Astrophil and Stella, 1581-1582, in Sir Philip Sidney, The Major Works, including Astrophil and Stella, 1989 [Sir Philip Sidney : principales œuvres, incluant Astrophil et Stella], éd. Katherine Duncan-Jones, Oxford, OUP, 2002, p. 153-211, cinquième chant, p. 191.

9 Tanya Pollard, Drugs and Theater in Early Modem England [Drogues et théâtre dans l’Angleterre pré-moderne], Oxford, OUP, 2005, p. 6.

10 The Faerie Queene [La reine des fées], 1596, in Spenser : Complete Poetical Works, 1912 [Spenser : œuvres poétiques complètes, 1912], éd. J.C. Smith and E. de Selincourt, Oxford, OUP, 1988, p. 1-406.

11 Edmund Spenser, The Faerie Queene, livre 3, chant 5, st. 32, v. 6, p. 169.

12 Edward Sharpham, The Fleire [Le railleur], 1607, in A Critical Old Spelling Edition of the Works oƒ Edward Sharpham [Une édition critique en langue originale de l’œuvre d’Edward Sharpham], éd. Christopher Gordon Petter, The Renaissance Imagination, vol. 18, New York et Londres, Garland Publishing, 1986, p. 245-303.

13 John Harington, Why Paulus takes so much Tobacco [Pourquoi Paulus prend tant de tabac], in The Letters and Epigrams of Sir John Harington, livre II, éd. Norman Egbert McClure, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1930, p. 145-322, épigramme 134, p. 199-200. He swears tis salue for all diseases bred [...]. It cures that ill, which some haue thought incurable.

14 Jacques Ier, A Counterblaste to Tobacco, 1604, [Une réplique sur l’usage du tabac], Texte sur internet transcrit par Risa S. Bear, de James I. Essayes in Poesie. 1585, 1604, Arber, 1869 http://hdl.handle.net/1794/759 (consulté le 12/04/2011).

15 « It is the Kings part (as the proper Physician of his Politicke-body) to purge it of all those diseases, by Medicines meete for the same ».

16 « For Tobacco being a common herbe, which (though vnder diuers names) growes almost euery where, was first found out by some of the barbarous Indians, to be a Preseruatiue, or Antidot against the Pockes, a filthy disease, whereunto these barbarous people are (as all men know) very much subiect, what through the vncleanly and adust constitution of their bodies, and what through the intemperate heate of their Climat : so that as from them was first brought into Christendome, that most detestable disease, so from them likewise was brought this vse of Tobacco, as a stinking and vnsauorie Antidot, for so corrupted and execrable a Maladie, the stinking Suƒƒumigation whereoƒ they yet vse against that disease, makingso one canker or venime to eate out another ».

17 Le vocabulaire a un second sens grivois : shoe (= la chaussure) désigne aussi les organes génitaux masculins, et upright shoe signifie un pénis en érection.

18 mettle et metal, se prononçant de la même manière [/metl], constituent l’antanaclase.

19 « Spark : Looke, looke, – this fellow is like your vpright shoo, he will serue either foote./Petoune : Good Ladie, haue a better regarde of mee, doe but thinke me made of the same méttlé other men are./Susan : Iƒ others were oƒ the same méttall y ou are, and all mine, I shoulde quickelie sell them to the Bel-makers./Petoune : Why, what méttlé doe y ou thinke me ?/ Susan : Copper, sir, copper, for I take your bodie to be oƒ the same méttall your nose is./ Petoune : Deare Ladie, now by this day I loue you ».

20 Voir Shakespeare, Troilus and Cressida, I, 2, 96-98.

21 Voir Petter Christopher Gordon, Introduction et notes à The Fleire de Edward Sharpham, p. 220.

22 Edward Coke, The Third Institute..., p. 51, cité par Fredson Bowers dans The audience..., op. cit., p. 503.

23 « Antifront/Fleire : If you want any thing, ile vse you well, if you want any drugs to make lotiums, any Restringent Powders, anie Aqua Mirabilis, any Cordiall receipts, or anie Pretions poysons ? ».

24 Voir Thomas P. Harrison, The Literary Background..., op. cit., p. 36.

25 Voir Lauren Kassel, « How to Read Simon Forman’s Casebooks : Medicine, Astrology, and Gender in Elizabethan London » [Comment lire les recueils de jurisprudence de Simon Forman : médecine, astrologie, et genre dans le Londres élisabéthain], Social History of Medicine 12.1, 1999, p. 3-18, p. 5.

26 « being esteemed the weaker vessels, they thought the lesser blow would breake vs ».

27 « Rather then in vertue to liue poore, in sinne Ile dye ».

28 « The venom or poison of an harlot ».

29 Reginald Scot, The Discoverie of Witchcraft [La révélation de la sorcellerie], 1584, éd. Montague Summers, réédition de l’édition de John Rodker [Londres 1930], New York, Dover Publications, 1989, Livre XIII, chap. 10, p. 172. « The vertue conteined within the bodie of an harlot, or rather the venome proceeding out oƒ the same maie be beheld with great admiration. For hir eie infecteth, entiseth, and (if I maie so saie) bewitcheth them manie times, which thinke themselves well armed against such maner of people. Hir toong, hir gesture, her behaviour, hir beautie, and other allurements poison and intoxicate the mind : yea, hir companie induceth impudencie, corrupteth virginitie, confoundeth and consumeth the bodies, goods, and the verie soules of men. And finallie hir bodie destroieth and rotteth the verie flesh and bones of mans bodie ».

30 « Our suiect is of bloud and Tragédie, /Murther, foule Incest, and Hypocrisie ».

31 « Behold the Strumpet of proud Babylon, / Her Cup with fornication foaming full ».

32 Voir l’emblème 79 dans A Choice of Emblemes, de Geffrey Whitney, intitulé Sœpius in auro bibitur venenum [Quite oƒten poison is drunk ƒrom golden cups : « Bien souvent le poison se boit dans des coupes d’or »]. Geffrey Whitney, A Choice oƒ Emblems, 1586, éd. John Manning, Scolar Press, Aldershot, Gower Publishing Company, 1989, p. 79. Le motif de la coupe en or contenant du poison avait une valeur proverbiale : Poison is hidden in golden cups [Le poison se cache dans des coupes d’or]. Voir Morris Palmer Tilley, A Dictionary of the Proverbs in England in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, 1950, Ann Arbor, Michigan, University of Michigan Press, MIDS, 1986, p. 548 (P458).

33 Apocalypse, 17, 4-5.

34 « Bring me some blanching water in this bowle ».

35 « To reuenge these wrongs/ And loue impoison ’d with thy iealousie, / I haue deuised such a curious snare ».

36 « Rome Which once was thy gorgeous concubine/ Hath now forsaken thee ».

37 « Myne eyes dyefirst, which last enioyed life, / Not hurt by bleared eies, but hurt with light/ Of such a blazing starre as kindeleth striƒe/ Within my brest as well by day as night : / And yet no poysned Cockatrice lurk’d there, / Her vertuous beames dissuade such foolish feare ».

38 Le pétrarquisme, tel qu’il s’exprima en Angleterre, exaltait et idéalisait la femme, mais il contenait en filigrane un certain dédain misogyne. Voir Mary Beth Rose, The Expense oƒ Spirit : Love and Sexuality in English Renaissance Drama [Les dépens de l’esprit : l’amour et la sexualité dans le drame anglais renaissant], Ithaca and London, Comell University Press, 1988, p. 21.

39 Mais lago utilise le « poison métaphorique », beaucoup plus redoutable, III, 3, 329-333.

40 « Giue them a Figg ». C’est à dire « Empoisonnez les ». Quand on voulait éliminer quelqu’un, on lui servait une figue empoisonnée. L’expression fut proverbiale dès la fin du XVIe siècle et le resta tout au long du XVIIe siècle. Voir Tilley, A Dictionary of the Proverbs..., op. cit., p. 211 (F213).

41 « Poyson them ».

42 William Haughton, Grim the Collier of Croydon ; or, The Devil and his Dame [Grim, charbonnier de Croydon, ou, le diable et sa femme], 1600, in A Select Collection of Old English Plays, éd. W. Carew Hazlitt, vol. 8, New York, Benjamin Blom, 1874, p. 386-470.

43 Harvey est un apothicaire que Marian utilise comme intermédiaire.

44 « Here ’tis shall rid him ofhis hateful life, /And bless me with the style of widowhood./ ’Twas Harvey ’s work to temper it so well : / The strongest poison that he could devise ».

45 Cette croûte est provoquée par des plaies consécutives à l’administration de poison.

46 John Donne, in John Donne : The Elegies and the Songs and Sonnets, 1965 [John Donne : élegies, chants et sonnets], éd. Helen Gardner, Oxford, OUP, 2000, p. 9-10. « Fond woman, which would’st hâve thy husband die, /And y et complain’st of his great jealosie ;/ Iƒ swolne with poyson, hee lay in ’his last bed, /His body with a sere-bark covered, / [...]/ Thou would’st not weepe, but jolly, ’and frolicke bee, / As a slave, which to morrow should be free ;/ Yet weep ’st thou, when thou seest him hungerly/ Swallow his owne death, heart-bane jealosie ».

47 Frances E. Dolan, Dangerous Familiars : Représentations of Domestic Crime in England, 1550-1700 [Le danger des familiers : représentations du crime domestique en Angleterre, 1550-1700], Ithaca et Londres, Comell University Press, 1994, p. 30.

48 James Swanston Cockbum, The Nature and Incidence of Crime in England, 1599- 1625 : A Preliminary Survey [Nature and fréquence du crime en Angleterre, 1599- 1625 : exposé préliminaire], Princeton, PUP, 1977, p. 57.

49 How a Man May Choose a Good Wife from a Bad [Comment choisir entre une bonne et une mauvaise épouse], 1602, in A Select Collection of Old English Plays [Collection choisie de vieilles pièces], éd. W. Carew Hazlitt, vol. 9, New York : Benjamin Blom, 1874, p. 3-96.

50 « Admit, my husband be inclin’d to vice, / My virtues may in time recall him home ».

51 « In this paper is/ The juice of mandrake, by a doctor made/ To cast a man, whose leg should be eut oƒƒ, / Into a deep, a cold, and senseless sleep ;/ Oƒ such approved operation/ That whoso takes it, is for twice twelve hours/ Breathless ».

52 John Mason, Mulleasses the Turk [Mulleasses le Turc], 1610, éd. Fernand Lagarde, « Jacobean Drama Studies » 30, Salzburg Universität [Université de Salzbourg], 1979.

53 « Timoclea his wife [...] he now beleues is dead/ Poysond by me [...]/ His wife Timoclea liues within this tombe/ Made seeming liuelesse by a sleepy juyee/ Infusd in stead of poyson in her cup ».

54 « Image of death and daughter of the night, / Sister to Lethe ail oppressing sleepe, / Thou that amongst a hundred thousand dreams/ [...]/ Lye quaffing iuce of Poppy at thy feete ». Voir Macbeth (II, 3, 72-74), p. 2581.

55 « This man’s condemn’d for pois ’ning of his wife ;/ His poison ’d wife yet lives, and I am she ».

56 « Mistress Arthur : “This gentleman that first the poison gave, / And his friend, to be releas ’d I crave : / Murther there cannot be where none is kill ’d ;/ Her blood is sav ’d, whom you suppos ’d was spill ’d” ».

57 Arden oƒ Faversham [Arden de Faversham], 1592, éd. Martin White, Londres, The New Mermaids, 1995.

58 « Put but a dram of this into his drink, / Or any kind of broth that he shall eat, /And he shall die within an hour after ».

59 Voir Miranda Wilson, Dark Works : Poison and the Emerging Epistemologies oƒ Early Modem England [Sombres besognes : le poison et les épistémologies émergentes dans l’Angleterre pré-moderne], thèse, Université de Caroline du Nord, Chapel Hill (2003), Ann Arbor, Michigan, U.M.I.D.S., 2008. Elle cite Francis Bacon, Charge against Wentworth, p. 216-217 : « I may say of it [= poisoning], non est nostri generis, nec sanguinis. It is rare in the island of Britany. It is neither of our country, nor of our church ». [ « Je peux affirmer ceci [= en parlant du poison], non est nostri generis, nec sanguinis. Il est rare sur l’île de Grande Bretagne. Il est étranger autant à notre pays qu’à notre église]. », M. Wilson, Dark Works..., p. 5.

60 « Felicia : Has a no skill in the French tongue ?/ Gentleman : Some little skill, Madam./ Fromaga : No sure Madam, I think your ladyship hath more knowledge/ of the French then he ».

61 The French disease ou the French pox .

62 The Unfortunate Traveller, Or the Life of Jack Wilton [Le voyageur malchanceux, ou la vie de Jack Wilton], 1594, in Thomas Nashe : The Unfortunate Traveller and Other Works, 1972, [Thomas Nashe : Le voyageur malchanceux et autres œuvres], éd. J.B. Steane, Londres, Penguin Classics, 1985, p. 251-370. Traduction française de Charles Chassé, « Collection bilingue des classiques étrangers », Paris, Aubier Éditions Montaigne, 1954.

63 « Zadoch, as all Jews [...] covetous [...], hadanotherpolicy in his head ».

64 Phillip Stubbes, The Anatomie of Abuses, 1583, STC 23376, facsimile reprint, New York, Johnson Reprint Corporation, 1972, sig. M8v. Le Juif est associé aux excréments dans l’imaginaire d’alors. Voir James Shapiro, Shakespeare and theJews [Shakespeare et les Juifs], New York, Columbia University Press, 1996, p. 36-38.

65 « She, being not unprovided oƒ strong poison, at that instant in the Pope ’s outward chamber so mingled it, that when his grand-sublimity-taster came to relish it, he sank down stark dead on the pavement ».

66 « ‘For Doctor Zacharie, ’ quoth she, ‘your ten-times ungrateful physician, since not withstanding his treacherous intent, he hath much art and many sovereign simples, oils, gargarisms, andsyrups in his closet and house that may stand your Mightiness in stead, I beg all his goods only for your Beatitude’s reservation and good. ’ This request at the first was sealed with a kiss, and the Pope ’s edict without delay proclaimed throughout Rome, namely, that all foreskin clippers, whether male or female, belonging to the Old Jewry, should départ and avoid upon pain oƒ hanging, within twenty days aƒter the date thereof ».

67 « Here was a wily wench [...] ; she was not to seek in her knacks and shifts : such are all women, each of them hath a cloak for the rain and can bear her husband’s eyes as she list ».

68 « The poison [...] she th[ought] to keep [...] for some goodpurposes ; as, for example, when I was consumed [...] through her abuse, she wouldgive me but a dram too much, and pop me into a privy. So she had served some of her paramours ere that ».

69 « Thou, if thou beestplaced with [...], mayest temperpoison with her broth [...], and never be bewrayed ».

70 Jonathan Gil Harris, « The Excremental Jewish Pharmacon » [Le médicament juif excrémentiel], in Foreign Bodies and the Body Politic : Discourses of Social Pathology in Early Modem England [Corps étrangers et corps politique : discours de pathologie sociale dans l’Angleterre pré-moderne], Cambridge Studies in Renaissance Literature and Culture 25, General ed. Stephen Orgel, Cambridge, C.U.P., 1998, p. 79-106, p. 87-88.

71 « Zadoch [...]should be executed with all the fiery torments that could be found out. [...] To the execution place was he brought, where first and foremost he was stripped ; then on a sharp iron stake fastened in the ground he had his fundamental pitched, which stake ran up along into the body like a spit ».

72 « Triumph, women : this was the end oƒ the whipping Jew, contrived by a woman, in revenge of two women, herselƒ and her maid ».

Auteur

Université de Valenciennes, CALHISTE – EA 4343

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search