Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Edmond Michelet (1899-1970) et l’Église

 | 
Nicole Lemaitre

II. Un chrétien dans le monde

Les sources de la spiritualité d’Edmond Michelet et la manière de les vivre

Nicolas Risso

Texte intégral

1Il est difficile pour l’historien de dégager les sources d’une spiritualité. Difficile, car l’intention historique nous renvoie d’abord à la maîtrise de la documentation alors que la spiritualité fait appel aux mouvements de l’âme, c’est-à-dire à la part la plus intime donc la moins facilement appréhendable d’un être. Mais il y a une particularité propre au judéo-christianisme, celle d’affirmer qu’il est une religion de l’histoire : la foi des chrétiens se dit à l’aune de ce Dieu qui vient à l’homme, comme l’a écrit le théologien jésuite Joseph Moingt. Les traces d’une spiritualité se trouvent bien dans la contingence historique, dans l’œuvre du temps, et ces traces sont l’écho de l’intime relation qui lie le croyant et son Dieu. Nous sommes donc aujourd’hui conduits à un parcours historique.

La première des sources : l’éducation familiale

  • 1 Jean Charbonnel, Edmond Michelet, Paris, 1987, p. 9 – Claude Michelet, Mon père Edmond Michelet, P (...)

2C’est d’abord dans l’enfance qu’il faut rechercher les sources les plus anciennes de la spiritualité de Michelet, une enfance marquée par la présence centrale de son père et de sa mère, tous deux fervents catholiques. Il a été beaucoup dit et écrit sur cette enfance1. Nous nous attarderons sur ce qui a toujours constitué une évidence mais qu’il nous faut relever tout de même : la famille Michelet témoigne de convictions humaines, morales, religieuses et politiques fortes, donc d’identités marquées. Parmi ces identités fondatrices, celles d’un père et d’une mère bien différents l’un de l’autre : ainsi, le père se rattache au Sillon tandis que la mère est monarchiste et pour finir maurassienne. La première source de la personnalité de Michelet est là et toute sa vie en sera marquée.

  • 2 Lettres d’Edmond Michelet à sa fiancée, du 3 avril 1921 au 8 février 1922, archives privées de la (...)
  • 3 Benoît Rivière, Prier 15 jours avec Edmond et Marie Michelet, Bruyères-le-Châtel, 1999.

3Il va par là répondre à ces trois dimensions de la conjugalité : celle de l’époux (du fiancé), dont témoignent les lettres intimes d’Edmond à Marie, et cela dès leurs fiançailles2 ; celle du père : on ne peut pas dire qu’il n’ait pas reçu les marques d’une profonde piété filiale ; celle du grand-père : nous renvoyons ici au témoignage de Benoît Rivière3.

4La figure d’Octave Michelet mérite que l’on s’y arrête. Au sujet de son père, Edmond écrit :

  • 4 C. Michelet, op. cit., p. 32.

Si j’ai compris plus tard et tant admiré Péguy c’est parce que mon Père, qui était à la fois son compatriote et son contemporain, m’avait préparé à recevoir ses leçons. Ne m’avait-il pas offert l’exemplarité d’un homme qui, dans un métier méprisé des raffinés, recherchait toujours son optimum ? Il se faisait de la profession une haute idée qui ôtait l’envie d’en rire à ceux qui la trouvaient dépourvue de noblesse. Je l’ai vu, dans mon enfance, servir des clients, s’assurer qu’ils ne seraient trompés ni sur le poids de la marchandise, ni sur la qualité : faire son devoir d’état du même cœur que les bâtisseurs de cathédrales Loyauté fait ma force, disait une veille devise, Octave Michelet aurait pu la faire sienne.4

5Il faut entendre avec force cette expression qui marque une constante dans la vie de Michelet : « faire son devoir d’état et du même cœur que les bâtisseurs de cathédrales ».

6Comme beaucoup d’autres de sa génération, le jeune Michelet fait l’expérience d’une éducation marquée par la qualité du sens du devoir, le primat de l’intelligence de situation, et une ouverture certaine à la nouveauté (ce qui est peut-être original pour un jeune vivant en Béarn). Octave Michelet offre enfin deux lieux d’ouverture fondamentaux au jeune Edmond : l’étranger et le Sillon. L’apprentissage de l’anglais (en 1913-1914) favorise le décentrement du garçon et son premier contact avec un monde plus vaste que l’épicerie. Le jeune Michelet doit par ailleurs se confronter aux idées républicaines de son père, lui qui, au collège de l’Immaculée Conception, fait partie des conférences Saint-Vincent-de-Paul. Il ne faut pas oublier non plus la confrontation affective au père, au caractère emporté – dont Michelet héritera. L’ouverture à la nouveauté, à la différence, a développé chez lui une capacité à voir toujours plus haut et plus loin.

7Victoire Jehanne, sa mère, est la figure de l’apprentissage intellectuel et moral, de l’attachement à la foi et à la prière de l’Église. C’est ici qu’il faut évoquer les sources liturgiques de la spiritualité d’Edmond Michelet. Citons le discours au cercle Saint-Sernin de Brive, le 10 mars 1921 :

  • 5 Cité par B. Rivière, op. cit., p. 82.

Une autre source de force c’est l’eucharistie. Quand nous aurons obtenu cette foi […] nous aurons alors faim et soif de cet aliment divin et nous éprouverons le désir d’aller nous en nourrir. Cependant cela ne veut pas dire que l’accès au banquet de vie ne soit réservé qu’à ceux qui sont dans un état relativement parfait. Ce serait commettre une monstrueuse hérésie que d’affirmer une pareille chose et il est bien évident que les premiers qui devraient user de ce sacrement sont précisément ceux dont les progrès à accomplir sont les plus grands puisque ce sont eux qui en ont le plus besoin.5

8Si Michelet découvre avec son père une certaine forme d’approche de la réalité qui le rattachera plus tard à une vison sapientielle de celle-ci, avec sa mère et à sa suite, il fait l’apprentissage de la prière qui va « normer » sa compréhension du monde, de Dieu et de l’Église. Lex orandi, lex credendi : il ne parlera que de ce qui est intérieurement compris, éprouvé, discerné.

La seconde des sources : l’action catholique

  • 6 Ibid., 1925.
  • 7 E. Michelet, discours au congrès diocésain de l’ACJF de 1925, adresse à Mgr Castel, évêque de Tull (...)

9L’Association Catholique de la Jeunesse Française (ACJF), fondée par Albert de Mun en 1886, compte en 1914 plus de 140 000 membres. Trois textes de Michelet, deux aux congrès diocésains de l’ACJF de 1925 et 1931, et un texte daté par Yves-Marie Hilaire de 19336, aident à saisir les contours de cette spiritualité de l’action catholique. Michelet écrit : L’ACJF c’est un idéal, un idéal pour lequel on vit, pour lequel ont vécu de grands amis comme Bazire, un idéal aussi pour lequel on meurt et je pense en ce moment à ce cher ami que j’accompagnais il y a deux ans à peine sur nos routes limousines : « Tu diras à Pierre M. et à son ami (deux jeunes ouvriers qui se sont effectivement convertis depuis lors et actuellement dirigeant d’un groupe de JOC), tu leur diras (murmurait-il sur son lit de mort à 27 ans) que j’offre ma vie pour eux, pour leur conversion, et j’offre aussi ma vie pour l’ACJF, pour la JOC, pour la rechristianisation du peuple, pour l’atelier et pour la famille, pour les francs-maçons, pour les foyers égoïstes sans enfants ». Vous voyez bien que l’ACJF est un idéal et un bel idéal puisqu’elle permet à un jeune des Beaux-Arts de 27 ans, le plus brillant, de mourir avec de pareils sentiments.7

10Le ton est donné : c’est un idéal fort, pour lequel il est possible de mourir, de donner sa vie pour la conversion et pour la re-christianisation de la France – nous dirions aujourd’hui pour l’annonce de la foi. Pour réaliser l’œuvre de l’Église, il faut des chrétiens dans le monde et pour le monde.

11Pour cela, il faut que l’ACJF se donne des moyens. Le premier, c’est la capacité à se mobiliser, à être missionnaire soi-même.

  • 8 Ibid.

Qu’y a-t-il de plus exaltant, chers amis, que ce pouvoir de vie ? Grâce à vous, à vos démarches auprès de tel ou tel curé, grâce à vos visites renouvelées, vers telle ou telle paroisse, grâce à vos efforts enfin nous avons réussi à créer de nouveaux groupes.
Créer des groupes, la vie religieuse et la vie paroissiale sera plus active, […] de plus en plus de jeunes s’approcheront des sacrements.8

12Le deuxième moyen, c’est l’étude.

  • 9 Ibid.

Ayez des jours fixes de réunions et rendez vos réunions intéressantes, que chacun de vous dans ce cercle prenne la parole (comme aux Équipes sociales) sur un sujet pour lequel il est le plus qualifié […]. Un groupe vivant, c’est un groupe qui possède un cercle d’étude. L’ACJF, c’est un cercle où doit se développer l’amitié.9

13Le troisième moyen, c’est la piété.

  • 10 Ibid.

Il faut que chacun de vous prenne aujourd’hui la résolution d’intensifier sa vie surnaturelle, ne perdons pas de vue que le premier mot de notre devise est piété.10

14On retrouve bien les trois thèmes centraux de l’Association Catholique de la Jeunesse Française que Michelet a pratiquée avant-guerre.

  • 11 C’est-à-dire la découverte d’un Dieu qui ne peut être vu tel qu’Il est que lorsqu’Il ouvre Lui-mêm (...)

15La question de la piété renvoie à la vision surnaturelle de l’existence : l’homme est conduit à la vision béatifique11. C’est en cela, et à cette époque, que la vie spirituelle de Michelet trouve un enracinement dans la liturgie et qu’il la fait éprouver à ses camarades comme l’œuvre de la rédemption. La participation à l’office divin et à la messe n’est pas un énoncé annexe de la vie de foi chez Michelet, mais bien un des fondements de sa piété et de sa compréhension du Dieu des chrétiens. L’étude est constitutive d’une foi qui grandit et mûrit en lui, car éclairée par la raison. Celle-ci rend intelligible le mystère de la foi (le fameux Fides quaerens intellectum de saint Anselme). Cette étude conduit aussi, à travers une vision spécifiquement chrétienne du monde, à une compréhension de celui-ci. Dans l’action enfin, la pratique de la foi s’inscrit dans une double perspective missionnaire et caritative. L’action sociale n’est pas le résultat d’une spéculation politique ; elle est constitutive de l’acte de foi.

  • 12 Cité par Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française, histoire d’une condamnation, Par (...)
  • 13 E. Michelet, Lettre à l’abbé G., Paris, La Jeune Parque, p. 13.

16Cette triple dimension de l’ACJF dont témoigne Michelet à cette période de sa vie nous renseigne sur son sens de Dieu mais aussi sur son sens ecclésial, qui déterminent de façon durable son rapport au monde. Cette découverte et cet enracinement de Michelet dans l’action catholique se situent au lendemain de la première guerre mondiale, sous le pontificat de Pie XI et au moment de la rupture de l’Église avec l’Action française. À la mystique nationaliste de celle-ci, il lui est désormais possible d’opposer l’apostrophe de Pie XI rapportée par Charles Flory : « Pour être catholique, il faut d’abord être chrétien »12. Cela entraînera non seulement la rupture avec le mouvement maurrassien mais réorientera complètement dans sa vie le rapport foi/politique, nationalisme/internationalisme. La foi et la conscience de Michelet s’inscrivent ainsi dans la primauté du spirituel, comme il le dit lui-même, empruntant à raison l’expression à Maritain : il s’agit bien de montrer que le spirituel ne conduit pas au spiritualisme, au mythisme lyrique mais bien à une vision du réel qui renvoie à une vision chrétienne du monde13. Au nationalisme sclérosant s’oppose plus tard l’œcuménisme qui cherche non pas ce qui divise les cultures et les peuples mais comprend que le christianisme est ce qui unit la culture des nations d’origine européenne.

17Cette triple dimension de l’action, de l’étude et de la prière constitue comme les piliers de la vie de Michelet, notamment dans ses contacts avec les intellectuels catholiques (Jacques Maritain, le père Maydieu, Georges Hourdin) et des hommes d’Église très différents (évêques, prêtres et pasteurs comme frère Roger Schutz de Taizé). L’étude, indissociable de la culture, est pour Michelet un moyen d’extraire l’homme de la tentation du mal ou du désespoir ; à Dachau avec les déportés comme au ministère de la Justice au niveau des orientation de la politique pénitentiaire, il met cette conviction à l’œuvre. Le même constat peut être fait en ce qui concerne la prière et la messe quotidienne, la liturgie de l’Église, ou encore dans l’action politique entendue comme une œuvre missionnaire.

La spiritualité conjugale

  • 14 Lettres d’E. Michelet à sa fiancée, du 3 avril 1921 au 8 janvier 1922. Archives familiales.
  • 15 Ep. 3, 14-16.

18Rue de la liberté est dédicacé par Michelet à ses enfants, ses petits-enfants et « à l’incomparable Mamée ». Il y a dans cette expression toute la puissance de l’affection qui lie Edmond Michelet et Marie Vialle, épousée le 15 février 1922. Les archives ont conservé de nombreuses traces de cette relation conjugale. Depuis leur première rencontre et la première lettre, le 3 avril 192114, et hormis le temps de la captivité et les périodes de très longs voyages comme celui de Chine, il ne se passa quasiment pas un jour où les époux ne furent en contact d’une façon ou d’une autre – et ils furent absolument toujours reliés par et dans la prière. Il est difficile pour l’historien d’illustrer ce lien affectif, non pas qu’il manque les matériaux, mais par respect et pudeur pour une histoire qui demeure le trésor intime de deux êtres. Il ne s’agit donc pas ici de puiser au for interne, mais de comprendre de l’extérieur les contours de cette relation matrimoniale, en quoi elle constitue un socle dans la vie de Michelet, comment elle en « fortifie l’être intérieur »15.

19La première rencontre d’Edmond avec Marie a lieu chez des amis le 3 juillet 1920. Il l’évoque dans une lettre à l’occasion de leur premier anniversaire :

  • 16 Lettre du 4 juillet 1921. Archives familiales.

Il y a un an aujourd’hui, c’était dimanche. J’avais passé la plus grande partie de ma journée au cercle et, je m’en souviens fort bien encore, je rentrai tôt le soir dans ma petite chambre de la caserne Brune. Et là, lorsque vint l’heure de la prière, je m’agenouillai devant l’image de Jeanne d’Arc que vous connaissez et, je le confesse humblement, ma méditation de ce soir-là fut plus longue qu’à l’habitude. J’étais distrait ; malgré moi je songeais à la vision de la veille et à nouveau je me demandais le motif qui m’avait poussé à tracer, au bas de l’image, cette date du 3 juillet 1920. Je n’osais me répondre tant mon trouble était grand et tant je sentais en moi quelque chose de changé. Et en m’endormant je demandai au bon Dieu de vouloir bien me protéger, de me montrer le chemin qu’il me destinait. La nuit, comme la précédente, je me réveillai… et c’était pour penser tout aussitôt au regard que j’avais croisé, à deux beaux grands yeux qui, l’espace d’une infinie seconde, avaient croisé les miens… Il y a un an aujourd’hui ! ».16

20Il y a une constante dans la vie de Marie et Edmond Michelet : celle de la prière. Leur vie conjugale est irriguée par la prière. Cette prière n’est pas une simple sublimation d’une absence mais bien l’ouverture au désir dès les premières absences, c’est-à-dire dès le départ en Allemagne, le 28 mars 1921, jusqu’à la mort de Michelet en 1970, autrement dit quarante-neuf ans de désir au creux d’une présence marquée par l’absence. Ils parleront du désert de la séparation, un désert de l’attente vécue en Christ :

  • 17 Lettre du 29 juillet 1921. Archives familiales.

Je sais bien qu’il devrait nous suffire, pour nous faire patienter, de songer au bonheur indicible qui nous attend après cette longue épreuve, de regarder autour de nous où, somme toute, le bonheur est rare… et conditionnel. Plus simplement, nous devrions avoir recours à la prière, à la bienfaisante méditation, à l’abandon complet à Jésus, en ce Jésus qui nous réserve tant de joie.17

21Ces abandons doivent conduire à l’union au Christ et à mener une vie spirituelle intense où l’eucharistie a la place centrale :

  • 18 Lettre du 3 juin 1921. Archives familiales.

Demain matin je vais à Kaldenhausen pour y assister à la messe en l’honneur de l’anniversaire de ma première communion. Il y aura 10 ans demain, ma fiancée chérie, que je recevais le bon Dieu pour la première fois. Quel beau jour, n’est-ce pas Mimi que celui-là ? Bien des événements sont venus depuis ce matin ensoleillé de juin, bien des peines et aussi de grandes joies ! Et malgré tout j’ai gardé présent son souvenir à la mémoire […], tous les ans, le 4 juin marque pour moi une étape : je choisis ce jour pour passer en revue l’année écoulée et pour demander à Dieu de bénir celle qui s’ouvre.18

22Les fiancés se fixent également des rendez-vous spirituels :

  • 19 Lettre du 30 janvier 1921. Archives familiales.

Tout à l’heure j’étais à la messe de 7 heures ½ ; j’y ai fait la sainte communion, de la sorte nous étions à la même heure aux pieds de Jésus pour lui demander de répandre sur nous ses plus abondantes bénédictions. Vous lui aurez demandé avec tant de ferveur, ma chère petite fiancée, que je suis certain d’avance que le Bon Dieu vous exaucera. Ayons la plus entière confiance en Lui ; il nous a si visiblement protégés jusqu’à ce jour qu’Il ne peut faire mieux que de continuer…19

23Au long de cette correspondance s’écrit un dialogue spirituel entre Michelet et son épouse, où la vie des hommes n’est pas absente : la charité pour les hommes (lettre du 29/6/21), l’humilité (12/7/21), la charité pour Dieu (4/1/22). Le dialogue s’exprime aussi dans l’attitude de Marie : messages glissés dans les pommes de terre, rencontres avec l’aumônier de Fresnes en osant braver l’interdit et les difficultés de déplacement, souci partagé des enfants, des familles. Marie et Edmond Michelet se sont manifestement fixé des règles de vie commune dans lesquelles les charismes de chacun sont posés et reconnus. Cette heureuse distance qui devient un lieu habité par le Christ rend possible le développement humain et spirituel de chacun. C’est leur relation commune à la foi et tout particulièrement à l’eucharistie qui leur donne de traverser joies et difficultés familiales, culturelles et politiques.

Une spiritualité de la captivité

  • 20 E. Michelet, Rue de la liberté, Paris, Seuil, 1955, p. 21.

24L’histoire de la spiritualité suppose que nous puissions saisir les événements fondateurs d’une existence. C’est à « l’heure du laitier »20 que Michelet est arrêté le 25 février 1943. Conduit à Limoges et ensuite à Fresnes, il retrouve momentanément, comme compagnon de captivité, l’abbé Charles Lair :

  • 21 Ibid., p. 39.

L’abbé Lair […]. Il voulait nous traduire à haute voix un texte qu’il venait de retrouver dans son bréviaire, l’épître de Paul du dimanche précédent : « Vous souffrez qu’on vous asservisse, qu’on vous traite avec mépris, qu’on vous frappe au visage (je revois ici sa pauvre figure meurtrie), j’ai souffert plus de travaux, plus de prisons, de coups sans mesure… ». Au passage suivant, il articula lentement, pensant peut-être à son cas personnel, ne se savait-il pas dénoncé ? « j’ai été souvent dans les périls provenant de faux frères… ». Puis la voix basse, comme pour lui seul et son plus proche voisin, il acheva la citation : « Ma grâce te suffit : la force s’accomplit dans la faiblesse… ».21

  • 22 E. Michelet, lettre à sa femme du 9 juin 1943, Rue de la liberté, op. cit., p. 14.

25Michelet subit en mars 1943 des interrogatoires réguliers au siège parisien de la Gestapo, destinés à lui faire avouer qu’il est ce Duval présenté comme le chef de la région 522. À Fresnes, il demande à rencontrer l’aumônier de la prison. C’est un prêtre allemand qu’il rencontre : l’abbé Franz Stock. Les lettres qu’échangent clandestinement Edmond et Marie Michelet, avec la complicité de l’aumônier, nous renseignent sur l’état d’esprit dans lequel Michelet vit sa captivité, notamment de mai à juillet 1943.

26Le premier acte de son parcours spirituel de détenu réside dans le pardon :

  • 23 E. Michelet, lettre de « ce 3e Mardi du mois » : mardi 25 mai 1943. Archives familiales

Je te demande d’abord de ne parler à personne des gens de Brive qui m’ont envoyé ici. Je leur pardonne de tout mon cœur et je te supplie d’en faire autant. Et moi je vous dis : « aimez vos ennemis, priez pour ceux qui vous maltraitent » […]. Je compte sur toi. Calme discrétion, charité chrétienne.23

  • 24 E. Michelet, lettre du dimanche 20 juin 1943. Archives familiales.

27Michelet prie beaucoup et surtout fait l’expérience du silence ; il est conduit à habiter ce silence, à lui donner une structure monastique. Il confie à son épouse l’organisation de son temps, du moins du temps qui se vit en communion chrétienne et conjugale : 6 h 30 Angélus ; 8 h prière du matin et chapelet ; 8 h 45, lecture de la Bible ; vers 10 h, messe, chemin de croix, litanies à la Vierge ; 12 h 45, sieste et lecture ; 19 h, rosaire, chant du Salut ; vers 22 h 30, complies24. C’est au cœur de ce silence-là qu’il remet sa vie et toute son existence dans les mains de son Créateur : temps de conversion, non pas dans le redressement mais par accomplissement. Il sait que la libération est impossible et qu’il n’y a d’autre issue que la mort ou la déportation, c’est-à-dire deux chemins de passion – in manus tuas pater comendo spiritus meum.

28La déportation s’imposera comme le pivot de la vie de Michelet. Comment cet événement, dans ce qu’il a de plus tragique, façonne-t-il une identité spirituelle ?

29D’abord, Michelet se laisse toucher par les événements et les personnes qu’il rencontre au camp. Il découvre et apprend à leur contact. Au mépris, à l’indifférence, à la violence, il oppose respect et dignité. Ce respect et cette dignité que l’on pourrait attendre du tortionnaire, commençons donc par les vivre nous-mêmes : ils passent par le vouvoiement, rendu obligatoire entre camarades de déportation. Michelet découvre radicalement que tout homme est un frère, et que cette fraternité appelle une responsabilité.

  • 25 Témoignage de Mgr Madjanski, Conférence à l’espace Bernanos, Paris, 14 Octobre 1999.

30L’eucharistie est la deuxième ligne de force dans l’expérience de la déportation. Michelet s’introduit régulièrement dans la chapelle du bloc 26 dédié au clergé, mais il visite aussi le bloc 28 où les prêtres polonais sont parqués avec leurs compatriotes. Il faut lier ce lien eucharistique avec son travail de désinfection qui lui permet de se rendre proche des plus malades, des souffrants pour justement leur porter communion et assistance25. C’est dans l’eucharistie que Michelet puise ses forces et c’est par cette participation aux mystères du Seigneur qu’il se met aux services des frères.

31La troisième ligne de force s’appuie sur l’expérience du militant chrétien. La capacité naturelle de Michelet d’entrer en contact avec d’autres, sa culture politique et littéraire lui donnent des clefs de discernement. Il y a dans le moment concentrationnaire la découverte que celui-ci peut et doit être un lieu de rencontre et que la culture, la connaissance, les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être doivent s’échanger, car éduquer, s’éduquer conduit non seulement à découvrir la singularité de chacun mais aussi à s’ouvrir à un chemin d’évangélisation.

**

32Parmi les sources spirituelles que Michelet a mises en pratique, j’en relèverais donc quatre : la famille et l’enfance, l’ACJF, la vie conjugale et l’expérience de la captivité et des camps. J’aurais pu également évoquer Péguy, mais je crois qu’il est aussi essentiel de s’attacher à ce qui a conduit Michelet à Péguy. Ce qui peut aujourd’hui paradoxalement étonner, c’est que nous avons là un homme ordinaire dont l’ambition finalement est tout simplement d’être un homme, un homme qui habite son existence : il donne du corps et du sens à sa vie affective et familiale, il donne de la force à sa vie intellectuelle, il choisit de donner à sa vie dans toutes ses dimensions et dans toutes ses expressions une direction, une intention. Michelet ne se contente pas de contempler encore et toujours les ombres qui gisent au fond de la caverne, il est de ceux qui croient, qui en fortifiant l’être intérieur donnent à leur action le goût et la saveur de l’esprit évangélique.

Notes

1 Jean Charbonnel, Edmond Michelet, Paris, 1987, p. 9 – Claude Michelet, Mon père Edmond Michelet, Paris, 1981, p. 32.

2 Lettres d’Edmond Michelet à sa fiancée, du 3 avril 1921 au 8 février 1922, archives privées de la famille Michelet. La première rencontre d’Edmond et de Marie date du 3 juillet 1920. N’y aurait-il pas d’autres lettres pendant ces neuf mois ?

3 Benoît Rivière, Prier 15 jours avec Edmond et Marie Michelet, Bruyères-le-Châtel, 1999.

4 C. Michelet, op. cit., p. 32.

5 Cité par B. Rivière, op. cit., p. 82.

6 Ibid., 1925.

7 E. Michelet, discours au congrès diocésain de l’ACJF de 1925, adresse à Mgr Castel, évêque de Tulle. Brive, CEM, 5 EM 5.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 C’est-à-dire la découverte d’un Dieu qui ne peut être vu tel qu’Il est que lorsqu’Il ouvre Lui-même son mystère.

12 Cité par Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française, histoire d’une condamnation, Paris, 2001, p. 234.

13 E. Michelet, Lettre à l’abbé G., Paris, La Jeune Parque, p. 13.

14 Lettres d’E. Michelet à sa fiancée, du 3 avril 1921 au 8 janvier 1922. Archives familiales.

15 Ep. 3, 14-16.

16 Lettre du 4 juillet 1921. Archives familiales.

17 Lettre du 29 juillet 1921. Archives familiales.

18 Lettre du 3 juin 1921. Archives familiales.

19 Lettre du 30 janvier 1921. Archives familiales.

20 E. Michelet, Rue de la liberté, Paris, Seuil, 1955, p. 21.

21 Ibid., p. 39.

22 E. Michelet, lettre à sa femme du 9 juin 1943, Rue de la liberté, op. cit., p. 14.

23 E. Michelet, lettre de « ce 3e Mardi du mois » : mardi 25 mai 1943. Archives familiales

24 E. Michelet, lettre du dimanche 20 juin 1943. Archives familiales.

25 Témoignage de Mgr Madjanski, Conférence à l’espace Bernanos, Paris, 14 Octobre 1999.

Auteur

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540