Version classiqueVersion mobile

Poison et antidote dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles

 | 
Sarah Voinier
, 
Guillaume Winter

Avant-propos

Sarah Voinier

Texte intégral

1Le présent volume est le fruit de deux journées d’étude organisées à l’Université d’Artois le 09 mai 2007 et le 23 avril 2008, inaugurées par le Président Christian Morzewski que nous remercions ainsi que Francis Marcoin, directeur du laboratoire de recherches Textes et Cultures, dont l’axe thématique « Imaginer – Représenter » que dirigent Anne Besson et Evelyne Jacquelin a accueilli le projet de rencontre avec enthousiasme. À elles aussi vont tous nos remerciements. Merci enfin à tous les chercheurs qui ont participé avec un vif intérêt à ces journées arrageoises.

2Notre propos visait à croiser les regards de spécialistes philologues, littéraires et historiens sur une réalité spatiotemporelle commune, celle de l’Europe de la modernité. Ainsi, les champs culturels anglais, espagnol et français ont-ils servi de cadre d’enquête pour s’ouvrir au jeu des convergences et divergences entre les différentes sphères prises en compte sur la question du poison et de l’antidote. En effet, aux XVIe et XVIIe siècles, l’intoxicatio fait partie des crimes et délits répandus dans les sociétés européennes. Sans se substituer aux crimes de sang, l’empoisonnement permet à ses agents d’œuvrer dans l’ombre en comptant sur des connaissances médicales encore bien approximatives sur le terrain de la toxicologie, de ses remèdes et ce malgré les apports importants d’Ambroise Paré dans la médecine légale. Les poisons minéraux succèdent aux poisons végétaux, et l’acide arsénieux remporte un vif succès.

3La tradition historiographique associe la pratique du crime de poison à l’époque « éclairée » de la Renaissance et limite son usage à un cercle élitaire, celui de l’aristocratie attachée au pouvoir royal. De récents travaux sur d’autres périodes ont mis à mal cette idée reçue nous permettant ainsi de revisiter la question pour les XVIe et XVIIe siècles et de réévaluer la présence du venin et de ses remèdes dans les écrits de la période. Observer les occurrences du poison et de son antidote, tant du point de vue matériel que métaphorique, conduit l’étude à une analyse des représentations non seulement de leur prescription et de leur intentionnalité meurtrière mais aussi, à une autre échelle interprétative, de leur signification symbolique. D’un crime silencieux jaillira t-il une parole éloquente ?

4 Cette dernière s’est déployée sur quatre orientations thématiques même si les mouvements circulaires de la réflexion ont permis d’en aborder les multiples aspects au-delà du chapitrage proposé offrant ainsi au lecteur un dialogue ininterrompu au fil des articles. La question du poison naturel, boisson et concoction a permis de définir l’objet dans sa matérialité et ses effets.

5Violaine Giacomotto-Charra nous parle tout d’abord des ambiguïtés présentes dans les discours sur les poisons et les antidotes conçus comme produits de la nature mais également comme émanation de l’action humaine, comme des « merveilles de la nature » et comme de « subtiles inventions ». L’ambivalence du poison pose la question du discours légitime sur ses propriétés car s’il est produit par la nature, il est manipulé par la main de l’homme et sa caractéristique biface, à la fois poison et antidote, brouille les repères d’une pensée scientifique qui veut en rationaliser la représentation.

6Dans ce même registre du poison naturel, Ariane Bayle se penche sur la publication en italien puis en plusieurs langues vernaculaires d’un commentaire du livre de Dioscoride, De materia medica, et notamment de son fameux livre VI consacré aux poisons et venins par le naturaliste Pierre André Mathiole. Ces travaux valent au naturaliste un succès durable face aux triacleurs qui abondent sur la place publique pour vanter les mérites d’antidotes frauduleux, abusant ainsi de la crédulité et de l’ignorance populaire tout en suscitant l’intérêt voire la fascination du savant pour la manipulation, non seulement des poisons en tant que tels, mais au-delà de la rhétorique langagière de tout discours de la persuasion.

7Dans une société espagnole où la violence tend à se mettre en scène de façon spectaculaire, Nathalie Peyrebonne souligne la présence du meurtre silencieux dans la littérature du Siècle d’Or et rappelle que tuer par le poison contrecarre les codes de l’honneur en doublant la perfidie du crime physique avec celui de la trahison. Le poison épouse le plus souvent la forme liquide, celle du vin, boisson aux vertus contraires. En tant qu’arme des faibles, il s’associe le plus souvent à la femme venimeuse et aux couards donnant ainsi à voir l’envers d’un décor social en pleine mutation.

8Guillaume Winter aborde également le vin sous l’angle du poison, dans plusieurs drames shakespeariens. Il apporte un éclairage nouveau sur le texte en suggérant un rapprochement entre empoisonnement bilaire et empoisonnement par l’alcool. Il démontre ainsi que chez Shakespeare la métaphore du poison associe souvent déséquilibre humoral et excès de vin. Cette proximité surprenante est appuyée par son analyse de L’Anatomie de la mélancolie de Richard Burton (1621), où l’on découvre les paradoxes des discours sur la consommation du vin.

9Dans un deuxième volet de notre étude, la perspective devient plus historique pour s’attarder non plus tant sur les savoirs mais sur les usages criminels et sur la conception de la langue empoisonnée. Armel Nayt-Dubois sonde en effet la réalité de l’empoisonnement dans l’Écosse du XVIe siècle à partir non seulement d’archives provenant des différents tribunaux ainsi que de la Haute Cour de Justice, mais aussi de documents d’histoire faisant état de nombreuses affaires criminelles qui, bien que décrites avec un lexique souvent flou, permettent de dessiner le profil sociologique des empoisonneurs et de leurs victimes. Il apparaît alors que les représentations mentales contredisent fortement la pratique puisque, dans l’observation des faits, le crime de poison se révèle imperméable à toute catégorisation sociale, sexuelle ou nationale.

10Michèle Guillemont explore de façon diachronique la réflexion humaniste espagnole autour de la « violence verbale », ce venin langagier qu’individus et collectivités distillent pour la destruction de l’autre, de l’hétérodoxe et finalement de soi-même. La métaphore de la parole empoisonnée et de son remède s’infiltre dans l’imaginaire littéraire rendant visible l’obsession du contrôle de la parole et la nécessité d’encadrer les comportements par l’édification. L’auteure se penche sur la singularité du cas alémanien dont la transgression verbale et discursive permet une parole thériacale.

11C’est à cette même métaphore du venin de la parole que s’intéresse Sarah Voinier en analysant le motif du poison en relation avec le roi espagnol Philippe II dont les agissements ont nourri une abondante littérature pamphlétaire visant à « contre-envenimer » une politique venimeuse dans un contexte de tensions à la fois monarchiques et internationales. Le discours empoisonné est instrumentalisé pour servir une cause personnelle et/ou collective et entre en écho avec une pratique du silence pouvant lui-même devenir toxique.

12Martial Martin étudie également un corpus de libelles, toute une série de discours dénonçant l’usage du poison dans l’histoire de la monarchie française. Si Catherine de Médicis devient la figure paradigmatique de l’étrangère empoisonneuse, un transfert imaginaire s’opère pour stigmatiser le roi Philippe II, l’ennemi catholique par excellence, qui agonise le royaume voisin du venin de sa tyrannie. La toxicité de la langue, conçue à la fois comme organe de parole et moyen gustatif est très fortement représentée au XVIe siècle notamment dans les emblèmes et la littérature politique où la flatterie est décrite comme la source des maux du monarque.

13Pour analyser cette représentation de la langue empoisonnée, Delphine Lemonnier-Texier s’appuie sur le théâtre élisabéthain politique où se multiplient les références aux mauvais conseillers qui susurrent des paroles dangereuses au souverain et mettent ainsi en péril la stabilité de l’ensemble du corps social. De cette manière, la dimension mielleuse et la dimension toxique de la flatterie convergent pour calmer l’envie et verser dans la calomnie si chère aux femmes et aux sorcières. Dans la trilogie des Henri VI, l’usage des lieux communs emblématiques du poison de la langue sucrée révèlent des comportements politiques inspirés de l’ambition personnelle et mettent en lumière les origines du chaos politique.

14 Le troisième volet de la rencontre s’est centré sur l’observation des relations entre poison et maléfices dans le champ vaste de la sorcellerie. L’empoisonnement et le maléfice semblent aller de pair à l’époque moderne. Au moment où la chasse aux sorcières connaîtun nouveau souffle, un débat s’installe pour tenter de dessiner les contours souvent confus d’un comportement jugé démoniaque. Marianne Closson nous en livre le contenu en montrant comment les théoriciens de tous bords s’interrogent alors sur la capacité de nuisance surnaturelle des sorcières. Contre la représentation traditionnelle de la sorcière empoisonneuse, reprise et défendue par Jean Bodin, la voix de Jean Wier, entre autres, s’élève dans un processus de « naturalisation des maléfices ».

15Dans une même perspective temporelle, Ana-Begonia Conde nous invite à observer ces phénomènes d’authentification entre poison et sorcellerie dans l’aire culturelle espagnole, notamment à partir de la lutte contre les vénéfices. Les procès de sorcellerie dressés par le tribunal inquisitorial de Cuenca s’y attachent particulièrement dans une volonté constante de démasquer le culte rendu à Satan. Le poison est jugé alors pour son degré de toxicité démoniaque dans un contexte fantasmatique favorable à « l’alliance chthonienne du poison et des sortilèges ». Mais progressivement, alors que le « processus de démystification du Diable » s’installe dans les mentalités, la justice civile prend le relai de l’institution ecclésiale dans une démarche « désenchantée » de répression des empoisonneurs en dehors de toute considération maléfique.

16Sur un autre plan, celui de la science médicale, Martín Gelabertó Vilagrán montre que le poison n’est pas conçu comme arme d’envenimement externe à la victime mais au contraire comme la conséquence douloureuse de l’altération interne des membres du corps selon la théorie des humeurs héritée de l’Antiquité. Le déséquilibre toxique trouve son origine dans la dégradation de l’âme humaine vouée aux péchés. Les progrès de la médecine tardent à pénétrer une Espagne corsetée par un encadrement doctrinal extrêmement fort. Ainsi, tant la médecine que l’Église reconnaissent le lien étroit entre maladie et châtiment divin ou empoisonnement du corps et maléfice surnaturel. Dans cette perspective, l’exorcisme s’impose logiquement comme le premier antidote à prendre en compte.

17Enfin, le quatrième volet de notre enquête s’est attaché aux figurations littéraires. À propos de cette capacité du corps à produire lui-même le poison qui le tue, Marc Carnel rappelle qu’à la Renaissance, les médecins associaient la passion amoureuse à l’altération du sang, provoquée par le regard toxique des femmes, instaurant chez leurs victimes la maladie et la folie de la concupiscence tout en l’éloignant de l’amour de Dieu. Associée au poison, au sexe et à la sorcellerie, la passion est engendrée par le sang infectieux des femmes dans une société encore misogyne. Dans ses compositions poétiques, Ronsard reprend le topos des flèches empoisonnées du regard des femmes qui pénètrent les amants suscitant fièvre et décrépitude physique. Le vin associé au sang vient là encore s’offrir en antidote pour régénérer l’organisme et le purifier. Néanmoins, chez Ronsard, le poison distillé de l’amour fertilise l’écriture poétique et acquiert paradoxalement la dimension d’une douce liqueur aux vertus thériaquales.

18Jean-Claude Mailhol, quant à lui, se penche sur la littérature élisabéthaine où le poison, par son caractère dramatique, intègre largement l’ample répertoire en prose et en vers tant du théâtre, de la poésie que du roman. L’ambivalence du poison perçu comme drogue destructrice ou comme antidote est illustrée dans la représentation du tabac. En réalité, la mention du poison sert souvent la métaphore de la dépravation et permet ainsi de rendre compte d’une réalité corrompue en dénonçant ses agents venimeux, comme les femmes, les catholiques, et les juifs par exemple : autant de représentations stéréotypées de l’imaginaire populaire qui hantent les textes telle une infection sournoise.

19En restant dans le théâtre élisabéthain, Yan Brailowsky s’appuie sur deux pièces très semblables pour parler du problème du poison et de l’antidote, Cymbeline et Le Conte d’hiver. Toutes deux mettent en scène le monde infecté de la cour où le soupçon, premier degré du poison, tourmente les esprits puis les corps en enclenchant un lent processus mortel. Grâce au genre littéraire de la pastorale, il devient possible d’échapper au danger. Shakespeare reprend le topos de la vie champêtre comme lieu de l’innocence première, l’endroit où l’ignorance maintient une douce harmonie entre les hommes. Le rêve peut combler ce besoin d’échappatoire géographique, véritable antidote à l’infection de la cour.

20À travers toutes ces variations sémantiques, il apparaît que le poison et l’antidote révèlent bien un imaginaire nourri de peurs où la tension permanente entre agression et remède structure une représentation binaire des liens sociaux.

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search