Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Edmond Michelet (1899-1970) et l’Église

 | 
Nicole Lemaitre

I. Edmond Michelet et les hommes d'église

Les prêtres en contact avec Michelet

Pascal Bousseyroux et Nicole Lemaitre

Texte intégral

1Les Michelet père et mère appartiennent à des traditions catholiques françaises tout à fait identifiées au début du XXe siècle bien que divergentes : celle de son père était silloniste, et celle de sa mère, monarchiste et maurrassienne. Dans ces tendances, le prêtre est l’homme des sacrements, l’homme du sacré de la communauté humaine, celui qui est au-dessus des anges eux-mêmes quand il est dans sa charge pastorale. Le catholicisme d’Edmond Michelet est un catholicisme du XIXe siècle, dans lequel l’Église a dû lutter contre un double danger, celui de l’assimilation à l’État du fait de la fonctionnarisation due au Concordat, celui de l’isolement au nom de la perfection de la pureté d’une société parfaite face au développement du monde moderne. Fils de militants, laïc, Michelet entend aussi ne pas abdiquer sa responsabilité de chrétien. Il n’est pas « sous influence » comme disent les anticléricaux, que ce soit celle du Vatican ou celle de la calotte. Quels types de rapport entretient-il avec ceux qui sont chargés ordinairement de son âme ? Comment caractériser son évolution personnelle à travers celle de l’Église de son siècle ? En raison des mutations de Michelet militant sous la pression des événements, il est nécessaire d’examiner ces rapports avant-guerre, pendant la guerre et après la guerre.

Les prêtres d’avant-guerre

2L’héritage mental des Michelet plonge dans le passé antiprotestant et surtout hostile à la Révolution et à l’anticléricalisme qui a dépouillé l’Église de ses biens, de ses écoles, de ses couvents…

Un catholicisme tridentin, donc respectueux du prêtre

  • 1 Brive, CEM, 5 EM 16 (D110/3), Discours de distribution des prix à l’école Saint-Joseph, 17/7/1932, (...)

3Le catholicisme du XIXe siècle demandait aux laïcs d’obéir à leurs prêtres, mais dans les domaines où ils sont intéressés : les sacrements, la prière, les œuvres. Michelet séparait nettement l’engagement du fidèle et celui du laïc. Mais il explique encore aux jeunes de l’école Saint-Joseph en juillet 1932 qu’ils doivent obéir à leur curé1. La première qualité d’un curé, en retour, c’est d’être actif :

  • 2 Voir note 1.

Monsieur le curé, quand je compare cette paroisse St-Sernin et sa couronne d’œuvres toutes plus vivantes les unes que les autres à tant de paroisses si déshéritées, j’ai une peur bleue de vous voir aller en Purgatoire !
Somme toute, vous avez de la chance ici bas ; il suffit que vous entrepreniez quelque chose pour que la réussite soit au bout ! Avouez que vos confrères moins favorisés que vous seraient en droit de se plaindre s’ils vous voyaient aller au ciel tout droit, après avoir eu tout de même pas mal de satisfaction sur terre, alors qu’eux, les pauvres !, ont eu bien souvent par ailleurs tant de désillusions et de tristesses ! Ce ne serait pas juste !
Vos deux écoles, toutes deux récentes, pour ne prendre que ces exemples parmi vos multiples œuvres paroissiales, mais celles-là vous sont plus chères que les autres, et comme je vous comprends !, vos deux écoles sont en pleine prospérité !
Je vous entendais annoncer l’autre jour l’agrandissement prochain de l’une d’entre elles, décidemment rien n’échoue entre vos mains et le réconfortant spectacle que nous offre cette cérémonie d’aujourd’hui, vous en est une preuve de plus. Et bien non, Monsieur le curé, toute réflexion faite, je crois que vous n’irez pas en Purgatoire.
Ceux d’entre vos paroissiens qui ont l’occasion et l’honneur de vous approcher souvent, savent au prix de quels soucis, de quelles peines, de quelles veilles vous avez mis sur pied ces multiples œuvres et les deux écoles en particulier dont vous êtes si justement fier.
Ils devinent que des œuvres pareilles ne se sont pas développées sans qu’une sollicitude de tous les instants n’ait protégé leur départ, sans qu’un violent amour des âmes, des âmes d’enfants surtout, n’ait animé votre cœur sacerdotal, tout rempli de zèle et de charité apostoliques.
De cela, les chefs de famille de la paroisse et quelques autres aussi ne vous diront jamais assez leur reconnaissance, leur affectueux merci !
Monsieur le Curé, pour tout le bien que vous avez déjà fait par ces écoles, pour tout le bien que vous ferez encore par elles, vous irez au ciel tout droit…
Mais que ce soit le plus tard possible !2

4Ce curé de Saint-Sernin est l’abbé Alvitre. Mais on voit que, bien loin d’être seulement l’homme des sacrements, il est aussi celui qui conduit la transformation de la société par les œuvres et particulièrement ici par l’école catholique. La collaboration et la confiance sont de mise, il est vrai qu’ils sont déjà des amis proches. D’autres, futurs prêtres ou prêtres engagés, ont croisé un jour Edmond Michelet dans leurs activités.

Accompagner des amis séminaristes : Marcel Prévot

  • 3 Brive, CEM, 1 EM 181. On suit cette correspondance avec celui qui deviendra le parrain d’Yves Mich (...)

5Pendant son service militaire d’engagé volontaire, E. Michelet a fait la connaissance d’un séminariste périgourdin, Marcel Prévot, dont une partie de la correspondance nous est conservée à partir d’octobre 19183. Il se morfond en Champagne et raconte à son ami resté encaserné à Brive ses états d’âme, religieux notamment. On y voit la pratique du Rosaire, une grande dévotion envers Notre-Dame de Lourdes et une foi absolue en la Providence, comme le montre la lettre du 12 novembre 1918 :

  • 4 Ibid.

Hier c’était la guerre, aujourd’huy c’est la paix. Et quelle paix ! Comme moi, tu connais les conditions écrasantes de l’armistice. C’est l’Allemagne anéantie à jamais. Quelle grâce Dieu nous a fait en nous débarrassant de cet horrible cauchemar qui pesait sur nous depuis plus de quatre ans !… Ah le génie de nos chefs, c’est beaucoup, mais ce génie secondé par la divine Providence plus encore. Si nous avons de l’admiration à l’égard de nos chefs, nous devons à Dieu le remerciement.4

  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.

6Au 31 décembre, il est en Allemagne, « en pays protestant » et doit aller à « la vraie source de vie », la messe, à 8 km. En mars 1919, cantonné à Saint-Omer, inscrit à la bibliothèque du cercle catholique, il lit La France juive de Drumont « qui est excessivement documenté sur l’expansion – en France et partout – des Juifs dont les efforts tendent à anéantir le catholicisme »5. Il est chargé de l’instruction des classes et partage ses expériences pédagogiques. Les deux hommes partagent aussi leurs angoisses quant au choix de vie après l’armée. Le 2 mai 1920, il promet de prier Notre Dame pour son ami Edmond, car « ta dernière lettre m’a fortement touché car c’est un épanchement douloureux d’une âme angoissée »6. Et il lui fait une leçon un peu pesante d’abandon à la Providence, tout en concluant que lui aussi hésite : « Et à mon tour, je te dis mon bonheur d’avoir un ami tel que toi à qui je puis confier des secrets qui me torturent et demander des prières. Remercions Dieu de notre rencontre bien providentielle et aidons-nous à supporter et triompher de nos souffrances »7. Le 29 novembre, il est au séminaire de Périgueux après être passé par Brive :

  • 8 Ibid.

Oui mon cher Edmond, je prie pour toi, ton heureux avenir et certes, je ne chercherai pas à te dire tout ce qu’en moi comprend ce terme « heureux avenir ». Il résume si bien toutes les grâces surnaturelles qu’un ami peut demander à Dieu pour son ami. C’est de grand cœur que j’unirai mes prières aux vôtres pendant la neuvaine préparatoire au premier pas vers une vie nouvelle… je te prie de présenter mes respects à la famille Vialle.8

7Le séminariste ami connaît donc la promise, Marie Vialle, que Michelet a découverte en juillet. Ce lien par la prière n’est plus seulement le moyen de garder le contact amoindri par l’éloignement, il veut dispenser la force d’avancer plus loin et plus profond.

8C’est à peu près ce que dit la dernière lettre qui nous reste de cette correspondance, en mai 1921. Prévot est toujours au séminaire et Michelet devenu business man est engagé à l’ACJF. Le séminariste chante l’assistance mutuelle entre amis croyants :

  • 9 Ibid.

À ce point de départ qui va être pour toi définitif, je viens t’assurer de mes prières auprès de Celui qui distribue les grâces, car tu n’en doutes pas, tu auras à combattre. Et si tu me permets de te donner un conseil, je te dirai simplement, reste ce que tu es, et cela en ayant de solides principes comme les tiens, et ne souffrant pas de transigeance sur des questions de tout premier ordre comme la Religion. Car, ne l’oublions pas, notre but, c’est Dieu et les moyens qui nous sont donnés pour l’obtenir indubitablement sont les pratiques solides de notre admirable religion. Si Dieu a voulu se faire honneur et mourir pour aimer davantage notre pauvre humanité, tâchons de nous sacrifier à notre tour et ainsi lui donner une plus grande preuve de notre amour pour lui !
Et puisque la Providence a voulu nous faire rencontrer et nous lier d’amitié, nous ne saurions mieux faire pour l’en remercier, que de nous soutenir par nos prières, qui à mon humble avis, ont beaucoup plus de valeur que les meilleurs conseils, car Dieu à qui elles sont adressées sait leur donner un prix infini.9

9On aimerait retrouver les réponses de Michelet, qui dorment peut-être quelque part dans un grenier, mais le laïc et le futur prêtre sont sur un pied d’égalité évident. Le séminariste admire ce laïc qui choisit de militer à l’ACJF et préside le groupe de Pau. L’ACJF en effet offre une ouverture politique et sociale incomparable que Michelet doit raconter à son ami. Lui qui dès 1920 a participé au vingt-cinquième anniversaire du mouvement à Paris et fait la connaissance d’hommes qui vont compter comme Bidault, Pléven, Prélot… et en particulier du nouveau député de la Moselle, Robert Schuman. Il y a connu quelques prêtres célèbres aussi, dont le chanoine Amédée Bouyssonie, qui est alors aumônier du groupe dont il s’occupe.

Reconnaître la vérité scientifique : Amédée Bouyssonie

  • 10 Amédée Bouyssonie, Batailles d’idées sur les problèmes de Dieu, du bien, du vrai, Paris, Beauchesn (...)

10Dans l’aumônerie de l’ACJF de Brive, le jeune Michelet côtoie un chanoine improbable, avec lequel il partage le goût de l’action et de la vérité, l’abbé Amédée Bouyssonie (1867-1958), qui était directeur honoraire de l’école Bossuet depuis 1920 après y avoir été professeur de philosophie. On a tendance à oublier ce chemin de militant social chrétien, essentiel pourtant pour comprendre le futur esprit d’ouverture de Michelet. Avec son frère, l’abbé Jean, plus jeune de dix ans, Amédée avait découvert en 1908 l’homme de Néanderthal de La Chapelle-aux-Saints et défendait avec vigueur la compatibilité de la vérité scientifique avec la foi, contre toutes les accusations de modernisme. Dans leur entourage, on les a invités à détruire le squelette si peu compatible avec le récit biblique, mais ils ont préféré l’envoyer à Marcelin Boule au Muséum, avec l’appui d’Edmond Perrier, qui avait lu à l’Académie leur communication le 14 décembre 1908, en pleine crise moderniste. Ces amis de l’abbé Breuil (depuis le séminaire), formé au séminaire de Saint-Sulpice à Paris, connaissaient tout le monde et savaient remuer des réseaux pour obtenir des conférenciers de grande valeur à Brive. Faute de sources pour l’ACJF briviste de ce moment, nous ne pouvons aller plus loin sur le rôle d’Amédée, mais il est certain que la publication en 1923 de son livre Batailles d’idées sur les problèmes de Dieu, du vrai, du bien10, ouvrage couronné par un prix de l’Académie, n’a pu passer inaperçu. Il expliquait son point de vue sur les origines de l’homme sous forme d’un dialogue au front, dans une ambulance, entre le major et le prêtre.

11Défendre l’évolutionnisme contre le fixisme formaliste et désuet, c’était risquer une accusation des milieux bien pensants et romains contre la méthode scientifique car Amédée y défendait l’idée, fort audacieuse alors pour un prêtre, qu’une vérité authentique ne saurait être en contradiction avec la foi. Leur vérité scientifique, la préhistoire devenue science, suppose l’évolutionnisme, accepté par l’ensemble des scientifiques depuis 1880 et donc s’inscrit en contradiction avec la Genèse prise au pied de la lettre. L’idée du transformisme (l’homme descendant d’un singe) et de l’émergence progressive de l’humanité ne pouvait passer à Rome. Ils risquaient la condamnation car ils semblaient fragiliser l’Église en donnant des arguments aux athées. Les deux frères ont pu avoir ces audaces, car, comme Teilhard de Chardin (condamné dès 1925), ils étaient reconnus par la communauté scientifique.

  • 11 Fanny Defrance-Jublot, « Le darwinisme au regard de l’orthodoxie catholique », dans Revue d’histoi (...)

12Trois problèmes sont alors posés au catholicisme : celui de l’unité de l’espèce humaine (les fossiles sont variés et donc l’origine à partir d’un seul couple impossible) ; l’origine animale du corps humain ; l’âge de l’homme (bien plus que 6 - 7000 ans). Plutôt que d’entrer dans un combat de forteresse assiégée, les deux frères estiment que l’homme de Néandertal n’est pas un singe puisqu’il enterre ses morts et qu’il témoigne d’un monothéisme primitif : la religiosité est pour eux le premier critère pour reconnaître un humain. Ils spiritualisent donc la préhistoire et réussissent à imposer leur point de vue chez les scientifiques puis chez les catholiques (il faudra tout de même attendre les années 1940)11. On voit que ces milieux brivistes démocrates-chrétiens ont beaucoup d’énergie. Michelet est de leur côté, celui du cercle Duguet, contre les résistances des bien-pensants. Il le restera en permanence ensuite. Cette faculté à rejoindre des prêtres éventuellement marginaux mais toujours combattants va plus encore se concrétiser avec l’occupation.

  • 12 Françoise Mayeur, L’Aube : étude d’un journal d’opinion, Paris, A. Colin, 1966, p. 27.

13La création par Michelet du Cercle Joseph-Duguet en 1937 à Brive marque le passage de ces réseaux vers une critique ouverte des idéologies. On sait l’importance qu’il a eue dans la structuration de l’Équipe. En 1938, Michelet est entré en effet dans les Nouvelles Équipes Françaises de Francisque Gay (1885-1963), qui est aussi le beau-père de Louis Terrenoire et Georges Bidault (1899-1983) éditorialiste de L’Aube depuis 1934. Michelet en devient le vice-président. Avec le journal L’Aube comme organe, la résistance au nazisme s’organise donc politiquement dès avant la guerre. On ne peut plus dire que les Français ignoraient tout de l’oppression nazie et des camps de concentration, de la politique allemande de « prévention de la postérité héréditairement morbide… »12.

  • 13 Brive, CEM, 5 EM 34.
  • 14 Brive, CEM, 5 EM 33.

14Pour comprendre l’efficacité de cette lutte à Brive, il suffit de lire une affiche des Conférences du Cercle J. Duguet, 1938-1940, intitulée : Les Dangers qui menacent notre civilisation. On y annonce : Abbé Thellier de Poncheville, « Comment défendre la personne humaine en danger » ; Louis Blankaert, « L’État totalitaire » ; Joseph Folliet, « Le racisme » ; Georges Hourdin, « L’antisémitisme » ; RP Ducatillon, « La position du christianisme devant ces dangers » ; André Maurois, « L’Amérique et nous » ; Daniel Rops, « Péguy notre maître »13. Or ce passage du social au politique ne plaisait pas à tout le monde et en particulier au prêtre accompagnateur, Marcel Mamy (1901-1944), professeur à Ussel puis à Bossuet, dont il deviendra supérieur en 1941 ; il participa à la création du Cercle en 1937 avant de s’en séparer un an plus tard à cause du caractère politique donné à ses activités par Michelet14. Selon toute apparence, le futur chanoine (1944) était minoritaire, du moins si l’on en juge par les réactions du groupe en juin 1944.

Les prêtres de la Résistance et de Dachau

15Au collège Bossuet, outre l’abbé Mamy, il y avait aussi le curé de Saint-Sernin de Brive, l’abbé Joseph Alvitre (1889-1983), un vieux compagnon, influencé par les idées du Sillon lors de ses études à Limoges et qui fit la guerre avec bravoure.

Les Résistants corréziens : Alvitre

  • 15 Brive, CEM, 3 EM 39 et Louis Pérouas (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contem (...)

16C’est lui qui parla de l’appel du général de Gaulle à Michelet en juin 1940. Il avait rejoint le réseau Alliance et transformé sa paroisse en centre de la résistance. Ce « rouge chrétien » comme l’appelaient déjà ses ennemis, fut arrêté à Pâques 1944 et libéré au bout de trois jours. L’archiprêtre de la cathédrale de Tulle, l’abbé Charles Lair (1913-1944), n’eut pas cette chance15. Ce professeur de Bossuet lui aussi était en 1939 officier du renseignement ; et il continua, allant jusqu’à installer un poste émetteur dans le clocher de la cathédrale. Arrêté par la Gestapo le 20 avril 1943, il devint le compagnon de menottes de Michelet vers Fresnes et fut déporté comme lui avant d’être fusillé le 23 mai 1944. Ces deux prêtres ont en commun de n’avoir pas eu « leur content de batailles », dira Michelet, de refuser d’arrêter de se battre au moment de l’armistice. On peut comme l’abbé Alvitre dire qu’ils sont plus soldats que prêtres. Mais il ne faut pas s’y laisser prendre : dans Rue de la Liberté, pour Michelet, l’abbé Lair, parce qu’il est mort à cette date, est le modèle du « prêtre français » :

  • 16 Rue de la Liberté, op. cit., p. 33-39.

il poursuivait sous la soutane du prêtre – un prêtre tout rayonnant de vie intérieure – le même combat qu’il avait mené sous l’uniforme de lieutenant d’infanterie, trois ans plus tôt, sur les bords de la Lauter ou dans les forêts d’Argonne, moins contre un ennemi « héréditaire » que contre une forme de civilisation, qui lui paraissait comme la négation même du christianisme. Le combattant Charles Lair n’avait pas eu, comme disent les bonnes gens, son « content ». Voilà tout. Son « content » de batailles, de lauriers, de victoire. Il voulait donc, c’est vrai, « remettre ça ». C’était effectivement un jusqu’au-boutiste, une sorte de pèlerin de l’Absolu – un de ces pèlerins semblables à tous les pèlerins de tous les Absolus qui veulent aller « jusqu’au bout » : à Chartres comme à Bir Hakeim, à Compostelle comme à Koufra16.

17L’abbé Alvitre, l’autre silloniste de l’école Bossuet, était entré en résistance dans le réseau Alliance qui s’est fondu dans Combat et avait hébergé le poseur de bombes Jacques Renouvin : curé de Saint-Sernin de Brive, il processionnait ouvertement avec Michelet pour couvrir l’attentat. Rescapé, l’abbé Alvitre aidera Michelet dans son choix risqué du RPF contre le MRP et surtout face à l’hostilité d’un certain clergé corrézien en 1951. Lui-même, interrogé en 1972, explique toute l’ambiguïté de l’Église hiérarchique pendant cette période :

  • 17 Brive, CEM, 4 EM 512.

Jamais je n’ai prêché la Résistance du haut de la chaire. Au sujet de Pétain, je n’ai jamais rien dit. Je n’assistais à aucune manifestation. Pourtant je n’étais pas anti-pétainiste. C’est lui qui m’avait décoré dans les Ardennes. C’est déjà un titre, n’est-ce-pas ? Je ne l’ai jamais pris pour un collaborateur sincère. J’ai cru qu’il était victime de son âge et de son entourage, en particulier de l’Action française et de Laval.17

  • 18 Georges Rocal et Léon Bouillon, Jean Sigala (1884-1954), mémorial, Angoulême, 1954, p. 99 et suiv. (...)

18Dans Rue de la Liberté, Michelet évoque aussi la figure de l’abbé Jean Sigala (1884-1954)18, fondateur du groupe de Combat avec lui à Périgueux en juin 1942, et professeur de philosophie, arrêté en plein cours par la Gestapo.

  • 19 Rue de la Liberté, op. cit., p. 198-199.

De Mauthausen, voici l’abbé Sigala qui avait été un de mes plus chers compagnons de « Combat » en Dordogne. En l’apercevant dans la salle de douche, je lui rappelai par quelle apostrophe il m’avait accueilli – trois ans plus tôt − lorsque j’étais allé le « contacter » dans sa chambre de professeur de philosophie au Collège Saint-Joseph de Périgueux. Il m’avait répondu, en se jetant dans mes bras : – Enfin ! Il y a dix-huit mois que je vous attends ! L’abbé Sigala, ancien officier de l’autre guerre, était, comme quelques autres, un de ces combattants bleu horizon qui refusaient la défaite, malgré la caution du vainqueur de Verdun. Pour le quart d’heure, je veux lui rendre la politesse : – Et moi aussi, il y a maintenant dix-huit mois que je vous attends. Dix-huit mois ! Comme ils avaient été longs ! Ils me semblaient ne vouloir jamais finir.19

  • 20 Mais les témoignages sont tout à fait explicites, qui montrent un homme soucieux de défendre à la (...)
  • 21 « Pèlerins d’Espérance », La Vie Corrézienne-Hebdomadaire Chrétien et Social de Libération, no 4, (...)

19Un autre prêtre semble avoir bien connu Michelet, même si les archives du Centre sont pour l’heure muettes20. C’est l’abbé Paul-Joseph Schmitt, qui deviendra évêque de Metz de 1958 à 1987. Ce réfugié mosellan, officier de renseignements pendant la campagne de France, devint enseignant au grand séminaire de Tulle, aumônier des scouts (clan Charles de Foucauld) et Équipier. C’est encore l’un des prêtres-soldats résistants de Tulle, qui a manqué de très peu et par trois fois l’arrestation par la Gestapo et su se réfugier au bon moment à Ussel. Or le 14 septembre 1944, lors du Te Deum de la Libération, Mgr Chassaigne lui confie l’allocution21. Le texte renvoie à une autre allocution, celle de mai 1941, prononcée par Edmond Michelet devant les réfugiés d’Alsace-Moselle qui sont à Brive depuis un an :

  • 22 Brive, CEM, 3 EM 22, paru dans le journal des réfugiés Notre fidélité.

C’est alors, Français de l’Est, que vous me dites simplement ce mot que je ne suis pas près d’oublier : « Le Christ n’avait pas une pierre pour y poser sa tête… ». Si vous vous reconnaissez en lisant ces lignes, acceptez le remerciement que je vous dois depuis un an pour le réconfort que me firent ces paroles et cette référence à cette heure précise de détresse et de découragement : « La foi est un grand arbre, c’est un chêne enraciné au cœur de France… Quant à l’Espérance, il vaut mieux ne pas en parler, il n’y en a que pour eux ». Combien de fois, au cours de ces derniers mois, n’avons-nous pas découvert la réalité profonde du message de Péguy, ce message dont vous nous apportez à votre tour un bouleversant témoignage, Alsaciens et Lorrains qui pratiquez par surcroît, avec tant de discrétion, au milieu de nous, la rude vertu du renoncement !… et Michelet de terminer sur la libération : « le jour béni où vous retrouverez vos champs, vos bois, vos horizons, vos clochers, la flèche rose de Strasbourg, le Mont-Saint-Odile… parlons à voix basse, n’anticipons pas. De rudes heures nous attendent encore les uns et les autres ».22

  • 23 Michèle Cointet, L’Église sous Vichy, la repentance en question, Paris, 1998.

20S’il est vrai qu’en règle générale les religieux sont plus souvent entrés dans la résistance que les prêtres séculiers, pourtant ce n’est pas vrai en Corrèze23.

Fresnes et Franz Stock

  • 24 Voir la communication d’Hélène Say.

21Avec l’arrestation, Michelet côtoie encore d’autres prêtres, plus inattendus (c’est lui qui le dit), comme l’abbé Franz Stock à Fresnes (1904-1948)24.

22Lorsqu’il rencontre l’aumônier de Fresnes, un Allemand nommé par la Gestapo, il est d’abord désappointé, mais il apprend très vite qu’ils ont des amis communs issus du Sillon, dont Joseph Folliet. En fait cet Allemand atypique avait participé au congrès pacifiste de Bierville en 1926 et il connaissait la Corrèze pour être venu à Notre-Dame du Pont-du-Salut en 1924. Dans Rue de la Liberté, Michelet dresse un portrait magnifique de son ami mort en 1948, et il sera aussi l’une des rares personnalités présentes à ses obsèques à Saint-Jacques du Haut-Pas, en compagnie du nonce Roncalli. C’est alors que sous le simple titre « Un prêtre », il livre ce qui deviendra un chapitre lumineux de Rue de la liberté :

  • 25 Brive, CEM, 3 EM 183, article sur l’abbé Stock d’E. Michelet, publié par Temps Présent, le 5 mars (...)

On conçoit sans peine tout ce qu’il fallait de tact et de sereine audace pour concilier ces précieux secours profanes avec l’exercice scrupuleux d’un ministère sacré. L’abbé Stock s’est acquitté de cette double tâche avec bonheur. Simplement parce que, au milieu d’écueils invraisemblables, il avait su rester prêtre.25

Dachau, « le camp des prêtres » et de la messe interdite aux laïcs

  • 26 Il s’agit du cardinal Michael Von Faulhaber 1917-1952 qui, dès 1933, a condamné l’idéologie nazie.

23Le camp de Dachau, destiné aux opposants au nazisme, devient le premier camp pour prêtres après l’encyclique Mit Brennender Sorge. Sur 7 000 « sorciers du ciel », issus de 28 nations et enfermés dans le block 26, 5 000 vont disparaître. Mais ils ont pu être regroupés dès 1941. Les prêtres français demandent l’accès de la chapelle aux laïcs, ce que les prêtres allemands refusent et ils vont jusqu’à refouler à coups de bâton les fidèles. L’arrivée de Mgr Piguet, évêque de Clermont, contribue à détendre la situation, mais l’ordinaire du lieu, archevêque de Munich, a institué un vicaire allemand pour le camp, qui limitera l’accès des laïcs, même si les dénonciations se font plus rares26. Les prêtres ayant l’interdiction de circuler, ce sont donc les laïcs qui portent l’Eucharistie, en un réseau organisé par Michelet et le P. Sommet.

  • 27 Il côtoie déjà des communistes qui formaient l’essentiel des internés du Sablou.

24Comme le résistant Michelet et d’autres militants, catholiques intégraux ou otages après des attentats antiallemands, beaucoup se retrouvent à Dachau après des aventures plus ou moins rudes, ainsi le curé de Rech-lès-Sarralbe en Moselle de 1919 à 1962, François Goldschmitt. Ce Lorrain, catholique social et régionaliste autant que nationaliste convaincu, développe en effet l’apostolat par la presse, à travers le Colportage catholique, où il promeut une littérature antilaïque. L’amour quelque peu voyant du francisque et ses importations de livres allemands lui valent l’animosité des autorités françaises : il est même interné en 1940 dans un camp en Dordogne, à l’indignation de ses paroissiens, réfugiés en France de l’intérieur27. Il bénéficie à son retour dans ce qui est devenu le Gau Westmark d’une brève sympathie des autorités nazies. Mais celles-ci ne tardent pas à comprendre leur bévue : opposant décidé à la laïcisation républicaine, Goldschmitt l’est tout autant à la germanisation-nazification qui touche la Moselle. Un rapport du Sicherheit Dienst de 1941 note :

  • 28 « François Goldschmitt, son combat singulier de prêtre et de Lorrain (1883-1966) », Le Pays d’Albe (...)

Les forces du clergé lorrain se sont amenuisées de 60 %. Assurer le service des offices et de l’enseignement religieux lui devient difficile. Malgré sa modération momentanée, son attitude hostile n’est pas modifiée pour autant.28

  • 29 L’abbé Goldschmitt fut témoin de l’ordination de l’abbé Karl Leisner par Mgr Piguet, évêque de Cle (...)
  • 30 Luc Perrin, Histoire des curés, dir. N. Lemaitre, Paris, 2002, p. 392-396.

25Il proteste en chaire contre la destruction des synagogues, brave l’interdiction de célébrer la messe dans certaines paroisses et prêche en français. Alors qu’il était désigné comme commissaire épiscopal, son opposition ouverte et son implication dans un réseau de passeurs l’envoient au camp de Dachau de 1942 à 1945. Placé dans le « block des curés », le curé de Rech joue un rôle important comme interprète dans plusieurs bureaux du camp où il se retrouve en concurrence avec des communistes29. Revenu à Rech, il devient conseiller général centriste contre un candidat communiste et reprend, à l’identique, son ministère pastoral et ses activités de publiciste. L’Église fête en 1960 le jubilé sacerdotal de ce serviteur à la forte personnalité, en présence de son ami et codétenu, Edmond Michelet30.

26Un autre compagnon déporté, Roger Pannier, aumônier du STO qui rentrera et rassemblera le dossier des martyrs de l’apostolat, raconte comment arrivant en pleine épidémie de typhus, il s’est trouvé au revier bondé :

  • 31 Roger Pannier, Jusqu’au martyre. Cologne-Rhénanie, 1942-1945, Pontoise, 1995, p. 242.

Edmond Michelet, infirmier ?, s’approche de moi et me dit : « un malade (mourant !) désire l’absolution ; je vais vous prendre dans mes bras, en passant devant lui, je vous pincerai, il sera sur votre gauche ». Il me prend dans ses bras, avance dans les allées entre les lits, marque un léger temps d’arrêt, me pince. Sur sa gauche, le malade prévenu a compris… Je donne l’absolution. Michelet continue (il a risqué sa vie), me repose sur ma paillasse avec ma fièvre. Sacerdoce du prêtre, sacerdoce du baptisé : ministres de la présence du Christ.31

27Les prêtres font donc partie du réseau « déportés » ou « résistants », mais restent des individus qui ont choisi des options différentes face à de Gaulle. Tous partagent cependant une idée nouvelle et non-conformiste de la mission après ces expériences limites. Le catholicisme d’après-guerre a été profondément transformé par leur conviction qu’il fallait intégrer tous les échelons de la société et pas seulement les « bourgeois ».

Les prêtres du ministre

28Le ministre garde des amitiés qui ont résisté à la cassure avec le MRP et particulièrement celles du camp de Dachau et de la Résistance, mais il pense aussi à l’avenir en cette période de réunions du concile.

Encadrer des séminaristes, comme autrefois

  • 32 Brive, CEM, 4 EM 1262 Correspondance avec Jean-Pierre Gault (Secrétaire général de l’Association F (...)

29Dans le cadre de la politique d’amitié avec l’Algérie, le cas de Jean-Pierre Gault, membre fondateur et secrétaire général de l’Association France-Algérie, est exemplaire32. Lorsque celui-ci rentre au séminaire des Carmes, Michelet le soutient, d’autant qu’il rédige une thèse sur Témoignage chrétien, soutenue le 12 novembre 1963 et part faire une année d’étude en 1965 à Chicago, à l’International House de l’ICL (siège actuel des archives, grâce à la fondation Billy Graham). Gault lui sert de contact en 1966 pour sentir le fossé entre les deux opinions publiques. Jean-Pierre Gault se retrouve au séminaire français de Rome en 1969 et l’AFA annonce son ordination pour le 4 novembre 1970.

30Jean-Pierre Gault, trop vite disparu, était incontestablement destiné à encadrer une coopération chrétienne avec les pays du Tiers-Monde, particulièrement dans le cadre de l’Association France-Algérie, encore qu’il ait souhaité un moment une mission d’étude en URSS après celle des USA.

Des projets à l’échelle du monde : Raymondis

  • 33 Brive, CEM, 4 EM 888, correspondance, 1952-1970, la plupart des lettres ne sont pas datées.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid., 4 EM 888, 15 décembre 1962.

31Dans la Résistance, Michelet a connu le secrétaire de Mgr Saliège, archevêque de Toulouse et opposant de la première heure, (dès 1933), au nazisme comme à la persécution des juifs, l’abbé Louis-Marie Raymondis33. C’est par Toulouse que passent les réseaux clandestins de conduite des juifs, dans lesquels Michelet est concerné à plusieurs reprises. « Matabiau » était chef départemental du mouvement Libération en Haute-Garonne et a accueilli de Gaulle en juin 1945 à Toulouse ; il compte Michelet parmi « ceux du 18 juin » et le retrouve à la fois « Monsieur et Ami » avec son « visage de confiance et de certitude »34 tout en ne le suivant pas au RPF en 1952-1955. Il est devenu curé à Sengouagnet puis de Calmont (Haute-Garonne). Revenu à Toulouse, il devient un proche de Maritain, et demande que Michelet signale à Malraux combien celui-ci pense à lui35. Juriste, spécialisé en criminologie et chargé de recherche au CNRS, il obtient avec l’appui de Michelet et de son ami gouverneur du Canada et membre de l’ICL, Vanier, un poste de professeur invité à Montréal en 1965 tout en continuant, comme en France, à s’occuper de l’insertion des malades mentaux. Michelet lui obtient des crédits de l’Éducation nationale pour le Centre d’étude des méthodes objectives en sciences humaines à la Faculté des sciences de Toulouse en 1966. Il est alors devenu l’un des relais de l’ICL à Toulouse en même temps qu’il milite à SOS Amitié-France (secours psychologique par téléphone). En 1967, il est à nouveau au Québec et envoie à Michelet son avis sur l’évolution du Canada, en particulier sur sa sécularisation rapide. Et le 27 décembre 1967, il lui envoie des vœux :

  • 36 Ibid.

Vous êtes un des rares qui pouvez continuer le combat de nos vingt ans avec quelque chance d’une portée humaine de tous vos actes, d’une signification dans les domaines où il nous avait été révélé que nous devions pénétrer. Ces champs de bataille de la politique, abandonnés par les spiritualistes depuis tant d’années, vous ne les avez pas quittés depuis. Combien cela doit être dur certains jours et aussi peut-être amer car nous savons combien nos frères exposés sont peu compris, soutenus par ceux qui devraient être les plus proches.
J’ai participé à vos luttes, j’en ai senti le prix. Je ne puis pas ne pas savoir tout ce que vous faites pour que je puisse encore servir moi aussi à partir de ce sacerdoce dont j’ai eu la grâce à travers la découverte de la Résistance…36

32En 1968, c’est Rovan qui est chargé de lui trouver un poste dans l’un des organismes franco-québécois en cours de gestation. Finalement, il retourne à Montréal pour un projet de réforme du statut des centres psychiatriques du Québec et lui adresse, le 25 août, un rapport sur la situation puis demande et obtient en septembre de venir à la rencontre ICL de La Haye avec l’aide de l’association ; les vœux de Noël 1968 sont dans le même style :

  • 37 Ibid., 24 décembre 1968.

Comment exprimer à un homme que l’on suit depuis tant d’années, dans la traversée des épreuves mais aussi dans l’acceptation des responsabilités, des vœux de Noël. Il y a, en ce jour, un tel message de pureté qu’il semble bien être de ceux que vous percevez le mieux. Vous êtes un homme de la paix qui porte la paix de façon invincible et presque toujours aussi joyeusement. Il me semble que vous vous accordez merveilleusement à la signification de l’Incarnation.37

33Installé au Québec en 1969 pour poursuivre son « œuvre législative pour les malades mentaux », avec un certain succès, mais non sans se heurter aux soupçons de colonisation du Québec par les Français, il est en même temps expert en criminologie auprès du Conseil de l’Europe.

34Le 2 juillet 1970 enfin, il ose s’ouvrir de façon plus personnelle :

  • 38 Ibid., 2 juillet 1970.

Vous savez que je suis entré très tardivement au séminaire après avoir été, en tant que directeur politique du Comité chrétien d’action civique, auprès de Mgr Saliège. C’est dans le sillage de sa pensée et de celle d’hommes comme vous que j’ai aspiré au sacerdoce. Je ne l’ai jamais regretté. Mais très vite, après le départ du cardinal Saliège, ma situation devint difficile aux côtés de Mgr Garrone. Un abîme intellectuel mais aussi affectif me séparait de lui. C’est alors que je demandai d’être relevé de mon ministère, après avoir été pendant 10 ans curé de campagne. J’entrai alors en 1960 au CNRS. J’étais intégré à la Faculté des sciences où je travaillais à temps complet.
Par la suite, impressionné par le rôle idéologique de la France dans le réveil du Québec français, je partais m’installer à Montréal où je dirige le bureau de législation des services psychiatriques et de l’hygiène mentale, ce qui me permet de continuer d’accomplir ma tâche primordiale qui est d’aider les plus déshérités.
Il m’a semblé devoir vivre un autre aspect du sacerdoce ; celui du prêtre au travail, celui du célibat.
Mais là aussi, au lieu d’entamer une discussion publique qui me paraît sans portée, il m’a semblé être fidèle à ce qu’a toujours été mon mode d’expression : faire l’expérience au risque de se perdre. Il ne s’agit pas au vrai d’une expérience, mais de vivre pleinement en se risquant soi-même pour n’en parler qu’ensuite, si quelque chose est vraiment à retenir, qui soit communicable et salutaire.
C’est pourquoi la pensée s’est peu à peu imposée à moi que, si la providence faisait que je rencontre quelqu’un pour qui j’éprouvais beaucoup de tendresse et qui accepterait ma condition de prêtre, je demanderais de pouvoir l’épouser. Je suis marié depuis deux mois…
Voici ce que je devais vous dire, me semble-t-il, non pour me justifier ni m’expliquer mais pour demeurer devant vous tel que j’ai toujours été : à la fois confiant, mais également sûr de l’intensité de souffrance à intégrer dans tout choix qui se veut authentique. Je ne peux cacher à un homme tel que vous, que je suis anxieux et déchiré, mais c’est ce que nous avons accepté d’être.38

  • 39 Ibid., 2 septembre 1970.

35Nous n’avons pas la réponse mais la réponse à la réponse, le 2 septembre. « Je viens de recevoir votre lettre dont l’affection m’a beaucoup ému, vous pouvez l’imaginer. Je vous en remercie de tout cœur », et il demande une entrevue avec Michelet pour le 17 septembre39. Nous n’avons pas d’autre lettre.

Des exigences nouvelles : Delissalde

  • 40 Brive, CEM, 4 EM 886, lettre du 20 mars 1968.
  • 41 Ibid., 27 mars 1968.
  • 42 Ibid.

36En mars 1968, Edmond Michelet ne connaît pas Francis Delissalde, l’un de ces prêtres anticonformistes, issus de la guerre et qui cherchent une reconnaissance auprès de laïcs reconnus pour leur spiritualité40. Aumônier depuis dix ans des Français et réfugiés de l’étranger en Colombie, il veut fêter son 25e anniversaire d’ordination par une « petite gâterie », la rosette violette d’officier des palmes académiques de « cette couleur des fleurs de nos sous-bois, symbole de discrétion et de fidélité »41. Mais c’est surtout pour obtenir une préface pour son journal de prêtre au service des déshérités, « un témoignage rayonnant à la gloire de la France et du sacerdoce catholique », dont il lui envoie le premier état, avec son cv42.

  • 43 Brive, CEM, 4 EM 886.

37Il a été aumônier de la Marine au Nord-Vietnam entre 1950 et 1953. Bien entendu, il dispose du témoignage favorable de son évêque au diocèse de Nice, dans lequel ce basque d’origine est incardiné depuis le 4 mars 1944, après avoir exercé d’abord comme aumônier de l’hôpital-hospice de Cimier. Mais on apprend dans son dossier qu’il a aussi été impliqué dans la Résistance à Nice. Michelet se renseigne auprès de son ami, le RP Fily, qui est à Hendaye. Mais c’est la lettre de recommandation envoyée par le descendant de Camisards et ancien combattant de 14-18 enrôlé dans l’armée américaine, Marcel Justet de Montinargues, qui semble emporter sa décision43. Ce dernier souligne le rôle de Delissalde dans la Résistance et dans le journalisme au Vietnam et surtout son esprit œcuménique, son engagement à Haiphong, Bogota et Rio. Il a en particulier le contact avec le médecin brésilien André Lacurta et a assuré le renom de la France lors du Congrès eucharistique. Toutes actions qui ne pouvaient que plaire à Michelet qui, finalement, accepte de servir ce quémandeur invétéré, qui réclame en permanence son ruban et un poste à l’étranger à nouveau, mais qui demande aussi une intervention auprès du nonce et de Rome pour obtenir une mitre, en particulier celle de Lourdes.

38L’action de Michelet auprès du ministère de l’Éducation est un échec tant Delissalde est loin de l’éducation surveillée de ses débuts, mais il poursuit auprès du ministre de la Culture pour lui obtenir la Légion d’honneur au titre de son action en Amérique latine. Surtout, Michelet écrit la préface de son livre, sans doute sa dernière œuvre imprimée. Ils se sont rencontrés à l’aéroport de Nice en février 1970. Delissalde est alors aumônier de l’hospice de Peille et se plaint de devenir gâteux « par contagion » ! Bref, un personnage doué mais insupportable. Il faut remarquer cependant que son enfance l’expliquait largement. C’est d’abord ce qui émeut Michelet si l’on en juge par la préface : né en 1920 à San Francisco, Delissalde s’était vu refuser l’entrée au séminaire de Montauban parce qu’il était issu de parents divorcés. Il a fallu la Résistance et un évêque exceptionnellement ouvert, Mgr Remond à Nice, ainsi que son vicaire général et secrétaire, Mgr Rostan, pour que le garçon devienne enfin prêtre, le 4 mars 1944. Il n’en demeurera pas moins un baroudeur, un marginal dans l’Église. Dans sa préface, Michelet affiche son émotion devant un tel parcours et note très directement :

  • 44 René-Francis Delissalde, L’Aube de minuit. Journal d’un prêtre, préface d’Edmond Michelet, Paris, (...)

Comme tant de malheureux qu’il a rencontrés sur son chemin d’aumônier de délinquants ou de légionnaires, il est un enfant de divorcés. Cela explique bien des choses. On ne dira jamais assez les ravages moraux et les détresses de ces infortunés.44

39Dans ce qui est son dernier écrit publié, il donne aussi une clé de sa compréhension du sacerdoce :

  • 45 Ibid.

J’en connais plusieurs de ces prêtres ou religieux, qui toujours à la recherche du mieux, tels des pèlerins de l’Absolu, donnent parfois de la tablature à leurs supérieurs et ne sont pas compris de ceux que Péguy appelait férocement « les âmes habituées, les sédentaires de l’action et les négateurs du rêve ». Il nous faut pourtant essayer de comprendre ces éternels insatisfaits.45

40Et il sait gré au prêtre de ne pas cultiver la langue de buis :

  • 46 Il s’agit d’homosexualité et des différences qui engendrent l’hostilité et l’exclusion. L’attitude (...)

Certaines évocations de ce Journal que vous tenez depuis votre jeunesse font penser à telle page de Roland Dorgelès ou de Pierre Benoit. Je ne parle pas du délicat problème du chapitre « Cet étrange feu noir » que vous traitez avec tant de doigté et de charité et qui fait penser au Partage de Midi de Claudel46. Je dirai tout net que votre œuvre est bonne, qu’elle est exemplaire parce qu’elle est le témoignage d’un prêtre qui, comme mon cher abbé Franz Stock, et comme tant d’autres, n’ont voulu être que prêtre, dans l’exigence et la sublimité du sacerdoce.

41Les jeunes prêtres avec lesquels Michelet est en contact appartiennent donc à l’ICL ou à l’AFA. Mais ceux des guerres reviennent maintenant d’Indochine et d’Algérie.

**

42De Péguy, Michelet conserve le refus de l’attitude bien-pensante qui serait antiévangélique. Mais il conserve aussi une conception tridentine du prêtre comme guide, homme des sacrements, homme de la messe. Et celui qui ne le respecterait pas rejoindrait la cohorte des traîtres et des infidèles. Il défend la fonction de prêtre mais refuse de le considérer comme un être retiré du monde et supérieur aux hommes ou même aux anges. La foi se joue dans le monde, celui de l’Incarnation, celle du prêtre comme celle du laïc ; ils sont responsables chacun dans leur action de l’annonce de l’Évangile. S’en retirer, c’est faillir à l’imitation du Christ, c’est-à-dire au summum de la vocation de l’humanité pour un chrétien du XXe siècle.

Notes

1 Brive, CEM, 5 EM 16 (D110/3), Discours de distribution des prix à l’école Saint-Joseph, 17/7/1932, sur l’obéissance au curé… qui vient de lui demander ce discours : « Mes chers amis,
La prochaine fois que je rencontrerai Monseigneur l’évêque de Tulle, je lui demanderai d’ajouter un paragraphe au chapitre 36 de son catéchisme – ce catéchisme que vous enseigne avec tant de dévouement mon ami l’abbé Alvitre, qui ne m’en voudra pas de lui en exprimer ici, publiquement, les remerciements de vos parents.
Voici donc ce que je prierai Monseigneur de Tulle d’ajouter à ce chapitre 36 : demande : Quels sont les devoirs de paroissiens envers leur curé ? Réponse : les paroissiens doivent à leur curé le respect, la fidélité… et l’obéissance.
C’est en vertu de cette règle non encore écrite, mais néanmoins formelle, que vous me voyez devant vous ».

2 Voir note 1.

3 Brive, CEM, 1 EM 181. On suit cette correspondance avec celui qui deviendra le parrain d’Yves Michelet et le curé du Buisson (Dordogne) jusqu’en 1965, sans avoir toujours les réponses de Michelet, surtout au début. Un peu plus tard, dans une lettre du 19 octobre 1921, il explique à son ami : « me voici entré dans la troisième des cinq années que je dois passer dans cette sainte maison pour y acquérir science, formation solide dont il faut être trempé pour affronter le monde et faire aimer Dieu. Années importantes que celles à venir. Car elles amènent avec elles le terrible fardeau de responsabilité du sacerdoce. Il est vrai que si la tâche est difficile, les moyens qui nous sont donnés sont à la hauteur de cette difficulté : nous avons Dieu que nous devons faire connaître. Il y a aussi une deuxième source de réconfort, c’est l’amitié, qui est l’image de la charité de Dieu pour nous. Aidons-nous donc l’un l’autre à marcher au milieu du monde qui passe vers l’infini qui est Dieu. Là est tout le secret de la vie ».

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Amédée Bouyssonie, Batailles d’idées sur les problèmes de Dieu, du bien, du vrai, Paris, Beauchesne, 1937.

11 Fanny Defrance-Jublot, « Le darwinisme au regard de l’orthodoxie catholique », dans Revue d’histoire des sciences humaines, 2010/1, p. 229-237. Bruno Albarello, L’affaire de l’homme de la Chapelle-aux-Saints (1905-1909), Treignac, 1987.

12 Françoise Mayeur, L’Aube : étude d’un journal d’opinion, Paris, A. Colin, 1966, p. 27.

13 Brive, CEM, 5 EM 34.

14 Brive, CEM, 5 EM 33.

15 Brive, CEM, 3 EM 39 et Louis Pérouas (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Le Limousin, Paris, Beauchesne, 1994, p. 66.

16 Rue de la Liberté, op. cit., p. 33-39.

17 Brive, CEM, 4 EM 512.

18 Georges Rocal et Léon Bouillon, Jean Sigala (1884-1954), mémorial, Angoulême, 1954, p. 99 et suiv., et Jean Varnoux, l’homme et le prêtre, Limoges, 2001.

19 Rue de la Liberté, op. cit., p. 198-199.

20 Mais les témoignages sont tout à fait explicites, qui montrent un homme soucieux de défendre à la fois la France chrétienne et la démocratie. Voir Annie Louvart, « L’abbé Paul-Joseph Schmitt, futur évêque de Metz et la Résistance à Tulle durant la seconde guerre mondiale », Église de Metz, mars 2011, p. 35-40. Le fait que l’évêque de Metz n’ait jamais plus reparlé de cet engagement est somme toute classique chez les résistants.

21 « Pèlerins d’Espérance », La Vie Corrézienne-Hebdomadaire Chrétien et Social de Libération, no 4, 1944. Il y explique comment ses camarades et lui-même ont voulu être des « pèlerins de l’Espérance française et chrétienne ».

22 Brive, CEM, 3 EM 22, paru dans le journal des réfugiés Notre fidélité.

23 Michèle Cointet, L’Église sous Vichy, la repentance en question, Paris, 1998.

24 Voir la communication d’Hélène Say.

25 Brive, CEM, 3 EM 183, article sur l’abbé Stock d’E. Michelet, publié par Temps Présent, le 5 mars 1948. Cf. d’autres quotidiens également (La Croix, 3 mars, Témoignage Chrétien hebdo 2 avril, Pax Christi).

26 Il s’agit du cardinal Michael Von Faulhaber 1917-1952 qui, dès 1933, a condamné l’idéologie nazie.

27 Il côtoie déjà des communistes qui formaient l’essentiel des internés du Sablou.

28 « François Goldschmitt, son combat singulier de prêtre et de Lorrain (1883-1966) », Le Pays d’Albe, no 24, 1993, p. 76.

29 L’abbé Goldschmitt fut témoin de l’ordination de l’abbé Karl Leisner par Mgr Piguet, évêque de Clermont-Ferrand en décembre 1944. Leisner a été proclamé bienheureux en 1996. Ce privilège avait été accordé après négociation avec Rome.

30 Luc Perrin, Histoire des curés, dir. N. Lemaitre, Paris, 2002, p. 392-396.

31 Roger Pannier, Jusqu’au martyre. Cologne-Rhénanie, 1942-1945, Pontoise, 1995, p. 242.

32 Brive, CEM, 4 EM 1262 Correspondance avec Jean-Pierre Gault (Secrétaire général de l’Association France-Algérie), 1964. Michelet l’a aidé quand il est entré au séminaire des Carmes après qu’il ait soutenu sa thèse, le 12 novembre 1964. Ibid., 6 EM 136, Histoire d’une fidélité, « Témoignage chrétien » : 1944-1956, envoi d’un jeu d’épreuves et correspondance (1963). Le 15 octobre 1965, il l’aide à se loger chez ses amis de l’ICL à l’International House de Chicago, pour un an d’étude en faculté de théologie protestante. Dans une lettre du 13 avril 1966 l’étudiant se fait l’écho des inquiétudes américaines sur le fossé qui se creuse entre les deux opinions publiques. J.-P. Gault entre au séminaire français de Rome et E. Michelet annonce aux adhérents de l’AFA son ordination pour le 4 novembre 1970. Brive, CEM, 5 EM 73.

33 Brive, CEM, 4 EM 888, correspondance, 1952-1970, la plupart des lettres ne sont pas datées.

34 Ibid.

35 Ibid., 4 EM 888, 15 décembre 1962.

36 Ibid.

37 Ibid., 24 décembre 1968.

38 Ibid., 2 juillet 1970.

39 Ibid., 2 septembre 1970.

40 Brive, CEM, 4 EM 886, lettre du 20 mars 1968.

41 Ibid., 27 mars 1968.

42 Ibid.

43 Brive, CEM, 4 EM 886.

44 René-Francis Delissalde, L’Aube de minuit. Journal d’un prêtre, préface d’Edmond Michelet, Paris, 1975, p. 5.

45 Ibid.

46 Il s’agit d’homosexualité et des différences qui engendrent l’hostilité et l’exclusion. L’attitude d’ouverture est saluée par Delissalde : « son respect à l’endroit des options idéologiques de ses camarades, surtout des communistes qu’il admirait, manifeste son sens profond de la liberté intime de chaque être », ibid., p. 250.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540