Version classiqueVersion mobile

La Comédie Screwball hollywoodienne 1934-1945

 | 
Grégoire Halbout

Traduction de la lettre du Hays Office à la paramount (second cahier photos)

Texte intégral

Cher M. Luraschi,

Nous avons pris connaissance du scénario daté du 21 novembre 1941, à propos de votre projet de production intitulé The Palm Beach Story et nous nous réjouissons de constater que cette version semble conforme aux dispositions du Code, à l’exception des points énumérés ci-dessous. Nous voudrions vous exprimer notre gratitude, à Monsieur Sturges ainsi qu’à vous-même, pour votre compréhension et votre coopération dans cette révision du précédent scénario.

Page 2 : Nous ne pouvons accepter une représentation de l’évêque qui ne soit pas conforme à la dignité d’un homme d’Église. C’est un point essentiel au regard des dispositions du Code.

Page 29 : Nous vous recommandons fortement d’ôter les mots soulignés dans la réplique de Gerry : « ... pendant longtemps j’ai été une partie de toi, quelque chose contre quoi se blottir et qui te tenait chaud la nuit... »

Page 31 : Nous devons vous avertir que le passage où Tom embrasse trois fois Gerry dans le dos, et malgré la description fournie par M. Sturges, sera vraisemblablement supprimé par tous les comités de censure parce que trop suggestif. Nous vous recommandons, par précaution, d’y substituer un autre geste.

Page 36 : Nous ne saurions approuver le moment où Gerry fait un mouvement de la bouche pour prononcer le mot « bandit », si le résultat dans la version filmée devait suggérer par association un mot obscène. Il faut y substituer un autre mouvement des lèvres.

Page 52 et suivantes : nous recommandons à nouveau avec insistance d’être prudents dans ces scènes qui représentent des hommes âgés en train de boire et en état d’ébriété. Si elles sont exagérées, cela va indubitablement choquer tous les publics.

Page 118 : Nous considérons toujours que la réplique de la princesse : « Ça n’est pas combien de temps ça a duré qui compte, ma chérie, mais à quel point c’était agréable », est inacceptable car trop suggestive sur le plan sexuel et pouvant susciter un sous-entendu choquant. Par conséquent, il faut la remplacer par une autre phrase.

Page 120 : La réplique de Tom : « ... pourquoi pas l’Armée du Salut. Je me promènerais avec un tambourin ! », n’est pas acceptable pour des raisons évidentes.

Page 139 : La réplique de la princesse : « Il peut y aller ce soir, s’il veut – je crois savoir qu’il y a un pasteur qui reste ouvert très tard... », n’est pas acceptable en raison de son sous-entendu sexuel et ne pourra être acceptée dans la version filmée. Permettez-nous de souligner que dans la version précédente du scénario, cette réplique de la princesse se trouvait au milieu d’une longue discussion et apparaissait, du coup, moins choquante. Dans la version actuelle, elle signe la scène et, par conséquent, revêt une importance plus grande qui lui donne une connotation choquante, à l’excès.

Page 153 : Le spectaculaire peignoir de la princesse doit bien sûr couvrir suffisamment sa personne, tout particulièrement sa poitrine. Nous considérons, évidemment, que les costumes du film seront toujours convenables.

Nous tenons à vous remercier une nouvelle fois de votre remarquable coopération à l’occasion de cette discussion sur le scénario et ses remaniements. Nous serons très heureux de prendre connaissance des modifications qui vont résoudre ces difficultés et de vous fournir notre avis sur leur conformité.

Cordialement,

L’Administration du Code de production.

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search