Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Edmond Michelet (1899-1970) et l’Église

 | 
Nicole Lemaitre

I. Edmond Michelet et les hommes d'église

Edmond Michelet et les évêques

Jacques Prévotat

Texte intégral

  • 1 Outre l’excellent accueil reçu aux archives du Centre Edmond Michelet de Brive (désormais Brive, C (...)
  • 2 « Il faut toujours pratiquer la politique de la présence », La Querelle de la fidélité, Paris, Fay (...)
  • 3 Brive, CEM, 4 EM 733.
  • 4 Lettre d’E. Michelet à Mgr Barbu, 15/4/1969, copie de la lettre à Noël Copin, 16/4/1969 : « Je reg (...)

1Le propos est plus étroit que ne le laisse entendre ce titre. Le sujet est complexe1. Il est difficile à définir puisqu’il s’agit de deux sujets : les relations avec les évêques, d’une part, les relations avec l’épiscopat, d’autre part. Michelet est un homme de relations personnelles2. Effacer les relations personnelles nouées avec les évêques, c’est passer à côté du sujet ; mais ne pas traiter de l’épiscopat en tant qu’institution, c’est aussi risquer de passer à côté du sujet. Aussi convient-il de mêler deux aspects, qui demeurent, sinon hétérogènes, du moins différents dans l’approche. Dans les deux cas, les sources sont différentes. Quand il s’agit des contacts directs – lettres, cartes de visite, rendez-vous – il s’agit de documents contemporains, pris sur le vif. L’homme s’y montre parfois vif et passionné : ainsi dans les articles de journaux, comme, par exemple, l’interview qu’il donne à Noël Copin dans La Croix du 3 avril 1969, à quelques jours du référendum du 27 avril 1969 sur la réforme du Sénat et la régionalisation qui met de Gaulle en minorité, et, une quinzaine de jours plus tard, un article virulent donné à Carrefour dénonçant la marxisation de l’épiscopat. Michelet s’était laissé aller à dénoncer les séminaristes qui avaient préféré voter communiste que voter pour lui à Quimper aux élections de 1967, en ajoutant : « Ils sont tels qu’on les a formés »3. Le supérieur du Grand séminaire, comme l’évêque de Quimper, s’élèvent contre ces propos qu’ils jugent faux et calomnieux. Michelet, embarrassé, envoie à Noël Copin une lettre de rectification dont il adresse une copie à l’évêque de Quimper, Mgr Barbu4.

2Mais quand il réfléchit sur son itinéraire et celui de sa génération, il prend du recul, et aboutit à des textes plus élaborés, moins en prise avec la réalité immédiate : il en va ainsi, entre autres, du texte dont plusieurs versions figurent dans ses archives, et dont la dernière constitue un texte de 32 pages dactylographiées, daté du printemps 1965, et intitulé Remontrance à un évêque. Cet évêque, fictif, est censé appartenir au diocèse de Brive, avoir partagé avec Michelet l’expérience des années 1930 et 1940, et, tout récemment promu à l’épiscopat, appelé, à ce titre, à participer à la dernière session du Concile.

  • 5 Contre la guerre civile, Paris, Plon, 1957 ; Le Gaullisme : passionnante aventure, Paris, Fayard, (...)

3La plupart des documents datent de l’après-guerre et même parfois de la dernière décennie de la vie de Michelet. En dehors de Sur la fidélité en politique (1949) et Rue de la Liberté (1955), ses autres ouvrages se situent à la fin de la Quatrième République et sous la Cinquième République5.

4Après quelques mots sommaires, sans doute un peu caricaturaux, destinés à introduire quelque clarté sur les relations avec l’épiscopat au cours des grandes étapes de sa vie, je m’arrêterai à quelques événements majeurs, pour conclure sur la conception que se fait Michelet de la fonction, du rôle et de la responsabilité pastorale et doctrinale d’un évêque. Question centrale, inséparable d’une ecclésiologie, et de la vie d’un chrétien qui n’a cessé de réfléchir et de méditer sur l’expérience de la rencontre de Dieu.

Les phases de la vie d’Edmond Michelet

  • 6 Contre la guerre civile, op. cit., p. 35.

5Âgé de 20 ans en 1919, il s’est engagé volontairement dans l’armée au début de sa dix-neuvième année. Il se marie au seuil de sa vingt-troisième année. Sa vie d’adulte commence tôt. Il est déjà président de l’ACJF du Béarn. Il acquiert très tôt une vive conscience des réalités civiques et politiques. Une première phase de sa vie jusqu’à la seconde guerre mondiale, fortement marquée par l’influence de l’ACJF, mais aussi par celle du Sillon et de l’Action française, construit un laïc autonome, respectueux de la hiérarchie et de l’enseignement des papes. Il est ici fidèle à la formation reçue aussi bien chez les Frères des Écoles chrétiennes qu’au sein de l’ACJF. Cette première phase qui se prolonge jusqu’à la guerre est caractérisée par un consensus sur le patriotisme, et l’attachement à la formule : « Catholique et français toujours », qu’il n’a jamais reniée : « Les conflits internes suscités par la condamnation de l’Action française n’avaient guère entamé ce sentiment général »6.

  • 7 « Les chefs spirituels, on le sait, étaient dans leur ensemble plus portés vers celui-là (le maréc (...)
  • 8 Ibid., p. 38.

6La phase suivante qui commence avec la défaite de 1940 et se prolonge jusqu’au retour du général de Gaulle au pouvoir, soit de 1940 à 1958, est celle des engagements du laïc, conscient de ses responsabilités civiques et religieuses. Il entre dans la résistance au nazisme dont il découvre, avant la guerre, le caractère aussi païen que barbare. Son engagement est motivé par des raisons qui sont avant tout d’ordre religieux : c’est l’avenir de la civilisation chrétienne qui est en jeu ; il s’agit d’une croisade. D’où la précocité de ses avertissements – dès les années 1938-1939 – à travers les conférences à Brive du cercle Duguet et son engagement fermement antinazi, dès le tract du 17 juin 1940. Il sera reconnaissant à de Gaulle d’avoir souligné dans ses Mémoires le péril des conséquences idéologiques de la victoire d’Hitler. Les évêques n’ont pas eu cette lucidité et le mot d’ordre d’obéissance au pouvoir établi lui paraît inacceptable. Michelet demande que les jeunes puissent bénéficier d’un examen critique à l’égard des mots d’ordre de l’épiscopat, sans renier pour autant le devoir d’obéissance aux évêques en tant que chefs spirituels7. Il revendique ainsi une autonomie du laïc dans le champ politique qui caractérise la génération à laquelle il appartient. On retrouve cette attitude fort nuancée dans la question de la guerre d’Algérie où il s’élève contre la torture et défend l’équipe sacerdotale de Souk-Ahras qui a pratiqué le devoir de l’hospitalité8.

  • 9 « La juste indépendance de l’Église, historiquement justifiée, devrait avoir pour contrepartie le (...)
  • 10 François Biot : « L’État morigène l’Église », Témoignage chrétien, 24/8/1967, Brive, CEM, 4 EM 738
  • 11 « Des laïcs disent au Pape leur confiance », La France catholique, n. 1149, 20 décembre 1968, p. 1

7L’avènement de la Cinquième République, qui est également contemporain du concile Vatican II, marque une étape de sa réflexion. Elle touche aux relations entre l’Église et l’État. Si l’État mène une politique qui n’est pas hostile à l’Église – sur des points essentiels : défense de la liberté religieuse, choix d’une politique sociale respectant la dignité humaine de l’ouvrier et ouverte à la participation de celui-ci (sinon à la gestion de l’entreprise, du moins à une répartition équitable des bénéfices), décolonisation Outre-mer et politique de coopération généreuse avec les pays du Tiers-Monde – pourquoi l’Église bouderait-elle une orientation qui coïncide avec ses propres vues ? Sur ce point, Michelet est parfois plus proche des enseignements des papes que de la manière dont ceux-ci sont compris et répercutés en France. À partir de 1965 et des transformations de l’Église de France à la suite du concile, Michelet marque à plusieurs reprises sa déception devant l’attitude réservée de la hiérarchie à l’égard de la politique du Général de Gaulle, dont il souligne les convergences avec celle de l’Église : il l’affirme clairement, le 16 août 1967, en Vendée, lors du 650e anniversaire de la fondation du diocèse de Luçon9, ce qui lui vaut d’être pris à partie par Témoignage chrétien10. La crise de mai 1968, le glissement d’une fraction de l’opinion catholique vers le gauchisme et le marxisme qui s’accompagne d’un regain d’anti-gaullisme exaspèrent le ministre de la Fonction publique dont le mécontentement explose dans un article de Carrefour, très sévère à l’égard d’évêques qui n’ont pas l’audace de s’opposer au totalitarisme marxiste pas plus qu’ils n’ont su s’opposer, un quart de siècle auparavant, au totalitarisme nazi. L’article fait des vagues et irrite une partie des évêques, alors que d’autres se montrent plus compréhensifs. Néanmoins, un an auparavant, le même homme approuvait chaleureusement la position de l’épiscopat face à l’encyclique Humanae vitae de Paul VI. Il s’était associé à l’adresse de fidélité au pape signée par d’autres écrivains catholiques : Étienne Gilson, François Mauriac11.

  • 12 Comme pour tous les documents pontificaux et conciliaires, cf. www.vatican.va/archives/

8Les relations de Michelet sont marquées par le respect à l’égard de la hiérarchie, on l’a dit. Au nom d’un principe auquel il tient : distinguer l’Église enseignante et l’Église enseignée. Ce principe est mis à mal dans les années 1960 et il tient à le marteler comme constitutif de la constitution de l’Église. On perçoit que son interprétation de la constitution Lumen Gentium12 ne va pas dans un sens démocratique, pas davantage que la collégialité n’implique une sorte de nivellement qui nierait la primauté pontificale.

Les contacts personnels

  • 13 E. Michelet à Mgr Rastouil, 2/3/1962, Brive, CEM, 1 EM 54.
  • 14 Carte de visite de l’évêque de Limoges, sans date, Brive, CEM, 3 EM 75. Mgr Rastouil avait été arr (...)
  • 15 Emmanuel Suhard à E. Michelet, Paris, le 5/7/1946 : « Je prends dès maintenant bonne note du vœu q (...)

9À l’égard des évêques, Michelet, surtout à partir du moment où il occupe des fonctions officielles, tient à marquer sa considération et son estime. Il manque rarement d’adresser un mot de félicitations et d’estime à tel ou tel évêque qui vient d’obtenir une distinction ou une mutation. Ainsi se tissent des liens personnels confiants. Michelet privilégie les contacts personnels. Ainsi, lorsque l’évêque de Limoges, Mgr Rastouil, reçoit la Grand Croix de l’ordre de Saint-Grégoire le Grand, il le félicite13, et celui-ci lui répond : « Quelles petites souffrances furent les nôtres à côté des vôtres »14. Lorsqu’il a quelques difficultés avec l’archevêque de Bourges, après son article de 1969, il lui propose d’aller le trouver pour lui expliquer sa position de vive voix. Certains contacts sont liés à ses fonctions ministérielles : c’est ainsi qu’en tant que ministre des Armées, il sollicite le cardinal Suhard, en juillet 1946, pour proposer le nom de l’abbé Badré comme successeur de Mgr Rodhain à l’Aumônerie générale des Armées. Le cardinal répond favorablement15. Michelet est également reçu, aussitôt qu’il demande rendez-vous, par le cardinal Feltin. De même, on constate qu’il s’entretient à deux reprises, au cours de l’été 1958, avec Mgr Rupp, l’évêque auxiliaire de Mgr Feltin pour les étrangers et les catholiques orientaux ; on peut penser qu’ils ont parlé de l’œcuménisme, des relations avec le monde slave, dont Mgr Rupp était fin connaisseur. On pourrait multiplier les références à ce genre de contact.

  • 16 Mgr Théas à E. Michelet, 19/2/1959, Brive, CEM, 4 EM 639.

10Au sein du gouvernement, il est clair qu’il est l’intermédiaire privilégié avec l’Église. Ainsi, au début de l’année 1959, Michelet représente le président de la République et le Premier Ministre à la cérémonie de clôture de l’année du centenaire des apparitions de Lourdes. C’est en des termes chaleureux que le remercie l’évêque de Tarbes et de Lourdes, Mgr Théas : « Nous vous remercions, M. le Garde des Sceaux, des très belles paroles que vous avez bien voulu nous adresser dans un toast où vous n’avez pas séparé le Ministre du Gouvernement de l’ancien et toujours fervent pèlerin de Lourdes »16.

  • 17 Paolo Marella (1895-1984), nonce à Paris de 1953 à 1959.
  • 18 Paolo Bertoli (1908-2001).

11Ajoutons que Michelet entretient également des relations confiantes avec les nonces, Marella17 d’abord, puis surtout Bertoli18, qui demeure en fonctions de 1960 jusqu’en 1969, soit pendant toute la période gaullienne. Le nonce lui manifeste son estime chaleureuse notamment au moment où Michelet défend l’enseignement de Paul VI avec vigueur sur les ondes.

  • 19 « Cette façon de procéder était loin de rencontrer l’approbation de tous les déportés ecclésiastiq (...)
  • 20 Selon le témoignage d’Étienne Borne qui écrit en ces termes à son ami, au retour d’une conférence (...)
  • 21 À plusieurs reprises, Mgr Elchinger revient sur ce moment : « En lisant dernièrement La Liberté, p (...)
  • 22 E. Michelet à A. Elchinger, 17/9/1945, Brive, CEM, 3 EM 74.

12Mais, en dehors de ces relations officielles, il faut aussi évoquer les relations plus étroites qui lient le ministre à des évêques, devenus de proches amis. On peut en retenir au moins quatre. Mentionnons d’abord son évêque à Tulle, Mgr Chassaigne, évêque de 1940 à 1962 et Mgr Piguet, évêque de Clermont de 1933 à 1952, mais surtout son compagnon à Dachau du 1er septembre 1944 au début mai 1945, séjour au cours duquel il devait ordonner clandestinement prêtre, le 17 décembre 1944, le diacre allemand Karl Leisner. Michelet a dit clairement sa reconnaissance à Mgr Piguet car, dès son arrivée à Dachau, il a pris parti sans hésitation pour les prêtres qui acceptaient de donner aux laïcs les hosties consacrées pour les distribuer dans les blocks et, particulièrement, à l’infirmerie qui était interdite d’accès au clergé19. Ces deux prélats lui vouent une confiance totale, même si son évêque semble avoir eu du mal à comprendre son adhésion au RPF20. On entend insister davantage sur deux autres personnalités, celle d’Arthur Elchinger, directeur diocésain de l’enseignement et de l’éducation chrétienne en Alsace, puis évêque coadjuteur de Strasbourg en 1957, et évêque titulaire de décembre 1966 à juillet 1984, et celle de Julien Gouet, directeur du secrétariat de l’Épiscopat français de 1960 à 1966 et évêque auxiliaire de Paris de décembre 1966 à 1982. Avec le premier, les relations remontent loin : à la défaite de 1940 et aux conversations libres à Marcillac où Michelet lui explique, à travers des textes de Bernanos et de Péguy, comment la double vocation de la France – vocation chrétienne et vocation de liberté – est gravement compromise par l’occupation nazie. L’abbé Elchinger décide alors de ne pas revenir à Strasbourg et de demeurer à Clermont-Ferrand où Mgr Weber lui a confié la direction du grand séminaire21. L’amitié est réciproque et Michelet le lui dit, dès son retour de Dachau : « Dès que j’avais franchi le pont de Kehl au début de juin dernier, vous avez été le premier que j’ai réclamé là-bas »22.

  • 23 « Vous avez un témoignage à porter aux jeunes d’aujourd’hui, portez-le devant nous : lancez du feu (...)
  • 24 « Laissez-moi vous exprimer, à titre personnel, la grande joie que j’ai éprouvée lorsque Mgr Weber (...)
  • 25 A. Elchinger à Mme Michelet, 15/5/1960, Brive, CEM, 3 EM 199.
  • 26 A. Elchinger à E. Michelet, 21/4/1967, Brive, CEM, 3 EM 199.
  • 27 « Merci de tout cœur de vos récents encouragements. C’est très rare d’en recevoir dans ces cas… », (...)

13Son ami strasbourgeois le met souvent à contribution pour qu’il vienne parler aux étudiants de Strasbourg à l’automne 194523, ou qu’il accepte de célébrer la réconciliation franco-allemande au Vieil Armand le 2 août 1964. En termes chaleureux, Mgr Elchinger le remercie24. Constamment, il dit sa reconnaissance : ainsi, en 1960, il écrit à Mme Michelet : « Grâce à lui, ce ministère est un peu “humain” (il faudrait dire “ce gouvernement”) »25. En 1967, il se félicite d’apprendre que Michelet sera chargé au sein du gouvernement des problèmes religieux en même temps qu’il lui dit partager les préoccupations de son mari et « ses explosions d’indignation si légitimes »26. Il s’agit de la montée des contestations dans l’Église et des déviations qui l’habitent. Sur ce thème, les points de vue des deux hommes coïncident largement27.

  • 28 Mgr Julien Gouet à E. Michelet, 7/6/1962, Brive, CEM, 4 EM 774.
  • 29 Restaurant connu du boulevard Saint-Germain (Paris).
  • 30 Lettre d’E. Michelet à Pierre Juillet, 16/5/1964, Brive, CEM, 4 EM 774.
  • 31 E. Michelet à Julien Gouet, 9/2/1965, Brive, CEM, 4 EM 774.
  • 32 Lettre du Général de Gaulle à E. Michelet, 30/4/1965, Brive, CEM, 4 EM 1185.
  • 33 E. Michelet à Mgr Weber, Paris, le 4/5/1965 et E. Michelet à Mgr René Boudon, 9/7/1965, Brive, CEM (...)
  • 34 Remontrance à un évêque, 32 pages dactylographiées, Brive, CEM, 6 EM 40.
  • 35 E. Michelet à Mgr Gouet, 7/7/1965, Brive, CEM, 4 EM 595.
  • 36 Mgr Gouet à E. Michelet, 11/6/1968 et 18/6/1968, Brive, CEM, 4 EM 805.

14Avec le directeur du secrétariat de l’épiscopat, les relations sont tout aussi étroites et confiantes. On peut y discerner comment Michelet envisage les relations Église/État. Celles-ci doivent favoriser les contacts personnels, les conversations libres, les rencontres, le dialogue. Après réception du Gaullisme, passionnante aventure, que Michelet lui remet en mains propres le 6 juin 1962, Mgr Julien Gouet le remercie de « sa générosité et de sa clarté d’âme. C’est si rare », ajoute-t-il28. Visiblement, Michelet veut l’associer aux questions politiques et paraît pouvoir compter sur lui. Il l’invite au printemps 1963 à déjeuner avec Christian Fouchet, Alfred Michelin et Robert Garric chez Calvet29. La rencontre n’a pu avoir lieu. Ce qu’il convient de noter c’est la progressive confiance entre les deux hommes. Michelet joue un rôle d’intermédiaire : il transmet ainsi un dossier à Pierre Juillet, conseiller technique au cabinet de Pompidou qui concerne apparemment les questions religieuses30. Michelet se fait aussi informateur : il lui transmet un dépliant sur la section française de l’International Christian Leadership dont il assure la présidence en France31. Il le tient au courant de l’évolution du dossier concernant les prières pour la République, le dossier « Salvam fac rempublicam » suivi de près par l’Élysée32, en lui transmettant copie des lettres qu’il a adressées sur le sujet à Mgr Weber, évêque de Strasbourg, directement concerné, et Mgr Boudon, évêque de Mende, président de la Commission épiscopale de liturgie33. Mais les contacts vont plus loin et il est clair que Michelet fait part au directeur du secrétariat de l’Épiscopat de ses inquiétudes quant à l’évolution de l’Église et aux interprétations douteuses en matière de liturgie. Ce sera l’objet de sa longue Remontrance à un évêque écrite au printemps 1965. Il y affirme qu’il veut bien concéder de « cesser de chanter le cantique de mon enfance : “Je suis chrétien, voilà ma gloire” » à condition qu’on ne lui demande pas d’« entonner à la place : “Je suis chrétien, voilà ma honte” »34. État d’esprit très significatif de sa peine de voir le concile trahi et mal compris. Or, on découvre qu’il a mis Mgr Gouet dans la confidence de ce texte : « La “remontrance” est devenue une “lettre” que j’hésite toujours à sortir »35. Loin de se distendre, les relations se poursuivent lorsque Mgr Gouet devient évêque auxiliaire de Paris à la fin décembre 1966. L’évêque tient Michelet au courant des réunions qui ont lieu à l’archevêché au lendemain de la crise de mai 196836. Une des manifestations les plus significatives des liens d’amitié qui les unissent est la lettre que Mgr Gouet adresse en août 1961 lorsqu’il apprend que Michelet quitte le ministère de la Justice et est appelé « à d’autres fonctions » :

  • 37 Mgr Gouet à E. Michelet, le 28/8/1961. Remarquons que Mgr Rastouil lui avait écrit deux mois aupar (...)

J’attendais de connaître les « autres fonctions » auxquelles vous seriez appelé pour vous écrire. Puisque nous tardons à les connaître, je me fais un devoir de vous exprimer la peine que j’éprouve en vous voyant quitter la place Vendôme. Je ne saurais oublier les éminents services que vous avez rendus à l’Église et à l’État, dans leurs rapports les plus officiels et dont je suis le témoin reconnaissant. Cette « période du désert » ne se prolongera pas pour vous : j’en suis convaincu et je le souhaite vivement. Daignez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments de profonde gratitude et de fidèle et respectueux attachement.37

Un laïc face à la hiérarchie

15Reste à nous demander quel a été le comportement du fidèle face à la hiérarchie au cours du siècle. Ici, il faut choisir quelques exemples-clés, sans vouloir tout traiter. Je voudrais retenir : l’affaire de l’Action française, la question de l’attitude face à l’occupant nazi, le problème scolaire, la question algérienne, la crise postconciliaire et la désaffection d’une partie de l’opinion catholique à l’égard du gaullisme. Il serait trop long de traiter en détail chacun de ces sujets.

L’Action française

  • 38 Voir aussi Action Française Quotidien, 15/5/1922 : « Le Triomphe de Jeanne d’Arc – Cent mille Patr (...)
  • 39 Voir Gérard Cholvy, Le Cardinal de Cabrières (1830-1921). Un siècle d’histoire de la France, Paris (...)

16Vis-à-vis de l’Action française, le détachement n’a pas été immédiat. Il a fallu du temps au jeune Michelet (comme à tant d’autres catholiques) pour comprendre les enjeux de la crise. Il avait 27 ans au moment de la condamnation de l’Action française et était engagé dans l’action catholique. Il convient, pour comprendre, de saisir ce que représentait, pour lui, Maurras et l’Action française. Outre que le mouvement avait été fortement encouragé depuis 1905-1906 et surtout depuis la condamnation du Sillon en 1910 par beaucoup d’évêques et de clercs, Michelet voyait avant tout, dans le mouvement royaliste, un hommage rendu à l’action politique de la Monarchie en France et aussi au rôle de la Monarchie Très Chrétienne : saint Louis, Jeanne d’Arc, Bossuet… Il est très significatif qu’on trouve dans les archives une coupure de L’Action Française sur la « Fête de Jeanne d’Arc – Chanson de route pour retourner à Reims »38. Cet enthousiasme pour la sainte de la patrie doit être replacé dans le triple contexte de la victoire de 1918, du vote de la loi instituant la fête nationale de Jeanne d’Arc, le 10 juillet 1920, et de sa canonisation par Benoît XV, le 16 mai 1920. Il faut ajouter qu’on trouve aussi un article de Maurras et une plaquette du père Janvier sur le cardinal de Cabrières, qui appartient à une lignée de royalistes légitimistes, étrangère au positivisme maurrassien39.

17Des articles sur Marc Sangnier et Léonard Constant achèvent de montrer que l’admiration de Michelet va d’abord à des patriotes, dévoués à la patrie et croyants convaincus. Michelet a suffisamment insisté sur le rôle des écrits de Maritain dans sa désappropriation par rapport à l’Action française. Il est resté en lui un profond attachement à la tradition monarchique et, peut-être, le secret espoir de voir le Comte de Paris succéder à de Gaulle. Ici nous nous éloignons de la question disciplinaire, c’est-à-dire de celle des rapports du militant d’Action française avec l’évêque de Tulle, Mgr Castel, qui semble avoir été ferme tout au long de la crise et avec lequel Edmond Michelet ne semble pas avoir eu de relations directes.

Face à l’occupant nazi

  • 40 Mgr Chassaigne à Mme Michelet, 7/6/1943, Brive, CEM, 2 EM 45.

18La question a été abordée plus haut : on a vu que Michelet est sur ce point aussi ferme que net. Son évêque, maréchaliste prudent, écrit à Mme Michelet lors de l’arrestation de son mari : « Vous savez en quelle estime et en quelle affection je tiens M. Michelet »40.

19Le jugement du résistant est demeuré nuancé à l’égard de la hiérarchie : il n’accepte pas qu’on traite les évêques de collaborateurs ou qu’on les accuse de complicité avec le nazisme. Il rejoint ainsi assez largement le jugement des historiens d’aujourd’hui. Il s’élève contre la propagande communiste d’après-guerre qui traitait les évêques de collaborateurs ; il estime « extravagante » la proposition de Bidault de destituer cinquante évêques. Il n’en reste pas moins, à ses yeux, que les évêques, tout comme le maréchal Pétain, n’ont pas su saisir les redoutables conséquences idéologiques de la victoire d’Hitler, lesquelles commandaient à des chrétiens conscients une résistance acharnée. Or, s’ils ont courageusement défendu les juifs, jamais, à deux ou trois exceptions près, – et c’est là le grief essentiel – les évêques n’ont encouragé ceux des chrétiens qui avaient choisi l’option de la résistance. Les conséquences à long terme ont été redoutables pour l’Église de France, créant un désarroi chez les jeunes. Le ton demeure modéré :

  • 41 Remontrance à un évêque, 1965, Brive, CEM, 6 EM 40, p. 20.

Ce que je veux me borner à souligner pour bien marquer ce qui est à la base de beaucoup de choses qui resteraient incompréhensibles sans cette clé, c’est la discordance qui s’établit dès ce moment entre des catholiques décontenancés, dépourvus de directives claires, impératives devant un danger mortel qui menaçait leur être et leur raison d’être, et ceux qui étaient leurs chefs spirituels.41

20Tout est dit dans cette phrase sur la carence de l’épiscopat et sur les difficultés de l’après-guerre entre la hiérarchie et certains mouvements de jeunesse.

  • 42 Ibid.

21En revanche, plus tard, contre les critiques intégristes, Michelet défend les prêtres-ouvriers, « ces jeunes apôtres venus exercer leur apostolat auprès des jeunes requis du STO et qui se sont retrouvés dans les camps », et s’élève contre des « jugements sommaires, imbéciles et méchants »42.

La question scolaire

  • 43 Voir sa réponse à une enquête de Fêtes et Saisons, 2/5/1967, p. 1 et 2.
  • 44 Remontrance à un évêque, p. 27-28.
  • 45 Celui-ci lui exprime en effet sa reconnaissance « pour l’accueil si compréhensif et si bienveillan (...)
  • 46 « Nous ne mettons nullement en doute la bienveillance de vos dispositions et votre désir d’amener (...)
  • 47 Le cardinal Roques, archevêque de Rennes, se dit déterminé à « faire loyalement l’expérience qui n (...)
  • 48 Celui-ci, Michel Virenque, lui explique l’évolution de la signature des contrats avec l’enseigneme (...)
  • 49 Plus exactement, la copie d’une « Note de réflexion » de 10 pages adressée à M. l’Inspecteur Jean- (...)
  • 50 « Église du forum ou église des catacombes ? » Nouvelle frontière, mai-juin 1965, p. 7.

22Cette question l’a toujours préoccupé ; il n’a jamais oublié qu’il devait une partie de sa formation à ses études dans un collège religieux de Pau43. Il déplore que le parti confessionnel qu’était le MRP ait retardé plus que favorisé la solution du problème44. Aussi est-il résolu à aider à la résolution du problème, tel que l’envisage Michel Debré. Il semble être parvenu par la méthode du dialogue direct à apaiser les réticences d’un des évêques les plus véhéments en la matière, Mgr Antoine-Marie Cazaux, évêque de Luçon45. Le Garde des Sceaux prend l’initiative d’inviter à déjeuner, Place Vendôme, le 14 décembre 1959, autour du premier ministre Michel Debré et de M. Alfred Michelin, administrateur à la Bonne Presse, personnalité d’expérience et de premier plan pour toutes ces questions, sept personnalités ecclésiastiques : les cardinaux Feltin (Paris) et Roques (Rennes), les évêques Perrin (Arras), Puech (Carcassonne), Cazaux (Luçon) et deux prélats, Mgr Blanchet, recteur de l’Institut catholique de Paris, Villot, directeur du secrétariat de l’épiscopat et évêque auxiliaire de Paris. Michel Debré expose ses intentions. La chaleur de l’accueil ne suffit pas à désarmer toutes les préventions46. Aussi les évêques transmettent-ils au Premier Ministre, par l’intermédiaire du Garde des Sceaux, une note en huit points qui insiste sur le maintien de la spécificité des établissements d’enseignement libre et sur les modalités pratiques de l’association (concours financier, taille des établissements, contrôle de l’État, égalité de traitement avec les établissements publics, maintien des avantages acquis antérieurs en cas de refus du contrat). Les évêques se félicitent de la méthode de dialogue direct utilisée et affirment leur volonté de coopération avec les pouvoirs publics47. Michelet continue à suivre de près le dossier par l’intermédiaire de Mgr Gouet ou, localement, par les préfets48. Plus tard, c’est Mgr Cuminal, secrétaire général de l’enseignement catholique, qui l’informe de l’évolution de l’application de la loi en lui adressant un rapport49. Michelet affirme son attachement à la loi Debré. Le dédain de l’enseignement catholique par un courant important de l’opinion catholique et sa remise en cause, sans que la hiérarchie manifeste sa désapprobation, irrite l’ancien ministre, le militant, le fidèle50.

La question algérienne

  • 51 « Ministre de la justice à l’heure de la guerre d’Algérie », Edmond Michelet, un chrétien en polit (...)
  • 52 Contre la guerre civile, op. cit., p. 37. Voir aussi : Remontrance à un évêque, p. 11.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.
  • 56 « J’ai lu avec intérêt le volume que vous m’avez adressé, intitulé Contre la guerre civile. Il écl (...)

23Cette question complexe a été maintes fois traitée, notamment par Olivier Dard, récemment51. Aussi se bornera-t-on à deux mots : d’abord, la constatation que dans son livre, Contre la guerre civile, de 1957, Michelet cherche à ménager une politique de réconciliation, qui lui vaut d’être mal vu des deux côtés. Il défend le droit des prêtres qui pratiquent l’hospitalité et qu’on accuse à tort d’accueillir de « prétendus rebelles » ; il s’élève contre ceux qui désignent l’archevêque d’Alger sous le nom de « Mohamed Duval »52. Mais surtout, il condamne avec force « l’inadmissible formule selon laquelle la fin justifie toujours les moyens »53. C’est à la torture qu’il s’en prend sous le nom de « techniques de combat imposées par les nouvelles guerres révolutionnaires »54. Celles-ci s’apparentent aux méthodes nazies et font courir « un danger mortel à la civilisation chrétienne »55. Le cardinal Feltin, vicaire aux Armées, accuse réception du livre à sa manière un peu distante, mais, somme toute, positive56.

  • 57 « Sous ces voûtes de pierre qui virent s’élever, au printemps de notre patrie, les yeux du roi Lou (...)

24À la fin de l’année 1960, Michelet participe, aux côtés de François Mauriac et de Georges Bidault, à la veillée de prières organisée à Notre-Dame de Paris par le Centre Richelieu. Sa prière associe foi ardente, vocation chrétienne de la France, profession de foi patriotique gaullienne57.

Les années 1965-1970

  • 58 Rappelons que c’est en cette année-là que se situent les tournants décisifs, voir Jean-François Si (...)
  • 59 Au Conseil des ministres du 6 mars 1963, de Gaulle déclare : « La réquisition est une épreuve entr (...)

25C’est au cours de ces dernières années de la vie de Michelet que se creuse un fossé croissant entre ses convictions religieuses et politiques, et l’évolution d’une société et d’une Église qui lui paraît trahir une partie de son idéal et de son histoire. L’idée d’écrire une Remontrance à son évêque se noue au cours de cette année 1965 qui voit se produire tant de changements, amorce de futurs bouleversements58. Les griefs concernent le comportement des clercs, le laisser-aller dans la liturgie, la remise en cause des traditions religieuses les plus éprouvées, le dédain manifesté à l’égard des dévotions populaires, mais aussi l’absence de réaction exercée par la hiérarchie catholique contre le marxisme sur une partie de la jeunesse catholique, issue des mouvements d’action catholique spécialisée. Cette redoutable dérive préoccupe le chrétien et l’homme politique. À ses yeux, cette complaisance vis-à-vis d’une idéologie totalitaire, qui avait pactisé avec Hitler jusqu’en juin 1941, manifeste un grave affaiblissement de la foi qui renvoie à l’autre faute des années 1940 : le manque de lucidité et de fermeté face au nazisme. Les évêques ne renouvellent-ils pas semblable erreur ? Autre fait, significatif à ses yeux : le dur combat mené pour remporter l’élection législative de Quimper en mars 1967, combat émaillé par des malveillances caractérisées : le renvoi par certains prêtres de Rue de la Liberté à son auteur, un barrage hostile de séminaristes venus de Saint-Brieuc pour s’opposer au candidat gaulliste et dont le chahut empêche André Malraux, venu le soutenir, d’achever son discours, le vote socialiste ou communiste de responsables de la Direction des Œuvres du diocèse. Cinq ans après l’épreuve de la grève des Charbonnages de février-mars 1963, appuyée par un fort soutien de l’opinion publique et d’une partie de l’épiscopat59, quelques mois après la bourrasque de mai 1968, voici que se produit un autre incident venant du monde ecclésiastique qui met le feu aux poudres : il s’agit du discours du président de la commission épiscopale du monde ouvrier, Mgr Ancel, au Conseil permanent de l’épiscopat français à Versailles (11-13 mars 1969). Celui-ci évoque la crise de mai 1968 et la déception ouvrière qui a suivi cet immense élan de solidarité :

  • 60 Documentation Catholique, LXVI, 1537, 6/4/1969, p. 339.

Depuis mai 1968, ce qui avait été, pendant quelques jours, la grande espérance du monde ouvrier, c’est-à-dire le changement profond de sa situation, s’est brusquement transformée en une douloureuse déception, après le discours du 30 mai et les événements qui l’ont suivi. Dans un certain nombre d’entreprises, il y a eu une reprise en main assez rude de la part de l’autorité ; parfois même, il y a eu une véritable répression antisyndicale. Aussi, retrouvons-nous aujourd’hui, mais sous une forme accrue, le mécontentement d’avant mai 1968. Il y a des signes qui semblent indiquer qu’une nouvelle crise serait plus violente.60

  • 61 Carrefour, « Un appel d’Edmond Michelet aux évêques », Mercredi 19 mars 1969.
  • 62 Mgr Kérautret à E. Michelet, 21/3/1969, Brive, CEM, 6 EM 91.

26Michelet explose : avec le ton d’un inquisiteur, il dénonce, s’adressant sans nuances à l’ensemble de l’épiscopat, une dérive qui a un précédent : celui de l’attitude de « leurs prédécesseurs immédiats » qui voulaient « nous convaincre qu’en présence du totalitarisme nazi il fallait nous résigner à la collaboration ». Aujourd’hui on constate le ralliement à « un autre totalitarisme », tout aussi dangereux61. L’article qui parvient dans tous les évêchés suscite des réactions mêlées, plutôt hostiles, mais embarrassées, compte tenu de l’auteur et de son passé. Sur les dix réponses retrouvées, la majorité dit sa peine. Le cardinal Lefebvre, qui répond très longuement (huit pages dactylographiées), s’étend sur son comportement pendant les deux guerres et exprime sans détour sa peine et son irritation. D’autres laissent, à leur manière, percer ou affirmer leur nette désapprobation (Riobé, Barthe, Marty, Maury, Streiff). Seul Mgr Kérautret, évêque d’Angoulême, lui dit : « Je comprends votre désarroi et votre appel à une nécessaire clarification »62.

  • 63 « Au risque de passer pour chauvin, j’ai tout de même le droit, semble-t-il, de me dire fier de mo (...)

27Michelet insiste, comme à l’accoutumée, sur la convergence, volontairement méconnue, entre le gaullisme et le christianisme, entre la doctrine sociale du Général et celle de l’Église. Il ne faudrait pas imaginer que Michelet est hostile aux orientations fondamentales du concile Vatican II. Il en est au contraire partisan mais, à ses yeux, l’Église de France s’éloigne de son esprit véritable et doit se redresser. Il sait, d’autre part, approuver et louer l’attitude de l’épiscopat lorsqu’elle lui semble conforme aux plus profondes intentions de l’Église. C’est ainsi que la « Note pastorale » des évêques français, au lendemain de l’encyclique Humanae vitae, recueille son adhésion et son approbation presque enthousiaste63. Il la juge équilibrée, pondérée, humaine, respectueuse du « mystère » de l’amour.

Quelle image de l’Église ? Quelle ecclésiologie ?

28Il se dégage de l’analyse des rapports de Michelet avec la hiérarchie une image de l’Église qui lui est propre (même si elle est largement partagée). Elle est marquée par la double expérience du camp de concentration qui lui a fait subir une Église de la clandestinité, des catacombes, qui rendait le témoignage difficile, pour ne pas dire impossible. Elle est aussi celle du militant d’action catholique qui a réfléchi sur son expérience militante, sur les risques de dérive de la spécialisation. Il estime que le passage de la formule « piété, étude, action » à « voir, juger, agir » marque une étape vers la sécularisation. Son expérience de membre des Équipes sociales de Robert Garric a également compté.

  • 64 Remontrance à un évêque, p. 30.
  • 65 « Église du forum ou des catacombes ? », Nouvelle frontière, mai-juin 1965.
  • 66 Conférence du 6/3/1951 : « Le pape défenseur de l’unité humaine », Brive, CEM, 4 EM 223.

29Une des premières affirmations fortes est que l’Église doit être visible, publique. La foi doit être manifestée. Si elle devient une affaire privée, elle peut mener à la situation « des États totalitaires de l’Est »64. Aussi la lutte contre le triomphalisme peut être comprise, mais elle a des limites65. D’autant qu’elle pourrait remettre en cause ce qui est essentiel à ses yeux, ce que l’on pourrait dire « non négociable », à savoir la double vocation de la France, vocation de chrétienté et vocation de liberté, telle que Péguy l’a illustrée et que l’affirme le tract du 17 juin 1940, telle qu’il la ressent dans l’appel du 18 juin. Elle n’est guère séparable d’une autre phrase, qui revient souvent sous sa plume et dont le souvenir ému ne l’a jamais quitté et l’a constamment fortifié pendant la période concentrationnaire, celle de Pie X, s’adressant, à la fin de l’année 1911, aux cardinaux français nouvellement promus (Cabrières, Billot, Dubillard et Amette) : « Va, fille aînée de l’Église, nation prédestinée, vase d’élection, va porter, comme par le passé, mon nom devant tous les peuples et les rois de la terre »66.

  • 67 Documentation Catholique, 1937, 2, p. 25 et sq.
  • 68 « Nous vous prions pour que cette vocation chrétienne, que lui rappelait naguère dans cette basili (...)

30De même retentit durablement en lui l’écho des paroles prononcées par le cardinal Pacelli, légat du Pape, dans la chaire de Notre-Dame, le 13 juillet 1937, sur la vocation chrétienne de la France67, au point d’affleurer sur ses lèvres le soir de la veillée de prière pour la paix en Algérie à Notre-Dame de Paris, le 16 décembre 196068.

  • 69 Discours pour le 650e anniversaire du diocèse de Luçon et de Maillezais, 16/8/1967, Documentation (...)
  • 70 « Église du forum ou des catacombes ? », Nouvelle frontière, mai-juin 1965, p. 7.
  • 71 « On a fait semblant de ne pas comprendre ce qu’il y avait derrière le dernier texte référendaire. (...)
  • 72 À présent, 23/4/1948.

31Cette conviction entraîne naturellement des conséquences sur l’idée que se fait Michelet des rapports entre l’Église et l’État. Si le concile a heureusement cessé de considérer l’Église comme un pouvoir, elle n’en demeure pas moins une puissance et une autorité69. Elle a un rôle à exercer et ne doit pas le refuser, sous le prétexte – qui peut, il est vrai, être sain en certaines circonstances historiques – de conserver son indépendance. Elle ne doit pas s’abstenir de coopérer avec l’État et de l’aider dans ses efforts. Si l’opposition conjuguée des intégristes et des progressistes allait jusqu’à son terme et gagnait l’ensemble des catholiques français, on pourrait redouter « un effondrement aux perspectives incalculables »70. L’échec du référendum d’avril 1969 qui aboutit au vote négatif du peuple français et à la démission du général de Gaulle a conduit au refus d’une réforme fondamentale pour la dignité de l’homme. N’y-a-t-il pas dans cet acte un risque qui pourrait favoriser un jour l’avènement d’un univers totalitaire71 ? On le voit, le spectre du totalitarisme menace toujours. Quand Georges Hourdin avait expliqué dans Le Monde, en 1948, qu’il n’y avait jamais eu de civilisation chrétienne, Michelet avait aussitôt réagi, retrouvant les accents de 1940 : « J’ai peur que ce soit, en fin de compte, une bonne raison qu’on se donne de ne pas avoir à la défendre »72.

  • 73 « Un point qui me semble toutefois capital c’est qu’il me paraît indispensable d’admettre que sans (...)
  • 74 « La rencontre avec l’aumônier allemand porteur des sacrements de Pénitence et d’Eucharistie m’a f (...)
  • 75 Ibid., p. 6.

32Si l’on cherche à cerner de plus près sa conception personnelle de l’Église, il faut se reporter à la longue réponse (quatorze pages dactylographiées) qu’il donne à l’enquête des pères dominicains Bro et Mignon pour la revue Fêtes et Saisons en 1967. On y relèvera d’abord la réaffirmation de la distinction entre l’Église enseignante et l’Église enseignée ; mais surtout l’absolue nécessité de conserver des signes tangibles, visibles, proches de la présence du Mystère, autrement dit, les sacrements73. Il ajoute qu’il n’a jamais mieux senti et vécu son appartenance à la communauté Église que dans quelques moments marquants de son existence : la solitude de la prison de Fresnes, à la fin de l’hiver 194374, le block 28 des prêtres polonais lors de la fraction du pain, ou la messe matinale de la cathédrale de Pékin. Enfin, il dit combien la privation de la liturgie lui a fait apprécier à son retour « sa beauté et son humaine nécessité »75.

  • 76 « Remontrance à un Évêque », Brive, CEM, 6 EM 40, p. 19.
  • 77 « À la limite [si le prêtre ne le comprenait pas], l’Évêque m’accueillait mais – même à l’époque d (...)

33L’intérêt de ce texte vient aussi de ce que Michelet expose la façon dont il conçoit le rôle de l’évêque et les relations entre les laïcs et la hiérarchie. Il a souffert dans sa jeunesse, dit-il, de « cette arrière-garde de prétendus notables qui entendaient imposer leur point de vue et y parvenaient souvent du presbytère à l’Évêché »76. Mais il souligne qu’il n’a cependant jamais eu le sentiment d’être empêché de pouvoir s’exprimer librement, notamment auprès de son évêque77.

34Certes, aujourd’hui, les rapports entre les laïcs et la hiérarchie nécessitent des changements de fond. Et voici comment il décrit l’évêque selon ses vœux :

  • 78 Ibid., p. 9-10.

Si j’étais évêque mon souci permanent serait le contact permanent avec les prêtres dont j’ai la charge et avec ceux des laïcs qui se font les auxiliaires de mes prêtres. Ma maison ne serait pas seulement ouverte à tous, comme elle l’est d’ailleurs chez nous, à peu près partout. Il ne serait pas une paroisse de mon diocèse qui ne reçoive ma visite – et autrement que par la tournée de confirmation telle qu’elle est encore trop souvent maintenue – au moins une fois par an. Et à des jours et heures où chacun pourrait me rencontrer et se confier à moi. C’est par ces contacts qu’il me serait possible de mieux discerner la hiérarchie de mes devoirs.78

35Il est capital bien entendu que cet évêque soit en communion avec le pape.

  • 79 « Si mandat particulier il doit y avoir, je le verrai assez lié à un sacrement de confirmation dis (...)
  • 80 Politique, Église et Foi, pour une pratique chrétienne de la politique, Rapports présentés à l’Ass (...)
  • 81 « Reste que l’expérience concentrationnaire d’un laïc lui permet de souhaiter que le rôle de rempl (...)

36Les laïcs doivent jouir de la plus grande liberté. Il faut réinventer la notion de mandat. Bien des initiatives fécondes sur le plan apostolique ont pu s’opérer sans la médiation du mandat. Il faudrait renouveler cette notion de mandat par une formation appropriée et un sacrement de confirmation renouvelé. Il s’agit de distinguer « militantisme » et « apostolat »79. Le laïc doit être libre d’assumer sa vocation personnelle. Il doit s’en donner les moyens, la formation, il doit prier et approfondir sa foi. C’est une confiance dans les ressources individuelles qui est ici affirmée, sans égoïsme ou repli. Le laïc ne doit pas être embrigadé dans un parti politique, surtout confessionnel. Les laïcs doivent se disperser entre les différents courants politiques et leur rayonnement évangélique pourra peut-être gagner des âmes. De ce point de vue, Michelet aurait été favorable au rapport de Mgr Matagrin « Pour une pratique chrétienne de la politique », qui accepte le pluralisme politique des catholiques80. Il faut revenir encore à l’expérience concentrationnaire pour comprendre ce point de vue : les laïcs ont dû, seuls, prendre leurs responsabilités de chrétiens, dans le désert des directives hiérarchiques et dans la contrainte de la clandestinité. Ce fut le retour au temps de l’Église primitive. Ils ont assuré des fonctions de diaconat. Ces fonctions doivent être restaurées aujourd’hui, notamment dans les grands ensembles81.

  • 82 Préface de Mgr Gaidon, évêque de Cahors à Denis Rey, Prier à Rocamadour avec Edmond Michelet, Pari (...)

37Ce zèle d’apôtre, on comprend qu’il ait été salué par un évêque contemporain comme celui « d’un laïc au christianisme sans complexes », propre à éclairer les « responsables politiques »82.

**

  • 83 Voir l’interview avec Noël Copin : « Une des raisons de la crise de l’Église est, à mon sens, le f (...)
  • 84 « Je ne crois pas qu’il soit excessif d’avancer que, de l’affreuse saison des lilas et des roses q (...)

38Michelet appartenait à une génération qui traitait la hiérarchie avec déférence et qui n’imaginait pas un autre comportement. Son appartenance à l’ACJF l’a formé dans le respect et l’écoute attentive des enseignements pontificaux. On ne compte pas les textes qui rappellent l’importance de la « voix de Pierre ». La seule réserve qu’il ait jamais formulée concerne l’attitude de Rome pendant la guerre : elle aurait dû se montrer plus claire et incisive83. L’historien ne peut que lui donner raison. Michelet a acquis très tôt une maturité et une indépendance dans ses choix politiques et sociaux. Malgré l’attachement à l’Action française, qu’explique une certaine nostalgie de la grandeur de la monarchie et de la tradition légitimiste (il se rattache à La Tour du Pin dont il repère à satiété qu’il a remis en cause le sacro-saint principe bourgeois de la propriété), il appartient dans les années 1930 à l’aile avancée du catholicisme, celle des dominicains de La Tour-Maubourg au premier rang desquels le père Maydieu. Il lit Sept, l’Aube, Esprit. Il est déjà antinazi avant la défaite et pour des raisons essentiellement religieuses84. Cette option décisive explique sa liberté temporelle vis-à-vis de l’épiscopat, liberté qui ne signifie nullement désobéissance spirituelle. Cette épreuve matricielle l’attache définitivement à l’Homme du 18 Juin. La résistance de ce dernier n’a pas les mêmes motifs, il obéit à des considérations de géostratégie mondiale, mais il n’exclut nullement les raisons idéologiques liées à la victoire d’Hitler, c’est-à-dire la barbarie païenne du nazisme. La surprise et le choc, qui peinent profondément l’homme politique Michelet, viennent de la constatation que les élites épiscopales ne se rallient pas davantage à de Gaulle que celles des années 1940 ne l’avaient rejoint. C’est le sens profond, à nos yeux, de son article explosif du 19 Mars 1969. De surcroît, les militants démocrates-chrétiens, qui ont vu clair dès les années 1930 et ont opté pour la Résistance pendant la guerre en se ralliant à de Gaulle, estiment que sa politique n’obéit plus à des considérations universelles et n’est plus inspirée par la très haute idée qu’il se faisait de la France. Telle est la double peine de Michelet lors de la démission du général de Gaulle. En se ralliant à Pompidou, il veut exprimer sa fidélité au général de Gaulle et à l’indéracinable double vocation péguyste de la France : vocation de chrétienté et vocation de liberté.

Notes

1 Outre l’excellent accueil reçu aux archives du Centre Edmond Michelet de Brive (désormais Brive, CEM) et aux archives diocésaines de Cambrai où se trouvent les archives de l’ACA, je veux exprimer ma vive gratitude pour leur précieux témoignage aux membres de la famille d’Edmond Michelet : Mme Agnès Brot, MM. Yves Michelet et Étienne Patier.

2 « Il faut toujours pratiquer la politique de la présence », La Querelle de la fidélité, Paris, Fayard, 1971, p. 143.

3 Brive, CEM, 4 EM 733.

4 Lettre d’E. Michelet à Mgr Barbu, 15/4/1969, copie de la lettre à Noël Copin, 16/4/1969 : « Je regrette d’avoir ainsi et bien involontairement formalisé les uns et les autres. Puis-je demander à votre amitié de souligner, à l’occasion d’un prochain article, qu’en faisant allusion à ceux qui ont formé les grands séminaristes en question, je pensais beaucoup plus aux techniciens de l’Action catholique spécialisée – j’en étais, hélas ! – qu’aux responsables de ces grands séminaires », La Croix du 3 avril 1969. Brive, CEM, 4EM733.

5 Contre la guerre civile, Paris, Plon, 1957 ; Le Gaullisme : passionnante aventure, Paris, Fayard, 1962 ; La Querelle de la fidélité : peut-on être gaulliste aujourd’hui ?, Paris, Fayard, 1971.

6 Contre la guerre civile, op. cit., p. 35.

7 « Les chefs spirituels, on le sait, étaient dans leur ensemble plus portés vers celui-là (le maréchal Pétain) que vers celui-ci (le général de Gaulle). Les jeunes d’hier devenus aujourd’hui des citoyens ne l’ont pas tout à fait oublié. Cela n’a diminué en rien leur loyalisme à l’égard de la hiérarchie sur le plan strictement spirituel mais dès lors qu’on aborde le terrain mixte, c’est-à-dire celui du spirituel et du temporel comme on dit dans le secteur, nos jeunes citoyens demandent à y voir de plus près », Contre la guerre civile, op. cit., p. 35.

8 Ibid., p. 38.

9 « La juste indépendance de l’Église, historiquement justifiée, devrait avoir pour contrepartie le devoir de reconnaître les efforts de l’État « surtout quand ils convergent étroitement avec ceux que mène sur le terrain spirituel qui est le sien l’éternelle Église qui ne veut plus être un pouvoir mais reste une puissance et une autorité », Documentation Catholique, n. 1502, 1/10/1967, p. 1715.

10 François Biot : « L’État morigène l’Église », Témoignage chrétien, 24/8/1967, Brive, CEM, 4 EM 738.

11 « Des laïcs disent au Pape leur confiance », La France catholique, n. 1149, 20 décembre 1968, p. 1.

12 Comme pour tous les documents pontificaux et conciliaires, cf. www.vatican.va/archives/

13 E. Michelet à Mgr Rastouil, 2/3/1962, Brive, CEM, 1 EM 54.

14 Carte de visite de l’évêque de Limoges, sans date, Brive, CEM, 3 EM 75. Mgr Rastouil avait été arrêté par la Milice le 7 juillet 1944 et placé en résidence forcée à Châteauroux jusqu’au 27 juillet 1944 (Dictionnaire des Évêques de France au XXe siècle, Paris, Cerf, 2010, p. 557). Des résistants du diocèse de Rennes l’avaient cependant inscrit sur la liste des prélats collaborateurs (Frédéric Le Moigne, Les Évêques français de Verdun à Vatican II, Rennes, PUR, 2005, p. 140-141).

15 Emmanuel Suhard à E. Michelet, Paris, le 5/7/1946 : « Je prends dès maintenant bonne note du vœu que vous formulez et j’ai bon espoir qu’il sera réalisé », Brive, CEM, 4 EM 107.

16 Mgr Théas à E. Michelet, 19/2/1959, Brive, CEM, 4 EM 639.

17 Paolo Marella (1895-1984), nonce à Paris de 1953 à 1959.

18 Paolo Bertoli (1908-2001).

19 « Cette façon de procéder était loin de rencontrer l’approbation de tous les déportés ecclésiastiques. Certains d’entre eux y voyaient une sorte de sacrilège. Il fallut l’arrivée au camp d’un Évêque (c’était d’ailleurs un Français) pour légitimer aux yeux des plus réfractaires – et cela sans la moindre hésitation –, ces mesures tout à fait exceptionnelles que les circonstances imposaient », « Témoignages », Les Laïcs et la vie de l’Église, Recherches et Débats du Centre Catholique des Intellectuels français, Paris, Fayard, no 42, mars 1963, p. 103.

20 Selon le témoignage d’Étienne Borne qui écrit en ces termes à son ami, au retour d’une conférence d’information aux archevêques et aux évêques du Sud-Ouest sur les problèmes de l’enseignement : « Ce fut assez drôle et je n’ai pas fait preuve de beaucoup de conformisme… Au retour dans le Toulouse-Paris, j’ai parlé avec Son Excellence l’évêque de Tulle qui ne m’a pas caché tous les soucis que lui causait son cher fils Edmond Michelet », Étienne Borne à E. Michelet, 16/12/1948, Brive, CEM, Fonds Étienne Borne, 4/11.

21 À plusieurs reprises, Mgr Elchinger revient sur ce moment : « En lisant dernièrement La Liberté, pourquoi faire ? de Bernanos, je pensais aux pages de Bernanos que vous me lisiez en 1940 à Brive au moment où je faisais ma retraite chez vous avant de me décider pour ne pas retourner en Alsace, par fidélité pour la mission spirituelle de la France », Arthur Elchinger à E. Michelet, 21/12/1958 – et devenu évêque de Strasbourg : « Tout cela a commencé un jour à Marcillac !… en 1940 », A. Elchinger à E. Michelet, 5/1/1967, Brive, CEM, 1 EM 4.

22 E. Michelet à A. Elchinger, 17/9/1945, Brive, CEM, 3 EM 74.

23 « Vous avez un témoignage à porter aux jeunes d’aujourd’hui, portez-le devant nous : lancez du feu sur l’Assemblée : et qu’à la fin de votre allocution nous puissions tous chanter la Marseillaise », A. Elchinger à E. Michelet, 20/11/1945.

24 « Laissez-moi vous exprimer, à titre personnel, la grande joie que j’ai éprouvée lorsque Mgr Weber me dit le 2 août au soir : “Le discours de M. Michelet fut le sommet du Rassemblement du Vieil-Armand”. Grâces soient rendues au Seigneur pour tout ce que vous faites et pour ce que vous êtes pour nous, à l’heure actuelle. Votre loyauté, votre profonde honnêteté, votre sens de l’humain et votre foi profonde sont un témoignage qui porte loin… Quand en décembre (ou plus tard) j’irai à Paris, j’essaierai de vous y rencontrer quelques instants. J’ai besoin de votre “équilibre” », A. Elchinger à E. Michelet, 25 août 1964, Brive, CEM.

25 A. Elchinger à Mme Michelet, 15/5/1960, Brive, CEM, 3 EM 199.

26 A. Elchinger à E. Michelet, 21/4/1967, Brive, CEM, 3 EM 199.

27 « Merci de tout cœur de vos récents encouragements. C’est très rare d’en recevoir dans ces cas… », A. Elchinger à E. Michelet, 9/6/1969, Brive, CEM, 3 EM 199.

28 Mgr Julien Gouet à E. Michelet, 7/6/1962, Brive, CEM, 4 EM 774.

29 Restaurant connu du boulevard Saint-Germain (Paris).

30 Lettre d’E. Michelet à Pierre Juillet, 16/5/1964, Brive, CEM, 4 EM 774.

31 E. Michelet à Julien Gouet, 9/2/1965, Brive, CEM, 4 EM 774.

32 Lettre du Général de Gaulle à E. Michelet, 30/4/1965, Brive, CEM, 4 EM 1185.

33 E. Michelet à Mgr Weber, Paris, le 4/5/1965 et E. Michelet à Mgr René Boudon, 9/7/1965, Brive, CEM, 4 EM 1185.

34 Remontrance à un évêque, 32 pages dactylographiées, Brive, CEM, 6 EM 40.

35 E. Michelet à Mgr Gouet, 7/7/1965, Brive, CEM, 4 EM 595.

36 Mgr Gouet à E. Michelet, 11/6/1968 et 18/6/1968, Brive, CEM, 4 EM 805.

37 Mgr Gouet à E. Michelet, le 28/8/1961. Remarquons que Mgr Rastouil lui avait écrit deux mois auparavant : « Nous ne sommes pas sans avoir perçu des échos de certaines difficultés que vous avez dû surmonter et qui, nous a-t-il semblé, auraient été de nature à vous éloigner si vous n’aviez eu d’abord et fermement conscience de votre devoir. Que Notre-Dame continue à vous guider et à vous soutenir ! », Mgr Rastouil à E. Michelet, Limoges, le 7/6/1961, Brive, CEM, 4 EM 595. Son évêque lui transmet également ce message : « Cher ami, la radio nous a appris hier soir, que vous étiez “appelé” à d’autres fonctions. Faut-il vous féliciter ou vous témoigner de la sympathie ? Une chose me semble certaine, c’est que les “autres fonctions”, quelles qu’elles soient, ne vous donneront pas plus de soucis que la Justice. Vous vous êtes dépensé, de votre mieux, au service de celle-ci… et cela suffit pour que ceux qui vous connaissent et vous aiment, ne vous en estiment pas moins. Croyez que l’évêque de Tulle est parmi eux, et en bon rang, qui vous fait confiance. Je continue à prier pour vous ; c’est mon devoir, et j’y suis fidèle de mon mieux. Vous étiez à Lourdes pour le pèlerinage national ; la Vierge Marie toute bonne saura vous assister comme toujours », Mgr Chassaigne à E. Michelet, 26/8/1961, Brive, CEM, 4 EM 673.

38 Voir aussi Action Française Quotidien, 15/5/1922 : « Le Triomphe de Jeanne d’Arc – Cent mille Patriotes parisiens au cortège traditionnel », accompagné d’un éditorial de Léon Daudet : « La Journée de l’Espérance ».

39 Voir Gérard Cholvy, Le Cardinal de Cabrières (1830-1921). Un siècle d’histoire de la France, Paris, éd. du Cerf, 2007.

40 Mgr Chassaigne à Mme Michelet, 7/6/1943, Brive, CEM, 2 EM 45.

41 Remontrance à un évêque, 1965, Brive, CEM, 6 EM 40, p. 20.

42 Ibid.

43 Voir sa réponse à une enquête de Fêtes et Saisons, 2/5/1967, p. 1 et 2.

44 Remontrance à un évêque, p. 27-28.

45 Celui-ci lui exprime en effet sa reconnaissance « pour l’accueil si compréhensif et si bienveillant que vous avez bien voulu me réserver. Je crois avoir plaidé avec la plus grande vérité une cause pleine d’intérêt et j’attends avec confiance votre décision », Mgr Cazaux à E. Michelet, 7/3/1959, Brive, CEM, 4 EM 582.

46 « Nous ne mettons nullement en doute la bienveillance de vos dispositions et votre désir d’amener progressivement une paix scolaire que nous n’avons jamais cessé de vouloir. Mais vous comprendrez sans doute que nous tenions à un texte de loi suffisamment détaillé pour qu’il ne puisse pas prêter à des interprétations défavorables et à une règlementation qui le détournerait de son sens », lettre adressée à Michel Debré, Premier Ministre, le 14 décembre 1959, Brive, CEM, 4 EM 582.

47 Le cardinal Roques, archevêque de Rennes, se dit déterminé à « faire loyalement l’expérience qui nous est proposée, étant fermement résolu à continuer à travailler, dans mon secteur, pour le bien commun et pour la paix dans l’intérêt de la France », Cardinal Roques à E. Michelet, 16/12/1959, Brive, CEM, 4 EM 582.

48 Celui-ci, Michel Virenque, lui explique l’évolution de la signature des contrats avec l’enseignement privé dans le département de la Haute-Vienne, lettre du 30/5/1961 à E. Michelet, 30/5/1961, Brive, CEM, 4 EM 582.

49 Plus exactement, la copie d’une « Note de réflexion » de 10 pages adressée à M. l’Inspecteur Jean-François Allard, conseiller technique de M. le ministre de l’Éducation nationale, J. Cuminal à E. Michelet, 12/1/1968, Brive, CEM, 4 EM 733.

50 « Église du forum ou église des catacombes ? » Nouvelle frontière, mai-juin 1965, p. 7.

51 « Ministre de la justice à l’heure de la guerre d’Algérie », Edmond Michelet, un chrétien en politique, Paris, Lethielleux-Collège des Bernardins, 2011, p. 119-138.

52 Contre la guerre civile, op. cit., p. 37. Voir aussi : Remontrance à un évêque, p. 11.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 « J’ai lu avec intérêt le volume que vous m’avez adressé, intitulé Contre la guerre civile. Il éclaire bien des aspects de ce douloureux problème d’Algérie, qui semble annoncer d’autres agitations analogues, sous d’autres latitudes. Ces pages courageuses sont une belle expression de ce que vous appelez “tribune libre”. Elles pourront guider des jugements erronés et faciliter, comme vous le souhaitez, le maintien de la paix sociale », Cardinal Feltin à E. Michelet, 2/1/1958, Brive, CEM, 6 EM 31.

57 « Sous ces voûtes de pierre qui virent s’élever, au printemps de notre patrie, les yeux du roi Louis, votre confesseur, monarque pacifique qui sut, dans la justice, mettre un terme à une guerre fratricide, nous vous prions, Seigneur, pour que la France reste fidèle à sa vocation séculaire, nous qui croyons aussi “que vous l’avez créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires” », Documentation Catholique, LVIII, n. 1343, 1/1/1961, p. 49-50.

58 Rappelons que c’est en cette année-là que se situent les tournants décisifs, voir Jean-François Sirinelli, Les Vingt Décisives. Le passé proche de notre avenir, 1965-1985, chapitre II : « 65, année tournante ? », Paris, 2007, p. 53-89.

59 Au Conseil des ministres du 6 mars 1963, de Gaulle déclare : « La réquisition est une épreuve entre le parti communiste et le gouvernement. Les imbéciles suivent le PC, comme l’évêque d’Arras, la CFTC et Le Figaro », Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, I, Paris, 1994, p. 554.

60 Documentation Catholique, LXVI, 1537, 6/4/1969, p. 339.

61 Carrefour, « Un appel d’Edmond Michelet aux évêques », Mercredi 19 mars 1969.

62 Mgr Kérautret à E. Michelet, 21/3/1969, Brive, CEM, 6 EM 91.

63 « Au risque de passer pour chauvin, j’ai tout de même le droit, semble-t-il, de me dire fier de mon épiscopat. Après les déclarations ambiguës des évêques belges, allemands, canadiens, scandinaves et autres qui, à en croire un bon connaisseur en la matière (c’est de M. Henri Fesquet du Monde que je parle) se découvraient contestataires à l’égard de la dernière encyclique, nos Français, tout gallicans qu’ils soient, se sont montrés très clairs et d’un loyalisme évident à l’égard de Paul VI. Comme quoi les plus “romains” ne sont pas ceux qu’on pense », « Convergences », aimablement communiqué par Agnès Brot.

64 Remontrance à un évêque, p. 30.

65 « Église du forum ou des catacombes ? », Nouvelle frontière, mai-juin 1965.

66 Conférence du 6/3/1951 : « Le pape défenseur de l’unité humaine », Brive, CEM, 4 EM 223.

67 Documentation Catholique, 1937, 2, p. 25 et sq.

68 « Nous vous prions pour que cette vocation chrétienne, que lui rappelait naguère dans cette basilique, témoin de notre histoire, celui qui devait devenir ici-bas le vicaire de votre Fils, soit présente à l’esprit et au cœur de tous les Français à l’heure où semble, une fois encore, menacée l’unité de la patrie », Documentation Catholique, T. LVIII, 1/1/1961, p. 50.

69 Discours pour le 650e anniversaire du diocèse de Luçon et de Maillezais, 16/8/1967, Documentation Catholique, T. LXIV, 1/10/1967, p. 1715.

70 « Église du forum ou des catacombes ? », Nouvelle frontière, mai-juin 1965, p. 7.

71 « On a fait semblant de ne pas comprendre ce qu’il y avait derrière le dernier texte référendaire. Il l’avait pourtant dit en termes non équivoques : la transformation sociale, morale, humaine de notre société moderne guettée par la civilisation mécanique d’ordinateurs et de cartes perforées qui risque de faire de chacun de nous des robots et qui nous conduit à un univers totalitaire… », « Évocations », Carrefour, 30/4/1969.

72 À présent, 23/4/1948.

73 « Un point qui me semble toutefois capital c’est qu’il me paraît indispensable d’admettre que sans sacrement il est tout à fait impossible de se dire fidèle à la parole de Dieu », Fêtes et Saisons, texte dactylographié, p. 7, Brive, CEM, 6 EM 97 (D96/1).

74 « La rencontre avec l’aumônier allemand porteur des sacrements de Pénitence et d’Eucharistie m’a fait sentir cette communauté », ibid., p. 2.

75 Ibid., p. 6.

76 « Remontrance à un Évêque », Brive, CEM, 6 EM 40, p. 19.

77 « À la limite [si le prêtre ne le comprenait pas], l’Évêque m’accueillait mais – même à l’époque des grandes options – j’ai trouvé auprès de lui désir de compréhension et, le plus souvent, affectueuse sollicitude, nullement empruntée », Réponse à l’enquête de Fêtes et Saisons, 1967, p. 7. Ce sont les relations qu’il a entretenues avec son évêque, Mgr Chassaigne, et sans doute aussi avec son successeur, Mgr Donze, qui semblent ici décrites.

78 Ibid., p. 9-10.

79 « Si mandat particulier il doit y avoir, je le verrai assez lié à un sacrement de confirmation distribué par conséquent dans de tout autres conditions qu’aujourd’hui et avec engagement de ne pas confondre les genres : l’apostolat est bien autre chose que le “militantisme” – mot affreux pour désigner trop souvent des comportements qui mènent vers des impasses. Entre l’eunuque civique qu’était trop souvent devenu le militant d’Action catholique et son contraire, issu des mêmes milieux, “agit-prop” de partis politiques confessionnels ou non, il devrait être possible de rechercher ce qu’il faut bien appeler, malgré Léon Bloy, un juste milieu », Réponse à l’enquête, ibid., p. 8.

80 Politique, Église et Foi, pour une pratique chrétienne de la politique, Rapports présentés à l’Assemblée plénière de l’Épiscopat français, Lourdes 1972, Paris, éd. du Centurion, 1972, p. 13-25.

81 « Reste que l’expérience concentrationnaire d’un laïc lui permet de souhaiter que le rôle de remplaçant qu’il a souvent tenu là-bas, celui somme toute d’un véritable diacre, soit envisagé dans tous les cas où les circonstances ne permettent plus au prêtre de remplir intégralement sa mission. Les grands ensembles de nos cités modernes et, d’une manière générale, les immensités aussi spirituellement désertes que pouvait l’être un camp de concentration attendent leurs diacres », Réponse à l’enquête, ibid., p. 6.

82 Préface de Mgr Gaidon, évêque de Cahors à Denis Rey, Prier à Rocamadour avec Edmond Michelet, Paris, Desclée de Brouwer, 1995.

83 Voir l’interview avec Noël Copin : « Une des raisons de la crise de l’Église est, à mon sens, le fait que Rome ait minimisé le danger nazi. L’Église aurait dû prendre position quand un certain nombre d’hommes se sont engagés en fonction de leurs convictions religieuses », La Croix, 3 avril 1969.

84 « Je ne crois pas qu’il soit excessif d’avancer que, de l’affreuse saison des lilas et des roses que chantait Aragon pour évoquer l’été 1940 jusqu’au sinistre hiver 1941… les militants chrétiens furent parmi les premiers à se rechercher et à se rassembler dans l’ombre de la clandestinité. Pour tout dire, la première résistance métropolitaine, chronologiquement parlant, fut une résistance plus religieuse que politique », Jean Chaunu qui cite son article du Monde du 8/12/1966 dans son livre, La Chrétienté paradoxale, christianisme et totalitarismes dans l’entre-deux-guerres, Paris, François-Xavier de Guibert, 2010, p. 178.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540