Version classiqueVersion mobile

La Comédie Screwball hollywoodienne 1934-1945

 | 
Grégoire Halbout

Troisième partie. La fête screwball et la discussion démocratique

Texte intégral

  • 1 Olivier Zunz, Le Siècle américain, Paris, Fayard, 2000, p. 119 et p. 95.
  • 2 Dans une étude sociologique pionnière, Middletown. A Study in Modern American Culture, New York, Ha (...)

1Dans les années 1930, la « classe moyenne » américaine représente un enjeu considérable pour les États-Unis. Le contrat social se fonde sur une politique de consommation de masse permise par une structure sociale ouverte et une middle class en pleine expansion depuis la fin du siècle précédent. Le déploiement de l’économie se joue autour de l’invention de cette notion de classe moyenne. Olivier Zunz attribue aux magnats du capitalisme l’habileté stratégique « [d’avoir mis] les innovations techniques au service d’une révolution organisationnelle afin de promouvoir l’organisation de masse ». Trois facteurs ont permis cette émergence : les progrès et la généralisation de l’éducation ; la promotion sociale par l’accès aisé aux emplois du secteur tertiaire ; et l’importance croissante des stratégies de communication1. Le comportement de la classe moyenne – qui constituera plus de soixante pour cent de la population active à partir de la Seconde Guerre mondiale – présente deux aspects caractéristiques de l’élévation du niveau de vie : l’augmentation de la consommation et l’essor du temps libre2. C’est une armée de consommateurs individuels qui découvrent les loisirs, catégorie où le cinéma occupe l’une des toutes premières places.

  • 3 Ces faits sont confirmés par l’étude de R. et H. Lynd, Middletown..., op. cit., p. 263- 271.
  • 4 O. Zunz, Le Siècle américain, op. cit., p. 83-91.
  • 5 S. Cavell, À la Recherche du bonheur..., Paris, Éditions de l’Étoile/Cahiers du cinéma, 1993, p. 14 (...)
  • 6 Ibid.

2L’instauration d’un système de censure interne à Hollywood coïncide avec l ’ avènement de cette classe du milieu. En effet, quoique cette dernière ne montre pas une conscience politique affirmée – le taux de participation aux scrutins électoraux tombe à cinquante pour cent dans les années 1930 – elle adopte immédiatement le cinéma, qui devient le deuxième loisir des Américains après l’automobile3. Il n’est donc pas étonnant que des formes radicales de censure se manifestent au moment où émerge une opinion publique, incarnée par cet « Américain moyen » qu’hommes politiques et organismes de presse d’abord, entreprises privées ensuite, s’efforcent de cerner pour satisfaire ses aspirations. Les médias de masse (cinéma, presse et radio) font appel aux experts en sciences sociales et à la psychologie appliquée, rappelle encore Olivier Zunz4, pour quantifier les avis et définir les attentes. L’opinion publique se trouve ainsi prise en étau entre la mesure, si précieuse, de sa réponse aux produits culturels et le soupçon suscité par les perspectives de liberté suggérées par les fictions hollywoodiennes. À propos des comédies du remariage, Stanley Cavell souligne qu’« elles participent à une “telle” conversation avec leur culture »5. C’est un dialogue, précise-t-il à l’occasion de son analyse de The Philadelphia Story (Cukor, 1940), sur la légitimité du divorce et du mariage. Quant à It Happened One Night (Capra, 1934), ce film a présenté auparavant le mariage « comme le meilleur emblème dont nous disposions pour cette communauté à venir – non le mariage tel qu’il est mais tel qu’il peut être – [...] puisque le mariage n’est peut-être réalisable que dans le cadre de cette communauté à venir »6.

3La question se pose en termes de dialogue entre un public, désormais identifié comme « la classe moyenne américaine », et l’industrie du cinéma. Cette discussion porte sur la vie intime et comment aménager le sentiment amoureux et l’organisation sociale représentée par le mariage. La comédie screwball participe au débat culturel et politique. Elle propose des histoires qui illustrent les interrogations et les revendications de l’immense majorité sur leur vie conjugale et leur intimité. C’est à cette partie de la population qu’elle s’adresse, avec ses cortèges de héros : journalistes et éditeurs, employés et secrétaires, esthéticiennes, professeurs... Si la classe moyenne a pris une telle importance narrative, cinématographique, si elle est devenue objet et sujet de la discussion sur la communauté et son organisation, il n’est pas étonnant que les représentants du mouvement conservateur se soient imposés dans ce débat et aient réussi à imposer un contrôle préalable. De surcroît, les années 1930 voient les idéaux des libéraux réformateurs et du mouvement progressiste battus en brèche par la Grande Dépression et ses répercussions sur l’économie du pays. Cette classe moyenne, imaginée comme fondement de la croissance et d’une plus grande justice sociale, doute de son identité, manifeste une inquiétude croissante devant la précarité de l’emploi, questionne le bien-fondé du capitalisme, de la mobilité sociale et montre déjà des signes de rétractation dans la sphère privée avec une relative apathie politique. La résurgence conservatrice, incarnée par la présidence Hoover (1929-1933) et les idéalistes réactionnaires, entend dire aux Américains comment ils doivent vivre et penser, à travers la censure de leur loisir de prédilection. C’est pourtant une époque de bouleversements sociaux où l’ensemble des médias prend part au débat sur la vie privée. Les diverses formes de théâtralité et de représentation s’emparent des interrogations et des revendications d’une classe en marche. Le discours sur le couple et le mariage produit par le récit screwball ne surgit donc pas isolément. En effet, la presse et l’édition alimentent depuis la fin du xixe siècle un débat sur « bonheur et mariage ». Le schéma qu’Hollywood s’efforce d’introduire auprès du public se révèle plus complexe que les fonctions maintes fois évoquées de la comédie nouvelle : le triomphe de l ’ amour par transgression de la loi paternelle et la contribution par cette action au renouveau social. De même, la répartition des intrigues entre old love (l’amour ancien, la comédie de la réconciliation) et new love (l’amour nouveau, la rencontre) fournissent des variations thématiques autour de la question du mariage qui reste le pivot de ces réflexions. Avec la force et l’exemplarité du film de genre, le triptyque « mariage – histoire d’amour (romance) – intimité » s’impose dans le contexte sociopolitique américain. Quelle place et quelles fonctions désormais attribuer au mariage, à la cellule conjugale, à la famille au sens restreint, au couple et à l’individu ? C’est ici que la morphologie du genre s’affirme. Encore faut-il garder à l’esprit la complexité des représentations lorsqu’on approche les terres de l’idéologie. Si les intentions d’une opinion dominante se dessinent (les actionnaires des studios, la censure interne), son discours n’en est pas moins traversé, en tous sens, par des voix contradictoires et conflictuelles qui expriment les prises de position réformatrices dont le film se fait également l’écho. Et c’est compter sans le rapport complexe entre les intentions des émetteurs, les producteurs armés d’études de marché, de résultats de previews, et la réception par le public.

4La comédie screwball participe du contexte culturel américain des années 1920-1930, marqué par la généralisation de publications à grande diffusion sur l’intimité, hors duquel il serait difficile de comprendre la « nouvelle donne » sociale (New Deal) envisagée par le couple screwball. Celle-ci s’exprime, en particulier, par un discours sur une nouvelle conception du mariage, explicite dans sa traduction verbale et visuelle. Simultanément, le récit screwball – entreprise de destruction ou projet de refondation – s’efforce de réconcilier les extrêmes. Le genre tend vers un compromis fictionnel avec la tension et les allers-retours entre ordre ancien et ordre nouveau. Il s’attache toujours, en ces années de transition, à réaffirmer le pacte communautaire, préoccupation majeure de l’entre-deux-guerres et à promouvoir la réconciliation collective. C’est une fête, une mascarade et une cérémonie sociale.

Notes

1 Olivier Zunz, Le Siècle américain, Paris, Fayard, 2000, p. 119 et p. 95.

2 Dans une étude sociologique pionnière, Middletown. A Study in Modern American Culture, New York, Harcourt, Brace & World, 1956 (1re édition1929), Robert et Helen Lynd détaillent la croissance de la consommation de loisirs dans une petite ville du Middle West après la Première Guerre mondiale.

3 Ces faits sont confirmés par l’étude de R. et H. Lynd, Middletown..., op. cit., p. 263- 271.

4 O. Zunz, Le Siècle américain, op. cit., p. 83-91.

5 S. Cavell, À la Recherche du bonheur..., Paris, Éditions de l’Étoile/Cahiers du cinéma, 1993, p. 145.

6 Ibid.

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search