Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Edmond Michelet (1899-1970) et l’Église

 | 
Nicole Lemaitre

Introduction

Yves-Marie Hilaire

Texte intégral

1Deux mots caractérisent les engagements d’Edmond Michelet envers l’Église comme envers la patrie : fidélité et lucidité. Catholique et français, il l’a toujours été, mais il s’est ouvert progressivement à un large œcuménisme, à un grand respect pour les croyants d’autres religions, et il a milité pour la réconciliation entre les peuples, en premier lieu entre Français et Allemands, et entre Français et Algériens.

  • 1 Voir le texte ci-dessous de Marguerite Léna, p. 144.

2Il s’agit d’une fidélité exigeante puisqu’elle s’applique dans les crises, les moments tragiques, dans les quatre ruptures douloureuses décrites par Jean Charbonnel en préface, mais cette fidélité est éclairée par une lucidité demeurée en éveil et « plus avertie que celle de beaucoup de chrétiens et même d’évêques »1. En 1927, après la condamnation portée par Pie XI contre le journal L’Action française, il se soumet au pape. En 1940, face aux « redoutables conséquences idéologiques de la victoire d’Hitler », il entre en résistance, une résistance « plus religieuse que politique » à l’origine. En 1947, il est exclu du Mouvement républicain populaire parce qu’il reste fidèle au général de Gaulle, le héros de la France libre, qui préconise un État fort pour faire face à la Guerre froide et à la progressive émancipation des peuples colonisés. En 1961, il est exclu du gouvernement parce que, chrétien réconciliateur dans l’âme, il s’est engagé plus que d’autres ministres dans la recherche d’une issue pacifique à la guerre d’Algérie.

3D’où vient Edmond Michelet ? Les sources de sa spiritualité dégagées par Nicolas Risso et évoquées par d’autres contributeurs nous apportent une réponse.

  • D’abord l’éducation familiale entre son père Octave, un commerçant républicain proche du Sillon, consciencieux, loyal, avisé, ouvert à l’innovation, qui lui fait apprendre l’anglais, et sa mère, Victoire, une monarchiste proche de l’Action française, qui lui fait aimer la prière et lui propose une culture littéraire d’inspiration chrétienne.
  • Ensuite, l’Association Catholique de la Jeunesse Française (ACJF), dont il est un leader local à Brive, puis à Pau, le tourne vers les autres, lui apporte l’expérience de l’amitié et une méthode d’action catholique résumée en trois mots : piété, étude, action, qui devient une véritable règle de vie à laquelle il reste fidèle toute son existence.
  • Autre source essentielle bien représentée au XXe siècle, la spiritualité familiale qu’il pratique avec son épouse Marie Vialle, puis avec leurs sept enfants : ils forment un couple pionnier et exemplaire.
  • Enfin la spiritualité de la captivité vécue d’abord dans la retraite silencieuse de Fresnes puis dans la déportation à Dachau, marquée par de dures souffrances, la présence de l’Eucharistie qu’il porte à ses frères au péril de sa vie, et à la fin l’entrée en politique au service de ses compagnons de misère, puis de ses concitoyens dès qu’il est rentré chez lui.

4Pascal Bousseyroux, qui traite de la formation de chrétiens conscients par Edmond Michelet, insiste sur le rôle de l’ACJF et des mouvements spécialisés mais aussi sur celui des Équipes sociales qui ont mis Michelet dans les années trente à Brive au service de la promotion des ouvriers et des employés. Face à la montée du nazisme, « danger le plus grave qu’ait connu la civilisation chrétienne », Michelet crée en 1937 le cercle Duguet, « l’École de Brive », et adhère ensuite aux Nouvelles Équipes Françaises d’origine démocrate-chrétienne.

  • 2 E. Michelet, Rue de la liberté, titre du ch. 14.

5Après la Résistance et la captivité, l’activité de Michelet se déploie dans les domaines les plus divers. Député puis sénateur, et à nouveau député, cinq fois ministre, membre d’un grand nombre d’associations, il sait distinguer le politique et le religieux, mais il n’hésite pas à affirmer les valeurs chrétiennes. Après avoir vécu à Dachau au contact de citoyens d’une vingtaine de pays européens en pratiquant à leur égard une charité active au péril de sa vie, Michelet évoque dans Rue de la Liberté « une nouvelle géographie cordiale de l’Europe »2. Dès 1953, comme l’expliquent Jean-Dominique Durand et Nicole Lemaitre, il s’engage dans l’aventure œcuménique, celle de l’International Council for Christian Leadership (ICCL ou ICL), dont il rencontre le fondateur et les dirigeants en 1954 aux États-Unis. Il fonde le Mouvement International de Responsables Chrétiens (MIRC), filiale française de la grande organisation américaine qui rassemble catholiques, protestants et orthodoxes. À travers ces institutions, il milite pour la réconciliation européenne et la paix dans une Europe des nations, et pour l’aide au Tiers Monde, avec le concours du frère Schutz et d’une fondation issue de Taizé au cours des années soixante.

  • 3 L’expression est de Jérôme Grondeux.

6Trois communications portent sur les prêtres qui ont accompagné Edmond Michelet. Celle d’Hélène Say présente les conseillers ecclésiastiques. Une personnalité dominicaine, le père Maydieu (1900-1955), membre du comité de rédaction de la revue Sept, homme de dialogue et de discernement éthique face à des situations inédites, incarnant comme Charles Péguy « l’alliance entre les mystiques catholique, nationale et républicaine – chrétienté et liberté »3 éclaire et soutient Michelet dans ses options essentielles en 1940-1941 et à nouveau en 1945 et en 1954. Depuis l’entrée en Résistance en 1940, Michelet entretient une relation amicale avec les pères dominicains Duployé, biographe de Péguy, et Carré, futur académicien. En captivité et en déportation, Michelet entre en contact avec des prêtres allemands patriotes mais antinazis, l’abbé Stock, le père Joseph Kentenich, fondateur du groupe de Schönstatt, ouvert aux autres confessions et aux incroyants, un abbé mosellan bilingue, Léon Fabing, et un jeune jésuite français, le père Sommet, qui l’aide efficacement lorsqu’il est responsable des Français à Dachau en mai 1945. Michelet conserve les meilleures relations avec les prêtres anciens de Dachau, parmi eux les pères Riquet, Morelli, Fily, et leur rend des services jusqu’à sa mort. Il consulte parfois le père Daniélou et à la fin de sa vie, il est très proche de ses amis le père Carré et l’abbé Folliet.

  • 4 René-Francis Delissalde, L’Aube de minuit. Journal d’un prêtre, Paris, Desclée, 1975.

7Pascal Bousseyroux et Nicole Lemaitre ont suivi les itinéraires de prêtres qui ont été en contact notable avec Michelet à divers moments de son existence. Parmi eux, deux futurs prêtres que Michelet accompagne par la prière, le conseil et l’amitié, l’un rencontré à l’armée en 1918, le séminariste périgourdin Marcel Prévot, l’autre connu à la fin de sa vie, le séminariste Jean-Pierre Gault, membre fondateur et secrétaire général de l’association France-Algérie, que Michelet envoie faire une année d’études en 1955 à Chicago à l’International House de l’ICL. À Brive, plusieurs prêtres de l’école Bossuet ont marqué Michelet : Amédée Bouyssonie (1867-1955), passionné de paléontologie, découvreur en 1908 à La Chapelle aux Saints de l’homme de Néanderthal, étape dans l’évolution humaine, et deux anciens sillonistes futurs résistants, Alvitre, curé de Saint-Sernin qui sera déporté et Lair, archiprêtre de Tulle qui sera fusillé par les Allemands. Ces compagnons de résistance sont rejoints par d’autres, Sigala, professeur périgourdin de philosophie, retrouvé à Dachau, Schmitt, futur évêque de Metz et des résistants venus d’ailleurs, rencontrés à Dachau, comme Goldschmitt et Pannier. Enfin des prêtres ont été aidés par le ministre Michelet pour des œuvres ou des projets divers, les abbés Raymondis, résistant philosémite, et Delissalde, anticonformiste auteur d’un livre pour lequel Michelet écrit une dernière préface en 19704.

8La contribution de Jacques Prévotat constitue une synthèse neuve sur les relations complexes d’Edmond Michelet avec les évêques. Formé par l’ACJF et les Équipes sociales, Michelet entretient des rapports déférents et confiants avec les évêques successifs du diocèse de Tulle, Castel, Chassaigne et Donze qui le laissent libre de ses choix politiques, sans toujours les approuver. Après la défaite de 1940, il noue une amitié durable avec un réfugié alsacien, l’abbé Elchinger, qui deviendra évêque de Strasbourg et qui, entre autres, lui a donné l’occasion de célébrer l’amitié franco-allemande au Vieil-Armand en 1964.

9À Dachau, il apprécie l’encouragement donné par Mgr Piguet, évêque de Clermont-Ferrand, déporté, aux laïcs qui distribuent la communion à l’infirmerie et assurent ainsi des fonctions diaconales. Garde des Sceaux, Michelet réunit, en décembre 1959, autour du Premier ministre Michel Debré, deux cardinaux et cinq autres évêques pour tenter d’apaiser leurs préventions sur le règlement de la question scolaire. Au cours des années soixante, homme de confiance du général de Gaulle, il entretient de bonnes relations avec Mgr Gouet, secrétaire de l’épiscopat, qu’il tient informé de l’évolution du dossier concernant les prières pour la République et qu’il met dans la confidence d’un texte, Remontrance à un évêque, rédigé en 1965 et non publié, dans lequel il exprime ses inquiétudes face à l’évolution de l’Action catholique qui a oublié la devise « piété, étude, action » et dérive vers un militantisme activiste de plus en plus sécularisé. Lors de ses voyages d’été en Italie, de 1963 à 1969, Michelet rencontre le pape Paul VI et rend compte de ces entretiens au président de la République. Contesté par des séminaristes marxisants lors de sa candidature à Quimper en 1967, il déplore vivement dans Carrefour, le 19 mars 1969, l’attitude de l’épiscopat français qui s’éloigne du général de Gaulle et qui, face à un totalitarisme soviétique se comporte comme ses prédécesseurs qui n’ont pas combattu le totalitarisme nazi.

Notes

1 Voir le texte ci-dessous de Marguerite Léna, p. 144.

2 E. Michelet, Rue de la liberté, titre du ch. 14.

3 L’expression est de Jérôme Grondeux.

4 René-Francis Delissalde, L’Aube de minuit. Journal d’un prêtre, Paris, Desclée, 1975.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540