Version classiqueVersion mobile

F. H. Bradley et l’idéalisme britannique

 | 
Jean-Paul Rosaye

Introduction

Texte intégral

  • 1 Bertrand Russell, Histoire de mes idées philosophiques, Paris, Gallimard, 1989, p. 51- 52.

J’étais à cette époque un hégélien convaincu et je visais à construire une dialectique complète des sciences, que couronnerait la démonstration du caractère mental de toute la réalité [...] Là où Hegel et Kant étaient en conflit, je prenais parti pour Hegel [...] Ce que j’ai écrit sur la philosophie de la physique de 1896 à 1898, quand je le relis aujourd’hui, me paraît complètement absurde, et il m’est difficile d’imaginer comment j’ai jamais pu penser autrement. Heureusement, avant que rien de mes travaux d’alors fût prêt pour la publication, je changeai totalement de philosophie et commençai d’oublier tout ce que j’avais fait pendant ces deux années. Toutefois, les notes que j’ai rédigées à cette époque ont peut-être un intérêt historique et, bien qu’elles me paraissent erronées, je ne pense pas qu’elles le soient beaucoup plus que les écrits de Hegel.1

Le cas étrange de l’idéalisme britannique à la fin de la période victorienne

1Tout en revenant avec humour sur l’hégélianisme de ses premières années de philosophie, Russell a rejeté sans concession l’idéalisme qui avait connu son heure de gloire en Grande-Bretagne des années 1 860 au début du vingtième siècle. Le ton humoristique de son texte et la sévérité de ses remarques peuvent donner à penser que l’idéalisme n’a jamais été qu’un interlude dans la pensée britannique, qu’une transition mal inspirée encadrée par l’empirisme philosophique traditionnel et l’empirisme logique, deux courants qui apparaissent d’emblée comme plus révélateurs de la façon dont on pratique habituellement la philosophie outre-manche.

2L’idée selon laquelle l’esprit anglais est empiriste avant tout est assez conventionnelle et on la retrouve chez William Sorley, dans sa rétrospective sur l’histoire de la philosophie anglaise, où il estime que c’est l’empirisme qui exprime l’esprit national anglais puisque c’est la première philosophie à avoir été écrite en langue anglaise. Mais Sorley n’oublie cependant pas de signaler l’existence de penseurs idéalistes, et il évoque même l’existence d’une tradition idéaliste qui, bien que secondaire, n’en est pas moins intégrée à l’esprit anglais :

  • 2 William R. Sorley, A History of English Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press, 1937, p. (...)

[...] et la tradition idéaliste s’est maintenue à travers les siècles grâce à Herbert of Cherbury, More, Cudworth, Norris, Shaftesbury, Reid, et de nombreux autres – des penseurs mineurs mais qui témoignent de la profondeur spéculative de l’esprit anglais.2

3Il est nécessaire de tempérer la minimisation et le dénigrement dans lequel l’idéalisme britannique a été tenu dans la mesure où il apparaît plus profondément inséré dans les réalités intellectuelles et culturelles anglaises que pourraient le faire croire les remarques de Russell à l’encontre de l’influence de Hegel. En effet, l’humour de Russell n’est pas anodin et il se pourrait bien que son attitude vis-à-vis de ses maîtres idéalistes de la première heure dissimule en fait la nécessité devant laquelle il s’est trouvé de détruire ce qui lui a permis de se réaliser pour faire œuvre nouvelle.

  • 3 Cf. Ian D. MacKillop, The British Ethical Societies, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p (...)

4Russell n’a pas été le seul à faire entendre une critique de l’idéalisme et c’est même G.E. Moore qui a été le premier à lancer l’attaque dans son célèbre article de 1903 « The Réfutation of Idealism », et dans son livre Principia Ethica, publié la même année. Le début du vingtième siècle a vraiment marqué la fin de l’influence sans partage de l’idéalisme britannique, et la fin d’une époque aussi, si on en juge par l’importance que les travaux de Moore ont pu avoir sur Lytton Stratchey, le contempteur le plus célèbre des « éminents victoriens »3. En fait, l’idéalisme britannique est un phénomène complexe, situé au carrefour de plusieurs influences, plongeant au cœur de l’expérience philosophique anglaise, et aussi indissociablement lié aux conditions particulières de la civilisation britannique au dix-neuvième siècle.

5L’idéalisme allemand en général et celui de Hegel en particulier ne jouent pas forcément le rôle le plus important dans l’émergence de l’idéalisme britannique pendant la période victorienne, et Muirhead a montré que les racines de ce courant sont trop profondes pour qu’on le réduise à une simple transition philosophique dans l’histoire de l’empirisme anglais :

  • 4 John H. Muirhead, The Platonic Tradition in Anglo-Saxon Philosophy : Studies in the History of Idea (...)

Selon une interprétation commune de l’évolution de l’histoire britannique, sa contribution principale et caractéristique à la pensée occidentale réside dans la mise en place d’une base empirique grâce à Bacon, Hobbes et Locke et dans son influence déterminante jusqu’à la période de Mill, Spencer et Sidgwick. Cette tradition a été brisée pendant les années soixante du siècle dernier à cause de l’afflux d’idées étrangères, lesquelles l’ont fait dévier de sa pente naturelle pendant une génération pour lui faire suivre la voie de l’idéalisme kantien et post-kantien. Enfin, les paradoxes de l’absolutisme auquel elle a été conduite ont créé un puissant contre-courant dont l’influence l’a redirigée vers l’esprit national, plus ancien et plus sûr. Les études présentes ont été conduites avec la conviction que cette interprétation, si elle n’est pas totalement fausse, présente une image très unilatérale du génie philosophique national et de sa contribution à la pensée occidentale. Bien avant l’époque de Bacon, et avant que la liberté de pensée héritée de la Grèce ne soit réduite en esclavage pendant la scolastique médiévale, les germes d’une toute autre façon de penser avaient été introduits en Angleterre par Jean Scot Erigène. Au tout début du siècle de Hobbes et de Locke, l’influence du renouveau platonicien qui avait eu lieu en Italie s’était fait sentir puissamment à Oxford et à Cambridge, et il s’était traduit dans cette dernière université en un mouvement qui avait exprimé des idées néo-platoniciennes avec une liberté, une énergie et une grâce inédite à cette époque en Europe.4

6En fait, il est possible de discerner trois conceptions principales, trois modèles de l’essor de l’idéalisme en Grande-Bretagne qui tentent d’expliquer l’énigme de son émergence et de son développement. Soit on considère (thèse classique) que l’empirisme est la forme naturelle de la philosophie anglaise, l’expression même de l’esprit national, et alors l’idéalisme n’est que l’expression d’une re-continentalisation de cette philosophie, une « germanisation » de l’esprit anglais qui était condamnée d’avance, le temps que l’empirisme se ressaisisse et se métamorphose en une forme nouvelle. Soit, l’idéalisme est lié à une tradition platonicienne et néo-platonicienne profonde et toujours vivace dans les îles britanniques, qui resurgit parfois dans des contextes qui lui sont favorables (thèse de Muirhead). Soit enfin, l’idéalisme a été favorisé par une situation de l’histoire des idées particulièrement troublée, où il est apparu comme la seule option véritable dans un contexte de bouleversement culturel à l’époque victorienne. Plus qu’ils ne s’excluent mutuellement, ces modèles sont complémentaires et ils permettent de mieux cerner la situation de l’idéalisme en Grande-Bretagne. Enfin et surtout, ils minimisent la thèse de la valeur exclusivement transitionnelle de l’idéalisme britannique à son apogée.

F.H. Bradley : une perspective révélatrice de l’idéalisme britannique

7Rendre compte du phénomène idéaliste en Grande-Bretagne au dix-neuvième siècle et mettre en évidence ses justifications profondes autant que son extension à tous les domaines de la vie intellectuelle de la période victorienne pose un problème méthodologique.

8Une première solution consisterait à étudier dans le détail les œuvres de tous les idéalistes. Il ne s’agit évidemment pas de les juxtaposer pour donner une explication en extension de l’idéalisme britannique car la somme des études de détail des individualités concrètes ne peut réussir à cerner le phénomène dans sa vérité et révéler l’énigme qu’il constitue. Il est possible, en revanche, de faire ressortir entre les œuvres des points communs, de mettre en évidence des écarts de doctrine, de discerner des générations, des filiations, et de découvrir des sphères d’influences spatiales ou temporelles pour toute la diversité du mouvement. Mais on court à ce moment le risque d’une abstraction dès lors qu’une présentation synthétique s’impose, et certaines facettes doctrinales importantes développées par tel ou tel auteur peuvent se voir écartées au profit de l’exposition d’ensemble : présenter le mouvement dans sa totalité peut conduire à la rupture de ce qui fait l’unité de certaines œuvres et donner au final une version édulcorée de l’idéalisme britannique qui ne recouvre pas la subtilité de la démarche de certains de ses représentants. Par ailleurs, la coordination avec les thèmes de l’histoire sociale et politique, culturelle et économique de l’époque oblige à privilégier certains auteurs et à créer des filiations secondaires qui réduisent de façon considérable la logique interne des œuvres prises isolément. La définition en compréhension d’une suite d’auteurs, parce qu’elle privilégie l’abstraction pour donner une vision d’ensemble, est délicate et se heurte irrémédiablement à la spécificité de chacun d’entre eux.

9Une autre voie est envisageable. Pour ne pas se restreindre à des explications abstraites et générales ou achopper devant l’impossible synthèse d’un catalogue descriptif des œuvres qui se sont situées dans son mouvement, il est possible de présenter l’idéalisme britannique de la fin du dix-neuvième siècle à travers la vie et l’œuvre d’un de ses acteurs, désigné parmi ceux qui ont le mieux incarné sa réalité dans toutes ses formes. Choisir un auteur ne revient pas seulement à rendre plus vivant le courant d’idées dans lequel il s’inscrit ; en reflétant l’idéalisme britannique dans le concret d’une vie et d’une œuvre, il devient possible d’ouvrir des perspectives plus riches pour l’étude de son histoire. Incarner l’idéalisme britannique dans le siècle, c’est lui permettre de déployer toute son universalité grâce aux idées de l’auteur qui ont révélé sa vérité dans sa période d’influence.

10Il y a plus qu’un simple rapport du simple au composé dans cette alternative méthodologique. L’auteur symbolise le mouvement dans sa totalité, il en est le miroir en somme :

  • 5 G.W. Leibniz, « Discours de métaphysique », in Œuvres, Paris, Aubier-Montaigne, 1972, p. 168.

De plus, toute substance est comme un monde entier et comme un miroir de Dieu ou bien de tout l’univers, qu’elle exprime chacune à sa façon, à peu près comme une même ville est diversement représentée selon les différentes situations de celui qui la regarde.5

11F.H. Bradley s’impose naturellement dans le choix d’une perspective sur l’idéalisme britannique. Entré à l’université d’Oxford comme étudiant en 1865, il est arrivé à un moment de grande tension philosophique où l’influence de Hegel commençait à se faire sentir et semblait offrir une alternative à l’endiguement de l’esprit philosophique anglais. Devenu Fellow de Merton College en 1870, il a accompagné l’ascension, l’apogée et le déclin de l’idéalisme anglais à Oxford jusqu’à sa mort, survenue en 1924. Plus encore, et c’est ce qui le distingue d’autres idéalistes comme Bernard Bosanquet par exemple, il a été considéré comme l’incarnation de l’idéalisme britannique dans toute son ampleur en tant qu’il s’est démarqué de l’influence strictement hégélienne pour tenter de réaliser un idéalisme authentiquement anglais. Enfin, et c’est un point fondamental, la retraite qu’il a observée vis-à-vis des tribulations mondaines de son temps et son refus de s’engager dans des voies non spécifiquement philosophiques lui a valu une réputation de sage, et cela a contribué à donner de lui l’image d’un philosophe éducateur dont l’influence souterraine a été déterminante pour tous les autres idéalistes de sa période. En son temps et aujourd’hui encore Bradley est estimé comme l’âme du mouvement idéaliste britannique de la fin du dix-neuvième siècle.

  • 6 Jean Pucelle, L Idéalisme en Angleterre, de Coleridge à Bradley, Neuchâtel, Éditions de la Baconniè (...)
  • 7 Dans la mesure où The Presuppositions of Critical History a été intégralement traduit en français ( (...)

12Bradley appartient à la quatrième génération des idéalistes, selon la classification qu’a proposé Jean Pucelle dans son étude du mouvement de Coleridge à Bradley6. Cette génération est celle de l’acmé de la doctrine après les étapes des précurseurs littéraires et des premiers philosophes qui ont cherché à repenser l’idéalisme allemand dans le cadre de la philosophie anglaise de leur époque. C’est la période où l’influence de Hegel est à son comble, ne serait-ce que parce que les apprentis philosophes de cette génération ont pu recevoir, de Green à Oxford ou de Caird à Glasgow, des cours sur la philosophie de cet auteur. C’est à ce moment que le rapport à Hegel, et la question d’une philosophie authentiquement britannique est devenu un enjeu dans les œuvres des idéalistes, ce que Bradley reflète particulièrement dans ses premiers écrits, que ce soient ses dissertations et ses notes de cours quand il était encore étudiant, ou les premiers ouvrages qu’il publie, The Presuppositions of Critical History (1874)7, et Ethical Studies (1876).

  • 8 Voir notamment les études de Pierre Fruchon : sa thèse de doctorat Les Présupposés de l’Histoire cr (...)
  • 9 The Collected Works of F.H. Bradley, Bristol, Thoemmes Press, 1999. Les volumes 1 à 5 (les inédits (...)

13Ces premiers écrits ont été peu étudiés par la critique, à l’exception de certains travaux qui se sont concentrés sur des inédits rassemblés dans le fonds Bradley de la bibliothèque de Merton College8. Ce n’est que récemment que cinq volumes contenant la correspondance et les inédits de Bradley (ses notes de cours, ses dissertations, ses carnets et ses essais non publiés) ont fait l’objet d’une publication dans le cadre d’une édition de ses œuvres complètes9. Cette publication est déterminante pour qui désire procéder à un nouvel examen de cette période importante dans la constitution de sa philosophie, et elle est à rapprocher de ce qu’on pourrait appeler un retour, depuis un certain temps, à la philosophie de Bradley et à la tradition idéaliste en Grande-Bretagne.

L’état présent de la critique anglo-saxonne sur Bradley

  • 10 Richard Wollheim, F.H. Bradley, Hannondsworth, Penguin Books, 1959. Il cite notamment G. Watts Cunn (...)

14Francis Herbert Bradley n’est plus un philosophe négligé par la critique. Après une longue période d’oubli de son œuvre, on constate qu’un redéploiement des études sur Bradley a été entrepris depuis la monographie de Richard Wollheim (1959). Dans sa préface, Wollheim réagissait contre la quasi-inexistence de travaux sur l’auteur, hormis quelques pages dans des ouvrages sur l’histoire des idées philosophiques au dix-neuvième siècle10, et il tentait de justifier cette situation en insistant sur l’obscurité, la difficulté et parfois l’incompréhensibilité de la philosophie de Bradley. Il usait d’une métaphore très évocatrice liant le cheminement intellectuel de Bradley à la retraite forcée de son influence post-mortem, comme si les caractéristiques de la philosophie bradleyenne justifiaient la négligence dont elle allait souffrir par la suite :

  • 11 Ibid., p. 18.

Bradley ressemble plus à un homme forcé de marcher à reculons, pas à pas, à travers un étrange labyrinthe et sur la défensive, jusqu’à ce qu’enfin, trouvant une sécurité relative dans quelque galerie sombre, il finisse par se reposer parmi les ombres. C’est cet aspect négatif, récalcitrant et rétrograde de la métaphysique de Bradley qui explique en grande partie son obscurité ; mais c’est cela aussi, je pense, qui lui vaut de l’indulgence en nos temps plus positivistes11

  • 12 Dans un livre fréquemment cité par les commentateurs de Bradley, Ayer utilisait des phrases de Brad (...)
  • 13 Richard Wollheim, F.H. Bradley, op. cit., Ayer, « Editorial Foreword ».
  • 14 Voir la première page de la préface d’Anthony Manser et de Guy Stock dans leur livre The Philosophy (...)

15Wollheim en appelait à de l’indulgence pour Bradley et c’est aussi ce que réclamait A.J. Ayer dans son avant-propos au livre de Wollheim. Jugeant que la philosophie dont Bradley avait été le représentant principal n’avait que peu d’intérêt pour la philosophie britannique (il est vrai que l’opposition à la métaphysique était générale à l’époque12) il estimait pourtant que ce n’était pas une raison suffisante pour l’ignorer, certaines de ses pensées pouvant se révéler intéressantes13. Ces deux remarques ont peut-être quelque chose de condescendant, mais ce livre a eu une certaine importance, notamment en permettant à nombre d’étudiants de prendre contact avec l’œuvre de Bradley14.

  • 15 Sushil Kumar Saxena, Studies in the Metaphysics of Bradley, Londres, George Allen and Unwin, 1967, (...)
  • 16 Garrett L. Vander Veer, Bradley’s Metaphysics and the Self, New Haven & Londres, Yale University Pr (...)

16En 1967, Sushil Kumar Saxena insistait sur le fait que Bradley était plus solide sur le plan théorique que la plupart des métaphysiciens contemporains, même s’il lui reprochait d’être encore trop formel dans la présentation de son concept d’expérience15... Quelques années plus tard, en 1970, Garrett L. Vander Veer estimait que l’avenir de la philosophie appartenait à la spéculation métaphysique et que le temps était venu pour une résurgence métaphysique : celle-ci pouvait gagner en consistance si elle commençait par examiner les éléments fondamentaux de la philosophie de Bradley et si elle remettait en question la théorie de la signification du positivisme logique qui avait conclu à l’insignifiance des assertions métaphysiques16. Il semble en fait que la redécouverte de Bradley et le renouveau métaphysique s’inscrivent aussi dans la perspective d’un retour à Hegel, perceptible depuis les années 1970 :

  • 17 James Bradley, « Hegel in Britain : A Brief History of British Commentary and Attitudes (1) », The (...)

Un des aspects les plus marquants de la philosophie britannique contemporaine réside dans le regain d’intérêt pour Hegel. Il n’y a pas si longtemps, il était exclu de toute discussion philosophique sérieuse et, lors des rares occasions où son nom était mentionné, il suscitait habituellement la méfiance si ce n’est de l’amusement. Mais soudain tout a changé ; les traductions se suivent les unes les autres, les articles se multiplient ; même un auteur majeur de la philosophie analytique, Charles Taylor, a écrit une énorme monographie sur Hegel (Cambridge, 1975). Il est redevenu une figure importante pour les philosophes britanniques.17

  • 18 A. Manser & G. Stock, The Philosophy of F.H. Bradley, op. cit., « Preface » (la préface n’est pas p (...)

L’année 1979 a marqué une renaissance des études bradleyennes. C’est à l’occasion d’un colloque de la société philosophique galloise que la décision a été prise de faire œuvre commune pour démontrer que Bradley avait été un des plus grands philosophes britanniques. Le moment était venu de redresser définitivement le tort qui lui avait été causé en programmant, avec le soutien de l’Aristotelian Society, de la Mind Association, et des Presses de l’université d’Oxford, une série d’essais pour marquer le centenaire de la publication des Principles of Logic de Bradley en 1983, et le soixantième anniversaire de la mort de Bradley en 198418.

  • 19 William J. Mander (dir.), « Introduction », in Perspectives on the Logic and Metaphysics of F.H. Br (...)

17William Mander, un des architectes les plus importants de ce renouveau, ne serait-ce que grâce à son travail éditorial pour la publication des œuvres complètes de Bradley, est revenu dans la deuxième partie de son introduction à Perspectives on the Logic and Metaphysics of F.H. Bradley19 sur l’utilité d’étudier Bradley en cette fin de vingtième siècle en soulignant deux points en particulier : il y a nécessité historique du fait que le pragmatisme et l’empirisme logique se sont développés à partir d’une réaction contre l’idéalisme absolu, dont Bradley était le représentant principal, et parce que certaines idées philosophiques actuelles étaient déjà développées par Bradley. Mais il y a aussi une nécessité intellectuelle, car la philosophie de Bradley, selon lui, n’a rien perdu de sa fraîcheur et représente toujours un défi pour la spéculation philosophique actuelle.

  • 20 Evelyn Fortier, « Was the Dispute Between Russell and Bradley about Internai Relations ? », ibid., (...)
  • 21 Dans l’article « Relations », publié après sa mort dans les Collected Essays (Cf. CE, 642-643).
  • 22 James Bradley, dans « Relations, intelligibilité et non-contradiction dans la métaphysique du senti (...)

18Evelyn Fortier, dans le même ouvrage, a analysé la controverse opposant Russell à Bradley20, longtemps considérée comme une étape décisive dans le développement de la tradition analytique au début du vingtième siècle. Selon la lecture conventionnelle de cette controverse, le rejet par Russell de la doctrine de l’internalité des relations prêtée à Bradley aurait été un coup fatal porté à la conception bradleyenne des relations, et à la philosophie entière de Bradley, censée reposer sur cette doctrine. Ainsi la célébrité de Bradley a-t-elle décru au fur et à mesure que celle de Russell croissait. Or, la thèse d’Evelyn Fortier est que le discrédit porté à la réputation de Bradley n’est pas mérité car il repose sur un malentendu : Bradley a nié avoir soutenu la thèse de l’internalité des relations21 et Russell s’est trompé en lui attribuant la paternité de cette doctrine, même s’il faut reconnaître que ce point est difficile à mettre en évidence22.

  • 23 Leemon McHenry, Whitehead and Bradley : A Comparative Analysis, Albany, State University of New Yor (...)
  • 24 Philip Ferreira, Bradley and the Structure of Knowledge, Albany, SUNY Press, 1999, p. 1. John H. Mu (...)

19Enfin, pour certains chercheurs, comme Leemon McHenry, Bradley est au même niveau philosophique que les grands penseurs occidentaux, l’égal de Descartes, de Kant, de Hume, de Leibniz, de Spinoza et de Hegel23 ; et selon Phillip Ferreira, il est aujourd’hui encore le philosophe idéaliste britannique le plus connu, le représentant principal de l’école absolutiste britannique (the British Absolutist school) pendant une quarantaine d’années, et l’auteur de langue anglaise le plus lu pendant cette période. Ferreira rejoint ainsi Muirhead, qui considérait Bradley comme la figure principale de la philosophie britannique au début du vingtième siècle, et il insiste sur le fait que son style philosophique et sa dialectique imperturbable continuent de fasciner24.

  • 25 Voir notamment son article en deux parties « Relations, intelligibilité et non-contradiction dans l (...)

20Un des axes permanents de la redécouverte de Bradley revient donc à stigmatiser l’ensemble de la production critique antérieure aux années 1980 et à tenir cette littérature critique pour responsable de sa disgrâce philosophique. James Bradley, par exemple, s’est livré à une analyse minutieuse et argumentée pour défaire les erreurs d’interprétation qui ont acquis un statut quasi canonique en dressant la liste des ouvrages de fond écrits jusqu’aux années 1970, y compris le livre de Wollheim et ceux d’auteurs plutôt en sympathie avec les thèses de Bradley (dont notamment Brand Blanshard) et non pas seulement ses détracteurs institutionnels (Russell, James, Moore ou encore Ayer)25.

  • 26 « F.H. Bradley has been until recently a neglected philosopher », Don MacNiven, Bradley ’s Moral Ps (...)
  • 27 Dans son article « The Truth about F.H. Bradley » (Mind, NS, Vol. 98, n° 391, juil. 1989, p. 331-34 (...)
  • 28 James W. Allard, The Logical Foundations of Bradley’s Metaphysics : Judgment, Inference and Truth, (...)

21Mais nonobstant cette lutte contre la « négligence » de la philosophie de Bradley26, ou contre un stéréotype27 de sa pensée qui non seulement faisait l’économie d’une étude approfondie mais perpétuait en les reproduisant les mauvaises lectures qui en avaient été faites, ce renouveau n’est pas dépourvu de parti-pris non plus. Il s’inscrit pour l’essentiel dans ce qui est appelé aujourd’hui le « Bradley revisionist movement », présenté récemment par Phillip Ferreira dans sa recension du dernier livre de James W. Allard28 :

  • 29 Phillip Ferreira, « Allard, James W. The Logical Foundations of Bradley’s Metaphysics : Judgment, I (...)

The Logical Foundations of Bradley’s Metaphysics est la dernière production de ce qu’il convient d’appeler le « mouvement révisionniste » dans la tradition des études bradleyennes. Ce mouvement a débuté en 1983, avec la publication du livre d’Anthony Manser Bradley’s Logic, et il continue à faire parler de lui à travers les ouvrages de plusieurs écrivains éminents.29

Selon Ferreira, ce mouvement interprétatif part en général de quatre présupposés (tous présents dans le livre de James Allard) :

  • 30 Ibid.

Le souci principal du mouvement idéaliste en Grande-Bretagne a consisté à défendre le christianisme de tendance évangélique contre le darwinisme et l’avancée des sciences naturelles ; la caractéristique spécifique de l’idéalisme philosophique tel qu’il s’est développé à la fois en Allemagne et en Grande-Bretagne est l’identification de la pensée et de la réalité ; les premiers commentateurs se sont trompés quand ils ont pensé que Bradley avait pris fait et cause pour cette doctrine et qu’il était de ce fait partisan de l’idéalisme ; Bradley lui-même s’est fourvoyé lorsqu’il a avalisé les conceptions logiques et métaphysiques de son contemporain idéaliste Bernard Bosanquet.30

  • 31 La Bradley Society a récemment fusionné avec la Collingwood Society, dont le centre se trouve aujou (...)
  • 32 Créée par Rudi Thoemmes en 1989, elle est devenue « Thoemmes Continuum » en 2003.

Ce mouvement a culminé avec la constitution de la Bradley Society en 1995 et la création de la revue Bradley Studies : The Journal of the Bradley Society31 ; il s’est également déployé en direction d’une revitalisation des travaux sur l’idéalisme britannique comme en témoigne la multiplication des études, hors Bradley, sur T.H. Green, R.G. Collingwood et Michael Oakeshott, ainsi que la réédition de l’ensemble des œuvres des idéalistes britanniques par la Thoemmes Press32 et la revue British Idealist Studies.

22Depuis les années 1960, la critique sur Bradley s’est donc construite sur l’idée qu’il avait été négligé et qu’il était nécessaire de le réhabiliter. Le point essentiel de l’argumentation a reposé sur l’idée qu’il fallait comprendre pourquoi son œuvre était tombée si rapidement dans l’oubli et montrer en quoi cette situation était injuste et non fondée. Cette réhabilitation a été l’occasion d’une réédition complète de ses ouvrages et une mise à disposition des chercheurs de ses inédits et de sa correspondance : le processus a donc été parfaitement finalisé et c’est pourquoi il est important d’insister sur le fait que Bradley n’est plus, désormais, un philosophe négligé.

Les enjeux du débat

23Cependant, la pointe avancée de la critique actuelle, qui insiste sur l’importance du contexte dans lequel Bradley et l’idéalisme britannique sont apparus, semble avoir négligé une approche que l’on pourrait qualifier de classique. Si son angle d’attaque a consisté à démêler les raisons pour lesquelles Bradley et l’idéalisme britannique ont été escamotés du discours philosophique pour montrer que cette situation était injuste et dommageable pour la connaissance philosophique en général, elle a très peu expliqué pourquoi Bradley avait été si célèbre en son temps. Certaines questions restent donc en suspens...

24Pourquoi Bradley a t-il été le premier philosophe britannique à se voir décerner l’Ordre du Mérite en 1924 ? Pourquoi a-t-il été considéré comme le plus grand philosophe de langue anglaise de son temps alors qu’il était très éloigné de la sphère publique ? Pourquoi tant de remarques et de discours élogieux, de témoignages de sympathie et de reconnaissance intellectuelle de son vivant, célébrant la force de sa pensée, la qualité incomparable de son style et la rigueur de sa technique d’analyse ?

  • 33 Muirhead, The Platonic Tradition in Anglo-Saxon Philosophy : Studies in the History of Idealism in (...)
  • 34 AR, p. xiv.

25John H. Muirhead a divulgué ce qu’il estimait être le « secret » de la force d’attraction de l’œuvre de Bradley, la raison pour laquelle sa philosophie a marqué son époque. Ce secret tient certes à la fois à sa grande honnêteté et à sa véritable humilité intellectuelle, ainsi qu’au véritable travail philosophique auquel il s’est attaché pour tenter de redonner à la philosophie britannique le ré-examen méthodique et approfondi des premiers principes dont elle avait besoin33. Mais plus encore, la philosophie de Bradley repose, selon Muirhead, sur deux convictions fondamentales qui l’ont rendue indispensable à l’esprit britannique de son temps : que la philosophie britannique, pour exister véritablement, doit commencer par un examen complet des premiers principes, et surtout que la métaphysique satisfait l’esprit humain et est aussi fondamentale que peuvent l’être l’art, la religion, la vie sociale ou la science. Pour Bradley, écrit Muirhead, la vérité métaphysique existe sans l’ombre d’un doute, même si notre compréhension rencontre des limites, et la justification ultime de la métaphysique ne réside pas tant dans les résultats auxquels elle pourrait parvenir que dans la satisfaction du réel besoin d’un contact avec ce qui se trouve au-delà du monde sensible. Comme l’écrivait Bradley dans un de ses aphorismes resté célèbre, « la métaphysique consiste à trouver de mauvaises raisons pour ce que nous croyons d’instinct, mais trouver ces raisons n’en est pas moins un instinct »34. Cette interprétation de l’œuvre de Bradley est convaincante, non pas seulement parce qu’elle touche au cœur de l’entreprise que Bradley reconnaissait lui-même dans son introduction à Appearance and Reality, mais aussi parce qu’elle révèle une relation profonde de la philosophie bradleyenne à son substrat anglais et à la philosophia perennis. Cependant, une telle hauteur de vue ne pouvait manquer d’engendrer comme réaction une analyse plus relative, limitant Bradley à son contexte dans le souci de l’expliquer.

  • 35 Carol A. Keene « A Pluralistic Approach to Philosophy », Collected Works of F.H. Bradley, Vol. 1, p (...)
  • 36 « Autrement dit, Bradley est essentiellement un philosophe de la fin du dix-neuvième siècle, un phi (...)
  • 37 Ibid., p. 54.

26C’est ce que se proposent de faire ceux qui considèrent que Bradley était un philosophe de transition vivant dans une période de transition : la fin de la période expliquant mécaniquement sa disgrâce au vingtième siècle. Pour Carol A. Keene, Bradley est une figure de transition majeure dans la genèse de la philosophie du vingtième siècle35, et James Bradley justifie que l’on peut s’intéresser à Bradley non pas par « nécrophilie philosophique », du fait de son existence incertaine dans les limbes philosophiques, mais surtout parce qu’en tant que philosophe de transition et philosophe de situation de crise, il est susceptible de fournir un éclairage de choix sur la ré-interprétation de l’histoire de la fin du dix-neuvième siècle : une période de transition, de crise et de conflit et non l’époque du triomphe impérial britannique36. Le recours de Bradley à une philosophie de l’absolu (« Retreat to Absolutism »)37 devient compréhensible compte tenu de ces relectures historiques sur la civilisation victorienne tardive, et c’est une position caractéristique du « Bradley revisionist movement » que d’avoir étudié Bradley dans le cadre d’une interprétation de cette époque comme une période de crise.

  • 38 Carol A. Keene, « A Pluralistic Approach... », op. cit., « Préfacé », p. vii.

27Toutefois, cette lecture de la philosophie de Bradley comme œuvre de transition et de crise est également susceptible de s’ouvrir à une autre dimension critique qui dépasse le cadre strict d’une focalisation sur le contexte d’un dix-neuvième siècle finissant. En effet, Carol A. Keene justifiait l’édition quasi exhaustive des écrits de Bradley en disant qu’elle ne contribuerait pas seulement au renouveau des études sur Bradley, mais qu’elle permettrait également d’améliorer notre compréhension de sa période philosophique, et de l’époque actuelle, par voie de conséquence38.

28Sa position sanctionne l’idée d’une proximité intellectuelle entre la fin du dix-neuvième siècle et la fin du vingtième, et suggère que la pensée de Bradley s’inscrit dans une matrice culturelle dont la prégnance se ferait sentir à l’heure actuelle, ce qui expliquerait sa réhabilitation. Cette idée n’entre pas en contradiction non plus avec la proposition selon laquelle la philosophie de Bradley transcenderait le temps et s’affirmerait comme universelle puisqu’elle possède les caractéristiques de toute philosophie écrite pendant les périodes de profond bouleversement. Ce débordement du contexte de la transition est donc de nature à avaliser deux perspectives qui ne s’excluent pas mutuellement, et qui justifient un travail en histoire des idées autant qu’une analyse proprement philosophique de l’œuvre de Bradley.

29Il est également nécessaire de montrer que la philosophie d’un auteur, quel qu’il soit, n’est pas forcément soumise à l’influence inconsciente de son temps. Il ne serait pas juste de la réduire à l’expression de courants d’idées et d’idéologies pré-existantes, de la ramasser en un faisceau d’interactions puissantes où l’auteur n’aurait aucune prise. Autrement dit, il est possible de poser, ne serait-ce qu’à titre méthodologique, que tout auteur est aussi l’acteur principal de sa vie, et que c’est même dans cette liberté qu’il peut dépasser les conditions de son époque comme les circonstances profondes qui la déterminent pour créer une œuvre à la fois originale et universelle. Il nous semble important de souligner à cet endroit qu’un auteur peut toujours se prévaloir de bonnes raisons, subjectives, qui le détachent du contexte objectif de sa situation. Cette liberté de l’auteur peut certes se révéler un obstacle à la compréhension, du fait de la part d’imprévisibilité qu’elle implique, mais elle est également un allié pour qui veut bien s’appuyer sur les décisions conscientes des auteurs.

30C’est, nous semble t-il, particulièrement le cas en ce qui concerne Bradley, ne serait-ce que dans la position qu’il a tenue, en retrait du monde victorien qu’il habitait, au-dessus de la mêlée pourrait-on dire, dans la solitude de ses appartements à Merton College. C’est dans cet esprit que nous nous proposons de conduire notre étude. Mais pour préciser plus encore notre démarche, et la justifier en regard des travaux déjà effectués, il convient maintenant de donner un aperçu de la réception de Bradley en France.

Bradley en France : un auteur trop peu connu

  • 39 Les Présupposés de l’Histoire critique : étude et traduction, Paris, Les Belles Lettres, 1965. Il f (...)
  • 40 Voir Collected Works of F.H. Bradley, « Selected Correspondence » (vol. 5), p. 243- 249.

31De tous les ouvrages que Bradley a écrits, il n’en existe actuellement qu’un seul de disponible en langue française : son premier ouvrage, Les Présupposés de l’Histoire critique, que Bradley lui-même n’a jamais voulu rééditer, traduit par Pierre Fruchon dans une édition épuisée depuis longtemps39 ! Le seul philosophe français sur lequel Bradley a pu exercer une influence remarquée est Gabriel Marcel, qui a émaillé son Journal métaphysique de remarques directes et indirectes à la philosophie de notre auteur, et même entretenu une correspondance avec lui40.

  • 41 « Au fond, Bradley m’aide de plus en plus », Gabriel Marcel, Journal métaphysique (1914-1923). Pari (...)
  • 42 « C’est sans doute une des meilleures façons d’entrer en contact avec la pensée de Gabriel Marcel q (...)
  • 43 Cité par Jean Wahl, ibid., p. 109.
  • 44 Iris Murdoch, Existentialists and Mystics : Writings on Philosophy and Literattire, Harmondsworth, (...)

32Si les entrées consacrées à Bradley dans le Journal métaphysique sont certes limitées et parfois anecdotiques41, Jean Wahl a toutefois montré à quel point la pensée de Bradley est séminale dans l’œuvre de Marcel, même si ce dernier a finalement tranché en faveur de Bergson quand il s’est demandé à quelle conception de l’absolu il lui fallait se rattacher42. Et alors que William James estimait que Bradley était « un auteur trop difficile pour avoir beaucoup de disciples »43, le fait qu’Iris Murdoch ait considéré que Marcel était le disciple le plus remarquable de Bradley44 mérite d’être souligné.

  • 45 Outre le Journal métaphysique de Marcel, il convient de mentionner la thèse de Jean Wahl (Les philo (...)
  • 46 Georges Fonsegrive, « The Principles of Logic », in Revue de métaphysique de la France et de l’étra (...)
  • 47 Cf. La thèse de Jean Pucelle, La Renaissance de l’idéalisme en Angleterre au XIX1’ siècle, (Louvain (...)

Malgré tout, Bradley n’est pas totalement inconnu : il a fait l’objet d’une attention particulière en France entre les deux guerres comme en témoignent quelques travaux, souvent liés à des analyses générales sur l’idéalisme, qui lui ont été consacrés à cette époque45. De fait, Bradley ne s’est fait reconnaître que tardivement auprès de la sphère philosophique française, après sa mort (1924) pourrait-on presque dire, et donc en dehors du contexte victorien dans lequel il a commencé à écrire ; et ce qui est marquant, dans ces premières études sur Bradley, c’est la quasi absence de commentaires de fond sur les travaux antérieurs aux Principles of Logic de 1883, et la focalisation sur ce qui est encore considéré comme son œuvre métaphysique majeure, Appearance and Reality (1893) : ce sont aussi les deux seuls ouvrages de l’auteur recensés en France46. C’est un trait caractéristique qui perdure jusqu’aux années 1950 et 1960, quand une nouvelle vague d’études sur la philosophie idéaliste anglaise et sur Bradley s’est amorcée47.

  • 48 Jean Nabert, op. cit., p. 231.
  • 49 Paul Ricoeur, Philosophie de la volonté – I : le volontaire et l’involontaire, Paris, Aubier, 1950/ (...)
  • 50 « En marge des Ethical Studies », in Bulletin de la société de philosophie de Bordeaux, V (1950) n. (...)
  • 51 Jules de Marneffe semble avoir été intéressé par la « genèse de la méthode » de Bradley, des Présup (...)

33C’est donc un intérêt presque exclusif pour sa métaphysique qui domine la réception française de l’œuvre de Bradley. À l’instar de Jean Nabert, qui avait travaillé sur la théorie de la volonté chez Bradley en faisant référence à des articles publiés dans Mind de 1902 à 1904, où l’auteur avait développé une phénoménologie de la volition48, certaines remarques de Paul Ricoeur dans La Philosophie de la volonté49 tendent à rapprocher Bradley de la phénoménologie husserlienne et de la philosophie réflexive française ; mais une fois encore les références aux écrits sur l’éthique sont très rares, si l’on excepte les notes d’Émile Duprat dans le Bulletin de la société de philosophie de Bordeaux50, le début de l’étude de Jules de Marneffe sur l’idée d’absolu chez Bradley51, cinq pages sur la soixantaine que compte le chapitre de Jean Pucelle sur Bradley dans son livre L’Idéalisme en Angleterre, de Coleridge à Bradley, et un court paragraphe dédié aux Ethical Studies à la fin de l’article de Jean Wahl pour l’Encyclopedia Universalis.

  • 52 Cahiers de Royaumont, La Philosophie analytique, Paris, Minuit, 1962.
  • 53 Si on excepte l’article de François Duchesneau, « La philosophie anglo-saxonne de Bentham à William (...)

34Enfin, on remarquera que l’intérêt pour la philosophie anglaise dans les années 1960 s’est dirigé vers la philosophie analytique après le colloque organisé par Jean Wahl à Royaumont en 195852. Le fait remarquable, c’est donc le désintérêt évident pour Bradley et sa philosophie depuis le milieu des années 196053 : une négligence pourrait-on dire en se souvenant du sort de son œuvre en Angleterre.

35La méconnaissance considérable dont souffre l’œuvre de Bradley en France s’explique principalement par l’impossibilité de faire entrer Bradley dans le cadre des courants philosophiques existants selon les préjugés de la pensée française. En effet, soit cette dernière s’intéresse à la science, et la philosophie analytique et pragmatique mérite d’être étudiée en négligeant la philosophie continentale réputée comme jargonnante, obscure et confuse, soit elle choisit une philosophie rationaliste, idéaliste, plaçant la métaphysique au-dessus des sciences, qu’on négligera plus ou moins, et elle se tourne alors vers la philosophie allemande, par essence idéaliste.

36Bradley a été intégré au mouvement dit néo-hégélien en Angleterre ; de ce fait deux conséquences s’ensuivent. D’une part, Hegel doit être préféré à ses simples épigones – pourquoi s’intéresser à un auteur hégélien en Angleterre en dehors de l’intérêt que peut présenter la connaissance de l’histoire des idées dans ce pays puisque la philosophie de Hegel est suffisamment puissante pour accaparer la réflexion des penseurs ? D’autre part, s’il s’avérait que Bradley ait pris ses distances par rapport à la philosophie hégélienne et soit parvenu à développer une philosophie originale, non réductible à ses rapports à l’hégélianisme, il deviendrait un monstre logique inimaginable pour la pensée française, qui ne pourrait donc tout simplement pas le voir. Même si elle est compréhensible et si tous les esprits n’y sont pas soumis, une alternative aussi sommaire est déplorable ; cependant, force est de constater que Bradley, jusqu’à présent, en a été la victime.

  • 54 « Comment être idéaliste ? Bradley et Collingwood », colloque organisé par Sébastien Gandon et Matt (...)
  • 55 Cf. Stewart Candlish, The Russell/Bradley Dispute and its Significance for Twentieth-Century Philos (...)

37Toutefois, un récent colloque tenu en France sur l’idéalisme britannique54 semble avoir relancé un certain intérêt pour son œuvre. L’idée essentielle de ses organisateurs est que l’étude des œuvres de Bradley est désormais à l’ordre du jour, non seulement parce qu’il est nécessaire aujourd’hui de revenir sur l’histoire de la philosophie analytique et sur la tradition idéaliste qui l’avait précédée et suscitée, mais aussi parce que certaines problématiques bradleyennes n’ont toujours pas été résolues55. Le texte de présentation de ce colloque insiste notamment sur le fait que le renouveau des études sur Bradley dans les pays anglo-saxons a montré que son œuvre avait été injustement discréditée, et qu’elle était aussi susceptible d’aider à la résolution des problèmes que rencontraient les philosophes analytiques actuellement.

Plan et perspective d’ensemble de l’ouvrage

38Il n’existe pas de véritable biographie de Bradley, mais plutôt quelques articles qui tentent de donner une idée du personnage, ainsi que des remarques, souvent anecdotiques, disséminées dans la littérature critique sur l’auteur. Il nous a semblé important de commencer notre étude (chapitre I) par une synthèse de ce qu’il est possible de savoir sur sa vie et sa personnalité, tout en essayant de donner des éléments dégageant les grandes lignes de sa situation intellectuelle dans le siècle ainsi que des raisons susceptibles d’expliquer la façon dont il a pu lui-même déterminer le rôle qu’il avait à y jouer.

39Sont examinés ensuite (chapitre II) un ensemble de dissertations et de notes de cours longtemps restées inédites mais publiées récemment, qui rend compte de ses débuts philosophiques et de son orientation progressive dans la pensée de son temps, à l’ombre d’un mouvement idéaliste qui, conscient de la lutte qu’il lui fallait engager contre la montée en puissance du matérialisme et de l’agnosticisme, s’était donné pour tâche de reconstruire une philosophie insulaire puissante grâce à l’impulsion déterminante de T.H. Green.

40Les deux chapitres suivants analysent dans le détail à la fois son premier ouvrage. Les Présupposés de l’Histoire critique (chapitre III), passé inaperçu au moment de sa publication en 1874, et un ensemble de textes écrits dans le même temps que son opuscule sur l’histoire mais non publiés, « Relativity » et « Progress » (chapitre IV). Ces premiers travaux de Bradley témoignent de son intense activité philosophique, de la structuration progressive de sa pensée, et de choix doctrinaux qui, s’ils vont dans le sens du programme officieux du cénacle idéaliste dont il a fait partie, commencent pourtant à faire entendre une voix originale.

41Les trois derniers chapitres sont consacrés à Ethical Studies, le premier de ses livres à rencontrer une certaine audience sur la scène philosophique de la période et à le désigner comme le porte-parole du mouvement néo-hégélien anglais. Le chapitre V aborde ce texte en contexte et tente de répondre à la question de son importance pour le mouvement idéaliste autant qu’à sa véritable place dans l’œuvre de Bradley. Il est suivi d’un commentaire critique des différents essais que nous avons divisé en deux moments : le chapitre VI analyse la partie de l’ouvrage où Bradley tente de définir ce en quoi consiste la moralité et où il attaque l’empirisme, l’utilitarisme et l’universalisme kantien au nom d’un hégélianisme qui a été reconnu comme caractéristique de la démarche dialectique d’ensemble de l’ouvrage. Enfin, le chapitre VII étudie, toujours en respectant la continuité de l’ouvrage, la façon dont Bradley revient sur la dialectique qui a abouti à son célèbre essai « Ma Condition et ses Devoirs » (My Station and its Duties) pour circonscrire le domaine de la moralité et le dépasser par la religion : c’est dans cette partie que, contre toute attente, il se rapproche implicitement d’un fond néo-platonicien qui relativise son recours à Hegel.

Notes

1 Bertrand Russell, Histoire de mes idées philosophiques, Paris, Gallimard, 1989, p. 51- 52.

2 William R. Sorley, A History of English Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press, 1937, p. 300.

3 Cf. Ian D. MacKillop, The British Ethical Societies, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 3.

4 John H. Muirhead, The Platonic Tradition in Anglo-Saxon Philosophy : Studies in the History of Idealism in England and America, Londres, George Allen and Unwin Ltd, 1931, p. 13.

5 G.W. Leibniz, « Discours de métaphysique », in Œuvres, Paris, Aubier-Montaigne, 1972, p. 168.

6 Jean Pucelle, L Idéalisme en Angleterre, de Coleridge à Bradley, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, 1955, p. 12-13.

7 Dans la mesure où The Presuppositions of Critical History a été intégralement traduit en français (Les Présupposés de T Histoire critique, trad. Pierre Fruchon, Paris, Les Belles Lettres, 1965), nous nous référerons par la suite à ce livre en utilisant le titre en français.

8 Voir notamment les études de Pierre Fruchon : sa thèse de doctorat Les Présupposés de l’Histoire critique : étude et traduction (Paris, Les Belles Lettres, 1965), et sa traduction et son commentaire d’un texte inédit (« Relativity ») fondamental dans la genèse de la pensée de Bradley (« Relativité », Les études philosophiques, n° 15, janvier-mars 1960, p. 3-22 ; « Premières ébauches d’une métaphysique », ibid, p. 63-74).

9 The Collected Works of F.H. Bradley, Bristol, Thoemmes Press, 1999. Les volumes 1 à 5 (les inédits et la correspondance) ont été édités par Carol A. Keene ; les volumes 6 à 12 (les œuvres publiées), par William J. Mander. Vol. 1 – 1865-1882 : A Pluralistic Approach to Philosophy ; Vol. 2 -1883-1902 : A Focus on Metaphysics and Psychology ; Vol. 3 – 1903-1924 : Refinement and Révision ; Vol. 4 – Selected Correspondance, June 1872 – December 1904 ; Vol. 5 – Selected Correspondance, January 1905 – June 1924 ; Vol. 6 – « F.H. Bradley : Toward a Portrait » (1961) & Ethical Studies (seconde édition, 1927) ; Vol. 7 – The Principles of Logic, vol. 1 (seconde édition, 1928) ; Vol. 8 – The Principles of Logic, vol. 2 (seconde édition, 1928) ; Vol. 9 – Appearance and Reality (seconde édition revue et corrigée, 1930) ; Vol. 10 – Essays on Truth and Reality (1914) ; Vol. 11 – Collected Essays, vol. 1 (1935) ; Vol. 12 – Collected Essays, vol. 2 (1935), Aphorisms (1930), « A Note on Christian Morality » (1983), « A Personal Explanation » (1894), « Rational Hedonism » (1895).

10 Richard Wollheim, F.H. Bradley, Hannondsworth, Penguin Books, 1959. Il cite notamment G. Watts Cunningham (The Idealistic Argument in Recent British and American Philosophy, 1933), Jean Pucelle (L’idéalisme en Angleterre, 1955), John Passmore (A Hundred Years of Philosophy, 1957) à qui il distribue quelques bons points ; le mauvais élève, pourtant le plus respectueux et le plus élogieux de la philosophie de Bradley, étant John Henry Muirhead (The Platonic Tradition in Anglo-Saxon Philosophy, 1931).

11 Ibid., p. 18.

12 Dans un livre fréquemment cité par les commentateurs de Bradley, Ayer utilisait des phrases de Bradley hors contexte pour montrer qu’elles ne signifiaient pas grand chose et qu’elles étaient caractéristiques du discours métaphysique qui ne satisfaisait pas au critère de vérifiabilité : Cf. Alfred J. Ayer, Language, Truth and Logic, New York, Dover, 1946, p. 35.

13 Richard Wollheim, F.H. Bradley, op. cit., Ayer, « Editorial Foreword ».

14 Voir la première page de la préface d’Anthony Manser et de Guy Stock dans leur livre The Philosophy of F.H. Bradley, Oxford, Clarendon Press, 1984.

15 Sushil Kumar Saxena, Studies in the Metaphysics of Bradley, Londres, George Allen and Unwin, 1967, p. 254-255.

16 Garrett L. Vander Veer, Bradley’s Metaphysics and the Self, New Haven & Londres, Yale University Press, 1970, p. 1.

17 James Bradley, « Hegel in Britain : A Brief History of British Commentary and Attitudes (1) », The Heythrop Journal, 20, 1979, p. 1. Voir aussi Gary Bedell, « Bradley and Hegel », Idealistic Studies, vol. 7 n° 3, sept. 1977, p. 262-290, pour une idée similaire (voir p. 262 en particulier).

18 A. Manser & G. Stock, The Philosophy of F.H. Bradley, op. cit., « Preface » (la préface n’est pas paginée).

19 William J. Mander (dir.), « Introduction », in Perspectives on the Logic and Metaphysics of F.H. Bradley, Bristol, Thoemmes Press, 1996, p. xviii-xix.

20 Evelyn Fortier, « Was the Dispute Between Russell and Bradley about Internai Relations ? », ibid., voir notamment p. 25-26.

21 Dans l’article « Relations », publié après sa mort dans les Collected Essays (Cf. CE, 642-643).

22 James Bradley, dans « Relations, intelligibilité et non-contradiction dans la métaphysique du sentir de F.H. Bradley : une ré-interprétation » (première partie dans Archives de Philosophie, 54, 1991, p. 539-551, deuxième partie dans Archives de Philosophie, 55, 1992, p. 77-91), était déjà intervenu, dans le même sens, sur ce point. Dans son dernier livre (The Russell/Bradley Dispute and ils Significance for Twentieth-Century Philosophy, New York, Palgrave Macmillan, 2007), Stewart Candlish a fait la lumière sur cette question délicate et en est arrivé à la conclusion que la position de Bradley en ce qui concerne les relations ne se réduit pas à leur intemalité et est fondamentalement correcte (voir page xi et le chapitre 6).

23 Leemon McHenry, Whitehead and Bradley : A Comparative Analysis, Albany, State University of New York (SUNY) Press, 1992, p. ix.

24 Philip Ferreira, Bradley and the Structure of Knowledge, Albany, SUNY Press, 1999, p. 1. John H. Muirhead a dédié à Bradley son ouvrage de référence consacré aux philosophes britanniques contemporains (Contemporary British Philosophas, 1925).

25 Voir notamment son article en deux parties « Relations, intelligibilité et non-contradiction dans la métaphysique du sentir de F.H. Bradley : une ré-interprétation », cité plus haut. C’est également la tâche que s’est donnée Candlish dans The Russell/ Bradley Dispute and its Significance for Twentieth-Century Philosophy, en insistant sur le fait que la mise à l’écart de la philosophie bradleyenne correspond à un mouvement plus vaste de rejet non seulement d’un style philosophique, métaphysique, mais aussi de toute la civilisation victorienne.

26 « F.H. Bradley has been until recently a neglected philosopher », Don MacNiven, Bradley ’s Moral Psychology, Lewiston/Queenston, The Edwin Mellen Press, 1987 (première phrase de sa préface, non paginée). L’usage du mot « neglected » (ou d’expressions synonymes) est si fréquent qu’il en vient à faire sens. On le rencontre avec une étonnante régularité. Outre les références aux livres de Don MacNiven et de James Bradley déjà données : « The neglect of Bradley is unfortunate because the problems with which he was concerned are issues that philosophy can ill afford to ignore », Garrett L. Vander Veer, Bradley’s Metaphysics and the Self, op. cit., p. 2 ; « Bradley has for long been a victim of unfair criticism », Sushil Kumar Saxena, Studies in the Metaphysics of Bradley, op. cit., p. 11. Voir aussi le projet de réhabilitation de la philosophie bradleyenne de l’absolu de Damian Ilodigwe, qui refuse également la négligence (il emploie ce terme dès les premiers mots de sa préface : « Bradley is a much neglected philosopher. » p. x, et encore p. 421) avec laquelle elle a été traitée, même s’il reconnaît que les choses ont changé depuis ces vingt dernières années (Bradley and the Problematic Status of Metaphysics : In Search of an Adéquate Ontology of Appearance, Cambridge, Cambridge Scholars Press, 2005). Ilodigwe en appelle même à une réévaluation de la philosophie de Bradley dans son dernier chapitre (« Bradley and Contemporary Philosophy : Need for Reassessment of his Place in Philosophy », p. 427 et suivantes). Enfin, la dernière entreprise en date (2007), celle de Stewart Candlish (The Russell/Bradley Dispute and its Significance for Twentieth-Century Philosophy, op. cit.) même si elle n’entend pas convertir le lecteur à la philosophie bradleyenne, a fortement insisté sur la valeur « civilisationnelle » de cette négligence et, de ce fait, sur sa faiblesse argumentative.

27 Dans son article « The Truth about F.H. Bradley » (Mind, NS, Vol. 98, n° 391, juil. 1989, p. 331-348), Stewart Candlish remarquait déjà que de nombreux philosophes avaient conçu un « Bradley stéréotypé » sans rapport avec la philosophie réelle de Bradley, ce qui les avait conduit à éluder des questions philosophiques intéressantes (« miss some interesting ideas which cannot be found in the modern philosophical canon » [p. 331]). C’est précisément une déviation par rapport à cette conception canonique de la philosophie qui avait causé la dépréciation de sa philosophie et qui a aussi été la cause de sa réhabilitation. Stewart Candlish a élaboré son modèle de stéréotype en le centrant sur l’opposition entre Russell et Bradley dans le premier chapitre de son dernier livre (The Russell/Bradley Dispute and its Significance for Twentieth-Century Philosophy, op. cit., « The Stereotypical Picture of the Russell/ Bradley Dispute », p. 1-20).

28 James W. Allard, The Logical Foundations of Bradley’s Metaphysics : Judgment, Inference and Truth, Cambridge, C.U.P., 2005.

29 Phillip Ferreira, « Allard, James W. The Logical Foundations of Bradley’s Metaphysics : Judgment, Inference and Truth. (Book Review) », in The Review of Metaphysics (March 1,2007).

30 Ibid.

31 La Bradley Society a récemment fusionné avec la Collingwood Society, dont le centre se trouve aujourd’hui à Cardiff (The Collingwood and British Idealism Centre) ; elle dispose actuellement d’une revue, Collingwood and British Idealism Studies incorporating Bradley Studies, dont la publication est bi-annuelle depuis 2005.

32 Créée par Rudi Thoemmes en 1989, elle est devenue « Thoemmes Continuum » en 2003.

33 Muirhead, The Platonic Tradition in Anglo-Saxon Philosophy : Studies in the History of Idealism in England and America, op. cit., p. 222.

34 AR, p. xiv.

35 Carol A. Keene « A Pluralistic Approach to Philosophy », Collected Works of F.H. Bradley, Vol. 1, p. vii.

36 « Autrement dit, Bradley est essentiellement un philosophe de la fin du dix-neuvième siècle, un philosophe de transition, un philosophe de la crise », in Philip MacEwen (dir.), Ethics, Metaphysics and Religion in the Thought of Francis Herbert Bradley, Lewiston/Queenston/Lampester, The Edwin Mellen Press, 1996, p. 55.

37 Ibid., p. 54.

38 Carol A. Keene, « A Pluralistic Approach... », op. cit., « Préfacé », p. vii.

39 Les Présupposés de l’Histoire critique : étude et traduction, Paris, Les Belles Lettres, 1965. Il faut également noter la traduction par le même auteur d’un manuscrit inédit de Bradley intitulé « Relativité », Les études philosophiques (n° 15, janvier-mars 1960, p. 3-22).

40 Voir Collected Works of F.H. Bradley, « Selected Correspondence » (vol. 5), p. 243- 249.

41 « Au fond, Bradley m’aide de plus en plus », Gabriel Marcel, Journal métaphysique (1914-1923). Paris, Gallimard, 1927, p. 189. Voir les pages 10, 11, 41, 115 et 120 de cet ouvrage pour une présentation indirecte de la pensée de Bradley dans le contexte de l’intelligibilité, de la transmutation des apparences au sein du réel, et les pages 120, 161, 170 et 189 surtout pour des références directes.

42 « C’est sans doute une des meilleures façons d’entrer en contact avec la pensée de Gabriel Marcel que de se la représenter comme dans le prolongement de la ligne qui va de Hegel à Bradley », Jean Wahl, Vers le concret : études d’histoire de la philosophie contemporaine, Paris, Vrin, 1932, p. 225. Voir notamment les pages 225-227.

43 Cité par Jean Wahl, ibid., p. 109.

44 Iris Murdoch, Existentialists and Mystics : Writings on Philosophy and Literattire, Harmondsworth, Penguin Books, 1997, p. 129. Voir aussi la note page 87, qui insiste sur l’importance de Bradley pour Marcel.

45 Outre le Journal métaphysique de Marcel, il convient de mentionner la thèse de Jean Wahl (Les philosophies pluralistes d’Angleterre et d’Amérique, Paris, Alcan, 1920) qui contient un long chapitre sur Bradley ; l’appendice « La théorie de la volonté chez Bradley » de Jean Nabert dans L’Expérience intérieure de la liberté de 1924 (Paris, P.U.F., 1994, p. 231-239) ; la thèse de Stanley Victor Keeling (La Nature de l’expérience chez Kant et chez Bradley, Montpellier, 1925) ; et le long article d’Émile Duprat « La métaphysique de Bradley » (Revuephilosophique, 101 [1926], p. 31 -70).

46 Georges Fonsegrive, « The Principles of Logic », in Revue de métaphysique de la France et de l’étranger, XX (1885), p. 540-551 ; J.E. McTaggart, Appearance and Reality de F.H. Bradley, in Revue de métaphysique et de morale. Il (1894), p. 98-112. Fonsegrive ne fait aucun commentaire sur l’œuvre de Bradley antérieure à Principles of Logic ; McTaggart y consacre un très court paragraphe, signalant que le point de vue de Bradley est idéaliste « d’une manière générale », et que Ethical Studies critique la « vieille philosophie morale anglaise » et « les doctrines plus modernes de l’utilitarisme » (p. 99).

47 Cf. La thèse de Jean Pucelle, La Renaissance de l’idéalisme en Angleterre au XIX1’ siècle, (Louvain, Nauvelaerts, 1950 ; publiée également sous le titre L’Idéalisme en Angleterre, de Coleridge à Bradley, Neuchâtel, La Baconnière, 1955) et ses ouvrages sur T.H. Green, La Nature et l’esprit dans la philosophie de T.H. Green. La Renaissance de l’idéalisme en Angleterre au XIXe- siècle (Louvain, Nauwelaerts, 1960) La Politique, la religion, Green et la tradition (Louvain, Nauwelaerts, 1965) ; la thèse principale de Kia Tcheng (François) Houang, un étudiant de Jean Wahl, Le Néo-hégélianisme en Angleterre : La philosophie de Bernard Bosanquet (1848-1923), Paris, Vrin, 1954, et sa thèse complémentaire, De l’humanisme à l’absolutisme : l’évolution de la pensée religieuse du néo-hégélien anglais Bernard Bosanquet (Paris, Vrin, 1954), qui, bien que centrées sur Bosanquet, comportent également une évaluation et une critique de la philosophie de Bradley ; les articles de Jules de Marneffe, « La preuve de l’Absolu chez Bradley » in Archives de philosophie, France, 22, 1959 [I – Analyse et critique de la méthode, p. 78-89 ; II – La construction de l’argument, p. 227-249 ; III – La preuve de l’absolu dans Appearance and reality, p 566-604], (voir aussi la suite dans le numéro 23 de la même revue, 1960, p. 207-229), publiés par la suite sous la forme d’un livre, La Preuve de l’absolu chez Bradley : analyse et critique de la méthode, Paris, Beauchesne et ses fils, 1961 ; enfin les numéros spéciaux des Archives de philosophie, (France, 22, [1959] & 23 [1960]) et des Etudes philosophiques sur Bradley (vol. 15, janvier-mars 1960).

48 Jean Nabert, op. cit., p. 231.

49 Paul Ricoeur, Philosophie de la volonté – I : le volontaire et l’involontaire, Paris, Aubier, 1950/1988, voir p. 37-40, 58-59 et 146-147.

50 « En marge des Ethical Studies », in Bulletin de la société de philosophie de Bordeaux, V (1950) n. 25, p. 33-39. Dans cet article, qui reprend le mouvement du livre de Bradley sur un mode descriptif, Duprat a insisté sur l’importance de Bradley dans la remise en cause des superficialités de la philosophie anglaise de l’époque (voir notamment p. 34 et la conclusion p. 39.) Malheureusement pour le lecteur non initié à la philosophie de Bradley, et ne connaissant pas les Ethical Studies, Duprat ne référence pas les citations de Bradley qu’il donne dans son article.

51 Jules de Marneffe semble avoir été intéressé par la « genèse de la méthode » de Bradley, des Présupposés de l’Histoire critique aux Ethical Studies, et le mouvement de son étude est orienté vers la recherche systématique des éléments métaphysiques qui ont conduit Bradley à sa doctrine de l’absolu. Voir son premier article « La preuve de l’Absolu chez Bradley : I – Analyse et critique de la méthode », in Archives de philosophie, France, 22, 1959, p. 78-89.

52 Cahiers de Royaumont, La Philosophie analytique, Paris, Minuit, 1962.

53 Si on excepte l’article de François Duchesneau, « La philosophie anglo-saxonne de Bentham à William James – Francis Herbert Bradley : l’idéalisme absolu », in La Philosophie, sous la direction de François Châtelet, tome 3 « De Kant à Husserl », Paris, Hachette, 1973, p. 209-213.

54 « Comment être idéaliste ? Bradley et Collingwood », colloque organisé par Sébastien Gandon et Matthieu Marion à l’université Biaise Pascal de Clermont-Ferrand (juin 2006). Sébastien Gandon et Matthieu Marion, « L’idéalisme britannique : histoire et actualité », in Philosophiques, Vol. 36 (L’Idéalisme britannique), numéro 1, printemps 2009, p. 3-34.

55 Cf. Stewart Candlish, The Russell/Bradley Dispute and its Significance for Twentieth-Century Philosophy, op.cit., p. 184-185.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search