Version classiqueVersion mobile

La Popularité du football

 | 
William Nuytens

Préface

Didier Demazière

Texte intégral

1L’ouvrage de Williams Nuytens explore un monde social qui est l’objet de représentations, interprétations et jugements les plus variés voire les plus contradictoires : selon les moments ou les points de vue les supporters de football sont célébrés comme participant à part entière au spectacle sportif, ils sont admirés pour leur fidélité à leur équipe, ils sont brocardés pour leur vulgarité, ils sont dénoncés pour leurs débordements, etc. Face à un phénomène investi d’autant de significations contradictoires, Williams Nuytens adopte une posture empirique : il faut accumuler les informations, produire des données, recouper les enquêtes, varier les méthodes, pour avancer progressivement dans la compréhension.

2Mais comment se livrer à une exploration approfondie du monde des supporters de football quand celui-ci est si diversifié et si changeant, quand il est si planétaire et mondialisé aussi ? La force de la démonstration proposée ici repose largement sur un choix méthodologique paradoxal, consistant à privilégier un terrain d’enquête limité, à localiser l’analyse en la centrant sur deux clubs professionnels distants d’une trentaine de kilomètres : le Lille Olympique Sporting Club et le Racing Club de Lens. Cette option autorise la réalisation d’un travail de description extrêmement fouillé, qui fait bien plus que détailler les comportements dans les stades, les modes d’expression de la ferveur partisane, ou les rituels et mises en scène observables dans les tribunes. Au-delà, ce sont aussi les significations subjectives des engagements individuels, les principes de fonctionnement des groupes organisés, les formes de coordination nécessaires à la production de ces actions collectives qui sont restitués avec finesse.

3Encore faut-il que l’ancrage local n’aboutisse pas à lisser ou gommer les variations des activités des supporters. Ce danger est ici écarté, car le cas choisi est assez riche et, surtout, a été exploré avec suffisamment d’ingéniosité, pour révéler de nombreux aspects obscurs et souvent mal compris des pratiques des supporters. Il y a plus, la multiplication des observations et la confrontation des matériaux conduisent finalement à réexaminer des catégories d’analyse généralement admises, et qui apparaissent ici trop englobantes, comme celle de « supporters » qui désigne d’habitude tous ceux qui fréquentent les travées des stades ou celle de « hooligans » qui désigne usuellement ceux qui ont les comportements les plus spectaculaires, inattendus, brutaux, agressifs, expressifs (selon les points de vue). Car, en cette matière comme dans nombre d’autres domaines d’investigation sociologique, le point de vue relationnel conduit à souligner les caractères relatif et dialectique de ces catégorisations, à retracer les jeux auxquels les acteurs, en particulier les groupes les mieux organisés, se livrent, à retracer les opérations de labellisation et de stigmatisation qu’effectuent les participants au spectacle sportif (depuis le public jusqu’aux directions des clubs), à montrer combien ces qualifications sont relatives et changeantes.

4Cette recherche démontre avec clarté les vertus de la méthode comparative, qui est utilisée pour expliquer les différentiels de mobilisation en soutien des clubs lillois et lensois, mais aussi pour sérier des formes d’engagement individuel, des modes de coalition, des systèmes d’expression, et, au bout du compte, des styles de supporterisme, qui ne sont jamais réifiés, mais sont toujours référés à des conditions – locales, historiques, institutionnelles, sportives, sociales – de production.

5Si la popularité du football est bien le cœur de ce livre, Williams Nuytens ne s’enferme pas dans une analyse sectorielle ou thématique, dans une sociologie spécialisée. Comment faudrait-il la caractériser d’ailleurs : du sport, des pratiques culturelles, de la jeunesse, de la déviance...? Les points d’entrée sont multiples. Si l’auteur produit des connaissances inédites sur son objet, ses interrogations sur les significations des activités des supporters le conduisent à sortir du cadre. Comment pourrait-il en être autrement d’ailleurs, puisque le supporterisme n’est pas une activité coupée du monde social, mais qu’il est un phénomène caractéristique de nos sociétés contemporaines, et de leurs modes renouvelés d’être ensemble, d’appartenance collective.

6Etre supporter, l’auteur le montre bien, combine un engagement personnel et une participation à des actions collectives. Cette combinaison, souvent décrite dans le registre de la passion et de l’émotion, fait l’objet de diagnostics pour le moins contradictoires : les uns y voient la formation de foules fusionnelles qui dissolvent toute individualité quand les autres y voient le regroupement volontaire de personnes qui, loin d’être interchangeables, y expriment leur propres engagements subjectifs ; certains y décèlent la survivance de modes d’appartenance traditionnels, largement déterminés par la place dans une lignée et une localité quand d’autres y décèlent le développement de formes d’appartenance maîtrisée et provisoire utilisées par les individus comme supports de réalisation de soi. Bref, comment comprendre l’action collective des supporters, les appartenances collectives qui s’y nouent, les investissements individuels qui s’y expriment ? L’enquête proposée apporte quelques réponses, en soulignant les tensions qui traversent le monde des supporters de football. En effet, la participation à ce monde est un cas exemplaire de combinaisons d’appartenances héritées issues d’une histoire collective dont la signification est assignée par autrui, et de références construites par la réflexivité individuelle dont la signification est produite par le sujet. C’est dire que ce phénomène ne se laisse pas enfermer dans des modèles interprétatifs binaires, formulés en termes de tradition et de modernité, ou dans des polarités réputées incompatibles, exprimées dans le langage sociologique classique du social communautaire et du social sociétaire.

7Quelques remarques empiriques permettront de suggérer ce caractère hybride du phénomène. Ainsi les appartenances collectives affirmées à travers les pratiques des supporters apparaissent très locales puisque la participation se développe dans des territoires assez limités, mais en même temps ces appartenances sont aussi transportables et délocalisables, puisque nombre de supporters sont géographiquement éloignés de leur équipe et la soutiennent à distance. De plus les activités des supporters sont nettement circonscrites dans le temps et dans l’espace, à la fois autour des matchs et dans les stades, et pourtant elles sont aussi bien souvent démultipliées et continues, à travers les sociabilités entre voisins, amis, collègues ou simples connaissances. Par ailleurs, si le déroulement du match, avec ses phases de jeu spectaculaires et ses moments de tension dramatique, est propice à l’émergence de formes de communion qui semblent transformer les tribunes en un seul être collectif sifflant, applaudissant, criant, s’exprimant de quelque manière, il est aussi une source d’expression de commentaires discordants, et il offre de nombreuses occasions de débattre, de formuler des désaccords, de défendre des points de vue personnels.

8Ainsi le monde des supporters est caractérisé par de multiples tensions marquant les relations entre les individus qui y participent, de manière fort diverse, et les collectifs qui s’y forment, dans des logiques disparates. S’y constituent des Nous très cohésifs. S’y construisent parallèlement des Je très affirmés. Les enquêtes de Williams Nuytens montrent qu’il n’y a là nulle contradiction ou incompatibilité. A l’opposé de tout dogmatisme cet ouvrage permet d’écarter bien des idées reçues sur les supporters de football. S’il présente de nouveaux éclairages et propose des connaissances consistantes et conséquentes, il a aussi une portée plus large. Car il invite le sociologue à reprendre à nouveaux frais les interrogations sur le sens des transformations des liens sociaux dans les sociétés contemporaines, en portant au dossier un cas empirique ambigu au regard des oppositions entre modèles de socialité ou d’individualité, et en dehors de toute doctrine que les débats sur l’individualisation et le post-modernisme peinent à éviter.

© Artois Presses Université, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search