Version classiqueVersion mobile

La Popularité du football

 | 
William Nuytens

Remerciement

Texte intégral

À mon père, pour ma mère

1 Ce livre existe grâce aux terrains sur lesquels il s’appuie. Il est naturel que je remercie ici les dirigeants du Racing Club de Lens et du Lille Olympique Sporting Club, nombre de leurs salariés (service de la billetterie, service commercial...) ainsi que l’ensemble des supporters. Je pense plus spécialement aux membres et aux responsables des groupes suivants : le Supp’R’Lens, En Avant le LOSC, les Dogues Virage Est, les Red Tigers.

2Je tiens à remercier monsieur Momont ainsi que Laëtitia. Son aide a été très précieuse.

3En contribuant à ma nomination à l’Université d’Artois en qualité de maître de conférences de sociologie, André Giudicelli et Olivier Chovaux ont notablement favorisé les conditions de production de ce texte. Je les en remercie et, à travers eux, l’ensemble des personnels d’Artois Presses Université, plus particulièrement Corinne Castelain.

4Animées, judicieuses, précises, tranchantes ; tels sont les principaux attributs des remarques et réflexions qui ont permis d’améliorer ce travail. Elles nous viennent d’abord de messieurs les Professeurs Christian Bromberger (Université d’Aix-Marseille, IDEMEC, membre de l’Institut), Jean-Claude Rabier (Université de Lille 1, Institut de sociologie, CLERSé) et Alain Loret (Université de Rouen, CETAPS). Je n’oublie pas par ailleurs la précieuse activité de mon collègue Jean-Charles Basson, notamment lorsqu’il lui a été donné de suivre ma recherche dans le cadre d’un financement avec l’Institut des Hautes Etudes de la Sécurité Intérieure.

5Je tiens enfin à souligner l’influence déterminante de deux sociologues pour ce qui concerne mon parcours d’apprenti. En m’acceptant dans diverses aventures, Didier Demazière m’enrichit d’expériences indispensables. Puisse l’avenir me laisser boire à cette source. Quant à Jean-Pierre Lavaud, mon directeur de thèse, je ne l’oublierai jamais. Je n’oublierai jamais ses méthodes, ses conseils, ses attitudes, ses investissements, ses connaissances, son savoir-faire et son faire savoir. Je souhaite à tous les « thésards » de vivre le suivi que ce Professeur a construit pour moi, je lui souhaite de poursuivre longtemps ses activités et me souhaite de ne point trahir ce qu’il m’a enseigné.

© Artois Presses Université, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search