Version classiqueVersion mobile

Rugby : un monde à part ?

 | 
Olivier Chovaux
, 
William Nuytens

Première partie

Revisiter des particularités élémentaires

Olivier Chovaux et Williams Nuytens

Texte intégral

1Et si le monde du rugby n’était pas aussi particulier que cela ? Sans doute le monde de l’Ovalie se prête-t-il admirablement aux figures de style et à l’hyperbole, aux racontars, aux légendes, aux héros, aux mythes. C’est une pratique de la France du Sud et ceux qui l’exercent ailleurs s’appellent des exilés de l’intérieur, le ballon est ovale, on le joue avec la main et le pied, on se le dispute aux cours d’innombrables séquences apparemment désordonnées et formalisées. Ces caractéristiques volontairement exagérées impriment la vision du profane, il les traduit alors en particularismes. L’outrancière exposition du football n’arrange pas ses affaires, elle force la comparaison car personne n’échappe au ballon rond. Mais il y a plus. Bien des facteurs alimentent effectivement cette culture de la différenciation, des médias aux paroliers du rugby. Leurs grammaires jouent la singularité, le décalage. Ainsi la fête qui entoure les troisièmes mi-temps se fige-t-elle dans le rugby, tandis qu’on la trouve ailleurs. Il en est de même s’agissant du déclassement du genre féminin, du poids municipal dans la vie des clubs, de l’opposition entre professionnalisme et amateurisme, des contacts corporels. Le rugby cristallise donc les particularités, mais celles-ci s’expriment essentiellement sur le registre du préjugé. Or chacun sait qu’une opinion provisoire peut facilement prendre une figure définitive. Cette première partie n’examine pas les mécanismes complexes de formation des représentations, elle n’identifie pas non plus la responsabilité de tel ou tel facteur dans les qualifications expéditives. Les auteurs nous convient simplement à un retour sur les topiques. Au lecteur de comprendre l’intérêt de ne pas les rejeter d’emblée, de ne pas les considérer tout à fait. Si nous verrons tout d’abord que les terres du rugby doivent leur fertilité aux aides publiques, nous saisirons aussi que celles-ci se distribuent de façon plurielle : l’étrange répartition géographique ne procède pas d’une logique politique d’ensemble. Ces divers modèles mêlant municipalités et clubs comptent pour rendre compte de la professionnalisation du XV : nous verrons également que tous ne l’ont pas maudit. Pour contrariée qu’elle ait été, la révélation du professionnalisme n’en reste pas moins prévisible au regard du déroulé historique. Ce dernier fragilise donc un peu plus le caractère atypique de l’ovale. Et si le monde du rugby ressemblait finalement, dans ses principales lignes architecturales, aux autres sports de large diffusion ? C’est encore dans les moindres de ses plis que sa singularité semble s’exprimer le plus : par exemple dans la dimension de la pratique des corps ou dans celle des figures de la féminité. Curieux rugby ? Curieux hommes. Complexes. Différents. Cet ouvrage le rappelle une fois encore.

Auteurs

Est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université d’Artois. Ses recherches portent sur les pratiques et le spectacle sportif dans la France du Nord. Il a récemment coordonné un numéro de la Revue du Nord sur ce thème et a publié Cinquante ans de football dans le Pas-de-Calais (fin 19e-1940). Avec Williams Nuytens, il est co-fondateur de l’atelier Sherpas.

Est docteur de Lille 1 (CLERSé) et maître de conférences de sociologie à l’université d’Artois. Après avoir collaboré à l’ouvrage Le peuple des tribunes, il a dirigé avec Didier Demazière Un monde foot, foot, foot ! (Panoramiques, 61) et a récemment publié ses enquêtes consacrées au supporterisme (La popularité du football). Il « travaille » à présent le football du dimanche.

© Artois Presses Université, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search