Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Conclusion

Texte intégral

1L’enquête portait sur les pratiques sportives à risque. L’ambition consistait à mieux connaître ces disciplines et leurs pratiquants, notamment les modes d’accès à ces sports, les rapports au risque qu’ils donnent à voir, les rapports sociaux de sexe qu’ils dévoilent et participent à façonner. Chemin faisant, les interrogations de départ ont conduit à explorer des problématiques dépassant le seul cadre des pratiques observées. Au point même que nous pourrions finalement presque considérer que celles-ci ne constituent qu’un prétexte à l’étude plus large de quelques thématiques de la sociologie. C’est à la fois ce que nous souhaitons, et ce que nous craignons.

2Ce que nous souhaitons d’abord car la tentation est grande de pouvoir donner à ce travail plus d’amplitude explicative et compréhensive. Glisser par exemple du rapport au risque dans les sports à risque à la formulation d’hypothèses explicatives que l’on voudrait pertinentes pour d’autres territoires des prises de risque ou pour rendre compte d’un rapport au risque ambigu qui caractériserait les sociétés occidentales contemporaines et qui pourrait même être interprété comme l’illustration, en acte, d’une tendance à l’individuation largement relevée par ailleurs (Martuccelli, 2002). Nous pourrions aussi considérer les observations relatives aux déterminants de l’engagement dans les sports à risque pour renseigner l’engagement masculin et féminin dans les territoires qui sont largement occupés par les hommes. Les liens pourraient ainsi être faits avec d’autres sports de tradition masculine ou autres formations et métiers d’hommes. Ne retrouve-t-on pas ici des dynamiques biographiques semblables à celles mises en évidence pour les footballeuses, boxeuses et haltérophiles (Mennesson, 2005), pour les femmes ingénieures (Marry, 2004) ou les femmes pompiers (Pfefferkorn, 2006) ?

3Il est possible de relever également des points de concordance dans les processus de construction des rapports sociaux de sexe. Qu’il s’agisse de la dialectique distinction/conformité, des logiques d’évolution et de résistances, des permanences et reconfigurations des figures et grammaires de la domination, souvent l’enquête rappelle ce qui se joue par exemple dans la police (Pruvost, 2006) et fonde le principe de la doxa de sexe (Bourdieu, 1998).

4 Mais cette ambition doit aussi être crainte. Car la recherche d’un « gain d’envergure » peut conduire à une « perte de lucidité » (Lahire, 1998). À vouloir donner de la hauteur aux résultats produits on risque de ne plus distinguer précisément ce qui se joue « au sol ». La généralisation des résultats se pose même avec une acuité particulière lorsqu’est défendu le primat du terrain dans la construction de l’enquête. Cette posture rend la conversion de « substantive theory » en « formal theory » (Glaser et Strauss, 1967) particulièrement délicate. Cela ne revient pas à se réfugier derrière un principe d’irréductible singularité des faits, mais à prendre acte de la difficulté qu’il y a à oser la théorisation. C’est pourtant ce que nous risquons pour conclure ce compte rendu d’enquête parce que nous l’avons fondée sur un travail de terrain, mis en perspective avec d’autres travaux et que les pratiques observées ne sont jamais isolées. Ni les définitions du risque construites dans ces sports, ni les parcours biographiques qui y conduisent, ni les rapports sociaux de sexe qui s’y construisent ne sont hermétiques aux autres domaines de l’existence. Les pratiques de loisirs offrent ainsi une fenêtre ouverte sur des problématiques sociologiques qui ne sont absolument pas spécifiques, ni circonscrites à ces espaces sociaux.

  • 1 Il peut s’agir d’une expérience directe de pratique, mais aussi de toute autre influence « idéologi (...)

5Ainsi nous retiendrons que le rapport au risque développé dans les sports à risque révèle toute la complexité et l’ambiguïté de la notion. D’abord parce que la construction subjective du risque ne s’inscrit pas dans une logique facilement identifiable. Au contraire, elle se fonde sur l’influence de multiples « pôles producteurs de risques » qui se rencontrent et forment un système en tension. Les élaborations « expertes » sont interprétées au prisme de l’expérience1. La fabrique individuelle des risques s’apparente ainsi à une construction sociale subjectivée. Ce mode de définition du risque apparaît à la fois plus incertain et plus élaboré que les constructions savantes. Plus incertain car cette lecture du risque et des prises de risque est « polluée » par les subjectivités. Les logiques de légitimation ou de stigmatisation des conduites perturbent notamment l’évaluation des risques. Mais d’une certaine manière cette fabrique des risques est plus ambitieuse car elle tente d’intégrer le caractère inévitablement individuel du rapport au risque. Cette singularité du risque dont on ne peut faire l’économie rend ainsi délicate l’entreprise de catégorisation des pratiques. Elle pose fondamentalement le problème de la définition même du risque. Elle rappelle également la distinction à poser entre conduites à risque et prises de risque. Car le risque n’est pas toujours le sel des sports étudiés. Sans jamais faire preuve de déni, les pratiquants ne cherchent pas nécessairement la confrontation au danger qu’ils considèrent parfois même comme un mal nécessaire. Ainsi, c’est bel et bien au niveau des acteurs plus que des disciplines que se dessine l’intensité des prises de risque.

6Car sans être la seule épice de ces sports, le risque pimente indéniablement les pratiques. Cela conduit à une appréhension ambivalente du risque faite d’attirance et de rejet. C’est justement de cet apparent paradoxe qu’émergent l’explication et la perspective de l’idéologie du contrôle déjà mise en évidence par Lyng (1990). Car les sports à risque ne ressemblent en rien à des jeux de hasard. Ils ne s’apparentent absolument pas non plus à des entreprises suicidaires. Ils cultivent au contraire un culte de la maîtrise à éprouver en toutes circonstances. Ainsi comprises, les pratiques sportives à risque ne sont plus incompatibles avec l’idéologie sécuritaire, elles illustrent plutôt une forme originale d’obsession de la mise en sécurité dont les prolongements gagnent même les espaces les plus incertains. Provoquer le danger pour s’assurer le contrôle. Symboliquement, la maîtrise du risque ressemble alors à une sorte de reprise en main d’existences parfois fuyantes, une forme d’« exutoire à une anxiété diffuse propre à la société du risque » (Peretti-Watel, 2003, 140). Littéralement, ces sportifs tiennent leur vie entre leurs mains et ainsi se réapproprient la responsabilité d’existences qui par ailleurs peuvent leur échapper. Il y a dans ce sentiment de puissance, un fort ressort de l’engagement dans les sports à risque.

7S’y trouvent aussi assurément, les germes de l’individuation. Car les sports à risque ne sont pas des pratiques communes. Ils semblent surtout ne pas être à la portée de n’importe qui. Gravir une montagne, sauter d’un avion en marche, d’une falaise ou d’un immeuble ne sont pas choses triviales. Ces sports interpellent, intriguent, fascinent. Les prises de risque qu’ils semblent imposer confèrent en outre à ces disciplines un caractère héroïque. Elles confrontent le sujet au monde dans un jeu qui engage la vie et dans lequel l’individu dispose de ses seules ressources pour triompher. Les sports à risque dessinent ainsi des espaces de distinction et par conséquent fabriquent des individus, uniques et singuliers. L’engagement dans ces sports fait de chacun quelqu’un, répondant ainsi à cette double dynamique contemporaine du « culte de performance » (Ehrenberg, 1995) et de l’individuation (Martuccelli, 2002). Les sports à risque sont ainsi, pourrait-on dire, des pratiques de notre modernité. En particulier pour les hommes. Car cette voie de la distinction concerne d’abord et surtout les hommes.

8L’accès aux sports à risque ne se construit pas d’ailleurs pour les hommes comme pour les femmes. Bien plus que ceux des hommes, les parcours des « femmes du risque » paraissent originaux, ponctués d’éléments et d’événements insolites. Celles qui investissent les sports à risque ont souvent rencontré, dès l’enfance et tout au long de leur vie, des socialisateurs très actifs leur ayant dispensé des principes de socialisation d’habitude réservés aux garçons. Au contact de ces « autres significatifs » (Berger et Luckmann, 1986), elles ont vécu des expériences socialisatrices « masculines » : elles ont notamment appris à grimper, à sauter, à se battre et plus largement acquis les codes et les usages de l’homosociabilité masculine. Mais si elles ressemblent peu aux modèles les plus communs pour les femmes, ces socialisations ne se confondent jamais exactement avec ce qu’ont connu les hommes. Car les femmes, et nous pouvons évidemment en dire autant des hommes, n’échappent jamais totalement aux principes de socialisation sexuée les plus classiques. En la matière la convergence est forte et participe largement à l’incorporation des façons d’être un homme ou d’être une femme (Lahire, 2001). En ce sens, on ne peut exactement parler de « socialisation inversée » (Mennesson, 2005). Parce qu’elles n’ont pas reçu de socialisation homogène, celles qui s’engagent dans les sports à risque sont donc porteuses de dispositions plurielles, parfois même contradictoires.

9Cette configuration est bien moins évidente pour les hommes. Paradoxalement, les influences socialisatrices sont moins remarquables. C’est en fait qu’elles sont plus diffuses, apparaissant donc de façon moins saillante. Tout se passe comme s’il suffisait d’être un garçon puis un homme pour recevoir ces injonctions à cultiver le goût du risque. Ceux d’ailleurs qui faillissent en la matière sont frappés d’opprobre. Dans les sports à risque, on ne devient donc pas pratiquant comme on devient pratiquante.

10La pluralité des facteurs déterminants et la sinuosité des parcours transcendent pourtant le caractère sexué des dynamiques biographiques. D’abord parce que les socialisations s’établissent sous influences multiples : différents cadres sociaux, différents acteurs, différents vecteurs de socialisation. La Famille, l’École ou la Religion ne s’imposent plus avec la même évidence mais partagent leur puissance socialisatrice. Par un mouvement de balancier, les expériences et épreuves biographiques n’en gagnent que plus d’importance. L’homogénéité des principes dispensés n’apparaît plus que comme une perspective lointaine que nous n’avons jamais rencontrée. Et parce que l’hétérogénéité caractérise le modus operandi (Bourdieu, 1979), fort logiquement, elle s’insinue également dans l’opus operatum (ibid.). Il n’y a pas ici de cohérence de l’habitus (Bourdieu, 1979). Socialisation et dispositions se conjuguent ainsi au pluriel. Cela vaut pour les prises de risque comme pour les comportements sexués. Alors l’explication des comportements ne peut se satisfaire d’un modèle explicatif reposant sur la mise en acte d’un passé ou d’une structure incorporés. Dès lors que les dispositions sont plurielles, elles sont aussi activées sous conditions. Le schème d’intelligibilité doit convoquer déterminants historiques et configurations de contexte. Cela revient à penser la combinaison des déterminants et à considérer la contingence des parcours dans l’analyse.

11Ce constat conduit à un véritable renversement paradigmatique car il invite à déplacer le centre de gravité de l’explication, des structures vers les individus. Partis d’une sensibilité fondée sur le principe de la socialisation, l’épreuve du terrain conduit ici à se rapprocher du sujet en situation. Cela ne signifie ni que les histoires de vie s’écriraient dans une forme d’apesanteur sociale ni même qu’elles s’émanciperaient totalement des influences structurales, mais plutôt que la pluralité et la concurrence des déterminations de cet ordre confère mécaniquement plus d’importance à ce qui prend corps au niveau individuel et situationnel. C’est ce que l’on observe aussi pour la définition des rapports sociaux de sexe.

12Car force est de constater que les sports à risque sont des espaces sociaux dans lesquels le classement des sexes ne se manifeste pas seulement par la faible présence féminine. Dans les modes d’organisation comme dans les modes de pratique, hommes et femmes se distribuent inégalement. L’espace des sports à risque rappelle largement ce qui est remarquable par ailleurs : les postes et fonctions les plus prestigieux, les plus exposés ou ceux qui relèvent d’une compétence technique sont confisqués par les hommes. Le rapport au risque constitue une dimension plus originale de la construction des identités sexuées. Car les prises de risque sont au fondement de la distinction des modes de pratiques des femmes et des hommes. Le courage éprouvé dans la confrontation au danger apparaît comme un pilier de la construction de la virilité et fabrique des « grands hommes » (Godelier, 1982). Les prises de risque sont centrales dans la dynamique du genre parce qu’elles distinguent les hommes des femmes dans des pratiques qui par ailleurs, sollicitent peu les attributs les plus classiquement associés à la masculinité virile. Elles sont donc au fondement du double principe de « séparation » et de « hiérarchie » (Kergoat, 2005) qui initie l’ordre de la domination masculine. Cela se traduit entre autre par l’injonction faite aux femmes de prouver leur légitimité à fréquenter ces « fiefs de la virilité » (Elias et Dunning, 1986) notamment en se conformant à l’ordre viril de ces terrains pensés comme des « maisons des hommes » (Godelier, 1982). Elles doivent trouver l’équilibre subtil permettant de naviguer entre une double pression à la conformité : conformité de genre et conformité au modèle viril du « pratiquant de sport à risque ».

  • 2 C’est-à-dire ceux qui entrent moins dans les modèles de la masculinité « hégémonique » (Welzer-Lang (...)

13Mais ce qui assoit la position dominante des hommes peut aussi être contrainte. Car les hommes doivent être téméraires quand les femmes peuvent rester prudentes. La menace du déclassement plane sur ceux qui ne répondraient pas aux diktats de la virilité dominante ici. Parmi les hommes, toutes les positions ne se valent pas. Tous les hommes ne sont pas également virils, tous ne sont pas également dominants. Les manifestations de la domination s’exercent donc sur les femmes, mais aussi sur les hommes qui seraient « moins hommes » que les autres2 parce qu’ici ils osent moins ou n’osent pas. Les rapports sociaux de sexe structurent donc les relations entre les groupes de sexe, mais aussi entre les individus de même sexe. Il est alors moins opportun de parler de domination masculine que de domination virile, qui dit certainement mieux que cette domination ne s’exerce pas seulement par des hommes contre des femmes, mais aussi par des hommes contre des hommes. Parler de domination virile permet d’insister en outre sur le fait que cet ordre social n’est absolument pas un fait de nature. C’est ce qu’indiquent avec force les disjonctions entre les catégories de sexe et celles du genre. Cela conduit enfin à penser la domination non pas sur le mode dichotomique dominants/dominés, mais dans la perspective plus souple d’un continuum de la domination.

  • 3 Notons cependant que l’on peut penser qu’« il n’y a pas de progrès sans transgression » (Fraisse, 2 (...)

14Domination qui n’est pas non plus immuable. Les évolutions en témoignent. La féminisation en nombre des terrains de pratique, même relative, peut changer les choses. Les relations sociales qui se jouent localement présentent ainsi parfois un autre visage des rapports sociaux de sexe. La domination masculine n’a plus rien d’un monolithe. C’est ce que montrent les résistances à l’agencement des sexes. Elles sont comme des fissures dans la doxa qui conduisent à une situation en tension entre évolutions et permanences, entre inertie et petits « bougés ». Certes donc les latitudes existent, mais il ne faut pas confondre relations sociales et rapports sociaux de sexe. Pas davantage la transgression ne s’accompagne automatiquement un « trouble dans le genre » (Butler, 2006). L’engagement sportif des « femmes du risque », pour transgressif qu’il soit, ne transforme profondément les rapports sociaux de sexe ni dans les mondes des sports à risque, ni dans les autres sphères de leurs existences3. Les évolutions ne sont pas ici révolutions. Cette persistance de la situation de domination masculine pose avec force la question des mécanismes qui la supportent.

15L’idéologie naturaliste n’est pas étrangère au « paradoxe de la doxa » (Bourdieu, 1998). Elle fonctionne comme une puissante entrave à l’égalité. Mais le paradigme de l’assujettissement est insuffisant pour rendre totalement compte de l’ordre des choses, qu’il s’agisse de continuités ou des mutations. L’écran de fumée laisse passer la lumière et comme en témoigne les résistances, l’idéologie naturaliste s’impose avec moins d’évidence. En outre, nous avons pu constater combien la soumission en actes n’est pas nécessairement adhésion aux principes. Les obstacles à l’égalité ne peuvent donc être seulement idéels. Alors si l’idéologie qui supporte la domination s’impose parfois encore comme une force sans fondement, elle n’est pas sans faille. Hommes et femmes semblent de moins en moins faire preuve de cécité. Cette plus grande lucidité sonne comme une manifestation des gains de réflexivités caractéristiques des « sociétés modernes » (Martuccelli, 1999). L’idéologie naturaliste ne suffît pas pour rendre compte de l’ordre des rapports sociaux de sexe. Alors sans nier l’importance de ce mode d’imposition de la domination, nous insistons sur le poids des contraintes appréhendées en conscience. Les mécanismes de la domination procèdent aussi de la sorte, en imposant des systèmes coercitifs qui, sans recourir à la violence physique, sont redoutablement efficaces par la pression sociale qu’ils exercent.

16Que cela concerne le risque, les modes d’engagements ou les rapports sociaux de sexe les conclusions de l’enquête placent avec insistance la figure de l’individu au cœur de la dynamique explicative. Ce n’était pourtant pas la sensibilité de départ, marquée davantage par l’influence de la sociologie structurale. Mais si l’épreuve des faits conduit à prendre l’individu pour référence, cela ne signifie pas qu’il faille négliger le poids des structures. Celles-ci s’actualisent seulement de façon plus individuelle. En se rapprochant des individus, on ne s’éloigne pas nécessairement pour autant du social. Il n’y a pas lieu de figer une opposition de principe entre ces postures théoriques qui sont finalement des sémaphores qui orientent l’imagination sociologique et contribuent ici à une meilleure compréhension des grammaires du risque, de l’engagement et du genre.

Notes

1 Il peut s’agir d’une expérience directe de pratique, mais aussi de toute autre influence « idéologique » que reçoivent les individus.

2 C’est-à-dire ceux qui entrent moins dans les modèles de la masculinité « hégémonique » (Welzer-Lang, 2002).

3 Notons cependant que l’on peut penser qu’« il n’y a pas de progrès sans transgression » (Fraisse, 2000, 19). Sans être suffisante, la transgression peut dons être nécessaire. Une première étape en quelque sorte.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.