Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Troisième partie. Modes de pratique et rapports sociaux de sexe dans les sports à risque

Jeu du risque et rapports sociaux de sexe

Texte intégral

1. De la rhétorique égalitaire à l’affirmation des différences

1.1. Des pratiques asexuées ?

  • 1 Pourtant les différences de performance sont parfois très minces. On peut imaginer par exemple que (...)
  • 2 Différences physiques dont on peut aussi légitimement se demander si elles ne sont pas conséquences (...)

1Certaines pratiques sportives donnent à voir comme une évidence les différenciations sexuées. Tout d’abord parce qu’elles sont souvent démixées. Dans la plupart des pratiques sportives, celles qui sont institutionnalisées notamment, plus encore dans leur dimension compétitive, le marquage des différences sexuées est fréquemment rappelé. Rares par exemple sont les pratiques compétitives dans lesquelles hommes et femmes s’affrontent directement. Comme si aucune femme ne pouvait se confronter aux hommes1. Il existe bien sûr des différences physiques qu’il ne s’agit pas de nier, mais elles ne peuvent certainement pas justifier toutes les ségrégations2. Pourtant l’organisation du sport le rappelle avec force : sur les terrains, chacun reste à sa place. La compétition n’est d’ailleurs pas le seul espace sportif de marquage des différences. L’espace sportif est sexué. Les vestiaires constituent par exemple une des manifestations les plus évidentes de cette séparation des territoires. Même les sports « jeunes », que l’on peut appeler ainsi puisque leur naissance est récente et parce qu’ils sont composés de pratiquants souvent peu âgés, semblent marquer les différences : « les filles sont absentes du basket de rue, des sports de glisse comme le skate ou le roller-skate. Malgré la théorique liberté et égalité des sexes, nous retrouvons des schémas anciens dont les sports modernes sont aujourd’hui les véhicules » (Segalen, 1995, 184).

2Pourtant dans les sports à risque, ceux que nous avons observés en tout cas, de prime abord l’organisation sexuée de la pratique ne semble pas si évidente. Hommes et femmes partagent un même terrain, des temps de pratique communs et se confrontent directement en compétition. Parfois, même les vestiaires sont mixtes. Comme si le fait d’être un homme ou une femme était sans conséquence. L’observation peut donc laisser penser que ces sports proposent un espace social mixte.

3Ceci pourrait s’expliquer par le fait que ces disciplines sportives ne sollicitent pas, a priori, de ressources « masculines ». Il n’est question ni de force, ni d’affrontement physique. Ces pratiques s’inscrivent plutôt dans le modèle des « réflexes » (Pociello, 1981, 180) pour lequel « ce qui est pertinent [...] c’est un investissement informationnel du corps » (ibid., 193). Les qualités requises ne semblent pas « appartenir » en particulier à l’un des deux sexes. C’est d’ailleurs ce que décrivent souvent les pratiquants :

Oui je pense qu’on est peut-être un peu plus... un peu moins fonceurs qu’eux. Sinon, en l’air il paraît qu’on a un peu plus de feeling (Catherine, parapentiste).
Les femmes ont un très bon feeling [...]. Les femmes devraient, en toute logique, être meilleures que nous en parapente (Marc, parapentiste).

4À première vue, les observations et récits pourraient laisser penser que les sports à risque sont des pratiques dans lesquelles les différences entre hommes et femmes existent peu :

Tu trouveras des super compétentes, autant chez les filles que chez les garçons. C’est l’égalité parfaite. C’est vraiment un sport où t’as l’égalité parfaite (Marc, BASE-jumpeur).
Parce que là-haut tout le monde est identique, y a pas comment dire, y a pas quelqu’un plus fort qu’un autre. Là haut, c’est pas parce qu’on est plus musclé qu’un autre qu’on va s’en sortir mieux qu’un autre. La figure c’est pareil. Je veux dire que c’est pas parce qu’on est une fille ou un mec que la figure elle va mieux être faite parce que c’est un mec ou une fille. Là on est égaux, on est égaux en chute. Donc y a vraiment aucune différence (Martine, parachutiste).

5Emprunts d’égalitarisme ces discours insistent sur le fait que les pratiques sportives à risque sont des disciplines dans lesquelles les « qualités » requises n’appartiennent pas davantage aux hommes qu’aux femmes. C’est à ce titre qu’ils disent de leur pratique qu’elle est un espace dans lequel les différences n’existent pas.

6D’ailleurs les récits disent parfois de leurs espaces de pratique qu’ils se féminisent nettement, au point de présenter, selon certains, une population féminine d’ampleur égale à celle des hommes :

On arrive à avoir pas mal de filles qui viennent et qui s’intéressent au parachutisme. Et je dirais même qu’ici ça commence à devenir un club qui prend des proportions plus féminines que masculines (Patrice, parachutiste).

7Pourtant les données statistiques disent tout autre chose. Nous avons déjà montré que nationalement, la part des femmes dans ces sports oscille entre 5 et 20 % des licenciés. Plus localement, nous avons pu le constater dans les clubs étudiés, l’observer sur les terrains, dans les avions ou sur les lieux de décollage pour le parapente et le parachutisme : les femmes sont toujours très largement minoritaires. La disjonction très nette entre la représentation que se font les pratiquants de la part des femmes sur les terrains et leur présence effective dans ces espaces sociaux pourrait indiquer justement combien la participation des femmes aux sports à risque est rare et par là même remarquable. À ce point que lorsqu’elles sont à peine plus nombreuses leur présence semble dominante, pour ne pas dire « écrasante ».

8Cette anecdote sonne également comme une mise en garde : les discours traduisent parfois de façon très approximative la « réalité » du terrain. Cela impose de croiser les méthodes. C’est ainsi que nous avons pu mettre au jour toute l’importance des différences dans les pratiques des hommes et des femmes ; différences qui échappent, pour partie au moins, à la conscience des acteurs ou à la verbalisation.

1.2. Observer les différences

  • 3 Le Pilatus est un avion qui est très utilisé pour la pratique du parachutisme. Il peut embarquer en (...)

9Sur les terrains de parapente, ou de parachutisme, l’observation permet de repérer de nombreuses différences entre la pratique des hommes et celles des femmes. En premier lieu, elle donne à voir une très faible féminisation des pratiquants. Il est rare que parmi les douze parachutistes que peut embarquer un Pilatus3, il y ait plus de deux femmes. Ces observations correspondent peu ou prou aux statistiques que propose la fédération : environ une femme pour 6 ou 7 hommes. Mais l’observation comme les discours révèlent des différences qui ne se limitent pas à ce niveau comptable. Si quantitativement les différences sont importantes entre les hommes et les femmes dans les sports à risque, elles le sont également qualitativement. C’est-à-dire que lorsqu’ils investissent un même sport, hommes et femmes, globalement, ne s’y engagent pas semblablement.

10Le rapport au risque et aux prises de risque se présente notamment comme une dimension tout à fait discriminante. De façon quasi-systématique, ce sont les hommes qui s’engagent dans les manœuvres les plus accidentogènes. Ce sont eux qui ouvrent leur parachute plus bas, eux qui réalisent des virages bas à grande vitesse, eux qui réalisent des « flare ». Ce dernier point est d’ailleurs particulièrement intéressant. De l’avis de nombreux spécialistes, cette manœuvre qui consiste à venir raser le sol à grande vitesse avant de se poser, est celle qui occasionne le plus grand nombre d’accidents graves :

Alors nous on résume ça, on a une phrase qui dit, puisqu’on parle du risque « avant le parachutisme était dangereux parce que le parachute pouvait ne pas s’ouvrir », donc on se tuait en chute c’est-à-dire qu’on s’impactait. Maintenant on ne se tue pas en chute, on se tue avec des parachutes bien ouverts parce qu’on a des parachutes tellement performants, des voiles tellement performantes, t’as dû voir, qui sont tellement rapides et tout, que les gens se tuent avec leur voiture de course, leur petit parachute de course. C’est un peu ça pour moi. Ça, ça a été très grave, la saison d’avant. On a eu six morts sous voile. On se disait, « putain, on se tue sous des parachutes bien ouverts », tu vois la fédération, les techniciens, les magazines on a vu des articles etc. et le risque était là vraiment (Christophe, parachutiste).

  • 4 La Fédération Française de Parachutisme avait organisé une manifestation visant à promouvoir la pra (...)

11Cette évolution de l’accidentologie en parachutisme (confirmée par les statistiques officielles) témoigne d’un changement important : les accidents résultent davantage de prises de risque que d’une pratique à risque. Il ne s’agit pas d’une défaillance technique ou matérielle, mais simplement d’un engagement non maîtrisé dans la prise de risque. Au cours de nos observations nous n’avons quasiment jamais vu de femmes effectuer cette figure. Même lorsque nous avons assisté à un rassemblement de parachutisme « féminin »4, nous n’avons vu qu’une seule fois une femme réaliser un « flare ». Pourtant, à cette occasion elles étaient nombreuses à avoir un excellent niveau de pratique. Cette prise de risque essentiellement masculine s’inscrit d’ailleurs complètement dans la perspective du culte de la maîtrise tel que le déclinent le plus souvent les hommes : elle se réalise à proximité du sol, elle est spectaculaire et visible de tous ceux qui sont au sol. Elle est donc résolument tournée vers le regard et la reconnaissance des autres, car elle ne procurent pas plus de sensations qu’un virage rapide exécuté en altitude, sinon celles liées à l’engagement risqué de la manœuvre. Ces observations contrarient donc les discours qui présentent une prétendue exacte similitude dans les façons des faire. Pour ce qui concerne les prises de risque tout au moins, il existe de fortes disparités sexuées.

12Il convient donc de distinguer les récits des acteurs, et leurs pratiques. En l’occurrence : « l’exigence d’égalité, à distinguer de la pratique égalitaire, est en effet à la fois récente à l’échelle de l’histoire (elle traduit le mouvement d’émancipation sociale des femmes de ces dernières décennies), et largement diffusée dans les milieux sociaux » (Blöss, 2001,56). Dans la perspective d’une société qui prône l’égalité, les discours considérés comme discriminatoires sont largement stigmatisés. On peut imaginer que c’est pour cette raison que les acteurs insistent d’abord sur le principe de l’égalité.

  • 5 On peut penser qu’en l’occurrence l’entretien dit « compréhensif » tel que le présente Kaufmann (19 (...)

13Pour autant les discours, ne sont pas hermétiques à la différenciation des sexes. Finalement la rhétorique égalitaire constitue surtout un discours de surface qui souvent « s’effrite » lors des entretiens5. Les récits donnent ainsi à entendre une toute autre présentation des pratiques, mettant l’accent sur les différences. Ce faisant, la question du risque devient centrale. D’abord parce qu’elle est première, c’est-à-dire que c’est autour de cette dimension que s’opère le glissement de la rhétorique égalitaire à l’affirmation des différences. Ensuite parce le caractère discriminant de la prise de risque fait l’objet d’un très large consensus qui transcende les appartenances de sexe et les pratiques :

– Dans le choix de la pratique on a peut-être quelque chose de plus sécurisé chez les filles. C’est ce que je ressens moi. On voit rarement des filles faire des atterrissages bas. En général c’est des garçons (Marine, parachutiste).
 – Sur les trois filles du club, il y en a deux qui se sont blessées cette année, est-ce que c’est parce qu’elles prennent plus de risques que les garçons ?
 – Ah non ! Normalement elles prennent moins de risques. D’habitude elles se blessent beaucoup moins. Bon elles prennent peut-être moins de risques au niveau de la voile perfo et des conditions dans lesquelles elles volent » (Alain, parapentiste).
 – Et vous avez l’impression de le voir d’une façon générale, plutôt les garçons qui prennent des risques ?
 – Ah oui complètement. De toute façon c’était net quand on était dans la compet, y avait beaucoup de filles qui faisaient de la compet en vol relatif, de loin on voyait les gens se poser on savait tout de suite si c’était une fille ou un garçon. C’était radical. C’est sûr (Chantal, parachutiste).

14Lorsqu’ils décrivent d’ailleurs leurs propres façons de pratiquer, la prise de risque apparaît tout a fait structurante. Le risque est présenté comme une contrainte bien plus lourde pour les femmes que pour les hommes. Marie par exemple a quasiment abandonné la pratique du parapente en solo pour ne plus voler qu’en biplace avec son compagnon. L’incompatibilité de sa profession avec une pratique régulière, qu’elle considère apparemment comme nécessaire pour assurer les conditions de sécurité, l’a progressivement amené à ne plus pratiquer seule : « on a un peu plus peur maintenant de prendre seul la voile. Il faudrait que je refasse un stage avant ».

15Marie tempère même les ardeurs de son compagnon plus enclin qu’elle à voler dans des conditions difficiles :

Oui [je vole] dans bonnes conditions. Mais quelques fois même avec Marc, on vole et il me dit « on y va », quand je vois les conditions de vol je dis « non j’ai pas envie de faire de bi », alors quelque fois il n’est pas content il me dit « allez si, on y va », je lui dit « non j’ai pas envie, ça ne tente pas. Non je ne veux pas ». C’est pour ça le bi c’est bien, justement on se complète. [...] Si c’est pour se faire taper, se faire mal, non j’ai pas envie (Marie, parapentiste).

16Les différences sont également notables dans la pratique de l’alpinisme et de l’escalade « libre ». Notamment lorsque la partition des rôles confie de façon quasi exclusive le « privilège » de grimper en tête aux seuls hommes. Et ce qui ressemble à une « norme pratique » (en ce sens que c’est cette façon de faire qui est la plus répandue) telle que Dominique ou Marie-Jeanne décrivent leur discipline, ne repose pas uniquement sur le niveau de compétence des pratiquantes. Pour Marie-Jeanne lorsqu’elle était jeune, la question ne se posait même pas :

– Mais c’est pareil, à l’époque on ne se posait pas trop la question non plus de grimper en tête. On acceptait le fait qu’a priori on grimpait d’abord en second.
 – Il y avait une hiérarchie dans la carrière ?
 – Oui. Bah oui. Et puis bon on considérait encore que les garçons étaient plus forts donc ils grimpaient devant. Les filles montaient rarement devant. Oui rarement.
 – En escalade, je ne grimpe jamais en tête. Je suis toujours encordée. Je suis. Donc je ne me sens pas...
 – Ça ne vous tente pas...?
 – Je grimpe parfois un peu en tête dans les écoles d’escalade mais en montagne non non. Non, non.
 – Et pourquoi ?
 – La peur... (Dominique, alpiniste).

17Si la question du risque est celle qui est évoquée d’abord lorsqu’il s’agit de rendre compte de différences sexuées dans les pratiques, cela ne constitue pas le seul élément discriminant. Plutôt ce qui semble le plus évident pour des discours qui décrivent finalement des façons de faire fondées sur les différences de sexe. Car ce qui se présente comme un constat s’inspire largement de la dichotomique hommes femmes : puisqu’ils seraient différents, alors leurs pratiques devraient l’être aussi :

– Parce qu’il y a une façon de pratiquer « au féminin » ?
 – C’est dans l’attitude. C’est comme une démarche de mec et une démarche de fille. Enfin quand je dis la démarche, la marche quoi. Un mec ça va marcher d’une certaine manière, une fille avec ses hauts talons, enfin si elle met des hauts talons, si ça lui plaît, et qu’elle marche elle aura une démarche plus chaloupée. Donc voilà deux manières de pratiquer, ça part sur la même base. Donc quand le mec va manipuler son parachute ça va être fort, violent, en force, avec agressivité, et puis quand une fille va faire du parachutisme, ça va être avec beaucoup plus de grâce, plus de sensibilité, plus de finesse. Donc ça va être deux manières différentes de faire du parachutisme (Patrice, parachutiste).
Bon y a une différence à la base entre les filles et les garçons (rires)... ça c’est clair, c’est prouvé. Donc je dirais qu’il y a forcément une différence (Christophe, parachutiste).

18Les différences dans la pratique s’appuie donc ici d’abord sur le principe de l’existence de différences sexuées. On retrouve ici ce que montre Pichevin, « l’acte de catégorisation apparaît comme l’activateur en mémoire d’un réseau d’association qui lie chaque sexe à des comportements, des valeurs, des places sociales » (1995, 458). Cela rend extrêmement délicat l’usage des récits pour accéder aux pratiques et à leur caractère sexué. Tout au moins cela renvoie à l’importance de l’usage de techniques d’enquête croisées. Comment saisir autrement ce qui s’apparente à un double discours affirmant tantôt que les modalités de pratiques des hommes et des femmes se confondent exactement, tantôt qu’elles se distinguent ?

19Contradiction dont nous pensons qu’elle peut d’ailleurs trouver diverses explications. La première pourrait être liée au fait que les seules différences dans la pratique des hommes et des femmes concernent l’engagement dans les prises de risque. Une poche de différence dans un ensemble commun en somme. Cela reviendrait à accepter cette idée selon laquelle il y’aurait des façons de faire communes, faisant ainsi des sports à risque un cas relativement exceptionnel eu égard aux « appropriations spécifique de la part des deux sexes » (Dechavanne, 1981) le plus souvent remarquables dans les disciplines sportives. Or, rappelons que les observations et quelques entretiens renvoient clairement à l’existence de bien d’autres formes de différences sexuées dans ces sports. En alpinisme par exemple, d’une manière générale les hommes grimperaient plus en force, les femmes plus en souplesse.

  • 6 C’est-à-dire que socialement elles ne sont pas considérées comme des qualités dont les hommes sont (...)

20Ce « constat » nous invite plutôt à proposer une seconde explication. Plus vraisemblable, elle repose sur la construction sociale des sports à risque, du risque et des « qualités » féminines ou masculines. Puisque les ressources sollicités dans les sports à risque semblent ne pas être propres à la masculinité6, ces disciplines sont présentés comme des sports mixtes (notamment parce qu’elles mobilisent peu la force physique) dans les récits des pratiquants. Lorsqu’il est question de prises de risque en revanche, tout semble se passer comme si ces pratiques « devenaient » masculines. Et d’une manière générale, les modes de pensée semblent être appliqués par les individus à leurs pratiques. Comme un filtre déformant, leurs observations ne font que confirmer leurs convictions. Comme si un biais d’observation portait le pouvoir de produire un monde conforme aux représentations qu’en ont les acteurs. Il semble que, comme l’écrit Laqueur, « la substance du discours de la différence sexuelle ignore l’entrave des faits et demeure aussi libre qu’un jeu de l’esprit » (Laqueur, 1990, 282). Les extraits présentés juste avant, des entretiens avec Patrice et Christophe sont significatifs sur ce point. C’est avant tout parce que pour eux hommes et femmes sont différents que les différences dans la pratique existent. Il s’agit donc d’une traduction dans le cadre de la pratique de représentations relatives au masculin et au féminin. Cette hypothèse peut donner du sens à cette position ambivalente des interviewés, entre affirmation d’une égalité dans la pratique et reconnaissance de différences dans les prises de risque.

21Enfin, l’apparente incohérence des discours repose aussi certainement pour partie sur le principe de l’« exigence d’égalité » (Blöss, 2001, 56) qui invite les interviewés à se conformer à cette injonction sociale égalitaire. Dès lors le simple fait de présenter des différences peut prendre la forme d’une prise de position discriminatoire, difficile à tenir, en particulier face à un inconnu. D’ailleurs dans les récits, dès qu’il est question de différences entre hommes et femmes, ce qui est présenté comme un constat s’accompagne d’un discours de justification. Il ne s’agit pas simplement d’affirmer l’existence de différences, encore faut-il pouvoir proposer une explication légitime. Cette prise de position qui présente des individus semblables ressemble à ce que Kergoat appelle le « discours individualiste et égalitariste » : « sous l’effet de la mixité scolaire, du débat autour de la parité en politique, du discours individualiste et égalitariste, tout se passe comme si, au niveau du social épidermique, hommes et femmes étaient égaux. Ce qui résiste ne serait qu’archaïsme, retard de mentalité ou mauvaise volonté individuelle » (2005, 98). La disjonction est donc importante entre les représentations et la mise en récits relatives aux pratiques d’une part, et les pratiques effectives d’autre part. Qu’elle minimise ou accentue les différences, sans qu’il s’agisse nécessairement de dissimulation ou d’exagération à dessein, la différence des sexes fonctionnent durablement comme un « butoir ultime de la pensée » (Héritier, 1996), qui structure notablement l’appréhension du monde et des situations. Sans l’apport de l’observation et la constatation in situ de l’appropriation sexuée des pratiques, nous pourrions penser que ce qui distingue les façons de faire des hommes de celles des femmes dans les récits relève davantage d’une logique de « construction sociale de la réalité » (Berger et Luckmann, 1986) et de la puissance autoréalisatrice, au moins en discours, apparemment aussi en actes, des représentations. Selon l’exemple classique des auteurs précédemment cités, les mêmes symptômes ne sont-ils pas considérés comme relevant de la possession pour les Jamaïcains adeptes du culte vaudou et de le névrose pour les New-Yorkais sensibilisés à la psychanalyse ?

  • 7 C’est effectivement ce que nous constatons ici, notamment lorsque la comparaison est faite avec d’a (...)

22Tout ceci renvoie plutôt à ce que Kergoat appelle le « principe de séparation » (2000). Quoi qu’ils fassent, dans le cadre de leurs activités de loisirs pour ce qui nous concerne ici, mais cela vaut également pour la sphère domestique ou le cadre professionnel, hommes et femmes n’investissent jamais exactement les mêmes espaces ni ne s’y engagent de la même façon. Dans le cadre sportif le cas de la compétition est exemplaire : elle institue une séparation formelle entre hommes et femmes. En effet, les compétitions sont organisées sur le mode de la séparation affichée et systématique des unes et des autres. En ce sens le monde des sports illustre exactement et très clairement notre propos. Qui plus est, si la compétition structure le « principe de séparation » (ibid.) c’est aussi parce qu’elle est une modalité de pratique massivement masculine. C’est le cas globalement dans l’espace des sports et plus largement, des activités physiques (MJS-INSEP, 2002). C’est aussi ce que l’on constate pour les sports à risque dans lesquels la compétition apparaît pourtant moins qu’ailleurs comme une finalité. Si nous reprenions la distinction proposée par Loret (1995), nous dirions de ces sports qu’ils sont inscrits dans une perspective « digitale » plus qu’« analogique » : ils visent davantage le plaisir que la performance7. Mais ces dimensions ne sont pas exclusives et le principe de compétition infuse dans les pratiques ici considérées. Surtout pour les hommes. C’est-à-dire que même lorsque la compétition est informelle et que les femmes n’en sont pas explicitement exclues, les hommes s’engagent bien plus qu’elles dans ces confrontations aux autres. Ce peut être parce qu’elles se disent faiblement intéressées par la perspective de se mesurer ; ce peut être aussi pour éviter de s’engager dans une dynamique susceptible de conduite à une prise de risques inconsidérée.

23Et plus largement ce « principe de séparation » structure les territoires de la pratique. Si nous disons plus largement c’est que cela ne concerne pas seulement l’exercice de la pratique à proprement parler. S’observe aussi une véritable division sexuelle du travail dont les manifestations sont multiples.

2. Des différences aux inégalités

24Si Battagliola et Combes (1990) présentent la division sexuelle du travail comme l’un des éléments centraux de la définition des rapports sociaux de sexe, ces auteurs pointent également les précautions méthodologiques qu’il convient de respecter pour que cette notion conserve toute sa pertinence heuristique. Doit être notamment posée la question de « l’extension que l’on donne aux concepts de “travail” et de “production” » (ibid., 115). En aucun cas la notion de travail ne renvoie strictement à la sphère professionnelle. Plus large l’acception retenue s’intéresse aux aménagements pratiques qui conduisent à une distribution des tâches à prendre en charge pour l’organisation de la pratique sportive et de la vie quotidienne.

25Telle que l’emploie Louveau (1998), la notion de division du travail sportif renvoie à la partition inégale des hommes et des femmes dans les pratiques sportives. Cette sociologue montre l’homologie qui existe entre les caractéristiques des sports et des métiers qui sont peu féminisés : « en repérant par le détail la nature précise de ces métiers, tâches et secteurs professionnels que peu de femmes choisissent de nos jours, on perçoit immédiatement une analogie de structure entre sports et métiers ne les attirant pas » (Louveau, 1998, 106). Considérant la partition des femmes et des hommes dans l’espace des sports, nous avons déjà montré que les sports à risque pouvaient être présentés comme des « sports d’hommes ».

26Mais la division du travail ne se manifeste pas seulement dans le choix des sports. S’approchant des pratiques et des situations, on constate combien l’appartenance de sexe conditionne aussi le « partage » des tâches et de toute l’organisation. On retrouve alors une analogie évidente entre les rôles alloués aux hommes et aux femmes dans le cadre sportif et dans l’espace domestique ou professionnel.

  • 8 Notons que le poste de secrétaire n’est apparemment pas le plus couru. Celles qui l’occupent n’ont (...)

27En premier lieu parce que les femmes sont quasiment absentes des organigrammes des associations. Mais cela ne constitue pas véritablement une surprise compte tenu de la faible présence des femmes parmi l’ensemble des pratiquants. Le poste de secrétaire interpelle alors car pour le périmètre d’enquête qui nous concerne, les femmes sont beaucoup moins rares8. En revanche, lorsqu’il s’agit des postes techniques (directeur technique ou formateur), les femmes disparaissent. On retrouve ainsi dans les sports à risque ce que l’on constate dans la plupart des sports : même ramenée à leur proportion parmi les pratiquants réguliers, il existe une sous-représentation des femmes chez les cadres techniques (Chimot, 2004).

  • 9 Par exemple, dans les clubs que nous avons observés, les présidents sont tous des hommes.

28La division sexuelle du travail concerne aussi les rôles moins formalisés de l’organisation. À l’occasion d’un rassemblement parachutiste, un « boogie », nous avons pu constater la répartition des tâches suivante : des femmes, à l’intérieur, pour l’accueil des participants et leur inscription, des hommes, à l’extérieur, pour l’installation des équipements (tentes, portique de pliage...). Cet exemple n’est pas seulement anecdotique, il est apparu lors des observations que cette partition des tâches et des espaces est quasiment permanente. Il rejoint le constat posé en d’autres circonstances par Daune-Richard : « la division du travail entre hommes et femmes porte, aujourd’hui encore, la marque d’un construit historique qui spécialise les femmes dans l’espace du privé et les activités domestiques et les hommes dans l’espace public et les activités marchandes » (2001, 150). Aux femmes le relationnel et l’administratif, aux hommes la formation, la technique, et les postes et fonctions les plus valorisés9. En parapente, les pratiquants sont souvent amenés a changer de lieux de pratique fréquemment et rapidement. Car ils suivent le vent qui les porte. Ils doivent donc choisir leurs spots, plusieurs fois par jour. Ce choix repose sur leur expérience et sur leurs connaissances météorologiques. Comme ils ne bougent pas seuls, les mouvements sont discutés de façon collégiale. Mais il nous est apparu qu’en dernier recours, ce sont toujours des hommes qui déterminent le lieu de destination. Certes les hommes sont aussi plus nombreux et souvent plus anciens dans la pratique, mais ce n’est pas pour autant que les femmes ne sont pas capables de déterminer elles aussi quels peuvent être les bons spots. Il semble plutôt que les hommes « confisquent » cette tâche valorisée, gage de sagesse et d’expertise. Ces modes de fonctionnement ressemblent beaucoup d’ailleurs, à ceux que décrit Duret (1999) pour les surfeurs.

29La division sexuelle du travail sportif ou plutôt la division sexuelle du travail dans le cadre sportif, ressemble donc beaucoup à la division sexuelle du travail observable dans d’autres domaines. Ce n’est d’ailleurs pas très surprenant si l’on considère que la « distribution des deux sexes dans les sports ne saurait être indépendante de la place qu’occupent hommes et femmes dans les autres domaines de la vie » (Louveau, 1998, 104). Et outre le cadre professionnel, on peut établir une correspondance entre le partage des rôles dans les sports à risque et dans la sphère domestique. C’est-à-dire que même lorsqu’elles s’engagent dans des sports de tradition masculine, les adeptes de sports à risque ne défigurent pas nécessairement pour autant les visages les plus communs de la division sexuelle du travail domestique. C’est notamment à elles que reviennent le plus souvent les charges éducatives, à l’exception notable des pratiques sportives de loisirs pour lesquelles les pères interviennent souvent. Il semble que leur revient également la responsabilité des tâches domestiques, comme le racontent par exemple, Christine ou Marie-Jeanne qui réduisent l’intensité de leur engagement pour pouvoir s’occuper de leur enfant ou Martine et Marine qui envisagent de le faire lorsqu’elles seront mères.

30Ainsi, lorsque les enfants « traînent » sur les terrains, le plus souvent c’est la mère et non le père qui s’en occupe. Cela vaut en particulier lorsque seul le père est pratiquant mais pas seulement. Lorsque les deux parents sont investis, les charges du quotidien parental incombent davantage aux mères qu’à leur conjoint. La teneur des interactions diffère également. Les interventions paternelles s’inscrivent plutôt dans le registre de la sanction, positive ou négative : réprimander ou féliciter. Parfois elles ont directement trait à la pratique. Quasiment jamais elle ne concerne la gestion du « quotidien ». Ce sont bien plus souvent les mères qui s’occupent de la nourriture, de la tenue vestimentaire, ou de l’occupation des enfants. Dans l’espace des sports à risque le partage des tâches ressemble donc fortement à celui qui est le plus fréquent par ailleurs.

31Car si les différences se réduisent et si sont proposés des modèles de pères qui ne renvoient plus uniquement à l’autorité ou à l’activité professionnelle, il existe toujours un marquage assez net de ce qui est à la charge du père et de ce qui appartient davantage à la mère. Ainsi l’enquête Emploi du temps 1998-1999 de l’INSEE montre que le temps domestique moyen des femmes est presque trois fois supérieur à celui des hommes. En moyenne les femmes consacrent par jour 4h03 au ménage, cuisine, courses et soins aux enfants, tandis que les hommes y consacrent 1h27. Cela étant les choses semblent changer. Tout au moins les principes évoluent. Méda (2001) insiste notamment sur le fait que « les jeunes hommes revendiquent beaucoup plus qu’auparavant un équilibre entre vie professionnelle et vie privée » (2001, 109). Mais ces résultats d’une enquête menée auprès de jeunes cadres ne peuvent pas nécessairement être étendus à l’ensemble de la population. On le sait par ailleurs, les appartenances sociales participent largement à la définition des rapports sociaux de sexe. Rien ne nous autorise donc à penser qu’il soit possible de généraliser ce constat. Tout au plus on peut dire que cette tendance est observable parmi les catégories socioprofessionnelles dites supérieures.

32Se rejoignent donc, au point presque de se superposer, des principes communs de la division sexuelle du travail. Les sports à risque ne sont pas en ce domaine, un cas exceptionnel. Au contraire l’homologie est forte entre le monde des sports à risque et celui de la production, car comme le notent Ferrand et Langevin « la division sexuelle du travail dans la production “reflète” les fonctions des femmes dans la famille : les femmes se voient alors, en raison de leur appartenance de sexe, proposer prioritairement des tâches qui relèvent de leur domaine de “compétence” : santé, éducation, services... » (1990, 67). Les ressemblances rappellent surtout que les mondes sportif, domestique ou professionnel ne sont pas indépendants pour ce qui concerne la définition des rapports sociaux de sexe. Ils semblent plutôt traversés par un rapport social transcendant et structurant. Rapport social qui ne distingue pas simplement mais sensiblement hiérarchise aussi.

33Parce que la distribution sexuelle du travail dans les pratiques sportives à risque tend à présenter les traits de ce qui se joue le plus communément par ailleurs, nous pourrions prendre pour acquis le principe d’un aménagement inégalitaire de l’organisation commune. Les femmes n’occupent-elles pas, ici comme ailleurs, les postes et les fonctions les moins valorisés ? Elles sont dirigeantes faute de candidats, gèrent ce qui relève du plus quotidien, abandonnent les fonctions « politiques », assument l’accueil et le soin. Bref, elles ont à assumer les charges dont on sait qu’elles sont les moins valorisées. C’est ce que montre l’esquisse de la partition des tâches présentée dans le précédent chapitre. C’est aussi ce que mettent en évidence Messner et Bozada-Deas (2009) dans leurs travaux sur l’encadrement des jeunes pratiquants de Base-ball et de « soccer » aux États-Unis : tandis que les « head coaches » sont des hommes, les « team moms » sont des femmes. On retrouve donc ce que Bourdieu montrait également : lorsqu’elles accèdent aux pratiques des « dominants », les femmes y occupent des positions reléguées, « les positions dominantes, qu’elles sont de plus en plus nombreuses à occuper, se situent pour l’essentiel dans les régions dominées du pouvoir » (Bourdieu, 1998,100).

34Mais pour ce qui concerne les façons de pratiquer, si nous avons mis en évidence quelques dissimilitudes, nous n’avons fait état de quelque hiérarchie entre les modalités pratiques distinctes. Or, comme le rappelle très justement Fraisse (1995), différences et inégalités ne doivent pas être confondues, pas plus d’ailleurs que différences et égalité ne doivent être pensée comme incompatibles. Le principe même de l’égalité n’est-il pas au contraire d’éviter les discriminations malgré l’existence des différences : « l’égalité présuppose des distinctions qu’elle a précisément pour but de subsumer sous un référent commun qui les rend non pertinentes au regard d’une caractéristique jugée plus essentielle » (Le Bras-Chopard, 2005, 77).

35Dans les pratiques sportives le cas de la compétition est exemplaire. Rappelons que cette modalité est bien plus fréquemment adoptée par les hommes que par les femmes. En ce sens la compétition distingue les sexes. Comme si les femmes étaient moins sensibles à cette dynamique consistant à se mesurer aux autres. Or il s’agit bien du principe essentiel de la compétition : une pratique doublement classante parce qu’elle produit des catégories distinctes et qu’elle les hiérarchise. La moindre présence des femmes dans le cadre de la compétition, qu’elle soit formelle ou tacite, imposée ou provoquée, constitue un exemple idéal de la coïncidence du « principe de séparation » et du « principe de hiérarchie » (Kergoat, op. cit.). Car la séparation des hommes et des femmes dans la compétition sportive repose sur l’idée d’une hiérarchie entre les sexes légitimée par ce qui est présenté comme un constat de la supériorité physique des hommes : ils courent plus vite, sautent plus haut, lancent plus loin ou frappent plus fort. Les différences sont alors faites inégalités. Ainsi la compétition, par la hiérarchie qu’elle produit, légitime les constructions du genre comme principe classant en même temps qu’elle en résulte. Même si la dimension compétitive est moins présente dans les sports à risque qu’elle peut l’être dans les disciplines qui s’inscrivent dans le modèle des « sports anglais », elle n’en reste pas moins structurante dans l’espace des pratiques. Notamment parce qu’elle sanctionne un niveau de maîtrise dont nous avons montré combien il était valorisé.

36Revenons par ailleurs sur l’usage du risque puisque que nous avons indiqué comment les prises de risques structurent la différenciation sexuée des pratiques. Il apparaît d’abord que les prises de risque constituent une sorte de passage obligé pour ceux qui souhaitent accéder à l’excellence dans ces disciplines. Car l’exploit, par définition, ne peut être donné aisément. Outre la maîtrise technique, l’engagement apparaît alors comme un élément constitutif de l’exploit. Et puis si les prises de risques façonnent les niveaux de pratiques, c’est que celles-ci sont des catalyseurs de progrès. D’abord parce que pour trouver pratique confortable, la mise en danger de soi impose la progression. A contrario, un engagement moins exigeant permet de se suffire de son propre niveau de compétence. Ensuite parce que pour progresser, les prises de risque sont nécessaires. La progression nécessite, par définition, une confrontation avec les limites des compétences. Cela revient, dans des activités risquées, à se mettre en danger. Prises de risque et niveau de pratiques sont ainsi intimement liées. En d’autres termes, la hiérarchisation des pratiques des hommes et des femmes, se pose comme une conséquence des traductions sexuées relatives aux prises de risque. Dès lors que les femmes investissent peu les prises de risque, elles accèdent plus difficilement aux positions privilégiées, telles que les responsabilités techniques, qu’occupent ceux dont la maîtrise est la plus importante. Indirectement les prises de risque participent alors à produire de la hiérarchie.

  • 10 Nous n’avons jamais rencontré personne qui connaisse une femme pratiquante de BASE-jump en France. (...)
  • 11 À la différence du soaring qui est un vol qui s’appuie sur un vent laminaire, régulier, le cross qu (...)

37Elles le sont également de façon très directe. Sans oublier que les prises de risque peuvent être stigmatisées, nous avons montré qu’elles peuvent être aussi puissamment distinctives. Les pratiques qui sont subjectivement les plus risquées jouissent indéniablement d’un certain prestige. C’est par exemple le cas du BASE-jump dans le milieu du parachutisme. Il existe une fascination assez répandue pour ce sport qui ressemble parfois à l’aboutissement d’une carrière ou matérialise et certifie l’excellence. Cette discipline est celle qui nécessite la maîtrise la plus parfaite puisqu’elle ne tolère aucune faute. En ce sens d’ailleurs, elle s’inscrit tout à fait dans la perspective du culte de la maîtrise. Sans que cela ne soit jamais explicitement présenté ainsi, le BASE-jump occupe une position dominante dans l’espace du parachutisme. Pour les BASE-jumpeurs, parachutisme et BASE-jump constituent même deux pratiques différentes. Cette discipline est donc particulièrement risquée, valorisée, et peu féminisée10. De la même manière nous avons pu constater dans le cadre du parapente, que les sites les plus prestigieux sont aussi souvent ceux qui sont les plus risqués notamment ceux sur lesquels il est possible de s’engager dans une forme de pratique plus risquée appelée le « cross »11 :

– Le cross ce n’est pas quelque chose que vous faites ?
 – J’aimerais bien en faire après. Mais ça je ne sais pas, ça me prendra peut-être dans quelques années.
 – Et c’est plus risqué comme pratique ?
 – Oui quand même. Oui ceux qui font des cross, c’est quand même les mecs qui sont un peu plus... c’est des gens qui fréquentent plus les thermiques. Moi je fréquente plus les vols de soaring de bord de mer. Les thermiques c’est pas encore trop ma tasse de thé. Ça viendra petit à petit. [...] Parce qu’il faut être bon pilote. Je veux être capable de... je veux pas prendre de risque. Il faut être capable d’affronter les thermiques (rires) (Emilie, parapentiste).

38On retrouve également cette perspective de valorisation des modalités les plus risquées, dans la pratique de l’alpinisme ou plus exactement de l’hymalyisme comme le présente Raspaud. Il montre notamment que les ascensions sans oxygène sont devenues les plus valorisées (elles sont aussi plus risquées) (Raspaud, 2003,172). Et nous pourrions multiplier les exemples de ces pratiques plus risquées qui sont aussi plus valorisantes : grimper en tête en escalade, être pilote plutôt que passagère lors d’un vol en duo en parapente, jouer le rôle du « fusible »... La pratique compétitive et celle de disciplines « d’élite » s’inscrivent dans une même logique : les prises de risque sont au fondement du principe de séparation sexuée des modes de pratique, et déterminantes dans la hiérarchisation des façons de faire. Aux hommes donc les prises de risque valorisantes et l’exploit, aux femmes les styles d’engagement moins risqués et par conséquent moins distinctifs. Le risque et les prises de risque participent ainsi à asseoir conjointement les principes de séparation et de hiérarchie dans les pratiques sportives à risque. Ils sont aussi au cœur des légitimations de cet ordre des choses.

3. Expliquer les différences : l’argumentaire naturalisant

39Les sports à risque présentent cet apparent paradoxe : il semble que les qualités requises pour pratiquer l’activité ne soient pas traditionnellement masculines et pourtant les femmes sont très largement minoritaires dans ces sports. D’ailleurs, seuls les alpinistes font parfois référence à la force physique ou à la rudesse de l’épreuve : « Il y’a quand même moins de femmes en alpinisme. Et puis c’est pas forcément un sport où on se fait vraiment plaisir. L’hiver il y a les conditions qui sont dures, les sacs à porter qui sont lourds... » (Élodie, alpiniste) ; « C’est une activité qui demande beaucoup de volonté, d’énergie, de souffrance aussi » (Christine, alpiniste).

40Le caractère technique et outillé de ces sports est aussi rarement évoqué. On sait pourtant que dans la division sexuelle du travail l’utilisation des outils est proprement masculine. Les travaux de Godelier montrent notamment que les femmes non seulement n’utilisent pas les outils, mais parfois ne peuvent même pas les toucher (Godelier, 1995). Bourdieu insiste également sur ce point, les hommes disposent du « monopole du maniement des objets techniques et des machines » (Bourdieu, 1998, 101). Plus spécifiquement dans le cadre sportif Louveau rappelle que l’on retrouve souvent cette partition écartant les femmes des sports qui « nécessitent des apprentissages techniques spécifiques », préférant les disciplines « non appareillées, qui ne requièrent guère de sophistication matérielle ou technique » (Louveau, 1998, 50). Le fait que ces pratiques requièrent un appareillage important aurait donc pu figurer parmi les raisons invoquées par les pratiquants pour rendre compte du faible investissement féminin dans les sports à risque. En fait, ce n’est pas le cas. On peut poser pour risquer l’explication l’hypothèse de l’invisibilité subjective de cette distinction dans les pratiques. Elle ferait partie de ces « raisons invisibles », qui échappent à la conscience des acteurs parce qu’elles sont proprement incorporées.

41Mais dans les discours, ce qui fait argument pour rendre compte de l’inégale distribution des hommes et des femmes dans les espaces sociaux, ne concerne majoritairement ni la force physique, ni le rapport à la technique. Cela ne signifie pas pour autant que la justification de la séparation et de la hiérarchie des sexes échappe à l’argumentaire essentialiste et naturaliste. Elle s’appuie seulement sur une autre dimension de la « virilité » : le risque et les prises de risque. Ce serait parce que ces sports comportent des risques qu’ils ne sont pas souvent « choisis » par les femmes. Immanquablement, les récits donnent à entendre une naturalisation des différences en la matière. Cela vaut pour les hommes comme pour les femmes. C’est ce qu’illustrent exactement les propos de Claudine (alpiniste) :

Je fais des trucs frappés, mais y a plus frappé que moi, Ouais moi je suis quand même, je suis quand même une fille au fond (rires)... J’essaie de faire le mec mais en fait je suis quand même une fille...

42C’est d’abord le fait d’être une fille qui est présenté comme le « facteur limitant » dans les prises de risque. Comme un obstacle incontournable, indiscutable, l’appartenance de sexe légitime ici la hiérarchie entre les sexes. C’est aussi ce à quoi Marc (parapentiste) fait référence : « Il y a relativement peu de femmes qui pratiquent le parapente. Donc l’explication, on peut se dire que les femmes ont peut-être moins ce besoin de découvrir, d’inconnu, cette envie de prendre des risques » (Marc, parapentiste). Comme si les femmes portaient moins que les hommes, la propension, pensée comme une aptitude, à se confronter au risque.

43En définitive, il semble que la question du risque soit, dans ces sports, celle qui supporte le mieux les explications essentialistes empreintes de naturalisation, pour rendre compte des différences. Certains parlent de « nerf », d’autres de « psychologie » féminine :

J’ai vraiment pas beaucoup de sauts avec des nanas parce que y en a pas, y en a pas énormément. Mais ça se passe bien (rires). [...] Bon c’est toujours pareil, c’est un sport, pour aller sauter d’un avion euh... Enfin j’en ai déjà discuté avec des gens parce que forcément on se dit : « c’est vrai y a pas beaucoup de filles », mais je dirais que pour aller sauter d’un avion faut avoir un minimum de nerf quand même, il faut y aller quoi (Sabine, parachutiste).
Je pense que psychologiquement les filles prendraient moins de risques qu’un mec, ça c’est clair (Martine, parapentiste).

44Les références naturalisantes sont d’ailleurs convoquées également lorsqu’il est question d’égalité entre les sexes :

C’est vraiment un sport où là t’as l’égalité parfaite. Bah oui, parce que il s’agit pas de faire 110 kilos et de... C’est une question d’aisance dans l’air, de souplesse, de tonicité donc euh, je veux dire, il y a pas de, il y a pas de, les mecs d’un côté les filles de l’autre, ça peut pas exister (Marc, BASE-jumpeur).
Il semblerait que les filles volent très bien quand elles volent. Elles volent très bien. Elles ont un bon feeling. Parce que peut-être c’est pas une activité de bourin si j’ose dire. Enfin c’est pas de la boxe le parapente (Jean-Charles, parapentiste).

45Qu’il s’agissent de distinguer ou de confondre hommes et femmes tout semble devoir reposer sur un fait de nature.

46Et c’est aussi de nature dont il est question lorsqu’est évoquée la maternité. Cette référence revient avec insistance dans l’explication du moindre engagement des femmes dans les prises de risque. De diverses façons le fait d’être mère ou la simple potentialité de la devenir agirait comme un inhibiteur puissant. Les explications proposées présentent une influence tout à fait directe lorsque maternité et prudence sont mécaniquement associés comme dans le récit de Marc (Base-jumper) : « côté maternel et rassurant, ce côté je vais voir ce qu’il y a derrière mais bon, s’il y a quelqu’un qui est allé voir avant moi ».

47Mais le plus souvent, c’est dans le rapport aux enfants que s’ancrent les démonstrations. Les femmes comme les hommes, celles qui sont mères comme celles qui n’ont pas d’enfants, le consensus est fort et l’idée partagée : les enfants sont une charge à laquelle on ne peut légitimement envisager de se soustraire. On touche ici à ce que nous avons déjà démontré : plus que jamais les prises de risque sont stigmatisées lorsqu’elles engagent au-delà du seul individu. C’est exactement ce dont il s’agit : la maternité est entendu comme un engagement continu, surtout pour les mères. Dans les discours comme dans les pratiques la différence est notable. Les femmes bien plus que les hommes font référence à l’influence de la parentalité :

Le fait d’avoir des enfants, c’est vrai que ça fait partie des perspectives qu’on intègre dans notre activité et qui fait qu’effectivement on limite l’engagement oui (Marie-Jeanne, alpiniste).
J’ai une amie, dans son couple c’est plutôt elle qui va pousser à aller en montagne, elle va laisser ses enfants et plutôt le père qui va prendre la fonction maternelle qui va chouchouter les enfants quand elle part... Mais la majorité de mes amies sont plus euh... Depuis qu’elles ont eu des enfants elles sont moins... (Élodie, alpiniste).
J’envisage pas d’arrêter. Après si jamais j’ai des enfants c’est possible que j’arrête. Y a beaucoup de femmes qui arrêtent au moment où elles ont leur enfant. Parce qu’elles arrêtent au moment où elles sont enceintes, pendant que le bébé est petit, et après il faut reprendre mais en même temps t’as moins de disponibilité et t’as la responsabilité, t’es plus toute seule (Marine, parachutiste).

48La parentalité est donc intégrée comme une contrainte par les femmes bien plus que par les hommes. Leurs discours indiquent que cela semble être effectivement. C’est ce que nous avons pu largement constater sur les terrains de pratique. Sans que cela soit formulé en ces termes, les récits rappelle qu’il revient plus souvent aux femmes de s’occuper des enfants. C’est à elles qu’incombe la responsabilité des charges familiales qui limitent leur investissement dans l’activité :

Parce que comme ça demande beaucoup de temps quand même le parachutisme, c’est peut-être le temps. On n’a plus de temps à consacrer au parachutisme parce qu’on a plein de contraintes à côté, les enfants, le mari, la maison, le ménage, le boulot (Martine, parachutiste).
Donc moi j’ai des projets mais euh, je sais pas comment je vais faire. J’ai un petit garçon qui a 3 ans là maintenant, donc ça me prend beaucoup de temps. Faut s’en occuper. Bon j’ai envie de m’en occuper, donc voilà. C’est vraiment la priorité dans mes projets (Christine, alpiniste).

49Pour des activités de loisirs particulièrement chronophages, la double journée de travail est un obstacle de taille. Elles sont ainsi les premières à subir l’obligation de composer avec les contraintes du quotidien, ici comme ailleurs, les premières à restreindre leurs temps de loisir :

C’est plus moi qui limitait les choses donc par là même... donc mon mari n’avait pas besoin de le faire (rires) je le faisais pour lui (Marie-Jeanne, alpiniste).

50Et cette partition inégalitaire de la contrainte parentale semble largement intégrée. Jamais cette doxa n’est vertement mise en cause. Extrêmement rarement elle est même seulement questionnée. Comme si le spectre du stigmate de la mauvaise mère interdisait toute transgression à cet ordre des choses. C’est en tout cas ce que laissent entendre les mots d’Élodie (alpiniste) :

– Ça joue aussi la maternité ?
 – Oui. Et puis elles culpabilisent plus justement à les laisser

51La culpabilité évoquée à la simple idée d’une concurrence entre le temps consacré aux loisirs et le temps consacré aux tâches familiales indique toute la puissance des représentations liées au rôle social de mère. La « mauvaise mère » se dessine en filigrane comme une figure repoussoir. Un impensable. On sait d’ailleurs que la pression sociale qui s’exerce sur les femmes en la matière est redoutablement efficace parce qu’elle infuse la plupart des mécanismes de contrôle social. Cardi montre par exemple comment dans le système judiciaire en France, qui devrait être hermétique à ce genre de considérations, le processus de criminalisation et donc de pénalisation des femmes ne fait jamais vraiment abstraction de cette dimension. Ce n’est pas le cas non plus pour ce qui concerne l’engagement dans les sports à risque et les prises de risque.

52L’association des prises de risque et de la masculinité ne constitue pourtant pas un fait de nature. Qu’est-ce qui pourrait justifier « naturellement » que les hommes plus que les femmes développent une propension à s’engager dans les entreprises qui les confrontent au danger ? Et comment dans cette perspective expliquer le fait que certaines femmes prennent des risques importants, parfois même plus que les hommes. À l’évidence ces différences ne sont ni naturelles, ni immuables. Pourtant tout se passe comme si le constat des différences ne pouvait s’entendre sans mobiliser les justifications naturalisantes. Comme s’il existait une forme de « re-naturalisation » de ce qui échappe à cet argumentaire. Dès lors que les sports à risque ne mobilisent pas les « qualités » les plus souvent associées à la « nature » des hommes, en particulier la force physique, s’enclenche un processus de légitimation de la pensée conduisant à trouver d’autres dimensions de la pratique supposées appartenir par essence à l’un ou l’autre sexe. Les sports à risque présentent ainsi cet intérêt de mettre en évidence en même temps les limites et la puissance de ce que Monique Haicault (2000) appelle la « doxa de sexe », c’est-à-dire la légitimation naturaliste des différences. Les acteurs sont comme aveuglés, insensibles au caractère éminent social de la construction du genre. La référence à l’état de nature se pose ainsi comme un écran de fumée qui ne permet pas de comprendre que « les situations des hommes et des femmes ne sont pas le produit d’un destin biologique mais sont d’abord des construits sociaux » (Kergoat, 2000, 35). Nous avons montré comment la socialisation participe à associer dans les représentations, dès l’enfance, prise de risque et masculinité. Des injonctions parentales, des pairs ou scolaires, aux messages que livrent les médias en ne proposant par exemple que des modèles masculins de héros courageux, il semble qu’il existe souvent une véritable convergence des principes de socialisation. C’est d’ailleurs certainement parce que l’idée d’une masculinité des prises de risque est intégrée de manière très précoce que celle-ci n’est presque jamais mise en cause. Elle est acceptée comme si elle ne se discutait pas, comme si elle relevait finalement d’une production naturelle plutôt que d’une construction sociale. Les récits donnent ainsi largement à entendre ce que Bourdieu appelle le « paradoxe de la doxa » (Bourdieu, 1998, 7), c’est-à-dire le fait que « l’ordre du monde tel qu’il est, avec ses sens interdits et ses sens uniques, au sens propre ou au sens figuré, ses obligations ou ses sanctions, soit grosso modo respecté » (ibid., 7). Les prises de risque font notablement partie de ces « sens interdits » pour les femmes.

53Et même lorsque les acteurs pointent parfois les limites de la pertinence de l’argument naturaliste pour ce qui les concerne, ils ne remettent pas véritablement en cause les usages établis. Marie-Jeanne raconte pourquoi, bien que son niveau soit excellent, elle ne grimpait jamais en tête :

– C’est peut-être là qu’au niveau force physique on en a plus besoin. Encore que bon... on sait maintenant que c’est pas vraiment, vraiment le cas. Mais c’était pas dans l’esprit. Donc on se contentait d’un rôle en second.
 – Et la question ne se posait pas ?
 – Non. Non non. Elle ne se posait pas. J’ai fait des courses en tête dans du mixte ou du rocher dans des rochers en niveau 4 ou 5. Au delà non. Ça m’est arrivée un petit peu oui. Dans le Verdon j’ai des fois grimpé un petit peu en tête, mais pas systématiquement. C’était plus occasionnel. Je pense que c’était... c’était comme ça. C’était dans l’esprit. On ne se posait pas de question. On ne se posait pas tant de questions. Déjà on était contente d’aller grimper avec des potes. Mais c’est vrai qu’on ne se posait pas la question de grimper devant. C’est peut-être aussi qu’on choisissait des, enfin on choisissait ou c’était réciproque, je grimpais avec des garçons qui grimpaient aussi assez... qui étaient bon quoi. Peut-être que si j’avais choisi des moins bons compagnons j’aurais grimpé devant. Mais voilà, on ne se posait pas...
 – C’était quand même une question de niveau ?
 – Oui parce que moi j’aimais bien aller faire des trucs un peu durs. Donc euh... bah dans les trucs un peu durs, j’étais pas assez entraînée ou je ne me situais pas dans ce cadre d’esprit... et puis c’était comme ça parce que c’est vrai que... on se serait mis dans la tête de passer devant, bon... on y aurait été. Oui oui. Donc voilà après c’est aussi une question de se sentir et aussi une question de motivation. Et puis un petit peu aussi de contexte effectivement, social.

54Le récit de Marie-Jeanne est assez éclairant. Bien qu’elle prenne conscience du fait que l’argument naturaliste, reposant notamment sur la force physique inégalement distribuée, n’est pas très pertinent, elle ne met pas en cause ce qui apparaît pour elle comme un état de fait. Les raisons sociales semblent incorporées au point que sans savoir vraiment pourquoi, les choses ne se discutent plus. Elles s’inscrivent en profondeur dans les façons d’appréhender les pratiques. Finalement ce qui relève du social est tellement inscrit dans les corps et les esprits qu’il s’apparente pour les acteurs à un « fait de nature ». C’est largement par cette naturalisation du social que se fonde la légitimité du principe de séparation et du principe de hiérarchie. Dans les récits la logique est la suivante : hommes et femmes sont différents, les hommes sont capables de réaliser des choses impossibles pour les femmes, et tout ceci repose sur le fait que naturellement les uns et les autres sont différents. Dès lors, puisque les inégalités semblent résulter d’un fait de nature et non d’un jugement de valeur, les unes comme les autres se sentent tenus d’accepter ce sur quoi ils pensent ne pas avoir de prise. Pour Marie-Jeanne, « c’était comme ça. C’était dans l’esprit ». En ce sens, et seulement en ce sens, il est possible de dire qu’effectivement les différences sexuées sont naturelles, puisqu’elle sont incorporées, intégrées dans les corps. Les effets de réels finissant ainsi par produire du « réel ».

55Pourtant, la dimension sociale de la construction des différences et des rôles sexués est parfois évoquée. Christine (alpiniste) évoque par exemple la question de l’éducation : « Je pense que c’est un problème d’éducation. C’est que c’est assez rare que des parents autorisent leurs enfants, leur fille en tout cas à aller en montagne comme ça, bon en tout cas si jeune ». Mais ces manifestations de la lucidité des acteurs sur le caractère construit des aménagements entre les sexes sont rares. Elles ne structurent jamais les récits ni même ne fissurent la puissance de l’argumentaire essentialiste et naturalisant. Les sports à risque puisent pourtant leurs adeptes parmi les catégories de populations globalement les mieux dotées en capitaux sociaux, culturels, économiques, c’est-à-dire parmi les individus qui sont, a priori, les plus concernés par la logique réflexive qui se diffuserait dans les sociétés occidentales contemporaines. Ce que disent les pratiquants de sports à risque semble résister, indépendamment de leurs positions sociales, à cette tendance des sociétés « modernes ». Les rapports sociaux de sexe et ce qui soutient la hiérarchie produite dans les sports à risque paraissent ici relativement hermétiques aux appartenances sociales. Cela constitue une situation tout à fait originale dont on peut penser qu’elle est liée aux socialisation particulières que nous avons mises en évidence et à l’intégration précoce de la « doxa de sexe », conditions nécessaire à l’intégration des femmes, mais aussi des hommes, dans ces « territoires » de la masculinité.

56Les rapports au risque restent ainsi largement différenciés, et les explications que donnent les individus de ces différences conservent le plus souvent leur caractère naturalisant. Tout ceci fonctionne alors comme un puissant moteur de la définition des rapports sociaux de sexe dans les sports à risque, structurant les « deux principes organisateurs de cette forme de division sociale : le principe de séparation (il y a des travaux d’hommes et des travaux de femmes) ; le principe hiérarchique (un travail d’homme vaut plus qu’un travail de femme) » (Kergoat, 2005, 97). Le rapport aux prises de risque illustre donc exactement la façon dont peuvent s’établir, localement les rapports sociaux de sexe, rappelant même comment « les groupes de sexe sont constitués dans et par le rapport qui les lie » (Ferrand et Langevin, 1990,19). Les prises de risque donnent ici de la substance à cette dynamique.

57Mais ce qui se présente comme état de subordination renvoie avec insistance à la question déjà posée du « paradoxe de la doxa » (Bourdieu, 1998, 7). Comment se peut-il que du côté des hommes, et surtout du côté des femmes, chacun semble accepter ce rapport apparemment inégalitaire ? À travers cette question de l’ordonnancement des rapports sociaux de sexe, c’est plus largement la question des mécanismes de la domination qui se pose, dès lors que l’on refuse l’idée d’un rapport social donné et immanent, pour envisager les rapports sociaux dans une perspective dynamique.

Notes

1 Pourtant les différences de performance sont parfois très minces. On peut imaginer par exemple que certaines joueuses de tennis puissent se mesurer à quelques hommes. Cela vaut également pour quelques golfeuses, dont certaines participent même à quelques tournois professionnels masculins.

2 Différences physiques dont on peut aussi légitimement se demander si elles ne sont pas conséquences autant que causes de ce « principe de séparation » (Kergoat, 1995). C’est en tout cas une hypothèse qui mériterait d’être éprouvée ne serait-ce que quand on connaît toute l’importance des effets « pygmalion » (Rosenthal et Jacobson, 1971).

3 Le Pilatus est un avion qui est très utilisé pour la pratique du parachutisme. Il peut embarquer entre 9 et 12 personnes (selon sa motorisation).

4 La Fédération Française de Parachutisme avait organisé une manifestation visant à promouvoir la pratique du parachutisme féminin.

5 On peut penser qu’en l’occurrence l’entretien dit « compréhensif » tel que le présente Kaufmann (1996) est opportun puisqu’il permet notamment de dépasser les discours les plus convenus en « bousculant » les interviewés.

6 C’est-à-dire que socialement elles ne sont pas considérées comme des qualités dont les hommes sont plus largement dotés que les femmes.

7 C’est effectivement ce que nous constatons ici, notamment lorsque la comparaison est faite avec d’autres travaux centrés sur les « sports anglais » (Nuytens et Penin, 2006).

8 Notons que le poste de secrétaire n’est apparemment pas le plus couru. Celles qui l’occupent n’ont en tout cas jamais eu à affronter une quelconque concurrence pour y accéder.

9 Par exemple, dans les clubs que nous avons observés, les présidents sont tous des hommes.

10 Nous n’avons jamais rencontré personne qui connaisse une femme pratiquante de BASE-jump en France. Pour rencontrer Erika et Catherine nous avons dû prendre contact via internet avec un fabriquant de matériel de BASE-jump pour que celui-ci nous mettent en contact avec des femmes pratiquant cette discipline. L’une et l’autre se connaissent mais ne connaissent qu’une seule autre BASE-jumpeuse, une norvégienne. Alors même si nous n’avons pas de données précises sur la féminisation de cette pratique, nous pouvons affirmer que les femmes ne sont probablement pas très représentées.

11 À la différence du soaring qui est un vol qui s’appuie sur un vent laminaire, régulier, le cross qui consiste à essayer de faire la plus longue distance possible, nécessite de chercher les courant ascendants plus instables et donc plus difficiles à maîtriser.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.