Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Troisième partie. Modes de pratique et rapports sociaux de sexe dans les sports à risque

Pourquoi risquer sa vie ? « Comprendre » la pratique des sports à risque

Texte intégral

  • 1 Dans ces sports l’intégrité physique et même la vie des pratiquants sont mises en jeu.
  • 2 Nous devons noter malgré tout qu’il existe quelques professionnels de l’image qui vivent de la mise (...)

1Les sports à risque présentent un apparent déséquilibre : ils exigent une mise en jeu considérable1 et semblent ne proposer aucune possibilité de gain matériel. Il y a très peu de professionnels2 et quasiment pas d’argent à gagner lors des compétitions. Nous avons même montré que les prises de risque pouvaient être parfois stigmatisées : ceux qui investissent ces sports sont souvent considérés comme des « fous ». Nous ne pouvons pourtant nous résoudre à l’idée que l’engagement dans un sport à risque est simplement « irrationnel ». S’il peut l’être dans une logique économique, nous pensons plutôt que « on ne peut pas faire de sociologie sans accepter ce que les philosophes classiques appelaient le « principe de raison suffisante » et sans supposer, entre autres choses, que les agents sociaux ne font pas n’importe quoi, qu’ils ne sont pas fous, qu’ils n’agissent pas sans raison » (Bourdieu, 1994,150). Il s’agit donc ici de tenter de rendre sens à ces pratiques, en mettant au jour les « raisons » qui poussent les acteurs à investir ces disciplines et à prendre des risques. C’est ce que propose ce chapitre en essayant tout d’abord d’interroger la question des « raisons des acteurs ».

2Plutôt que de parler de « raison » nous aurions pu directement faire référence au concept de « l’illusio » tel que le développe Bourdieu, c’est-à-dire « le fait d’être pris au jeu, d’être pris par le jeu, de croire que le jeu en vaut la chandelle, ou pour dire les choses simplement que ça vaut la peine de jouer » (Bourdieu, 1994,151). Car c’est bien de cela dont il s’agit : qu’est ce qui fait que les pratiquants de sports à risque croient que ce « jeu en vaut la chandelle » ?

3Et comment le chercheur en sociologie peut-il identifier ces raisons dont les agents ne sont pas nécessairement conscients. Car c’est un autre principe de l’« illusio » : il échappe à la conscience des agents. Dans cette perspective il convient de se méfier de la parole des acteurs, parce qu’elle ne permet pas toujours de saisir directement les raisons des pratiques des acteurs, qui peuvent emprunter les voies de la conscience mais qui peuvent aussi d’en détacher. Pour autant nous ne pensons pas non plus qu’il faille totalement négliger les discours des acteurs ni les « bonnes raisons » (Boudon, 1982, 1992) qu’ils donnent. Tout au moins elles nourrissent notre réflexion. Surtout penser les raisons, c’est pour nous « dépasser la notion de rationalité comme calcul coûts/ avantages pour lui substituer le critère de l’action raisonnable, dont les acteurs ou l’analyste peuvent rendre raison » (Neveu, 1996, 86).

4Les significations que donnent les sportifs à leurs pratiques sont nombreuses. Lorsque leur est posée la question des raisons qui les poussent à adopter ces disciplines, les pratiquants font surtout référence aux sensations procurées, à la contemplation ou l’exploration du monde et parfois au goût de l’effort physique. Mais leurs récits permettent de faire émerger bien d’autres raisons. Celles-ci ne sont pas explicitement présentées comme telles. Il semble donc qu’elles ne soient pas complètement conscientes. En tout cas elles ne sont jamais présentées par les acteurs comme des finalités de leur pratique.

5On peut distinguer en particulier trois types de raisons qui peuvent donner sens à la pratique du risque : ces disciplines peuvent être choisies parce qu’elles sont distinctives, qu’elles prennent parfois la forme d’« ordalies contemporaines » (Le Breton, 1991) ou qu’elles s’inscrivent dans la logique d’un « culte de la maîtrise ».

1. Le sens donné

  • 3 Nous ne faisons pas de différence ici entre significations données et finalités car dans les discou (...)
  • 4 Dans le texte, la présentation impose une mise en forme qui pourrait laisser penser que les extrait (...)

6S’ils investissent une discipline commune et pratiquent dans un même espace, tous les adeptes des sports à risque ne donnent pas pour autant le même sens à leur engagement. Plus exactement, les significations subjectives comme les finalités avancées3 ne se déclinent pas de façon homogène. Les discours donnent à entendre un ensemble de « raisons » qui sonnent parfois comme des modes de légitimation de l’engagement questionné. Cela vaut d’ailleurs de façon relativement indifférenciée selon les sports pratiqués. Les raisons se mêlent. Elles s’inscrivent massivement dans un modèle de pratiques qui ressemble bien plus à celui de la « culture sportive analogique » que de la « culture sportive digitale » (Loret, 1995). En premier lieu parce qu’elles sont profondément attachées au milieu dans lequel elles se jouent : naturel, incertain, exigeant. Cette perspective d’« écologisation » (Pociello, 1987), très présente, renvoie aussi de façon tout à fait prononcée au monde de l’exploration et de l’aventure. À l’ailleurs et au lointain. Ainsi, pour Jean-Michel (alpiniste), « c’est la découverte, c’est un petit peu comme une chasse au trésor en fait, le côté passage »4. En substance, l’engagement dans les sports à risque est entendu comme une pratique du dépaysement. Une rupture avec le quotidien qu’illustrent explicitement les propos de Patrice (parachutiste) : « quand on voit la métropole, c’est moche, c’est gris et tout ce qui s’en suit. Quand on prend de l’altitude, dès qu’on est à 300 mètres de haut, c’est dingue. On n’a plus le même relief, on est à 300 mètres ou 500 mètres au dessus du niveau du sol ici, on voit toute la chaîne des Monts des Flandres, et puis quand on continue l’enchaînement des Monts des Flandres, avec une bonne visibilité, on voit la côte, on voit tout le Boulonnais. On voit aussi, si on a encore des lumières rasantes, des sunsets avec le soleil qui se couche au bon endroit avec une bonne visibilité, on voit le contour de la côte hollandaise. C’est extraordinaire ça ».

7Ce qui est par ailleurs tout à fait récurrent dans les paroles recueillies, concerne le caractère « sensationnel » de ces disciplines. Sans que soit toujours acceptée l’idée de pratiquer un sport « à risque », les sensations procurées constituent un moteur puissant de la pratique. Elles sont tantôt présentées d’ailleurs comme catalyseur voire finalité de l’engagement, tantôt comme un obstacle lorsque les émotions échappent au contrôle. En filigrane se dessine parfois la peur qu’il faut dominer. Poursuivre la pratique relève alors du défi qui voisine avec une forme de mise en scène du courage et de la volonté, teinté d’un certain héroïsme.

8Outre la découverte et les sensations, la convivialité est le troisième volet du triptyque des finalités proposées. Même si ces disciplines sont des sports essentiellement individuels, la sociabilité qui accompagne la pratique est immanquablement rappelée. Nos observations confirment largement ce que livrent les récits : les contraintes de ces sports imposent des moments partagés. Notamment, les conditions météorologiques fixent la possibilité ou non de pratiquer. Les adeptes doivent parfois attendre des journées entières pour faire un saut ou une ascension. Ce temps d’attente, contraint et nécessaire, est finalement présenté comme un moment apprécié parce qu’il impose les échanges et la convivialité. Il participe ainsi à l’appropriation des espaces, règles, usages et plus largement à la construction d’un sentiment d’appartenance communautaire.

9Ces finalités exposées dans les discours se croisent et se superposent plutôt qu’elles ne s’excluent. Les pratiquants se réfèrent globalement à chacune de ces dimensions pour expliquer leur goût sportif. Cela ne signifie pas que les significations avancées sont communes. L’inclination se fonde de façon différentielle sur l’une ou l’autre des finalités, selon les individus ou parfois les moments de la carrière. Les dissonances sont notables dans l’espace comme dans le temps. On constate ainsi dans les sports à risque, ce qui a déjà été montré pour d’autres activités physiques, le caractère « très maléables » (Ohl, 2003,211) des pratiques et de leurs significations. L’analyse des discours révèle également des significations qui ne sont jamais explicitement formulées. Elles relèvent davantage de l’interprétation sociologique et s’inscrivent dans des perspectives sociétales plus larges. Il ne s’agit pas ici de forcer le trait pour oser la théorisation mais de risquer l’interprétation.

2. Des pratiques distinctives

  • 5 Pociello l’a déjà montré, « les sports dans lesquels les pratiquants explorent des milieux insolite (...)

10Peut-être faut-il y voir un paradoxe de plus : alors que nous avons montré que les sports à risque pouvaient être stigmatisants, il apparaît qu’ils présentent aussi un caractère distinctif5. Ces sports sont en effet littéralement extraordinaires : ils ne sont pas très répandus et sont aussi très chargés symboliquement. Ce sont des pratiques particulières qui intriguent et impressionnent. Elles mobilisent des techniques spécifiques, des engins extraordinaires, mettent à l’épreuve le courage, sont spectaculaires et engagent la vie des pratiquants. Elles suscitent donc curiosité et intérêt :

Dire que tu fais du jogging ça va impressionner personne. Moi c’est dingue, c’est dingue comme les gens qui ne sont pas d’ici mais que je vois à l’extérieur me relancent là dessus. Et si jamais j’en parle à quelqu’un qui ne le savais pas « ah bon t’en fais, raconte ». C’est fou comme c’est un sujet de conversation merveilleux. Si tu sais pas de quoi parler, ça lance, c’est parti. Les gens sont hyper intrigués. Ils posent plein de questions. Ça fait parler de faire du parachutisme (Marine, parachutiste).

11Très souvent, les pratiquants insistent sur ce point : leur pratique n’est pas celle du « commun des mortels ». Ainsi pour Patrice (parachutiste) : « tous les mordus de sports extrêmes, on est tous des mordus de... On a tous envie de bouffer de la vie, et de la bouffer au maximum de ce que la vie peut nous offrir. Donc on va chercher des choses que le commun des mortels ne connaîtra pas, et des choses qui sont souvent émouvantes, et émotionnellement riches, pas forcément en sensations fortes, mais riches parce qu’on voit le monde comme certains ne le voient pas. Donc je pense que ça doit être ce côté là qui motive beaucoup des gens qui vont chercher l’extrême. Faire ce que les autres ne font pas ».

12Ceux qui n’ont pas été familiarisés de façon précoce et directe à ces sports rappellent d’ailleurs qu’avant d’investir ces disciplines, ils n’imaginaient que celles-ci puissent être pour eux :

En fait je les regardais [les parapentistes] mais dans ma tête c’était toujours « c’est pas pour moi ». Je n’imaginais même pas essayer [...]. Parce que c’est d’abord... Je sais pas, dans ma tête... Déjà ça venait pas dans la vie que j’avais en fait. C’était une vie assez, pantouflarde on dira (rires). Et puis même au niveau achat matériel, aller à l’école, y a plein de choses à faire, plein d’apprentissages et j’avais pas forcément les moyens financiers de tout ça aussi. Donc forcément dans ma tête c’était c’est pas pour moi (Emilie, parapentiste).
Avant de commencer non [je n’avais jamais eu envie de pratiquer]. Vraiment. Ça me paraissait vraiment inaccessible. Ça me paraissait vraiment... C’était aussi le début. Y a quinze ans c’était encore le tout début, on en voyait très peu et ça me paraissait vraiment, un peu... Quand je voyais ça c’était un peu comme si je voyais le cirque à la télévision, je voyais des acrobates marcher sur un fil, faire de la voltige ça me paraissait inaccessible. Ça me paraissait pas quelque chose que moi je pouvais faire, moi personne lambda, commun des mortels qui a sa vie de tous les jours, qui pouvait... Ça me paraissait inaccessible (Marc, parapentiste).

13Surtout, si ces disciplines sont distinctives, c’est qu’elles ne semblent pas accessibles à tous. Difficile d’imaginer par exemple, que n’importe qui puisse sauter d’une falaise : « Dans Annemasse c’est un peu la mode parce qu’il y a beaucoup de gens qui font du BASE. Y en a beaucoup qui sont là : “Ah je voudrais essayer, je voudrais essayer”, mais le faire après c’est quand même autre chose. Je veux dire, ce qu’il y a c’est... T’es sur une falaise au bord, et il faut sauter. Je veux dire je sais pas si toi tu t’imagines aller sur une falaise, tu regardes et on te dit : “voilà il faut sauter”. Faut le faire » (Erika, BASE-jumpeuse). Ces sports ne sont donc pas seulement des pratiques que les autres ne font pas, mais plutôt des pratiques qu’ils ne pourraient pas faire. C’est en ce sens surtout qu’ils sont distinctifs. Ils prennent la forme d’entreprises héroïques, se référant aux mythes de l’aventurier, de l’entrepreneur, de celui n’a pas peur ou qui dépasse la peur : « Le héros ne conjure plus nos peurs mais nous incite à vivre avec » (Duret, 1998, 130). Si les sports peuvent être des terrains propices à la production des héros (Duret, 1998), les sports à risque sont particulièrement concernés. Car à la différence de bien d’autres disciplines, ce n’est pas nécessairement l’excellence qui produit les héros mais bel et bien l’épreuve que constitue l’engagement dans ces sports. Puisque par définition les « sports de masse » brassent des populations importantes, c’est la performance qui distingue les étoiles. Pour les sports à risque, le simple fait d’investir ces terrains de mise en jeu de l’intégrité physique semble relever de l’exploit. Dans les récits des pratiquants la différence est très nette entre les sports et leur sport. Sabine (parachutiste), qualifie par exemple ceux qui ne sont pas des sports à risque, de « petits sports » : « Moi j’ai commencé le para à 17 ans, et euh, avant ça, j’ai fait plein de petits sports quand j’étais plus jeune ». Pour Marc (Base-jumpeur), ce sont des « trucs classiques, pépères » : « Pendant un an, deux ans, peut-être trois ans, standby. Donc euh, bon j’ai continué à faire un petit peu de sport avec les copains, voilà. Un peu de football, un peu de course à pied, un peu de vélo de temps en temps quoi, des trucs classiques, pépères ».

14Les sports à risque présentent un moyen rapide d’accéder à un certain héroïsme sportif. Ces pratiques sportives sont donc des pratiques privilégiées d’expression du « culte de la performance » (Ehrenberg, 1991). Car dans la mesure où au départ, elles ne demandent pas d’autre compétence que le courage de s’engager, elles permettent facilement la « singularisation de l’individu quelconque » (Ehrenberg, 1991, 16). Les sports à risque offrent une voie pour l’individu « commun » qui désire répondre à cette injonction sociale : « aujourd’hui, chacun, d’où qu’il vienne, doit faire l’exploit de devenir quelqu’un en se singularisant » (ibid., 279). L’engagement dans les sports à risque est d’ailleurs subjectivement vécu comme une étape importante qui marque le passage d’une vie commune, une vie « de pantouflarde » (Émilie, parapentiste), à une vie extra-ordinaire.

15Et si la logique de distinction peut être pensée comme une dynamique orientée davantage vers les autres que vers soi, les pratiques sportives à risque peuvent aussi trouver sens dans une perspective plus personnelle. À l’instar de ce qu’on pu différemment développer Lyng (2005) ou Le Breton (2002a), les sports à risque se présentent parfois comme des pratiques compensatoires d’existences jugées trop confortables ou mornes. Le piment de la vie en quelque sorte. C’est le cas de Catherine par exemple pour qui le parapente a constitué un moyen de satisfaire son « envie de bouger », à un moment particulier de sa vie : « C’était un moment de ma vie où j’avais envie de bouger donc je suis partie vivre à la montagne pendant cinq ans. Alors c’était peut être un peu le déclic. J’avais trouvé une activité qui me plaisait, des gens que je connaissais là bas, sur place. Donc je suis partie vivre cinq ans à la montagne. Donc là j’ai continué le parapente, je me suis éclatée ».

  • 6 Cela étant, les prises de risque sportives ne s’inscrivent pas toujours dans cette logique de compe (...)

16Pour Émilie, le parapente représente une véritable échappatoire alors qu’elle est soumise à un contrôle familial et social devenu trop contraignant. Enfermée dans le rôle auquel elle se sent assignée par son mari (épouse, mère, secrétaire de l’entreprise familiale), la perspective d’investir ce sport se présente comme une perspective qui lui permet véritablement d’envisager de se libérer de la « surdétermination de la régulation et du contrôle social » (Lyng, 2005, 9)6. Car les sports à risque semblent parfois concrétiser ou révéler une logique d’autodétermination de leur existence par les acteurs. Concrètement, et pas seulement symboliquement, ceux qui investissent le parachutisme, l’alpinisme, le parapente ou le BASE-jump, ont leur vie entre les mains. Ils en deviennent les pleins responsables. Les sports à risque font alors figure de métaphore pratique de la prise en charge de l’existence. La prise de risque est même constitutive de ce style de vie qui « invite chacun à devenir responsable de soi », et qui « passe nécessairement par la prise de risque » (ibid., 17). À l’image de l’entrepreneur, créateur d’entreprise, la production de « soi même » est une épreuve, qui ne peut se construire sans prise de risque. Le lien entre risque sportif et risque de l’entrepreneur est d’ailleurs parfois explicite dans les discours : « Et puis par exemple en ce moment je suis en situation de précarité d’emploi, ça me donne aussi cette notion de risque calculé, j’avais jamais envisagé de créer une entreprise, là j’y pense sérieusement » (Patrice, parachutiste).

17Plus largement donc, la pratique de sports à risque peut se présenter comme une occasion de valorisation de soi lorsque les conditions d’existences en offrent peu. Dans des contextes sociaux pour lesquels « l’estime sociale est désormais en grande partie découplée de l’exercice d’un travail » (Schehr, 2002, 49), l’investissement sportif peut constituer un mode alternatif de promotion de l’individu, lorsque par exemple la carrière professionnelle est défaillante.

18Cette logique de distinction invite à penser un rapport à la norme particulier. Car il ne s’agit pas seulement de s’y conformer mais aussi de s’en détacher. Être quelqu’un, c’est ne pas être comme tout le monde. Par la pratique des sports à risque, les adeptes sont pris entre ces deux logiques sociales, avec lesquelles ils composent :

– Le parapente reste encore avec cette image de sport de fou volant.
 – Et ça vous gêne cette image ?
 – Non. [...] Non finalement c’est vrai que ça ne me gêne pas. Je suis là aussi pour en parler. C’est uniquement une image. Peut-être aussi que quelque part cette image elle me gênait, et puis peut-être aussi quelque part, elle me plaît aussi. Parce que je me sens être différent, je me sens aussi peut-être justement vivre parce que j’ai du risque (Alain, parapentiste).

19Être parapentiste peut à la fois être stigmatisant, lorsqu’à ce sport est attachée l’image de « fou volant » et distinctif d’abord parce que ces sports fabriquent de la singularité. Comme si tout ce qui participait à produire de l’individu devait être valorisant. C’est exactement ce que montre Ehrenberg : « n’importe quel exploit est légitime [...]. Le dandysme destroy des punks, la signature des taggers en compétition permanente ou la rage de paraître des hooligans, tous ces comportements fondés sur la théatralisation de soi-même sont l’héroïsme des tribus d’individus dans une situation où exclusion sociale et désir de réussite individuelle se confrontent » (Ehrenberg, 1991, 173). Il y a là une nouvelle illustration de toute l’ambivalence du rapport aux prises de risque. Mais rappelons le, la frontière est ténue entre les prises de risque valorisées et celles qui sont stigmatisées. Elle l’est aussi entre les prises de risque dont le sens semble être dirigé vers les autres, et celles qui paraissent relever davantage de l’intime. C’est ce que donnent à comprendre des dynamiques d’engagement plus existentielles qui voisinent avec une quête de sens et rappellent ainsi les ordalies contemporaines (Le Breton, 1991).

3. La perspective ordalique

20La présence du risque n’est jamais complètement niée. Les adeptes sont conscients du fait qu’ils ne peuvent totalement exclure l’éventualité de perdre la vie, ne serait-ce que parce que la mort s’invite parfois dans leur propre cadre de pratique. Subjectivement, les sports à risque sont donc toujours des disciplines dans lesquelles il existe une confrontation directe avec la mort. Cela ne signifie pas que cela soit délibéré ni permanent mais que tout au moins, les pratiquants s’engagent dans un jeu qui les confronte à la mort. Souvent même ce constat participe d’une certaine excitation. Il semble bien qu’ici comme en d’autres circonstances « la mort est le précieux épice de l’aventure » (Jankélévitch, 1963,23) :

– Il y a un plus quand il y a eu la peur ?
 – On dirait presque qu’il y a eu ça oui, le fait que t’aies eu peur oui. Bizarre, mais y a ça (Jean-Luc, alpiniste).
Après c’est clair qu’une fois qu’on a fait le saut, une fois qu’on est passé très près d’un risque extrême, on en ressort d’autant plus... Je vais pas dire grandit parce qu’il n’y a pas de grandeur à avoir quand on joue avec la vie, mais on apprécie la maîtrise justement (Patrice, parachutiste).

21En ce sens les sports à risque porte l’un des germes de l’ordalie, comme « forme de jeu délibéré avec la mort » (Le Breton, 2002a, 179). Mais ce n’est pas suffisant. Encore faut-il que les pratiquants y trouvent un sens à donner à leur existence. Et il apparaît justement que c’est un cadeau que les prises de risque peuvent parfois offrir. C’est ce que raconte par exemple Laetitia (parachutiste) :

À un moment de ma vie où j’étais pas bien, le fait d’avoir fait ça, ça m’a vachement aidé. J’étais un peu déprimée à l’époque donc ça m’a aidée parce que quand je déprimais je cherchais un sens à la vie, là je me disais c’est pas grave le week-end prochain je vais sauter, donc comme toutes les passions ça devenait quelque chose qui me motivait, j’étais là je souriais et je me disais « allez ça tu t’en fous ». Et puis après c’est vrai que ça t’aide parce que tu te dis que si t’as été capable de sauter tu vas être capable de faire ça, ça te motive.

22La pratique de sports à risque est ainsi convoquée pour donner du sens à une vie qui en manque. Et même quand la valeur de l’expérience tient plutôt à la rencontre d’une passion qu’à une confrontation avec la mort, le fait que cette passion se fonde justement dans ce type de pratique n’est pas anodin. Il n’est d’ailleurs pas rare que soient directement associées prise de risque et sentiment d’exister :

Par contre dans les sauts, dans les sauts loisirs, c’est vrai que ça m’arrive de m’amuser à m’enfoncer un petit peu. C’est assez grisant, on voit la planète monter, on, on sait qu’on a plus beaucoup de temps donc euh... (Thibaud, parachutiste).
Pourquoi effectivement on a envie de faire de la montagne, pourquoi on a envie de faire de la voile, pourquoi est-ce qu’on a envie de faire toutes ces activités sportives de plein air, plutôt que de regarder la télévision, plutôt que de jouer aux cartes ? C’est peut-être aussi un choix d’existence, de vie, c’est peut-être aussi d’aimer la vie, et ça est-ce qu’on est prêt à se l’avouer ? (Marc, parapentiste).

23Alors même si la confrontation au risque ne se présente pas toujours subjectivement comme une finalité de la pratique, les pratiquants ne font preuve à l’encontre du risque ni de « myopie » ni de « déni ». Ils accordent, en sus, une valeur à l’épreuve qui dépasse largement le contexte de la pratique sportive. Il y a dans ces sports, bien plus que du sport. En ce sens, les sports à risque peuvent parfois s’apparenter à des pratiques ordaliques.

24C’est par ailleurs ce à quoi renvoient les références mystiques mobilisées lorsque les échanges rappellent l’intrusion du jeu avec la mort. Sans qu’il s’agisse de convoquer un Dieu en particulier, les références au divin sont fréquentes : il peut être question d’« ange gardien » de « bonne étoile ». Le destin ou la chance et un certain fatalisme traversent aussi les récits :

Moi de toute façon si c’est le jour d’avoir un accident, bon bah, si c’est un accident mortel bah... c’était le jour. Je préfère mourir entre parenthèses, en faisant quelque chose qui m’avait passionné pendant toute ma vie, que de tramer dans la rue et de me faire écraser par une voiture (Erika, BASE-jumpeuse).
Je me suis faite une fois bien peur en escalade. J’ai failli prendre sur la tête un énorme rocher et j’étais dessous, mais de nouveau j’ai interprété en disant « bon, si ce rocher est passé à côté, c’est pour une bonne raison, c’est que ça devait pas m’arriver », ou que je faisais confiance un peu à mon ange gardien (Florence, BASE-jumpeuse).

25Parfois alors, le devenir des pratiquants semble moins reposer sur leurs compétences, que sur une intervention « métaphysique ». Mais loin de mettre en cause ces compétences des acteurs, elles renforcent chez eux le sentiment de toute puissance dans lequel ils puisent une indiscutable légitimité. Les ordalies contemporaines sont en ce sens résolument des pratiques de l’intime. Les références à soi sont permanentes. Il s’agit avant tout de « se prouver » dans une compétition avec soi même :

Après tu cherches tout le temps un petit peu à te surpasser... Parce que bein, ouai... Enfin moi je pense que de toute façon c’est important de s’améliorer dans tous les niveaux, s’améliorer par rapport à soi-même et pas par rapport aux autres. Moi j’en ai rien à foutre. Il y’a des millions de femmes qui skient mieux que moi, j’en ai rien à foutre. Moi c’est clair que je veux m’améliorer par rapport à moi quoi... (Claudine, alpiniste). Donc je veux dire que de toute façon si t’es pas bien avec cette peur qui peut arriver, faut pas faire de l’escalade. Ou alors il faut pas grimper en tête. Mais ça fait partie un peu quand même de l’adrénaline que tu perds. [...] Parce que tu te pousses un petit peu et puis t’as le côté agréable quand tu réussis à le faire. Et puis t’as cette sensation d’engagement sur quelque chose où tu ne connais pas le résultat. Et tu vois là je suis plus capable de batailler avec moi qu’en compétition. Mais j’ai plus de facilités à me faire violence avec moi-même pour aller pousser un peu sur un pas difficile en tête, que pour avoir un bon résultat en compet’ (Dominique, alpiniste).

26Cette perspective s’inscrit complètement dans une logique individualiste où le « soi » est érigé en référence ultime. Comme s’il fallait avant tout se plaire, se convaincre, s’épanouir, se dépasser ou s’éclater. C’est d’ailleurs dans cette perspective que Le Breton situe les ordalies contemporaines qui se différencient des ordalies traditionnelles en ce qu’elles « se transforment en sollicitation intime » (Le Breton, 1996, 53).

  • 7 Propos recueillis lors d’une séance d’observation dans un club de parachutisme.

27Pour Le Breton, les toxicomanies peuvent aussi porter un caractère ordalique. Elles sont une forme particulière de prise de risque qui voisine ainsi avec d’autres. C’est un parallèle qui se donne également à entendre chez les pratiquants de sports à risque. C’est ce qu’indique notamment le lexique utilisé qui rappelle largement celui de la toxicomanie. Il est question de « dose d’adrénaline » (Catherine, parachutiste), de « shoot d’adrénaline » (Erika, Base-jumpeuse) ou d’une pratique explicitement qualifiée de « drogue » (Alain, parapentiste) procurant une forme d’euphorie, un moment d’extase : « dans l’air on est joyeux. Tout le monde est joyeux. Beaucoup plus qu’au sol. Au sol tout le monde râle, il faut plier, il ne fait pas beau, le saut est raté... »7. Se décline ainsi le registre du plaisir intense auquel s’ajoute celui du besoin qu’il faut satisfaire sous peine d’être « en manque » :

Je ne sais pas. Je ne sais pas comment l’expliquer en fait. Moi je suis heureuse quand je suis en l’air. Je suis bien quoi. Donc forcément on a toujours envie de retrouver. C’est comme une drogue en fait. C’est con mais moi je compare ça à une drogue. C’est un peu ça. On a toujours envie de retourner (Emilie, parapentiste).
Je ne sais pas l’exprimer. J’en ai besoin, il me faut... il faut sinon je ne suis pas bien. Non si je ne fais pas de trucs comme ça, ça me manque. Si je pars trois semaines en congé, si jamais je ne volais pas, non, c’est même pas pensable. Ouais, de voler... de connaître ce plaisir... tout le temps renouveler, de décoller, de voler, d’atterrir, d’avoir un petit peu de, un peu cette approche, et des fois d’appréhension, enfin d’appréhension, de vigilance exacerbée. C’est peut-être l’adrénaline, y a un truc quoi et effectivement c’est bien quoi (Jean-Luc, parapentiste).

28Et comme dans le cadre des consommations de psychotropes, l’accoutumance à la pratique semble obliger les adeptes à s’engager dans une confrontation toujours plus grande avec le risque. Cela constitue une condition pour préserver l’intensité des sensations : emprunter des voies plus ardues en alpinisme, tenter des manœuvres plus périlleuses en parapente, réduire l’altitude du départ en BASE-jump. Cette dynamique porte inévitablement le germe de l’accident, par « overdose de risque ». Car ces pratiques engagent finalement dans un jeu avec les limites, qu’il s’agisse de maîtrise, d’exploit, ou de sensations. En ce sens elles sont des pratiques extrêmes ou plus exactement des pratiques des extrêmes. Toujours plus loin, elles entrainent les pratiquants dans une épreuve qu’il est nécessaire de renouveler pour qu’elle conserve sa saveur et son sens :

En plongée c’est la même chose mais puissance 10 quoi. Je ne sais pas s’il y a plus de risques en fait, c’est difficile à dire. Y a peut-être plus de peur, plus d’anxiété, parce que bon l’eau c’est quand même pas, c’est pas naturel quoi... je sais pas. Mais c’est la même excitation, c’est toujours pour aller plus loin (Jean-Michel, spéléologue).
Autant le parachute, je trouve que c’est une émotion à laquelle tu peux t’habituer. T’as toujours le plaisir, mais moins la crainte en fait qu’il puisse t’arriver quelque chose, oui un accident. Tandis qu’en BASE même si c’est pas la peur du vide, ou de... c’est plus le fait de... oui du risque que ça a quand même. Même si c’est calculé, enfin, même si le matériel c’est de plus en plus sécurisé, le geste final c’est quand même toi qui le commandes. Donc il n’y a pas de filet. Donc c’est vrai que tu ne t’habitues pas comme tu peux t’habituer au parachute avec la pratique. T’as toujours... T’es peut-être plus à l’aise au départ, mais je crois que ça te procure toujours la dose d’adrénaline assez forte (Florence, BASE-jumpeuse).

29Au moins autant que vers les autres, c’est ainsi vers soi que se tournent ces pratiques dans lesquelles « l’individualisme contemporain trouve un terrain d’élection » (Le Breton, 1996,41). Mais plus encore que dans une perspective ordalique ces activités répondent à une logique de maîtrise qui voisine avec ce qu’il convient de considérer effectivement comme une forme de « culte de la performance » (Ehrenberg, 1991) tant elle relève parfois de la croyance inébranlable qui rappelle une forme de foi. La perspective ordalique présentée par Le Breton trouve ici tout son sens et ses limites. À la transcendance divine à laquelle font référence en substance ces travaux, il semble qu’il faille préférer un principe d’immanence. Ce qui est ici subjectivement questionné relève moins d’un sens existentiel validé par quelques instances métaphysiques que par l’individu dans sa confrontation directe au monde. Aux Dieux se substitue l’homme et son expérience. L’horizon du sens se jauge davantage à l’aune de l’acteur et de ses actes que d’une reconnaissance divine. Focalisée sur l’individu, sans Dieu mais maître. Les récits dévoilent de façon extrêmement puissante la volonté de se frotter au monde et à soi dans une logique de performance qui vise à « gagner du terrain ». Comme s’il s’agissait de redéfinir la frontière qui sépare le sujet du monde. S’approprier l’espace en repoussant les limites de l’individu. Faire du monde son monde et se constituer ainsi en tant qu’individu, original et universel à la fois. Donner de l’épaisseur à l’individu, être quelqu’un, singulier et inédit.

30Et si cette logique cadre mal avec la perspective ordalique c’est enfin parce que les discours révèlent tout autre chose qu’une quelconque forme d’aléa. La dimension hasardeuse de l’activité est rigoureusement rejetée et le résultat d’abord renvoyé aux compétences individuelles. Ceux qui semblent fonder leur réussite sur la chance ne sont absolument pas salués, tandis que ceux qui « échouent » malgré une compétence reconnue sont au contraire excusés. Le prestige tiré des performances produites repose et s’explique bien davantage par les compétences individuelles vantées, que par une forme d’élection métaphysique. Ainsi, c’est avant tout à une idéologie de la maîtrise que se réfèrent les discours.

4. Le culte de la maîtrise

31À quelques rares exceptions près, les sports à risque ne sont pas des entreprises hasardeuses. Hormis peut être le fait qu’ils confrontent les pratiquants à l’éventualité de perdre la vie, ils n’ont rien de la « roulette russe ». La plupart des pratiquants, n’acceptent de provoquer la mort qu’à condition d’avoir pris d’importantes précautions. Ils ne sont ni inconscients, ni suicidaires. Ils n’abandonnent pas non plus leur sort au destin. Ils essaient au contraire de maîtriser autant que possible l’aléa :

Il y a des risques objectifs qui existent, comme les avalanches, les chutes de pierres, les chutes de séracs... Le mauvais temps peut être aussi un vrai risque, en cas d’orage surtout, ou de se perdre dans le mauvais temps c’est possible. Et puis après c’est à soi d’être capable de gravir, de franchir les obstacles quoi. Donc si on est bien entraîné, si on a le niveau technique pour faire la voie qu’on s’est donné, voilà ça va (Christine, alpiniste).

  • 8 Ce proverbe nous a été cité par Christophe pour le parachutisme et par Marc et Alain pour le parape (...)

32Ces sports se donnent alors à voir comme des pratiques particulièrement propices à une démonstration de maîtrise individuelle. Elles sont des épreuves. Elles requièrent nécessairement d’être capable de prendre la mesure de l’événement. Elles sont surtout des confrontations avec le milieu naturel. Elles ne sont pas sanctionnées par des règles construites ou par un arbitre, mais par un résultat indiscutable, infaillible, offert par le monde physique. Les sports à risque proposent donc de se confronter à cette alternative simple : maîtriser et vivre ou faillir et mourir. Comme l’indique ce proverbe que déclinent selon leur pratique alpiniste, parachutiste ou parapentiste : « Il n’y a pas de bons alpinistes, il n’y a des vieux alpinistes » (Jean-Luc, alpiniste)8. Dans ces disciplines, la survie est gage de maîtrise, et la maîtrise doit garantir la survie. De cette opposition frontale avec la mort, pratiquants et pratiquantes retirent un sentiment de puissance, d’ultime maîtrise. Ils sont capables de faire face aux lois intangibles de la nature et d’y survivre. Il ne peut être ici question de discuter, de remettre en cause l’issue de l’entreprise : la vie ou la mort. Seuls confrontés à la mort, ils s’en remettent à leurs ressources pour survivre. Ces pratiques ne sont donc en aucun cas suicidaires, elles sont un appel à la vie. On comprend dès lors combien la maîtrise fait figure de dimension centrale dans les pratiques sportives à risque :

Parce que justement, le fait qu’il y ait un risque, ça contraint à se dire : « là je peux le faire » ou « là je peux pas le faire ». Il faut voir s’il n’y a pas en cours de route des obstacles qui peuvent provoquer une catastrophe au moment du saut. Donc ces choses là elles doivent être mesurées, elles doivent être pesées, elles doivent être jaugées pour que justement tout se passe dans les meilleures conditions. C’est le côté savoir se maîtriser jusqu’au bout de la difficulté. Et ensuite c’est se balancer la difficulté la plus large possible, c’est savoir se balancer la difficulté la plus large et savoir la maîtriser (Patrice, parachutiste).

33Ce qui est particulièrement remarquable dans le rapport qu’entretiennent les pratiquants des sports à risque avec le danger, c’est qu’il constitue surtout un moyen de mettre à l’épreuve un niveau de maîtrise. S’engager dans une entreprise risquée ne signifie absolument pas que l’on souhaite que l’issue soit dramatique, au contraire. Mais il convient d’accepter l’éventualité de « tout perdre » si l’on souhaite « tout gagner ». Plus que tout, les prises de risque, lorsque l’issue est heureuse, procurent le sentiment de maîtriser une situation périlleuse. Le danger participe donc largement à la validation de la maîtrise (comme l’indique aussi l’adage cité plus haut) :

c’est vraiment la recherche de vitesse et de... en voiture, quand t’as un bon virage, et que tu sens que la voiture colle bien, quand tu accélères et que ça, là aussi ça te procure des sensations qui sont assez proches d’un plaisir euh. Parce que c’est le goût du risque mais en ayant l’impression de le, en tout cas en voiture, de le maîtriser (Florence, base-jumpeuse).

34Ce culte de la maîtrise s’accompagne immanquablement de nombreuses références à soi. Les pratiquants mettent l’accent sur le fait qu’ils sont pleinement responsables des conséquences de leur pratique. C’est à leurs compétences, leurs ressources, leur maîtrise qu’ils doivent leur survie. En ce sens les sports à risque mettent aux prises l’individu avec lui-même. Les prises de risque sont donc des épreuves hautement individuelles comme l’évoque Alain, faisant référence à sa pratique du parapente :

  • 9 Alain oppose aussi largement le risque inhérent à l’exercice de sa profession (éducateur spécialisé (...)

C’est-à-dire que les réponses c’est moi qui les ai en main, complètement. Et en plus les réponses elles sont le fruit d’une analyse de multiples paramètres, du lieu où je vais voler, de la voile que j’ai choisie, de la météo que je choisis, de l’aérologie que je choisis, qui sont très mouvants, mais la réponse c’est moi qui la... bon s’il y a la sanction – bon on peut avoir une sanction douce, enfin pas trop quand même en parapente – ça ne viendrait que de moi. Enfin sanction c’est pas le mot, réussite aussi, réussite. Bon c’est vrai que dans la région, maintenant quand il y a un jour de beau temps, mon téléphone chauffe. Ils savent que où il va Alain c’est le bon spot. Il faut trouver le bon coin, y a aussi ça, la recherche du bon coin. C’est-à-dire qu’il faut savoir d’après l’aérologie, où ça va voler bien, tel jour à tel moment et quand. Donc moi dès que c’est le week-end mon téléphone chauffe parce qu’ils savent que je suis du coin et que je connais tous les petits coins9.

35Dans les sports à risque, les pratiquants sont livrés à eux même. Ces disciplines sont inscrites dans une « volonté de corps à corps avec la nature où les seules ressources personnelles sont enjeu » (Le Breton, 1996, 41). Les acteurs sont responsables de leurs prises de risque. Il nous a été raconté lors des séances d’observation, comment dans le parapente, l’intervention des autres est proscrite : au décollage par exemple, ni aide, ni conseil ne sont donnés. Certes toute forme d’aide revient à prendre aussi une part de responsabilité, que ne veulent pas endosser les autres. Souvent les pratiquants font référence aux problèmes juridiques que pourrait poser ce type de situation en cas d’accident. Que se passerait-il s’ils conseillaient à un collègue de se lancer avant que celui-ci ne chute ? Ne pas intervenir dans la pratique des autres, c’est aussi se déresponsabiliser de ce point de vue.

  • 10 Jusque dans son appellation, le « vol libre » revendique la liberté.

36Mais la raison juridique n’est certainement pas la seule. Car les références à la responsabilisation de chacun et à l’impératif de liberté de cette discipline10 sont très fréquentes. De l’accès au site, à l’achat de voile jusqu’à la pratique de ce sport, il existe chez les parapentistes une réserve pour ce qui concerne les conseils et une apparente d’aversion à l’interdiction qui se présente comme le pendant d’une hypervalorisation de la responsabilité. Notons d’ailleurs, que ce rapport particulier à l’autre semble particulièrement fort dans le Base-jump. Sans revenir sur les interprétations proposées juste au dessus, on peut par ailleurs, penser que c’est aussi à ce prix que les pratiquants jouissent pleinement de la responsabilité de leurs exploits. Le culte de la maîtrise impose à chacun de s’en remettre à soi même, seulement à soi-même. L’intervention d’un tiers, même s’il s’agit seulement de conseil, revient aussi à déplacer ou plus exactement à diluer l’exploit.

  • 11 Le Breton parle à ce sujet d’une « illusion de contrôle » qui « naît lorsque le fait de hasard est (...)

37Dans leur duel avec le milieu naturel, les pratiquants préfèrent s’en remettent à leurs seules ressources. C’est par leurs compétences, ou par la chance dont ils revendiquent la responsabilité11, que ces sportifs gagnent leur face à face avec le monde. Du culte de la maîtrise au culte de l’individu il n’y a qu’un pas, qui transforme ces individus en héros. Culte de la maîtrise, de la performance et de l’individu se lient donc pour participer à un évident processus de distinction, producteur de héros dans une société qui invite chacun à « être quelqu’un ». Ces activités apparaissent ainsi comme de véritables pratiques d’individuation, en ce qu’elles sont des pratiques sociales qui fabriquent de l’individu, subjectivement et objectivement. Encore faut-il rappeler, car cela constitue un intérêt heuristique majeur du concept d’individuation, que les voies de l’individuation ne sont en aucun cas universellement partagées, pas plus que ce processus social ne peut être pensé comme monolithique. Comment pourrait-il en être autrement dans ces pratiques dont nous avons déjà montré qu’elles sont profondément marquées par l’« emprise du genre » (Löwy, 2006)

5. Des « raisons » sexuées

  • 12 Là encore il est possible de proposer un parallèle avec les consommations de drogues. Dans les usag (...)

38Les raisons qui donnent sens à l’engagement dans les sports à risque ne sont pas tout à fait les mêmes pour les hommes et les femmes. Quelques tendances rappellent avec insistance leur caractère sexué. Plus exactement les types de raisons qui émergent des récits se déclinent différemment pour les hommes et les femmes. Il apparaît que le plus souvent, les « raisons masculines » renvoient davantage à une certaine forme de reconnaissance sociale. Que ce soit dans une perspective distinctive ou dans celle du culte de la maîtrise, souvent les « performances » des hommes sont orientées vers les autres12.

39Cela se traduit par exemple pour Alain (parapentiste) dans le fait qu’il joue régulièrement le rôle de « fusible », en testant les conditions pour savoir si le vol est possible. Il est ainsi celui qu’on regarde, celui qui constitue une référence en quelque sorte. Et puis son rôle de « fusible » constitue aussi une reconnaissance de son niveau de maîtrise. Il est le fusible parce qu’il est celui qui est le plus apte à endosser cette charge, celui dont l’expertise permet de prendre ce risque.

  • 13 Les femmes sont d’ailleurs, d’une manière générale, beaucoup moins nombreuses que les hommes à s’en (...)

40Pour Patrice cela se manifeste différemment : il organise une compétition de « speed » à laquelle il participe, ce qui lui permet d’occuper un rôle central lors de cette événement et de faire la démonstration de sa compétence dans cette activité. La compétition est d’ailleurs un moment privilégié pour ceux qui souhaitent être reconnus car elle apporte une reconnaissance sociale qui découle de la performance. Elle offre également le moyen de se mesurer aux autres : il ne s’agit pas seulement de se dépasser mais surtout de dépasser les autres et d’instituer sa supériorité. Et parmi les compétiteurs le déséquilibre entre la part des hommes et celle des femmes est encore plus important que dans le cadre de la pratique non compétitive. Nous avons pu constater que les hommes adhèrent beaucoup plus que les femmes à cette forme de pratique13.

41Cette propension des hommes à orienter leurs performances vers les autres se manifeste également lorsque la pratique sportive doit compenser les défaillances professionnelles. Pour Catherine et Patrice dont nous avons présenté les cas, les perspectives sont différentes. Pour la première il s’agit surtout de se sentir mieux dans sa vie, de s’épanouir. Cette pratique est donc résolument tournée vers elle même. Il s’agit d’un bien-être individuel. Pour lui, il s’agit bien plus de trouver un espace de valorisation sociale. On peut penser ici que ces discours relaient une façon différente, sexuée, de mettre en mot les expériences. Mais cela illustre surtout le fait que si ces pratiques sportives sont inscrites dans une perspective distinctive et poursuivent un objectif de reconnaissance de soi, cette fin est satisfaite par des moyens qui diffèrent. Cela ne signifie pas que les prises de risques n’ont pas de résonance intime pour les hommes mais que celles-ci semblent beaucoup plus directement liées à une perspective sociale. Comme si l’épanouissement que procurent ces pratiques était intrinsèque à l’activité pour les femmes, extrinsèque pour les hommes.

42Quoi qu’il en soit, l’individu occupe toujours une place centrale dans le sens à donner à ces sports. Ces pratiques sont particulièrement propices à la rencontre avec soi et à la production des individus. Ce sont des épreuves lourdement chargées symboliquement qui engagent l’acteur dans une confrontation directe avec les lois intangibles de la nature et lui offrent pour seul recours ses propres ressources. Elles sont en ce sens des épreuves modernes, empreintes d’individualisme et pourvoyeuses de sens dans des sociétés qui invitent les individus à se construire comme acteur plutôt qu’à se conformer à des règles établies. C’est certainement le point sur lequel les pratiques des hommes et celles des femmes se rejoignent. Deux versants de l’impérieuse nécessité d’« être soi » (Ehrenberg, 1998).

43Mais cette proximité est loin d’être une constante. Au contraire, les sports à risque et les prises de risque sont plutôt des pratiques dans lesquelles les marquages sexués sont extrêmement nets et présents.

Notes

1 Dans ces sports l’intégrité physique et même la vie des pratiquants sont mises en jeu.

2 Nous devons noter malgré tout qu’il existe quelques professionnels de l’image qui vivent de la mise en scène de leurs exploits. Quelques magasines, événements (comme la « nuit de la glisse ») et même agences de production d’images (« Ultra sport production » par exemple) se spécialisent dans la mise en spectacle de ces sports. Par ailleurs, ceux qui encadrent la pratique (les cadres techniques) sont parfois professionnels. Mais ce ne sont que des cas isolés.

3 Nous ne faisons pas de différence ici entre significations données et finalités car dans les discours, elles sont souvent confondues.

4 Dans le texte, la présentation impose une mise en forme qui pourrait laisser penser que les extraits mobilisés relève d’une posture strictement illustrative. Ils doivent plutôt être compris comme des passages mobilisés parce qu’ils révèlent des tendances qui ont émergé de la lecture et de l’analyse systématique des entretiens.

5 Pociello l’a déjà montré, « les sports dans lesquels les pratiquants explorent des milieux insolites ou hostiles sont hautement distinctifs » (Pociello, 1981, 200).

6 Cela étant, les prises de risque sportives ne s’inscrivent pas toujours dans cette logique de compensation d’une existence trop bien réglée. Parfois les prises de risque s’inscrivent plutôt dans un certain style de vie qui cultive les prises de risque. C’est par exemple le cas pour Sabine, ou plus encore pour Jean-Charles qui privilégie aussi une certaine instabilité professionnelle à la sécurité de l’emploi.

7 Propos recueillis lors d’une séance d’observation dans un club de parachutisme.

8 Ce proverbe nous a été cité par Christophe pour le parachutisme et par Marc et Alain pour le parapente. Nous avons aussi eu plusieurs fois l’occasion de l’entendre lors d’observation de parapente.

9 Alain oppose aussi largement le risque inhérent à l’exercice de sa profession (éducateur spécialisé avec des enfants difficiles) et sur lequel il dit n’avoir que peu de prise, et le risque qu’il prétend contrôler en parapente. On retrouve donc dans ce discours ce que présente Le Breton lorsqu’il écrit que « l’individu enclin à aimer le risque dans certaines conditions le refuse absolument dans d’autres, notamment quand il n’a pas le contrôle de la situation » (2002a, 41). Il nous semble pouvoir lire dans ce constat un parallèle avec l’idéologie de maîtrise, et la valorisation qui en découle.

10 Jusque dans son appellation, le « vol libre » revendique la liberté.

11 Le Breton parle à ce sujet d’une « illusion de contrôle » qui « naît lorsque le fait de hasard est perçu comme relevant de l’adresse personnelle » (2002a, 142).

12 Là encore il est possible de proposer un parallèle avec les consommations de drogues. Dans les usages de ce type de substances seuls les antidépresseurs sont plus souvent consommés par les femmes que par les hommes. L’alcool ou le cannabis par exemple sont a contrario plus souvent adoptés par les hommes (Source INSEE, 2000 ; Regard sur la parité). On peut penser que la consommation de cannabis ou d’alcool peut se faire dans le cadre de relations de sociabilité, tournée donc vers les autres, tandis que les antidépresseurs renvoient vraisemblablement à une conduite beaucoup plus individuelle. C’est d’ailleurs ce que montrent les travaux de Choquet (1994).

13 Les femmes sont d’ailleurs, d’une manière générale, beaucoup moins nombreuses que les hommes à s’engager dans la compétition. C’est ce que montrent par exemple les résultats de l’enquête menée par l’INSEP et le Ministère des Sports (2000). Nous avons aussi montré cette différence parmi celles et ceux que nous avons interviewés et observés.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.