Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Troisième partie. Modes de pratique et rapports sociaux de sexe dans les sports à risque

Figures du risque, grammaires des prises de risque

Texte intégral

1Nous avons pu montrer que dans les sports à risque, les pratiquants ne s’engageaient pas tous de la même manière dans les prises de risque, ce constat renvoyant à l’incontournable subjectivité du risque Pour autant, . et même si l’on constate que ce sont bien les individus plus que la discipline sportive qui déterminent le rapport au risque, il ne faut pas négliger l’influence des conditions de pratiques. Sports à risque et prises de risque sportives, sans se confondre, se chevauchent. La définition du risque se fabrique donc entre conditions objectives de pratique et construction sociale subjectivée.

1. La fabrique du risque

1.1. Une construction sociale subjectivée

2L’appréhension indigène du risque ne se confond pas exactement avec le modèle statistique associé à la probabilité d’occurrence d’un événement. Elle illustre notamment le « glissement de sens du terme “risque” passant de la référence à une probabilité à celle d’une menace ou d’un danger » (Le Breton, 1995). Les échanges sur le risque renvoient souvent aux conséquences accidentelles qui peuvent survenir. De ce point de vue, les discours indigènes sont bien loin des discours savants. Ils s’éloignent également de cette objectivation du risque lorsque l’expérience subjective est prise pour universelle. Mais ce n’est pas toujours aussi évident. La définition du risque résulte de logiques complexes qui empruntent à différents registres d’influence.

3Elles puisent justement dans les savoirs « experts ». C’est-à-dire que sans se fonder rigoureusement sur une définition probabiliste, cette façon de construire le risque n’est pas étrangère aux discours des pratiquants. Cela permet notamment de mettre en perspective les pratiques sportives avec d’autres forme de conduites à risque : « C’est vrai que quand on compare objectivement, le nombre d’accidents de la route, nous c’est moins risqué » (Élodie, alpiniste).

4Cette appropriation profane du savoir expert s’observe également lorsque l’accent est mis sur la relativité du risque et sur la dimension sociale de sa construction. Erika (BASE-jumpeuse) insiste sur l’irrationalité de l’appréhension sociale du risque et sur le côté spectaculaire de certains accidents qui façonne l’imaginaire collectif en matière de conduites à risque :

Les gens, surtout l’été, là ça va bientôt recommencer, tous les jours les accidents à la télé, au journal tout ça, mais les gens ils regardent et puis ils disent : « tiens y a encore eu 10 morts », « Ah y a encore eu un car qui s’est écrasé », puis ils prennent la voiture sans réfléchir. Et dès qu’il y a 1 mort en BASE, c’est tout de suite l’euphorie partout. Et à côté, l’article à côté c’est 50 morts dans un accident de bus ou de train, ou je sais pas quoi. Mais là les gens ils ne regardent même pas. Ils ont l’habitude.

5Le dernier registre de discours savants qui imprime les récits puise dans la logique assurantielle. Les pratiquants, en particulier ceux qui sont investis dans les charges administratives, savent que le coût de la licence dépend directement de la « dangerosité » estimée de leur activité. Autrement dit, ils savent que les coûts pour les assurances, liés directement au nombre et à la gravité des accidents (ou plus exactement aux coûts d’indemnisation), se répercutent sur les tarifs de leur licence. Ils savent également que la pratique de leur discipline est incompatible avec certains contrats d’assurances, ceux qui couvrent un emprunt immobilier par exemple.

6Ces éléments mettent en évidence une certaine connaissance profane des savoirs experts. Les uns et les autres ne s’opposent pas et s’ils ne se confondent pas non plus, indéniablement, ils se croisent. À l’instar de Peretti-Watel (2002) il est possible d’y entrevoir une manifestation de la réflexivité de sociétés dans lesquelles les savoirs « scientifiques » sont toujours plus accessibles et largement diffusés. Dans les stratégies discursives, l’argument « savant » semble aussi peser. Il apporte une légitimité certaine aux propos visant à relativiser l’incongruité de ces pratiques sportives et par là même participe à une déconstruction des stigmatisations.

7D’autres influences concourent à la construction subjective du risque. Les médias participent à la « fabrique des risques » (Gilbert, 2003, 55). Les pratiquants insistent en particulier sur le rôle que ceux-ci jouent dans l’étiquetage des « sport à risque ». Car l’essentiel de la couverture médiatique de leurs sports se réduirait à la présentation des accidents. Ce traitement que l’on peut considérer comme partial participerait à produire une image biaisée de ces disciplines, mettant en scène les événements les plus spectaculaires :

C’est pas comme ski moto ou n’importe quoi d’autre qu’on peut regarder à la télé. Je veux dire, tout ce qu’on connaît du BASE, c’est les accidents. Et puis je veux dire que ça fait pas une bonne image d’un sport (Erika, Base-jumpeuse).

8Et la production subjective du risque ne se résume pas à l’influence conjointe des savoirs produits par les experts et des images véhiculées par les médias. Les expériences vécues contribuent à individualiser la lecture des risques. Nous avons d’ailleurs déjà montré comment la socialisation pouvait constituer une dimension centrale de la définition du risque :

– Et vos parents quand vous leur avez dit que vous alliez faire du parapente ?
 – Non ils n’ont pas été surpris. Ils ont trouvé ça naturel. C’était dans la logique presque des choses que j’avais faites auparavant, j’avais voulu découvrir. Donc non, pas surpris.
 – Dans la logique de la moto avant... et puis...
 – Oui je pense que c’est ça...
 – Et donc la moto, pareil, ils n’étaient pas surpris ?
 – Non. Je dirais qu’ils m’ont toujours fait confiance, ils m’ont toujours bien guidé et ils m’ont dit une chose qui paraît banale mais qui est vachement importante : « je t’interdirai jamais de fumer, parce que si je t’interdis de fumer t’auras envie de le faire, et si je ne t’interdis pas, tu le feras ou tu ne le feras pas, mais tu ne le feras pas avec une idée de défi ». Et effectivement, on ne m’a jamais interdit de fumer, et je n’ai jamais fumé. Si, juste une fois pour voir, pour ouvrir la porte. J’ai ouvert la porte. C’était même pas interdit donc c’était pas intéressant, ce qui était derrière ne m’a pas plu, j’ai refermé la porte et je n’ai jamais plus fumé. – Et pour le vélo, ils ne vous interdisaient pas de rouler vite dans les pentes ?
 – Voilà. Donc je l’ai fait. Mais comme c’était pas interdit, je n’ai jamais cherché à affronter et dépasser je dirais, une interdiction. J’avais le droit. J’avais le droit à condition de le faire intelligemment. Donc j’ai toujours pratiqué et toujours pris des risques sans chercher à ouvrir à la fois plusieurs portes. J’ouvrais qu’une porte à la fois. Jamais deux portes en même temps (Marc, parapentiste).

  • 1 1 C’est ainsi que les prises de risque « autorisées » sont présentées par Marc.

9La position éducative prise ici concourt inévitablement à dessiner les contours du rapport au risque. Ne serait-ce que parce que les prises de risque ne sont pas inconditionnellement proscrites. Le risque apparaît plutôt comme une composante de l’action avec laquelle il convient de composer de façon « réfléchie »1. Cette attitude parentale à l’égard du risque participe à la production d’une inclination particulière en proposant un message fort : s’engager dans le risque n’est pas interdit.

10D’autres expériences, plus ponctuelles, parfois plus « directes » aussi, orientent la fabrique du rapport subjectif au risque. C’est le cas notamment des expériences dramatiques. Tous les pratiquants ont déjà été confrontés à l’accident : soit ils ont été directement touchés (c’est souvent le cas), soit cela concerne un membre de leurs relations les plus proches. Ces expériences rappellent violemment, l’incontournable existence du danger et s’immiscent alors dans le processus de construction du risque :

Moi j’ai quand-même deux amis qui sont morts coup sur coup, donc tu te dis que... C’était quelqu’un qui était quand même très sécurité, qui était vraiment très... On sait pas pourquoi il est décédé, on sait pas ce qui s’est passé. Après y a encore eu un accident y a pas longtemps. Donc effectivement tu peux te dire que c’est pas trop risqué, mais le risque il est maximum... (Laeticia, parachutiste).
En fait ce qui s’est passé c’est juste après la première compétition, je suis retournée en montagne, puis là j’ai eu un accident. J’ai oublié que je marchais sur un glacier, je suis tombée dans une crevasse. Donc euh, fracture du dos, fracture du bassin (Christine, alpiniste).

11La production des risques par les pratiquants de sports à risque, au niveau microsocial, ressemble ici à ce que présente Gilbert dans son mode d’explication des « risques comme productions liées à des jeux d’acteurs » et nous ajoutons « et de facteurs »« multiples et variés » (Gilbert, 2003,70). Alors, l’expérience de la pratique semble surtout tempérer le caractère « risqué » de ces sports. Les récits donnent à entendre une sorte de « relativisation » des risques qu’encourent les sportifs. Finalement, il apparaît que pour eux, le risque n’est pas si grand et les accidents ne sont « pas si fréquents » :

Non, en spéléo c’est exactement la même chose. Pour moi y a... y a pas de risque, y a des règles, on les respecte, c’est comme sur la route y a des règles, si tu les respectes ça se passe pas trop mal en général, mais si tu les respectes pas bon bah tu prends un peu plus de risque. Mais bon, y a des règles, on s’y tient et ça se passe bien (Jean-Michel, spéléologue). Il y a bien sur sûrement du risque mais pas... enfin, pas le truc où t’as une chance sur deux de mourir quoi (Sabine, parachutiste).

  • 2 Sur les sites officiels Internet des fédérations, comme sur d’autres sites (BASE-jump.org, Wuza.fr, (...)

12Comme si la pratique quotidienne pouvait contredire les représentations sociales. Les accidents ne semblent pas si importants pour les pratiquants. Pourtant nous avons montré que tous ont déjà été concernés par un drame. Mais ces événements restent très ponctuels. Ils ne se produisent que quelque fois sur toute une carrière. Ils semblent qu’ils soient donc en quelque sorte intégrés dans la pratique. Comme les automobilistes s’accommodent des accidents de la route, les adeptes des sports à risque s’habituent aux dangers de leur sport. Car les pratiquants ne sont pas aveugles à la présence du risque. Dans les récits comme lors des observations, le risque et les moyens d’assurer la sécurité figurent parmi les préoccupations centrales. Les vérifications sont nombreuses et les rappels à l’ordre fréquents. Dans les discussions, les forums de discussion ou les revues spécialisées ce thème est incontournable2. Dans les aérodromes, à chaque largage des parachutistes, un responsable au sol compte le nombre des voiles ouvertes. À ce moment, la nervosité est évidente : on s’affaire, on scrute le ciel, on recompte. Alors si les discours tendent parfois à minimiser les risques, de nombreux indices montrent que la préoccupation sécuritaire est omniprésente.

13Cette tension dans la pratique entre un risque qui, d’une part est minimisé au point d’être présenté comme un impondérable mineur, et qui d’autre part constitue une préoccupation majeure montre combien la construction sociale du risque est complexe. Cela résulte des diverses influences qui participent à la fabrique des risques : entre la mise en risque médiatique et « scientifique » et la relative sécurité que semble proposer l’expérience de la pratique. Les individus s’approprient les discours que produisent les experts et les médias et les traduisent subjectivement en y intégrant leur expérience personnelle. Ils élaborent ainsi une certaine forme d’expertise individuelle reposant sur leur « sens pratique » (Bourdieu, 1980) comme produit de l’expérience et des connaissances. Expertise et lecture du risque qui se fondent également sur des conditions objectives de mise en sécurité de la pratique ou de mise en danger.

1.2. Des pratiques à risque au risque dans les pratiques

14La complexité des discours sur le risque tient donc notamment au fait qu’ils donnent à entendre des prises de position contradictoires. Celles-ci oscillent entre la négation du risque et une pleine reconnaissance de son inévitable présence. Mais plus qu’une véritable incohérence, il s’agit en fait de la mise en évidence d’une pluralité de conditions de pratique. Ces dernières déterminent le caractère plus ou moins risqué de l’engagement. Elles tiennent à l’encadrement technique et plus largement humain, aux conditions d’organisation des structures d’accueil, au matériel utilisé... Parmi les parapentistes par exemple, tous ne disposent pas de sellette rembourrée (parfois même équipée d’airbag) ou de parachute de secours. Le coût élevé du matériel pourrait ici expliquer les différences car le matériel est évidemment à la charge de celui qui pratique. Les contingences matérielles peuvent ainsi participer à la définition du risque de la pratique. Il ne s’agit pas de dire que le choix de voler avec le matériel de sécurité ne repose que sur les critères économiques, mais on peut certainement accepter l’idée que pour celui qui dispose d’un capital économique plus limité, le « choix » d’investir dans ce type d’équipement est plus difficile à faire. Mais ce choix relève aussi parfois d’aménagements de confort. Certains préfèrent ne pas s’encombrer de ce qu’ils considèrent comme d’inutiles artifices.

15L’organisation des différentes pratiques que nous avons étudiées peut également participer à les rendre objectivement plus ou moins risquées. Car la plupart de ces sports sont relativement jeunes (à l’exception de l’alpinisme). Les structures de formations sont donc parfois encore insuffisamment formalisées, voire inexistantes. C’est le cas notamment du BASE-jump qui reste une pratique qui échappe aux modes d’organisations de type fédéral. C’était aussi, récemment encore, le cas du parapente. Les débuts ont parfois été « expérimentaux » :

Au début, il y a quelques années, les voiles c’était des 9 caissons. C’était des voiles de parachutisme. Donc ils ont commencé à voler comme ça et les voiles se sont développées non plus uniquement pour descendre, mais aussi avec des meilleurs taux de chute pour pouvoir profiter des ascendances et monter. Et effectivement les voiles à cette époque là étaient très peu performantes. Donc on a réfléchi à comment les rendre plus performantes. Donc il y a des géo-trouve-tout qui ont trouvé des petite bidouilles pour les rendre plus performantes. Mais bon, à cette époque-là, l’aéronautique, l’aérologie, c’était bon pour les avions. Y avait des ingénieurs qui étudiaient les avions, mais pour les parapentes... Les profils souples, personne ne s’était vraiment soucié de savoir pourquoi ça volait, comment ça volait et de savoir comment les modifier. Donc c’était assez peu de gens, des bricoleurs, qui ont fait évoluer les parapentes, avec relativement peu d’accidents malgré tout. On peut se poser des questions, comment ça se fait que c’était aussi peu dangereux malgré le peu de moyens qu’ils avaient mis (Marc, parapentiste).
Et puis quand le parapente est arrivé, dans le petit milieu du para, du parachutisme et alpinistes, on était quand même pas nombreux. Ça s’est vite su quoi. Et je me suis retrouvé donc l’été suivant à aller essayer avec ceux qui avaient inventé, je me souviens c’était Jean-Paul surtout à M. Et donc voilà, avec mon aile de parachutisme. Alors c’était pas bien prévu mais ça marchait quand même, ça marchait quand même (Jean-Luc, alpiniste).

16Ce déficit de formation ou de matériel que présentent ces parapentistes, nous le notions, est toujours d’actualité pour le BASE-jump. Car cette pratique, « sauvage », illégale même, ne propose aucune structure de formation facilement identifiable. L’initiation à cette pratique ne se fait que de « proche en proche ». Il faut connaître un pratiquant pour pouvoir être formé ou plutôt accompagné. Tous les BASE-jumpeurs que nous avons interviewés ont été initiés par un proche : un ami ou un compagnon. Dès lors, celui qui souhaite investir cette pratique, s’il ne connaît personne, ne peut s’en remettre qu’à sa propre inexpérience :

J’en ai encore parlé récemment à un jeune, à un jeune para. J’en ai beaucoup qui viennent me voir pour essayer que je leur file la filière BASE-jump. Et je m’y refuse. Je m’y refuse parce que d’abord Max s’y refuse aussi. Bon pour moi il l’a fait, mais nous on avait un passé ensemble, on a fait beaucoup de sport ensemble, il me connaît bien. Il sait ce que je peux faire, ce que je ne peux pas faire, là où je dois progresser. Un illustre inconnu, il ne va pas prendre le risque d’envoyer un mec au tapis qu’il ne connaît pas. Donc, il faut d’abord partager un petit vécu je pense, ça me paraît évident. Mais le problème c’est que même parmi ceux qui ont ce vécu, bon ils ne lâchent rien. A L., au para club de L., il y en a un qui est très renommé pour le BASE-jump, ce petit jeune en question qui m’a interpellé le connaît bien, et ils se connaissent depuis des années, mais je lui dit « va le voir lui plutôt ». Parce que lui effectivement, c’est une figure, mais il ne veut pas. Non il ne veut pas c’est un peu leur petite caste quoi. Mais ce jeune là, à mon avis il va prendre un risque énorme. Il envisage de le faire d’une antenne, donc à basse altitude (Bruno, parachutiste).

  • 3 Nous voulons parler ici de la « structure de pratique », entendue comme le cadre d’organisation de (...)
  • 4 Nous ne disposons pas des données accidentologiques pour toute cette période mais les progrès matér (...)

17En terme de sécurité, les conditions de la pratique sont donc variables. Nous pouvons d’ailleurs constater ce que note Peretti-Watel à propos des conduites à risque des plus jeunes : « les prises de risque des jeunes sont souvent moins organisées, moins planifiées, mais aussi moins lucides, marquées par l’abandon au hasard, davantage que par la maîtrise de l’incertitude » (Peretti-Watel, 2002,25). Pour les mêmes raisons que les adolescents (moyens matériel) ou pour d’autres raisons, d’ordre structurel3, toutes les conduites à risque ne se déroulent pas dans les mêmes conditions de sécurité. Pratiquer le parapente aujourd’hui est certainement moins risqué que cela pouvait l’être il y a vingt ans4. Avoir les moyens économiques de s’équiper le mieux possible participe vraisemblablement aussi à réduire le risque. Les conditions objectives de sécurité ne sont donc pas les mêmes pour tous ni tout le temps.

  • 5 La FFP impose l’ouverture de voile à une altitude supérieure à 850 mètres. Dans les structures que (...)
  • 6 C’est ainsi que cette technique est appelée dans le compte rendu de la deuxième journée médicale du (...)
  • 7 Source : commission médicale FFP.

18D’autant que finalement, ces sont les pratiquants qui incarnent les pratiques et définissent par conséquent, le caractère plus ou moins risqué de l’activité. Les discours recueillis relayent largement cette position. Les observations l’appuient également. Dans le cadre du parachutisme par exemple, tous ceux qui sautent n’ouvrent pas leur voile à la même hauteur. Les derniers à sortir de l’avion ne sont pas toujours les derniers posés. En revanche ce sont souvent les mêmes parachutistes qui sont parmi les premiers à atterrir. Certains déclenchent l’ouverture plus haut, d’autres plus bas. C’est à dire que les règles ou consignes de sécurité ne sont pas semblablement respectées. Les ouvertures basses constituent une conduite à risque explicitement condamnée par les règlements5. Les conduites sous voile témoignent également des différences en terme d’engagement dans le risque. C’est remarquable à proximité du sol. Lors des échanges avec les pratiquants pendant les observations, il nous a été plusieurs fois rapporté que la plupart des accidents mortels récents étaient consécutifs à une manœuvre particulière : le « flare ». Celle-ci consiste à venir frôler le sol à grande vitesse avant de se poser. L’effet peut être spectaculaire. L’erreur peut être fatale. Cette technique est même appelée parfois « virage de la mort »6. Elle est effectivement à l’origine d’une part importante des décès en parachutisme ces dernières années7. Quelques parachutistes réalisent cette manœuvre, d’autres non. Et cette « grammaire » de l’engagement risqué se décline de la même façon dans les autres disciplines sportives. En parapente, cela se traduit par exemple dans le rapport au matériel de sécurité. Tous les parapentistes ne portent pas de casque, tous n’ont pas de parachute de secours, tous n’ont pas de sellette rembourrée. Ici le niveau de pratique importe peu. En cas d’accident, quelle que soit la compétence du sportif, les conséquences sont moins graves si les protections sont plus importantes.

19Mais si elles existent, ce ne sont pas seulement ces différences objectives qui structurent les représentations et différencient dans les récits les conduites à risque des pratiques « sans risque » (Marc, parapentiste). La fabrique des risques repose également sur l’appropriation subjective d’une construction sociale qui fabrique de la norme et de la déviance. Les mises en risque distinguent en effet, les conduites à risque de celles qui ne le seraient pas ainsi qu’elles instaurent une différence entre « bons risques », tolérés voire même valorisés et « mauvais risques », proscrits et stigmatisés.

2. Entre valorisation et stigmatisation du risque

2.1. Du risque au risque pour soi

20Si l’évaluation subjective des risques ne repose jamais seulement sur un calcul rationnel, c’est aussi que les prises de risque ne sont pas perçues de la même manière selon qu’elles concernent les autres ou soi-même. Jamais les sujets ne se présentent comme des « preneurs de risque ». Ils ne nient pas le fait que parfois ils s’engagent dans le jeu du risque, ne réfutent pas non plus le côté ludique que peut offrir la prise de risque, mais refusent ce qu’ils semblent entendre comme un étiquetage. La catégorie « sport à risque » est d’ailleurs unanimement rejetée lorsqu’elle est proposée pour la discipline qu’ils pratiquent. Mais il y a plus. Les discours donnent à entendre une mise à distance du risque dans la pratique personnelle, grâce aux précautions prises, au sérieux de l’approche, à la fiabilité du matériel et surtout à la compétence dans l’activité :

À partir du moment où on respecte les consignes à la lettre, qu’on vous a indiquées, c’est-à-dire pas faire des virages à la dernière minute à 100 mètres. À partir du moment où on reste face au vent à l’atterrissage, parce que le risque c’est pas en chute. En chute à partir du moment où on arrive à contrôler, le risque on va dire c’est si on arrive pas à se contrôler. Ça c’est plus grave. Donc là il faut peut-être reprendre des cours avec un moniteur. Après sous voile, à partir du moment où on arrive à connaître le sens des vents, si on est bien positionné... Je pense que le risque, pour moi, le plus grand, c’est l’atterrissage. C’est-à-dire un mauvais atterrissage, tu peux te casser. C’est plus la chute, l’arrivée au sol, que tout le parachutisme en lui-même. J’ai même pas imaginé je pense, que si jamais j’essaie d’ouvrir mon parachute j’y arrive pas (Martine, parachutiste)
Aujourd’hui un parapente, c’est un micro qui étudie un profil, qui étudie comment le coudre pour rendre ce profil, qu’il soit réalisé le plus techniquement et puis finalement c’est pas mal d’heures de réglages pour améliorer certains points de détails, mais un parapente qui sort des ordinateurs aujourd’hui, il vole. Il vole bien. Et après pendant 6 mois on le met en test pour l’améliorer, pour le confier à un public qui peut voler sans se soucier. Vraiment on sait que ça vole bien, on l’a testé pour les différents types de gens, du débutant au pilote confirmé (Marc, parapentiste).
Le risque est réduit. Après le risque c’est moi. Mais bon, a priori si j’y vais c’est que je suis concentrée, que je suis prête, que, voilà tout ça. Bon maintenant y en a toujours, y en a qui vont dire : « tu peux tomber dans les pommes, tu peux avoir la crampe », enfin bon, je suis préparée, je sais que ça ne va pas m’arriver (Christine, alpiniste).

  • 8 Même si les règles de pratiques les plus établies institutionnellement sont celles qui concernent l (...)
  • 9 C’est d’ailleurs ce qui fonde la distinction entre « sport à risque » et « prise de risque ».

21Le déni du risque pour soi, qui voisine avec la reconnaissance de l’inévitable présence du risque dans l’absolu, repose donc sur la valorisation des compétences personnelles plutôt que sur une sous-estimation du danger. L’existence du risque n’est pas niée, mais les pratiquants insistent sur leur capacité à le contenir. Ainsi, la définition des prises de risque dans l’absolu est explicitement rejetée. Plus exactement, lorsqu’elle est constituée en catégorie, elle prend la forme d’une figure « repoussoir » dans les discours. C’est ainsi notamment parce qu’elle renvoie symboliquement à une certaine irrationalité qui voisine avec la folie. Les catégories « prises de risque » et « sports à risque » matérialisent en fait un processus d’étiquetage et de stigmatisation. Il n’est pas surprenant dès lors que les récits donnent à entendre une mise à distance systématique par rapport à ces ensembles qui sont ensembles de sens plus que véritablement ensembles de pratiques. Pas étonnant non plus que quelques individus victimes d’accidents ou adeptes de conduites jugées « trop risquées » soient stigmatisés. L’exclusion des uns produit mécaniquement l’inclusion des autres et la déviance des premiers fabrique la « norme » des seconds. Cette double dynamique qui combine stigmatisation des prises de risque et individualisation des modes de contrôle8 et de jugement inscrit fondamentalement la question et le traitement des prises de risque dans le périmètre de l’individu. Notamment parce qu’elle procède d’une logique de responsabilisation des pratiquants. Même si parfois les récits dédouanent les victimes d’accident, il semble que cela relève davantage de stratégies discursives qui sont du reste relativement anecdotiques. Le plus souvent, les discours mettent en exergue la responsabilité individuelle, pour les performances comme pour les accidents. Cela se manifeste par le glissement d’un risque subi qui s’imposerait de façon exogène, à l’appréhension du risque comme produit des conduites de chacun, construit donc de façon endogène9. Il appartient au pratiquant de construire les conditions de son engagement. Cela se traduit donc par une individualisation de la gestion du risque entendue comme relevant de la compétence du sujet.

Note d’observation :
Dans le parapente notamment, nous avons pu constater que les conseils sont donnés avec une certaine prudence. Cela vaut en particulier pour ce qui relève de la décision à prendre de voler ou non. S’opère ainsi une responsabilisation individuelle autant qu’une déresponsabilisation des tiers.

22L’engagement dans le risque et les prises de risque s’inscrit donc bien davantage dans la perspective d’une idéologie de la maîtrise individuelle telle que la présente Lyng (2005) que dans une perspective ordalique (Le Breton, 1995) qui pourrait-on dire, « déresponsabilise » les individus. Si le danger est provoqué, il s’agit moins d’éprouver le sens spirituel de son existence que de valider l’individu. Il n’y a pas de résignation dans le rapport du risque, mais plutôt la mise à l’épreuve et l’affirmation d’un « omni-contrôle ». En ce sens il est possible d’envisager un parallèle entre les risques dont il est ici question, et ceux qui sont caractéristiques des « sociétés du risque » et de la « seconde modernité » (Beck, 2001) : responsabilisation humaine, glissement d’un risque subit vers la construction des moyens de contrôle, risques produits par le sujet et pensés à l’aune de l’individu. L’étude des sports à risque pourrait apparaître ainsi comme traduction au niveau microsociologique d’une tendance sociétale constaté au niveau macrosociologique. Il convient pourtant de rester humble. L’écueil de la surinterprétation se pose particulièrement lorsque l’on risque l’interprétation en osant les changements d’échelle d’analyse.

23Et ce déni du risque personnellement encouru s’appuie aussi sur la conviction d’une certaine forme d’élection et d’intervention métaphysique en guise de filet. Le destin, la chance ou les anges sont convoqués pour pallier d’éventuelles faiblesses : « Tu te rends compte du risque, mais c’est vrai qu’y a des moments où t’es trop fatigué parce que t’as marché, t’as... et là tu fais appel un peu à ton ange gardien » (Florence, BASE-jumpeuse).

Mais c’est vrai qu’il faut un peu de chance aussi. C’est ce capital chance qui te permet de te faire de l’expérience quand tu fais des conneries et que tu t’en sors. Et c’est vrai que j’ai eu une période comme ça (Jean-Luc, alpiniste).

24Est ainsi développé un puissant sentiment de maîtrise qui, pour ainsi dire, les dépasse et les rassure. Perception qui s’apparente à l’« illusion de contrôle » et au « biais d’optimisme » dont fait état Peretti-Watel (2002, 27) dans ses travaux. L’engagement dans les sports à risque ne peut donc absolument pas s’apparenter à une entreprise suicidaire. S’ils savent parfois s’engager dans un duel avec la mort, il n’y a pas d’intention de perdre la vie. Il s’agit au contraire de la gagner. Même pour ceux qui s’engagent le plus intensément dans les prises de risque, l’éventualité de l’accident est minimisée. Même dans ce cas de figure le plus extrême, l’existence du risque semble valoir surtout pour les autres.

25Ce déni du risque pour soi, dont on peut penser qu’il est nécessaire pour poursuivre sereinement l’activité ou qu’il relève d’une logique de valorisation de sa propre expertise, passe également par la production de contre-modèles stigmatisés, dans lesquels ceux qui racontent ne se reconnaissent pas. La production de ces « mauvais exemples » participe aussi à la mise à distance du risque et de quelques figures stigmatisées. Ce processus de distanciation que nous avons pu observer dans le cadre des sports à risque n’est d’ailleurs pas spécifique à cette forme de prises de risque. Duprez et Kokoreff (2000) ont montré par exemple comment les consommateurs de cannabis « utilisent » l’image de l’héroïnomane dépendant et malade pour minimiser les risques qu’ils prennent. Toutes les prises de risque « ne se valent pas ». Certaines sont tolérées, d’autres sont condamnées. La construction du risque opère une sorte d’opposition entre les « bons risques », ceux qui sont légitimes, et les « mauvais risques » ceux qui sont condamnés.

2.2. Prises de risque tolérées, prises de risque condamnées

26Des attitudes extrêmement paradoxales sont adoptées à l’encontre du risque. Nous avons montré comment les sportifs pouvaient tout à la fois reconnaître et refuser l’existence du risque. Il apparaît également que les prises de risque puissent être tantôt acceptées, parfois même valorisées, tantôt fermement condamnées.

27Parfois elles sont en effet présentées comme des conduites inconscientes, insensées :

Je pense quand même qu’on peut mettre beaucoup de chances de son côté pour que ça se passe super bien. Par contre on peut aussi n’en avoir rien à foutre, et on en voit pas mal. C’est pas qu’ils n’en ont rien à foutre, c’est que je crois en fin de compte qu’ils ne se rendent pas compte. Y a une part d’inconscience en fin de compte. Mais je crois que ce type de sports là, c’est pas fait pour ces gens là. Ces gens là ils vont mourir un jour. Bon quand je dis ça, je le souhaite pas, mais moi je trouve inconsidéré qu’on puisse se jeter dans ce genre d’activités comme ça, de manière aussi inconséquente, ça me paraît risqué quand même (Marc, BASE-jumpeur).

28Dans des sociétés souvent présentées comme étant particulièrement sensibles à leur sécurité (Ewald, 1986, Le Breton, 1995 ; Gey, 2004...), la perspective d’une condamnation, et même d’une certaine forme de stigmatisation des prises de risque ne semble pas très surprenante. Ce qui l’est davantage, et qui montre combien le rapport au risque est ambivalent, c’est que les pratiquants admettent qu’ils aiment parfois, eux aussi, s’engager dans les prises de risque :

T’es à six et tu veux faire une figure, bah c’est clair que t’es pas ouvert à 1000 mètres quoi. C’est génial tout ça, on va ouvrir à 900, tu te laisses descendre et puis pour finir t’ouvres ta voile à 400 quoi. Bah ouai. Mais bon, tu vois c’est pas chaque saut non plus mais une fois de temps en temps forcément. Mais c’est une fois de temps en temps. Je sais pas, peut-être qu’en tout, tu sais une fois de temps en temps t’as envie de jouer un petit peu quoi (Sabine, parachutiste).
Voilà on tire un peu plus loin [...] dans les sauts loisirs, c’est vrai que ça m’arrive de m’amuser à m’enfoncer un petit peu. C’est assez grisant, on voit la planète monter, on, on sait qu’on a plus beaucoup de temps donc euh... (Thibaud, parachutiste).

29Les récits présentent donc ce paradoxe : des acteurs s’engageraient dans des pratiques qu’ils réprouvent. Ferrand et Mounier (1998) ont déjà été confronté à ce cas de figure en matière de prises de risque dans les relations sexuelles. Il peut exister un hiatus entre les prescriptions et les actions des individus. C’est effectivement ce que nous pouvons constater. Deux explications pourraient répondre à cette apparente incohérence. La première repose sur le fait que se rencontrent dans les sports à risque des systèmes normatifs différents. La seconde qui d’une certaine manière découle de la première trouve sens dans les modes de légitimation de certaines prises de risque.

2.2.1. Des pratiques stigmatisées

30Les pratiquants de sports à risque ne sont pas isolés dans leur univers de pratique. Ils croisent aussi évidemment à d’autres mondes sociaux. Ils se confrontent ainsi à l’image que renvoie leur engagement dans des « sports à risque ». Ils se heurtent alors, parfois violemment, à l’incompréhension, voire la réprobation :

– Qu’est-ce que toi même tu penses de ce sport ? Est-ce que tu dis : « ouh la, ils sont tous des fous, et puis il y a encore des filles alors là y a quand même un problème » ?
 – toi t’as l’impression que les gens vous prennent pour des fous ?
 – Beaucoup je crois oui, parce qu’ils ne comprennent pas. Comme tous les risques, tous les sports qui sont classés un peu risqués [...]
 – Alors ça ne te gène pas qu’on pense ça de toi ?
 – Non. Ah non.
 – Et tu as envie d’expliquer aux gens qui ne comprennent pas ?
 – Non, souvent, les gens ils posent la question mais, assez souvent faut... si j’ai l’impression qu’ils ne comprennent pas, ou qu’ils ne veulent pas comprendre, je change de sujet. Parce que qu’est-ce que tu veux essayer de faire comprendre à quelqu’un qui veut même pas comprendre non plus. Si tu veux expliquer à quelqu’un que 1 plus 1 ça fait 2, et qu’il va te dire non, non, c’est non, et puis même si tu lui expliques 10 000 fois, bah c’est pour lui c’est non, bah c’est non je veux dire. Il n’y a rien à discuter dans ce cas là (Erika, BASE-jumpeuse).

  • 10 C’est la définition que donne Goffman (1963) du stigmate.

31La pratique d’un sport à risque semble ainsi agir comme un stigmate. Ceux qui le portent sont considérés comme des fous. Il s’agit donc bel et bien d’un « attribut qui jette un discrédit profond »10 (Goffman, 1963, 13). Le système normatif de la « société civile » (Gilbert, 2003, 61) considère d’une certaine manière, les sports à risque comme des pratiques déviantes et que par conséquent ses adeptes sont des « outsiders » (Becker, 1985). La pratique du BASE-jump est exemplaire sur ce point, puisque ce sport est illégal. Sa pratique est interdite en France. Si ce cas est le plus extrême, et même si les autres pratiques sont autorisées, instituées même, les pratiquants n’échappent pas totalement à la stigmatisation. Celle-ci est simplement d’autant plus forte que la pratique échappe aux institutions et que l’on qualifie parfois de pratique « sauvage ». C’est d’ailleurs ce que montre aussi Peretti-Watel à propos des conduites à risque adolescentes qui sont d’autant plus considérées comme déviantes qu’elles échappent au contrôle des adultes (Peretti-Watel, 2002, 25). Mais quelle que soit leur discipline, les sportifs sont conscients de l’étiquetage dont ils font l’objet et le refusent. Ils condamnent même leurs « juges » considérant que ceux ci ne les comprennent pas et leur renvoient, dans un rapport d’opposition, l’étiquette : « Et je me souviens un jour m’être fait cette réflexion, c’était dans une forêt derrière Saint-Etienne, j’avais volé et j’étais en voiture et d’un seul coup dans un virage je me retrouve avec une bagnole qui était arrêtée dans le virage, et le type, la famille, un homme et sa femme qui étaient sortis de la bagnole pour regarder les parapentistes ». Et je me suis dit « ils sont en train de se dire que peut-être les parapentistes sont des gens tarés, mais eux ils étaient arrêtés au milieu de la route dans un virage. Ces gens-là sont complètement fous. Eux ils sont inconscients, ils sont pas du tout conscients du danger et vraiment ils sont dangereux » (Jean-Charles, parapentiste). Les pratiquants de sports à risque illustrent alors exactement le double sens que peut prendre la notion d’ « outsider » : « Quand un individu est supposé avoir transgressé une norme en vigueur, il peut se faire qu’il soit perçu comme un type particulier d’individu [...]. Cet individu est considéré comme étranger au groupe [outsider]. [...] Mais l’individu qui est ainsi étiqueté comme étranger peut voir les choses autrement. Il se peut qu’il n’accepte pas la norme selon laquelle on le juge, ou qu’il dénie à ceux qui le jugent la compétence ou la légitimité pour le faire. Il en découle un deuxième sens du terme : le transgresseur peut estimer que ses juges sont étrangers à son univers » (Becker, 1985,25).

Note d’observation :
Sur un site de parapente à proximité de la frontière avec le Belgique, on m’a raconté que lorsqu’un parapentiste Belge se blesse sur ce site (en France), il lui est demandé d’aller se faire soigner en Belgique pour éviter de « faire la une de journaux avec un accident ». Car on déplore que l’image du parapente la plus souvent proposée par les médias concerne surtout les accidents. Cette façon de faire témoigne de la sensibilité des pratiquants à l’image que leur discipline véhicule et à la stigmatisation dont ils peuvent parfois être l’objet, et qu’ils déplorent.

32Si deux systèmes normatifs semblent donc s’opposer, les choses ne sont pas si radicales. Les mondes des sports à risque ne sont pas hermétiques. Nous l’avons noté déjà, ces mondes ne sont pas clos. Les exigences sécuritaires qui imprègnent les sociétés occidentales contemporaines se diffusent ainsi largement dans les discours et les pratiques.

  • 11 Ce terme est celui qu’emploie Ewald (1986) pour caractériser les sociétés occidentales contemporain (...)

33Les formations de cadre comme les moyens de communications institutionnels (revue fédérale par exemple) rappellent avec force l’importance des consignes de sécurité. La presse spécialisée évoque fréquemment les questions liées à ces préoccupations. La référence assurantielle11 façonne également la tolérance à l’encontre des prises de risque. Car les pratiquants le savent, plus les accidents sont nombreux, plus leur assurance est chère. Dans ces conditions il n’est pas très étonnant que les discours recueillis lors des entretiens mettent souvent l’accent sur la sécurité et condamne, parallèlement, les prises de risque.

34Cette préoccupation sécuritaire est aussi remarquable sur les terrains de pratique. Dans les clubs, les règles de sécurités sont très fréquemment rappelées par les responsables, techniques et administratifs. Lorsque celles-ci ne sont pas respectées, des sanctions peuvent être prises. Ils assument ainsi une part importante de leur fonction qui constitue aussi une lourde responsabilité : « Bon des conneries comme ça on en a faites. Je ne l’ai pas fait pour dire “j’ai sauté à 400 mètres”, mais je l’ai fait quand même. Parce que t’es dans le truc, et puis euh... et puis c’est un petit peu marrant quand même de le faire. Alors tu revenais “ouai, vous avez sauté !”, nous on le disait pas, c’était interdit. Tu te faisais interdire de saut. [...] Donc là, on sautait à 400 mètres mais on ne le disait pas. Parce que sinon on se serait fait interdire » (Bruno, parachutiste).

35Il est plus surprenant de constater que le contrôle de ces règles se distribue parfois de façon plus diffuse. Sans qu’ils occupent un poste formellement défini leur conférant une fonction de cet ordre, il n’est pas rare que des pratiquants, en particuliers les plus expérimentés, conseillent, contrôlent voire sanctionnent, ceux dont les prises de risque sont perçues comme inconsidérées : « Oui. Moi j’ai... je me suis fâché avec quelques personnes sur la région, qui sont plus dans mon club, et j’en suis pas mécontent. Comment ça s’est passé avec ces personnes là, c’est simple je lui ai dit “tu vas te tuer”, et la personne s’est fâchée quand je lui ai ça. C’est tout, moi je préfère que ce soit comme ça. Je préfère qu’on soit fâchés et qu’il soit en vie que l’inverse » (Marc, parapentiste).

  • 12 « sous la forme la plus générale, la densité d’un réseau est la proportion des liens existant par r (...)

36S’exerce donc ici un contrôle social du groupe sur lui-même qui peut, par le jeu de ses membres, proposer un éventail de « sanctions » pouvant aller de la manifestation de désapprobation, à l’exclusion plus ou moins formelle. On peut penser d’ailleurs que la structure sociale des groupes de pratique dans les sports à risque se prête particulièrement bien à l’exercice d’un contrôle social par les pairs. Car ces groupes sont souvent petits et denses12. C’est-à-dire que les individus qui composent ces réseaux de relation interagissent largement. Or « la pression sociale et les motifs sociaux ne sont opérants que dans des groupes de faible dimension, suffisamment petit pour que les membres aient des contacts directs avec les autres » (Oison, 1966, 84). En d’autres termes c’est une « qualité » caractéristique des « petits mondes » que d’être propice à ces modes de distribution du contrôle social.

Note d’observation :
À l’occasion d’une séance d’observation de parapente, un des pratiquant parmi la dizaine de présents sur les lieux est physiquement à l’écart des autres. Personne ne lui parle et il ne parle à personne. Les échanges entre tous les autres sont pourtant très amicaux. Quelques questions me permettent de comprendre que cet individu a été exclu du groupe. Alors qu’il s’engageait dans des conduites considérées comme trop risquées, les réprimandes qui lui ont été adressées ont provoqué une altercation verbale violente (proche de l’affrontement physique). Depuis, plus personne n’a de contact avec lui. Sans en être l’unique cause, les prises de risque jugées excessives motivent ici l’exclusion d’un individu par le groupe.

  • 13 « repousse tes limites ».
  • 14 « moment extrême ».

37Pourtant, comme les entretiens évoquent parfois le jeu du risque, les observations nous ont permis de noter quelques injonctions contradictoires. Elles émanent notamment des interactions entre les pratiquants mais aussi de messages « officieux » que donnent à voir par exemple les équipements ou les vêtements que portent les pratiquants. Ces supports aux textes évocateurs, proposent des valeurs liées à l’extrême, aux prises de risque ou au courage. On troue par exemple sur les T-shirts des inscriptions du type : « alors, cap ou pas cap ? », « adrénaline », « push your limits »13, « extreme time »14... Ces propositions sonnent comme autant d’incitations à s’engager dans les prises de risque. Elles témoignent ainsi du caractère ambivalent du risque dans ces territoires de pratiques. Pour le moins elles invitent à envisager l’existence de « bons risques », dans des systèmes normatifs plus complexes.

2.2.2. « Bon risque » et « mauvais risque »

38Sans qu’elles soient proprement valorisées, certaines façons de faire considérées comme des prises de risque ne sont pas non plus exactement stigmatisées. Cela concerne les conduites qui sont perçues comme involontairement risquées ; celles qui résulteraient manifestement d’un déficit de connaissance ou de conscience du danger plutôt que d’une envie délibérée de s’y frotter. Ces formes de prises de risque sont d’ailleurs aisément avouées : « Je ne suis pas quelqu’un qui prend des risques. Ou alors si mais par, peut être par manque de rigueur parfois. Ça m’est arrivé de ne pas mettre ma barrette de poitrine, parce que je suis un peu dans la lune, mais volontairement je ne vais pas me faire un atterrissage un peu rude, j’ouvre plus tôt, je pourrais ouvrir ma voile plus bas vu les sauts que j’ai, mais j’ai tendance à l’ouvrir plus haut au cas où ça ne va pas » (Marine, parachutiste) ;

On ne le sait pas quand on commence. En fait les plus gros risques que l’on prend c’est au début. En tout cas pour mon parcours et puis beaucoup de parcours de spéléo, la plupart des personnes avec qui je plonge on appris, on apprend les bases avec, il peut y avoir un stage. Donc on apprend les bases, mais ces bases elles sont bien que pour l’endroit où on va apprendre. C’est-à-dire que ça va être de l’eau claire etc. Maintenant pour tout ce qui est le reste, ça non il faut apprendre sur le tas quoi, y a pas d’autre solution. Donc moi j’ai pas fait de stage, j’ai commencé seul. Donc j’ai pris effectivement, je ne le savais pas à l’époque, parce que maintenant avec le recul, on prenait en fait de gros risques quoi. Parce qu’au moindre pépin, t’as pas d’expériences, parce que j’avais pas d’expériences en plongée non plus, moi j’ai commencé tout de suite dans un siphon, donc on a absolument pas conscience du danger, absolument pas (Jean-Michel, spéléologue).

39Et si elles sont facilement reconnues par ceux qui les pratiquent, ce peut être aussi parce que ces mises en danger de soi sont « pardonnées ». Elles le sont parce qu’elles résultent plus d’une négligence que d’une entreprise délibérée : « Il y a toujours une barrière de sécurité qu’on a franchie, volontairement ou involontairement. Si c’est involontaire c’est mieux. Si c’est volontaire, là, c’est dans le domaine, je dirais un peu de l’inconscience » (Patrice, parachutiste). Mais ces cas particuliers relèvent des conduites à risque plutôt que des prises de risque à proprement parler, puisqu’il n’y a pas de réelle intention de se confronter au danger. C’est-à-dire que dans les discours indigènes, la distinction semble faite entre conduites à risque et prises de risque. Tandis que les premières sont acceptées, les secondes sont proscrites.

40Les véritables formes de prises de risques pouvant être valorisées sont celles qui s’inscrivent dans une logique de performance ou de progression. Elles sont présentées comme un passage obligé pour celui qui souhaite s’améliorer : « Je pense que forcément tu dois te faire un peu violence pour progresser. Tu te mets forcément dans des conditions soit plus fortes, soit... Ici c’est moins vrai mais en montagne si tu veux faire des compétitions tu fais des transitions, tu te fais brasser. Forcement tu prends plus de risques » (Catherine, parapentiste).

41Les prises de risque se donnent ainsi à voir comme des moyens de mieux maîtriser l’activité, et par conséquent de réduire le risque. Elles sont perçues comme telles, en conscience, sans être vraiment recherchées pour elles-mêmes. Elles sont un moyen, ici encore mal nécessaire, plutôt qu’une fin. En ce sens elles sont valorisées puisqu’elles demandent un engagement important qui voisine avec le courage et qui poursuit in fine, un objectif de maîtrise. D’ailleurs, les prises de risque sont également valorisées lorsqu’elles prennent la forme d’épreuves qui consacrent un niveau de maîtrise :

On a, nous ce qu’on appelle toujours le fusible. Alors le fusible c’est celui qu’on regarde pour voir vraiment l’air comment il est, comment ça vole dans l’air. C’est celui qui part le premier le fusible. [...]. Je fais le fusible dans des lieux que je connais. Parce que je connais bien les sites de la côte et tout ça. Je connais parfaitement (Alain, parapentiste). Je pense qu’aujourd’hui y a des gens qui volent depuis longtemps, qui volent bien, et puis y a des gens qui volent depuis très peu de temps et qui volent mieux parce que ces gens sont plus prêts à prendre des risques. Mais c’est le choix de chacun. Y a des gens qui effectivement, sont des champions, des gens qui sont les meilleurs, dans les cinq meilleurs mondiaux, j’en ferai jamais partie parce que je ne suis pas prêt à prendre les risques qu’ils prennent. Je dis pas que ce sont des fous mais ce sont des gens qui sont capables de calculer et de faire des choix à un moment très précis, de dire « oui je fais ça » (Marc, parapentiste).

42Ces prises de risque s’inscrivent alors, de façon paradoxale, dans une certaine idéologie sécuritaire puisqu’elles mettent en scène ou qu’elles visent une maîtrise « extrême » du risque. Comme une conquête de sécurité sur des terrains particulièrement dangereux. Ce serait donc finalement sur l’idée de maîtrise que repose l’acceptabilité des prises de risque. On est ici très proche d’une pratique du « edgework » telle que la présente Lyng (1990), comme une mise à l’épreuve des limites dans une quête absolue de contrôle. Ceux qui gagnent ce pari sur la vie, engagé avec (ou plutôt contre) la mort sont des héros, des surhommes qui participent à repousser les « latitudes fonctionnelles » (Canguilhem cité par Pociello, 2000, 12) humaines. Ces sportifs de l’extrême semblent repousser les limites de la sécurité sur le terrain du danger. Il s’agit en quelque sorte d’une « conquête sécuritaire ». Dans ces conditions les prises de risque sont valorisées.

43Mais il ne suffit pas de s’engager dans les entreprises les plus extrêmes pour recevoir l’approbation. Encore faut-il que le décalage entre le risque et les moyens de le gérer présente un apparent équilibre. Dès qu’elles semblent ne pas entrer dans ce modèle, les prises de risque sont condamnées. Elles basculent dans la catégorie des « mauvais risques » :

La fille, alors là elle était complètement... C’était une kayakiste, elle était malade, celle qui est partie au pôle Nord. Suicidaire elle. Carrément. Alors elle parle aux médias, elle part, et le lendemain elle n’était plus là. Je veux dire elle s’était déjà abîmé les pieds et tout (Alain, parapentiste).

44Les prises de risque stigmatisées sont donc celles qui semblent s’écarter de la « raison raisonnable », celles qui semblent « inconsidérées ». Cette logique n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle que met en évidence Bourdieu dans sa présentation du sens de l’honneur. L’humiliation n’est pas seulement le produit de la défaillance comme refus de relever le défi, « elbahadla », l’« humiliation totale » (Bourdieu, 1980, 171) frappe également celui qui relève un défi qui paraît insensé. Dans ces conditions, les prises de risque sont condamnées. Le rapport aux prises de risque repose donc largement sur la rationalité estimée de l’engagement. En d’autres termes, puisque comme nous l’avons montré, et pour reprendre les propos d’Esterle-Hedibel (1997,163) « la perception du risque n’est pas liée à des données objectives », celle-ci repose largement sur des systèmes normatifs prescriptifs complexes qui associent des principes (sécuritaire en l’occurrence) et l’appréciation du niveau de compétence de chacun. La définition de la frontière entre « bons risques » et « mauvais risques » n’est donc figée ni dans l’espace ni dans le temps. La tolérance aux prises de risques peut différer d’un lieu de pratique à un autre comme elle peut évoluer dans le temps.

45Cela étant, certaines prises de risques sont unanimement condamnées : celles qui impliquent des tiers. Dès lors que le « risqueur » engage plus que sa propre personne, sa conduite est réprouvée avec véhémence. Lors des discussions informelles pendant les observations, la figure repoussoir de l’automobiliste « chauffard » est régulièrement mentionnée. Celui qui conduit en état d’ivresse ou qui roule à une vitesse excessive s’engage non seulement dans une prise de risque déraisonnable, mais surtout il entraîne avec lui des « innocents ». Faire courir un risque aux autres constitue donc la figure repoussoir par excellence. De façon moins « spectaculaire », ceux qui prennent des risques jugés trop importants, s’exposent davantage à l’éventualité de l’accident et sont susceptibles alors d’alimenter le stigmate qui pèse sur les pratiques sportives à risque. Ainsi, les prises de risque individuelles engagent toujours les autres pratiquants.

46La rationalité estimée des conduites, couplée avec le résultat de l’action, président donc à l’acceptabilité ou non des prises de risque. La valeur des prises de risque s’inscrit donc inévitablement dans des systèmes de normes plus ou moins localement établis. En ce sens, les prises de risque sont centrales dans la production conjointe des processus de stigmatisation et de distinction. Quoi qu’il en soit, si elles constituent un pari incertain par essence, elles doivent impérativement donner l’impression de présenter un certain équilibre entre mise en jeu et contrôle.

2.3. Légitimer les conduites à risque

47Entre « bon risque » et « mauvais risque », les adeptes des sports à risque se disent toujours du côté des prises de risques acceptables. Souvent, les acteurs s’emploient à justifier la légitimité de leurs conduites. Pour rendre raison à leurs prises de risque, divers registres argumentatifs sont mobilisés. En premier lieu, la légitimation des façons de faire peut s’appuyer sur une sorte de relativisation du risque. Celle-ci repose sur une mise en perspective des risques sportifs et des risques quotidiens. Nous l’avons évoqué, la référence à l’automobile est très souvent utilisée :

Il y a effectivement une notion de danger qui se retrouve dans tout, toutes les activités qu’on pratique, toutes les activités physiques qu’on pratique sont dangereuses, être piéton c’est dangereux donc finalement c’est pas un sport spécialement dangereux (Marc, parapentiste).
C’est un peu comme une voiture, bon, t’as des risques d’avoir un accident mais, à la limite si on te met sur une route tout seul avec une voiture qui est en bonne état, t’as pas franchement de chances d’en avoir. À moins que t’aies une météorite qui te tombe sur la tronche, bon je veux dire un truc énorme. Et le para c’est pour ça, sport à risque c’est vrai, mais euh, les risques tu peux les modérer en étant plus ou moins sérieux quoi (Sabine, parachutiste).

48Ainsi présentés, les sports à risque ne seraient pas plus risqués que d’autres conduites quotidiennes. S’y investir ne serait donc pas plus irrationnels que bien d’autres pratiques pourtant considérées comme « normales ». Et il y a là un autre élément de l’argumentaire de légitimation : le monde et la vie, de toute façon sont risqués. Dans cette perspective, le risque constitue une dimension de nos existences avec laquelle nous ne pouvons que composer. En d’autres termes, être soumis « au risque », relève proprement de conditions « normales ». Normalité et légitimité tendent alors à se confondre. Plus exactement, la normalité est prise pour gage de légitimité.

49Mais la légitimation des conduites repose avant tout sur la dichotomie rationalité/irrationalité. Les sportifs insistent sur le côté réfléchi de leurs façons d’investir le risque et parlent volontiers de « risque calculé » : « Donc il y a des gens qui auraient peut-être beaucoup plus de volonté de prendre des risques que moi, mais comme moi je veux pouvoir faire ça longtemps et pouvoir le partager avec d’autres, j’essaye d’être soucieux d’avoir cette notion de risque calculé. Donc ça se mesure quoi » (Patrice, parachutiste).

Bon c’est sûr y a des risques, mais on les connaît, ils sont calculés et si c’est fait dans les règles, c’est un sport on va dire qui se fait en toute sécurité (Thibaud, parachutiste).

  • 15 Il ne s’agit pas ici de discuter de la rationalité parfaite telle que la présente la théorie du cho (...)

50En insistant sur toutes les précautions prises, sur les règles de sécurités strictement respectées, sur les progrès matériels ou sur l’encadrement et la formation, les pratiquants de sports à risque se défendent surtout de développer des conduites irrationnelles ou suicidaires. Car dans la construction sociale des « bons risques » et des « mauvais risques », c’est fondamentalement le côté « rationnel »15 ou non qui est discriminant. Sont stigmatisées les pratiques qui semblent échapper à la raison. En ce sens la figure repoussoir du « fou » est particulièrement significative. Dans les entretiens comme dans les observations cette catégorie est celle qui cristallise les comportements condamnés dont il convient de se détacher :

Il est un petit peu, c’est vrai qu’il est un petit peu euh... trompe-la-mort. Mais il a aussi un côté un peu pédagogue et il cerne les gens et les choses de manière, de manière souple quand même. C’est pas, contrairement à ce qu’on pense c’est pas un fou furieux, on dit un trompe-la-mort parce que, parce qu’il a tendance effectivement à aller loin dans ce qu’il fait (Marc, BASE-jumpeur).
Oui, entre nous on a des petits défis comme ça. On se dit par exemple : « on est à Boulogne, on va jusque Wimereux. Le dernier arrivé paye un coup ». On s’amuse à se dire des trucs comme ça. Mais c’est raisonnable. C’est pas des trucs de fou (Emilie, parapentiste).
Note d’observation :
Alors que je discute avec un parapentiste que je connais, un autre pratiquant se mêle à notre conversation. Je suis présenté et invité à exposer l’objet de mon travail. J’évoque surtout l’aspect « pratiques sportives à risque ». La réaction est immédiate : « les parapentistes ne sont pas des fous ».

51Ce mode de justification apparaît comme le plus fréquent. Et s’ils admettent parfois aimer jouer au jeu du risque, les pratiquants insistent toujours sur le fait que leurs prises de risque restent « raisonnables ». On trouve donc dans ces récits ce que montrent Le Breton (1991), Assailly (1992) ou Le Garrec (2002) : le risque est un construit social. Ce sont avant tout les raisons sociales qui président à la « mise en risque » (Ewald, 1986) des conduites individuelles. Cela peut se traduire entre autres conséquences, par le fait d’associer a priori des catégories de population aux prises de risque. C’est particulièrement net en ce qui concerne les jeunes. Ils sont souvent considérée (parfois objectivement à juste titre) comme une population particulièrement sensible aux conduites à risque et aux prises de risque. Se confondent même indistinctement, représentations relatives à la catégorie et appréciation de leur engagement dans le risque : « Après y a la compétition, actuellement y a un nouveau groupe qui se forme, j’ai un peu peur pour eux, c’est des plus jeunes, je les comprends tout à fait, ils ont fait un pôle compétition. Mais y en a qui volent depuis un an ou deux ans. Et moi je trouve qu’ils vont quelque fois dans des conditions un peu chaudes. Et je parlais de la sanction tout à l’heure, je pense qu’ils vont avoir une petite sanction. Enfin peut-être, point d’interrogation. Ils n’ont pas encore connu tous les pièges. À mon avis. Parce qu’il y a beaucoup de pièges. Et donc il faut les apprendre petit à petit sans dégâts » (Alain, parapentiste). En filigrane semblent se jouer des enjeux de pouvoir, entre les plus anciens et les plus jeunes, entre expérience et expertise. Cette association systématique se trouve même parfois dénué de son sens premier pour ce qui concerne la définition de la jeunesse. Dans les propos d’Alain (parapentiste) par exemple, ceux qui sont regroupés parmi le groupe « des jeunes », en âge ne le sont même pas spécialement : « le groupe des jeunes là, enfin des jeunes, ils ne sont pas si jeunes que ça, plutôt trente quarante ans quand même ».

52Plus que l’âge, ce sont ici les prises de risque qui définissent les contours de la jeunesse. Comme si la jeunesse devait produire du risque et le risque être attaché à la jeunesse. C’est aussi ce qu’observe Le Garrec (2004) lorsqu’elle montre comment les modes de consommation d’alcool des plus jeunes sont fréquemment stigmatisés par les plus âgés. Ici, les prises de risque inconsidérées sont associées à la jeunesse et la jeunesse est présentée comme une catégorie particulièrement sensible en ce qui concerne les mises en danger de soi. On retrouve ce que Peretti-Watel présente comme une « propension des adultes à imputer aux jeunes des comportements dangereux » (2002, 20).

53Au niveau des individus, il est donc apparu que le risque et sa définition s’approchent peu du modèle « savant » fondé sur un calcul de type probabiliste mettant en relation un événement et sa probabilité d’occurrence. La production du risque emprunte plutôt à diverses influences qui façonnent les représentations des acteurs : les discours experts, médiatiques et les expériences personnelles. Cela ne signifie pas que cette logique est dépourvue de rationalité. Elle ose même individualiser l’évaluation du risque, intégrant ainsi une plus grande complexité dans la définition du risque. Mais elle se heurte inévitablement à l’envergure de la perception et des expériences subjectives. Les processus de justification par les sujets de leurs conduites, interviennent largement dans cette « fabrique des risques » (Gilbert, 2003, 55). Car pour légitimer leurs pratiques, les acteurs produisent des modèles stigmatisés à partir desquels ils peuvent se mettre à distance. Ils donnent ainsi à entendre raisons et significations de leur engagement dans les sports à risque.

54L’étude des prises de risque révèle donc des niveaux différents d’appréhension de la question. Elle met en évidence la variabilité, inter comme intra individuelle, diachronique comme synchronique, des figures du risque et de la grammaire des prises de risque. Elle insiste aussi sur la dimension individuelle du rapport au risque, fragilisant ainsi la catégorie même des « sports à risque ». Quelle valeur accorder à un ensemble aussi hétérogène ? Ne devrions nous pas plutôt parler de prises de risque sportives insolubles dans une catégorie de pratique ? Ne faut-il pas simplement abandonner cette catégorie qui pourrait conduire à des impasses ? Nous ne le pensons pas. Car si les pratiquants rejettent quasi unanimement cette désignation, tous s’accordent aussi pour dire que le risque est inhérent à leurs pratiques. Indéniablement, la catégorie des « sports à risque » regroupe effectivement des pratiques qui mettent directement en jeu l’intégrité physique et même la vie des adeptes. C’est en ce sens que la catégorisation est pertinente. Finalement elle désigne moins un mode d’engagement dans les prises de risque qu’un ensemble de sports qui exposent au risque. Les sports à risque sont des conduites à risque, mais ne constituent pas nécessairement des prises de risque. Et si la catégorie mérite d’être retenue, outre son intérêt pratique, c’est que l’observation de ces différents sports donne à lire le même constat de la pluralité des façons de faire. En ce sens, la dimension « discipline » n’apparaît pas particulièrement discriminante. En d’autres termes, on relève bien moins de spécificité disciplinaire que d’individuation dans le rapport au risque.

  • 16 D’autant que, comme nous l’avons déjà évoqué, la stabilisation des règles des pratiques a globaleme (...)

55Dès lors, pour appréhender les processus de construction de l’engagement dans ces disciplines il convient de prendre en considération ce paramètre. Assurément tous les modes d’engagements ne peuvent être amalgamés. Tous les pratiquants ne « jouent pas un même jeu »16.

Notes

1 1 C’est ainsi que les prises de risque « autorisées » sont présentées par Marc.

2 Sur les sites officiels Internet des fédérations, comme sur d’autres sites (BASE-jump.org, Wuza.fr, French BASE Association.com...) ou dans les revues spécialisées (Paramag...), le thème du risque et de la sécurité sont très fréquents.

3 Nous voulons parler ici de la « structure de pratique », entendue comme le cadre d’organisation de la pratique.

4 Nous ne disposons pas des données accidentologiques pour toute cette période mais les progrès matériels participent vraisemblablement à rendre ces pratiques plus sûres.

5 La FFP impose l’ouverture de voile à une altitude supérieure à 850 mètres. Dans les structures que nous avons observées, la préconisation la plus répandue déplace la limite à 1000 mètres.

6 C’est ainsi que cette technique est appelée dans le compte rendu de la deuxième journée médicale du parachutisme sportif (1998, 9).

7 Source : commission médicale FFP.

8 Même si les règles de pratiques les plus établies institutionnellement sont celles qui concernent la sécurité, il apparaît, comme nous l’avons montré, que les modes de contrôles locaux ne s’appliquent pas également à tous.

9 C’est d’ailleurs ce qui fonde la distinction entre « sport à risque » et « prise de risque ».

10 C’est la définition que donne Goffman (1963) du stigmate.

11 Ce terme est celui qu’emploie Ewald (1986) pour caractériser les sociétés occidentales contemporaines obnubilées par leur sécurité et les moyens de l’assurer.

12 « sous la forme la plus générale, la densité d’un réseau est la proportion des liens existant par rapport aux liens possibles » (Degenne et Forsé, 1994, 56).

13 « repousse tes limites ».

14 « moment extrême ».

15 Il ne s’agit pas ici de discuter de la rationalité parfaite telle que la présente la théorie du choix rationnel (discutée par exemple dans un numéro spécial de la revue Sociologie et sociétés dirigé par Van Den Berg et Blais, 2002), ou d’une rationalité limitée (plus proche notamment d’une perspective bourdieusienne), mais de rendre compte de discours qui présentent des choix qui relèvent subjectivement d’un modèle rationnel ou non, ou tout au moins, d’un choix raisonné, présenté comme un choix raisonnable.

16 D’autant que, comme nous l’avons déjà évoqué, la stabilisation des règles des pratiques a globalement beaucoup moins d’emprise sur ces sports proches de ceux que Loret (1995) appelle les pratiques « analogique » ou de la catégorie des « sports californiens » (Pociello, 1987, 96).

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.