Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Troisième partie. Modes de pratique et rapports sociaux de sexe dans les sports à risque

Troisième partie. Modes de Pratique et rapports sociaux de sexe dans les sports à risque

Texte intégral

1Les sports à risque mobilisent peu la force physique. Ils ne sont pas non plus des pratiques d’affrontement direct. En d’autres termes, ils ne sollicitent pas les ressources qui sont les plus souvent distinctives d’un point de vue sexué. Ces pratiques ont par ailleurs la particularité d’être surinvesties par les catégories socioprofessionnelles dites supérieures, dont on sait qu’elles sont aussi celles parmi lesquelles l’accès des femmes aux pratiques sportives est statistiquement le plus probable. Les sports à risque sont pourtant très faiblement fréquentés par les femmes. Ils restent des fiefs de la masculinité. Peut-être s’inscrivent-ils dans cette évolution que décrivent Ferrand et Langevin : « aujourd’hui la force physique ne peut plus être invoquée avec la même efficacité pour “faire image”, c’est le thème de la maîtrise de l’intelligence et du psychologique qui est le plus utilisé pour situer l’inégalité » (Ferrand et Langevin, 1990, 24). Ces « nouveaux sports » pourraient proposer alors, comme les pratiques de force ou d’affrontement physique le font « traditionnellement », un terrain propice à la construction des rapports sociaux de sexe, rapports conflictuels et antagonistes dont l’enjeu réside dans l’affirmation de la domination d’une entité sur l’autre. Dans tous les cas, le risque n’est certainement pas asexué. Il n’est pas non plus sans incidence sur la production des rapports sociaux de sexe.

2C’est ce que présente cette partie, qui s’attache d’abord à préciser les modes de production subjective du risque (chapitre 1) et ses significations (chapitre 2) ; qui montre ensuite combien les prises de risque participent à la construction des rapports sociaux de sexe dans ces univers masculins (chapitre 3) et comment s’instaurent par conséquent des mécanismes de domination (chapitre 4).

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.