Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Deuxième partie. Devenir pratiquant(e) de sports à risque

De la socialisation aux dispositions : récurrence ou permanence ?

Texte intégral

1. Peut-on parler d’habitus ?

  • 1 Parler de registre d’action ne signifie pas que les acteurs pourraient « librement » choisir parmi (...)

1Envisager de comprendre l’engagement dans les sports à risque à partir d’une perspective dispositionnaliste revient surtout à accorder une importance au passé des individus dans les déterminations de l’action. Cela consiste à penser que les sujets sont socialisés et que cet apprentissage social participe à l’orientation de leurs goûts, de leurs opinions, de leurs choix et d’une manière plus large de leur façon d’appréhender le monde et de s’y investir. Mais à partir de ce postulat de départ revenant à situer les actions des individus dans une perspective historique, les thèses dispositionnalistes peuvent se décliner de diverses manières. Les divergences concernent d’abord les questions de permanence et de cohérence des principes de socialisation reçus et par conséquent de l’activation des dispositions : ces principes générateurs de pratiques « fonctionnent-ils » comme des systèmes permanents et cohérents tels que les présente la thèse de l’habitus, ou sont-ils plutôt des « registres d’action »1 tantôt activés, tantôt inhibés ? Ce qui distingue l’appréhension des dispositions renvoie ensuite à l’opus operatum pour reprendre la terminologie bourdieusienne, c’est à dire aux conditions sociales de production et d’incorporation des dispositions. C’est sur ces points que nous osons ici quelques propositions.

  • 2 Il s’agit ici de faire référence, comme le fait Lahire (2002, 19), au sens très large de ce terme.

2Les travaux fondateurs de Bourdieu (1979) ont montré comment les goûts et les choix pouvaient être socialement constitués. Les individus intègrent lors de la socialisation des dispositions qui orientent leurs styles de vie. Pour Bourdieu, ces « schèmes de pensée et d’action » (Bourdieu, 1979, 491) sont largement produits par les appartenances sociales, appartenances de classe : « l’habitus est aussi structure structurée : le principe de division en classes logiques qui organisent la perception du monde social est lui-même le produit de l’incorporation de la division en classes sociales » (ibid., 191). Les habitus « fonctionnent » alors comme des principes qui guident l’ensemble des actions des agents, leurs façons de penser, d’apprécier ou de percevoir le monde : « l’habitus, en tant que disposition générale et transposable, réalise une application systématique et universelle [...] de la nécessité inhérente aux conditions d’apprentissage » (ibid., 190). Ainsi « la notion d’habitus permet de prendre acte et de rendre raison de la constance des dispositions, des goûts, des préférences » (Bourdieu et Wacquant, 1992, 106). Les dispositions, principes inconscients qui poussent les agents à agir, constituent donc dans cette thèse un ensemble cohérent, effectif en permanence. Comme l’écrit Corcuff : « dans la “boite noire” de l’habitus il y a des présupposés d’unité et de permanence de la personnalité » (1999,110). Et la cohérence de l’habitus repose sur l’idée selon laquelle les socialisations proposeraient aux agents socialisés des principes « éducatifs »2 homogènes. Pour Bourdieu, « la systématicité est dans l’opus operatum, parce qu’elle est dans le modus operandi » (1979, 193). L’habitus de classe repose donc sur l’homogénéité supposée des classes sociales et plus précisément des individus qui la composent.

3Pourtant, quelques sociologues s’interrogent sur le bien-fondé de ce postulat. Il semble que pour eux, l’homogénéité des classes mérite d’être questionnée. Pour Martuccelli « les rapports de classe ne rendent plus compte de manière harmonieuse des phénomènes économiques, langagiers, des identités psychosociales, des pratiques de consommation, voire du poids grandissant des conflits moraux » (Martuccelli, 2001, 30). Dubet s’inscrit dans cette même perspective mettant en évidence l’érosion de la pertinence d’un mode d’intelligibilité du social reposant sur les classes. Il montre que même au sein de la classe ouvrière qui traditionnellement était la plus proche du modèle de l’ensemble social homogène, les disparités sont très importantes : « la relative unité des comportements de la classe ouvrière laisse la place à une expérience sociale où les individus se perçoivent comme dispersés, séparés d’eux même par la pluralité des logiques de l’action dans lesquelles ils se situent » (Dubet, 1994, 165). Dès lors, pour ces auteurs, plutôt que la position occupée par les individus dans l’espace social, ce sont les expériences qu’ils traversent qui les façonnent : « l’expérience sociale est l’activité par laquelle chacun de nous construit le sens et la cohérence d’une action qui ne lui sont plus donnés par un système homogène et par des valeurs uniques » (Dubet et Martuccelli, 1998, 44).

  • 3 Cela étant on peut penser que ce qui est ici présenté par Corcuff néglige le fait que pour Bourdieu (...)

4Sur ce point précisément, celui de l’importance socialisatrice des expériences sociales, cette position et la thèse « bourdieusienne » ne s’opposent pas vraiment. La perspective néo-structuraliste que propose Bourdieu, notamment ses avancées les plus récentes, repose également sur l’influence des expériences sociales que rencontrent les individus : « l’habitus n’est pas le destin que l’on y a vu parfois. Etant le produit de l’histoire, c’est un système de dispositions ouvert, qui est sans cesse affronté à des expériences nouvelles et donc sans cesse affecté par elles » (Bourdieu et Wacquant, 1992,108). Sans abandonner la perspective dispositionnaliste, Corcuff précise aussi comment la thèse de l’habitus peut rendre compte des singularités individuelles, en insistant sur la prise en compte des expériences originales que rencontrent les agents : « le principe de différences entre les habitus individuels réside dans la singularité des trajectoires sociales » (Corcuff, 1999, 103)3.

5Mais accorder à la singularité des expériences rencontrées la « responsabilité » des parcours originaux, c’est aussi accepter l’idée que les principes de socialisation que produisent ces expériences structurantes contrarient ceux qui sont attachés à la position sociale des sujets. Justement les femmes qui investissent des sports à risque ont connu des trajectoires originales. Nous avons montré qu’en partie ces parcours atypiques pouvaient trouver sens dans certaines formes d’expériences originales. Dès lors, si les influences socialisatrices sont dissonantes, les dispositions ne devraient-elles pas être plurielles ? C’est en tout cas ce que laisse entendre le lien que présente Bourdieu entre l’opus operandi et le modus operandum.

6Cette question de la cohérence de l’habitus est centrale dans les travaux de Lahire (1998, 2002, 2004) et dans l’évolution qu’il propose à la tradition dispositionnaliste. Selon lui, si les principes de socialisation sont hétérogènes, les dispositions dont sont porteurs les sujets le sont également (Lahire, 1998). Ce serait même le cas de figure le plus probable : « des individus ne peuvent avoir des dispositions sociales générales, cohérentes et transposables d’une sphère d’activité à l’autre ou d’une pratique à l’autre, que si – et seulement si – leurs expériences sociales ont toujours été gouvernées par les mêmes principes. Loin d’être un cas de figure ordinaire, il se pourrait bien qu’on ait affaire davantage ici à une exception historique » (Lahire, 1998, 29). Dans les sociétés modernes à forte différentiation des sphères d’activité il est peu vraisemblable en effet que les mondes socialisateurs que traversent les sujets puissent proposer des principes de socialisation cohérents : « Entre la famille, l’école, les groupes de pairs, les multiples institutions culturelles, les médias etc., qu’ils sont souvent amener à fréquenter, les enfants de nos formations sociales sont de plus en plus confrontés à des situations hétérogènes, concurrentes et parfois même en contradiction les unes avec les autres du point de vue des principes de socialisation qu’elles développent » (ibid., 31).

7Par ailleurs, les cadres « traditionnels » de la socialisation tendraient à perdre de leur influence. Lahire (2002), comme Dubet et Martuccelli (1998) évoquent une « désinstitutionnalisation » de la socialisation qu’il présentent comme un phénomène majeur au point que : « ni l’école, ni la famille, ni les églises ne peuvent être considérées comme des institutions au sens classique du terme » (Dubet et Martuccelli, 1998, 16). Les sociétés contemporaines semblent donc connaître conjointement l’affaiblissement des cadres classiques de la socialisation et par conséquent la multiplication des influences socialisatrices ; et la diversification des principes de socialisation proposés. Au sein même de chacun de ces mondes socialisants l’observation de discordances relève du probable. Jusque dans l’espace familial parfois les principes divergent et « de nombreux enfants vivent concrètement au sein d’un espace familial de socialisation aux exigences variables et aux caractéristiques variées, où exemples et contre exemples se côtoient, espace familial où des principes de socialisation contradictoires s’entrecroisent » (Lahire, 1998, 41). Dans ces conditions de pluralité des principes de socialisation, les individus incorporent certainement de multiples dispositions. Puisque l’homogénéité socialisatrice est productrice de la cohérence de l’habitus, l’hétérogénéité doit être génératrice de dispositions plurielles.

8Et dès lors que l’on envisage l’éventualité d’un individu porteur de dispositions plurielles, se pose inévitablement la question de la permanence de l’activation des dispositions. Si les « formules » qui orientent les actions sont multiples, parfois mêmes contradictoires, elles ne peuvent être toutes et tout le temps actives. En ce sens, cette sociologie n’est plus strictement une sociologie « historique », elle est aussi une sociologie du présent, une sociologie du contexte. Les dispositions n’ont plus le caractère « général et transposable » d’une « application systématique et universelle » (Bourdieu, 1979, 190), telle que se présente l’habitus. Il s’agirait plutôt de « dispositions sous conditions » (Lahire, 2002, 16) dont il convient alors de préciser les contextes d’activation et d’inhibition. Mais il peut être difficile de distinguer l’action isolée de la manifestation d’une disposition. Il convient de ne pas négliger le fait que même si la disposition n’est pas activée en permanence, tout au moins elle doit l’être de manière récurrente : « la notion de disposition suppose que l’on puisse repérer une série de comportements, d’attitudes, de pratiques... cohérents et interdit de penser que l’on puisse déduire une disposition à partir de l’enregistrement ou de l’observation d’un seul événement » (Lahire, 2002, 19).

9Pour Lahire, finalement ce sont les socialisations sexuées qui auraient « le plus de chances – statistiquement – de correspondre au modèle de l’habitus » (Lahire, 2001,12). C’est en ce domaine qu’il semble pour lui que les principes de socialisation peuvent être les plus convergents, les plus susceptibles de transcender les différents cadres de la socialisation : « Le monde social constitue en la matière [l’incorporation de manières sexuées de voir, de sentir et d’agir] une sorte d’institution totale socialisant de manière permanente – et de multiples façons – les individus à de telles différences » (ibid., 11).

10Dès lors, l’observation du cas particulier des hommes et des femmes engagés dans des pratiques « masculines » est tout à fait intéressante pour renseigner la question de la cohérence ou non des dispositions acquises. En l’occurrence, celles qui investissent des sports d’hommes devraient être porteuses d’une sorte d’« habitus masculin » puisque « les dispositions sociales sexuées sont ainsi celles qui correspondent le mieux à ces dispositions permanentes, omniprésentes, transversales que nous présente la théorie de l’habitus » (ibid., 13). Les « femmes du risque » devraient avoir reçu une « socialisation masculine » et par conséquent adopter de façon permanente les comportements attachés à la virilité. Mais notre ambition ne consiste pas seulement ici à falsifier quelques théories. Dans la logique qui consiste à mieux comprendre sociologiquement un engagement singulier l’ouverture vers d’autres modèles paradigmatiques ne relève pas seulement de la sensibilité. L’objet même invite à considérer l’individu. Déplacer la focale, ce qui ne revient pas à isoler l’acteur mais à penser aussi les processus sociaux à partir de « portraits » et d’« épreuves » (Martuccelli, 2006).

2. De l’hétérogénéité des principes de socialisation à la pluralité des dispositions

11Nous avons pu montrer que la socialisation participe largement à la construction des engagements d’hommes et de femmes dans les pratiques sportives à risque. Les incitations, invitations, expériences ou épreuves structurantes peuvent façonner les parcours, produisant goûts et choix sportifs. Elles participent également à construire des histoires peu ordinaires. À tel point qu’une observation qui serait circonscrite au seul monde sportif pourrait laisser envisager un système cohérent de dispositions génératrices de pratique. L’étude d’autres cadres sociaux donne à lire une réalité moins lisse.

2.1. Des principes de socialisation hétérogènes

12En matière de socialisation sexuée, les histoires des femmes investies dans les sports à risque sont très intéressantes. Car leurs parcours sont étonnants et leurs socialisations aussi. Par moment, elles ont connu des influences socialisatrices ne correspondant pas à celles que rencontrent le plus souvent les filles : investissement de socialisateurs originaux, pratiques « de garçon », injonctions à adopter des attitudes masculines. Ces principes de socialisation extra-ordinaires sont susceptibles de donner du sens à leur engagement singulier. Mais ces influences particulières sont surtout observables dans le cadre des pratiques sportives. Elles ne concernent pas nécessairement l’ensemble des univers sociaux auxquels ces filles ou ces femmes participent. Nous avons pu constater que conjointement, les jeunes filles pouvaient être amenées à se comporter parfois « comme les garçons » et à adopter d’autres fois des attitudes qui sont largement considérées comme étant « féminines ». Marie par exemple, rencontre l’influence fraternelle qui l’incite à s’engager dans les « jeux de garçons » et la socialisation parentale qui l’oriente nettement vers les pratiques « de filles » :

– Mes frères c’était du judo et moi c’était la danse.
 – Pas de judo avec tes frères ?
 – Ah si, j’aurais bien voulu en faire mais mes parents n’ont pas voulu.
 – Ah oui ?
 – Comme c’était un sport de garçons.
 – Ah oui ils ne voulaient pas ?
 – Non.
 – Et à propos du parapente ils n’ont rien dit ?
 – Ah si. Ils ont dit « c’est un sport violent, c’est plutôt un sport pour les garçons que pour toi ».

13Les principes de socialisation parentaux contrastent donc avec ceux que proposent les frères de Marie :

– Et avec vos frères vous jouiez à quels jeux ?
 – Plus des jeux de garçons. Quand on jouait, on jouait ensemble, on jouait souvent à la guerre. Forcément comme avec ma sœur j’avais quand même six ans de différence et c’est vrai que ma sœur elle jouait quand même plus aux jeux de filles par rapport à moi. Moi je jouais plus avec des jouets de garçons, avec des voitures, on jouait à la guerre, on montait dans les arbres.
 – Et ça plaisait à vos parents ?
 – Non pas vraiment non. Non pas vraiment. Pas trop. C’est vrai que je faisais plus ce que faisaient mes frères que ce que faisait ma sœur.
 – Et vos parents en disaient quoi ?
 – « Il faudrait peut-être que tu joues avec des affaires de filles ». Après y a le caractère aussi. C’est vrai que je jouais aussi entre temps avec des affaires de filles. Mais quand mes frères me disaient « tu viens on va jouer à la guerre », « tu viens on va jouer aux voitures », moi j’étais plus tentée de jouer à ça.
 – Eux ne voulaient pas jouer à vos jeux ?
 – Si, des fois si. Mon frère jumeau des fois si. Mais il s’en lassait vite. Et puis moi j’aimais mieux jouer à la guerre ou aux voitures.

14Le récit de Marie montre comment lors de la socialisation primaire, des influences socialisatrices contradictoires se rencontrent. Tandis que ses parents insistent pour qu’elle se conforme à un modèle sexué « classique », ses frères l’invitent à adopter leurs jeux « de garçons ». Très fréquemment, les récits de vie donnent à entendre cette pluralité des principes de socialisation. Mais s’ils sont parfois radicalement opposés dans les discours, ils ne sont pas nécessairement vécus comme absolument incompatibles. S’opèrent plutôt des formes de « bricolages » qui sonnent comme des ajustements ou des découpages : « c’est plus du côté du papa on va dire, qui poussait [à la pratique d’activités physiques]. Ma mère, c’est quand même grâce à elle que j’ai un peu le côté... les intérêts quand même assez féminins » (Florence, BASE-jumpeuse).

15Ces aménagements semblent dépendre largement des cadres sociaux et des situations sociales : celles dans lesquelles les différents principes ont été reçus puis celles dans lesquelles les individus évoluent. L’investissement éducatif des pères apparaît tout à fait éclairant sur ce point. Le plus souvent, si les pères sont des acteurs centraux de la socialisation sportive et présents dans les pratiques de loisirs, ils s’occupent peu des autres charges éducatives. Pour Martine (parachutiste) par exemple, les seules activités qu’elle partageait avec son père sont les manèges à sensations dans les foires. Pour les autres activités c’est plutôt sa mère qui est présentée comme la socialisatrice de référence :

– c’était quoi exactement les loisirs à la maison ?
 – Le mercredi matin, quand j’étais enfant, j’allais dans le centre. L’après midi, c’était toute la journée au centre, jusqu’à quatre heures. Après j’ai eu cours le mercredi matin, donc l’après midi, qu’est ce que je faisais ? Je faisais le ménage, j’aidais ma mère. J’aidais ma mère à faire le ménage tout ça. Et le samedi on sortait faire les magasins des trucs comme ça, et le dimanche pareil.
 – Et c’était plutôt avec votre mère qu’avec votre père ?
 – Oui, oui (rires).
 – Pas trop avec votre père ?
 – Non pas trop non, effectivement. Papa c’était comme ça, cherchez pas. Non c’est vrai que papa nous a aidé quand on était petites, il nous déposait à l’école tout ça. Tous les matins c’était lui qui nous déposait à l’école, le soir après c’était ma mère parce que lui allait travailler. Parce qu’ils avaient des horaires décalés. Donc le fait qu’on passe plus de temps le soir avec ma mère et le matin avec mon père, c’est peut-être pour ça qu’avec lui on faisait rien.

16Ce que l’on constate ici confirme ce qu’a déjà pu montrer Ferrand (2001, 195) : la sphère des loisirs est le domaine dans lequel les pères sont les plus souvent investis. Mais comme le montre l’exemple de Martine, l’engagement paternel dans les pratiques sportives ne s’accompagne pas nécessairement d’un investissement prononcé dans tous les moments de la socialisation. L’influence maternelle n’est jamais complètement absente. Elle participe le plus souvent à dispenser des principes de socialisation plus « conventionnels ». Jusque dans le cadre familial, différents individus prennent en charge la socialisation des jeunes filles et proposent des principes qui ne sont pas toujours cohérents.

17Bref, si les principes de socialisation originaux peuvent rendre compte de l’engagement sexué « hors-norme », les récits de vie insistent sur le fait que les socialisations sexuées ne sont pas homogènes. Il semble qu’il soit impossible pour les filles d’échapper totalement à une socialisation sexuée « classique ». Quelques justifications des choix de pratiques enfantines montrent que la socialisation participe largement à ce que concordent attentes sociales et orientations des goûts. Les choix prennent ainsi la forme d’une « nécessité faire vertu » (Bourdieu, 1979, 195). Pour Marie, « c’est le rêve de toutes les petites filles de faire de la danse », et pour Erika « l’équitation c’était un peu un rêve de jeune fille quoi. Les filles veulent faire ça ». Les « exigences » sociales en matière de comportement sexué sont ici pleinement et précocement incorporées. Des pratiques, sportives en l’occurrence, sont associées au genre sans que cela semble se discuter. Cela montre certainement combien la socialisation sexuée peut être puissante et incontournable et comment elle concourt à entretenir les différences de genre. Ce ne sont finalement que quelques cadres ou individus qui participent à l’apprentissage de manière d’être ou de se conduire qui sortent des attentes sexuées traditionnelles. Les autres cadres de la socialisation agissent dans le sens du maintient des « convenances ». En tous les cas, les principes de socialisation ne constituent pas un ensemble cohérent.

18Et ce qui est valable pour les socialisations sexuées l’est aussi en ce qui concerne les prises de risque. Nous avons pu mettre en évidence les incitations répétées à s’engager dans les prises de risque lors de la socialisation. Ces injonctions nous paraissaient paradoxales dans des sociétés particulièrement sensibles à leur sécurité et à la préservation de leur confort. Elles le sont au même titre que les invitations qu’ont rencontrées les femmes à adopter des conduites « masculines ». C’est-à-dire que là encore les récits de vie mettent en évidence les dissonances socialisatrices. Se combinent les incitations à la témérité et celles qui prônent la prudence. Cela vaut pour les garçons comme pour les filles. Marine par exemple, a croisé conjointement les incitations de ses amis à s’engager davantage dans la pratique et les injonctions de sa mère à être prudente :

– Moi je suis contente parce que maintenant j’ai commencé à faire du freestyle, et donc je fais le pont entre ce dont on a parlé tout à l’heure et maintenant, entre la danse classique et le para. Le week-end dernier y a quelqu’un qui était là qui filmait... Enfin bref j’ai découvert en même temps que les autres que j’avais peut-être des capacités à ce niveau là. Et ça m’a fait un peu peur. Je me suis dit « est-ce que j’ai envie de m’investir davantage dans ce sport ? ». Y a quelque chose de gai là-dedans et en même temps est-ce que j’ai envie de passer 15 jours à faire que ça, est-ce que j’ai envie de mettre beaucoup d’argent, beaucoup de temps et partager quinze jours, tu sautes, t’attends, tu discutes un peu. Je ne sais pas. Et là c’est en faire encore plus, donc aussi au niveau du risque aussi ça me fait plus peur. En tout cas si je le fais j’ai envie de le faire calmement. Parce que là ils étaient tous... mon cousin « c’est de la famille ». Mais c’est vrai que c’était étonnant, c’est vrai que c’était chouette parce que j’essayais et c’est vrai que le passé de danse classique il m’aide beaucoup je pense dans cette pratique. Donc du coup forcément c’est vrai que c’était impressionnant de commencer et que ça se passe bien comme ça. Donc ils étaient là « allez, championnat de France l’an prochain » (rires). Alors je ne sais pas. Y a quelque chose qui m’excite et en même temps...
 – Et quand tu as dit à ton frère et à ta mère que tu allais te mettre au para, quelles ont été leurs réactions ?
 – Ma mère a eu peur. Enfin elle a eu peur, c’est pas une super nouvelle pour une mère je pense. En général quand elle sait que je viens sauter j’ai souvent un coup de téléphone le soir. Si elle sait que je saute le week-end ou la journée, ou si je suis avec elle et que je viens sauter, elle me dit « fais attention ».
 – Et elle a essayé de te dissuader un peu ?
 – Non. Quand je lui ai dit la dernière fois, après le week-end où j’ai essayé le freestyle et que ça a bien marché, je lui ai dit, ils ont tous dit qu’il fallait que « oh eh » (d’un air de dire « du calme ». Et elle n’est pas revenue sur le sujet.

19Les divergences socialisatrices sont peut-être moins étonnantes lorsqu’elles concernent la socialisation secondaire, car celle-ci relève plutôt de « l’intériorisation de “sous-mondes” insitutionnels ou basés sur des institutions » (Berger et Luckmann, 1986, 189). Dès lors que les acteurs s’inscrivent dans différents sous ensembles sociaux, il n’est pas surprenant d’observer des distensions. Mais les hiatus impriment aussi les socialisations primaires et ce théâtre d’une « intériorisation du monde tout court » (ibid., 185). Comme pour la socialisation sexuée, les dissonances existent en matière de rapport aux prises de risque. Jean-Charles (parapentiste) a parfois été incité à prendre des risques, mais parfois il a rencontré des invitations à la prudence. Celui qui était encouragé à escalader avec témérité les rochers de Fontainebleau raconte aussi s’être fait réprimander par son père lorsqu’il est passé en apnée sous une péniche :

j’avais des lunettes, je vais au fond de la Seine et puis là j’entends, parce qu’on entend très bien le moteur du bateau quand on est sous l’eau (rires) et j’entendais le moteur de la péniche et puis je voyais les cailloux qui vibraient comme ça au fond de la Seine. Et je me dis « merde quand même, j’ai l’impression qu’elle est pas loin » et quand j’ai raconté cette histoire à mon père, il m’a dit, « mais t’es fou », il a employé d’autres termes.

20Socialisation aux prises de risque et socialisation sexuée présentent pour les pratiquantes de sports à risque, des modes d’engagement hétérogènes. Dès lors, puisque les socialisations ne sont pas homogènes, les comportements qu’adoptent les sujets peuvent-ils être permanents ?

21L’explication des divergences ne saurait être soutenue par une lecture structuraliste des logiques biographiques. Certes on pourrait dire que ce mode d’intelligibilité s’accommode mal des méthodes d’enquêtes qualitatives, préférant les réalités statistiques, mais d’un point de vue heuristique, il est plus intéressant de retenir que l’association entre conditions sociales d’existence et dispositions n’est pas éclairante ici. Car les appartenances de « classe » ne se présentent pas comme un caractère absolument discriminant. Tout au moins, elles ne se suffisent pas à délimiter des ensembles sociaux cohérents ni ne produisent des systèmes de dispositions homogènes.

2.2. Des attitudes récurrentes

22Interroger la cohérence de l’habitus revient à se demander d’une part si les influences socialisantes sont homogènes, et d’autre part si cette formule productrice de pratiques est systématique. Nous avons montré que le modus operandi (ibid., 193), structure structurante ne proposait pas un ensemble unitaire. Il apparaît également que l’opus operatum (ibid., 193), ne ressemble pas plus à un modèle cohérent. Dans le cadre des rapports aux prises de risque ou aux comportements sexués, les adeptes des sports à risque qu’ils soient homme ou femme présentent des portraits polymorphes.

23Cela n’exclut pas pour autant l’existence de cohérence des comportements. C’est le cas notamment pour ceux que nous avons rencontrés qui sont investis dans plusieurs « sports à risque » : Florence pratique le parachutisme, le BASE-jump, la plongée sous-marine, le free-ride, ou encore l’escalade. Elle envisage aussi de commencer le parapente. Christine est aujourd’hui parapentiste après avoir essayé le canyoning et la voile. Erika pratique le parachutisme, le BASE-jump et l’alpinisme. Christophe est parachutiste, parapentiste et plongeur sous marin. Jean-Charles a lui aussi pratiqué ces mêmes sports. Quasiment tous ceux que nous avons interviewés connaissent ou ont connu d’autres sports à risque que celui dans lequel ils sont actuellement investis. Ces engagements témoignent au moins d’une attirance pour les sports dans lesquels existent d’importants risques corporels.

24Celle-ci semble même se muer parfois en une véritable propension à prendre des risques dans des domaines ne se bornant pas aux activités physiques. La conduite automobile peut notamment être un moment de confrontation volontaire au danger. Florence, Christophe, Martine ou Alain y font explicitement référence :

J’aime bien aussi la sensation de vitesse en voiture [...] c’est vraiment la recherche de vitesse. Quand t’as un bon virage et que tu sens que la voiture colle bien, quand tu accélères, là aussi ça te procure des sensations qui sont assez proches d’un plaisir (Florence, Base-jumpeuse).
Je me souviens des samedis après-midi où il faisait beau, Philippe avait sa bagnole, c’était un truc turbo à l’époque, on finissait de bosser à 14 heures, on fermait tout la boutique et on roulait comme des... comme des tarés (Christophe, parachutiste).
J’ai exprès acheté une voiture pas puissante. En me connaissant j’ai fait exprès d’acheter une voiture pas puissante...[...] Bah déjà avec une voiture non puissante, quand je suis sur l’autoroute c’est 160, c’est parce que je ne peux pas aller plus vite. C’est la voiture qui dépasse pas les 160. J’ai pas voulu prendre le turbo ni de trucs comme ça, pour justement éviter tout ça (Martine, parachutiste).

25Pour Marc, Claudine ou Patrice c’est sur deux-roues que la route prend parfois les allures d’un terrain de jeu :

Ça m’éclate, je n’arrête pas de prendre des gamelles mais pour l’instant j’ai de la chance, je me suis jamais fait trop mal. Je fais de la moto aussi, je me suis déjà pris deux ou trois râteaux à moto (Claudine, alpiniste). Là je commence à devenir un matraqué de la moto. Je m’éclate comme un fou furieux. Donc c’est des Wheelings, des roues arrières, des roues avants, enfin bref la cascade totale, la maîtrise maximale de l’engin, comme certains cascadeurs. Pas aussi bien que certains cascadeurs maintenant, mais tout ce que je pouvais faire, tout ce que je voyais, j’essayais de le reproduire (Patrice, parachutiste).

  • 4 En ce sens elles sont a considérer avec prudence. Nous explorons simplement ici différentes formes (...)

26Enfin, jusque dans les histoires de vie, dans les « choix » familiaux ou professionnels, les récits montrent que les prises de risque peuvent prendre de toutes autres formes. Elles ne concernent plus nécessairement les prises de risque corporel4 mais imposent une lourde mise en jeu. C’est le cas notamment pour Christophe, lorsqu’il fait le choix de ne pas reprendre l’entreprise familiale pour pouvoir s’investir totalement dans le parachutisme. Emilie était mariée. Elle avait trois enfants, et travaillait « bénévolement » dans l’entreprise familiale de son mari. Elle a décidé « du jour au lendemain », de quitter son mari sans avoir ni revenu, ni logement, ni aucune autre perspective professionnelle. Cette décision l’a plongée dans une situation de grande précarité dont elle ne commence à sortir qu’après deux années de séparation. Et Sabine raconte aussi :

Je sais que dans le para je peux me débrouiller au jour le jour même si c’est des galères. Tu squattes au para-club, bon bah, c’est sympa. Je sais que peut-être quand j’aurai, je sais pas, 30, 35 euh, j’aurais peut-être envie d’un truc plus stable, mais pour l’instant j’ai, ça me motive vraiment pas quoi. En fait ça me fait plus peur quoi. Tu sais des trucs stables et tout, ça m’effraie donc euh (Sabine, parachutiste).

27Ces différents exemples peuvent illustrer ce à quoi Bourdieu fait référence lorsqu’il parle de « transfert d’un champ à un autre des mêmes schèmes d’action » (Bourdieu, 1979, 192). La précarité sociale plus ou moins « choisie » des unes et des autres peut s’apparenter à une « métaphore pratique » (Bourdieu, 1979,192), des prises de risques corporels. En ce sens cela renforce l’idée d’une certaine cohérence des comportements. Mais nous pourrions dire aussi que ces cas sonnent comme autant d’« exemples parfaits » (Lahire, 1996) dont la présentation ne peut suffire à étayer rigoureusement l’idée de cohérence. Surtout, l’hétérogénéité des contextes et formes de prises de risque observés nécessite de s’interroger sur la valeur même de ce type de comparaison. Comment mettre en perspective les pratiques sportives, professionnelle, familiales...? Si nous osons emprunter cette logique interprétative, c’est que les pratiques recueillies sont subjectivement considérées comme des prises de risque. Elles apparaissent ainsi pour les acteurs dans leurs histoires de vie. Cela ne suffit pas pour en attester la validité, ni pour accepter l’idée de la « métaphore pratique » (op. cit.), mais certainement pour oser la mise en regard.

  • 5 Pour renseigner la question de la cohérence de l’habitus nous présentons ici les parcours des femme (...)
  • 6 À titre d’information Erika dit qu’il y a « à peu près 10 % de filles » dans son environnement prof (...)

28En matière de rôles et attitudes sexués il apparaît que l’on peut dresser le même type de constat5. À bien des égards les pratiquantes de sports à risque investissent des territoires « d’hommes », ainsi qu’elles adoptent des conduites « masculines ». Nous avons d’ailleurs pu montrer que cela concerne nombre d’entre elles dès l’enfance. La propension à investir des pratiques « masculines » ne se manifeste pas uniquement dans les pratiques sportives. Elle se traduit également dans les choix professionnels. Les femmes questionnées embrassent fréquemment des professions ou formations fortement masculinisées : Christine est alpiniste professionnelle, kinésithérapeute de formation, Claudine est monitrice de ski, Sabine est en formation STAPS (en DEUST), Erika est contrôleuse aérienne6, Christine est ingénieure...

29Enfin, si la disposition se manifeste, ce n’est pas seulement comme principe générateur de pratiques mais aussi d’appréhension du monde. Elle concerne ainsi représentations et attitudes. En l’occurrence nous avons pu noter que parfois les pratiquantes de sports à risque pouvaient subjectivement se considérer comme étant en décalage par rapports aux représentations féminines « classiques ». Erika (Base-jumpeuse) se sent par exemple étrangère aux attentes liées à la famille et la maternité : « Après les filles une fois qu’elles ont l’âge de 25 ans c’est famille, gamins, maison. Moi c’est pas du tout mon truc ! ».

30Dans leurs modes de sociabilité plusieurs femmes disent préférer la compagnie des hommes à celle des femmes : « Ça me faisait vraiment plaisir qu’il n’ait peu de femmes dans le BASE. Entre femmes il y a toujours une mise en comparaison que je n’aime pas, beaucoup plus que chez les hommes » (Florence, Base-jumpeuse).

31« Moi je suis bien avec les mecs. Les équipes de filles ça se bouffe le nez. Je pense que les nanas c’est plus compliqué » (Sabine, parachutiste).

32Se donnent ainsi à voir nombre de cas pouvant s’inscrire dans le modèle explicatif de l’habitus. La bizarrerie des prises de risque volontaires ou l’originalité d’attitudes « masculines » pour les femmes, parce qu’elles sont récurrentes, rappellent avec force la thèse bourdieusienne. Mais si la question de l’incorporation de dispositions peut se suffire de l’analyse présentée, La mise en évidence de datas se présentant comme des séries de comportements cohérents, « ne doit pas conduire à l’idée selon laquelle la disposition serait forcément générale, trans-contextuelle et active à chaque moment de la vie des acteurs » (Lahire, 2002, 21).

2.3. Des comportements hétérogènes

33Si les récits de vie mettent en évidence une certaine cohérence comportementale, ils laissent également percevoir des dissonances. En premier lieu l’adoption de conduites masculines par les pratiquantes, ne peut être considérée comme une permanence. En bien des occasions, celles qui empruntent parfois aux hommes leurs pratiques ou façons de faire, adoptent des conduites qui appartiennent de façon tout à fait classique à la « féminité traditionnelle ». Toutes par exemple n’ont pas fait le « choix » de s’orienter vers une profession masculine : Marie est infirmière, Florence et Marine sont psychologues, Emilie était secrétaire et envisage une reconversion dans la puériculture, Chantal est mère au foyer... Les jeux qu’elles adoptent depuis l’enfance montrent également combien les pratiques investies peuvent être disparates :

– Il m’arrivait de jouer avec des poupées, je jouais avec des poupées. J’avais des poupées je jouais avec, mais quand mes frères venaient me chercher, « tu viens jouer à la guerre, tu viens jouer aux voitures ». Sinon je jouais avec mes poupées. Donc je pense que je savais quand même bien répartir les deux côtés [...]
 – ça devait pas être facile dans une école de filles de jouer à la guerre ou aux voitures.
Ah non c’était pas facile. Là je jouais avec les filles à la marelle.
 – Et ça vous ennuyait un peu ?
Non pas du tout. J’étais à l’école, avec les copines je jouais à ça et avec mes frères je jouais à autre chose. Non ça ne me gênait pas non (Lise, parapentiste).

  • 7 Elles sont suffisamment rares parmi les pratiquantes qui occupent les aérodromes (elles sont évidem (...)

34Dans les récits d’ailleurs, les interviewées rappellent fréquemment qu’elles n’adoptent pas, en toutes circonstances, des attitudes « masculines ». Elles insistent au contraire sur la part de « féminité » qu’elle revendique comme l’illustrent ici les propos de Marie (parachutiste) : « Mais de toute façon même en étant petite, il était pas question non plus de perdre mon côté féminin. Je ne voulais pas perdre mon côté féminin non plus. Je voulais bien faire des sports comme ça, à risque, mais ne pas perdre complètement mon côté féminin. Je pense que c’est important aussi ». Notons que les définitions données de « la féminité » n’avaient dans les discours, rien de transgressif. Nous avons d’ailleurs pu constater combien l’adoption d’attitudes « féminines » pouvait structurer certaines formes d’interactions. Lors d’une soirée organisée dans un club de parachutisme, soirée prolongeant directement une journée de sauts, nous avons pu constater quelques logiques de « présentation de soi » (Goffman, 1973) tout à fait traditionnelles du point du vue des attributs sexués. Au point de s’inscrire même dans une forme certaine de « ritualisation de la féminité » (Goffman, 1977) : maquillage, parfum, jupes7 pour certaines, en lieu et place des chaussures de sport et combinaisons de saut. La continuité de temps, de lieu et d’acteurs, ne résistait pas en l’occurrence au cadre de la situation. Tantôt les femmes ont pu se parer d’attributs pouvant être confondus avec ceux des hommes, tantôt elles ont adopté une tenue mettant en scène les différences sexuées. Cette séquence indique à elle seule, combien l’idée de permanence des comportements mérite d’être mise en doute.

35Concernant les prises de risque, les variations comportementales peuvent elles aussi être importantes. Pratiquer un sport à risque ne signifie pas s’engager ni rechercher de façon systématique et permanente dans les prises de risque. Certains des récits mettent au jour des attitudes dont on peut considérer qu’elles sont même plutôt « risquophobes ». Cela se manifeste par exemple par le rejet de certaines pratiques justement jugées trop risquées : Marine pourtant parachutiste, n’imagine pas essayer le BASE-jump, estimant que le risque est trop important. Erika, elle même Base-jumpeuse, ne monte jamais sur une moto parce que cela « fait prendre trop de risques ». C’est aussi pour cette raison que Jean-Charles (parapentiste) ne se sent pas prêt à essayer la voltige en parapente ou que Christine (alpiniste) évite la glace et la neige en alpinisme. La mise à distance et le rejet de prises de risque se joue donc au cœur même des pratiques. Rappelons que la prise de risque, si elle apparaît constamment, est loin d’être toujours recherchée. Certaines situations, notamment lorsqu’elles sont particulièrement accidentogènes, sont rigoureusement contrôlées de sorte que soit minimisé le risque : « Le plus dangereux c’est quand même le posé. C’est là que les gens vont prendre des risques, le côté un peu frime, parce que c’est quelque chose que tu vois. Moi je suis vachement calme là dessus. Je ne suis pas du tout à faire ce qu’on appelle envoyer comme une malade. Je suis plutôt assez calme » (Laeticia, parachutiste).

36« On va pas se tuer pour une montagne, c’est pas le but. Donc euh, c’était toujours les règles qu’on se fixait, et donc on se levait très tôt pour être les premiers. Nous on faisait vachement gaffe à pas envoyer une pierre mais on sait jamais ce qui est au dessus » (Christine, alpiniste).

37Et outre ces dissonances relatives aux prises de risque qui s’observent lorsque l’on fait varier le contexte, elles peuvent apparaître aussi lorsqu’est interrogée l’histoire des sujets. Car le rapport aux prises de risque et aux dangers n’est absolument pas figé dans le temps. Les accidents, sans qu’ils soient forcément graves, peuvent par exemple modifier profondément le rapport à la pratique et notamment l’appréhension du risque : « Et puis même parfois t’as des accidents plus bêtes mais depuis le début de la saison y a eu des poignets cassés... J’ai pas envie en ce moment de m’emmerder avec ça. C’est toujours considérer ça. A quel prix, à quel prix. Et moi je le mets constamment sur la balance, c’est pas une évidence en fait » (Marine, parachutiste).

38Pour d’autres, l’avancée dans la « carrière » peut suffire et conduire au désengagement. C’est le cas de Marc (parachutiste) qui tout en continuant son activité, a abandonné le BASE-jump parce qu’il ne souhaite plus affronter son caractère jugé trop risqué :

Le BASE-jump c’est vraiment le risque, on pourra jamais enlever cette part de risque qui reste quand même importante. Pour moi trop importante. J’en ai fait quelques uns, j’ai pris du plaisir, mais... à moins d’en faire 100, 200 et là être sécuritaire, sinon des mecs comme moi qui en font un de temps en temps, on sera toujours en danger. C’est ce que je pense. Sauf ceux qui en ont fait 100, 200, 300 qui eux sont en sécurité parce que plus on en fait, rapprochés, plus on est en sécurité. Mais des mecs comme moi qui en font de temps en temps, ils en font quelques uns, des mecs comme moi on sera toujours en danger. Donc à partir de là c’est bien comme ça. Je vais le faire d’un immeuble et après c’est tout.

39Plus largement, il semble que l’avancée « en âge » participe à façonner le rapport au risque. Les plus âgés, s’ils rappellent fréquemment avoir apprécié les prises de risque, disent aussi, comme Jean-Luc (alpiniste) que « Ma période tête brûlée m’est passée ». C’est aussi le cas de Marie-Jeanne (alpiniste) ou de Christophe (parachutiste) :

– Et le risque peut participer au plaisir de la pratique ?
 – Oui. Oui mais pour moi a priori je le limite quand même. Oui parce que c’est vrai que chaque fois qu’on est un peu en montagne on le pratique un petit peu, mais je le limite. Et je pense que c’est aussi une limite que j’augmente avec l’âge. Parce que y a plein de choses que je n’ai plus envie de faire par ce phénomène de risque, et que je faisais avant sans problème. Donc je pense qu’il y a une graduation qui évolue... (Marie-Jeanne, alpiniste)
Maintenant je fais partie des gens qui peuvent dire « moi je saute pas y a trop de vent ». Le mec qui a 20 ans il va te regarder, il va se dire « c’est un vieux con celui là », « oui ok, bah vas-y » (rires). Tu vois. Ça va pas toujours jusque là. Mais bon.
 – Et avant ?
 – Ah non, non. C’était... Ah on a fait des conneries. On a fait des conneries je veux dire. On en fait tous. C’est pas qu’on est là pour faire des conneries mais y a des moments t’as pas envie de t’arrêter. Si tu veux le para, c’est plus se dire, « le para faut y aller, faut sauter ». Donc c’est plus qu’est ce qui va te faire dire « je saute pas » pour quelle raison. Ça peut être le vent ou vraiment parce que là ça va être trop dangereux. Donc forcément après tu trouves plus de raison de pas y aller parce que t’as l’expérience, t’as le vécu. Et puis bon, moi je sais pas combien j’ai fait de sauts exactement, j’ai arrêté de compter y a très, très... trop tôt et trop longtemps, mais je pense avoir 10 000. Quand t’as 10 000 sauts, tu peux ne pas en faire un (Christophe, parachutiste).

40Sans évoquer encore les catégories explicatives qui pourraient permettre de donner du sens à ce qui ressemble aussi à une évolution dans la « carrière morale » (Goffman, 1968) des adeptes, il est possible ici d’insister sur la présence évidente d’hétérogénéité des comportements. Synchroniques comme diachroniques. Les rapports aux identités sexuées et aux prises de risque varient largement selon les contextes ou simplement une évolution dans le temps.

41Il est donc difficile de repérer en matière de prises de risque et de comportements sexués un « principe unificateur et générateur de toutes les pratiques » (Bourdieu, 1979, 193). Les dissonances comportementales sont importantes. Les individus adoptent des attitudes pouvant être contradictoires : les sujets sont parfois téméraires, parfois prudents ; les pratiquantes du risque adoptent des façons d’être qui parfois sont « masculines », parfois sont « féminines ». Bref les récits de vie présentent des individus dont les façons d’appréhender le monde varient. Le modèle qu’ils proposent ne ressemble pas beaucoup à celui des « styles de vie » (Bourdieu, 1979, 190) homogènes que devraient produire les habitus.

42Pour autant, l’intelligibilité des comportements des sujets ne semble pas se réduire à une juxtaposition d’actions aléatoires. La non-systématicité des conduites ne veut pas dire que jamais les actes ou représentations ne présentent de cohérence. Au contraire, il est possible de repérer des « séries de comportements, d’attitudes, de pratiques... cohérentes » (Lahire, 2002, 19). À de multiples occasions se manifestent des inclinations à l’engagement dans les prises de risque ainsi qu’à l’adoption de conduites masculines. Cela vaut particulièrement pour les pratiques sportives, mais pas seulement. Ces orientations récurrentes sont également observables dans d’autres espaces sociaux. C’est à cette condition qu’il est possible de parler de « disposition » puisque cette notion porte l’idée d’une certaine convergence des façons de faire ou de penser.

43Il n’y a pas ici matière à asseoir rigoureusement la thèse de l’habitus « systématique et universel » (Bourdieu, 1979, 190). Cette position se prête particulièrement bien à la logique popperienne de la vérité scientifique par la falsification (Popper, 1973). En l’occurrence, la thèse de l’habitus ne peut être validée qu’à condition d’étudier de manière systématique et universelle les actions des individus. Les quelques contre-exemples que nous avons mis en évidence suffisent en revanche à la falsifier. Pourtant, la thèse bourdieusienne, dont on peut dire que la plasticité autant que la rigidité font la force, n’est pas muette ici puisque pour Bourdieu « des conditions d’existences différentes produisent des habitus différents » (1979, 190). Dès lors que les sociétés contemporaines produisent des conditions d’existences plus disparates, y compris au sein d’ensembles sociaux jadis plus homogènes, les parcours ou les comportements se différencient davantage. Alors si la thèse de l’habitus doit être discutée, c’est surtout parce qu’est mis en cause le postulat d’homogénéité des « conditions d’existence » que rencontre chaque sujet. Cela implique un véritable renversement paradigmatique. Non pas par choix, ni même par sensibilité, mais parce qu’alors, la production du social devrait logiquement trouver sens dans les singularités plutôt que dans une lecture de collectifs, devenus mois opérants. Cela ne signifie certainement pas l’abandon du social, mais son appréhension à partir des individus. Cela ne remet pas non plus en question l’existence de dispositions génératrices de pratiques incorporées par la socialisation, dont on peut seulement subsumer l’influence par l’observation indirecte de leurs manifestations. Mais celles-ci ne peuvent être considérées comme des principes actifs partout, pour tout, et tout le temps. Cela invite, à penser des conditions d’activation ou d’inhibition.

3. Les conditions d’activation des dispositions

  • 8 D’une certaine manière, et même si nous savons que les différences peuvent être importantes par ail (...)

44La perspective dispositionnaliste accorde un certain primat à l’histoire du sujet. L’individu agirait selon un ensemble de principes d’action acquis tout au long de son existence par incorporation du social. En ce sens, ce schème explicatif est d’inspiration structuraliste. Mais dès lors que l’on considère la dimension contingente de la traduction pratique des dispositions, on replace nécessairement l’interprétation dans une logique plus contextuelle et plus individualiste8.

45Or, ici se pose justement la question des conditions d’activation de ces dispositions. Si les dispositions dont les individus sont porteurs se présentent moins comme un système cohérent que comme un ensemble hétéroclite, la socialisation et les déterminations historiques ne peuvent totalement rendre compte des logiques qui dictent l’action. Minorer l’importance déterminante du passé incorporé implique que l’on accorde davantage de poids aux déterminations ou plus largement aux actions du présent. Si l’on passe d’un « régime du transfert généralisé » à un « régime de transfert limité et conditionnel » (Lahire, 1998, 106), il importe de déterminer les conditions du transfert. Pour le dire autrement, accepter l’idée de dispositions agissant sous conditions, impose de préciser les conditions dont il s’agit. Car l’action des sujets ne trouve alors plus seulement sens dans l’histoire passée, mais aussi dans le contexte présent. Il ne s’agit pas ici de faire une présentation exhaustive de ces conditions mais de présenter celles qui dans un sens ou dans l’autre, apparaissent dans les récits.

3.1. Une disposition « masculine » ?

46Systématiser la singularité n’est pas chose aisée. Deux catégories explicatives se distinguent néanmoins. La première concerne le cadre social. La seconde, plus précise, renvoie aux conditions de l’interaction sociale.

47L’observation faite de différents « cadres » sociaux, met en évidence des espaces à l’influence distincte. La pratique sportive est probablement le théâtre dans lequel l’adoption d’attitudes que l’on peut classiquement considérer comme « masculine » est la plus prononcée. Cela vaut globalement pour toutes celles que nous avons rencontrées. Nous l’avons déjà évoqué, les façons, pour les femmes, de se donner à voir, semblent largement procéder par conformation au modèle masculin. Cela ne constitue pas pour autant, une permanence. Nous y reviendrons.

48Dans le cadre professionnel, les différences sont plus nettes. Il semble ici que celles qui ont le plus intensément croisé des éléments de socialisation « inversée », soient celles pour lesquelles la disposition « masculine » est aussi active dans l’espace professionnel. Sans disposer des mêmes données sur ce point que pour ce qui relève de l’activité physique (nous n’avons pas observé l’activité professionnelle), le choix des formations ou professions constitue un indicateur intéressant. En particulier les héritières ont investi des formations ou professions plutôt masculines : Sabine est dans une filière STAPS courte et professionnalisante (DEUST), Claudine est monitrice de ski, Christine alpiniste professionnelle, Dominique enseignante d’EPS, et Marie-Jeanne est responsable de site Internet dans une organisation publique très masculinisée.

49En revanche, pour les converties et les éphémères, la disposition semble moins fréquemment active dans le cadre professionnel. À l’exception d’Erika dont la conversion débute justement par l’orientation vers une profession « masculine », toutes les autres ont « choisi » des professions plutôt mixtes ou féminines : Chantal est femme au foyer, Marie est infirmière, Laeticia est architecte, Emilie est secrétaire, et Martine est employée de banque. Tout se passe comme si pour elles, dans l’univers professionnel, cette disposition à adopter des comportements masculins était alors silencieuse :

– Vous pensez que par moment il vaut mieux se montrer plus féminine ? – Bah oui, je pense. Même dans mon travail, c’est vrai que c’est plus féminin. Et puis je pense que, comment dire, au fond de soi aussi je pense que ça ressort. C’est vrai que quand on est petite on ne se rend pas bien compte donc on fait un peu tout et n’importe quoi, et puis arrivé un moment on se dit « quand même je suis une fille, il faut que je reprenne ma place de fille » (Marie, parapentiste).

  • 9 Prétendre pouvoir réduire les conditions d’activation ou d’inhibition d’une disposition à un champ (...)

50Mais s’il est un espace social qui s’accommode peu de cette disposition, c’est le cadre familial. Plus précisément à partir du moment où les femmes se mettent en ménage et plus encore lorsqu’elles sont aussi mères. C’est-à-dire que l’on constate, comme dans d’autres enquêtes, que la mise en ménage et la maternité constituent des événements qui structurent puissamment les façons de faire. Cela concerne notamment la division sexuelle du travail dans le couple. Dès lors que cette entité est stabilisée, le modèle patriarcal « classique » est largement respecté. Le partage des tâches, relativement au soin des enfants par exemple, ne donne à voir que du très conforme. Les choses se passent comme si le cadre familial et la maternité étaient relativement hermétiques à la disposition ici étudiée. Une sorte de bastion ou de conservatoire de la féminité « hégémonique ». Mais si nous souhaitons affiner cette première catégorie explicative, il est nécessaire de s’approcher davantage des situations. Là où prennent corps finalement les interactions et les manifestations sensibles des dispositions. C’est à ce niveau d’échelle que l’on constate toute la complexité des attitudes données à voir et par conséquent le caractère conditionnel des déterminismes dispositionnels. Car au sein même des différents cadres sociaux mentionnés, point de permanence9. Plus que les cadres sociaux en fait, les situations sociales sont discriminantes.

51Les situations dans lesquelles les attitudes « masculines » sont les plus visibles et les plus fréquentes sont celles qui mettent en question la légitimité de la présence de femmes. Il semble que ces moments, très attachés à l’affirmation de la masculinité, imposent une certaine conformation à l’ordre « viril » qui se joue :

J’ai su me débrouiller beaucoup plus toute seule, je te dis déjà parce que en tant que nana euh... Bah, je veux dire soit t’arrives d’un univers complètement extérieur et là soit tu te la joues hyper-féminine et là bon, tu fais rire 5 minutes mais euh... soit tu te mets, quand je dis à leur niveau c’est pas péjoratif (rires), soit tu te mets un peu dans une conversation de mec, et puis tu la joues un peu comme un mec. C’est-à-dire que si ils te font de grosses blagues bien lourdes tu joues pas « Ouh lala lala, qu’est ce que vous avez dit ». À la limite tu leur réponds encore plus crade et euh, et puis tu finis par te faire une place, pas en tant que mec, en tant que fille mais bon, celle qui vont pas faire chier (Sabine, parachutiste).

52Au contraire, nous avons pu mettre en évidence deux types de situations dans lesquels cette disposition est inhibée : lorsqu’est questionnée l’identité sexuée ou l’orientation sexuelle et lorsqu’il est question de maternité. Les attitudes des femmes tendent alors à ressembler à celles qui sont les plus classiquement associées à la « féminité ».

53Ainsi, celles qui insistent, par ailleurs, sur la « masculinité » de leurs façons d’être, revendiquent avec force leur féminité, notamment lorsque celle-ci est mise doute :

je suis pas hyper-féminine, enfin je suis pas hyper-féminine, je suis une fille quand même, de ce côté dans la tête ça va très bien (Sabine, parachutiste).
 – Je pense que tout en faisant des choses masculines j’ai quand même gardé ma féminité. Heureusement quand même. Bah oui c’est important. C’est vrai que j’étais plus... que je jouais plus... comme au ballon, au foot, avec mes frères. Donc ça fait plus masculin. Le foot c’est pareil c’est un sport masculin. D’un autre côté, c’est vrai que je suis quand même quelqu’un de très féminin [...] Je suis quand même coquette, je me maquille facilement, je mets des bijoux et tout ça. De ce côté là y a pas de... Parce que y a des filles qui ne font pas des sports masculins mais elles ne sont pas autant féminines. Donc je pense que c’est bien compensé. Pour moi je pense que c’est bien compensé (Marie, parapentiste).

54Par ailleurs, la maternité intervient également comme un événement structurant. Comme si le « rôle » de mère supplantait toute autre forme d’engagement et impliquait, par conséquent un désengagement. C’est ce que montre le rôle que joue Christine (alpiniste professionnelle) à la naissance de son enfant. Depuis qu’elle est mère, elle place sa carrière sportive au second plan :

j’ai un petit garçon de trois ans donc ça me prend beaucoup de temps. Il faut s’en occuper. J’ai envie de m’en occuper. C’est vraiment la priorité dans mes projets. Je ne veux pas m’en séparer.

55Pour Marine la maternité pourrait mettre un terme à sa pratique du parachutisme :

après si jamais j’ai des enfants c’est possible que j’arrête. Y a beaucoup de femmes qui arrêtent au moment où elles ont leur enfant. Parce qu’elles arrêtent au moment où elles sont enceintes, pendant que le bébé est petit et après il faut reprendre mais en même temps t’as moins de disponibilité.

56Plus largement, sur les terrains, lorsque les deux parents pratiquent et que leurs enfants sont présents, l’observation des situations indique très clairement comment le partage des tâches reproduit assez rigoureusement les figures classiques du modèle patriarcal. C’est alors beaucoup plus souvent la mère qui met sa pratique entre parenthèses et qui s’occupe des enfants. On sait qu’aujourd’hui encore l’arrivée d’un enfant a des répercussions fortes sur les carrières professionnelles des parents. Dans une très large majorité, c’est la mère qui est en premier lieu concernée. Ce sont elles qui quittent ou réduisent leur activité professionnelle et se chargent de « l’éducation quotidienne des enfants » (Blöss, 2001, 55). En ce sens on peut dire de la position de Christine ou de Marine qu’elle est « féminine ». Il semble donc que la maternité soit un puissant inhibiteur de la disposition à adopter des attitudes ou des pratiques masculines ; par « choix », parce qu’elles auraient incorporé une disposition maternelle, ou par soumission à la contrainte. Ce qui ressemble finalement à une dialectique « autonomie versus assujettissement » s’observe de façon sensiblement similaire pour ce qui concerne l’engagement dans les prises de risque.

3.2. Une disposition aux prises de risque ?

57Difficile d’imaginer qu’il soit possible de rechercher en permanence les prises de risque. Ce n’est effectivement pas le cas. Les « figures comportementales » (Seigneur, 2004) sont multiples, au niveau interindividuel, mais aussi intra-individuel. Les adeptes de sports à risque ne sont pas constamment des « preneurs de risque ». Comme pour la disposition à adopter des conduites masculines, l’engagement dans les prises de risque peut se manifester dans différents mondes sociaux : le cadre des activités physiques bien évidemment, le cadre professionnel ou d’une certaine manière le cadre familial. C’est d’ailleurs à cette condition qu’il est possible de parler de disposition. Mais présenter ces « sous mondes » dans lesquels cette disposition peut être active manque assurément de précision. Ici encore la proposition d’éléments de systématisation s’appuie plutôt sur des contextes de situations particuliers d’activation ou d’inhibition.

3.2.1. Quand il s’agit de mises à l’épreuve

58Les prises de risque sont des épreuves. Elles engagent violemment l’individu. Elles sont aussi des mises à l’épreuve. Cela vaut pour les hommes comme pour les femmes chaque fois qu’ils sont sommés de « faire leurs preuves », c’est à dire d’asseoir une certaine légitimité. Pour les femmes cela concerne plutôt une place à laquelle il faut accéder dans un monde où elles sont rares. Elles investissent des espaces qui leur sont le plus souvent « interdits ». Les prises de risque peuvent alors constituer un moyen de se positionner, de forcer le verrou :

J’essaye toujours de sauter parce que, parce que je me force, je me dis allez, fais comme les mecs, vas-y essaye de sauter (rires) (Claudine, alpiniste).
 – Et quel intérêt alors de le faire en solo ?
Pour moi je sais pas exactement. J’aime bien faire du solo parce que à ce moment là tu te sens fort, aussi peut-être par orgueil, en me disant « comme ça on pourra pas dire que c’est un mec qui à fait ça devant » (rires). Et voilà (Christine, alpiniste).

59Les prises de risque n’ont pas valeur d’épreuve de légitimité seulement pour les femmes. Si les hommes n’ont pas à surmonter quelques a priori négatifs, ils ne sont pas exempts de ces formes de mises à l’épreuve. Nous l’avons développé plus haut, les prises de risque structurent ces pratiques sportives et participent de la définition des positions. Tandis que les femmes semblent devoir construire leur droit à investir ces mondes d’hommes, les hommes sont très attachés à justifier une virilité qui n’est jamais définitivement acquise.

  • 10 Qu’elles soient instituées ou non.
  • 11 Nous distinguons d’ailleurs deux logiques qui parfois se superposent.

60C’est aussi dans cette perspective que peuvent se lire les pratiques compétitives10. Elles sont une autre forme de mise à l’épreuve lorsqu’il s’agit, là encore, de se positionner dans l’espace de la performance. Ce contexte, comme celui qui met en jeu la puissance virile11, est particulièrement propice à l’activation de la disposition aux prises de risque :

J’avais des réseaux de copains. Bien sûr on se connaît, on vole un peu ensemble... Donc effectivement sur les sites, là où de temps en temps y a une émulation qui se fait, c’est des conditions un peu fortes et puis allez on va essayer de se poser le dernier quoi. On part ensemble et puis c’est un peu à celui qui se pose le dernier. Alors c’est là où il faut être vigilant parce qu’il faut pas non plus que l’accident arrive (Jean-Luc, alpiniste).
Autant la plongée c’est, la plongée et la spéléo c’est beaucoup plus réfléchi, c’est un acte beaucoup plus réfléchi. Donc c’est pas du tout la même optique. Et puis y a pas de compétition. La différence, ça j’ai un très bon souvenir, en motocross, en compet’ le fait de vouloir dépasser l’autre peut nous amener à des actes complètement irréfléchis quoi, la raison elle est laissée sur le côté (Jean-Michel, spéléologue).

61Sur ce dernier point, celui de l’influence du contexte compétitif, les différences sont notables entre hommes et femmes. Tandis qu’elle apparaît comme un élément moteur pour les hommes, les femmes semblent prendre plus de distance et refusent même d’entrer dans ce processus qui pourrait les conduire à adopter des conduites qu’elles estiment être trop risquées :

Les garçons c’est surtout en plus au niveau compétition, « tu vois moi je fais mieux que toi » et tout ça. C’est plus ça. Moi non. Moi je volais c’était vraiment pour moi. J’avais pas envie de me mesurer à untel, à untel, à untel (Marie, parapentiste).
C’était devenu un petit peu la course aux sauts, la compétition entre nous, et j’aime pas du tout. Et alors... et c’est ce que j’ai eu peur de retrouver avec cette fille dans le BASE. Je voulais absolument pas que ça arrive parce que me connaissant, si, si je rentrais dans cet esprit de compet’, ça te, ça te pousse à des choses... Je pourrais prendre des risques bêtement pour pouvoir dire « moi j’ai fait ci, moi j’ai fait ça, j’ai plus de sauts ». Et j’ai pas voulu euh, j’ai refusé cette ambiance de course aux sauts que j’avais connue dans le para parce que... parce que en BASE c’est trop risqué (Florence, BASE-jumpeuse).

62Finalement donc, les situations dans lesquelles les positions sont faiblement assises ou stabilisées sont des contextes propices aux prises de risque. Par l’engagement qu’elles formalisent, elles sont tantôt des moyens, tantôt des fins permettant de situer les individus. Si les conditions peuvent plus précisément différer pour les hommes et les femmes, la dynamique est sensiblement la même.

3.2.2. Quand d’autres sont impliqués

63Si le contexte de l’épreuve motive les prises de risque, en d’autres circonstances, cette tendance est plutôt inhibée. Parmi les contextes dans lesquels la disposition est latente, nous avons pu repérer un point de convergence. Dès lors que les prises de risque pourraient impliquer un tiers, il semble qu’elles soient proscrites. Cela concerne en premier lieu les situations qui peuvent mettre directement en danger les autres :

– Le problème c’est que la prise de risque tu la prends toujours par rapport aux autres. Enfin sauf justement quand tu es sous voile pour les posés, là c’est que toi même que ça implique, et encore. Mais en chute on atteint des vitesses qui sont très rapides, donc si tu veux prendre un risque pour aller vers une personne et que t’en as pas vu une autre tu peux lui rentrer dedans et là tu mets sa vie enjeu (Laeticia, parachutiste). – Est-ce que dans votre vie quotidienne, les prises de risques arrivent, par exemple en voiture ?
 – (rires) Bon, bon, ça faut pas le dire. Pour moi, mais pas pour les autres. En montagne, la nuit, dans le brouillard. Non, mais je veux dire que je ne mets pas en danger les autres (Alain, parapentiste).

64La parentalité produit un autre visage de celui a qui les pratiquants semblent devoir un engagement contenu. Cela vaut pour les mères comme pour les pères. Hommes et femmes disent souvent que leurs prises de risque sont réduites lorsqu’ils ont des enfants :

– Tu as l’impression de prendre plus de risque ?
Non, vraiment pas. Non je suis pas un... je suis père de famille (Jean-Luc, alpiniste).
Actuellement y a un nouveau groupe qui se forme, j’ai un peu peur pour eux, c’est des plus jeunes, je les comprends tout à fait, ils ont fait un pôle compétition. Mais y en a qui volent depuis un an ou deux ans. Et moi je trouve qu’ils vont quelques fois dans des conditions un peu chaudes [...] moi je les comprends tout à fait. En plus ils sont quasiment tous plus ou moins célibataires (Alain, parapentiste).

65Sans que l’on puisse tout à fait être sûr d’un désengagement consécutif à la paternité, ou s’il s’agit plutôt d’une stratégie discursive de légitimation, les choses sont ainsi largement présentées dans les récits.

  • 12 Les conditions d’activation et d’inhibition de la disposition à prendre des risques sont parfois pr (...)

66Pour les femmes, la maternité produit le même effet inhibiteur sur la disposition aux prises de risque que sur la disposition à adopter des pratiques ou des attitudes masculines12 :

– Pour le ski-raid je pense que c’est vraiment, c’est vraiment une question de moral. C’est même pas vraiment technique parce que skier je pense que techniquement je skie aussi bien que lui mais après c’est dans la tête.
 – Et il y a quelque chose qui vous bloque ?
 – Bah oui, oui parce que je pense que... oui surtout en ayant des enfants je pense que ça... quand même on réfléchit plus. Et moi je disais encore à mon mari récemment « j’espère que tous les deux qu’on soit encore en vie au moins jusqu’à ce qu’elles aient 20 ans » (sourire) (Élodie, alpiniste).
Je pense aussi que le fait d’avoir des enfants, c’est vrai que ça fait partie des perspectives qu’on intègre dans notre activité et qui fait qu’effectivement on limite l’engagement oui (Marie-Jeanne, alpiniste).

67Il semble donc que les prises de risque ne résistent pas à la mise en jeu d’autrui. Dès lors qu’elles impliquent au delà de celui ou celle qui s’engage, elles tendent à diminuer, « anesthésiant » ainsi la disposition. Entre les conditions d’activation et celles qui participent à son inhibition, on peut supposer qu’il existe tout un continuum de situations moins discriminantes. Toutes ne sont d’ailleurs par nécessairement concernées par l’adoption d’attitudes masculines, ni par les prises de risques. Pour toutes les autres, se pose évidement la question de ce qui motive l’action.

68Mais il est difficile de dire si les conditions d’activation ou d’inhibition reposent sur une conscience des normes prescrites ou proscrites ou si elles révèlent la conditionnalité de l’intériorisation de la disposition. Les observations et les récits laissent parfois penser qu’il s’agit de l’expression d’un sens pratique incorporé, d’autres fois tout semble se passer comme si les acteurs agissaient « en conscience ». Sans pouvoir précisément tracer les frontières de l’un ou l’autre de ces « principes d’action », nous pensons ici que les choses plutôt que s’exclure, se combinent.

69La pluralité des conduites que peuvent adopter les sujets permet donc de mettre en évidence l’absence de cohérence totale des comportements. Il ne semble pas qu’en matière de prises de risque et de comportements sexués les individus soient porteurs d’un principe unificateur de toutes leurs façons d’être, de faire ou de penser. En ce sens il nous semble difficile de parler d’ habitus. Confrontés à différents cadres de socialisation proposant des principes hétérogènes, il apparaît que les individus incorporent des dispositions plurielles. Les parcours des pratiquantes du risque s’inscrivent dans des « conditions d’existence » (Bourdieu, 1979, 190) qui ressemblent plus à un « patchwork » qu’à l’ensemble homogène que présente le modus operandum (Bourdieu, 1979, 193) de la thèse de l’habitus. C’est aussi ce à quoi concourent les multiples épreuves qui jalonnent les histoires de vies et qui ne sont pas étrangères à l’individualisation des parcours. Dès lors que les sujets ont incorporé des dispositions multiples et parfois contradictoires, celles-ci ne peuvent toutes et tout le temps se manifester. Cela ne signifie pas seulement qu’il faut tenter de penser la pluralité des influences socialisatrices, mais aussi que le déterminisme historique ne peut suffire à rendre compte des actions des individus. Les façons d’être au monde dépendent non seulement d’un passé incorporé mais aussi d’un contexte activateur ou inhibiteur comme l’indiquent les modes d’engagements dans les sports à risque et dans les prises de risque. Ceux-ci s’inscrivent dans une double détermination historique et contextuelle. Les dispositions à prendre des risques ou à adopter des attitudes masculines sont tantôt actives, tantôt latentes.

70Mais les conditions d’activation et d’inhibition des dispositions mises au jour ne concernent finalement que quelques contextes, ceux que nous avons pu appréhender lors des entretiens. À n’en pas douter, elles s’expriment ou se taisent en bien d’autres occasions. Nous préférons faire nôtre cette invitation à la prudence : « on ne peut jamais éviter l’explication dispositionnelle si l’on veut tenir compte des expériences passées incorporées par les acteurs, mais il faut l’utiliser avec précaution, sans généralisation abusive, en cherchant toujours les manifestations et les contre-manifestations de ces dispositions, en circonscrivant leurs champs d’activation et leurs champs d’inhibition. Parfois même la notion de disposition est utile pour montrer ce que différentes pratiques ont en commun. Mais cela ne doit jamais donner le droit au chercheur de généraliser la force de la disposition qu’il a cru pouvoir déceler comme étant au principe de certaines pratiques, au-delà du champ des pratiques concernées » (Lahire, 1998, 68).

71On peut penser ainsi que l’appréhension de la conditionnalité des dispositions plutôt que de fragiliser la théorie dispositionnelle, la rend plus opératoire. Mais l’épreuve des faits invite aussi à rapprocher notre sensibilité de l’individu et des situations. C’est ce qu’impose notamment la plasticité des comportements observés, qui n’est pas sans rappeler les thèses interactionnistes. Finalement les datas conduisent à envisager l’articulation d’un système de dispositions actualisées en situation, sans que l’on puisse précisément discerner la part de l’un et l’autre de ces déterminants de l’action. Cette perspective n’est pas sans intérêt pour lire les rapports sociaux de sexe. Car si les rapports sociaux de sexe ne sont évidemment pas solubles dans une stricte lecture des situations, c’est bel et bien dans ces situations qu’ils se manifestent ainsi qu’ils s’élaborent.

Notes

1 Parler de registre d’action ne signifie pas que les acteurs pourraient « librement » choisir parmi un répertoire d’actions « mobilisables » mais plutôt que les individus pourraient être porteurs de différents principes d’actions dont l’activation dépendrait de la situation contextuelle.

2 Il s’agit ici de faire référence, comme le fait Lahire (2002, 19), au sens très large de ce terme.

3 Cela étant on peut penser que ce qui est ici présenté par Corcuff néglige le fait que pour Bourdieu les expériences que rencontrent les acteurs sont elles-mêmes largement conditionnées par le positionnement des agents dans l’espace social. Dès lors, même si l’appartenance de classe produit les habitus de manière indirecte, elle est encore au fondement de l’explication des parcours.

4 En ce sens elles sont a considérer avec prudence. Nous explorons simplement ici différentes formes de prises de risque dans lesquelles s’aventurent des individus.

5 Pour renseigner la question de la cohérence de l’habitus nous présentons ici les parcours des femmes investies dans les sports à risque plutôt que ceux des hommes. Cela ne veut pas dire que pour les hommes la question de la construction de l’identité sexuée ne se pose pas, mais que les dissonances et permanences en la matière sont certainement plus « visibles » dans les parcours « hors-normes ».

6 À titre d’information Erika dit qu’il y a « à peu près 10 % de filles » dans son environnement professionnel.

7 Elles sont suffisamment rares parmi les pratiquantes qui occupent les aérodromes (elles sont évidemment incompatibles avec la pratique du parachutisme, mais les pratiquantes en portent rarement même lorsqu’elles ne sont pas en tenue de saut) pour être remarquables.

8 D’une certaine manière, et même si nous savons que les différences peuvent être importantes par ailleurs, un parallèle peut être fait avec Linton qui écrit que « l’individu assailli par des rôles incompatibles répond au problème selon le modèle classique : satisfaire aux différents statuts en des temps différents, sans ignorer que l’exécution d’un rôle contredit le résultat de l’exécution des autres » (Linton, 1988, 75).

9 Prétendre pouvoir réduire les conditions d’activation ou d’inhibition d’une disposition à un champ de pratiques revient à dire que le contexte de ce champ est toujours le même. Cela nous semble très improbable.

10 Qu’elles soient instituées ou non.

11 Nous distinguons d’ailleurs deux logiques qui parfois se superposent.

12 Les conditions d’activation et d’inhibition de la disposition à prendre des risques sont parfois proches de celles qui influencent la disposition à l’adoption de pratiques ou attitudes masculines. Ce constat peut être lu comme l’indicateur de la proximité entre prises de risque et masculinité.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.