Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Deuxième partie. Devenir pratiquant(e) de sports à risque

Des parcours et des engagements

Texte intégral

  • 1 La notion de « parcours » est parfois préférée à l’utilisation du terme « trajectoire » (Bertaux, 1 (...)
  • 2 Ce sont les carrières sportives qui sont au centre des récits. Cela ne signifie pas que nous nous i (...)

1Les histoires des pratiquantes de sports à risque ne sont pas toutes semblables. Leurs trajectoires1 ne se superposent même jamais exactement. Leurs modes d’engagements ne répondent pas à un modèle unique. Pour autant, elles ne sont pas non plus radicalement atomisées. Quelques éléments, quelques événements, quelques dynamiques biographiques transcendent la singularité des récits de vie. Ces traits communs permettent de proposer quelques « modèles de parcours ». En présentant ces logiques biographiques, ce sont des types idéaux qui sont proposés. Ils ne sont pas l’exacte exposition d’un portrait, mais procèdent d’une gymnastique consistant à extraire ce qui se présente comme un parcours conduisant à la pratique de sports à risque. Cette typification révèle des modèles qui puisent dans des influences diverses, parfois historiques, parfois plutôt contextuelles, parfois individuelles, parfois plus collectives. Et très nettement, les récits de vie donnent aussi à lire des modèles profondément sexués. Ni les modes de socialisation, ni les expériences rencontrées ne sont les mêmes dans les parcours où se mêlent et se confondent carrières sportives et histoires de vie2.

1. Parcours de femmes

  • 3 À la différence des autres types idéaux celui ci ne désigne pas un mode d’engagement mais plutôt un (...)

2Les histoires de vie portent toutes des singularités qui peuvent paraître irréductibles. Elles le sont certainement lorsque l’on considère les parcours dans leur globalité. Mais si on étudie des moments particuliers et ce qui participe à les produire, il est plus facile de faire émerger des points de convergences. C’est à partir des similitudes que nous avons pu mettre au jour quelques types de parcours. Chaque « idéal type » (Weber, 1922) est illustré par un parcours présenté à titre d’exemple, celui s’approchant le plus du modèle. Car les types idéaux ne sont pas exactement des restitutions d’histoires vécues. Ils sont plutôt des abstractions du social, qui « forcent le trait » pour présenter les éléments saillants de la production des trajectoires. Trois types d’engagement féminin ont ainsi pu être mis au jour : les héritières, qui ont connu dès l’enfance une familiarisation précoce aux pratiques sportives et aux prises de risque, les converties, qui ont été amenées, par des événements particuliers, à investir un sport à risque et les éphémères3, dont l’engagement trouve sens lorsqu’il est mis en relation avec la façon de pratiquer.

1.1. Les « héritières »

3Ce modèle de parcours est celui qui est le plus évident à repérer. D’abord parce qu’il propose des parcours cohérents depuis l’enfance, une « socialisation primaire » (Berger et Luckmann, 1986) entretenue et d’une certaine façon confortée jusqu’à l’âge adulte. Les événements biographiques semblent s’inscrire dans cette dynamique sans en perturber le sens. Ensuite parce qu’ils présentent des socialisation tout à fait originales.

  • 4 Par analogie avec la configuration dite du « garçon manquant », mise par exemple en évidence dans l (...)

4Les héritières ont été rapidement familiarisées aux activités physiques, aux pratiques masculines et incitées même à prendre des risques. Depuis l’enfance leur socialisation est marquée par les interventions implicites et explicites de socialisateurs très influents. Cela participe à construire chez elles des dispositions aux prises de risque et d’une certaine manière à l’adoption d’attitudes masculines. Ces socialisateurs, appartiennent de façon quasi systématique à l’entourage familial de ces jeunes filles. Ils sont des « proches ». Il s’agit très souvent du père, mais parfois aussi d’un frère, souvent plus grand. C’est un cas de figure que l’on peut notamment retrouver lorsque le père est absent (séparation, décès) et que le frère joue ainsi un rôle qui ne lui est pas, a priori, dévolu4. Ces influences d’« autres significatifs » (Berger et Luckmann, 1986) ne sont, bien entendu, pas exclusives. Au contraire, elles ont plutôt tendance à se compléter. Les héritières ont donc cette particularité d’avoir en quelque sorte « hérité » d’un patrimoine sportif familial largement portée par les hommes et les garçons. Ces acteurs de la socialisation apparaissent comme des modèles de référence dont il convient de s’approprier les façons d’être et de se conduire. Cela vaut dès l’enfance dans le cadre des activités physiques et aussi dans celui des relations électives. Car ces jeunes filles peuvent opter de façon préférentielle pour les relations amicales avec des garçons. Elles disent préférer leur compagnie et leurs jeux à ceux des filles. Cette orientation relationnelle se poursuit souvent à l’adolescence. Car les activités sportives occupent l’essentiel de leur temps libre. Elles sont souvent très investies dans les activités physiques, dans une pratique intense ou dans de nombreux sports. Cette socialisation particulière est donc continue et relativement cohérente. Elle s’accompagne d’ailleurs d’un rejet des formes de pratiques plus classiques et des socialisatrices qui les portent.

  • 5 La plupart des sports à risque ne sont pas accessibles aux plus jeunes. Il faut au moins attendre q (...)
  • 6 Ce terme est employé par Grossetti faisant référence aux théories de l’évolution. Les « gradualiste (...)

5C’est à l’âge adulte que se réalise effectivement l’engagement dans les sports à risque, mais cet engagement est présenté et vécu comme la concrétisation d’un désir très ancien, seulement contrarié par les interdits réglementaires5. L’accès à la pratique à proprement parler n’est pas associé dans les récits à un événement particulier ni ne constitue une rupture, mais s’inscrit davantage dans une continuité, un processus dont on peut dire qu’il est « gradualiste »6.

  • 7 On peut noter qu’au contraire, les caractéristiques socio-professionnelles ne semblent pas discrimi (...)

6La question qui se pose alors est celle des conditions d’apparition de cette socialisation originale. Elle semble être favorisée, comme pour les boxeuses, footballeuses et haltérophiles, par un « culture sportive » importante dans les familles (Mennesson, 2005). Lorsque les pères ont une pratique assidue et que celle ci participe à organiser le quotidien familial, les filles sont nécessairement « concernées » par cette activité. Car la pratique des sports à risque impose souvent d’y consacrer beaucoup de temps. D’abord parce qu’elle nécessite des conditions météorologiques particulières que doivent « guetter » patiemment les adeptes. Ensuite parce qu’elle invite à explorer des territoires variés et donc à se déplacer sur des temps relativement long (vacances par exemple). Doit alors être construite une organisation qui dépasse le seul cadre de la pratique et influence le quotidien de toute la famille (week-end, vacances...). Ces moments sont tout à fait propices à la « contagion » du goût pour ces sports. D’autant que les héritières ont souvent été directement incitées à s’y engager. Cela se manifeste avec d’autant plus d’acuité que les autres membres de la familles sont eux aussi concernés : les frères (et sœurs) et les mères. C’est donc cette dimension qui apparaît comme la plus discriminante ici7. Elle semble renforcée par certaines configurations familiales, notamment celle du « fils absent ou défaillant » (Daune-Richard et Marry, 1990), ou celles dans lesquelles l’influence socialisatrice des frères est puissante.

7Quoi qu’il en soit, la socialisation des héritières est celle qui présente la plus grande cohérence dans les récits, celle pour laquelle les principes de socialisation proposés par les différents cadres de socialisation sont les plus homogènes. Mais cela ne signifie pas que ces femmes ont complètement échappé aux modèles de socialisation les plus traditionnels. L’étude d’autres cadres de l’expérience que ceux qui concernent les pratiques physiques mettent en évidence des influences socialisatrices plus hétérogènes. Il ne s’agit donc pas véritablement de « socialisation masculine », ni donc de « socialisations inversées » (Mennesson, 2005). Il n’en demeure pas moins que dans les récits de vie, on peut noter une convergence de principes de socialisation s’inscrivant dans cette logique. Le caractère « masculin » des socialisations semble puissamment structurer les trajectoires. Cela se traduit par un engagement très fort dans les sports à risque et dans les prises de risque (ces femmes sont celles dont les modalités de pratique ressemblent le plus à celles des hommes), ainsi que par l’adoption dans d’autres cadres sociaux, d’attitudes considérées comme masculines : cadre professionnel (par le choix de métiers « masculins »), cadre familial (distance par rapport aux formes « classiques » du couple ou par rapport à la maternité), cadre amical (réseaux de sociabilités « masculins »). Et parmi ces femmes, celles qui ne sont pas célibataires vivent le plus souvent avec un compagnon qu’elles ont rencontré dans le cadre de leur pratique et qui est lui aussi investi dans ce sport. Ils partagent un engagement fort auquel ils consacrent un part importante de leur temps libre et de leurs ressources économiques. Il n’est pas rare qu’ils pratiquent ou aient pratiqué d’autres sports à risque. Il est possible de dire en ce sens, que les carrières sportives sont importantes au point de façonner toute entière les existences. Le parcours de Sabine (parachutiste) est représentatif de ce modèle idéal typique d’engagement dans les sports à risque.

  • 8 Diplôme d’Études Universitaires en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives.

8Sabine a 21 ans. Elle est célibataire. Elle n’a pas d’enfant. Elle est étudiante en DEUST STAPS8. Elle est née dans le Nord et habite cette région. Elle a un frère de trois ans de moins qu’elle. Son père dirige une petite entreprise de mécanique poids-lourds et sa mère est secrétaire de cette structure. Son père était parachutiste et pratique encore l’aviation. Sa mère ne pratique aucune activité physique régulière et son frère est adepte de la course automobile. L’enfance de Sabine est marquée par la pratique de nombreux sports. Très jeune elle est initiée à différentes activités par ses parents : « j’ai fait plein de petits sports quand j’étais plus jeune : équitation, équitation ça ça me branchait bien, un peu de natation, un peu de tennis, un peu de tout ce que les parents t’inscrivent, truc de danse, de machin... ».

9Parmi toutes ces activités Sabine opère une distinction entre celles « vraiment choisies », et celles qui lui ont été imposées. La danse notamment est présentée comme un sport qu’elle ne souhaitait pas investir :

– La danse c’est quand j’étais petite c’est ma mère qui m’avait inscrite hein... (rires) cours de danse et de gym. Elle m’avait inscrite au cours de gym et il y avait une heure de danse avant. C’est pas une idée à moi ça, c’est sûr (rires).
 – Ça ne te plaisait pas trop ?
 – Ah non, du tout (rire). Ah non non non, ah non la danse non. Mais j’ai pas eu le choix. J’étais petite... toute petite... (rires).

  • 9 Nous pouvons dresser ce constat à condition d’accepter l’idée que les pratiques à la fois génèrent (...)

10Une autre distinction est présentée par Sabine entre les premières activités physiques rencontrées et celles qu’elle a connues ensuite. Elle oppose les sports pratiqués pendant l’enfance, « plein de petits sports », à ceux rencontrés plus tard, dans lesquelles elle s’est engagée « vraiment sérieusement ». La rupture s’opère vers 15 ans avec le début du planeur comme prélude au parachutisme. C’est avec son père que se joue l’accès à ces nouvelles disciplines, comme c’est avec lui que Sabine a connu, très tôt ces espaces de pratique. Dès l’enfance, elle fréquentait les terrains de parachutisme. C’est également son père qui l’a initiée, plus tard, au planeur. Lui encore qui lui a permis de s’inscrire dans la pratique du parachutisme : « en fait j’ai mon père qui traînait beaucoup dans le para quand j’étais petite et euh... et après il a fait de l’avion, donc je l’ai suivi un peu dans l’avion, dans le planeur en l’occurrence. Là j’ai fait 2, 3 ans. J’avais le droit de voler toute seule dans un planeur quand j’avais 15 ans c’était bien. Et puis dès que mon père m’a autorisée à signer la licence pour le para, je me suis mise au para ». Le père de Sabine apparaît comme le personnage central, moteur de l’engagement dans le parachutisme. Il est non seulement le modèle de pratiquant, l’initiateur et l’accompagnateur lors des débuts. En matière de pratiques sportives, le cadre familial de Sabine propose donc deux modèles distincts et distingués : le premier est porté par sa mère, avec la gymnastique et la danse, l’autre par son père avec le planeur et le parachutisme. C’est assurément vers le second que s’oriente Sabine, empruntant ainsi la voie d’une socialisation originale. Tandis que les sports proposés par sa mère pendant l’enfance son unanimement rejetés, ceux initiés par son père sont plébiscités. Il semble que dans le cadre familial, en terme de pratiques sportives père et mère ne dispensent pas de principes de socialisation homogènes9 : « je traînais toujours avec mon père, il m’a jamais trop fait le coup de la petite fi-fille. C’était “bon allez, débrouille toi toute seule”. J’ai pas été élevée comme un mec, mais on a jamais trop fait de chichis non plus ».

11Ce qui se présente comme une forme de « socialisation inversée » (Mennesson, 2000a) se manifeste également dans d’autres cadres de vie comme celui des relations électives, qui met autrement en scène l’opposition de Sabine aux principes proposés par sa mère. Elle raconte en particulier avoir toujours côtoyé les garçons et leurs univers :

– Je m’entends mieux avec les mecs qu’avec les filles.
 – Depuis longtemps ?
 – Ah depuis toujours. Ouais quand j’étais gamine je traînais plus avec... à chaque fois ma mère elle râlait parce que y avait pas de petite fille.
 – Ah oui ta mère râlait ?
 – Ouais j’avais fêté mon anniversaire, y avait que de mecs qui étaient invités « ah gna gna gna ». Du coup j’ai pas fêté mon anniversaire.

12La familiarisation précoce et continue aux activités physiques, aux univers et pratiques « des garçons » et à certains sports à risque, se présente comme un ressort de l’engagement. Engagement que l’on peut qualifier d’intense tant l’existence de Sabine a parfois semblé toute entière organisée autour du parachutisme :

– Moi j’ai zoné comme ça pendant un an dedans, c’est génial. C’est parce que je me suis dit, je me suis dit qu’il faudrait peut-être assurer un jour autre chose que traîner dans le para, et ce qui fait que moi je traîne beaucoup avec des gens comme ça quoi.
 – Et ça veux dire quoi « traîner dans le para » ?
 – Bah ça veut dire, tu plantes ta tente quelque part. Tu squattes là. Tu tiens le bar le matin pour pouvoir avoir la bouffe gratuite le midi, tu plies le parachute d’un autre pour qu’il te file 30 balles pour le coup que tu vas boire le soir, tu fais un peu d’instruction parce que ça te paie tes sauts gratuits, là je vais faire de la vidéo parce que ça me permet de sauter. C’est vrai qu’à côté de ça je vais pas aller me dire « ouais j’ai besoin de tunes » je vais aller faire du pliage, enregistre pas c’est du black (rires), donc je vais aller faire du pliage, de la vidéo, je vais travailler chez Auchan. Je bosse à Auchan, mais je bosse à Auchan en décembre. La dernière fois je leur ai dit : « attendez je me barre le 24 parce qu’il y a un gros boogie le 25 » enfin là c’était une compet mais, je m’étais arrangée. Mais boulot de vacances tu vois, juillet août, j’irais pas les faire. Moi si tu m’enlèves un terrain je pleure quoi. Même en décembre je suis au para-club, même si c’est pour jouer à la Playstation parce qu’il pleut, je suis dans l’ambiance para quoi.

13L’intensité de l’engagement de Sabine se traduit aussi dans ses modes de pratiques. Il s’agit pour elle d’une activité extrême qui s’accompagne parfois de prises de risque : « Normalement on part à 4000 mètres et on ouvre à 1000 mètres, ça c’est les gros trucs [...] tu te laisses descendre et puis pour finir t’ouvres ta voile à 400. Mais bon, tu vois c’est pas chaque saut non plus mais une fois de temps en temps forcément. Mais c’est une fois de temps en temps. Je sais pas, peut-être qu’en tout, tu sais une fois de temps en temps t’as envie de jouer un petit peu quoi ».

14À l’instar de celui de Sabine, les parcours de ces héritières sont marqués par l’influence socialisatrice décisive d’acteurs masculins. Vraisemblablement, à ce contact, les jeunes filles apprennent des manières d’être et de se conduire qui empruntent au masculin. Elles font d’ailleurs souvent référence à cette part de leur histoire, la présentant comme un moment grâce auquel elles ont pu plus facilement intégrer l’univers masculin de leur pratique. Car l’engagement dans les sports à risque est aussi une immersion dans un territoire des hommes. Les héritières sont les femmes qui semblent rencontrer le moins de difficultés pour se fondre dans des modes de sociabilités « masculins ». Celles aussi qui portent le regard le moins critique sur le caractère parfois sexiste et misogyne des usages largement répandus sur les terrains des sports à risque. Comme si elles avaient totalement intégré ces principes. Tout au moins, elles sont celles qui y ont été le plus socialisés.

1.2. Les « converties »

15Comme ceux des héritières, les parcours des converties sont facilement repérables. Les converties se démarquent des héritières car elles n’ont pas reçu d’incitation précoce à la pratique de sports à risque. En revanche, leurs histoires sont marquées par un élément saillant, événement ou individu, moteur de leur engagement dans un sport à risque. La place de la contingence dans les parcours des converties apparaît donc bien plus importante que pour les héritières.

16Elles connaissent lors de l’enfance une socialisation assez classique, ne sont pas particulièrement sensibilisées aux pratiques sportives, absolument pas aux sports à risque. Le plus souvent, elles ne connaissent même pas ces disciplines. Parmi leur entourage personne n’est investi dans ces sports. Parfois leurs frères sont importants dans leurs parcours. Ils peuvent être des compagnons de jeux qui les incitent occasionnellement à s’engager dans des pratiques masculines : jouer à la guerre, se battre, grimper aux arbres... Mais ils ne sont pas eux même investis dans les sports à risque ni ne sont les initiateurs de ces pratiques. La « socialisation primaire » comme « socialisation que l’individu subit dans son enfance » (Berger et Luckmann, 1986, 179), semble être relativement conventionnelle.

17La « socialisation secondaire » est au contraire plus singulière. Car le plus souvent la « socialisation secondaire » relaye et renforce les principes incorporés lors de la socialisation primaire : « il est évident [...] que la structure de base de toute socialisation secondaire doit ressembler à celle de la socialisation primaire » (ibid., 180). Ce n’est pas le cas ici : le parcours, pour ce qui concerne les carrières sportives au moins, est marquée par un événement qui produit une rupture. Le plus souvent il s’agit d’un rencontre. Celle-ci fait entrer un élément nouveau dans les logiques biographiques. Pratiquant de sport à risque, cet individu propose un modèle et des incitations (plus ou moins conscientes) à s’engager dans ces sports. Ami proche parfois, il est plus souvent un compagnon qui partage bien plus qu’une activité sportive. Il accompagne durablement l’engagement dans le monde des sports à risque. Nécessairement, il occupe une place importante dans la vie des converties. C’est à cette condition que peut s’opérer la rupture. Et il y a véritablement conversion en ce sens que sont alors proposés des principes de socialisation qui ne s’inscrivent pas dans la continuité de ceux reçus lors de la socialisation primaire. Ils transforment ainsi durablement les dispositions acquises. Ce moment est ainsi également un moment de rupture, une « bifurcation » (Bidart, 2006) en ce sens que la conversion présente une « irréversibilité relative » qui déborde le territoire de la pratique sportive.

  • 10 Si les trajectoires des héritières donnent à lire un « processus », celles des converties mettent p (...)

18Parfois c’est un événement (plus ou moins prévisible) qui fait office de « révélateur », de « choc biographique » (Dubar, 1991). Il marque une rupture ou offre une occasion subjectivement vécue comme très importante : orientation scolaire, séparation, crise biographique, terme d’une « période critique » (Bidart, 2006)... Cela marque un moment d’inflexion dans les parcours, comme un déclencheur. Le parcours, semble alors procéder sur un mode « saltationniste » (Grossetti, 2006), c’est-à-dire par étapes qui réduisent progressivement la distance qui sépare a priori la future pratiquante de sa pratique10. La trajectoire s’inscrit alors plutôt dans une logique de l’accumulation que dans un modèle « archéologique » (de Conninck et Godard, 1990). C’est à dire qu’elle ne se construit pas sur un seul et unique événement dont l’ensemble de ce qui se joue ensuite découle directement. Notons cependant que cela n’exclut pas la mise en évidence de conditions particulièrement structurantes au premier rang desquelles figure la mise en couple (qui est à la fois événement et rencontre ; prévisible et contingent). Le compagnon apparaît ainsi comme un nouvel « autre significatif » dont l’importance est suffisante pour infléchir un parcours.

19Les périodes « ouvertes », qu’il s’agisse des « périodes de crises » déjà évoquées ou plus largement des périodes carrefours ou bilan, semblent particulièrement propices à ces « conversions ». Elles les précèdent. Le parcours d’Erika illustre assez bien ce modèle d’engagement.

20Erika a 29 ans. Elle vit en union libre avec son compagnon. Elle n’a pas d’enfant. Elle est contrôleuse aérienne. Elle est fille unique. Elle est née en Suisse et habite maintenant dans la région de Genève.

21L’enfance sportive d’Erika est marquée par une pratique sportive forte : l’équitation. Elle a en effet pratiqué cette discipline pendant une douzaine d’années entre 5 et 17 ans environ. Mais son investissement dans cette discipline, ne semble pas résulter de quelques incitations à pratiquer les activités physiques. Erika n’a pas connu comme Sabine les invitations répétées à développer ces activités. Ni son père, ni sa mère ne sont adeptes de ce sport. Ils ne l’ont jamais particulièrement encouragée à s’y investir, ni même ne la suivaient régulièrement.

22Erika ne pratiquait pas d’autre sport. Bien qu’elle habitait en montagne, dans une station de ski, elle n’a jamais fait de ski, d’alpinisme, ou de randonnée en montagne. Rien ne semble donc pouvoir orienter le parcours d’Erika vers les sports à risque : ni les incitations familiales, ni l’intervention d’un initiateur de pratiques, ni même une quelconque proximité avec ces disciplines. La socialisation primaire rend difficilement intelligible l’engagement d’Erika dans le parachutisme puis le BASE-jump.

23C’est en plusieurs étapes que va s’effectuer sa conversion. La première s’inscrit dans le cadre de sa formation professionnelle. Le choix d’Erika semble complètement relever de ce qu’elle appelle « le hasard ». Ce sont les circonstances qui paraissent guider son parcours :

– Et tu disais aussi que tu es arrivée par hasard dans ton métier. Comment ça s’est passé ?
 – Bah en fait ça s’est passé, à l’école chez nous, il y avait quelqu’un de l’extérieur qui est venu pour faire un discours sur les professions que tu peux faire après la maturité, c’est plus ou moins le bac, autre chose qu’aller à l’université. Il avait amené plein de bouquins, et puis en fait c’était quelqu’un à côté de moi qui avait un truc ouvert, je ne sais plus en fait ce que c’était, le titre pour les métiers qui avait là dedans, en fait lui il avait la page ouverte, je regardais un encart comme ça pour les contrôleurs, et je me suis dit : « tiens », j’ai noté l’adresse, j’ai envoyé une lettre mais en fait je ne savais même pas vraiment ce que c’était. J’ai envoyé comme quoi ça m’intéressait, et puis pour avoir des informations. Puisque le milieu de l’aéroport ça me plaisait, depuis longtemps ça m’intéressait, j’aimais bien. Mais pilote ça ne m’intéressait pas, hôtesse de l’air, ça ne m’intéressait pas, bon euh, après ouais je suis tombée sur ça, je vais le faire, un truc à l’aéroport on verra ce que c’est.
 – Donc quand même à la base, il y avait quelque chose avec l’aéroport. Ouais (rires). Peut-être ouais... J’ai plutôt dit quand je l’ai vu : « ah oui c’est un truc à l’aéroport ça devrait être sympa ». Parce que l’ambiance, l’ambiance de l’aéroport c’est les vacances, à la base. Et voilà.
 – Et il n’y avait pas d’autres métiers avant que tu voulais faire quand tu étais plus jeune ?
Non, non. J’ai jamais vraiment eu un truc « ouais je veux faire ci je veux faire ça ». Ouais après j’avais rempli des formulaires pour le visiter et puis j’avais trouvé sympa. Et puis après faut faire les tests d’entrée, l’école, tout ça.
 – Et tu pensais déjà à faire du para à cette époque là ?
Bah non parce que je ne connaissais pas encore à l’époque.

24Cet engagement professionnel a la particularité d’être orienté vers le milieu aérien, mais aussi d’être très masculin. Erika dit de son environnement professionnel qu’il ne comporte certainement pas plus de dix pour cent de femmes. Cette étape conduit donc Erika sur un terrain favorable à la découverte des activités sportives à risque. C’est d’ailleurs à l’occasion d’un stage de formation qu’elle découvre le parachutisme :

– Et quand tu as commencé, tu y es arrivée comment ?
 – Le para c’était par un tandem. J’avais travaillé à Etuvion sur un petit terrain en Suisse, et puis un jour où j’avais congé on m’a proposée de faire un tandem, et puis j’ai dit « pourquoi pas ». C’est parce que j’avais travaillé avec lui en fait. C’était un petit terrain où il y a surtout du trafic VFR, des petits avions. Donc je travaillais là-bas, et puis un jour on m’a proposé de faire un tandem et puis le jour même j’étais dans l’avion (rires). C’est bien comme ça y a rien de préparation, c’est tout de suite dans l’avion. Tu réfléchis pas trop.

25Cet épisode constitue une sorte d’étape qui approche Erika du monde des sports à risque et d’un engagement durable. Mais l’influence la plus nette, celle qui marque le renforcement de son investissement dans le parachutisme et son engagement dans le BASE-jump, est portée par son compagnon. Elle le rencontre dans le cadre de sa pratique du parachutisme. Et c’est avec lui qu’elle découvre ensuite le BASE-jump. Car il est lui-même pratiquant et Erika l’accompagne souvent. Bien que son compagnon semble ne pas l’avoir directement incitée à investir le BASE-jump, il est comme pour les héritières avec leur père, une figure valorisée. Il renforce l’engagement d’Erika dans les pratiques sportives à risque d’abord comme modèle, puis comme initiateur de pratique :

– Comment s’est passée ton évolution du para au BASE ?
 – Bah en fait c’était par mon copain. Lui il en fait. Moi au début j’avais toujours dit « non ». Jusqu’à une année et demi j’ai toujours dit « non c’est pas un truc pour moi » parce que j’ai tellement le vertige, c’est horrible. Mais j’étais tout le temps avec eux je veux dire. Je faisais la navette, en voiture, je les montais, je descendais la navette. Mais j’adorais. Je veux dire, je suis bien avec l’équipe qu’on est tous. La première fois quand je suis allée regarder depuis en haut, je me suis dit « il faut que je le fasse, au moins une fois, mais il faut que je le fasse ». Et puis, ça c’était en janvier l’année passée, et j’ai commencé vraiment en novembre de l’année passée.
 – Et ton copain t’a encouragée à le faire ?
 – Non, ni encouragée ni rien du tout, il a jamais rien dit parce qu’il a dit que c’était à moi de décider de le faire. Et puis au début j’allais avec lui. Et puis un jour tu te dis : « bon bah je vais y aller ». Mais il n’a jamais dit « faut que tu sautes » ou « il ne faut pas que tu sautes ». Il a dit : « c’est à toi de te décider ». Y a juste quelque fois il m’a dit : « sur tel et tel saut je ne te prends pas encore avec moi » parce que il est trop dangereux ou la paroi elle est trop dangereuse ou n’importe. Je veux dire, des trucs comme ça je respecte.

26Comme des étapes décisives, l’essai « par hasard » d’un saut en parachute, ou le moment « révélateur » de la découverte du BASE-jump font office d’événements fondateurs dans l’engagement d’Erika. Ils marquent une rupture entre un avant et un après. Les pratiques sportives sont révélatrices de cette scission entre ce qui relève de la socialisation primaire et ce qui appartient à la socialisation secondaire. Et le premier schisme que produit le choix de formation à des conséquences sur l’ensemble de la vie d’Erika : il oriente sa vie professionnelle, façonne ses pratiques de loisir (puisque le parachutisme et le BASE-jump occupent la quasi-totalité de son temps libre), et participe à sa vie « familiale ». L’incompréhension dont font preuve les acteurs de sa socialisation primaire à l’égard de ses pratiques montrent combien cette transformation relève d’une véritable conversion telle qu’elle peut être présentée par Berger et Luckmann (1986, 215). Car ses parents n’approuvent ni ne comprennent son engagement :

– Et tes parents, tu disais qu’ils n’étaient pas très chauds pour le para, et pour le BASE ?
 – Bah mes parents ils ne le savent pas. Parce que ils ont vu une fois une vidéo de mon copain, et puis ma mère : « ah et toi, et toi, tu fais ça ? », j’ai dit non parce que j’en faisais pas encore à l’époque : « mais tu sautes vraiment pas ? », j’ai dit : « non, non ». Et puis maintenant ils n’ont jamais redemandé, j’ai jamais rien dit. Mais je crois que ma mère elle s’en doute un peu. Mais elle n’ose pas demander.

27Ces réticences exprimées ne le sont pas seulement par ses parents. L’essentiel des acteurs importants de sa socialisation primaire s’inscrivent en décalage par rapport à ses nouveaux loisirs. Ses « anciennes copines » notamment, celles qu’Erika connaissait déjà avant le parachutisme, considèrent même qu’elle est « un peu folle ». Cela témoigne encore de la rupture biographique que constitue l’engagement dans des pratiques sociales originales et nécessitant un engagement humain, matériel, et symbolique très fort. S’inscrire ainsi dans une carrière de parachutiste BASE-jumpeuse, c’est aussi rompre ou fragiliser une partie des ponts établis.

28L’engagement d’Erika dans le parachutisme et le BASE-jump constitue une forme de « choc biographique » (Dubar, 1991, 100). Il scinde son histoire de vie en deux moments. Il marque nettement le passage de la socialisation primaire à la socialisation secondaire. L’une et l’autre sont facilement repérables puisqu’elles dispensent des principes très différents. L’engagement très fort d’Erika dans cette nouvelle pratique, l’investissement prononcé de nouveaux socialisateurs, des « autres significatifs » se présentant comme des « guides qui conduisent à la nouvelle réalité » (Berger et Luckmann, 1986, 215), ou le « processus institutionnel d’initiation » (Dubar, 1991, 100) participent à modifier profondément la réalité subjective construite lors de la socialisation primaire (Berger et Luckmann, 1986, 194). Et même si les cadres de la socialisation primaire ne sont pas totalement abandonnés, ils n’ont pas l’importance socialisatrice des nouvelles influences. C’est en ce sens qu’il s’agit d’un modèle proche de celui de la conversion et que nous pensons pouvoir dire de celles qui l’empruntent qu’elles ont été « converties ». Car il ne s’agit pas seulement ici de pratiques de loisirs. L’orientation prise par les converties façonne aussi leur vie professionnelle, familiale, amicale.

1.3. Les « éphémères »

29Dans certains récits de vie, rien ne semble pouvoir rendre intelligible l’engagement dans les sports à risque. Ni acteur de la socialisation, ni expérience structurante n’apparaissent déterminants dans les parcours : pas de proche investi dans ces sports, pas de sensibilisation aux pratiques sportives ni aux prises de risque, pas de socialisation « masculine », pas d’événement déclencheur. En ce sens, les parcours des « éphémères » ne ressemblent pas à ceux des autres pratiquants de sports à risque. Il ne ressemble pas non plus aux modèles de parcours mis au jour par Pfefferrkorn (2006) pour les femmes pompiers, ou Ferrand, Imbert et Marry (1999) pour les normaliennes. Tandis que pour certaines les dynamiques biographiques s’appuient distinctement sur des socialisations particulières, pour les autres, l’engagement dans les sports à risque semble relever davantage de la contingence.

30C’est à partir de la modalité de l’engagement que nous avons pu donner du sens à ce modèle. Car pour ces femmes, il s’agit essentiellement d’une inscription passagère dans un sport à risque. Cet investissement s’apparente davantage à la manifestation d’une logique d’actions qu’à une fin en soi. Le parachutisme, l’alpinisme, le canyoning, la voile ou le parapente sont autant d’activités qui sont essayées à l’occasion. Le plus souvent elles ne sont pas suivies d’un engagement plus intense. Plutôt que la pratique elle même, c’est son appartenance à un ensemble subjectivement signifiant qui permet de saisir la logique de l’engagement. Ces activités sont des pratiques qui semblent compenser un déficit d’activité de loisir pendant l’enfance. Associées largement à une symbolique forte de liberté et de plaisir elles se donnent à entendre comme des moyens de rompre avec un manque de loisir.

31Pour des raisons différentes Martine, Catherine ou Emilie ont connu ce manque qu’elles compensent. Puisque les parents de la seconde étaient trop occupés par leurs activités professionnelles (ils sont maraîchers) elle n’a pas eu l’occasion de vivre de pratique de loisir, ni par les activités physiques, ni par le biais de vacances. C’est à ce manque que semble « remédier » son investissement. C’est plutôt le faible capital économique de ses parents (ouvriers portugais) qui semble pouvoir expliquer le parcours de Martine. C’est pour cette raison, d’après elle, que ses parents ne l’ont jamais inscrite dans un club sportif. Ce sont les contingences matérielles ensuite qui orientent non seulement sa trajectoire sportive mais aussi ses perspectives de vie, familiale et professionnelle. Pour la troisième enfin, les conditions particulièrement contraignantes de la vie maritale imposées par un mari violent, l’ont privé de toute forme d’activité de loisirs. Le parapente, et la symbolique forte de liberté qu’Emilie y associe, se donne à lire comme une activité proprement compensatoire. Ces modèles d’engagement sont donc assez spécifiques. Il est difficile d’imaginer qu’ils puissent être transposables à d’autres domaines d’activité comme le cadre professionnel par exemple. On ne choisi pas une activité de loisir comme on choisi un métier. On n’y accède pas non plus de la même manière. D’ailleurs, aucune de celles qui sont engagées dans la pratique étudiée imposant l’investissement le plus lourd, ne s’inscrit dans ce modèle. En effet, la pratique du BASE-jump, par les apprentissages qu’elle nécessite et les obstacles à franchir pour y accéder, est proprement incompatible avec un engagement de ce type, que le cas de Martine permet d’illustrer.

32Martine a 28 ans. Elle vit en union libre et n’a pas d’enfant. Elle est titulaire d’un BTS dans le secteur commercial. Elle est employée de banque. Ses parents étaient ouvriers. Ils sont nés au Portugal. Elle est originaire du Nord où elle réside encore. Elle a une sœur de trois ans sa cadette.

33Les seules pratiques sportives que Martine a connu lors de son enfance sont celles proposées par le cadre scolaire. Elle n’a jamais été incitée par ses parents à investir un sport. Il semble que les activités de loisir ne faisaient pas partie de ce qu’elle appelle la « culture » de ses parents. Elle présente ses parents ouvriers, immigrés portugais, comme étant beaucoup plus soucieux des préoccupations matérielles que ludiques :

c’est vrai que c’est une éducation je pense. Je pense qu’ils ne m’ont pas mise au sport et tout ça parce que j’ai pas demandé, et je pense que c’était pas dans la culture de la famille, et je pense qu’il faut voir tout ce qui est derrière aussi, c’est important, la culture, l’éducation, d’où viennent aussi les parents. C’était des parents ouvriers, donc plus centrés économie, budget, épargne, ne pas trop dépenser, donc je pense que c’était plutôt cette culture. Parce que c’est vrai que tout ce qui était loisirs, moi je ne connaissais pas. Pareil les restaurants des trucs comme ça je ne connaissais pas. On ne faisait ça que quand on était en vacances. Ça faisait partie d’un tout je pense. Quand les parents ont eu eux même des activités sportives, ou connu des loisirs c’est différent. C’est-à-dire que moi, demain, effectivement, je pense que c’est ce que je ferai. Dès que j’aurai des enfants, je demanderai ce qu’ils ont envie de faire comme sport, et je les mettrai à faire du sport ou différentes activités. Alors que chez nous ils n’ont jamais connu ça, aussi bien d’un côté que de l’autre, donc ils ne m’ont jamais posé la question ou obligé, et les loisirs c’était à la maison. Et les vacances, les grandes vacances.

34Mais si ses parents ne l’ont pas initiée à la pratique sportive, c’est davantage par un manque de moyens économiques et par une certaine distance culturelle, que par un rejet catégorique du sport. Il semble simplement que ni le sport ni les pratiques de loisir ne fassent partie de la « culture familiale ». C’est donc dans le cadre scolaire que Martine a connu les pratiques sportives. Sans qu’émerge une discipline en particulier c’est plutôt un goût pour l’activité physique qu’elle décrit : « À l’école, c’est vrai, volley, plein de trucs comme ça. Badminton, j’ai fait du badminton. J’ai jamais été une adepte de rester sur place donc là je courais partout, pour faire du foot ou ce genre d’activités. Et puis à l’heure du midi quand il y avait des petites activités des trucs comme ça. Mais c’est vrai que j’ai toujours, tout ce qui était à l’école j’étais toujours partante. Je jouais au foot en primaire avec les garçons, tout ce qui était courir, tout ça oui ».

35Les ressources économiques limitées dont disposaient ses parents et la préoccupation que cela constitue sont donc présentées comme la cause majeure du faible investissement de Martine dans le sport. La suite de sa trajectoire sportive reste largement marquée par la prégnance de ce souci. Pour Martine, les pratiques de loisirs sont conditionnées par les contingences matérielles. Il s’agit dans son projet de vie d’assurer cette stabilité avant de pouvoir penser aux sports. C’est ainsi qu’elle présente notamment son entrée dans le parachutisme : « ma priorité avant le parachutisme, c’était de m’installer, d’avoir un poste fixe, d’avoir un salaire parce que je savais que le parachutisme c’était un sport qui était cher. Et donc je me suis lancée, je me suis dit, “maintenant je peux, je le fais” ». C’est encore l’argument économique qui est mobilisé plus tard pour rendre compte de l’arrêt de la pratique. Ses priorités ont changé, elles demandent d’importants investissements financiers, la pratique du parachutisme est donc mise de côté : « Donc le para en stand-by, d’autres priorités encore une fois. Pour l’instant j’ai d’autres projets. J’ai rencontré mon ami et on a décidé d’acheter une maison, et qui dit acheter une maison dit budget réduit et re-belote ».

36Et c’est encore, pour elle, le coût de cette discipline qui fait que son compagnon ne la pratique pas : « Il a fait son saut découverte. Il a bien aimé, il a adoré. Il admet que ce serait un sport qu’il aimerait bien faire, mais pareil, ce qui le freine c’est le budget. Mais là il a passé son permis moto et ce qu’il aimerait bien c’est acheter une moto, mais pareil, le budget. Mais lui il serait plus pour la moto. Il dit qu’au point de vue coût, c’est quand même plus intéressant la moto que le parachutisme ».

37La pratique du parachutisme s’inscrit donc dans le parcours de Martine avant tout comme une activité contingente, annexe ; une pratique de loisir parmi d’autres :

quand j’étais en vacances j’ai fait de la plongée et c’est vrai que... l’attirance n’a pas été la même que pour le parachutisme tout de suite, ça c’est clair, mais au moins j’ai essayé, et j’ai apprécié. C’était avec plaisir que je l’ai fait. C’est comme la via ferrata. Demain, si j’ai l’occasion de faire un autre sport que j’ai jamais fait, ce sera avec plaisir que je le ferai. Je pense que c’est plus une question de découverte et de plaisir de découvrir des sports, et d’autres activités, différentes activités. Et je pense que demain si je pars en vacances, c’est essayer de faire des choses que j’ai jamais fait et que j’aimerai bien faire. Un truc, je sais pas, avec l’UCPA, ou alors, proche du lieu de vacances, dire « voilà qu’est-ce qu’il y a dans les alentours », ça j’aimerai bien faire ça. Ça effectivement c’est des trucs que j’aimerai bien essayer.

38L’engagement de Martine, et plus largement le cas des « éphémères » met en évidence la nécessité de considérer les modalités objectives et subjectives de l’engagement pour en comprendre les ressorts. Pour Martine, la pratique du parachutisme relève d’abord du monde des loisirs, et constitue une sorte de récompense, la matérialisation de la réussite professionnelle et plus largement d’une « vie réussie ». Le parachutisme est ainsi une activité passagère, découverte parmi d’autres.

39C’est en ce sens qu’il est possible de comprendre l’engagement de Martine, dont la principale influence réside dans le fait qu’elle a connu la privation de loisir durant l’enfance et qu’elle attribue cela à un capital économique familial trop limité. Pouvoir investir de nombreuses pratiques de loisir, peut être davantage encore lorsque celles-ci sont onéreuses, constitue symboliquement un gage de réussite à laquelle ses parents n’avaient pu accéder et dont elle n’a pu bénéficier lorsqu’elle était enfant : « Je pense de faire tout ce qui est sensations fortes, tout ce qui est sensation, pour me sentir vivre. Je pense que c’était ça en général, parce que aujourd’hui je vois que je me rattrape et c’est ça que je veux. C’est vrai que ça me plaît bien. C’est toutes des choses qui me plaisent bien. Construire, c’est construire ma vie, c’est construire euh... j’existe quoi ».

40Plutôt que des principes de socialisation, ce sont des épreuves de l’existence qui semblent pouvoir donner sens à l’engagement sportif ici considéré. Il s’agit d’expériences structurantes qui orientent les parcours. Dans le cas de Martine, présenté ici, l’engagement dans les sports à risque ne peut alors être compris qu’à condition d’accéder au sens subjectivement donné à l’engagement pour en lire les conditions de production. C’est ainsi que peut apparaître le lien entre une forme d’épreuve et un type d’engagement.

1.4. Des femmes sous influences

41Les trajectoires des femmes investies dans les sports à risque ne sont donc pas toutes semblables. Différents parcours peuvent conduire des femmes à s’engager dans ces disciplines. Mais l’existence de différences n’exclut pas la présence de tendances. Les histoires des « femmes du risque » sont très souvent marquées par des influences socialisatrices originales. À des degrés divers dans l’intensité ou le temps, elles ont connu au moins par moment, une socialisation ne correspondant pas au modèle le plus souvent associé à leur sexe. Elles ont partagé dans les cours de récréation ou sur les terrains de sport, des activités dont on considère le plus souvent qu’elles sont masculines : elles « jouent au football dans la cour », à « la bagarre », ne « tiennent pas en place », ou aiment courir avec les garçons. Outre les expériences, elles ont aussi souvent connu des acteurs à l’influence socialisatrice particulière. C’est avec eux qu’elles ont rencontré et pratiqué beaucoup de leurs activités physiques et sportives. Ces socialisateurs les plus influents dans les trajectoires sportives sont presque exclusivement des hommes : un père, un frère, un compagnon. A contrario, les femmes prennent peu de place dans les récits. En règle générale pourtant, « dans la transmission sociale du statut personnel, chaque sexe conserve un peu plus la marque du parent du même sexe » (Merllié, 2001,167). En l’occurrence ce n’est pas le cas. Il y a plutôt un croisement de la transmission, une forme de « socialisation inversée » (Mennesson, 2005). On peut cependant tempérer ce constat. N’oublions pas que les activités de loisirs (sportifs en particulier) sont celles qui parmi l’ensemble des charges éducatives, sont les plus fréquemment assumées par les pères. Ce sont ici, peut-être plus encore que d’ordinaire, des acteurs masculins qui participent à la socialisation sportive et plus largement à la socialisation aux pratiques de loisirs.

42Il apparaît à l’analyse des entretiens réalisés avec ces femmes, que plus le parcours est marquée par l’influence de ces « autres significatifs » (Berger et Luckmann, 1986), plus l’investissement est fort. Plus que les autres elles semblent s’engager dans les prises de risque, plus que les autres elles sont intensément investies, plus que les autres elles pratiquent « comme les hommes ».

43Mais ce modèle d’engagement n’est pas unique. L’intelligibilité des parcours n’est pas toujours fondée sur une intériorisation de dispositions. Elle repose aussi parfois sur la prise en compte d’événements contingents. À conditions que les expériences soient suffisamment signifiantes, qu’elles soient aussi « accompagnées », elles peuvent prendre la forme d’épreuves qui orientent durablement les existences. Se mêlent alors épreuves sportives et épreuves de vie, carrières sportives et biographies. Ainsi l’engagement de femmes dans les sports à risque peut dépendre d’expériences structurantes qui ne concernent pas directement le cadre des activités sportives, autant qu’il peut apparaître comme un élément tout à fait structurant des dynamiques biographiques. Qu’en est-il pour les hommes ?

2. Parcours d’hommes

44Si parfois les récits des femmes et des hommes se chevauchent, jamais ils ne se confondent totalement. Les types d’engagements mis au jour pour les hommes empruntent parfois les mêmes logiques que celles des femmes, mais ils mettent aussi en évidence des singularités sexuées.

  • 11 Nous insistons une fois encore sur le fait que ces types idéaux sont des modèles abstraits qui s’ap (...)

45Pour les hommes trois types idéaux11 de mode d’engagement peuvent être dégagés : les initiés, qui ont connu dès la socialisation primaire les incitations répétées à s’engager dans les activités physiques et les prises de risque ; les invités, qui ne semblent pas avoir connu précocement les sports à risque mais s’y sont plutôt engagés suite à l’invitation d’un tiers où à l’occasion d’un événement particulier ; et les révoltés dont l’investissement dans un sport à risque répond au désir de compenser une expérience malheureuse, notamment celle de la « défaillance virile ».

46Mais le réel est souvent plus complexe que pourrait ne le laisser entendre la présentation de ces types idéaux. Les parcours ne leurs correspondent jamais parfaitement. Souvent les trajectoires empruntent aux différents modèles. Cela étant, elles s’inscrivent toujours plus largement dans l’un de ces trois types d’engagement.

2.1. Les « initiés »

47Ce modèle masculin ressemble au modèle féminin des héritières. Comme elles, ces pratiquants ont rencontré à de multiples occasions des expériences qui les amènent à investir les prises de risque (souvent dans le cadre d’activités physiques). Dès l’enfance, lors de la socialisation primaire, ils ont connu les incitations et parfois même des injonctions récurrentes à adopter des conduites qui mettent en danger leur intégrité physique et plus largement, qui sollicitent leur courage.

  • 12 Ils peuvent en fait être deux ou trois, autour de ce triptyque récurrent : père, frère, compagnon.

48Ces incitations proviennent de multiples influences, celles des pères, des frères ou des pairs. C’est en cela que la différence avec les héritières est remarquable. Tandis qu’elles ont été surtout influencées par un socialisateur12 très présent, ils ont plutôt connu de multiples acteurs de la socialisation. Plutôt qu’une influence forte, c’est une convergence de principes de socialisation qui a façonné l’incorporation des dispositions des initiés. La concrétisation de l’engagement à proprement parler se réalise le plus souvent par l’intermédiaire d’un tiers qui apparaît finalement comme un simple révélateur. Comme s’il activait une disposition parfois déjà active par ailleurs. Car les initiés sont souvent engagés ou l’ont été dans plusieurs activités physiques à risque. Ils cumulent ces pratiques. En ce sens leur parcours sont assez cohérent du point de vue de la carrière sportive. La perspective dispositionnelle semble pouvoir rendre compte assez justement de ces engagements dans les sports à risque. Le cas de Jean-Charles permet d’illustrer ce modèle.

49Jean-Charles est parapentiste. Il a 37 ans. Il est célibataire, sans enfant. Après avoir arrêté l’école à 17 ans, il a repris une formation de photographe. Celle-ci lui a permis de devenir journaliste. Il est maintenant rédacteur en chef du journal d’une ville importante du Nord. Il est l’aîné d’une famille de deux garçons (son frère à 4 ans de moins que lui). Son père était ouvrier, sa mère sans profession. Au contact de multiples influences socialisantes, Jean-Charles à fréquenté dès l’enfance les terrains de l’activité physique. Par le biais de sports institutionnalisés, pratiqués dans un cadre associatif ou de jeux physiques avec les pairs, son enfance est marquée par ces activités : football et natation en club ; grimper aux arbres, plonger dans le canal ou sauter du toit des maisons avec les amis. Cela constitue autant d’expériences de mises en jeu corporelles auxquelles se confronte régulièrement Jean-Charles : « à M. avec des gamins du quartier. Des fils de pompiers d’ailleurs parce qu’il y’avait la caserne des pompiers qui n’était pas loin et il y’avait une famille qui avait plein d’enfants donc c’était des copains... Et le défi de gamin c’était surtout autour des arbres à l’automne, on ratissait toutes les feuilles mortes du parc, enfin le jardinier faisait des petits tas nous on réunissait les petits tas et on faisait un gros tas qu’on mettait sous un arbre et on s’amusait à sauter de l’arbre dans le tas de feuilles mortes. C’était notre plongeoir ». À l’instar de cette expérience, les activités physiques dans lesquelles s’engage Jean-Charles sont souvent largement orientées vers les prises de risque. Elles se déroulent le plus souvent avec ses amis d’enfance : « moi j’ai l’impression que c’était quasiment une punition de devoir rester le mercredi, alors que mes copains m’attendaient dehors et qu’il fallait que je reste chez moi à regarder la télé, c’était une punition. Il fallait être dehors ».

50Les prises de risque apparaissent alors comme des épreuves initiatiques qu’il convient d’affronter pour pouvoir faire partie de « la bande des copains ». Et de ce groupe, les filles sont absentes. Tout au moins elles ne participent pas aux activités physiques dans lesquelles il s’agit de composer avec un danger : « Y avait quelques filles qui venaient de temps en temps. Elles se mêlaient aux jeux des garçons, parce qu’on faisait des jeux ensemble, cache-cache, des trucs ensemble quand même. Mais pas de souvenir particulier de filles grimpant aux arbres (rires) ». Dès l’enfance sont donc associées construction de la masculinité et prises de risque, puisque la légitimité à faire partie du groupe des garçons se gagne en se confrontant à l’épreuve du danger. Et l’influence socialisatrice du cadre des relations électives n’est pas la seule qui semble façonner le rapport avec les prises de risque. L’histoire de Jean-Charles donne à entendre une sorte de convergence des principes de socialisation en la matière. Car outre ses amis, son père l’invite également à investir ces modes de mise en jeu de soi :

mon père était sportif, alors pour lui forcément les garçons... fallait qu’on soit... je me souviens un jour on se promenait dans la forêt de Fontainebleau, elle a la particularité d’avoir des gros blocs de grès c’est pour l’escalade et donc ce sont des rochers qui font, on dirait les plus hauts 7 ou 8 mètres de haut. Sinon ils font 3 ou 4 mètres. Je me souviens d’un jour, donc le dimanche on allait souvent en famille en forêt et on jouait à cache-cache, on courait, on sautait de rochers en rochers etc... on faisait des courses et un jour on devait être en forêt et puis il y’avait un jeune gars, je ne sais plus, il était plus grand que moi, j’étais môme, j’avais 10 ans, je ne sais pas, et qui n’osait pas sauter d’un rocher. Et mon père avait dû me dire quelque chose du genre « j’espère qu’à son âge tu sauteras de ce rocher ».

  • 13 Dès lors que l’on accepte l’idée d’une traduction subjective des expériences objectives, on ne peut (...)

51Il est tout à fait intéressant de relever le sens subjectivement accordé à cette expérience dont on pourrait penser qu’elle est insignifiante. L’expérience « minuscule » d’interactions du quotidien prend alors la forme d’un principe qui fonde l’épreuve de l’existence. Plutôt que de considérer que ce type de discours constitue une illustration des stratégies de légitimation des histoires de vie dans la perspective conduisant à formuler une certaine « illusion biographique » (Bourdieu, 1986), on peut aussi penser que les dynamiques biographiques sont marquées par des épreuves profondément subjectives. Tous les évènements ne font pas expérience. Toutes les expériences ne sont pas des épreuves. Toutes les épreuves ne structurent pas semblablement les parcours13. En l’occurrence, ce type d’invitation paternelle semble complémentaire des incitations des pairs. D’autant que le père de Jean-Charles est scaphandrier dans le cadre professionnel et « sportif » dans ses pratiques de loisir. Par ses propres orientations il propose donc un modèle qui associe masculinité et prises de risque. Ses invitations ne sont donc pas seulement explicites, elles sont aussi implicites. La socialisation primaire de Jean-Charles est ainsi traversée par les influences de divers cadres de la socialisation qui dispensent des principes homogènes. En ce sens, même si lors de l’enfance il n’est pas directement conditionné à investir le parapente, tout au moins il est initié aux prises de risque corporelles.

52Le récit de la carrière sportive de Jean-Charles donne peu d’importance au contexte du moment de l’investissement dans les sports à risque. Pour chacun de ces engagements, qu’ils concernent la plongée sous-marine, la nage en eaux vives ou le parapente, ni événement particulier ni socialisateur influent ne sont mentionnés. Les individus qui accompagnent l’inscription dans une nouvelle pratique ne sont pas nécessairement importants dans la vie de Jean-Charles, et les événements déclencheurs peuvent être anodins. C’est notamment le cas pour le début de sa pratique de la nage en eaux vives :

– Et ça t’es venu comment l’idée de la nage en eaux vives ?
 – Probablement c’était un club de la région parisienne qui avait dû envoyer un message aux clubs, parce que c’était vraiment une discipline naissante, proposant un week-end d’initiation. Donc on était allés avec 4 copains, et ça nous a bien plu. Et puis bon, on s’est vite débrouillés bien dans le week-end, parce qu’on était quand même à l’aise dans l’eau. Donc on a persévéré et on a même participé aux deux premiers championnats de France de nage en eaux vives.

53Ce qui différencie alors le type d’engagement de Jean-Charles du modèle des converties c’est qu’il n’est pas nécessaire pour lui que l’événement soit subjectivement chargé de sens ou que l’instigateur de pratique soit très investi dans la socialisation du sujet. Un moment apparemment insignifiant peut produire un investissement intense.

  • 14 Jean-Charles insiste sur la composante « nature » de ces sports. C’est pour lui cette dimension de (...)

54Et cette disproportion entre une stimulation faible et un investissement fort peut laisser penser que Jean-Charles a incorporé une disposition qui oriente ses goûts et ses choix sportifs vers les pratiques de nature et les sports à risque14. Comme s’il ne fallait finalement qu’un événement mineur pour activer une disposition forte. C’est ce que confirment les engagements de Jean-Charles dans plusieurs sports de nature qui sont aussi des sports à risque (plongée sous marine, nage en eaux vives, escalade, parapente). Ceux-ci peuvent être entendus comme autant de manifestations d’une disposition à prendre des risques. Tout au moins ses choix sportifs témoignent certainement de l’incorporation d’un principe générateur de pratiques. C’est en ce sens que l’on peut dire du parcours de Jean-Charles qu’il est celui d’un initié, confronté de manière précoce et récurrente aux expériences et en quelque sorte « préparé » à investir les sports à risque.

2.2. Les « invités »

55D’autres parcours masculins ne mettent pas en évidence cette influence socialisatrice productrice de l’engagement dans les sports à risque. Pour eux, la socialisation primaire n’est pas marquée par les incitations à s’engager dans les prises de risque, ni même dans les activités physiques. Tout au moins l’influence n’est jamais présentée de façon aussi nette que pour les initiés. Les invités n’ont pas grandi dans un univers qui les rapproche précocement des sports à risque : ces pratiques ne font pas partie de leur monde pendant l’enfance, pas plus qu’ils n’évoquent d’expériences qui les aient marqués en matière de confrontation au danger. Il semble ainsi que ces jeunes garçons n’aient pas spécialement été socialisés aux prises de risque.

56L’engagement dans les sports à risque résulte plutôt d’une rencontre vécue comme fortuite. Si les initiés donnent à lire des parcours assez « évidents » car cohérents et « rétrospectivement prévisibles », la carrière dans les sports à risque des invités porte plutôt le sceau de la contingence. En ce sens le mode d’engagement masculin des invités est proche de celui des converties.

  • 15 Nous pouvons dire qu’ils sont sans importance en ce sens qu’ils n’ont pas d’incidence sur les vies (...)
  • 16 C’est le cas sans même conférer à ce terme le sens que lui donne Dubar (1991).

57Mais il existe néanmoins une différence importante. Ni les événements ni les initiateurs de pratiques n’ont pour les hommes l’importance qu’ils ont nécessairement pour les femmes. Ils peuvent n’être que des connaissances ou des événements sans importance15. Comme s’il n’était pas nécessaire que s’opère pour les hommes de « choc biographique »16. C’est ce que signale notamment le fait qu’à la différences des converties, les récits des invités ne convoquent jamais le registre discursif de la rupture. L’entrée dans la pratique des sports à risque ou la rencontre qui la précède et l’initie, ne sont pas considérées comme des moments charnières de l’existence. Tout indique donc qu’il n’y a pas véritablement de fossé entre deux moments de la socialisation. Comme si l’investissement dans les sports à risque n’était finalement pas si éloigné des socialisations masculines les plus communes puisque l’engagement dans ces sports ne se présente jamais comme porteur d’incompatibilités « identitaires ».

  • 17 Certes le cas Erika peut alors ressembler à ce modèle, si ce n’est que pour elle, l’événement décle (...)

58Ce serait alors le degré de socialisation aux prises de risque qui distinguerait le plus les invités des initiés. Les seconds ont été particulièrement sensibilisés à ces pratiques lors de leur socialisation primaire, et pas les premiers. Et quand bien même les hommes n’auraient pas été socialisés aux jeux du risque, ceux-ci ne relèveraient pas pour autant d’un territoire improbable pour eux. Pour les femmes, ce qui s’apparente à un véritable « choc biographique » (Berger et Luckmann, 1986, 195) semble devoir reposer sur l’influence très forte d’un événement puissant ou d’un « autre significatif » très présent. C’est à cette condition que s’opère pour elles la conversion. Il n’en est pas de même pour les hommes. La simple invitation d’une connaissance ou un événement sans grande importance subjective peut être suffisant pour initier une carrière : un ami de passage, oublié depuis, un moment d’une formation professionnelle17... Il n’y a donc pas vraiment conversion mais plutôt invitation d’un tiers à investir une pratique. Il apparaît que cela peut être suffisant pour initier les engagements masculins. Comme si l’apprentissage des prises de risque était communément diffusé chez les garçons et les hommes, mais pas pour les filles et les femmes. Comme si les garçons étaient socialisés à ces pratiques sans même s’en rendre compte. Le caractère incongru de ces socialisations pour les filles, les rend au contraire beaucoup plus visibles et par conséquent, plus lisibles. L’histoire d’Alain correspond à ce mode d’engagement.

59Alain est parapentiste. Il a 49 ans. Il est marié, père de trois enfants (entre 8 et 15 ans). Il a suivi une formation d’éducateur spécialisé et dirige aujourd’hui une structure d’accueil pour enfants handicapés (institut médico-éducatif). Il habite dans le Nord. Ses parents étaient agriculteurs. Il est le deuxième d’une fratrie de cinq enfants. Sa grande sœur est onze mois plus âgée que lui, viennent ensuite une sœur, et deux frères plus jeunes de deux, cinq et dix ans. L’enfance d’Alain est largement marquée par son origine agricole. L’essentiel de sont temps « libre » ou plutôt de son temps extra-scolaire est consacré aux travaux de l’exploitation agricole de ses parents. Les activités de loisirs ne sont pas très nombreuses : « je suis fils d’agriculteur et même avant 8 ans, toujours au boulot à la ferme. Ça j’avais pas le choix, le tracteur, le machin et les choses comme ça. Moi c’était la ferme, donc travail, travail. Pas de liberté ».

60Et cette situation est certainement accentuée par le fait que même s’il n’est pas l’aîné, Alain est le premier garçon. À ce titre il est investi d’une charge particulière, préparé en quelque sorte, dès l’enfance, à « reprendre » la ferme lorsqu’il serait en âge de le faire :

– Mais j’étais euh... donc j’ai une sœur aînée de onze mois, moi j’étais le second et ensuite une sœur deux ans et demi plus jeune, ensuite un frère à cinq ans plus jeune et un autre à dix ans plus jeune. Donc moi j’ai tout de suite était très responsabilisé.
 – Avec les plus petits ?
 – Non, j’ai toujours porté un peu, au niveau boulot de la ferme et tout ça. Normalement c’était aussi, à l’époque « l’aîné il va rester travailler à la ferme ». Donc toujours au boulot et tout ça, donc j’avais très peu de loisirs.

61Les exigences du travail agricole laissent apparemment très peu de temps pour les activités de loisirs, pratiques sportives en particulier. Néanmoins, Alain a quand même connu quelques moments de jeu, partagés notamment avec ses frères et sœurs :

je me suis rappelé qu’on jouait quand même dans tous les coins, dans le hangar, dans la campagne, et on avait la mare à la maison. Et la mare, y avait pas de piscine, y avait une piscine qui était à H, mais on n’apprenait pas à nager comme aujourd’hui, et donc je ne savais pas nager mais déjà l’eau m’attirait. L’eau m’attirait donc je jouais toujours là, et j’avais un moment transformé un pétrin à pain en barque. Sans savoir nager. Donc j’avais essayé d’aller sur la mare. Donc ça c’était à l’origine. Après on jouait aussi dans la paille bien sûr. Et dans la paille on sautait dans tous les coins, y a des jeux qu’on aimait bien c’était faire des tunnels, des labyrinthes des choses comme ça, avec les frères et sœurs. Ou notamment je me rappelle d’avoir sauté avec un parapluie en bas des ballots de paille. Alors je ne sais pas si tout ça, ça a à voir, mais je me suis rappelé de ça.

62Dans ces activités physiques de loisir qu’Alain, ses frères et sœurs s’improvisent, certaines semblent s’apparenter à des pratiques qui cultivent le vertige, mobilisent le courage et procurent des sensations. En ce sens elles pourraient préfigurer l’engagement dans les sports à risque. Mais ici, rien n’est institué, ni influencé par les parents. Ce sont des jeux d’enfants, pratiqués entre frères et sœurs, des moments de loisir qu’ils s’octroient : « parce que ça c’était mes seuls instants de liberté, qu’on se donnait. C’était avec nos propres jeux ».

63Alain à malgré tout pratiqué le football dans un cadre institutionnalisé lors de son enfance : « le sport qu’on avait, c’était au village, l’équipe de foot. C’était le foot. Donc là j’ai joué au football, donc peut-être à partir de treize, quatorze ans jusque 21, 22 ans. Donc football dans l’équipe du village, en UFOLEP ». Mais cette pratique sportive n’est certainement pas un lieu d’incorporation de dispositions susceptibles de rendre compte de son futur engagement dans les sports à risque. Car il semble que les caractéristiques de ces disciplines soient très différentes. Pociello parle d’un « positionnement culturel et idéologique très fort, antinomique, entre les deux univers sportifs » (Pociello, 1995, 68) que constituent le rugby et le vol libre et que l’on peut sans risque appliquer au football assimilé au rugby et au parapente assimilé au vol libre. Bref la socialisation primaire d’Alain n’est pas traversée par des influences socialisatrices qui puissent participer de façon évidente à la construction de son investissement dans le parapente. Tout au plus, son histoire met en évidences quelques expériences proposant des similitudes avec sa pratique d’adulte. Quelques uns des jeux avec ses frères et sœurs, ou son goût pour la météorologie et le vent développé dans le cadre scolaire, lorsqu’il était pensionnaire : « ça remonte aussi à l’enfance. Parce que là j’étais en pension. J’étais en pension de la 6e à la 3e chez des Frères à M. Et avec les Frères, ils n’avaient rien, ils n’avaient pas d’argent, rien, on faisait du vélo, ou y avait un Frère qui était passionné de cerfs-volants, des cerfs-volants tout créés, à cette époque là on n’avait pas de plastique et tout, donc tout en papier collé. Donc les week-ends on faisait des cerfs-volants. Donc voilà, ce qui volait j’avais le cerf-volant. Et ça je l’ai toujours fait ».

64Pour autant, ces quelques pratiques n’ont assurément pas la même influence que les « autres significatifs » (Berger et Luckman, 198) des héritières, ou les incitations qu’ont connus les initiés. C’est au hasard d’une formation professionnelle que se présente pour Alain l’occasion de rencontrer les pratiques sportives, les activités de loisirs et en particulier les sports à risque qu’il ne connaissait pas :

Et après, ce qui m’a amené à d’autres sports que je ne connaissais pas du tout, c’est qu’après j’ai fait une formation d’éducateur spécialisé et là on a ce que nous on appelle les techniques éducatives. Et là ils proposaient bien sûr le sport comme un moyen d’enseignement pour les enfants difficiles ou les adolescents ou les jeunes difficiles, c’était un support intéressant. Et nous on a eu une formation, on avait des choix de formation collective avec des promos. On appelait ça des camps de vie sociale. Donc il y a eu un camp de vie sociale au ski. Première fois que je suis allé à la montagne. Le directeur de l’école à l’époque, qui était un psychiatre, c’était un grand compétiteur de ski de fond, donc c’était quelqu’un qui nous amenait à ça. Là-dessus après on a fait un deuxième camp de vie sociale dans les Ardennes. Tout ça, ça m’a amené où je suis aujourd’hui. C’était dans les Ardennes donc là pareil, c’était la vie sociale, savoir vivre en collectivité et puis là bien sûr les moyens du bord, tente... Et avec là, activités sportives programmées, varappe, canoë-kayak, cyclotourisme, suivant les formateurs. Donc là moi c’était des sports que je ne connaissais pas mais qui m’ont tout de suite enthousiasmé et que j’ai connus à ce moment là.

65C’est aussi dans le cadre de ces stages qu’Alain rencontre une première fois le parapente : « Tous les ans je vais au ski. Ça fait 20 ans que je fais des séjours de ski, d’encadrement et là, on avait fait un baptême en delta. Première fois décollage en ski en delta. Entre éducateurs on avait payé un gars et on avait fait ça. Donc j’avais toujours un peu dans l’idée un peu, le vol c’était pas mal ». Si cette expérience du parapente est concluante, elle n’est initialement pas suffisante pour qu’elle donne lieu à un investissement durable. En ce sens, cet événement n’est qu’une invitation à la pratique du parapente qui va se concrétiser plus tard. L’engagement d’Alain dans le parapente coïncide avec un changement professionnel qui lui impose d’abandonner la pratique du kayak-polo, devenue incompatible avec les nouvelles exigences professionnelles. Ayant eu connaissance, par une publicité pour une école locale de parapente, de la possibilité de s’inscrire dans ce sport, il entreprend la démarche :

le premier vol j’ai du le chercher, j’ai entendu à la télé, je suis allé sur le terril de L., y avait une école de parapente qui se créait et je me suis inscrit à l’école de parapente qui marchait pas fort mais moi j’y allais tout le temps. Et même, comme le moniteur a arrêté en fin de saison, au moi d’août ou septembre, il disait « reprend au printemps ». Mais non, moi j’avais payé c’était modulaire, et j’ai râlé à la chaîne des terrils pour qu’ils me remboursent. J’ai dit « non moi j’attends pas ». Y avait une autre école à L., qui était modulaire aussi par week-end, et j’ai récupéré mon argent j’ai repayé à L. tout de suite. L. c’est le seul lieu dans la région où il y a une école de parapente, où il y en a toujours une, mais qui vivote. Et c’est là que j’ai fait mes premières armes.

66Pour Alain cette initiation est une révélation. Son engagement est tout de suite important. Il s’investit intensément dans cette discipline : « Donc tout de suite j’ai embrayé. Tout de suite j’ai bien aimé. J’ai fait tout de suite des vols en montagne, après on est parti en montagne. J’ai acheté une voile d’entrée. Les premières heures au terril, j’avais déjà acheté ma voile par le moniteur qui est parti qui avait arrêté la saison. J’avais déjà ma voile ».

67C’est donc bien plus une occasion qui fonde l’engagement d’Alain qu’une véritable socialisation aux sports à risque comme ont pu la rencontrer les initiés. Cela étant il apparaît que quelques expériences ont pu façonner le goût d’Alain pour le parapente. C’est ce que laissent entendre les justifications qu’il donne à son inclination pour cette discipline : « j’avais toujours aimé la météo. Je retrouve l’aspect campagne, quand j’habitais à la campagne, l’analyse météo elle est permanente. Donc moi bien sûr, j’ai démarré à fond [...] il y a cet esprit de liberté, l’air, la nature, l’espace. Mais ça c’est les origines agricoles. Et la liberté c’est parce que je n’en ai pas eu. Enfin pour moi je pense que j’en ai pas eu ». Même si une fois encore, on peut considérer que ces justifications pourraient s’inscrire dans la volonté subjective de rendre cohérente la mise en scène d’une histoire de vie, elles montrent au moins qu’Alain a vécu des expériences ayant pu participer à l’incorporation de dispositions qui puissent rendre compte de son goût pour le parapente. Elles montrent aussi comment les significations accordées aux pratiques relève de la subjectivité. Elles insistent par conséquent, une nouvelle fois sur la nécessité pour comprendre, de ne pas cloisonner les parcours et les façons de pratiquer. Ce modèle d’engagement qui peut combiner un investissement intense et l’absence apparente de logique socialisatrices fortes interroge les dynamiques biographiques. Ces parcours semblent relever largement de la contingence et du hasard. Plus précisément, ils révèlent des dynamiques biographiques « faibles » en ce sens qu’elles n’apparaissent qu’en pointillés dans les récits de vie.

2.3. Les « révoltés »

68En reprenant les termes de De Coninck et Godard nous pourrions dire que les dynamiques biographiques des invités s’inscrivent dans un schéma « processuel [...] centré sur le cheminement » (1990, 30). C’est plutôt au modèle « archéologique » (ibid., 30) que ressemble le parcours des révoltés. Il n’y a pas de « terrain propice » comme ce peut être le cas pour les initiés, mais une expérience fondatrice, vécue comme une épreuve, qui éclaire la logique de l’engagement masculin dans un sport à risque.

69Plus précisément ici, il s’agit de l’épreuve de la défaillance, notamment de la défaillance virile qui fonctionne comme élément moteur des parcours. N’apparaissent ni influence socialisatrice particulière, ni invitation directe, mais plutôt la perspective de compenser ce qui est considéré comme un événement ou un caractère stigmatisant. Les prises de risque et le support qu’offrent les sports à risque, parce qu’ils sont des territoires masculins et de mise en scène de la virilité, constituent des espaces tout à fait appropriés pour corriger le déclassement, objectif ou subjectivement perçu. Ce modèle, dans la perspective consistant à expliquer l’engagement dans les sports à risque, est donc par essence proprement masculin. Mais il n’est pas sans rappeler les logiques d’« hyper ritualisation de la féminité » que Mennesson (2005) relève chez les boxeuses répondant au « procès de virilisation » (Louveau, 1998) qui leur est fait.

70Les sports à risque prennent alors la forme de pratiques distinctives et ainsi, en quelque sorte, « re-classantes ». Il est intéressant de constater que le déclassement que nous évoquons ici peut revêtir un caractère plus subjectif qu’objectif. Cela constitue même le cas de figure le plus fréquent. Il ne se traduit alors, dans le temps, par aucune relégation sociale. L’épreuve ne marque pas moins, en profondeur les histoires de vie. Nous insistons ici : certaines expériences peuvent conduire temporairement à la relégation sans que cela perdure. Il apparaît qu’alors, l’emprunte laissée par l’épreuve puisse largement survivre au déclassement. Suffisamment en tout cas pour orienter durablement les parcours. En ce sens l’épreuve est parfois proprement individuelle. Elle est ainsi une véritable épreuve de l’individuation. C’est l’histoire de vie de Patrice qui s’approche le plus de ce type idéal.

71Patrice a 40 ans. Il est célibataire. Il n’a pas enfant. Il a suivi une formation de niveau « bac +2 » dans le secteur de la mécanique. Il est actuellement sans profession après avoir été technicien de maintenance. Il est né dans le Nord, région où il réside encore. Il a une sœur de quatre ans sa cadette.

72L’enfance de Patrice est profondément marquée par une contre-indication à la pratique du sport. Un problème cardiaque le prive de toute forme d’activité physique : « moi déjà j’ai un problème cardiaque. J’ai un souffle au cœur. C’est une TIV, ce qu’on appelle un Bouveret. Et là dessus je fais de la tachycardie. Donc ça c’est les problèmes de stress et de tout un tas de choses, mais le Bouveret c’est congénital, c’est une communication interventriculaire. C’est un truc qui m’a bloqué sur les bancs de touche pendant toute mon enfance. Donc j’ai pas pu faire de sport de zéro jusqu’à douze ans à peu près je dirais ».

73Cet événement, dans le récit de Patrice, semble façonner l’ensemble de sa carrière sportive et une large partie de sa vie. Car cette expérience vécue comme une défaillance, une sorte de mise à l’index, oriente et structure ses choix de pratique ainsi que les façons de s’y investir. Il apparaît nettement que sa trajectoire poursuit une finalité proprement distinctive et « réparatrice ». Comme s’il s’agissait pour lui de compenser un échec. Ses engagements sont ainsi marqués par le désir de faire mieux ou plus que les autres. Le terrain des pratiques physique est un espace particulièrement propice à ce genre d’exercice : « j’étais vraiment en manque de voir tous les copains qui pouvaient faire les cons et que moi j’étais vraiment handicapé, qu’on me considérait comme un handicapé, moi ça me faisait chier. Donc là je me suis rattrapé, à tel point que j’étais devenu un boulimique de l’action, j’allais toujours au-delà de ce que les autres voulaient ou pouvaient être capable de faire. Donc si ça commence avec le vélo, c’est faire des plus longues distances que les autres, avec le bicross c’est de faire des sauts plus hauts que les autres ».

Quand j’étais gamin, j’avais par exemple des cours de travaux manuels, et les cours de travaux manuels ils étaient faits par une prof de couture. Alors cool, quand on n’a vraiment pas envie de faire ce truc-là ! Pas génial. Là-dessus, comme je faisais ça quand même de manière consciencieuse, toujours pour avoir une bonne note et tout ce qui s’ensuit, je ne vais pas dire que j’ai pris goût, mais j’ai maîtrisé le truc. Jusqu’au jour où je me suis fixé le défi de réaliser un habit pour moi. Parce que comme j’ai une carrure un peu hors-normes, j’ai du mal à trouver des vêtements sur mesure. Je me suis dit “tiens, je vais me faire une veste”. Et puis je me suis taillé une veste. J’ai pris quelques bouts de tissus, ma voisine qui est couturière m’a donné quelques petits conseils avisés et j’ai fait ma veste moi-même. Donc je sais coudre. C’est un truc tout con mais... Et puis après ça part sur d’autres choses. Ça peut partir sur la bouffe : être capable de savoir réaliser des plats aussi bien sinon mieux qu’un autre. Et puis après tous les défis au quotidien. Justement on parlait des défis quotidiens, ça se relève par des choses que quelqu’un a réalisé, s’il l’a réalisé je peux le réaliser. Et puis c’est savoir le faire sinon mieux, aussi bien. Donc là, c’est pas forcément extrême. Enfin si, ça peut être extrême aussi.

74Dès lors qu’il a pu investir les pratiques sportives, Patrice s’est « rattrapé » par un investissement intense dans de nombreux sports : le judo, le tennis, la natation. L’influence des pairs est alors décisive. Elle procède par incitation à prendre des risques. Elle se manifeste notamment dans le cadre de la moto dans un premier temps, du body-building ensuite, puis du parachutisme. C’est d’abord avec un de ses copains qu’il répare une moto :

une fois qu’elle est repartie, on a commencé à faire les cons avec cet engin et là, piqué à la moto. Donc du coup, je me suis dit, dès que je peux faire de la moto, dès que je peux passer mon permis, je le fais. À 18 ans, avant d’avoir mon permis voiture, j’ai mon permis moto. J’achète ma première moto avec mon premier salaire, bref tout le cursus. Et là je commence à devenir un matraqué de la moto. Donc je m’éclate comme un fou furieux. Donc c’est des Wheelings, des roues arrières, des roues avant, enfin bref, la cascade totale, la maîtrise maximale de l’engin, comme certains cascadeurs. Pas aussi bien que certains cascadeurs maintenant, mais tout ce que je pouvais faire, tout ce que je voyais, j’essayais de le reproduire. Pas toujours bien, mais bon. C’est tout. Y a pas eu trop de bobos : des dos râpés, des cuisses esquintées, j’ai eu une rotule qui a explosé avec une mauvaise chute, tout un tas de choses comme ça. Mais ça restait raisonnable.

75C’est aussi avec un ami qu’il découvre ensuite quelques autres pratiques sportives à risque : « j’ai un copain qui m’a invité à faire d’autres activités à côté. Donc dès qu’on a la possibilité de faire des stages sportifs avec un copain avec lequel je fais de la musculation, on va faire les cons. On va faire des raids VTT, canoë, machin, des trucs comme ça, des grandes marches, des courses. Enfin bref, des trucs un peu de barjots. Et puis on essaye de se faire plaisir en faisant des sorties un peu spéciales ».

76Toutes ces pratiques s’inscrivent comme la moto, le body-building et les autres sports pratiqués auparavant, dans une perspective qui repose ici le caractère « extrême » de ces sports : « on va chercher des choses que le commun des mortels ne connaîtra pas, et des choses qui sont souvent émouvantes, et émotionnellement riches, pas forcément en sensations fortes, mais riches parce qu’on voit le monde comme certains ne le voient pas ».

77Le parachutisme semble constituer une sorte d’évolution de cette tendance à l’adoption de pratiques « extrêmes ». Elle s’inscrit même dans une certaine compétition conduisant à la surenchère :

dans le cadre de ces organisations, y a mon pote qui me fait « tiens, si on allait se faire le Mont Blanc ! ». Je lui dis « OK, on va faire le Mont-Blanc ». Donc j’essaye de planifier ce truc-là. Mais à l’époque j’étais dans un boulot où ça n’allait pas très bien avec le boss. Du coup, il m’a planté mes congés et je n’ai pas pu les prendre à la période de créneau d’ouverture pour pouvoir faire le Mont-Blanc. J’ai dit « tant pis » et j’ai fait à mon pote « vas-y, y a des expériences qu’il ne faut pas louper. Là on est en condition, c’est à ce moment là qu’il faut le faire ». Parce que c’est quand on est en condition physique qu’on peut s’autoriser à faire des petits exploits comme ça. Donc lui il y va, mais j’ai dit « écoute, si tu fais ce truc là, je m’en fous je monterai aussi haut que toi ! ». Donc j’ai dit « je vais faire du parachutisme ». Et dans le délire à l’époque, c’était la période d’Ushuaïa, c’était la période où on montrait des reportages durs, des matraqués qui faisaient un peu les fous dans le monde, et je me suis dit « c’est génial, le mec sur une montagne, il descend en parapente, ensuite il fait ça, il fait ça. C’est génial ! ». Du coup le déclic « toi si tu fais le Mont-Blanc, moi je fais du parachutisme ».

78C’est donc toujours dans une perspective distinctive et dans la volonté de se mettre à l’épreuve que peuvent être compris les engagements sportifs de Patrice, c’est ce qui donne sens à son parcours. C’est ce qui permet toujours d’expliquer ses projets de carrières sportive et professionnelle : « Et là ce à quoi je me prépare, c’est au pilotage ULM. Donc là j’ai passé mon épreuve théorique et la pratique je devrais la passer prochainement. Et l’objet ce délire d’ULM, c’est de pouvoir entre potes parachutistes, faire des plans tordus, et faire des sorties avec moi qui pilote, et un pote en parachutisme, et le lâcher n’importe où ».

79« En ce moment je suis en situation de précarité d’emploi, ça me donne aussi cette notion de risque calculé, par exemple j’avais jamais envisagé de créer une entreprise, là j’y pense sérieusement ».

80Pour Patrice et les révoltés, plus qu’une socialisation pensée comme produit d’un processus conduisant à l’incorporation de dispositions, ce sont des expériences prenant la forme d’épreuves qui orientent les parcours. Les sports à risque parce qu’ils mettent en scène le courage et la virilité, se présentent comme des terrains tout à fait propices à l’affirmation d’une identité virile préalablement questionnée.

2.4. Des influences diffuses

81Les éléments les plus saillants des parcours des hommes ne sont pas semblables à ceux qui prévalent pour les femmes. Notamment parce que leurs récits ne sont pas marqués par l’influence décisive de quelques acteurs intensément investis dans la socialisation. De ce point de vue, tout se passe comme si, pour les hommes, l’apprentissage social du « goût du risque » ne demandait pas plus qu’une socialisation diffuse, largement proposée aux garçons. Comme si plutôt les principes de socialisation qui participent à la construction de l’engagement dans les sports à risque relevaient d’une logique de socialisation « structurale » pour les garçons, « individuelle » pour les filles. Tandis que ces principes semblent suffisamment communs du point de vue de la production sociale d’individus sexués pour que la cohérence résiste à l’individu ou au support qui les diffuse, l’originalité qui les caractérise lorsqu’ils sont proposés aux filles nécessite et en même temps révèle le caractère plus individuel du message. La construction sociale du risque au masculin et de la masculinité par le risque pourrait évidemment expliquer ce constat.

  • 18 Cela ne signifie évidemment pas qu’il existe une relation mécanique ou « proportionnelle » entre ce (...)

82C’est aussi dans cette perspective que peut être comprise l’importance des épreuves que rencontrent les hommes. L’expérience de la défaillance, en particulier lorsqu’elle met en question l’identité virile, se donne à lire comme un puissant moteur des dynamiques biographiques masculines. Il semble même que l’intensité de la défaillance et le niveau d’investissement dans le risque puissent s’inscrire dans une relation positive. Plus la défaillance est subjectivement perçue comme importante, plus l’engagement est fort18. Ce qui est mis en jeu dans l’épreuve du risque est alors bien plus important et par conséquent plus structurant pour les hommes que pour les femmes. Comme le montre Bourdieu c’est parce que la défaillance à un coût qu’il convient pour les hommes de prendre des risques. Finalement pour eux le risque de subir le déclassement qui frappe celui qui faillit, peut être subjectivement plus grand que le risque directement lié à l’engagement dans l’action et « certaines formes de courage, trouvent leur principe, paradoxalement, dans la peur de perdre l’estimation ou l’admiration du groupe, de « perdre la face » devant les « copains » et de se voir renvoyer dans la catégorie typiquement féminine des faibles » (Bourdieu, 1998, 58). Il apparaît ici que le déclassement, s’il fonctionne comme un puissant stigmate, nous pourrions dire d’ailleurs qu’il est actif avant tout pour celui qui se juge, n’est pas définitif. L’engagement dans les prises de risque constitue ainsi, pour certains le moyen de corriger la défaillance, par un engagement fort dans une pratique « réparatrice », proprement (re)virilisante.

  • 19 Pour Welzer-Lang l’homosocialité « regroupe les relations sociales entre les personnes de même sexe (...)

83Dès l’enfance donc, les prises de risque constituent pour les garçons des mises à l’épreuve qu’il convient de passer pour « intégrer la bande », pour « en être ». Parce qu’en même temps, elles participent de la construction des hommes et qu’elles leurs sont réservées, les prises de risque ressemblent à ce qui se joue pour les « Baruyas » dans la « maison des hommes » (Godelier, 1982). Les pratiques qui cultivent les prises de risque sont des espaces d’« homosocialité »19 (Welzer-Lang, 2002, 12) où se construisent les hommes en devenir. Ainsi « apprendre à jouer au rugby, au judo... » et nous ajoutons à faire la démonstration de son courage, notamment en osant les prises de risque, « c’est d’abord une façon de dire je veux être comme les autres gars, je veux être un homme et donc je veux me distinguer de l’opposé (être une femme). Je veux me dissocier du monde des femmes et des enfants » (ibid., 14).

84Se mêlent ainsi dans les dynamiques biographiques, parcours sportifs et parcours de vie, car les carrières sportives s’inscrivent dans les existences et en même temps contribuent à les orienter. Il n’est pas surprenant dès lors de constater toute l’importance du genre dans les modes de production de l’engagement dans les sports à risque.

Notes

1 La notion de « parcours » est parfois préférée à l’utilisation du terme « trajectoire » (Bertaux, 1998) qui porterait une connotation de linéarité décrivant mal la sinuosité des histoires de vie. Nous souscrivons tout à fait à la nécessité de considérer les changements de cap et autres déviations, mais nous disons que cela n’est pas antinomique du terme « trajectoire ».

2 Ce sont les carrières sportives qui sont au centre des récits. Cela ne signifie pas que nous nous intéressions uniquement à cette dimension des existences, mais que celle-ci servait de point d’ancrage à l’appréhension d’autres univers sociaux. Mais c’est une des caractéristiques des récits de vie que d’être un récit plus particulièrement centré sur un thème particulier de la vie (Bertaux, 1997).

3 À la différence des autres types idéaux celui ci ne désigne pas un mode d’engagement mais plutôt un degré d’investissement. Nous nous permettons d’emprunter à ces différents registres puisque l’un et l’autre sont souvent très liés.

4 Par analogie avec la configuration dite du « garçon manquant », mise par exemple en évidence dans les parcours des femmes normaliennes (Ferrand, Imbert, Marry, 1999) ou des femmes engagées dans d’autres sports de tradition masculine (Mennesson, 2005) nous pourrions parler ici de « père manquant ».

5 La plupart des sports à risque ne sont pas accessibles aux plus jeunes. Il faut au moins attendre quatorze ans, souvent seize et avant d’être majeur obtenir une autorisation parentale.

6 Ce terme est employé par Grossetti faisant référence aux théories de l’évolution. Les « gradualistes » défendent l’idée d’une évolution uniforme, linéaire. Pour les « saltationistes » l’évolution procède plutôt par étapes, ou plus exactement à un rythme irrégulier, par « sauts » (Grossetti, 2006).

7 On peut noter qu’au contraire, les caractéristiques socio-professionnelles ne semblent pas discriminantes. Les « héritières » peuvent être issues de catégories sociales très différentes et avoir connu un parcours très sensiblement similaire.

8 Diplôme d’Études Universitaires en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives.

9 Nous pouvons dresser ce constat à condition d’accepter l’idée que les pratiques à la fois génèrent et sont générées par des principes de socialisation.

10 Si les trajectoires des héritières donnent à lire un « processus », celles des converties mettent plutôt en évidence une succession de « séquences » (Cette opposition entre « processus » et « séquences » est proposée par Abott – cité par Grossetti, 2006)

11 Nous insistons une fois encore sur le fait que ces types idéaux sont des modèles abstraits qui s’appuient sur des parcours réels, mais constituent à partir de ces observations, une abstraction du réel.

12 Ils peuvent en fait être deux ou trois, autour de ce triptyque récurrent : père, frère, compagnon.

13 Dès lors que l’on accepte l’idée d’une traduction subjective des expériences objectives, on ne peut prétendre accéder à la compréhension des logiques biographiques sans avoir recours aux récits de vie comme matériaux d’enquête. Il s’agit d’une posture proche de celle que développent fondamentalement les « sociologies de l’individu ».

14 Jean-Charles insiste sur la composante « nature » de ces sports. C’est pour lui cette dimension de la pratique qui motive ses investissements. Ces pratiques n’en sont pas moins toutes des sports à risque, ce qui n’est pas tout à fait le cas de toutes les pratiques de nature. Par ailleurs, la perspective compétitive de la nage en eaux vives par exemple laisse entendre que l’évolution dans un milieu naturel n’est pas toujours la principale motivation.

15 Nous pouvons dire qu’ils sont sans importance en ce sens qu’ils n’ont pas d’incidence sur les vies des sujets et qu’ils ne sont qu’évoqués dans les récits.

16 C’est le cas sans même conférer à ce terme le sens que lui donne Dubar (1991).

17 Certes le cas Erika peut alors ressembler à ce modèle, si ce n’est que pour elle, l’événement déclencheur vécu lors d’un stage de formation professionnelle à ensuite été relayé par diverses influences. Ici, ce n’est pas toujours le cas.

18 Cela ne signifie évidemment pas qu’il existe une relation mécanique ou « proportionnelle » entre ces deux phénomènes mais que le premier influence le second.

19 Pour Welzer-Lang l’homosocialité « regroupe les relations sociales entre les personnes de même sexe, à savoir les relations entre hommes ou les relations entre femmes » (2002,12).

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.