Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Deuxième partie. Devenir pratiquant(e) de sports à risque

Caractériser les pratiques, s’approcher des pratiquants

Texte intégral

1Même si l’essentiel du pôle empirique de ce travail repose sur une enquête qualitative, la caractérisation quantitative des pratiques est nécessaire. Il ne s’agit pas de proposer un cadre de lecture qui puisse rendre intelligible l’engagement dans les sports à risque mais plutôt quelques éléments susceptibles d’enrichir l’analyse en situant les pratiques et les pratiquants. L’échelle des données est d’abord nationale : dresser un état des lieux en France. Les datas recueillies et présentées glissent ensuite progressivement vers les espaces locaux de pratique : le club ou le lieu.

1. Présenter les pratiques : quantifier le phénomène

  • 1 1 Même si la temporalité des sociologues n’est pas celle des historiens, les premiers rencontrent l (...)
  • 2 Parmi ces activités figurent notamment la catégorie des « sports aériens » qui comprend le parachut (...)

2La première étape de caractérisation des sports retenus passe par une quantification de ces disciplines. La question peut sembler simple : combien d’individus sont concernés ? L’entreprise n’est pourtant pas toujours évidente. Elle est même tout à fait ardue lorsque les sports ne sont pas organisés dans un cadre formel. Difficile également dès lors que l’on souhaite situer les données dans le temps1. Cela constitue pourtant une nécessité pour discuter de l’évolution de ces pratiques. Quelques sociologues évoquent une croissance de ces disciplines : celles qui d’une manière générale proposent un contact direct avec la nature et répondent ainsi à une « écologisation » (Pociello, 1987, 95) ; celles qui cultivent la « glisse » et la liberté plutôt que le respect des règles, l’hédonisme plutôt que l’ascétisme (Loret, 1995) ; ou même celles qui sont « caractérisées par une grande prise de risque » (Pociello, 1987,95). L’enquête INSEP, Ministère des Sports parle plus récemment d’un « engouement croissant pour les activités sportives de nature2 » (2000,69). Pour Le Breton il y aurait même une tendance lourde, caractéristique des sociétés occidentales contemporaines qui « connaissent une profusion de pratiques physiques et sportives qui misent sur un engagement risqué de l’individu » (Le Breton, 2002, 119). Il fallait éprouver ce « constat » pour les pratiques qui nous concernent.

  • 3 Au moment de l’enquête, la pratique du BASE-jump est illégale en France et en Suisse, pays dans les (...)

3La voix institutionnelle a été sollicitée. Nous avons rencontré peu de difficultés pour le parachutisme. En revanche, pour diverses raisons, les informations relatives aux autres disciplines ont été beaucoup plus difficiles à obtenir. D’abord parce que les sports concernés sont parfois rattachés à plusieurs fédérations. C’est le cas de l’alpinisme par exemple dont la pratique est organisée par la Fédération Française de Montagne et d’Escalade (FFME), mais aussi par la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM). Cette dernière propose aussi à ses adhérents de pratiquer le parapente, discipline également encadré par la Fédération Française de Vol Libre (FFVL) et de la Fédération Française de Parachutisme (FFP). Dans ces conditions il est extrêmement difficile d’avancer un nombre précis de pratiquants. Cette entreprise est plus difficile encore lorsque les disciplines s’exercent de façon « sauvage ». C’est le cas du BASE-jump, qui ne dépend d’aucun cadre institutionnel. Elle relève strictement de l’initiative privée dans des réseaux totalement informels3.

  • 4 Ce n’est pas le cas du parachutisme qui se pratique exclusivement dans le cadre fédéral compte tenu (...)
  • 5 L’enquête INSEP, MDS (2000) se réfère à une définition très large de la population des « sportifs » (...)

4D’une manière générale c’est une tendance des pratiques sportives que de se développer en dehors des cadres fédéraux (INSEP et Ministère des sports, 2000). Cela fragilise le recours aux chiffres fédéraux pour quantifier4. Seules les « grandes enquêtes » de pratique auto déclarée permettent d’apporter un contrepoids aux données fédérales. L’enquête INSEP, Ministère des sports (2000) est la plus récente. Elle présente justement l’intérêt majeur de renseigner les pratiques hors cadre5.

1.1. Le parachutisme

5La quantification du nombre des pratiquants de parachutisme est celle qui prête le moins à discussion. Car la pratique de ce sport, organisée par la Fédération Française de Parachutisme (FFP), se prête très mal à la pratique « hors-cadre » : les infrastructures nécessaires (avion et aérodrome notamment) obligent quasiment les pratiquants à recourir aux services d’un club. Dès lors l’adhésion à la fédération est incontournable. Les données fédérales sont donc certainement assez proches du nombre « réel » des pratiquants. Elles donnent à voir une augmentation importante du nombre de pratiquants. Depuis 1971 le nombre de licenciés à été multiplié par plus de cinq avoisinant les 50 000 (48 216) en 2004.

Parachutisme : évolution du nombre de licences

Parachutisme : évolution du nombre de licences

Source FFP.

  • 6 C’est une tendance qui ne concerne pas seulement le parachutisme. L’augmentation du nombre total de (...)
  • 7 Pour de nombreux pratiquants, « le premier saut a aussi été le dernier » (Certaines, FFP contact, n (...)

6Mais pour précises qu’elles soient, ces données méritent d’être lues avec précaution. Notamment parce que l’évolution du volume de licences peut être trompeuse. Ces dernières années ont vu exploser le nombre des licences occasionnelles (4601 en 1994,28 200 en 2004), délivrées à l’occasion d’un saut en tandem6. Ce sont des licences journalières délivrées pour des conditions de pratiques qui n’ont rien à voir avec celles des pratiquants réguliers7. Licences annuelles et licences journalières ne peuvent être amalgamées. Le nombre de sauts et son évolution sont une autre façon d’aborder la question de l’activité parachutiste en France.

Parachutisme : évolution du nombre de sauts annuels

Parachutisme : évolution du nombre de sauts annuels

Source FFP.

  • 8 À titre de comparaison, le nombre de licences délivrées par la Fédération Française de Football (fé (...)

7Sur les dix dernières années tandis que le nombre de licences a connu une augmentation de quasiment 100 %8, le nombre de sauts a progressé d’environ 40 %. Le nombre de licences et le nombre de sauts donnent des informations différentes et complémentaires. Le nombre de sauts est un indicateur de l’activité parachutiste en France. Le nombre de licences renseigne davantage l’engouement pour les activités de vertige déclinées ici dans une version proche de « l’extrême de masse » tel que le présente Yonnet (1998). Cela apparaît comme l’indicateur d’une « irruption [dans les sociétés contemporaines] des jeux de vertige » (Pociello, 1995, 50). Tout au moins, le parachutisme est une activité qui connaît une indéniable progression en terme de nombre de licenciés comme en terme de sauts. Ces dernières années invitent néanmoins à pondérer ce constat car le nombre de licenciés connaît une baisse continue depuis 2004, passant de 48 216 à 34 356 en 2008. À noter que cette baisse est largement due à la diminution importante des licences tandem (28 191 en 2004, 16 719 en 2008). Après un pic à plus de 18 000 en 1998 les licences annuelles sont stabilisées depuis entre 14 000 et 15 000 individus.

1.2. Le parapente

  • 9 Cette fédération habilitée en 1974 est née avec le premier essor du deltaplane. Elle s’est ensuite (...)

8La quantification de la pratique parapentiste rencontre quelques obstacles. Le premier est lié à la pratique libre. Il est possible que le nombre de parapentistes non-affiliés à une fédération soit important. À la différence du parachutisme, le parapente ne demande aucune infrastructure particulière. Les pratiquants « hors-cadre » sont difficilement saisissables. À ce premier obstacle, s’en ajoute un autre d’ordre « institutionnel ». Le parapente dépend de plusieurs fédérations sportives : Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM), Fédération Française de Parachutisme (FFP) et Fédération Française de Vol Libre (FFVL). La FFCAM est une fédération multisports. Il est donc difficile de distinguer les alpinistes, randonneurs, skieurs, cycliste... des parapentistes. Le problème est identique à la Fédération Française de Parachutisme. Mais pour ces deux fédérations, le parapente n’est pas l’activité centrale. Cela relève plutôt d’un aménagement. À la FFP par exemple, les parapentistes (regroupés avec les adeptes du parachute ascensionnel) ne représentaient guère plus de 2 % des licenciés en 2002. La fédération la plus installée parmi les pratiquants, celle qui recueille le plus grand nombre d’adhérents parmi les parapentistes en France est la Fédération Française de Vol Libre (FFVL). C’est aussi l’organisation pour laquelle le parapente est une discipline centrale9. C’est donc cette source qui est ici mobilisée.

FFVL : évolution du nombre de licences (toutes licences confondues)

FFVL : évolution du nombre de licences (toutes licences confondues)

Source FFVL.

  • 10 Ce n’est qu’une approximation puisque le décompte des licences et des licenciés ainsi que les dénom (...)

9La très forte progression du nombre des licences ces dernières années (notamment depuis 2001) s’explique par l’afflux important du nombre des pratiquants de kite-surf (et la prise en compte des passeports cerf-volants et des passagers en biplace). Les licenciés adeptes de cette discipline ont vu leur effectif approximativement10 multiplié par deux entre 2001 et 2004. Puisque les statistiques de cette fédération distinguent depuis 2000 les disciplines (même si deltaplane et parapente ne sont pas dissociés), elles permettent d’isoler la pratique du parapente et du deltaplane, de celle qui concerne le cerf-volant ou le kite-surf. Les résultats suivants mettent donc en perspective les évolutions récentes des quatre pratiques (parapente, deltaplane, cerf-volant et kite-surf) qu’organise la FFVL.

FFVL : évolution des licences par pratique

FFVL : évolution des licences par pratique
  • 11 Les « volants » sont à la FFVL, les pratiquants de parapente et de deltaplane.

Source FFVL11.

10Hormis pour l’année 2004, difficilement comparable avec les autres années puisque la FFVL présente un nombre de « licenciés », tandis que les années précédentes présentent un nombre de « licences », on constate une croissance continue du nombre des licences dans toutes les disciplines (exception faite du cerf-volant). L’évolution du nombre des licences par discipline ne contredit donc pas ce que laissait envisager l’évolution des licences toutes pratiques confondues. Comme le parachutisme, le vol libre connaît effectivement une croissance de ses effectifs.

1.3. L’alpinisme

  • 12 Il nous a été rapporté lors d’un entretien téléphonique avec la responsable des statistiques que le (...)
  • 13 Lors de leur inscription les licenciés de la fédération des CAF doivent préciser les trois pratique (...)

11L’alpinisme est la plus ancienne des disciplines que nous avons retenues. Cette pratique s’est développée avant même que ne se constituent les fédérations sportives qui organisent aujourd’hui la partie institutionnalisée du sport en France. L’alpinisme s’inscrit aujourd’hui dans plusieurs fédérations sportives : La Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM) et la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade (FFME). Nous avons donc sollicité ces deux sources pour proposer une évaluation du nombre des pratiquants. Mais les fédérations qui organisent la pratique de l’alpinisme sont des fédérations multisports. Elles proposent aussi d’encadrer l’escalade, la randonnée pédestre, le canyoning, le parapente et la spéléologie. La FFME ne dispose pas de statistiques qui fassent la distinction selon les pratiques. Nous ne pouvons donc nous référer qu’au nombre de licenciés toutes disciplines confondues : 57 00012. Seule la FFCAM propose un élément de quantification des alpinistes. Elle recense 83 304 personnes en activité, parmi lesquelles 25 470 déclarent pratiquer l’alpinisme (environ 30,5 % des licenciés)13.

12Cela étant nous pensons que ce sport est aussi largement pratiqué hors du cadre institutionnel. L’ancienneté de la discipline et la moindre nécessité du recours à une fédération laissent penser que la pratique sauvage peut être importante. Cette évaluation du nombre de pratiquants est donc plus fragile.

1.4. Le BASE-jump

  • 14 Les BASE-jumpeurs que nous avons interviewés se connaissaient tous (sans que nous ayons procédés de (...)

13Le BASE-jump est une pratique interdite en France. Elle est illégale. Elle n’est donc pas institutionnalisée. C’est une pratique totalement « sauvage ». Tout au mieux, la tentative de quantification se fonde sur les informations fourniers par les pratiquants interviewés. Ces données sont peu fiables. Mais le BASE-jump constitue un très petit monde dans lequel l’interconnaissance est très forte. Les réseaux sont très denses14. Ces caractéristiques particulières donnent un peu plus de valeurs aux chiffres proposés. Tous insistent sur le côté extrêmement confidentiel de cette discipline. Marc « pense qu’aujourd’hui des bons BASE-jumpeurs en France, s’il y en a une trentaine, c’est le maximum ». Cela ne suffit pas pour établir précisément un nombre de pratiquants, mais cela dorme au moins une idée de l’ampleur de cette pratique : les BASE-jumpeurs sont très peu nombreux. Évoquer une évolution du volume des pratiquants à partir d’aussi faibles effectifs, n’aurait pas beaucoup de sens. S’appuyer sur ces données pour discuter de l’essor des sports à risque relèverait de la surinterprétation.

  • 15 C’est-à-dire essentiellement les licences contractées à l’occasion d’un saut en tandem.
  • 16 Ce qui n’est pas sans rappeler les thèses d’Elias (1994). Un parallèle mériterait d’être discuté, l (...)

14Cela étant, d’une manière générale, la quantification des pratiquants montre effectivement une croissance des effectifs. Ces résultats appuient l’hypothèse d’un engouement contemporain pour les activités fondées sur un engagement corporel risqué. Cela étant il faut rester prudent. Le cas du parachutisme et la progression spectaculaire des « licences loisirs »15 laisse plutôt penser qu’il s’agit davantage d’une passion moderne pour les jeux de vertige, d’« ilinx » (Caillois, 1958, 47) que pour les prises de risque à proprement parler. Il s’agit peut-être de jouer à se faire peur plutôt que de s’engager dans une entreprise risquée. Une euphémisation de la prise de risque en quelque sorte16. Pourtant nous pensons que même s’il s’agit de se faire peur, la peur repose nécessairement sur l’idée que l’accident pourrait advenir. En ce sens jeux de la peur et jeux du risque sont indissociables. Mais si l’on souhaite parler de tendance sociétale en ce qui concerne le goût pour les pratiques sportives à risque, il convient d’observer plus précisément ces pratiques. Car même si leurs effectifs connaissent une forte croissance, ceux-ci sont encore loin des millions de licences de la Fédération Française de Football par exemple. Les sports à risque restent des activités marginales dans l’espace des sports. Qui plus est ces activités ne concernent pas semblablement tous les segments de la population française.

2. Un recrutement social particulier ?

15Les travaux qui s’intéressent aux activités sportives à risque dressent le constat d’un recrutement social marqué par la forte présence des catégories socioprofessionnelles les plus favorisées. Pociello, en 1980, fait référence au « bon niveau d’études scolaires et universitaires » (Pociello, 1995, 68) des libéristes.

  • 17 Parmi lesquels on trouve l’alpinisme et les « sports aériens » tels que le parapente, le deltaplane (...)

16Ces dernières vingt-cinq années, la distribution sociale semble avoir peu changé. C’est le constat que dresse l’enquête réalisée par l’institut National du Sport et de l’Education Physique (INSEP) et le Ministère des sports (MDS), montrant que les « sportifs de nature17 [...] disposent de revenus supérieurs aux revenus moyens des sportifs » (2000, 70). Ils ont aussi un niveau d’étude supérieur à la moyenne des sportifs. Ces pratiques sportives recrutent surtout parmi les catégories sociales les plus favorisées, du point de vue du capital économique et culturel. Mais la catégorie des « sports de nature » que présente l’enquête INSEP, MDS 2000 n’est pas exclusivement composée de sports à risque. Il est donc important de présenter plus précisément les caractéristiques du recrutement social des sports étudiés ici.

17La structure du recrutement social du parachutisme a très peu évolué ces dix dernières années. La part de chaque PCS parmi les licenciés est sensiblement la même depuis 1995 (même si on peut noter une baisse relative de la part des étudiants et une hausse de l’apport des cadres).

Distribution des licenciés de la FFP par catégories socioprofessionnelles (1995 et 2003)

Licenciés parachutisme
2003

Licenciés parachutisme
1995

Agriculteurs exploitants

2 %

0,5 %

Artisan s/commerçants

4 %

3,5 %

Professions libérales

5 %

3,6 %

Étudiants

13 %

18,5 %

Cadres

16 %

12,6 %

Ouvriers/employés

19 %

20,3 %

Militaires

25 %

24,7 %

Divers

16 %

16,3 %

  • 18 Note de lecture : il faut lire « en 2003,2 % des licenciés de la FFP sont des exploitants agricoles (...)

Source FFP18.

  • 19 Plus précisément, nous présentons ici la répartition des actifs dans les différentes PCS car les bo (...)

18Mais présenter le recrutement social de la FFP n’a de sens que si les chiffres sont mis en perspective avec la structure sociale de la population française19. Il s’agit de comparer la part des différentes catégories socioprofessionnelles parmi les licenciés de la FFP et parmi la population française. Cette comparaison n’est pas évidente. Car les catégories utilisées par la FFP et par l’INSEE ne sont pas exactement les mêmes. Si l’INSEE propose une définition précise des catégories utilisées, nous disposons de peu d’informations concernant la production des données de la FFP. Certaines catégories peuvent être floues et il n’est jamais facile de « faire entrer » les professions annoncées par les pratiquants dans les catégories socioprofessionnelles de l’INSEE. Pour autant la comparaison n’est pas dénuée d’intérêt. Elle permet au moins de mettre au jour quelques tendances lourdes.

Distribution des licenciés de la FFP et des Français par catégories socioprofessionnelles (2003)

Licenciés parachutisme (2003)

Population active française (2003)

Agriculteurs exploitants

2 %

2,9 %

Artisans/commerçants

4 %

6,2 % (avec chefs d’entreprise)

Professions libérales

5 %

0,7 %

Étudiants

13 %

9,3 %

Cadres

16 %

14,7 %

Ouvriers/employés

19 %

52,5 %

Militaires

25 %

1,2 %

Divers

16 %

  • 20 Note de lecture : il faut lire « en 2003, 2 % des licenciés de la FFP font partie de la PCS exploit (...)

Sources FFP et INSEE (enquête sur l’emploi, 2003)20.

19Cette mise en regard des données montre d’abord une surreprésentation très importante des militaires. L’héritage de cette pratique devenue « civile » pèse certainement encore (Loirand, 1989). Mais outre cette particularité, anecdotique, c’est la part des cadres et professions libérales qui est remarquable. Elle est nettement plus importante parmi les parachutistes que parmi l’ensemble de la population française. L’apport des professions libérales est sept fois plus important à la FFP que dans l’ensemble de la population française.

20Concernant le parapente, nous pouvons nous référer aux statistiques de la FFVL. Les données que nous exposons prennent en compte l’ensemble des licences de cette fédération sans distinction de discipline. Comme pour la FFP, les catégories professionnelles utilisées par la FFVL ne sont pas les mêmes que celles qu’utilise l’INSEE. Plus encore elles présentent une forte imprécision (les catégories « fonctionnaires » et « monde du sport » sont à la lecture particulièrement vagues). Nous pouvons néanmoins proposer une mise en perspective d’ensembles professionnels relativement proches.

Distribution des licenciés de la FFVL et des Français par catégories socioprofessionnelles (2003)

Licenciés FFVL
(2003)

Population active française (1995)

Artisans/commerçants

5 %

6,2 % (avec chefs d’entreprise)

Enseignants, professeurs

7 %

1,4 %

Étudiants

13 %

9,3 %

Cadres

17 %

14,7 %

Ouvriers/employés

27 %

52,5 %

Monde du sport

4 %

Fonctionnaires

4 %

Autres

15 %

  • 21 Note de lecture : il faut lire « en 2003,6,2 % des actifs en France font partie de la PCS Artisans, (...)

Source FFVL et INSEE (enquête sur l’emploi, 2003)21.

21Pour la FFVL le constat en matière de recrutement social est proche de celui que nous avons dressé pour la FFP. Statistiquement, libéristes et parachutistes présentent des profils professionnels qui se ressemblent. Les professions dites « supérieures » sont largement surreprésentées. C’est particulièrement vrai pour la catégorie des « cadres et professions intellectuelles supérieures ». Ces tendances sont suffisamment lourdes pour être significatives. Elles confirment ce que démontrent les travaux déjà évoqués.

22L’argument économique peut être évoqué pour rendre compte de cette partition sociale singulière. La plupart de ces sports demande un investissement économique important : formation, matériel, infrastructure sont souvent très coûteux. Mais les travaux de Pociello et de ses collaborateurs (1981) ont largement montré à la suite des travaux de Bourdieu (1964, 1979) que les choix de pratique sportive ne pouvaient être uniquement expliqués par leur coût économique. C’est sur le capital culturel plutôt qu’économique que les auteurs mettent l’accent. Ainsi « les variations de chance d’adhérer à un sport dépendraient de l’affinité entre les caractéristiques de l’activité et celles de la culture des groupes considérés » (Defrance, 1995, 38). C’est sur ce postulat que se fonde le « système des sports » (Pociello, 1981) qui présente une correspondance entre caractéristiques des groupes sociaux et des pratiques sportives choisies. Pociello montre par exemple, comment les ingénieurs et techniciens « transfèrent et gèrent dans cette activité de loisir intense et absorbant [le vol libre], leurs propriétés socioculturelles, leur culture technique et leurs compétences technologiques » (Pociello, 1995, 67). Mais ce modèle explicatif comporte quelques zones d’ombre. Près d’un cinquième des parachutistes sont ouvriers ou employés. C’est le cas d’un licencié sur quatre à la FFVL. Leurs caractéristiques sociales sont pourtant a priori différentes de celles qui expliqueraient l’engagement des cadres.

23Ce modèle explicatif repose également sur l’idée d’une cohérence des comportements individuels reposant sur la cohérence du principe générateur de pratiques qu’est l’habitus. On peut douter de cette permanence des dispositions (Lahire, 1998, 2002). Ce « schème d’intelligibilité » (Berthelot, 1991, 19) structuraliste est donc très pertinent pour rendre compte des tendances lourdes ou pour présenter des vraisemblances statistiques, mais il se prête mal à l’explication des singularités en particulier lorsque les parcours sont originaux.

  • 22 Comme nous le montrons dans le point suivant, la population du parachutisme en particulier, celle d (...)
  • 23 Sans compter les variations qui peuvent exister au sein même des PCS. Sans entrer dans une discussi (...)

24La surreprésentation des cadres et professions intellectuelles supérieures22 pourrait aussi avoir une influence sur l’arrangement des rapports sociaux entre hommes et femmes. Car cette population est la plus permissive à l’égard des conduites « transgressives » en matière de rôles sexués (Louveau, 1986,1996b). Cela étant, outre la part importante des cadres, la FFP compte aussi parmi ses licenciés une forte proportion de militaires. Et cette population semble souvent très attachée à un partage « traditionnel » des rôles dévolus aux hommes et aux femmes. L’armée constitue « un milieu resté “macho” » (Dandeker, 2003, 754). La population parachutiste est donc tendanciellement composée de deux entités qui développent statistiquement des rapports antagonistes en matière de partition des rôles sexués. Il convient de dénouer auprès des pratiquants et des espaces de pratique les combinaisons de ces différentes influences. D’autant que ce que proposent ces tendances statistiques résiste parfois mal à l’épreuve des faits. Les populations des cadres ou des militaires ne forment pas nécessairement des ensembles aux valeurs homogènes. Par ailleurs, la structure sociale locale ne ressemble pas nécessairement à celle que donnent à voir les statistiques nationales. Tous les licenciés ne s’engagent probablement pas de la même manière dans ces pratiques. Peut-être les cadres pratiquent-ils davantage le week-end. Peut-être les militaires exercent-ils surtout le parachutisme dans le cadre de leur activité professionnelle et non dans « le civil ». Peut-être que les uns s’investissent plus que les autres. Cela vaut pour les cadres, les militaires comme pour chacune des catégories socioprofessionnelles présentées23.

25Bref, si les données statistiques proposent des tendances, elles se heurtent à la complexité des situations particulières que peuvent vivre les pratiquants. Assurément elles invitent à explorer des pistes, mais portent peu de valeur explicative.

3. Une population jeune ?

26Bon nombre d’enquêtes qui abordent la question des prises de risque sportives et des conduites à risque d’une manière plus générale mettent l’accent sur les liens entre jeunesse et prises de risque. Cette catégorie de population est celle qui s’adonne le plus fréquemment aux prises de risque (Le Breton, 1995 ; Esterle-Hedibel, 1997 ; Peretti-watel, 2002). Par ailleurs, le cadre sportif est celui dans lequel se déroulent le plus souvent les prises de risque (Lagrange, 2002). On pourrait donc imaginer trouver une population de licenciés plutôt jeune, cette population semblant développer des affinités particulières avec les prises de risque. Les statistiques de la FFP donnent à voir un constat plus nuancé.

FFP : répartition des licences par âge (2000)

FFP : répartition des licences par âge (2000)

Source FFP (2000).

27Les plus jeunes (moins de 16 ans) sont très largement sous-représentés par rapport à leur part dans la population française (1 % à la FFP pour plus de 15 % dans l’ensemble de la population française). Les catégories d’âges suivantes sont en revanche surreprésentées à la FFP. Tandis que 13 % de la population française a entre 15-24 ans, 28 % des licenciés à la FFP ont entre 16 et 25 ans. La surreprésentation des 26-35 ans est plus nette encore : 14 % de la population française contre 41 % des parachutistes. C’est dans cette catégorie d’âge « moyen » que l’on trouve largement le plus grand nombre des adhérents à la FFP.

28Il apparaît en revanche que l’âge fonctionne effectivement comme un facteur d’engagement statistiquement discriminant. Au delà de 45 ans, les parachutistes sont moins nombreux. Ils sont fortement sous-représentés à partir de cet âge et disparaissent quasiment des statistiques fédérales au delà de 55 ans (3 % des licenciés FFP contre 26 % de la population française). On ne peut donc dire de la population des parachutistes qu’elle est particulièrement jeune ni que les « jeunes » y sont massivement présent. Mais elle n’est absolument pas une pratique de « vieux ». Les statistiques de la FFVL sont proches de celle de la FFP. La structure par âge de la population des libéristes est sensiblement la même que celle des parachutistes.

FFVL : répartition des licenciés "volant" et "élèves" par âge (2002)

FFVL : répartition des licenciés "volant" et "élèves" par âge (2002)

Source FFVL (2002).

29C’est la catégorie des 35-44 ans qui est la plus massive tandis que les moins de 15 ans sont très peu nombreux. La diminution des effectifs avec l’avancée en âge est moins brutale à la FFVL qu’à la FFP. Elle commence plus tard. Elle est aussi plus douce. Au delà de 55 ans, les parapentistes, tout comme les parachutistes, sont rares. La population des parapentistes se concentre entre 25 et 54 ans. Cette catégorie d’âge regroupe 83 % des « volants » à la FFVL.

30Ces données laissent apparaitre un relatif paradoxe : les plus jeunes sont surreprésentés dans les conduites à risque et les prises de risque ; les pratiques sportives sont des terrains privilégiés pour les prises de risque (Lagrange, 2002 ; Peretti-Watel, 2003) ; pourtant cette catégorie de population n’est pas la plus présente parmi les licenciés des « sports à risque ».

31Quelques hypothèses explicatives peuvent être avancées. La première tient au fait que pour adhérer à ces fédérations, la majorité légale, ou à défaut un accord parental, est requis. Il s’agit d’une contrainte qui concerne justement les plus jeunes, participant ainsi à l’explication de leur faible engagement.

  • 24 Une formation Progression Accélérée en Chute (P.A.C.), qui tend à devenir la plus répandue en parac (...)

32La deuxième proposition est liée au coût des pratiques. Même si ce n’est pas rigoureusement indispensable, mieux vaut disposer d’un capital économique important pour s’engager dans ces disciplines. Elles demandent un matériel souvent onéreux. Elles peuvent aussi occasionner de lourdes dépenses de fonctionnement. Pour le parachutisme par exemple, chaque saut est payant24. Dans ces conditions il n’est pas surprenant que ces activités recrutent plutôt parmi les adultes ayant un revenu confortable que parmi les plus jeunes moins souvent installés professionnellement. Pour Peretti-Watel (2001), c’est justement parce que les plus jeunes ne disposent pas de revenus suffisants qu’ils ne peuvent s’inscrire dans des activités organisées et sécurisées. Cela les conduits à adopter des pratiques non reconnues par l’institution et donc considérées comme transgressives.

33Mais on peut penser aussi que le cadre institutionnel de la pratique sportive se prête mal aux finalités des conduites adolescentes, en particulier lorsque celles-ci poursuivent une visée transgressive. Ce mode de pratique n’est donc pas celui qui convient le mieux aux prises de risque.

34Finalement ces considérations mettent en évidence l’insuffisance de l’échelle d’analyse présentée ici. Les données ne sont pas assez fines pour qu’elles permettent d’oser l’interprétation. Elles rappellent qu’elles peuvent seulement être mobilisées pour caractériser grossièrement et invitent surtout à s’approcher des pratiquants pour comprendre.

4. La part des hommes et celle des femmes

  • 25 Historiquement cette fédération, comme la plupart de celles qui organisent la pratique des sports à (...)

35La féminisation des pratiques sportives est une tendance lourde dont il convient de préciser qu’elle ne se fait pas uniformément. Si quelques sports sont effectivement devenus « mixtes » beaucoup d’autres sont plutôt « féminins » ou plutôt « masculins ». Traditionnellement les sports qui mobilisent la force ou l’affrontement physique sont massivement investis par les hommes (Louveau, 1996b ; Mennesson, 2000a). Les sports à risque semblent également s’inscrire parmi les pratiques masculines. La plupart d’entre eux figure effectivement parmi les sports les moins féminisés. Les sports auxquels nous nous intéressons plus particulièrement ne font pas exception. À la Fédération des Clubs Alpins et de Montagne25, la section alpinisme compte quatre fois plus d’hommes que de femmes (source CAF, 2004). En ce qui concerne le vol libre (parapente et deltaplane), les femmes ne représentent que 15 % des licenciés en parapente et 6 % des licenciés en deltaplane (source FFVL, 2002). En parachutisme, la FFP présente apparemment une croissance de la part des femmes parmi ses effectifs. Trente pour-cent des licences sont désormais détenus par des femmes. Ce chiffre est proche du taux de féminisation moyen des fédérations sportives (INSEP et MDS, 2000). Le parachutisme ne semble alors pouvoir être considéré comme une pratique particulièrement « masculine ».

Parachutisme : part des hommes et des femmes (toutes licences confondues)

Parachutisme : part des hommes et des femmes (toutes licences confondues)

Source FFP.

36Mais une analyse plus fine des statistiques montre que la féminisation de la FFP concerne surtout les licences journalières.

Parachutisme : part des hommes et des femmes (licences "loisir")

Parachutisme : part des hommes et des femmes (licences "loisir")

Source FFP.

37Parmi les parachutistes réguliers, la part des licenciées est nettement moins importante. Elle se rapproche des chiffres des fédérations les moins féminisées : 13 % en 2003.

Parachutisme : part des hommes et des femmes (licences "annuelles")

Parachutisme : part des hommes et des femmes (licences "annuelles")

Source FFP.

38Le cas du parachutisme met donc l’accent sur le fait qu’au delà de la pratique en elle-même, l’investissement sexué différentiel se manifeste dans les modalités de pratique. Finalement, cette discipline ne connait pas de féminisation de ses effectifs pour ce qui concerne les pratiquants les plus investis. Sur ce point, la part des femmes parmi les licenciés n’a quasiment pas évolué ces dernières années. Les licences occasionnelles masquent donc la faible féminisation de cette discipline. L’apparente féminisation du parachutisme ne concerne qu’une partie de l’activité, celle qui demande l’engagement le plus faible, en matière de temps, d’implication dans la vie associative, et dans les prises de risque. Cela ne se traduit donc pas nécessairement par une plus forte présence des femmes sur les lieux de pratique, au quotidien, dans les clubs. Il est donc inopportun de parler de féminisation de la pratique du parachutisme.

  • 26 Cela contraste donc avec la forte évolution de la part des femmes de cette fédération depuis la fin (...)

39Les données de la FFVL sont encore une fois très proches de celles de la FFP. Comme pour la structure du recrutement social ou de l’âge des pratiquants, les statistiques de ces deux fédérations se ressemblent. La FFVL ne connaît pas non plus, ces dernières années (depuis 2000), de « féminisation » de ses effectifs. Comme pour le parachutisme, la proportion des femmes est stabilisée aux alentours de 15 % des licenciés (toutes licences confondues)26.

FFVL : part des hommes et des femmes (toutes licences confondues)

FFVL : part des hommes et des femmes (toutes licences confondues)

Source FFVL.

40Il apparaît aussi, lorsque les statistiques de la FFVL prennent en compte la discipline pratiquée (deltaplane, parapente, cerf-volant ou kite-surf), que la proportion de femmes parmi les parapentistes est sensiblement la même que celle de l’ensemble de la FFVL : autour de 85 % d’hommes et 15 % de femmes. Et lorsque l’on distingue dans l’analyse, la pratique compétitive, les femmes sont moins présentes encore. Leur part oscille alors, de 2000 à 2008 entre 6 % et 8 %.

41Les disciplines pour lesquelles nous disposons de statistiques sexuées montrent que les sports à risque sont des pratiques très majoritairement investies par les hommes. Dans leurs effectifs, les fédérations comptent approximativement une femme pour sept hommes. Ces sports figurent donc parmi les moins féminisés, ceux qui sont « plutôt masculins » (INSEP et MDS, 2002).

5. Les accidents comme indicateurs du risque : vers un modèle probabiliste

5.1. Des accidents au risque

  • 27 Thélot B, Ricard C. Résultats de l’Enquête permanente sur les accidents de la vie courante, année 2 (...)
  • 28 Nous avons systématiquement contacté les fédérations de notre étude par courrier électronique et pa (...)
  • 29 Des journées d’étude sont organisées annuellement depuis 1998 par la commission médicale de la FFP. (...)

42Les pratiques sportives figurent parmi les activités qui engendrent le plus grand nombre d’accidents de la vie courante. L’Enquête Permanente sur les Accidents de la vie Courante27 (EPAC), montre que près du quart de ces accidents a lieu dans le cadre d’activités sportives (22 %). Seuls les « jeux et loisirs » (dans lesquels ont retrouve des activités physiques proches des pratiques sportives) sont plus accidentogènes (38 %). 60 % des accidents de la vie courante sont donc liés aux activités sportives et de loisirs. Ce constat devrait imposer aux institutions sportives une prise en compte rigoureuse de ce problème de santé publique. Cela pourrait passer avant tout par la mise en place d’outils d’étiologie, nécessaires à la prophylaxie. Une étude de la question met vite en évidence les manques en la matière. Toutes les fédérations, même celles qui présentent des risques importants, ne disposent pas de ces informations ni des outils pour les produire. Tout au moins ils étaient mal connus de nos interlocuteurs28. Les statistiques semblent ne pas vraiment faire partie du « métier » des fédérations sportives. Les difficultés d’accès aux statistiques accidentologiques sont parfois d’un autre ordre. Nous avons également été confrontés à des obstacles administratifs ou politiques. Cela concerne notamment les assurances des fédérations. Si des données existent, elles sont difficilement accessibles. La Mutuelle des Sportifs par exemple, qui assure quelques fédérations, refuse de divulguer ce genre d’informations. Notre insistance ne nous a pas permis d’accéder à cette source pourtant déjà mobilisée dans certains travaux (Collard, 1998), lorsqu’existait encore la Mutuelle Nationale des Sports. À l’évidence les accidents constituent un sujet sensible pour les fédérations. Peut-être redoutent-elles l’image qui pourrait être associée à leur pratique et craignent une certaine forme de stigmatisation. Peut-être existe-t-il derrière les accidents des enjeux économiques liés aux questions assurantielles. Plus les sports sont « risqués », plus l’assurance et donc la licence sont chères. Ces deux raisons pourraient concourir à l’opacité des fédérations en matière de statistiques accidentologiques. Mais ce n’est pas le cas de toutes les institutions fédérales. Les fédérations françaises de parachutisme et de vol libre disposent de données accidentologiques assez précises. La FFP dispose d’une commission médicale qui propose un bilan annuel des accidents29. On connaît donc le nombre de décès annuels pour les années 1977 à 2006.

Parachutisme : décès annuels

Parachutisme : décès annuels

Source FFP.

43La représentation graphique montre une baisse du nombre des décès annuels qu’il convient de relativiser compte tenu de la faiblesse des effectifs. Un crash d’avion peut par exemple à lui seul produire plus de décès que la pratique de l’année 2006. Cela étant les progrès matériels (au niveau des voiles principales et voiles de secours, développement de l’utilisation des déclencheurs automatiques) ont « sécurisé » la pratique du parachutisme. Ils concourent vraisemblablement, avec les évolutions réglementaires (utilisation obligatoire des déclencheurs automatiques), à réduire le nombre des accidents mortels. Depuis l’année 2000, la FFP recense également le nombre d’accidents corporels. Ceux-ci, au même titre que les décès sont en baisse depuis 2000.

Parachutisme : accidents corporels annuels

Parachutisme : accidents corporels annuels

Source FFP (2007).

  • 30 Ces données ont été recueillies par la fédération française de parachutisme à partir des Fiches d’I (...)

44Parmi les accidents, en 2000, 79 sont des « accidents graves » tels que les présente Collard (1998) : atteintes de la région céphalique, du tronc, du bassin et du rachis30. Le taux d’accident est donc de l’ordre de 0,5 pour 1000 sauts ou de 7,5 pour 1000 pratiquants (soit 2,6 % des licences annuelles). Moins d’un saut sur 100 000 est mortel.

  • 31 Ces deux fédérations FFP et FFVL présente en leur organisation des membres spécifiquement chargés d (...)

45La FFVL dispose également de statistiques accidentologiques précises31. En 2004, 398 accidents ont été recensés. Il y en a eu 345 en 2006, 428 en 2007 et 401 en 2008. 4 d’entre eux ont conduit à un décès en 2004, 9 en 2006, 10 en 2007 et Il en 2008. Ce mode de caractérisation et d’enregistrement des accidents donne à voir une gravité importante des cas. Près d’un accident sur 2 est un « accident grave » et près d’ 1 sur 45 est mortel. En 2007 il y a eu statistiquement un accident pour 30 parapentistes licenciés à la FFVL et 1 décès pour 1300.

46Mais la limite de ces données fédérales tient au fait qu’elles ne renseignent justement que la pratique fédérée. Si cela ne pose pas véritablement de problème pour le parachutisme dont la pratique se joue très largement dans le cadre de la FFP, ce n’est pas la même chose pour le parapente. Il est nécessaire alors de mobiliser d’autres sources de quantification des accidents qui emprunte d’autres modes de recensement des faits.

  • 32 Tandis que la FFVL annonce 4 décès en 2004, le SNOSM en recense 10. Cela tient peut être simplement (...)
  • 33 Il faut donc comprendre aussi qu’il y a là une limite. Le SNOSM ne recense que les accidents qui on (...)
  • 34 Nous avons réalisé un entretien pour discuter des limites de ces résultats avec Bruno Fleury, respo (...)

47C’est ce que propose le Système National d’Observation de la Sécurité en Montagne (SNOSM) à partir de l’ensemble des interventions de secours en montagne. Cette source permet donc d’avoir une idée assez précise des accidents liés à quelques pratiques auxquelles nous nous intéressons. Celles qui se pratiquent essentiellement en montagne : l’alpinisme, le BASE-jump et le parapente. Cette source présente l’apport majeur de rendre compte de façon plus complète des accidents puisqu’elle ne se borne pas à la pratique fédérale32. On peut ainsi prétendre à une relative exhaustivité pour ce qui concerne les accidents ayant lieu en montagne33. Mais cette source présente des limites évidentes34.

Activités concernées par les secours en montagne (part des interventions)

Activités concernées par les secours en montagne (part des interventions)

Source SNOSM, rapport été 2004.

  • 35 Cette hypothèse peut aussi être formulée compte tenu des résultats présentés par l’enquête INSEP-MJ (...)

48De toute évidence il convient de tempérer ce résultat. Il ne dénombre que les accidents sans le mettre en perspective avec le nombre des pratiquants. Pour ces activités dont l’exercice se déroule massivement de façon informelle, il est extrêmement difficile d’évaluer un volume de pratiquants. On ne peut ramener les accidents à une probabilité statistique d’occurrence. Nous ne pouvons donc pas précisément parler de risque. Cela participe à expliquer le fait que la randonnée pédestre figure comme l’activité qui demande le plus grand nombre d’interventions. Sans revenir sur la difficulté que constitue l’évaluation du nombre d’individus concernés par cette pratique, on peut sans grand risque, postuler qu’elle soit celle qui concerne le plus grand nombre d’adeptes35.

  • 36 Plus précisément ne sont retenus que les décès « traumatiques » c’est à dire ceux dont la cause est (...)

49La seconde faiblesse de ces données tient, en l’état, au fait qu’on ne connaît la raison de l’intervention et par conséquent qu’on ne peut rien dire de l’accident. Peuvent ici être amalgamée des situations pour lesquels aucun accident n’est à déplorer et d’autres concernant un accident grave. Il est possible, pour corriger ce biais, de ne prendre en compte que les accidents les plus graves, ceux qui provoquent un décès36. On peut ainsi rendre les chiffres comparables, tout en cadrant davantage avec l’acception des « sports à risque » qui est adoptée.

Nombre de décès traumatiques (été 2004)

Nombre de décès traumatiques (été 2004)

Source SNOSM, rapporté été 2004.

Répartitions des décès traumatiques par actives (été 2004).

Répartitions des décès traumatiques par actives (été 2004).

Source SNOSM, rapport été 2004.

50Dès lors que l’on considère la gravité des accidents, la part de l’alpinisme ainsi que celle du parapente deviennent plus importantes tandis que l’apport de la randonnée pédestre diminue considérablement. Cela signifie que les interventions provoquées par la randonnée pédestre sont liées à des accidents de moindre gravité que ceux qui se produisent en parapente ou alpinisme. Les disciplines considérées ici comme des sports à risque produisent donc une part importante des décès dans le cadre des sports de montagne. Les conséquences accidentelles en parapente et en alpinisme conduisent environ deux fois plus souvent à un décès traumatique qu’en randonnée pédestre (SNOSM, rapport été 2004). En ce sens, même si nous insistons sur la fragilité de ces statistiques, elles peuvent être lues comme des indicateurs qui confirment et objectivent le caractère « risqué » de ces disciplines. Les adeptes des sports à risque engagent effectivement leur vie dans leur pratique.

5.2. Quand le risque est sexué

  • 37 En randonnée pédestre 10 femmes et 26 hommes sont concernés par les décès traumatiques.
  • 38 En alpinisme, parapente, escalade, canyonisme et randonnée à ski (Source SNOSM, rapport été 2004).
  • 39 Même si l’on peut penser que statistiquement les femmes s’investissent peut-être moins dans leurs p (...)

51Outre le constat de l’extrême gravité des accidents dans ces sports, nous avons pu observer une certaine « sexuation » des accidents. En parapente, pour les 10 décès recensés par le SNOSM (rapport été 2004), les 10 concernent des hommes. En alpinisme seules trois femmes font partie des 26 décès traumatiques. Exception faite de la randonnée pédestre37, les décès traumatiques survenus en montagne lors de l’été 2004 ont touchés 38 hommes et 3 femmes38. Alors même si nous ne pouvons rapporter ces chiffres à l’exacte population des hommes et des femmes pratiquant ces sports, il semble néanmoins qu’il existe une surmortalité masculine. Car, comme nous l’avons vu précédemment, nous pouvons raisonnablement imaginer que le nombre d’hommes engagés dans ces sports n’est pas 13 fois supérieur à celui des femmes. Alors si l’on accepte de considérer que les accidents peuvent être des indicateurs des prises de risque, on peut certainement avancer l’idée d’une plus forte propension des hommes à s’engager dans les prises de risque39.

  • 40 Source : Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière, 2001.
  • 41 Source : Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies, 2003

52Il semble d’ailleurs que cette inclination masculine à prendre des risques ne se manifeste pas uniquement dans le cadre des pratiques sportives. En ce qui concerne les conduites routières, on peut dresser un constat similaire. À nombre de kilomètres équivalent en tant que conducteur, les femmes ont 2,6 fois moins de risque d’être tuées. Elles sont aussi 9,3 fois moins souvent condamnées pour des délits40 (ce qui peut aussi constituer un indicateur de leurs prises de risque), consomment moins de drogues41, et dans un tout autre registre, investissent le plus souvent dans des placements financiers plus sages (Arrondel, Masson et Verger, 2004). Ces quelques cas constituent autant d’exemples étayant l’idée d’une « masculinité » des conduites à risque et par extension, des prises de risque.

53Le cas du parachutisme fait pourtant figure d’exception. Il semble que « le risque d’accident pour une licenciée femme est presque systématiquement depuis plus de dix ans du double de celui d’un licencié homme » (Grosse, 1998, 5). Existe-t-il une spécificité de cette discipline au regard des prises de risque ? La source officielle ne l’explique pas. Cela étant celle-ci ne précise ni la gravité des accidents, ni si ce rapport tient compte du nombre de sauts. Peut-être les hommes sautent-ils plus souvent. Peut-être sont-ils plus souvent impliqués dans les accidents les plus graves. Nous ne pouvons proposer d’autre explication.

54Hormis donc ce dernier point qui fait question, il apparaît de manière récurrente que d’un point de vue statistique les conduites à risque sont largement « masculines ». En ce sens on peut dire qu’elles sont des pratiques sexuées. Mais nous avons déjà insisté sur ce point, il convient de distinguer conduites à risque et prises de risque. Il n’y a pas nécessairement d’intentionnalité dans les premières, tandis que les secondes relèvent d’une entreprise délibérée de confrontation au risque (Peretti-Watel, 2001). Si les statistiques donnent ici à voir une masculinité des conduites à risque, elles ne permettent que la formulation d’hypothèse interprétative pour ce qui relève des prises de risque à proprement parler. Seule la rencontre des pratiquant(e)s peut permettre d’accéder à la subjectivité des engagements. C’est en procédant que l’enquête « Baromètre santé 2000 » (Lagrange 2001) démontre que les hommes s’engagent statistiquement plus que les femmes dans les prises de risque. Cela s’applique à plusieurs « familles » de prises de risque que Peretti-Watel (2003) regroupe dans les catégories « sports extrêmes », « route », et « hors contexte » (Peretti-Watel, 2003, 136). Dans la catégorie des « sports extrêmes », proche de celle à laquelle nous nous intéressons, les « preneurs de risque » sont des hommes presque trois fois sur quatre.

6. Du national au local : présenter des lieux de pratique

  • 42 Nous voulons dire par là que nous n’avons pas observé l’ensemble de la pratique nationale des sport (...)

55Les observations que nous avons réalisées se sont déroulées sur des terrains de pratique particuliers42. Même si nous avons essayé de varier les lieux et les moments afin de limiter le biais que constitue la ponctualité de l’observation, il faut préciser quelles sont les caractéristiques des clubs que nous avons plus longuement investis dans le cadre de cette enquête. Ces clubs regroupent en outre, quelques individus interviewés.

  • 43 Notons que ce club est aussi le plus important de la région Nord-Pas-de-Calais en nombre de pratiqu (...)

56Ces précisions ne peuvent évidemment concerner que les pratiques se déroulant dans un espace et dans un cadre structurel identifié. Cela correspond aux espaces de pratique qui ont été des terrains d’observation. En particulier, nous disposons de données de cadrage pour deux associations avec lesquelles les observations se sont étalées dans le temps. Pour le parapente, il s’agit de l’association dans laquelle est très investi l’un de ceux qui ont été nos « passeurs » (Whyte, 1996) et qui nous a permis de suivre une activité qui se déplace et se fixe au gré des conditions météorologiques43. Pour le parapente donc, le lieu de pratique ne se confond pas avec l’espace du club pour cette discipline « nomade ». C’est au club le plus important de la région – qui est aussi celui dans lequel sont inscrits quelques uns des parapentistes interviewés – que nous nous sommes adressés. Pour le parachutisme les choses ont été plus simples au départ, puisque le lieu de pratique est plus stabilisé et facilement identifiable. Il est en outre géré par une association. C’est celle pour laquelle nous présentons ici des données.

  • 44 Nous pouvons donc penser qu’il s’agit des pratiquants les plus impliqués dans la vie du club. Il es (...)
  • 45 Précisons que nous avons fait le choix de ne retenir ici que les licences annuelles et non les lice (...)

57Pour collecter les informations, nous avons emprunté la voie institutionnelle. C’est aux responsables des associations que nous nous sommes adressés. Pour le parapente, nous avons transmis une fiche de renseignement à nos contacts qui l’ont ensuite faite remplir par les membres de l’association à l’occasion de l’assemblée générale44. Nous avons eu un taux de retour d’environ cinquante pour-cent de l’ensemble des membres de ces clubs. Pour le parachutisme, nous avons eu accès au listing anonymé des adhérents. Pour le parachutisme, les données concernent donc l’ensemble des licenciés45. En revanche nous n’avons pas pu avoir connaissance des professions exercées, cette donnée ne figurant pas parmi celles enregistrées.

58En ce qui concerne la proportion d’hommes et de femmes les données relatives à ces clubs semblent très proches l’une de l’autre ainsi que de celle de la FFVL et de la FFP pour ce qui concerne les détenteurs d’une licence annuelle (autour de 15 % de femmes pour 85 % d’hommes) :

Répartition des parapentistes selon le sexe (valeurs exprimées en pourcentages)

Répartition des parapentistes selon le sexe (valeurs exprimées en pourcentages)

Répartition des parachutistes selon le sexe (valeurs exprimées en pourcentages)

Répartition des parachutistes selon le sexe (valeurs exprimées en pourcentages)

Pour ce qui concerne l’âge des pratiquants, on constate une forte similarité entre la distribution au niveau national et au niveau local pour le parachutisme. Les pratiquants de moins de 16 ans et de plus de 55 ans sont quasiment absents et c’est entre 25 et 45 ans que se concentre la masse des licenciés.

Répartition des parapentistes par âge (valeurs exprimées en pourcentages)

Répartition des parapentistes par âge (valeurs exprimées en pourcentages)

59Les parapentistes de notre échantillon sont en revanche plus âgées que les parapentiste de la FFVL. Les conditions de passation des questionnaires ne sont peut-être pas étrangères à ces résultats. On peut penser également que l’absence d’école d’apprentissage de la pratique du parapente rend l’accès à ce sport plus onéreux encore puisqu’il demande en plus du coût de la formation, celui du voyage vers les lieux où la pratique est plus développée (les Alpes notamment). Cette discipline est moins installée dans les pratiques locales du Nord qu’elle peut l’être dans les régions montagneuses.

Répartition des parachutistes par âge (valeurs exprimées en pourcentages)

Répartition des parachutistes par âge (valeurs exprimées en pourcentages)

60Mais surtout c’est au niveau des catégories socioprofessionnelles des adhérents que la différence est la plus nette. La part des cadres et professions intellectuelles supérieures est quasiment deux fois plus importante que parmi l’ensemble des licenciés de la FFVL.

Distribution par catégories socioprofessionnelles

Distribution par catégories socioprofessionnelles

61Pour rendre compte de cette différence nous avons déjà évoqué le coût de la pratique, plus important encore dans cette région qu’ailleurs. Cela tient peut être aussi au moment de la passation du questionnaire : l’assemblée générale annuelle à laquelle sont peut être plus sensibles les individus disposant d’un capital culturel plus important. Statistiquement, cela concernerait donc davantage les PCS « supérieures ». Quoi qu’il en soit, même si nous devons rester prudent à la lecture de ces chiffres dans la mesure où l’échantillon n’est pas nécessairement représentatif de l’ensemble du club, indéniablement cette association comporte une nette surreprésentation de la catégorie des « cadres et professions intellectuelles supérieures ». Mais nous sommes conscients de la grande fragilité de la production de ces chiffres. Nous ne pouvons donc pas donner à ces informations plus de valeur que celle d’une information partielle ne concernant qu’une part des licenciés de l’association. Cela aurait d’ailleurs pu poser problème si nous avions souhaité construire notre observation sur un critère de représentativité. Mais ce n’est pas l’objet puisque nous le rappelons notre démarche nous a invité à chercher la diversité plutôt que la représentativité. Dans ces conditions, ce « tableau récapitulatif » a pour seul objet de présenter quelques « propriétés sociales » de la population concernée. Cela permet de « situer » quelques uns des pratiquants observés ou rencontrés lors des entretiens. Nous poursuivons ainsi cette caractérisation visant à nous approcher toujours plus des personnes de l’enquête.

62L’étape suivante consiste donc à « rencontrer » ces pratiquants. Puisque les pratiques et lieux de pratiques sont présentés, puisque les pratiquants ont été « statistiquement » décrits, nous en arrivons au cœur de la recherche : celles et ceux que nous avons interviewés et leurs récits.

63Car nous ne pensons pas pouvoir prétendre connaître les individus uniquement à partir de quelques unes de leurs propriétés sociales. Ce serait accepter d’emblée la thèse de la cohérence de l’habitus de classe que nous souhaitons précisément interroger. La connaissance des acteurs ne peut donc se suffire de ce niveau d’analyse. Tout au plus, les informations livrées dans ce chapitre constituent un des éléments mobilisés pour mieux comprendre les modes d’engagements d’individus dans les sports à risque. Elles sont nécessaires mais pas suffisantes. Elles sont propédeutiques à l’analyse approfondie des histoires des sujets.

Notes

1 1 Même si la temporalité des sociologues n’est pas celle des historiens, les premiers rencontrent les mêmes difficultés que les seconds lorsque les institutions sollicitées font peu de cas des archives.

2 Parmi ces activités figurent notamment la catégorie des « sports aériens » qui comprend le parachutisme, le parapente, et la catégorie des « sports de montagne » comme l’alpinisme (Enquête INSEP, Ministère des sports, 2000, p. 72).

3 Au moment de l’enquête, la pratique du BASE-jump est illégale en France et en Suisse, pays dans lesquels résident les interviewés.

4 Ce n’est pas le cas du parachutisme qui se pratique exclusivement dans le cadre fédéral compte tenu des infrastructures nécessaires.

5 L’enquête INSEP, MDS (2000) se réfère à une définition très large de la population des « sportifs » (terme employé à de nombreuses reprises pour désigner les individus « ayant exercé une activité physique ou sportive au moins une fois dans l’année »). Elle participe aussi à accroître la part des « sportifs » en procédant à une relance qui propose un ensemble d’activités physiques parmi lesquelles figure notamment la marche (il n’est alors pas très surprenant que cette activité soit la « pratique physique ou sportive » la plus pratiquée en France). On trouve d’autres critiques de cette enquête dans l’article de Fleuriel et Chevalier (2004).

6 C’est une tendance qui ne concerne pas seulement le parachutisme. L’augmentation du nombre total des licences délivrées par l’ensemble des fédérations sportives en France est majoritairement supportée par l’augmentation du nombre des « autres titres de participation » (Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports (2007), Stat-info, 01-05).

7 Pour de nombreux pratiquants, « le premier saut a aussi été le dernier » (Certaines, FFP contact, n° 62, fevrier mars 2004, p. 6).

8 À titre de comparaison, le nombre de licences délivrées par la Fédération Française de Football (fédération la plus « peuplée ») est passé de 2 150 000 en 2000 à 2 278 000 en 2008 (soit une augmentation de 5,9 %).

9 Cette fédération habilitée en 1974 est née avec le premier essor du deltaplane. Elle s’est ensuite occupée de gérer également le parapente qui a pris de l’ampleur dans les années 1990 au dépend de la discipline « d’origine » (Pociello, 1995, 68). Cette fédération a ensuite intégré le cerf-volant puis le kite-surf. Le parapente représente 71,5 % des pratiques déclarées en 2004, le deltaplane et le cerf-volant concernent chacun 4,3 % des licenciés, et le kite-surf 19,9 % (Source FFVL 2004).

10 Ce n’est qu’une approximation puisque le décompte des licences et des licenciés ainsi que les dénominations ont été plusieurs fois modifiés ces dernières années.

11 Les « volants » sont à la FFVL, les pratiquants de parapente et de deltaplane.

12 Il nous a été rapporté lors d’un entretien téléphonique avec la responsable des statistiques que les activités les plus pratiquées sont largement l’escalade et la randonnée. L’alpinisme arrive ensuite (en 2004).

13 Lors de leur inscription les licenciés de la fédération des CAF doivent préciser les trois pratiques qu’ils pratiquent principalement. Il y a donc un peu plus de 25 000 adhérents du CAF qui inscrivent l’alpinisme parmi les trois disciplines qu’ils pratiquent le plus (en 2004).

14 Les BASE-jumpeurs que nous avons interviewés se connaissaient tous (sans que nous ayons procédés de proche en proche pour les rencontrer).

15 C’est-à-dire essentiellement les licences contractées à l’occasion d’un saut en tandem.

16 Ce qui n’est pas sans rappeler les thèses d’Elias (1994). Un parallèle mériterait d’être discuté, les prises de risque pouvant être considérées comme une forme de violence exercée contre soi.

17 Parmi lesquels on trouve l’alpinisme et les « sports aériens » tels que le parapente, le deltaplane, le parachutisme.

18 Note de lecture : il faut lire « en 2003,2 % des licenciés de la FFP sont des exploitants agricoles ».

19 Plus précisément, nous présentons ici la répartition des actifs dans les différentes PCS car les bornes de cette population (en terme d’âge) correspondent grosso-modo à celles de la population des sports à risque.

20 Note de lecture : il faut lire « en 2003, 2 % des licenciés de la FFP font partie de la PCS exploitants agricoles ».

21 Note de lecture : il faut lire « en 2003,6,2 % des actifs en France font partie de la PCS Artisans, commerçants, chefs d’entreprise ».

22 Comme nous le montrons dans le point suivant, la population du parachutisme en particulier, celle des sports à risque en général, sont des populations largement « masculines ». Cela tempère donc la surreprésentation de ces PCS puisque les hommes sont plus nombreux que les femmes à accéder à ces professions.

23 Sans compter les variations qui peuvent exister au sein même des PCS. Sans entrer dans une discussion de fond sur la pertinence de ces catégories, nous souhaitons au moins émettre des réserves quand à l’idée d’une cohérence des comportements des individus au sein de chaque catégorie (Lahire, 1998).

24 Une formation Progression Accélérée en Chute (P.A.C.), qui tend à devenir la plus répandue en parachutisme dépasse souvent les 1000 euros. C’est une des deux méthodes d’apprentissage de l’activité. L’autre est moins onéreuse à court terme (environ 450 euros) mais impose souvent un apprentissage plus long et coûteux. Le prix des sauts avoisine ensuite les 30 euros.

25 Historiquement cette fédération, comme la plupart de celles qui organisent la pratique des sports à risque, est très faiblement féminisée (Ottogali-Mazzacavalo, 2004).

26 Cela contraste donc avec la forte évolution de la part des femmes de cette fédération depuis la fin des années 70. À l’époque la FFVL comptait à peine plus de 7 % de femmes (Louveau, 1986, annexe 2.27). Nous ne disposons malheureusement pas de statistiques présentant la répartition hommes/femmes entre 1981 et 2000. Il nous est donc impossible de savoir quand s’est stabilisée la part des femmes parmi les licenciés de la FFVL.

27 Thélot B, Ricard C. Résultats de l’Enquête permanente sur les accidents de la vie courante, année 2004. Réseau Epac. Institut de veille sanitaire, juillet 2006.

28 Nous avons systématiquement contacté les fédérations de notre étude par courrier électronique et par téléphone.

29 Des journées d’étude sont organisées annuellement depuis 1998 par la commission médicale de la FFP. Elles s’intéressent à l’accidentologie de l’activité.

30 Ces données ont été recueillies par la fédération française de parachutisme à partir des Fiches d’Information Rapide (FIR).

31 Ces deux fédérations FFP et FFVL présente en leur organisation des membres spécifiquement chargés des statistiques parmi lesquelles figures les données accidentolgiques.

32 Tandis que la FFVL annonce 4 décès en 2004, le SNOSM en recense 10. Cela tient peut être simplement au fait que la fédération ne tient compte que des accidents des licenciés alors que le SNOSM comptabilise tous les accidents de parapente. Ce constat peut nous laisser penser que la pratique « sauvage » est importante puisqu’elle concerne plus de la moitié des décès dans ce sport.

33 Il faut donc comprendre aussi qu’il y a là une limite. Le SNOSM ne recense que les accidents qui ont lieu en montagne. Or tous les sports étudiés ne se déroulent pas seulement sur ces terrains. C’est uniquement le cas de l’alpinisme. Le parapente ou le BASE-jump peuvent être pratiqués hors des espaces montagneux. C’est donc pour l’alpinisme que les données sont les plus intéressantes. Cela étant les données relatives au parapente peuvent aussi être considérées puisque cette discipline se déroule largement en montagne.

34 Nous avons réalisé un entretien pour discuter des limites de ces résultats avec Bruno Fleury, responsable du SNOSM et co-auteur avec Brice Lefevre de ces rapports (Ministère de la Jeunesse et des Sports, Système national d’observation de la sécurité en montagne).

35 Cette hypothèse peut aussi être formulée compte tenu des résultats présentés par l’enquête INSEP-MJS. La marche se révèle être nettement l’activité physique ou sportive la plus répandue en France.

36 Plus précisément ne sont retenus que les décès « traumatiques » c’est à dire ceux dont la cause est directement liée à la pratique (SNOSM, Rapport 2004, 46).

37 En randonnée pédestre 10 femmes et 26 hommes sont concernés par les décès traumatiques.

38 En alpinisme, parapente, escalade, canyonisme et randonnée à ski (Source SNOSM, rapport été 2004).

39 Même si l’on peut penser que statistiquement les femmes s’investissent peut-être moins dans leurs pratiques sportives comme dans leurs pratiques de loisirs en général dans la mesure où elles sont plus souvent que les hommes confrontées au problème de la « concurrence des tâches domestiques et familiales ». Dès lors si elles pratiquent moins, il n’est pas surprenant qu’elles aient aussi moins d’accidents.

40 Source : Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière, 2001.

41 Source : Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies, 2003

42 Nous voulons dire par là que nous n’avons pas observé l’ensemble de la pratique nationale des sports retenus.

43 Notons que ce club est aussi le plus important de la région Nord-Pas-de-Calais en nombre de pratiquants.

44 Nous pouvons donc penser qu’il s’agit des pratiquants les plus impliqués dans la vie du club. Il est vraisemblable qu’ils soient aussi les plus actifs.

45 Précisons que nous avons fait le choix de ne retenir ici que les licences annuelles et non les licences journalières contractées à l’occasion d’un saut en tandem.

Table des illustrations

Titre Parachutisme : évolution du nombre de licences
Crédits Source FFP.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Parachutisme : évolution du nombre de sauts annuels
Légende Source FFP.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre FFVL : évolution du nombre de licences (toutes licences confondues)
Crédits Source FFVL.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre FFVL : évolution des licences par pratique
Légende Source FFVL11.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre FFP : répartition des licences par âge (2000)
Crédits Source FFP (2000).
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre FFVL : répartition des licenciés "volant" et "élèves" par âge (2002)
Crédits Source FFVL (2002).
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Parachutisme : part des hommes et des femmes (toutes licences confondues)
Crédits Source FFP.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Parachutisme : part des hommes et des femmes (licences "loisir")
Crédits Source FFP.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Parachutisme : part des hommes et des femmes (licences "annuelles")
Légende Source FFP.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre FFVL : part des hommes et des femmes (toutes licences confondues)
Crédits Source FFVL.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Parachutisme : décès annuels
Crédits Source FFP.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Parachutisme : accidents corporels annuels
Légende Source FFP (2007).
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Activités concernées par les secours en montagne (part des interventions)
Crédits Source SNOSM, rapport été 2004.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Nombre de décès traumatiques (été 2004)
Légende Source SNOSM, rapporté été 2004.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Répartitions des décès traumatiques par actives (été 2004).
Légende Source SNOSM, rapport été 2004.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Répartition des parapentistes selon le sexe (valeurs exprimées en pourcentages)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Répartition des parachutistes selon le sexe (valeurs exprimées en pourcentages)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Répartition des parapentistes par âge (valeurs exprimées en pourcentages)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Répartition des parachutistes par âge (valeurs exprimées en pourcentages)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Distribution par catégories socioprofessionnelles
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/8111/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.