Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Première partie. Le risque, l’engagement, les rapports sociaux de sexe

Du livre au terrain. Construire les outils de la recherche

Texte intégral

1Les sports sont des pratiques de loisir. Ils sont librement choisis et pratiqués. En ce sens l’investissement sportif semble surtout renvoyer à la question des goûts ainsi qu’à celle des choix. C’est dans une perspective ouverte que nous appréhendons la question. C’est-à-dire que celle-ci emprunte d’abord à la perspective « dispositionnaliste ». Par là nous entendons considérer la dimension historique (au sens de biographique) de l’engagement en prenant en compte « le passé incorporé des acteurs individuels » (Lahire, 2002, 10). Mais l’adoption d’une sensibilité « ouverte » ne saurait, par définition, se suffire de cette seule orientation théorique. Surtout lorsque l’on porte attention au fait que les parcours peuvent être de plus en plus complexes et que « l’étude des trajectoires et des expériences individuelles se révèle plus hésitante. Les frontières entre les groupes sociaux, sans nullement disparaître, s’estompent et surtout les parcours deviennent de plus en plus flous » (Martuccelli, 2002,22). Ces conditions sociales de production complexe des parcours invitent ainsi à porter une attention particulière à la pluralité des influences rencontrées et à les situer dans un contexte d’apparition. L’engagement est ainsi placé dans un système de détermination où se rencontrent l’individu, son histoire incorporée et un contexte particulier. Il s’agit donc d’essayer de comprendre comment ces différentes influences sociales se combinent pour produire un engagement original.

2Car les sports dont il s’agit ne sont pas anodins. D’abord parce qu’ils engagent la vie des pratiquants. Ensuite parce qu’ils sont des territoires « masculins ». Bien qu’a priori ils ne mobilisent pas les ressources les plus classiquement associées à la virilité, la part des femmes y est mince. De fait, les sports à risque sont des sports d’hommes. Lorsque l’on s’intéresse aux modes d’engagement d’hommes et de femmes dans ces pratiques, et que l’on accorde une place centrale à la socialisation, ce constat est fondamental. Car la socialisation est un processus sexué différencié et de différenciation (Duru-Bellat et Jarlégan, 2001,80). Comme nous l’avons montré, elle serait même pour l’auteur de « l’homme pluriel » (Lahire, 1998), le domaine de la socialisation le plus susceptible de correspondre au modèle cohérent de l’habitus.

3Tout ceci renvoie inévitablement à la problématique des rapports sociaux de sexe, car ceux-ci peuvent à la fois être structurés et structurants pour les parcours et engagements. Ils produisent ainsi des catégories sociales sexuées et des individus qui s’y inscrivent ; s’y conforment ; les réforment. Car ces rapports sociaux ne sont ni immuables, ni intangibles, ni « naturels ». Dans cette perspective, le rapport au risque peut tout à la fois être construit par les rapports sociaux de sexe et contribuer à leur production. Il s’agit donc de saisir, à partir du cas des sports à risque, comment le risque et les sports à risque influencent la construction des rapports sociaux de sexe et comment ceux-ci participent à l’incorporation d’un « goût du risque ». Cette sensibilité n’est pas sans incidence sur la façon de construire et de conduire l’enquête.

1. La construction de l’outil comme traduction d’une orientation méthodologique : quelques remarques liminaires

4La qualité d’une recherche scientifique repose incontestablement sur la qualité du travail empirique. C’est ce que rappelle Berthelot lorsqu’il écrit de la sociologie que « comme toute autre discipline “scientifique” », elle doit « justifier ses énoncés, apporter la preuve de ses théories » (2000,317). Quelles que puissent être les discussions relatives aux questions de l’administration de la preuve en sociologie, aussi ardentes puissent être les controverses ou les divergences, la référence à l’empirie comme passage obligé fait consensus : « quelles que soient leurs différences par ailleurs, ces auteurs ont en commun de poser l’exigence du principe de la preuve en sociologie et de le définir comme une confrontation réglée avec l’empirie » (ibid., 320). Mais si cette impérieuse nécessité du recours à l’empirie est reconnue par delà les clivages, c’est probablement aussi puisque les façons de se « frotter au terrain » peuvent prendre des formes très diverses. Comme il existe différentes théories sociologiques, il existe différentes traductions empiriques. Les unes ne vont d’ailleurs pas sans les autres. Car on peut penser, à l’instar de Bachelard, que « les instruments ne sont que des théories matérialisées » (1968). Les outils sont en tout cas nécessaires. Car l’appréhension du « réel » ne se fait jamais sans leur médiation, il « n’est jamais donné directement à voir ou à saisir. Il est appréhendé à travers de multiples médiations » (Berthelot, 2000, 84). Au même titre que les données, les outils doivent donc être précisément présentés, et même analysés, puisque la production des premières dépend des seconds.

5L’élaboration du pôle empirique est une construction complexe qui doit essayer de faire le lien entre le livre et le terrain. Elle doit donc à la fois répondre aux contraintes théoriques et pratiques. Elle doit tout à la fois être à la mesure des ambitions annoncées par l’objet et les questions qu’il pose et mesurée au regard des contraintes qui s’imposent au chercheur. Elle n’est donc en ce sens jamais très éloignée du travail d’« artisan intellectuel » (Mills, 1968, 233) recourant à son « imagination sociologique » (ibid.). Car la méthode n’a pas de sens indépendamment de l’apport heuristique qu’elle doit fournir. Sa légitimité repose sur la pertinence des façons de faire au regard des questions posées : « c’est le problème qui dicte les méthodes de son investigation » (Trow, 1957, 33). Cette prise de position rend en partie caduques quelques oppositions classiques comme celle entre qualitativisme et quantitativisme par exemple, lorsque ces options méthodologiques deviennent des « clochers » auxquels se rattacher. L’une et l’autre ont du sens, à condition qu’elles soient les plus propices à renseigner l’objet étudié. Elles sont même souvent complémentaires, non pas comme des étapes différentes de la recherche, le qualitatif dévolu à l’exploratoire et le quantitatif à la validation, mais comme des moyens de produire des données susceptibles d’enrichir le travail d’enquête. C’est ce que prônent Glaser et Strauss, dont l’ambition revendiquée se pose pourtant comme un plaidoyer en faveur des méthodes qualitatives : « dans de nombreuses circonstances, les deux formes de données sont nécessaires – et pas seulement le quantitatif pour tester le qualitatif, mais plutôt utilisées comme suppléments, comme vérification mutuelle et, le plus important pour nous, comme différentes formes de données sur le même sujet, qui étant comparées, pourrons chacune générer de la théorie » (1967,18). Nous avons donc essayé de ne pas négliger la richesse des apports de méthodes pouvant être complémentaires.

6Mais parmi les questions que pose toujours la construction de l’étape empirique, nous aurions pu commencer par interroger le statut même des données. Car les usages que l’on peut en faire sont multiples. On peut notamment distinguer deux façons majeures d’utiliser les informations fournies par le terrain. Ces deux orientations correspondent d’ailleurs à deux grandes démarches de la méthode scientifique. Les faits peuvent constituer en premier lieu, une mise à l’épreuve de théories formatées a priori. Il s’agit alors de tester une construction théorique. Cette démarche est le plus souvent appelée hypothético-déductive puisqu’elle procède à partir d’une explication raisonnable du réel, construite de façon théorique (une hypothèse), confrontée ensuite au « réel » (médié par les outils de recueil des données). Cette démarche représente un modèle canonique dans les sciences dites « expérimentales » (sciences dans lesquelles le critère de reproductibilité de l’événement est particulièrement important). Mais les faits peuvent également constituer la base de l’enquête. Ils ne sont pas nécessairement subordonnés à la théorie. Ils peuvent même en être le fondement. L’empirie n’a plus pour seule fonction de valider les théories, elle est plutôt ce sur quoi le chercheur se repose pour élaborer les théories. On parle ici d’une méthode inductive puisque les théories émergent des faits. C’est dans cette perspective que s’inscrivent notamment les travaux de Glaser et Strauss (1967) et en particulier cette méthode qu’ils appellent grounded theory. C’est de cette orientation méthodologique que se revendique la présente enquête.

  • 1 Précisons néanmoins que procéder ainsi ne nous garde pas nécessairement d’une lecture biaisées des (...)

7Ce choix tient à une position ontologique, mais pas seulement. Il constitue un moyen de contrarier le risque de ne plus voir que ce que l’on voudrait voir, que ce soit de l’ordre de la validation ou de la falsification1. Nous pensons qui plus est, que ce ne doit pas être le regard qui crée l’objet mais l’objet qui oriente le regard. D’autant que la démarche inductive ne se réduit pas à la stricte prise en compte des « datas » comme les appellent Glaser et Strauss (1967). Il ne s’agit pas non plus d’une forme d’« empirisme abstrait » tel que le présente Mills (1968). Elle consiste au contraire à jouer le jeu des « allers-retours » entre la théorie et les données. Ces deux dimensions s’enrichissent mutuellement lorsqu’elles sont confrontées tout au long du processus de recherche. Il n’est pas question d’accéder au terrain sans rien en connaître. Tout au moins le sociologue se pose des questions. La plupart du temps même, il porte quelques hypothèses que l’on retrouve souvent dans la construction des outils de recueil des données comme dans une grille d’entretien par exemple. Cette enquête ne fait pas exception. Interroger ici les pratiques de sports à risque repose sur la construction préalable d’une catégorisation de ces disciplines. Rencontrer et questionner les individus ne se fait pas non plus sans avoir retenus quelques axes de questionnement. Le simple choix des thèmes abordés porte déjà quelques présupposés théoriques. Alors ce positionnement doit être compris comme celui d’une démarche inductive mais orientée. Nous insistons surtout sur ce désir de ne pas nier a priori le potentiel explicatif de l’une ou l’autre façon d’appréhender le social. Nous ne souhaitions pas nous inscrire par avance dans un « schème d’intelligibilité » (Berthelot, 1990) choisi a priori. Nous avons opté pour une mise à l’épreuve des faits par les théories plutôt qu’une mise à l’épreuve d’une théorie par les faits.

8Mais outre une certaine sensibilité scientifique, ce choix méthodologique est surtout guidé par l’objet du travail. L’enquête concerne des pratiques originales qui pourraient, de ce fait, ne pas s’inscrire dans les tendances les plus lourdes en matière d’engagement ou de rapports sociaux de sexe. Nous avons donc préféré aborder le terrain armé seulement d’une problématique au sens où l’entendent Demazière et Dubar, c’est à dire une « perspective sociologique générale, un “champ de problèmes”, un ensemble de questions et de réponses possibles et ouvertes, une sensibilité théorique, sans laquelle on risque tout simplement de “ne rien voir”, de ne rien recueillir qui soit “théorisable” » (Demazière et Dubar, 1992, 51), car cela permet d’envisager la théorisation autrement que dans une unique logique de validation – falsification. Les apports théoriques préalablement discutés fonctionnent alors comme des amers : ils sont des points de repères qui aident à fixer la direction. En d’autres termes, elles sont le terreau dans lequel le travail doit pousser. Dans l’idéal elles cadrent l’enquête sans le contraindre, ouvrent des perspectives sans en obstruer, alimentent l’« imagination sociologique » (Mills, 1968). Cela signifie aussi qu’elles ne doivent pas restreindre ensuite les latitudes interprétatives. Des notions ou concepts peuvent ainsi apparaître lors de l’analyse des résultats sans avoir nécessairement fondés l’enquête.

9Cette dynamique inductive s’inscrit enfin dans la volonté d’arrimer l’enquête sociologique à des énigmes ou des questions sociales, plutôt que d’en puiser la genèse dans les théories déjà existantes. Cette posture n’est pas sans incidence sur le choix des méthodes employées.

2. Le choix des méthodes : l’outil au service des questions

10L’intrigue de cet ouvrage repose sur le caractère a priori incongru d’engagement d’hommes et de femmes dans des pratiques de loisirs mettant en jeu leurs existences. L’engagement s’entend à la fois comme l’accès ou l’entrée dans la pratique sportive concernée et comme façon de s’adonner à ces disciplines. Ces questions ont dicté les choix méthodologiques.

11Pour plusieurs raisons, le recours à l’entretien s’est imposé. D’abord parce que cela permet une certaine souplesse, laissant ainsi aux acteurs une grande liberté de réponse permettant d’accéder à leurs « mondes vécus » (Dubar, 2007, 37). Nous pouvons considérer même cette technique « s’impose chaque fois qu’on ne veut pas décider a priori du système de cohérence interne des informations recherchées » (Blanchet et Gotman, 1992, 40). La mise en perspective de dynamiques biographiques et de conditions contextuelles, relevant du vécu des sujets, de « faits expérienciés » (ibid., 27), constitue une seconde raison du recours à l’entretien. C’est ici précisément le champ de question qui impose ses outils. L’entretien permet de mettre en évidence à la fois les conditions de production et d’activation des dispositions, en positionnant les discours dans une situation d’enquête « contrôlée ». Pour faillibles que soient les informations factuelles ainsi recueillies, l’entretien approfondi permet de les inscrire dans le vécu et d’accéder ce faisant, à la subjectivité des expériences. En outre, le langage, constitue une forme de mise en mot du social et donc un moyen privilégié d’y accéder. Cela ne règle pas le hiatus qu’il faut jauger entre les faits relatés et les faits tels qu’ils se sont « exactement » passés, cela étant le problème est en partie évacué lorsque l’enjeu consiste certes à renseigner les parcours comme une série d’événements, mais surtout à accéder à la logique subjective des parcours. Cela rend caduques une partie des remarques, par ailleurs légitimes, adressées aux techniques d’entretiens biographiques (Bourdieu, 1986). Cela renvoie finalement au statut que l’on accorde au langage, à la nature des informations recherchées et aux modalités pratiques de questionnement, c’est à dire à l’entretien en train de se faire. Dans cette enquête nous ne considérons ni le langage comme une abstraction, un artefact qu’il faut systématiquement déjouer, ni comme une donnée suffisante pour accéder à ce qui s’est passé « au juste » (Demazière, 2007,88). Dans un processus de co-construction des discours, nous pensons pouvoir saisir des éléments factuels situés permettant de reconstruire les parcours dans leurs dimensions objective et subjective, en d’autre termes d’accéder par des méthodes ajustées d’analyse des matériaux, aux « univers de vie » et aux « univers de sens » (Schwartz, 1999).

12Cette technique de l’entretien se prête également tout à fait au recueil de données relatives aux pratiques et représentations, nécessaire pour renseigner les modalités de l’engagement, notamment dans les prises de risque et pour ce qui relève des rapports sociaux de sexe. De la même manière que pour les parcours, la mise en récit des façons de faire mérite une attention particulière. Une certaine méfiance même, car les discours relèvent de la construction plutôt que d’une exacte restitution. Surtout, les faits échappent parfois à la conscience des acteurs. Ils sont aussi parfois difficilement verbalisables. Mais le recours à l’entretien est nécessaire « pour saisir des phénomènes tels que les attitudes, les opinions, les préférences, les représentations, etc., qui ne sont pratiquement accessibles que par le langage » (Ghiglione et Matalon, 1968, 16). Ils constituent également un moyen d’accéder à une connaissance des interactions entre les acteurs : « elle [l’enquête] permet d’observer des relations entre les individus, et d’obtenir des informations plus riches sur chacun » (ibid., 19). Bref l’entretien est doublement pertinent au regard des questions ici posées puisqu’il peut être utilisé dans le cadres des « études d’actions passées (approche biographique, constitution d’archives orales, analyse rétrospective de l’action, etc.) » (Blanchet, Ghiglione, Massonat et Trognon, 1987, 85), et dans le cadre des recherches portant sur les « représentations sociales (système de valeurs et de normes, savoirs sociaux, représentations d’objet, etc.) » (ibid., 85).

13Mais nous l’avons évoqué, la valeur des matériaux recueillis dépend largement de la façon dont se joue la situation de l’entretien, « c’est par les manières dont les entretiens sont conduits par le chercheur et dans les caractéristiques subséquentes de la relation d’enquête que se stabilisent les statuts du discours et de l’interviewé. Le discours ainsi collecté apparaît alors particulièrement dépendant de ses conditions de production. Il ne peut être dissocié du contexte de l’énonciation » (Demazière, 2007,94). Nous reviendrons sur la façon de mener cette situation particulière. Précisons d’abord le type d’entretien que nous allons pratiquer. Car cette technique d’enquête peut se décliner de diverses façons. Kaufmann parle d’une « multiplicité des méthodologies d’entretien » (1996, 14). La directivité de l’outil constitue la première dimension discriminante (Demazière, 2007). Une forte directivité de l’interviewer dans l’entretien produit des échanges plus standardisés qui présentent l’avantage de pouvoir être comparés plus facilement. D’une certaine manière, et paradoxalement, ils neutralisent l’influence de l’interviewer en la stabilisant. L’entretien directif est donc intéressant lorsque le sociologue cherche par exemple à contrôler des hypothèses ou même des thèses déjà avancées (Ghiglione et Matalon, 1968, 77). En revanche, si cette méthode apporte un certain « formatage » des matériaux, elle contraint la profondeur des discours (Kaufmann, 1996, 17). Elle présente ainsi l’inconvénient, majeur pour cette enquête, de restreindre l’autonomie de l’interviewé et d’imposer la dynamique discursive ainsi que les cadres de pensée : « la question ouverte est plus appropriée quand l’objectif de la recherche n’est pas seulement de découvrir des attitudes ou attributs du répondant, mais aussi d’apprendre quelque chose... sur la structure de base sur laquelle il a formé son opinion, le cadre de référence à l’intérieur duquel il répond à la question » (Cannel et Kahn, 1957). Notre posture d’inspiration inductive et sa dimension compréhensive invitent plutôt à favoriser une certaine liberté dans les échanges pour accéder aux expériences et significations subjectives des histoires et des pratiques. Pour autant nous n’optons pas ici pour le modèle « canonique » de l’entretien « non-directif ». Les réponses produites à partir d’un cadre trop fluctuant peuvent devenir extrêmement difficiles à mettre en perspective. La position adoptée est intermédiaire. Et plutôt qu’une technique nettement identifiée, qui peut brider le travail d’« artisan intellectuel » (Mills, 1968) nous préférons proposer une façon de faire qui emprunte parfois au « modèle » de l’entretien non-directif et parfois à celui de l’entretien semi-directif. Car les frontières entre les différentes applications de cette technique (entretien directif, semi-directif, non-directif) sont parfois difficiles à identifier. Il s’agit certainement plutôt d’un continuum de directivité dont les limites ne sont pas toujours évidentes. C’est cette orientation que propose Juan lorsqu’il écrit que « le plus souvent le chercheur commence des entretiens guidés par une phase non directive ou prend une attitude non directive avant d’aborder un nouveau thème d’entretien guidé. De sorte que la consigne donne le signal du commencement de l’entretien ou du passage à un nouveau thème. Cette consigne doit être très générale : couvrir un champ sémantique très large pour ouvrir la voie au maximum d’associations d’idées, tout en relevant du domaine de la recherche » (1999, 113). En l’occurrence, nous laissons d’abord, sur la base des thèmes abordés une grande liberté de réponse à l’interviewé. La directivité peut ensuite être plus forte lorsque les interviewés n’abordent pas spontanément les thèmes que nous souhaitions renseigner. Avec l’avancée de la recherche les entretiens peuvent également devenir plus directifs, puisque fidèles à cette logique de la grounded theory (Glaser et Strauss, 1968), nous éprouvons au fil de la recherche les données qui émergent du terrain. Les entretiens remplissent à la fois une fonction d’exploration, d’approfondissement et de vérification. Les entretiens non-directifs et semi-directifs peuvent répondre à cette exigence (Ghiglione et Matalon, 1978). C’est donc dans ces deux traductions de la technique de l’entretien que nous avons puisé. Et c’est aussi là que se situent les entretiens dits de type « récits de vie » aussi appelés « histoires de vie ». Au regard de nos interrogations, ce type d’entretien est particulièrement opportun puisqu’il permet notamment de reconstruire les parcours, de mettre en relief quelques moments, ou événements subjectivement ou objectivement signifiants : « à mi chemin entre l’entretien non-directif et l’entretien guidé, on trouve l’entretien biographique encore appelé histoire de vie. Il ne s’agit pas d’une autobiographie mais d’une technique utilisée par le chercheur pour traiter de son objet : une partie de la vie pouvant être courte ou longue d’un ou plusieurs individus. Lorsque l’extension temporelle du récit est importante, on nomme cette procédure “entretien biographique”. Les récits de vie consistent à faire émerger les événements dont la trame est constitutive d’une existence, ou d’une partie d’existence, singulière » (Juan, 1999, 118). Nous avons donc opté pour la méthode des « récits de vie » puisque celle-ci constitue « une description approchée de l’histoire réellement (objectivement et subjectivement) vécue » (Bertaux, 1997, 6). Elle permet de « saisir les logiques d’action dans leur développement biographique, et les configurations des rapports sociaux dans leur développement historique » (ibid., 8). Confronté à la question des parcours et des façons de faire, des déterminants de la socialisation ou des rapports sociaux de sexe, cette méthode s’est imposée. Mais bien qu’appropriée, elle n’est pas dénuée de faiblesses. Nous l’avons déjà mentionné, les discours constituent des données fragiles lorsqu’il s’agit de rendre compte des faits. Les récits ne proposent pas une restitution « exacte » d’événements mais reposent sur les souvenirs – nécessairement imparfaits –, la sélection d’éléments – ce qui signifie aussi l’abandon d’autres –, tout ceci étant non seulement restitué, mais reconstruit au prisme de la subjectivité liée au vécu et à l’acte consistant à raconter. Il s’agit donc d’une forme de production originale. Ainsi comme peuvent le constater Demazière et Dubar : « dans la plupart des entretiens recueillis au cours de cette recherche, la fille ou le garçon ne se contente pas de “raconter sa vie”, elle (ou il) “construit un récit” » (1992, 90). Les récits de vie sont aussi souvent pour les acteurs un moyen de légitimer leurs conduites, de leurs donner du sens : « les narrateurs ne racontent pas leur vie, mais il mettent en scène, de manière à convaincre, le sens de leurs parcours » (Théry, 1994, 242). Il y a là une critique majeure adressée par Bourdieu à ce qui relève pour lui de « l’illusion biographique » (1986). Nous tentons toujours de ne pas négliger cela pour procéder « en bon méthodologue [c’est à dire] prendre ce matériau pour ce qu’il est : un discours et des énoncés d’acteurs situés socialement dont il faudra faire aussi la sociologie » (Mendras et Oberti, 2000, 133). Par ailleurs, les acteurs ne sont pas nécessairement complètement conscients de ce qui oriente leurs conduites ni même parfois de leurs comportements. C’est probablement particulièrement le cas en ce qui concerne les rapports sociaux de sexe. On peut penser que les façons de faire en ce domaine relèvent d’une telle intériorisation des comportements qu’elles échappent, au moins en partie, à la connaissance subjective des acteurs et par conséquent à la possibilité de les verbaliser : « ce qui “va de soi” n’est jamais exprimé et c’est pourtant l’essentiel de toutes les sociétés » (ibid., 19). Il convient alors d’emprunter d’autres techniques d’enquête pour récolter ces autres informations. Cela revient d’ailleurs à rappeler que les outils doivent bien être au service de l’objet.

14C’est l’observation qui apparaît être la plus indiquée car entretiens et observations se complètent : « les uns et les autres sont complémentaires : une observation sans entretien risque de rester aveugle aux points de vue indigènes ; un entretien sans observation risque de rester prisonnier d’un discours décontextualisé » (Beaud et Weber, 1998, 138). L’observation permet de « contrôler » les discours des acteurs en les confrontant à l’activité in-situ. C’est aussi une technique qui permet d’être mieux armé dans la situation de l’entretien. Car l’observation est « un moyen de résister aux constructions discursives des acteurs sur leurs pratiques pour s’assurer de la réalité de ces pratiques » (Arborio et Fournier 1999, 6). Cela ne signifie pas que les acteurs s’inscrivent nécessairement dans des logiques de dissimulation ni même qu’ils travestissent leur vécu, mais que les observations menées offrent autant d’informations qui sont des ressources pour l’intervieweur. Elles permettent notamment de ramener les échanges au niveau des pratiques effectives et par là de rendre les récits plus « concrets », de leur donner plus de corps et de consistance. Les observations ne présentent donc pas seulement l’intérêt de saisir « en direct » les comportements des acteurs, sans avoir recours à ce média que constitue l’individu faisant appel à une mémoire traduite dans le jeu de l’interaction avec celui qui interroge. Cette méthode se prête particulièrement à « l’étude des modalités effectives de l’accomplissement des actes par les personnes, et celle du système complet d’interactions entre toutes les catégories d’agents impliqués dans son fonctionnement » (Peretz, 1998,22). En ce sens elle est particulièrement intéressante pour saisir directement les conduites des pratiquants : leurs prises de risque et ce qui traduit les rapports sociaux de sexe. Car l’observation est propice aux travaux portant sur les relations d’interactions sociales ou les représentations des acteurs : « les observations sociologiques portent sur les comportements des acteurs en tant qu’ils manifestent des systèmes de relations sociales ainsi que sur les fondements culturels et idéologiques qui les sous-tendent » (Quivy et Van Campenhoudt, 1995, 199). Cela constitue même un outil incontournable pour accéder à ce qui n’est ni toujours conscient, ni même nécessairement perçu, ni donc de l’ordre du verbalisable.

  • 2 Concernant les termes employés dans les travaux de sociologie ou d’ethnologie, il convient de préci (...)
  • 3 C’est particulièrement le cas pour la pratique du parapente et du parachutisme. C’est moins vrai po (...)

15Comme pour les entretiens, il convient de préciser davantage la méthode. Ce qui distingue les techniques d’observations concerne avant tout l’implication du chercheur dans la situation. Quelle que soit la position qu’il adopte, celui qui souhaite observer l’activité sociale d’individus perturbe la situation. La position présentée comme « idéale » du sociologue ou de l’ethnologue « invisible » est illusoire. Nous ne pensons pas d’ailleurs qu’elle soit souhaitable. Il est donc important de déterminer la place du chercheur dans la situation observée, objectiver sa position pour la mesurer et ainsi, dans l’analyse, la neutraliser. Une première façon de faire consiste à s’introduire dans le monde que l’on souhaite observer et à participer activement à la situation. On parle alors d’une « observation participante ». C’est l’option suivie par Wacquant (1995), qui s’engage dans un club de boxe et participe à la vie d’un quartier de Chicago, comme l’avait déjà fait avant lui Whyte (1943) dans un quartier populaire de Boston ou Bourgois (1992) dans le quartier New-yorkais d’Harlem. Très séduisante, cette façon de faire « ethnographique », pose pour cette enquête un problème important. Elle exigerait un engagement dans la pratique de plusieurs sports à risque. Pour ces pratiques dans lesquelles la dimension technique nécessite des apprentissages relativement lents, il était difficile d’imaginer pouvoir investir plusieurs de ces sports. Mais si la méthode de l’observation participante, n’a pas été exactement employée, ce n’est pas simplement par défaut. C’est plutôt parce que l’« observation ethnographique » telle que la présentent Mendras et Oberti2 (2000, 19) constitue un outil pertinent. Il n’existe dans le cas de cette enquête, qu’une faible déperdition d’information par rapport à la technique de l’observation participante. Le chercheur accède à ce qui se passe juste avant et juste après. Il ne manque que le « pendant », moment durant lequel les interactions sociales sont très limitées, parfois même inexistantes3. L’observateur se situe alors un peu en retrait. Il ne participe pas directement à l’action qu’il observe. Cette position permet en outre, de poser un regard « extérieur » sur la pratique et de limiter les interactions directes avec les situations observées. Cela ne signifie pas que la « perturbation » (Schwartz, 1990, 48) est inexistante mais qu’elle est limitée et plus aisément contrôlable parce que plus nettement identifiée. Cela ne règle pas pour autant le « paradoxe de l’observation » (Blanchet, Ghiglione, Massonat et Trognon, 1987, 3) : vouloir saisir les pratiques dans leur « cadre normal » tout en sachant que l’observateur influence la situation par sa simple présence. Qui plus est, lorsque l’observation se déroule dans des mondes sociaux extrêmement restreints, dans lesquels l’interconnaissance est très forte, et que l’on souhaite inscrire les observations dans la durée, les caractéristiques du terrain étudié rendent tout à fait inenvisageable l’observation « clandestine ».

  • 4 On peut discuter ce terme d’« informateur » (Demazière, 2007). Il s’agit ici d’un individu rencontr (...)

16Il faut donc procéder « à découvert » (Peretz, 1998, 63), c’est-à-dire que l’accès au terrain se fait soit directement, soit accompagné d’un « informateur »4. Nous n’avons jamais caché jamais les raisons de notre présence. Ce statut d’observateur permet de prendre des notes en direct, réduisant ainsi le biais induit par la nécessité de devoir mémoriser les informations. Cela permet la mise en place d’une observation plus « systématique ». Ce statut particulier, permet également parfois d’accéder à des informations livrées plus facilement à celui qui est un « extérieur » (Junker, 1960). Notamment lorsque sont questionnées des pratiques illégitimes ; proscrites formellement – par le règlement – (les prises de risque), mais surtout celles qui le sont de façon plus informelles. Car l’efficacité de ces normes plus locales, repose sur des modes de contrôle social moins formalisés. Cela signifie qu’ils sont aussi plus diffus, c’est-à-dire partagés entre les différents membres du groupe, qui deviennent tous, de ce fait, de potentiels juges. Ce n’est pas le cas pour celui qui n’est que de passage ; celui qui n’est pas un insider. Cette façon d’investir le terrain a pris alors tout son sens. Car il convient de le rappeler, dans les méthodes que nous avons employées, l’instrument de recueil des données est aussi un individu inscrit dans une relation sociale.

17Mais la possibilité de basculer d’une observation ethnographique à une observation participante n’a jamais été totalement exclue pour autant. Ces situations se sont notamment présentées à l’occasion des activités périphériques qui entourent ces sports, plutôt que dans la pratique sportive à proprement parler (trop difficiles d’accès pour un non spécialiste de ces disciplines) : repas, fête, ou tout autre pratique sociale liée plus ou moins directement à la pratique sportive. Par ailleurs, ces activités connexes sont des moments intéressants pour l’observation car s’y manifestent et s’y construisent également les rapports sociaux.

18Mais quelle que soit la manière de faire de l’observation cette méthode est une immersion dans un monde méconnu de l’intelligibilité sociologique. Elle demande donc au chercheur une très forte implication : « du fait de cet engagement à regarder le monde à travers les yeux de ses sujets, l’implication rapprochée du chercheur est recommandée » (Bryman, 1984, 213). Cette disposition est nécessaire pour ordonner la complexité des comportements et des sens à donner aux pratiques : « Apprendre à connaître une forme de vie étrangère consiste à savoir s’y retrouver, à être capable d’y participer à un ensemble de pratiques. Mais pour le sociologue, il s’agit d’un mode propre à générer des descriptions, c’est-à-dire à transformation en catégories du discours scientifique sur le social » (Giddens, 1976,162). Pour tirer pleinement partie de cette méthode et se prémunir du risque de n’observer qu’une situation singulière, une immersion étendue dans le temps constitue un impératif. Sur ce point, et quelle que soit la technique d’observation adoptée, il existe un fort consensus dans la littérature (Quivy et Van Campenhoudt, 1995 ; Peretz, 1998 ; Mendras et Oberti, 2000).

19Enfin, la technique de l’observation permet de saisir un matériau empruntant à la fois au registre de l’observation et à celui de l’entretien. Il s’agit de ce que l’on peut qualifier d’« entretiens informels ». Il ne s’agit pas d’un échange formalisé comme celui de l’entretien. Il ne présente pas l’apparente rigueur portée par un cadre préalablement défini, et par conséquent sa validité pose problème. Disons plutôt qu’elle doit être « mesurée ». Mais ce moment de l’échange peut être particulièrement riche. Car le rapport moins contraint qui s’installe entre les acteurs permet de recueillir des discours plus libres. C’est particulièrement intéressant quand sont interrogés des sujets « délicats », qui ne se racontent pas aisément : pratiques « illégitimes », répréhensibles, stigmatisantes, illégales... Lorsque Schwartz étudie « le monde privé des ouvriers » (1990), il observe que certaines questions ne peuvent être abordées que lorsque le magnétophone est éteint et que s’installe, par la situation, un climat propice à la confidence : « quand l’un des partenaires d’un couple actuel m’exposait ses différends avec son conjoint – que je connaissais par ailleurs –, cette évocation ne lui était très évidemment possible que dans le cadre d’une communication privée : sans magnétophone » (Schwartz, 1990, 49). Se priver de discours ainsi reçus revient à occulter une masse de données extrêmement riches et originales. Nous avons donc opté pour une posture semblable à celle que présente Schwartz : « rapportant ces récits dont l’importance est extrême pour la compréhension des conflits au sein des couples, je ne pouvais ni parler en mon nom, ni laisser croire que je donnais vraiment la parole à l’acteur. J’avais en effet reconstitué des récits de mémoire, avec toutes les lacunes et les erreurs qu’une telle opération comporte. Je les ai insérés dans le texte, au style direct, comme s’il provenait de l’enquêté, tout en indiquant, par une note en bas de page que mes souvenirs en était la seule source » (ibid., 50). Pour Beaud et Weber, cette combinaison des méthodes se pose comme une sorte d’obligation pour cerner la complexité des observations et le sens à donner aux conduites des acteurs : « nous conseillons de tester vos observations par des entretiens lors desquels vous demanderez à vos interlocuteurs ce qu’ils ont retenu d’un événement auquel vous assistiez ensemble. C’est pourquoi nous déconseillons l’observation “pure”, son usage exclusif, et nous recommandons un mixte d’entretiens et d’observations : selon le dosage des uns et des autres nous l’appelons “entretien ethnographique” ou “observation sociologique” » (1998, 142). Mais certainement plus encore que pour les entretiens et les observations, la souplesse de cette méthode impose de préciser les conditions de recueil de l’information. Plus encore que les autres techniques, celle-ci invite à adopter un regard réflexif sur ce qui est retenu et sur les modalités d’analyse. Mais ces situations présentent le très grand intérêt de prendre la forme d’une conversation ordinaire pour les individus qui y participent. Elles peuvent donc être tout à fait intéressantes ; à condition que le sociologue n’oublie pas qu’il ne s’agit pas pour lui d’une conversation ordinaire (Mayer, 1995).

  • 5 Parmi les variables retenues, une attention particulière a été accordée à l’âge et l’origine social (...)

20L’essentiel du pôle empirique repose donc sur les entretiens et les observations. Cela ne signifie pas que la dimension quantitative soit totalement occultée. Seulement, les données de ce type ont ici vocation à participer à l’explication, apportant des informations complémentaires visant à enrichir l’analyse. Elles permettent de situer les pratiques et les pratiquants, en en dressant un premier portrait. Elles procèdent ainsi logiquement selon une dynamique centripète, progressant du plus général vers le plus particulier. Elles concernent les sports retenus, leurs adeptes et leurs accidents. Elles puisent dans les données produites par les instances ayant la charge d’organiser les pratiques concernées : fédérations sportives pour caractériser les pratiquants nationalement5 ; organisations chargées de gérer la sécurité et les accidents de sports pour objectiver les risques (fédérations, Ministère de la Santé de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative, assurances, mutuelles). Plus localement, dans les associations ou sur les lieux de pratiques, les datas ont été produites en recourant soit à l’examen des registres des clubs, soit à la distribution de questionnaires visant à caractériser localement les sportifs.

21Mais qu’elles appartiennent aux méthodes qualitatives ou quantitatives, les orientations méthodologiques ne constituent qu’un cadre dans lequel doivent être construit les outils. Les datas dépendent non seulement de ces choix qui ont été présentés mais aussi nécessairement de la traduction pratique dans laquelle elles se concrétisent.

3. Construire l’outil : grille d’entretien, grille d’observation

22Opter pour une logique inductive, telle que la présente la grounded theory (Glazer et Strauss, 1967) ne signifie pas se confronter « nu » à l’épreuve du terrain. C’est valable pour l’observation comme pour les entretiens : « l’observation sans armes est vide, l’observation trop armée n’apprend rien. On n’observe pas sans références, sans points de repère » (Beaud et Weber, 1998, 145). La grille d’observation et la grille d’entretien constituent une sorte d’armature pour l’échange. Elles peuvent rester souples, abordant plutôt des thèmes à partir desquelles discuter sans être très contraints. Cela participe à atténuer le cadre formel de la situation d’entretien facilitant ainsi la construction d’un climat de confiance nécessaire lorsqu’il s’agit de « faire parler » les interviewés. Cela permet surtout de ne pas imposer aux faits un cadre de lecture a priori, et d’ouvrir des pistes plutôt que d’en condamner. La difficulté consiste alors à trouver le point d’équilibre pour ne pas calquer les données et leur interprétation sur un seul modèle explicatif, tout en disposant des lanternes pour s’aventurer dans le puits sans fond que peut être l’observation.

  • 6 Nous distingué ensuite, lors de l’analyse, de ce qui était évoqué « librement » par les acteurs et (...)

23Les lanternes en question prennent d’abord la forme de problématiques principales traduites en thèmes sur lesquels s’est construite la grille d’entretien : ce qui relève de l’engagement dans un sport à risque, ou pour le dire autrement, la socialisation et le contexte d’activation ; ce qui concerne le risque et les prises de risque ; ce qui a trait aux rapports sociaux de sexe. Si ces thèmes apparaissent ici de façon cloisonnée, ils étaient souvent liés dans les discours. C’est d’ailleurs aussi à partir des liens entre les thèmes que s’est orienté le déroulement de l’entretien. Ces trois thèmes principaux se déclinaient ensuite en fonction de problématiques propres à chacun. C’est-à-dire que si nous souhaitions dans un premier temps installer un échange très libre, orienté uniquement par un thème, la directivité a pu être plus forte lorsque les questions que nous nous posions n’étaient pas spontanément abordées6. C’est notamment dans ces cas-là que la sensibilité de l’enquête apparaît distinctement, lorsque l’enquêteur oriente de façon manifeste les échanges.

24À propos de la socialisation, nous souhaitions connaître les influences des différents cadres de socialisation : les acteurs de la socialisation, les expériences vécues, les pratiques rencontrées ; dans l’espace familial, scolaire, amical ou sportif. Nous voulions aussi éprouver l’unicité des principes de socialisation dispensés et l’homogénéité socialisatrice entre ces différents mondes. Nous voulions enfin éprouver la cohérence des dispositions, la permanence de leur activation en particulier dans le domaine des prises de risque et des rôles sexuées. C’est-à-dire que nous interrogions les contextes d’activation des dispositions en questionnant le contexte de l’engagement dans un sport à risque et en général le contexte des prises de risque ou de l’adoption de comportements sexués. Enfin nous souhaitions pouvoir accéder aux dynamiques biographiques par la reconstitution des parcours.

25Concernant le rapport aux prises de risque, nous voulions savoir si les pratiquants considèrent leur sport comme étant « à risque », et s’ils s’engagent personnellement dans les prises de risque ? Nous interrogions aussi les sens des prises de risque en questionnant les modes de légitimation, les condamnations ou valorisations. Enfin, nous abordions la question de la sexuation des prises de risque.

26En matière de rapports sociaux de sexe, nous voulions saisir les modes de partage du travail (dans le cadre sportif et domestique), les manifestations des rapports de dominations (domination masculine, évolutions, résistances...) et l’explication des différences sexuées. Pour plusieurs raisons, nous avons fait le choix de ne jamais aborder d’emblée la question de la sexuation des pratiques. Tout d’abord puisque nous pensions qu’en la matière le risque était grand de ne recueillir que des discours de surface, orientés par une certaine « rhétorique égalitaire ». Il fallait donc installer l’échange avant d’aborder cette question certainement plus « sensible » que celles qui concernent la trajectoire sportive par exemple. Et si le thème des rapports sociaux de sexe semble discret dans la grille d’entretien c’est surtout puisque nous pensions, à l’instar de Kergoat (2000) ou Héritier (1996), que ces rapports traversent l’ensemble des mondes sociaux. Nous pensions donc pouvoir accéder à leur intelligibilité à partir des rapports sociaux se jouant dans un monde particulier, celui des pratiques sportives à risque. Enfin nous souhaitions contourner la difficulté qui consiste à interroger les interviewés à propos d’un rapport social dont ils n’ont pas nécessairement conscience « justement parce que de telles différences [les différences entre hommes et femmes] sont à la fois précoces, omniprésentes et multiformes que les contraintes sont rarement ressenties comme telles » (Lahire, 2001, 12).

27Mais ce qui vient d’être exposé ne pouvait pas être directement présenté aux interviewés. Le langage de celui qui questionne doit évidemment être compris par celui qui répond. Ces questions théoriques, empruntant souvent au lexique de la sociologie, étaient donc traduites pour devenir compréhensibles pour les acteurs. Elles devaient aussi rester suffisamment ouvertes pour laisser une liberté importante et saisir ainsi les définitions subjectives, quitte à les préciser ensuite lors des relances.

28Comme pour les entretiens, nous avons réalisé les observations à partir d’une grille. Celle-ci était une base ayant pour principal intérêt de pouvoir comparer quelques données standardisées. Elle concerne donc surtout les informations qui relèvent de l’ordre de la quantification d’un phénomène ou de la vérification d’hypothèses intermédiaires. Nous avons retenu quelques critères d’observation notamment autour de la quantification et de la localisation. Concernant la quantification de la pratique, nous observions le nombre d’individus présents sur le site, le nombre de pratiquants, la part des femmes et des hommes parmi les pratiquants et parmi les non-pratiquants, la part des femmes et des hommes dans les avions. Nous essayions également de quantifier les conduites à risque en comptabilisant les manœuvres les plus risquées : les virages bas et les ouvertures de voile pour le parachutisme, les premiers à s’élancer en parapente. Là encore notre relevé intégrait bien évidemment la distinction sexuée. Pour compléter cette première étape, nous souhaitions caractériser l’espace de pratique. Pour ce faire, nous localisions les groupes, les hommes, les femmes, les non-pratiquants, les enfants. Nous procédions par schématisation de l’espace et de son occupation. Enfin nous notions le partage des tâches, les rôles qu’occupent les unes et les autres puisque comme le note Peretz (1998) l’observation est une méthode qui se prête bien à l’étude du partage du travail.

  • 7 Tout à la fois les informations relatives aux questions que pose l’enquête mais aussi les informati (...)

29Mais l’observation devait aussi renseigner d’autres domaines et notamment celui de l’appréhension des conduites sociales en particulier dans les situations d’interaction. Il nous a semblé que cette part de l’observation invitait à adopter une utilisation plus souple de l’observation. Elle a surtout consisté à tenter de mieux comprendre un monde étranger. Le bon déroulement de cette part de l’observation reposait alors sur une attitude attentive et ouverte de l’observateur plutôt que sur un outil formalisé, car les informations sont nombreuses, extrêmement riches et variées. Plutôt qu’une grille d’observation nous avons donc eu recours à l’utilisation d’un journal de terrain sur lequel nous consignions les informations que nous jugions, à ce moment, pertinentes7. Cela étant nous étions particulièrement attentif à quelques thèmes, ceux que nous avons déjà évoqués pour la construction de la grille d’entretien.

4. Définir une population

30Répondre à la question du « comment interroger ? » est incontournable. De la même manière, on ne peut faire l’économie du choix justifié des acteurs pour les entretiens ou des lieux et moments pour les observations. Il s’agit ici de renseigner ces questions : qui interroger ? Combien d’entretiens réaliser ? Où observer ? Quand observer ? Combien de temps ?

  • 8 Dans le sens employé par Bourdieu et l’équipe de travail qu’il a coordonnée pour la production de l (...)

31L’orientation qualitative de ce travail induit quelques conséquences dans la constitution du corpus de données. Il ne s’agit pas ici de dresser quelque généralisation statistique ni d’éprouver, à grande échelle (nationale par exemple), une thèse déjà avancée. On cherche plutôt à faire émerger des modes d’intelligibilité d’un phénomène. Il s’agit de mettre au jour des modèles d’explication plutôt que de déterminer des tendances statistiques ou la portée d’un phénomène. C’est surtout la complexité et la pluralité des modes d’engagements qu’il nous importe de saisir. Dans ces conditions, la constitution de l’échantillon répond à une logique de diversité, nous pourrions aussi dire d’exemplarité8, plutôt que de représentativité. Cette façon de faire s’appuie nécessairement sur une sensibilité à l’objet, c’est à dire sur quelques éléments dont on pense qu’ils pourraient être discriminants.

  • 9 Par le biais des licences, les pratiquants sont assurés. Lorsque les accidents sont plus nombreux, (...)

32L’institutionnalisation des disciplines constitue le premier critère. Les organisations fédérales s’attachent en effet à réglementer les modes de pratique. Elles fixent les « règles du jeu », et définissent d’un côté les conduites qui sont autorisées et préconisées, de l’autre celles qui sont proscrites, notamment parce que considérées comme risquées. L’irruption du modèle assurantiel9 qui produit de la compensation sous conditions en cas d’accident et par conséquent de la responsabilisation des acteurs impliqués, conduit irrémédiablement à une formalisation des modes de contrôle des comportements. Ceux-ci sont nécessairement différents dans les sports « hors cadre » (c’est-à-dire ceux qui ne dépendent pas d’une structure institutionnelle formalisée). Pour cette raison ce premier critère est important.

  • 10 Cette figure des pratiques à risque se retrouve notamment dans les conduites addictives telles que (...)
  • 11 L’univers peut-être considéré comme lointain dès lors qu’il s’agit d’un espace inhabituel.
  • 12 Nous pensons notamment à Le Breton qui parle de la « nouvelle montagne [...] celle qui privilégie l (...)

33Il renvoie plus largement à une éventuelle spécificité des sports. Nous l’avons évoqué, d’autres sociologues se sont intéressés à la question des prises de risques sportives et des sports à risque. Nous ne pouvions négliger leurs apports. Yonnet par exemple distingue « l’extrême sportif », « l’extrême d’aventure » et « l’extrême de masse » (1998, 225). Mais ce qui est alors désigné, se rapporte plutôt à des modalités de pratiques qu’à des pratiques à proprement parler. Le Breton propose une autre forme de classification des sports à risque. Il repère quatre « figures du risque » (Le Breton, 1996,21) : « le vertige » (ibid., 22) associé à la vitesse, « l’affrontement » présenté comme « une fringale de performance, d’exploits, de défis, de compétitions » (ibid., 28), « la blancheur » (ibid., 35) sorte d’abandon à la mort10, et « la survie » qui « livre un individu ou plusieurs à la merci des éléments » (ibid., 38) dans une « volonté de corps-à-corps avec la nature » (ibid., 41). Nous avons retenu de ces deux modes de classement une double opposition : la première entre l’aventure d’un côté, la compétition de l’autre, la seconde opposant l’exploration d’un univers lointain11, à la recherche de vertige. Ces dimensions ne s’opposent pas, simplement elles diffèrent sans être jamais évidentes ni radicales. Si l’alpinisme est associé au modèle de l’aventure, certaines formes de ce sport cultivent davantage la perspective compétitive12. Le parachutisme peut s’inscrire dans le pôle des pratiques compétitives, même si c’est également une pratique de vertige. Le BASE-jump est indéniablement une pratique de vertige, mais il constitue parfois une découverte du monde. Le parapente enfin est un sport d’exploration de l’espace aérien, mais il peut aussi être une pratique compétitive, une pratique de vertige et même d’aventure. Ces considérations rappellent que les pratiques choisies le sont moins pour elles-mêmes que parce qu’elles offrent un support pour l’enquête portant sur le rapport au risque mortel contenu dans des pratiques de loisirs. Le choix des pratiques ne constitue en outre que la première étape de la définition de la population interrogée. Il s’agit d’une variable de différenciation du terrain d’observation parmi d’autres, ni plus ni moins discriminante a priori.

34Car les disciplines ne sont certainement pas formées par un ensemble homogène de clubs ou de pratiquants. En ce qui concerne le choix des clubs, la taille et l’activité du club (nombre d’adhérents, nombre de sauts réalisés), la part des hommes et des femmes qui le compose ou la localisation géographique pouvaient être discriminants. Ces critères se posaient davantage comme des précautions méthodologiques que comme la traduction pratique de quelques hypothèses. Ils étaient surtout des critères généraux de diversification de l’échantillon. Mais la recherche est aussi une pratique. Elle croise à ce titre des obstacles ou des opportunités. C’est particulièrement vrai pour la rencontre avec les individus. En ce sens, notre démarche s’inspire de celle que présente Schwartz pour qui la constitution de l’échantillon de son travail portant sur « le monde privé des ouvriers », « s’est constitué de manière très empirique, au hasard des rencontres et des intérêts de mes interlocuteurs. J’ai seulement veillé à un objectif de diversification, afin de ne pas céder à la tentative de reconstruire – c’est-à-dire de fantasmer – l’existence ouvrière à travers seulement quelques cas » (1990, 37). En ce qui concerne la présente enquête, la diversification de l’échantillon s’est au départ bâtie sur les variables déjà évoquées : le sexe, l’âge, le niveau de pratique, les situations socio-professionnelle et familiale. D’inspiration inductive, notre démarche a aussi rencontré dans le travail en train de se faire, des paramètres émergeants. Il est apparu par exemple, à un moment de l’enquête que très peu de pratiquantes ayant déjà connu la maternité avaient été interrogées. Cette caractéristique était par ailleurs, régulièrement présentée dans les discours comme une dimension explicative d’un moindre engagement des femmes dans les prises de risque. Nous avons alors cherché à « corriger » ce manque. C’est cette logique qui a également dicté la poursuite puis l’arrêt des entretiens. Nous pouvons dire maintenant que le dernier tiers environ des trente-cinq entretiens effectués nous a permis de saturer nos données. En d’autres termes, ces entretiens ont surtout confirmé ce que nous avions déjà entendu plus tôt.

  • 13 Nous ne pensons pas que les rapports sociaux de sexe ne se jouent pas entre individus de même sexe, (...)
  • 14 La « drop zone » est littéralement la zone de largage, c’est-à-dire l’aérodrome à partir duquel déc (...)

35Ce qui est valable pour les entretiens l’est aussi pour les observations. La diversité des contextes d’observation se pose comme un impératif pour éviter le piège de la singularité des situations. Multiplier les angles d’approche permet immanquablement de réduire les biais liés à la ponctualité de l’observation. Mais l’observation demande souvent que la recherche porte sur un espace circonscrit, un « ensemble fini et convergent d’interactions » (Arborio et Fournier, 1999, 11). C’est une des difficultés de l’enquête avec laquelle nous avons dû composer. Soucieux par ailleurs d’interroger les rapports sociaux de sexe, il était indispensable d’investir des lieux dans lesquels hommes et femmes sont présents13. Ce qui semble être une évidence dans bien des mondes ne l’est pas toujours lorsque l’on s’intéresse aux sports à risque. Dans le cadre de petites structures par exemple, il est possible de ne rencontrer aucune femme. Nous avons donc privilégié les structures plus importantes puisque celles-ci permettent de croiser davantage de situations de mixité. Compte tenu de ces préalables, le parachutisme est apparu, à plusieurs égards, comme la pratique la plus appropriée à l’observation dans le cadre de cette enquête. Tout d’abord puisque c’est une pratique qui ne peut se dérouler hors d’un cadre d’accueil. La nécessité d’avoir recours à un avion et à une « drop zone »14, inscrit nécessairement la pratique dans un lieu. Cette caractéristique du parachutisme permet de circonscrire un lieu d’observation identifié. Le parachutisme est également la pratique la moins confidentielle parmi les sports retenus. Il est donc le sport qui concentre le plus grand nombre de pratiquants sur un lieu de pratique régulier. Puisque l’observation nécessite une immersion prolongée sur le terrain, il est nécessaire de pouvoir accéder au terrain, assez souvent et sur une période assez longue. Les observations devaient être réalisées à des moments différents de la saison (les premières semaines, les périodes de vacances scolaires, les beaux jours et les jours de mauvais temps, l’hiver et l’été...), et de la semaine (week-end, en semaine...).

36Mais c’est un paradoxe de l’observation, la nécessaire délimitation du terrain peut produire un biais important parce qu’il localise justement les données recueillies. Des observations complémentaires sont donc nécessaires. Les rassemblements de parachutisme, appelés « boogies » offrent l’occasion d’observer non seulement les membres d’un club mais aussi des adhérents qui viennent de plus loin. Il s’agit donc d’une population différente de celle qui fréquente le club le plus souvent. Ces situations permettent ainsi de tester la portée des observations.

37C’est également dans cette logique que l’observation d’autres pratiques a été menée. Le parapente notamment. Mais ces observations n’ont pas exactement le même statut que celles réalisées dans les clubs de parachutisme car elles ont été plus ponctuelles. Cela tient au fait que les autres sports à risque ne sont pas toujours attachés à un lieu « accessible ». L’observation de ces pratiques impose même parfois l’observation participante, dont nous avons expliqué pourquoi cette technique ne pouvait être mobilisée. C’est le cas du BASE-jump comme de l’alpinisme. Nous avons cependant réalisé quelques observations ponctuelles dans le cadre du ski-extrême. Ces observations avaient surtout vocation à contrôler celles que nous avons mises en place pour le parachutisme et dans une moindre mesure le parapente. Comme pour les entretiens, le principe de la saturation conditionne l’ampleur du travail. Celle-ci nous a semblé conquise lorsque les situations rencontrées devenaient tout à fait familières, l’excitation de la découverte laissant parfois même la place à une forme d’ennui combinée à l’impression de perte de temps. C’est ce à quoi nous sommes arrivés en conduisant une centaine de séances d’observation menées sur près de quatre années.

5. La rencontre : subtilité de l’interaction et complexité de l’instantanéité

38Les méthodes auxquelles nous avons recours reposent sur une interaction entre un chercheur qui tente de recueillir des indices et des individus engagés dans une pratique particulière. Il s’agit d’une interaction sociale entre des individus qui échangent. La valeur de cette méthode repose donc pour beaucoup sur la qualité de l’utilisation de l’outil. La posture adoptée a d’abord poursuivi l’ambition consistant à construire un climat de confiance. Cela vaut pour les entretiens comme pour les observations. Il s’agissait d’un préalable à la construction d’un cadre qui favorise la parole des interviewés.

39La prise de contact avec le terrain de l’observation peut s’opérer par le canal « officiel » : solliciter un responsable qui peut accorder ou refuser l’accès au terrain. Cette façon de faire offre un certain confort lié à la légitimité accordée à la présence de l’enquêteur. Mais l’autorisation « institutionnelle », ne garantit pas l’accès libre à l’observation de la pratique. Elle peut même biaiser l’interaction dès lors que l’observateur est perçu comme un « représentant » de l’institution. En particulier lorsque l’on étudie des pratiques que l’institution condamne (comme les prises de risque dans le cadre sportif).

40Nous avons donc plutôt opté pour un accès « direct » au terrain. Mais le sociologue et son cahier, ne passent pas inaperçus. C’est particulièrement vrai compte tenu de la méthode d’observation que nous avons adoptée. La présence répétée et prolongée sur les lieux de pratique nous a nécessairement amené à procéder « à découvert » et ainsi à répondre aux questions relatives à l’intrigue que constituait notre présence. Nous en avons tiré profit pour construire notre place dans cet espace en conservant toujours l’intention d’établir, de renforcer ou de maintenir un climat de confiance et d’échange.

  • 15 Nous n’avons donc pas eu le même rapport à l’objet que Joumet-Diallo (1999) ou Tubiana : « les méth (...)
  • 16 Nous insistons ici sur la relativité des normes valorisées, pouvant parfois fluctuer au cours même (...)

41Cette nécessité de construire un « contrat initial de communication » (Demazière et Dubar, 1992, 87) était tout aussi forte pour la réalisation des entretiens. Car la relation est alors beaucoup plus directe et personnelle. Elle est aussi une interaction en face-à-face qui repose sur un échange déséquilibré puisque « l’entretien est voulu et suscité d’un côté, plus ou moins accepté ou subi de l’autre » (Grawitz, 2001, 657). La réalisation d’un entretien est donc conditionnée par cet incontournable préalable : obtenir l’accord de celui qui doit être interviewé. Ce qui peut paraître trivial appelle cependant à élaborer une « stratégie » d’accès au terrain. Le thème abordé lors de l’entretien conditionne la manière de prendre contact. En l’occurrence, le choix a été fait de mettre l’accent sur les disciplines sportives. Solliciter les pratiquants pour parler de leur pratique de loisir, provoque peu de réticences. Probablement beaucoup moins en tout cas qu’en proposant de parler de prises de risque, de rapports sociaux de sexe, ou de socialisation. En procédant ainsi, les refus ont été rares. Cette façon de faire est une manière de repousser une difficulté à laquelle on se trouve nécessairement confronté : faire parler l’interviewé sur des thèmes relativement intimes, parfois difficiles à aborder. Seulement il est plus facile d’accéder à ce type de récits lorsque le consensus sur le principe de l’échange est établi. Cette façon de faire permet de basculer dans un type d’entretien plus « engagé », visant à dépasser les discours de surface, sur le modèle de l’entretien « compréhensif » tel que le présente Kaufmann (1996). En d’autres termes, installer les conditions propices à la confidence. Les ficelles employées empruntent tantôt à l’attitude adoptée (attachée notamment à donner à voir de l’empathie), tantôt à la mise en scène du rapport du chercheur à son objet (visant à être perçu comme semblable, ou a moins à réduire la distance sociale) pour déjouer « les discours défensifs de dénégation » (Le Bart, 2004,285). Cette attitude prend tout son sens lorsque les activités interrogées peuvent être sujettes à stigmatisation, ou que les questions posées, parce qu’elles sont délicates, génèrent des situations de tension. Mais ces indications ne sont que des « balises » (Demazière, 2007) qui ne sauraient définir exactement une situation. Le penser reviendrait à oublier qu’il y a aussi un interviewé dans l’entretien. La façon de questionner peut ainsi varier selon la façon dont se déroule l’entretien de sorte que soit stabilisée la relation sociale de l’entretien et favorisé l’échange. C’est paradoxalement en menant différemment les entretiens que l’on peut stabiliser et donc rendre comparables les différentes situation d’enquête. Cela apparaît comme une nécessité lorsque les rapports sociaux de sexe sont interrogés par un homme, avec des hommes et des femmes. Il est extrêmement difficile de se prononcer sur l’influence de cette composante de la relation, mais il a semblé, à de nombreuses reprises, que cela « perturbe » l’échange15. À l’occasion d’entretiens avec les garçons, à plusieurs reprises s’est parfois installée une sorte de relation de connivence virile déclinée sur le mode de la confidence. Ce type d’échange a notamment eu lieu lorsqu’il s’est agit de parler des femmes. Comme si s’immisçait un « nous les hommes » invitant l’intervieweur à se positionner. Peut-être aussi s’agissait-il aussi de mises en scène de soi, mises en scène de la virilité en l’occurrence. La correction de la distance sociale ne peut donc, sur ce point, s’opérer de la même façon avec les hommes et avec les femmes. Elle relève pourtant d’une même stratégie, celle de « l’écoute bienveillante », même si parfois, les conditions invitaient à être plus directif avec les hommes qu’avec les femmes. Plus précisément, les interventions pouvaient être plus « incisives » lorsque les conduites décrites semblaient, à ce moment de l’échange, respecter les usages les plus valorisés16 (par exemple, la mise en scène par les hommes de leur virilité, par les femmes de leurs aptitudes à l’attention), ou plus empathiques lorsqu’au contraire étaient évoquées des conduites « transgressives » (par exemple la peur pour les hommes, les prises de risque pour les femmes, en particulier lorsqu’elles étaient mère). Cette façon de faire, en acte, s’inscrit dans une logique de co-construction des discours (Demazière, 2007).

42Trente-cinq entretiens de type récit de vie ont été réalisés. Les sujets interviewés présentent des « profils » différents. Nous présentons ici quelques-unes de leurs caractéristiques qui doivent permettre de mieux les situer et les identifier :

  • 17 Pour qualifier le « niveau de pratique », nous avons dû nous fier aux déclarations des interviewés (...)

43Les parachutistes17:

44Les BASE-jumpeurs :

  • 18 « Directeur Technique »

45Les parapentistes18:

46Les alpinistes :

  • 19 Il est apparu parfois, notamment pour les thèmes qui rencontrent des réticences (la prise de risque (...)

47Les entretiens ont été assez longs. Au moins une heure et demi et jusque trois heures. Certains se sont même prolongés ensuite autour d’un verre, ou d’un repas partagé. La plupart des entretiens se sont déroulés au domicile des interviewés. Inscrire l’entretien dans un cadre familier permet non seulement de favoriser un climat de confiance propice au dialogue, mais aussi de relever quelques informations relatives au cadre de vie des individus questionnés. En outre d’un point de vue technique ce lieu offre souvent le calme nécessaire à un enregistrement audible. D’une manière générale nous n’avons pas rencontré de grandes difficultés à faire parler les individus. Interrogés sur leur pratique de loisir, les interviewés étaient souvent loquaces. Cela étant, nous avons parfois dû faire face au problème que pose celui ou celle qui se livre peu. Mais nous avons aussi surtout rencontré des individus rencontrant peu de difficultés pour s’exprimer, ce qui participe à expliquer pourquoi les entretiens ont été relativement longs. C’est en outre, un choix méthodologique que d’essayer d’inscrire l’échange dans la durée, quitte à laisser parfois le temps aux digressions, aux redites, aux flottements même. Cela relève d’une stratégie visant à puiser de l’information. C’est une situation qui n’est confortable ni pour l’interviewé ni pour l’intervieweur, mais elle permet d’accéder à des complément d’information, d’approfondir l’échange, de revenir sur ce qui a déjà été dit, d’user aussi parfois les résistances ou stratégies discursives19.

  • 20 Notre participation consistait à suivre les compétiteurs, sans pour autant participer à la compétit (...)
  • 21 Nous l’avons déjà précisé, notre grille d’observation était plutôt un guide souple qu’un cadre rigi (...)

48Les observations se sont déroulées dans divers cadres de pratiques et différentes disciplines. Elles concernent en majorité les clubs de parachutisme du Nord et du Pas-de-Calais et les sites de parapente de cette région, mais ont été complétées par d’autres terrains. Elles se sont étalées sur environ quatre ans, de 2001 à 2005. Dans un premier temps, elles avaient plutôt un statut exploratoire, consistaient sans grille d’observation à prendre contact avec un terrain méconnu. Quelques mois sur un terrain de parachutisme, un « boogie », c’est-à-dire un rassemblement parachutiste de plus grande ampleur, avec des participants de plusieurs clubs différents et une compétition de free-ride dans laquelle nous étions totalement immergés pendant trois jours (nous dormions dans un refuge en altitude)20. Cette méthode d’enquête est particulièrement propice à faire émerger de nouvelles informations parce que l’observation propose un ensemble de données extrêmement riche. Mais la profusion des informations constitue aussi une source de trouble. Un équilibre délicat est à construire pour éviter d’être noyé par les informations tout en restant ouvert aux surprises du terrain. Comme la dynamique de l’entretien oscille entre directivité et souplesse, l’observation navigue entre sélection des informations et attention portée à l’ensemble de la situation. La grille d’observation constitue ici un aide indéniable21 sur laquelle s’appuie la seconde étape de l’observation.

49Selon les disciplines les observations ne se sont pas exactement déroulées de la même manière. Pour le parachutisme nous avons d’abord investi le terrain sans déclarer notre statut particulier. Nous nous confondions avec ceux qui se promènent à l’aérodrome. Cette façon de faire est permise parce que l’espace de pratique est ouvert, et que s’y trouvent le plus souvent, quelques curieux venant regarder avions et parachutistes. Mais cette position est intenable sur la durée. La présence récurrente d’un observateur inconnu ne passe pas longtemps inaperçue. Il a vite fallu répondre aux questions posées, parfois inquisitrices lorsque nous étions pris pour un inspecteur du ministère de tutelle ou de l’administration fiscale. Ce procédé pour gagner le terrain, s’il n’a pas été pensé a priori, s’est révélé être tout à fait efficace. Nous n’étions plus celui qui sollicite le contact, mais celui qui y répond. Nous rassurions les quelques inquiétudes en présentant le travail. Ce faisant nous construisions « innocemment » à la fois un réseau de connaissances et une familiarité avec les pratiquants. Cela nous a permis sur la durée, non seulement de nous « faire oublier », mais aussi de faire partie du groupe et d’être inviter ainsi à assister à des moments périphériques de la pratique (repas ou soirées festives par exemple).

  • 22 Les séances d’observation duraient entre 3 heures et une journée (en fonction notamment des conditi (...)

50Pour l’observation du parapente, nous avons dû d’emblée nous annoncer. Les pratiquants sont peu nombreux sur les sites de la région d’étude. Ils constituent un « petit monde » dans lequel l’interconnaissance est très forte. Celui qui n’est pas parapentiste et qui n’est pas connu est instantanément remarqué. Qui plus est, les lieux de pratique sont extrêmement fluctuants. Puisqu’ils dépendent des conditions météorologiques locales, les parapentistes peuvent migrer d’un endroit à un autre plusieurs fois dans la journée. L’observation ne peut donc se faire qu’à condition d’être directement « connecté » aux membres du groupe. C’est donc seulement par l’intermédiaire d’un « passeur » que nous pouvions accéder aux terrains d’observations. Il s’est agit d’un parapentiste avec qui un entretien a d’abord été réalisé avant qu’il ne se propose pour jouer ce rôle. Une quinzaine d’observations22 ont été réalisées sur quatre différents lieux de pratique.

51Observation et entretien tels qu’ils ont été utilisés apparaissent donc comme des outils « tordus » par la subtilité de l’interaction et la complexité de l’instantanéité. Cela rend ces méthodes qualitatives toujours plus souples que les techniques quantitatives. Sensibles aussi. L’entretien « beaucoup plus qu’une technique est un art » (Grawitz, 2001,658) qui requière une véritable compétence d’« artisan intellectuel » (Mills, 1968). Il en va de même pour l’observation. Ces méthodes invitent donc le chercheur, plus que lorsqu’il a recours à d’autres outils, à adopter une attitude réflexive, c’est-à-dire une position qui objective les apports mais aussi les limites des données recueillies, de l’analyse et de l’interprétation qu’il est possible de faire. Elles demandent donc un cadre d’analyse d’autant plus rigoureux, afin de contenir les biais interprétatifs.

52D’autant que les méthodes qualitatives s’inscrivent dans une perspective intensive plus qu’extensive. C’est-à-dire qu’elles privilégient la profondeur des matériaux plutôt que leur quantité. Elles permettent donc de recueillir un ensemble de données très riche, mais aussi souvent hétérogène. Dès lors que l’on souhaite libérer la parole des sujets, il faut s’attendre à recueillir un corpus de données non standardisées et par conséquent difficile à mettre en perspective. Car ni les entretiens, ni les observations ne « parlent d’eux mêmes ». Sans recourir à une méthode d’analyse stabilisée et systématique, le risque est grand de sous-interpréter, sur-interpréter, mésinterpréter. La formalisation de l’analyse des données, systématique et exhaustive, qu’il s’agisse des datas produites par entretiens ou observations, constitue assurément un passage obligé pour risquer l’épreuve du « pari interprétatif » (Passeron, 1996).

6. Analyser les datas : donner du sens à la profusion d’informations

  • 23 Cette posture est fermement défendue par Bourdieu par exemple dans « l’illusion biographique » (198 (...)
  • 24 Dubar montre comment l’analyse des discours dans les travaux de sociologie se fondent toujours, de (...)
  • 25 C’est une nécessité dès lors que l’on accepte l’idée que les entretiens ne peuvent « parler d’eux-m (...)

53Les données produites par les entretiens sont de l’ordre du discours. Elles reposent sur la parole des individus, ce qu’ils livrent de leur histoire. Analyser les entretiens invite donc à interroger le statut accordé à la parole des acteurs. Sur ce point, en sociologie, les postures sont diverses. Elles peuvent être diversement caractérisées. Demazière et Dubar (2004) proposent de distinguer deux postures idéal-typiques. La première qu’ils appellent « posture illustrative » (2004, 16) considère que les individus ne sont pas conscients des raisons qui les poussent à agir. Alors le langage est « traité comme un “instrument d’illusion”, un trompe-l’œil qui ne doit pas abuser le sociologue “objectiviste” » (ibid., 23). Il convient donc de se méfier de ce que donnent à entendre les acteurs puisque cela ne peut constituer qu’une sorte de « témoignage aveugle » des modes de fonctionnement du social23. La seconde dite « posture restitutive » (ibid., 24), considère au contraire que le sujet est « le véritable acteur du social, producteur de ses comportements, et surtout, en mesure d’en livrer les “bonnes raisons” » (ibid. 24). Ici, ce sont les acteurs qui peuvent directement apporter les réponses aux questions que le chercheur se pose. Le traitement que l’on peut faire des discours dépend nécessairement de la posture adoptée. Mais il est difficile d’établir un « choix » a priori. Cela relève d’une sorte de positionnement ontologique directement lié à un paradigme sociologique24. Cette façon de faire s’accorde mal avec l’orientation inductive revendiquée. Nous pourrions dire de la position tenue qu’elle s’approche d’une perspective « herméneutique » (Dubar, 2007) en ce sens qu’elle « fait de l’interprétation raisonnée et méthodique de matériaux biographiques, traités comme des textes analysables, la stratégie de recherche la mieux adaptée à l’approche des parcours de vie et des “mondes vécus” qui leur sont liés » (ibid., 38). Cela revient à refuser d’adopter, a priori, l’une ou l’autre des postures « classiques » présentées plus haut. Plus exactement cela consiste à jauger la valeur des récits en actes, plutôt que le statut des discours, par principe. Cela passe par une analyse critique, systématique, exhaustive des entretiens et par une mise en perspective avec les observations25.

  • 26 Cette façon d’appréhender les entretiens ne fait pas consensus. On trouve notamment chez Bourdieu u (...)
  • 27 C’est ce que montrent notamment les travaux de De Conninck et Godard (1990) Bidart (2006) ou Grosse (...)

54La parole des sujets est donc lue comme la mise en mots socialement construite d’expériences subjectives, de « faits expérienciés » (Blanchet et Gotman, 1992, 27). Parmi les méthodes d’analyse des discours, celles que l’on regroupe sous l’appellation « analyse de contenu » sont les plus utilisées en sociologie. Elles peuvent prendre des formes très différentes : analyse propositionnelle du discours (APO), analyse des relations par opposition (ARO), « analyse thématique », « analyses formelles » et « analyses structurales » pour Quivy et Van Campenhoudt (1995, 232), « analyse par entretien » et « analyse thématique » pour Blanchet et Gotman (1992, 94-95). Les choix méthodologiques sont alors dictés par les questions posées. Reconstituer d’abord des logiques de parcours et mettre en évidence des éléments qui puissent rendre compte de l’investissement d’hommes et de femmes dans les sports à risque. La méthode de l’analyse « par entretien », parce qu’elle « se justifie lorsque l’on étudie des processus des modes d’organisation individuels en tant qu’ils sont révélateurs [...] d’une théorie du mode de production de l’existence » et qu’elle permet de « déceler le mode d’engendrement singulier des processus, qu’il soit clinique, cognitif ou biographique » (Blanchet et Gotman, 1992, 96), est ici tout à fait appropriée. Cette technique d’analyse révèle des processus et peut mettre en évidence des « moments clés et des situations de passage [...] des décisions et micro-décisions, acteurs impliqués directement dans la séquence biographique, interactions entre les différents acteurs individuels et institutionnels, alternatives évoquées » (ibid., 97). Mais la pertinence de cette méthode repose sur l’idée selon laquelle chaque récit constitue une unité de sens26. Les parcours et bifurcations peuvent également être lus comme des concours d’événements ou intégrer l’idée de la contingence27. Il convient alors de mettre en perspective les éléments plutôt que des enchainements. Tandis que l’analyse par entretien pose pour principe la cohérence interne de chacun des entretiens pour la confronter aux autres, l’analyse thématique se focalise d’abord sur une cohérence transversale mise en rapport ensuite avec les singularités des récits. Surtout cette méthode est plus appropriée pour appréhender les représentations des individus ou leurs modes de pratiques et répondre ainsi aux questions relatives aux prises de risques et aux rapports sociaux de sexe. Ces deux façons d’analyser les entretiens sont donc tout à fait complémentaires. Elles permettent aussi de contrôler les interprétations fondées sur des analyses produisant une sorte de validation mutuelle.

  • 28 Nous avons notamment pensé à ce qui structure les parcours de la vie d’adulte (qui coïncide avec l’ (...)
  • 29 La logique adoptée s’inspire des travaux de Testenoire qui insistent sur le fait que cette façon de (...)
  • 30 Par « logique historique » c’est à l’histoire des individus que nous faisons référence.

55Pour l’analyse par entretien nous avons surtout été attentif à l’enchaînement éventuel d’étapes caractéristiques et récurrentes dans les parcours. Nous avons procédé à la manière de Demazière et Dubar en scindant le récit en « séquences » (1992, 113) dont nous avons essayé de saisir les liens. La définition du périmètre de ces « séquences » s’est construite sur des éléments subjectivement et objectivement structurants dans les histoires. Il fallait aussi être attentifs à quelques « repères biographiques »28. Ce filtre de lecture est important pour inscrire les données dans une perspective comparative, notamment entre les récits de parcours des hommes et ceux des femmes, pour lesquels il convient de distinguer les différences liées aux expériences vécues de celles liées à la dimension sexuée de la présentation de soi29. L’analyse par entretien parce qu’elle se centre sur les séquences et leur enchainement, est parfois inopérante pour comprendre les parcours. Parce qu’elle situe l’engagement comme résultat d’un processus, elle peine à rendre compte des dynamiques biographiques qui échappent à la logique historique30 : opportunités, circonstances, contingence.

  • 31 Si les thèmes de la grille d’entretien ne sont pas rigoureusement les mêmes que ceux de la grille d (...)

56Le recours à l’analyse thématique prend alors tout son sens. Cette méthode implique de déterminer les différents thèmes retenus pour l’analyse. Pour construire la « grille d’analyse » nous nous sommes appuyés à la fois sur les questions posées au départ et sur les thèmes émergeant des premières lectures du corpus et de l’analyse par entretien. Cette façon de faire permet de ne pas « calquer » les thèmes de la grille d’analyse sur ceux de la grille d’entretien31, accordant ainsi, dans cette phase de l’enquête, de l’importance aux données. Selon le principe classique de l’analyse thématique, les entretiens sont ensuite dépouillés afin d’extraire et de « ranger » tout ce qui dans les récits se rapporte aux thèmes élaborés.

  • 32 L’apport de l’observation pour les entretiens se manifeste dès la passation. Les observations const (...)

57Pour être analysées les observations ont été traitées comme des discours. La méthode adoptée s’apparente à l’analyse thématique pour les entretiens. Il s’agit d’abord, sur la base d’une « analyse exhaustive » telle que la présente Peretz (1998), de faire émerger des thèmes d’analyse par la relecture complète des notes d’observation. Comme pour les entretiens, ces thèmes « ancrés dans le terrain » s’ajoutent à ceux directement issus des questions posées dès le départ. Ils sont aussi les cadres permettant de « contrôler » hypothèses intermédiaires et discours des acteurs. L’analyse et sa construction sont ainsi, tout au long de l’enquête, mises à l’épreuve de la recherche autant qu’elles la motivent32. L’analyse est alors qualitative (repérer des conduites) et quantitative (évaluer leur fréquence). On peut prétendre ainsi traiter l’ensemble des informations recueillies de façon systématique, et se garder ainsi d’appliquer à l’analyse sa subjectivité.

Notes

1 Précisons néanmoins que procéder ainsi ne nous garde pas nécessairement d’une lecture biaisées des données recueillies. Il faut être vigilant pour ne pas coller a posteriori les interprétations élaborées par ailleurs. Cela reviendrait à ne faire que déplacer l’écueil ici évoqué.

2 Concernant les termes employés dans les travaux de sociologie ou d’ethnologie, il convient de préciser l’auteur auquel on se réfère puisque nous avons pu le constater, les mêmes termes ne désignent pas toujours exactement la même méthode (voir par exemple Beaud et Weber, 1998 ; Peretz, 1998 ; Juan, 1999 ; Mendras et Oberti, 2000...). Pour certains de ces auteurs, l’observation ethnographique peut être participante (Beaud et Weber (1998) par exemple).

3 C’est particulièrement le cas pour la pratique du parapente et du parachutisme. C’est moins vrai pour l’alpinisme lorsqu’il se pratique en cordée.

4 On peut discuter ce terme d’« informateur » (Demazière, 2007). Il s’agit ici d’un individu rencontré plus tôt, soit dans le cadre d’un entretien, soit dans le cadre de réseaux de relations existants par ailleurs.

5 Parmi les variables retenues, une attention particulière a été accordée à l’âge et l’origine sociale. Le choix de ces deux variables repose pour la première, sur l’importance souvent accordée à l’âge dans les travaux qui traitent des questions relatives au risque et pour la seconde, sur l’influence donnée à l’origine sociale pour expliquer la construction des goûts et des choix (fondamentale dans certains paradigmes sociologiques). Évidemment le taux de femmes et d’hommes dans les différentes disciplines ainsi que l’évolution de la part des unes et des autres ont été systématiquement relevés puisque cette donnée est centrale.

6 Nous distingué ensuite, lors de l’analyse, de ce qui était évoqué « librement » par les acteurs et de ce qui relevait plutôt d’une réponse directe à la question que pose l’interviewer.

7 Tout à la fois les informations relatives aux questions que pose l’enquête mais aussi les informations qui pouvaient être utiles dans la perspective d’une réflexivité nécessaire dans l’analyse de la productions des données (conditions de l’observations, impression du chercheur...).

8 Dans le sens employé par Bourdieu et l’équipe de travail qu’il a coordonnée pour la production de l’ouvrage « La misère du monde » (Bourdieu, 1993).

9 Par le biais des licences, les pratiquants sont assurés. Lorsque les accidents sont plus nombreux, les frais d’assurance augmentent pour les fédérations. Et lorsque les procédures d’indemnisation sont engagées, les responsabilités éventuelles sont recherchées.

10 Cette figure des pratiques à risque se retrouve notamment dans les conduites addictives telles que les consommations de drogues.

11 L’univers peut-être considéré comme lointain dès lors qu’il s’agit d’un espace inhabituel.

12 Nous pensons notamment à Le Breton qui parle de la « nouvelle montagne [...] celle qui privilégie l’exploit sous toutes ses formes, le risque individuel ou collectif, la vitesse de l’ascension, l’accumulation des sommets, etc. » (1996, 74).

13 Nous ne pensons pas que les rapports sociaux de sexe ne se jouent pas entre individus de même sexe, mais plutôt que certaines dimensions de ces rapports sociaux n’apparaissent pas dans des espaces monosexués.

14 La « drop zone » est littéralement la zone de largage, c’est-à-dire l’aérodrome à partir duquel décollent les avions qui emmènent les parachutistes.

15 Nous n’avons donc pas eu le même rapport à l’objet que Joumet-Diallo (1999) ou Tubiana : « les méthodes d’enquête utilisées par un homme et par une femme ne me semblent pas a priori différentes. Les différences d’approches, lorsqu’elles existent, m’apparaissent davantage liées à la personne de l’enquêteur qu’à son sexe » (1999, 14). Cela s’explique peut être par le fait que dans ces travaux en ethnologie la différence culturelle « masque » les différences de sexe.

16 Nous insistons ici sur la relativité des normes valorisées, pouvant parfois fluctuer au cours même de l’entretien.

17 Pour qualifier le « niveau de pratique », nous avons dû nous fier aux déclarations des interviewés puisque nous n’avons pas pu observer tous les pratiquants. Pour homogénéiser la présentation, nous avons « recodé » les réponses classées en trois catégories : « débutants », « confirmés » et « experts ». Le niveau de pratique croise peu ou prou dans la discipline, les meilleurs étant aussi globalement les plus anciens.

18 « Directeur Technique »

19 Il est apparu parfois, notamment pour les thèmes qui rencontrent des réticences (la prise de risque ou les inégalités sexuées en particulier), que les interviewé(e)s tantôt « baissaient leur garde » en se livrant davantage au fil de l’entretien, tantôt développaient davantage par la « contrainte » d’un retour sur des questions déjà posées.

20 Notre participation consistait à suivre les compétiteurs, sans pour autant participer à la compétition à proprement parler.

21 Nous l’avons déjà précisé, notre grille d’observation était plutôt un guide souple qu’un cadre rigide. Figer l’observation après quelques séances seulement reviendrait à dire que d’une certaine manière nous pensions avoir déjà saisi toute la pluralité de nos terrains.

22 Les séances d’observation duraient entre 3 heures et une journée (en fonction notamment des conditions de vol).

23 Cette posture est fermement défendue par Bourdieu par exemple dans « l’illusion biographique » (1986).

24 Dubar montre comment l’analyse des discours dans les travaux de sociologie se fondent toujours, de façon plus ou moins explicite et réfléchie, sur la référence à un mode d’appréhension du social (Dubar, 2007).

25 C’est une nécessité dès lors que l’on accepte l’idée que les entretiens ne peuvent « parler d’eux-mêmes » et que les représentations, les raisons d’agir, et même les pratiques échappent parfois à la conscience subjective.

26 Cette façon d’appréhender les entretiens ne fait pas consensus. On trouve notamment chez Bourdieu une formalisation des critiques qui peuvent être adressées à cette méthode (Bourdieu, 1986).

27 C’est ce que montrent notamment les travaux de De Conninck et Godard (1990) Bidart (2006) ou Grossetti (2006).

28 Nous avons notamment pensé à ce qui structure les parcours de la vie d’adulte (qui coïncide avec l’âge à partir duquel il est possible de s’engager dans les sports à risque) : formation, activité professionnelle, réseaux amicaux, structure familiale. Ces domaines de l’existence sont marqués de façon plutôt stable par des « carrefours biographiques » auxquels nous étions particulièrement attentifs.

29 La logique adoptée s’inspire des travaux de Testenoire qui insistent sur le fait que cette façon de faire permet de « distinguer ce qui est dû à des modalités différentes d’expression entre hommes et femmes et ce qui relève de leurs rapports à la carrière. Dans une optique comparative, nous avons adopté le principe de symétrie. En effet, seule une approche, pensée dans les mêmes termes, pour les hommes et pour les femmes, permet de faire apparaître des logiques sociales différentes selon le genre ainsi que les rapports sociaux qui les sous-tendent » (Testenoire, 2001, 119).

30 Par « logique historique » c’est à l’histoire des individus que nous faisons référence.

31 Si les thèmes de la grille d’entretien ne sont pas rigoureusement les mêmes que ceux de la grille d’analyse, ceux-ci sont assez proches. Ce n’est certainement pas surprenant dans la mesure où, bien évidemment, les thèmes abordés par les sujets dépendent beaucoup de la grille d’entretien (même si les entretiens réalisés n’étaient pas toujours directifs).

32 L’apport de l’observation pour les entretiens se manifeste dès la passation. Les observations constituent une aide pour l’intervieweur. Cette connaissance du terrain est une sorte d’atout dont dispose le chercheur pour réguler la situation et éviter d’être « baladé » par l’interviewé. En retour, les entretiens éclairent l’observation la rendant plus lisible. Ce même jeu des « allers-retours » s’applique lors de l’analyse.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.