Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Première partie. Le risque, l’engagement, les rapports sociaux de sexe

Rapports sociaux de sexe dans des mondes sexués

Texte intégral

1La production des engagements, des goûts, des choix et des parcours ne peut être lue indépendamment des conditions sociales dans lesquelles elle s’inscrit. Elle ne peut certainement pas davantage échapper à la prise en compte de l’influence des rapports sociaux de sexe. La variable du genre, nous le pensons, participe inévitablement à la fabrication des individus et du monde.

1. La partition du monde

  • 1 La population active au sens du recensement pour l’INSEE regroupe la « population active occupée » (...)

2Largement fondées sur le principe d’égalité de droits, les démocraties occidentales contemporaines ont longtemps oublié le cas des femmes. Tout s’est durablement passé comme si elles échappaient à ce précepte pourtant supposé transcendant. Comme si, pourrait-on dire, elles ne faisaient pas tout à fait partie de cette heureuse humanité encadrée et protégée par le législateur. Au contraire, le droit instituait les inégalités, privant les femmes de nombre de libertés aujourd’hui considérées comme basiques : droit de voter, de travailler, de partager la direction du foyer, ou de disposer librement de son corps. Dans le domaine public comme dans la sphère privée l’avènement d’une égalité de droit entre les hommes et les femmes à dû être conquis de haute lutte. Les revendications féministes ont été décisives. Elles ont su tout à la fois initier et accompagner des mouvements sociaux qui ont permis aujourd’hui de réduire les inégalités de sexe. Les évolutions législatives sont certainement les plus évidentes et les plus abouties. Mais elles ne sont pas isolées. Incontestablement nos sociétés se sont engagées dans une vaste dynamique égalitaire qui déborde le strict cadre législatif. Au moins pour partie, les mœurs ont accompagné les lois. Il est aujourd’hui moins difficile pour les femmes d’accéder à des territoires dont elles sont longtemps restées totalement exclues. Du cadre professionnel au monde de loisirs, des usages domestiques aux pratiques sexuelles, des rôles sociaux aux modèles proposés, s’offre à elles un champ des possibles plus ouvert. Elles sont ainsi parfois astronautes, dirigent des entreprises parmi les plus importantes du monde, briguent les plus hautes fonctions de la République, conduisent les années. Elles peuvent être mères mais aussi privilégier leur carrière professionnelle. Elles font du sport, presque tous les sports, y compris en compétition. Aujourd’hui les filles obtiennent des résultats scolaires meilleurs que les garçons (Baudelot et Establet, 2007), aujourd’hui parmi les femmes âgées de 20 à 59 ans, plus de trois sur quatre sont actives1, aujourd’hui elles peuvent élire un-e Président-e de la République, décider de se marier et de divorcer, maîtriser la procréation. Les exemples sont nombreux qui témoignent de l’importance des évolutions dans les rapports sociaux de sexes. Ils pourraient même laisser penser que l’égalité est effective. Mais il faut être plus nuancé.

  • 2 Même les questionnaires anonymes demandent au répondant de renseigner cette dimension. Comme si le (...)
  • 3 Cromer (2005) montre par exemple combien la différenciation sexuée des socialisations est présente, (...)

3D’abord parce que nos sociétés sont encore profondément divisées. Masculin et féminin structurent nos existences. Ils définissent aussi nos identités. Avant même d’incarner un nom, un prénom, nous sommes fille ou garçon. Nous portons et rappelons cette caractéristique avant toute autre et tout le temps2. Malgré nous même. Et ce principe qui divise les individus sectorise aussi les espaces, organise nos pratiques sociales, professionnelles ou de loisirs. Parfois implicitement, parfois explicitement, il distingue les territoires. Les toilettes publiques ou les vestiaires constituent certainement l’exemple le plus évident de cette partition de l’espace. Tellement évident que l’idée même d’un monde dans lequel ces séparations n’existeraient pas paraît totalement saugrenue, voire choquante. Et de façon souvent plus subtile, plus insidieuse aussi, l’espace est largement cloisonné. L’espace public est par exemple largement masculin (Coutras, 1997). Les enquêtes sur les peurs féminines montrent notamment que les craintes de l’agression, bien plus fortes pour les femmes que pour les hommes, participent à partiellement les exclure des lieux publics (Condon, Lieber, Maillochon, 2005). Ce qui vaut pour les espaces vaut aussi pour les métiers ou les loisirs. Et ces discriminations de sexe ne sont pas isolées. Elles croisent au contraire d’autres caractères sociaux. Catégories socioprofessionnelles et « race » notamment renforcent ou atténuent la valeur déterminante du genre. Certains territoires sont ainsi colonisés par les hommes, d’autres par les femmes. Ces « choix » différenciés ne sont pas sans rapport avec les apprentissages sociaux rencontrés dès l’enfance3. Filles et garçons sont amenés à acquérir très tôt des compétences sexuées dans des sociétés construites sur la division sexuelle du travail et du monde.

4Pour autant, théoriquement, le constat d’une différenciation systématique des hommes, des femmes et de leurs mondes n’entre pas nécessairement en contradiction avec le principe d’égalité défendu idéologiquement dans les sociétés occidentales contemporaines. On peut dire au contraire que l’égalité de droit a justement pour fonction de réguler les inégalités que produisent les différences. Nous devrions ainsi pouvoir imaginer des sociétés formées d’individus différents mais égaux. Cela constitue l’ambition même de l’égalité de droit. Pourquoi faudrait-il déplorer alors qu’hommes et femmes se distribuent les rôles, les fonctions et les tâches ?

5Si le problème se pose dans le cadre présenté, c’est parce qu’à ce principe de discrimination se superpose un principe classant. Ce qui appartient aux hommes est aussi ce qui est socialement le plus valorisé, ce qu’Héritier (1996) appelle la « valence différentielle des sexes ». Dans les professions les mieux rétribuées (matériellement comme symboliquement) les hommes sont toujours surreprésentés. Au contraire, les professions dans lesquelles les femmes sont les plus nombreuses sont moins bien rétribuées. On peut même souvent noter que féminisation et dévaluation sociale d’un métier s’inscrivent dans un même processus au point d’apparaître comme deux manifestations conjointes d’une même dynamique (Cacouault, 2001). Cela vaut par exemple pour les métiers de l’enseignement ou certaines branches du monde paramédical.

  • 4 Loi du 6 juin 2000 qui vise à « favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats élector (...)
  • 5 Source : Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes (Rapport 2005, Effets directs et (...)
  • 6 Patricia Russo a depuis démissionné de ses fonctions (en juillet 2008). Remplacée par Ben Verwaayen (...)
  • 7 Entre 1901 et 2008, 36 femmes ont été récompensées : 12 Prix Nobel de la paix, Il prix Nobel de lit (...)

6Plus largement la division sexuelle du travail est profondément inégale. Presque mécaniquement les tâches les plus gratifiantes reviennent aux hommes, tandis que les femmes ont la charge de ce qui est moins valorisé. La distribution des tâches domestiques, sur ce point, est exemplaire. Même s’il existe d’incontestables évolutions, celles-ci ne devraient pas masquer les résistances à l’égalité. Cela se produit pourtant fréquemment. À chaque fois, par exemple, que l’exception est prise pour la règle : il suffit parfois qu’une femme brise les verrous d’un territoire masculin pour que se répande l’illusion qu’elles y accèdent ou peuvent y accéder en nombre. Certes on peut trouver aujourd’hui quelques femmes dans la quasi-totalité des espaces sociaux, y compris ceux qui sont les plus prestigieux, y compris ceux qui sont les plus masculins, nous les avons évoqués ; mais cela ne signifie pas qu’elles y sont nombreuses. Si la loi sur la parité4 oblige par exemple les villes de 3500 habitants et plus, à présenter des listes électorales composées d’autant d’hommes que de femmes (à une unité près), il y a environ 1 femme pour 10 maires de communes en France5. Certes le directeur général d’Alcatel-Lucent est une directrice6, mais elle est la seule femme parmi les dirigeants exécutifs des entreprises du CAC 40. Certes Marie Curie est une femme nobélisée, mais l’une des 35 femmes qui accompagnent les 753 hommes et les 20 organisations qui siègent au Panthéon de la prestigieuse académie suédoise7. C’est justement parce qu’ils sont proprement extraordinaires que ces cas sont si spectaculaires, justement parce qu’ils sont rares qu’ils deviennent exemplaires.

  • 8 Si en 2003 le taux de chômage des femmes n’était que de deux point supérieur à celui des hommes, el (...)

7Sans même évoquer ces espaces singulièrement masculins, nos sociétés donnent à voir au quotidien, l’inégalité du monde. Comme l’écrit très justement Lipovetsky (1997) « la “crise de la virilité” est davantage une image littéraire qu’un phénomène social de fond » ; les hommes s’accaparent encore largement les positions qui favorisent le pouvoir. Ce sont toujours plutôt les femmes qui subissent le chômage et le temps partiel contraint8, toujours les femmes qui assument la majeure partie des tâches domestiques. Même si elles obtiennent de meilleurs résultats scolaires et universitaires, même lorsqu’elles sont célibataires, même lorsqu’elles n’ont pas d’enfants, leurs salaires sont en moyenne moins élevés (à niveau de qualification et de responsabilité égal), leurs évolutions de carrières sont moins rapides que celles des hommes et se heurtent encore souvent à un « plafond de verre » qui limite leurs ascensions. Comment rendre compte alors de cette situation ? Comment se peut-il que globalement, dominants autant que dominées se soumettent à cet ordre des choses ?

8La persistance des inégalités dans les rapports sociaux de sexe apparaît comme une énigme. Il ne s’agit rien moins que d’un ordre des choses qui place la moitié de l’humanité sous la domination de l’autre. Il y a là une véritable anomalie pour des ensembles sociaux qui revendiquent avec force leur attachement à l’égalité. La relative faiblesse des revendications collectives en est une autre. Celles-ci ne mobilisent finalement qu’une part minime de la population concernée. Il semble même qu’il existe une certaine tolérance pour ce type d’inégalités. Comme si la division sexuelle du travail et du monde était globalement acceptée. Peut-être cet arrangement du monde n’apparaît-il pas comme objet de mobilisation légitime. Peut-être échappe-t-il à l’emprise des consciences. Peut-être repose-t-il sur des « évidences invisibles » (Löwy, 2006). Comment se mobiliser contre ce qui n’est pas perçu comme une injustice ? Il y a matière à trouver ici une partie de l’explication. Mais elle est certainement insuffisante : toutes les inégalités ne sont pas invisibles.

  • 9 Certaines études estiment à près de 2 % les incohérences génotype/phénotype (Bohuon, 2008).

9Pourtant cette organisation semble indiscutablement s’imposer. Comme s’il s’agissait finalement d’un ordre des choses qui nous dépasse et nous échappe : un fait de nature dont personne ne serait vraiment responsable et que personne ne pourrait donc vraiment contrarier. Si la condition des femmes diffère de celle des hommes, il faudrait y trouver une explication naturelle : celle qui repose sur les différences de sexe. Pourtant la distinction n’est pas toujours si évidente. Ne dit-on pas de certains hommes qu’ils ne sont pas très virils ou de certaines femmes qu’elles sont masculines ? Les chromosomes eux mêmes ne brouillent-ils pas parfois les frontières9 ? La bicatégorisation des individus permet-elle de rendre exactement compte de toute l’humanité ? La nature peut-elle légitimer ce que le social expose ? Il apparaît plutôt que les contours du masculin et du féminin ne se confondent pas avec les catégories de sexe. Cela s’observe chaque fois qu’un individu présente des conduites ou attitudes considérées comme appartenant à l’autre sexe : dispositions psychologiques, orientations sexuelles, caractères physiques, pratiques sociales. Cela s’apparente d’ailleurs à une reconnaissance implicite et inconsciente de la fragilité d’une définition strictement naturalisée des catégories.

2. Du sexe aux rapports sociaux de sexe

10Penser les relations entre hommes et femmes en terme de rapports sociaux de sexe consiste avant tout à refuser l’idée d’une détermination naturelle des différences. Cela constitue l’essence même de ces travaux marqués par l’héritage des gender studies. Ils montrent combien le sexe, entendu comme donné naturel, ne peut expliquer l’ordre des rapports sociaux entre hommes et femmes.

  • 10 Sur ce point, l’article de Gardey (2006) propose une étude de la participation des sciences (dont c (...)

11Si la distinction entre catégories biologiques de sexes et catégories sociales sexuées s’impose, c’est d’abord parce que ces ensembles – male/femelle et masculin/féminin – ne se superposent exactement ni dans l’espace, ni dans le temps. Une stricte bicatégorisation est trop étroite pour intégrer la pluralité des figures du masculin et du féminin. Sur le terrain même de la naturalisation des différences, celui qui concerne les caractéristiques physiques, ce modèle s’avère très insatisfaisant. Ni tous les hommes, ni toutes les femmes ne se ressemblent. Certaines femmes portent parfois les stigmates qui caractérisent le masculin tandis que certains hommes en sont dépourvus. Elles peuvent être grandes et fortes, tandis que certains d’entre eux sont petits et frêles. Tout au plus on peut noter une corrélation statistique entre le sexe biologique et ces traits évoqués ; mais certainement pas de causalité à sens unique, ni même de primat du biologique sur le social. Les travaux de Touraille (2009) montrent au contraire comment la division sexuelle du travail et plus largement des pratiques sociales – alimentaires par exemple – façonne l’évolution des corps des hommes et des femmes. La naturalisation des différences physiques mérite donc d’être largement mise en cause10.

  • 11 Si elles ont adopté le pantalon, ils se gardent encore de porter la jupe.

12Que dire alors des façons d’être une femme ou un homme ? Au quotidien chacun peut noter la pluralité des visages du féminin et du masculin ; pluralité irréductible à un système binaire. Cela concerne les façons de se tenir, de s’habiller, de marcher, de parler ou de rire ; les choix professionnels ou familiaux ; les sociabilités ; les pratiques culturelles, alimentaires ou sexuelles... Les femmes qui « font carrière » sont-elles moins femmes ? Et celles qui consacrent plus de temps à leur vie professionnelle qu’à leur vie familiale ? Celles qui n’aiment pas les enfants ou simplement n’en veulent pas ? Celles qui « ne sont pas maternelles » ? Celles qui aiment la lutte ? Celles qui aiment les femmes ? Sont-elles moins femmes ? Et que sont les hommes qui choisissent de prendre un congé parental ? Ceux qui sont « homme au foyer » ? Ceux qui dansent ? Ceux qui aiment le rose ? Ceux qui aiment les hommes ? Sont-ils moins hommes ? Évidemment cela concerne aussi l’apparence. En la matière les emprunts sont nombreux. Ils témoignent de la porosité des frontières des catégories sexuées. Les femmes ont depuis longtemps pioché dans les codes vestimentaires masculins. Le pantalon est devenu courant pour elles qui s’approprient aussi, à des degrés divers, le costume, la cravate ou le nœud papillon. Si le « transfert » des attributs vestimentaires est bien moins fréquent du féminin vers les hommes11, on peut noter néanmoins que le souci de l’apparence, classiquement considérée comme une attitude féminine, se décline aussi au masculin. C’est ce qu’indique notamment l’explosion du marché des produits cosmétiques à destination des hommes. Les barrières sont donc fragiles. Elles sont aussi labiles.

13Et les évolutions qui jalonnent l’histoire des sociétés le rappellent avec insistance. Elles ne sauraient être sérieusement interprétées comme de simples traductions d’évolutions naturelles. Elles montrent au contraire que « les situations des hommes et des femmes ne sont pas le produit d’un destin biologique mais sont d’abord des construits sociaux » (Kergoat, 2000, 35). Ni la bicatégorisation, ni la hiérarchisation ne résistent à l’épreuve des faits ou à une critique raisonnée de la justification naturaliste. Les catégories sexuées reposent plutôt sur une « transformation de l’histoire en nature, de l’arbitraire culturel en naturel » (Bourdieu, 1998, 8)

14Il y a là un véritable renversement paradigmatique qui dépasse la fragilité d’une naturalisation des différences et renvoie au caractère éminemment social de la fabrique du genre : « si des êtres humains, mâles et femelles existent bien au départ, le genre auquel ils appartiennent socialement est le fruit d’un processus historique et culturel : c’est pourquoi l’on peut dire que les groupes sociaux de sexe sont créés par et se créent dans le rapport social, qu’ils ne lui sont pas préexistant » (Kergoat, 2005, 95).

  • 12 Parmi les enseignants du second degré en 2007, 57,1 % sont des femmes. Elles n’occupent que 42,7 % (...)
  • 13 Nous pouvons ajouter ici que si les « choix » de métiers sont sexués, les façons d’exercer une prof (...)
  • 14 L’expression est empruntée à Knibiehler (2000).

15Cette posture permet de donner sens à un système des différences que la dimension naturelle explique très mal. La division sexuelle du travail en offre un excellent exemple. Difficile d’accepter l’argument naturaliste pour expliquer la présence différentielle des femmes dans l’enseignement secondaire selon les disciplines enseignées et les statuts : elles sont plus nombreuses dans les matières littéraires qu’en mathématiques et en sciences (Cacouault, 2007). Elles sont aussi sous-représentées dans le corps des agrégés et parmi les personnels de direction12. Le monde médical présente les mêmes traits caractéristiques. Il y existe un engagement différentiel selon les spécialités : elles représentent 79 % de pédiatres, ils sont 87 % des chirurgiens (Jaisson, 2002). Ces deux cas ne sont pas exceptionnels. Il y a une double constante : dans l’espace professionnel hommes et femmes se distribuent inégalement et ce, sans raison « naturelle »13. Et il y a plus. Considérer la question de la division sexuelle du travail sous le seul angle du travail professionnel constituerait une faute. La division première concerne la partition entre travail professionnel et travail domestique. Largement, le travail domestique est une charge qui incombe aux femmes. Elles continuent d’assumer, comme nous l’avons déjà noté, l’essentiel de ces activités, ménagères, éducatives... Il n’y a pas plus de raison naturelle à cette distribution des tâches à laquelle se superpose une partition des univers du privé et du public, « du dedans et du dehors »14, qu’à l’association du bleu au masculin, du rose au féminin ou qu’à bien d’autres constructions sexuées arbitraires.

  • 15 Cette question de la distinction sociale que fabrique le genre est d’ailleurs au cœur des débats fé (...)

16Les rapports sociaux de sexe ont cette autre particularité de traverser l’ensemble du social : « les différences de genre contribuent toujours à organiser les existences » (Lemel et Roudet, 1999, 20). Ainsi, pour Héritier, les différences de sexe sont « au fondement de toute pensée, aussi bien traditionnelle que scientifique » (Héritier, 1996, 19). Par conséquent celles-ci dessinent les contours des relations qu’entretiennent hommes et femmes. Plus largement, le genre fonctionne comme un filtre de lecture qui conditionne nos rapports au monde. Il s’agit même pour l’anthropologue du « butoir ultime de la pensée » (ibid.). Il convient donc de penser l’ensemble des rapports sociaux en terme de rapports sociaux de sexe. C’est notamment ce que prônent Battagliola et Combes (1990), ou Kergoat (2000) pour qui « ce rapport social est structurant pour l’ensemble du champ social et transversal à la totalité de ce champ ». Comment pourrait-il en être autrement ? Notre identité sexuée est constamment donnée à voir. Elle s’invite dans tous les interstices de nos relations sociales. C’est aussi pour cela que l’on peut considérer d’emblée la variable du genre comme une variable structurante15.

  • 16 C’est ce que montre notamment Welzer-Lang (1995) dans ses travaux sur les masculinités.

17Celle-ci se traduit par une double logique classante : le « principe de séparation » et le « principe de hiérarchie » (Kergoat, 2000). Par ces deux principes distincts et complémentaires les rapports sociaux de sexe structurent l’espace social. Le principe de séparation produit une distinction et partage le champ social entre ce qui relève de l’ordre du masculin et ce qui appartient au féminin. Cette partition binaire du monde est fondamentale dans la production des rapports sociaux de sexe. Elle en est aussi le résultat. Cela installe l’idée selon laquelle masculin et féminin ne se confondent pas mais se définissent au contraire par exclusion : ce qui est féminin n’est pas masculin, et inversement. Ce processus est particulièrement remarquable dans la production de la masculinité16. À ce principe de séparation, s’ajoute un principe de hiérarchie. Il apparaît en fait que les rapports sociaux de sexe à la fois produisent, et reposent sur ce double système qui distingue radicalement des femmes et des hommes et instaure l’inégalité entre les unes et les autres.

18Les catégories sexuées produites dans et par les rapports sociaux de sexe sont donc classantes à double titre : d’abord parce qu’elles marquent les différences, ensuite parce qu’elles les hiérarchisent. En ce sens l’utilisation de la notion de rapports sociaux de sexe est proche de celle de genre entendue non seulement comme « le sexe social, la différence des sexes construites socialement et culturellement » (Thébaud, 2005,61), mais aussi comme une « façon première de signifier des rapports de pouvoir » (Scott, 1988). Le genre intègre donc comme les rapports sociaux de sexe la double perspective d’une construction sociale des catégories sexuées et des rapports de pouvoir qui en découlent. Il permet ainsi de mettre en évidence, d’analyser et de discuter le rapport déséquilibré entre hommes et femmes. Car il apparaît que « par la description ou les dénonciations de l’état de dépendance économique, des niveaux hiérarchiques de l’autorité, des modes de domination... toutes les analyses convergent et s’attachent à montrer que le fonctionnement du système social permet au groupe masculin de contrôler et de soumettre le groupe féminin » (Ferrand et Langevin, 1990).

3. Rapports sociaux de sexe et domination masculine

  • 17 Rapport de l’ONU, 1995, cité par Héritier (1996).
  • 18 Source INSEE (2004).

19Il y a là un paradoxe dans le genre : bien qu’il soit indispensable de rappeler le caractère polymorphe et dynamique des rapports sociaux de sexe, bien que nous insistions sur la nécessité d’éviter toute réification de ce rapport social, il faut admettre combien celui ci peut prendre la forme d’une persistante domination masculine. Il apparaît en effet que « l’égalité des chances entre hommes et femmes ne se rencontre dans aucune société actuelle »17. Globalement donc, dans toutes les sociétés, la division sexuelle du travail favorise les hommes, au détriment des femmes. Même dans des sociétés démocratiques attachées au principe d’égalité, même dans des ensembles sociaux marqués par une « civilisation des mœurs » (Elias, 1973) qui devrait réduire l’importance de la force physique comme moyen de coercition, même lorsque les champs des possibles sont objectivement plus ouverts, force est de constater la persistance d’un ordre social inégalitaire. Car même si les rapports sociaux de sexe évoluent, ils n’en restent pas moins déséquilibrés. En faveur des hommes. Il convient de distinguer ce qui relève d’une évolution de ce qui s’apparente à un renversement de l’ordre établi. En l’occurrence, « les changements masquent une permanence des inégalités, [...] celles-ci se maintiennent sous de nouvelles figures, [...] les déplacements, les translations ne doivent pas faire illusion » (Singly, 1993, 59). Le cas des pratiques sportives illustre parfaitement ce constat. La féminisation générale des sports masque l’investissement toujours inégal des hommes et des femmes dans les différentes disciplines, les différences de modes de pratiques ou de rétribution. Et le champ des pratiques sportives ne fait pas figure d’exception. L’homologie est forte avec le monde du travail. Dans la population active, si la part des femmes s’est considérablement accrue (46 % des actifs sont des femmes et le taux d’activité des femmes est de 69 %18), pas plus qu’elles ne choisissent les mêmes disciplines sportives que les hommes, les femmes ne s’engagent dans les mêmes métiers (et quand bien même ce serait le cas, à qualification et fonction égale, leurs salaires sont en moyenne inférieurs à ceux des hommes). Les filles sont pourtant de plus en plus nombreuses à recevoir une formation scolaire et universitaire importante. Elles y réussissent même mieux que les garçons (Baudelot et Establet, 2007). Cela étant, elles restent minoritaires parmi les postes les plus valorisés de la recherche, de l’économie ou de la politique. Bref, les inégalités sont persistantes « tant dans les structures objectives que dans les représentations » (Bourdieu, 1995). Il y a là une véritable énigme.

3.1. Une domination sans fondement ?

20La question de la permanence de la domination masculine illustre exactement ce que Bourdieu (1998) appelle le « paradoxe de la doxa ». Le sociologue s’étonne en effet de pouvoir dresser ce constat d’une soumission forte des individus à un ensemble de principes qui semblent s’imposer à eux sans raison apparente. La domination masculine est pour lui « l’exemple par excellence de cette soumission paradoxale » (ibid., 7). Cette position s’entend particulièrement lorsque, comme dans nos ensembles sociaux, il n’existe pas de fondement juridique à la domination.

21Cela étant, même si le droit devrait prémunir les femmes de la domination fondée sur un recours à la force, et même si on peut dire des sociétés occidentales contemporaines qu’elles sont relativement pacifiées, négliger ou nier l’existence des violences constituerait assurément une faute. En particulier si l’on accorde à ce terme une acception qui ne se réduit pas aux seules agressions physiques. L’enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF, 2000) montre combien cela participe encore au maintien de la domination masculine (Jaspard, 2001). Cela peut prendre la forme très directe du passage à l’acte (bousculade, coups, viol...), mais ces manifestations, que l’on peut considérer comme les plus graves, ne sont pas les plus fréquentes. L’ENVEFF, évalue à 2 % la part des femmes victimes de violences physiques. Evidemment, il y a là une situation dont on comprend aisément qu’elle installe la domination. La part de celles qui sont victimes augmente considérablement lorsque sont considérées les violences verbale ou psychologique. Dans l’espace public, parmi les femmes âgées de 20 à 24 ans, près d’une sur quatre a subi des insultes ou menaces verbales (lors des 12 mois précédant l’enquête). Certes il n’y a pas d’agression physique ici, mais cela entretient assurément un climat d’inquiétude. Il n’est apparemment pas nécessaire d’avoir recours effectivement à la violence physique pour que celle si soit « efficace ». La simple menace suffit. Cela vaut pour l’exemple donné de l’espace public, mais les dynamiques sont les mêmes dans les cadres professionnel et domestique. Ce mécanisme constitue donc un ressort puissant d’imposition de la domination. Mais il ne peut tout expliquer. Il serait absurde de prétendre que toutes les situations se règlent par le recours à la force physique ou par la perspective de devoir y faire face. Dans nos sociétés plus qu’ailleurs. En bien des domaines les mécanismes d’imposition de l’ordre établi ne sont pas si évidents. La domination, que l’on observe de fait, se donne alors à voir comme une puissance sans armes ni fondement. Elle semble en tout cas s’imposer sans recourir à la coercition : dans le cadre professionnel, dans le partage des tâches domestiques et plus globalement dans la division sexuelle du travail. Ces « arrangements sociaux » entre les sexes qui structurent les sociétés, ne sauraient seulement reposer sur l’usage de la force.

  • 19 Sur la question du « care » on pourra par exemple se référer au travail d’Elsa Dorlin (2006).
  • 20 Dominante parce qu’elle semble être largement répandue et faiblement discutée. Cela ne signifie pas (...)
  • 21 S’il existe d’ailleurs dans les compétitions sportives des « tests de féminité » visant à garantir (...)

22Cet ordre des choses semble donc rencontrer une relative adhésion de la part des dominants comme des dominés. Les travaux portant sur les questions du travail social et du « care »19 montrent par exemple comment hommes et femmes peuvent accepter (parfois même défendre) une répartition des tâches légitimée par les stéréotypes sexués, qui contribuent à la production des inégalités (Bessin, 2005). La domination semble commander sans être mise en question. Par la « force des choses », elle organise les pratiques sociales et parait échapper à la conscience ainsi qu’aux résistances des acteurs. Compte tenu de l’ampleur des inégalités et de la population concernée, on ne peut que s’étonner de la relative faiblesse des mobilisations. Cette situation laisse penser que l’ordre des choses n’est pas nécessairement subi, mais plutôt largement accepté. Les ressorts de la domination masculine se confondent ici avec le modèle de l’assujettissement fait à la fois d’imposition culturelle et d’obscurcissement des consciences. Cette hypothèse explicative permet de rendre intelligible une large part des énigmes que présente la domination masculine : la persistance des inégalités, l’absence apparente d’autres mécanismes coercitifs globaux, les similarités dans les discours qui transcendent le clivage dominant dominé, l’absence de mobilisations collectives massives visibles et in fine donc, ce qui ressemble à une adhésion sociale à cet ordre des choses. Dans cette perspective théorique la naturalisation des différences de genre, « paradigme naturaliste » pour Welzer-Lang (2000), « idéologie naturaliste » pour Kergoat, (2005) apparaît comme le point d’appui de la domination. Cette idéologie, dont on peut dire qu’elle est dominante20, renvoie non seulement à la pensée d’une « nature » différente des hommes et des femmes, mais aussi à la supériorité « naturelle » des hommes : « une transposition naturaliste assimile le corps humain au corps social : l’infériorité physique de l’ensemble des femmes explique leur domination en tant que sexe sur le plan social » (Ferrand et Langevin, 1990,22). Ici on peut penser que les sports n’illustrent pas uniquement l’ordre sexué établi, mais participent aussi à sa production et à sa reproduction. D’abord parce qu’ils fonctionnent en permanence sur le mode de la séparation des sexes. Très souvent les pratiques sont démixées. Même s’ils se croisent à l’entraînement, garçons et filles ne se mélangent jamais tout à fait ni dans les espaces (dont les vestiaires constituent l’exemple le plus évident, mais pas le seul), ni dans les exercices (qui sont le plus souvent « adaptés » pour les unes et pour les autres). Sous-tendue par l’idée d’une supposée impossibilité naturelle pour les femmes de rivaliser avec les hommes, la division sexuelle dans les compétitions sportives et par conséquent dans les pratiques, apparait comme la norme. Ce mode d’organisation fonctionne ainsi comme un principe classant qui institue – a priori – une hiérarchie entre les sexes et la supériorité par principe des hommes sur les femmes. La compétition offre ainsi une forme de légitimité « naturelle » à ce qui se présente comme un constat de la supériorité des hommes sur les femmes21.

23Cette idéologie participe ainsi largement au maintien de la domination masculine en inscrivant dans les esprits et dans les corps un ordre social pensé comme immuable. Surtout cette idéologie, parce qu’elle prétend renvoyer à la nature, masque son caractère social, arbitraire. Elle échappe ainsi, largement aux résistances : comment serait-il possible de renverser ce qui se donne à comprendre comme un état de nature ?

24Mais cette posture résiste mal à la prise en compte de l’histoire de la contestation, pourtant nécessaire à la compréhension de la domination (Laufer, Marry et Maruani, 2001). Car les résistances existent chez les dominants comme chez les dominés. Les premiers s’attachent à préserver leurs avantages : les femmes dans les filières d’enseignement technique rencontrent, par exemple, les réticences de leurs collègues masculins : « on retrouve la lutte contre l’invasion féminine qui mettrait en cause l’identité de genre dans les résistances à l’entrée des filles dans les filières d’enseignements techniques traditionnellement masculines » (Zaidman, 1992, 85). Il s’agit alors pour les hommes de conserver un territoire qui traditionnellement leur appartient. Mais les contestations ne sont pas un privilège des seuls dominants. Elles concernent aussi les dominés, qui luttent contre les inégalités : parfois de façon spectaculaire, parfois de façon plus discrète, par une simple opposition de principe. C’est-à-dire que même si les individus se soumettent en actes, ils n’adhèrent pas nécessairement pour autant à l’idéologie qui les opprime : « l’acceptation pratique n’empêche pas les contestations plus ou moins cachées de s’exprimer » (Martuccelli, 2004, 473). Les mouvements de revendications collectifs, même s’ils ne concernent qu’une part réduite de la population, même s’ils sont « silencieux », prennent ainsi part incontestablement, à la fabrique des rapports sociaux de sexe. Ils indiquent surtout les limites de la « doxa de sexe » et une certaine perméabilité de la conscience publique aux études sur le genre. Tout au moins ils invitent à considérer avec prudence la seule perspective de l’assujettissement comme mécanisme de domination.

3.2. Résistances et dynamiques dans les rapports sociaux

  • 22 C’est d’ailleurs ce qui différencie ce concept de celui de genre pour quelques sociologues (Kergoat (...)

25Nos sociétés sont donc traversées par un rapport social déséquilibré entre les hommes et les femmes. Celui-ci, parce qu’il est toujours orienté dans le même sens permet de dire qu’il existe, de fait, une situation contemporaine de domination masculine. Cela étant, si cette domination apparaît de façon relativement permanente, elle n’est pour autant ni homogène ni immuable. C’est un des intérêts heuristiques de la notion de rapport social de sexe que de pouvoir penser la domination comme le résultat des rapports antagonistes entre deux groupes sociaux qui s’opposent, et de l’envisager ainsi dans une perspective dynamique22.

26Cette orientation théorique permet d’appréhender la complexité de la domination masculine qui « ne doit pas s’analyser comme un bloc monolithique où tout est joué une fois pour toutes, où les relations se reproduisent à l’identique » (Welzer-Lang, 2000, 110). Car nous l’avons noté, même si les inégalités persistent, les évolutions existent. Et celles-ci reposent vraisemblablement sur le fait que « la domination masculine ne s’impose plus avec l’évidence de ce qui va de soi » (Bourdieu, 1998, 95). On peut penser que les mouvements féministes ont notamment contribué à rendre plus visible la domination ainsi que son caractère arbitraire. Cela pourrait d’ailleurs s’inscrire dans la perspective développée par Martuccelli (2002) qui montre que les sociétés modernes sont marquées par leur caractère réflexif : les individus semblent de plus en plus conscients des processus sociaux qui président à leur existence. Cette considération s’accompagne nécessairement d’une mise en question d’un modèle de la domination qui reposerait sur le principe de l’imposition d’une idéologie dominante. Non pas que ce mode d’incorporation de la domination soit complètement nié, mais qu’il se trouve certainement affaibli par le développement des « compétences critiques » (Martuccelli, 2004, 472). Par conséquent, c’est la portée même du « paradoxe de la doxa » qui se trouve mise en cause. Car pour Bourdieu, si les agents se conforment à l’ordre établi c’est justement parce que cet ordre est incorporé, à la fois cause et conséquence d’une adhésion aveugle des dominés aux principes d’une idéologie dominante qui les opprime. Dès lors que les individus ont les moyens d’appréhender en conscience ces mécanismes sociaux, il faut trouver un autre schème explicatif pour rendre compte de la soumission des acteurs. Cette inflexion théorique se pose avec d’autant plus de force que la pertinence du concept même d’idéologie dominante doit être mise en question : difficile d’envisager en effet, dans des ensembles sociaux morcelés (Dubet et Martuccelli, 1998), une imposition culturelle uniforme.

27Pour Martuccelli (2004), c’est plutôt par l’existence de contraintes imposées aux individus que se maintient la domination : « la domination ne trouve plus son noyau principal dans la culture, mais dans un ensemble de contraintes vécues comme indépassables par l’acteur » (ibid., 477). Dans ce mode d’intelligibilité, l’individu n’est pas uniquement agent, « agit par la force des choses », mais aussi acteur soumis à un jeu de contraintes perçues comme telles. Cette ouverture théorique permet, sans occulter les influences inconscientes, de relativiser leur toute puissance et de penser ainsi la complexité des mécanismes de la domination. En particulier, elle propose un cadre heuristique à même d’appréhender la question des résistances. Au contraire, la perspective de l’assujettissement, parce qu’elle consiste à fonder la domination sur la non conscience des acteurs des principes qui les oppriment, intègre difficilement les manifestations d’opposition à l’ordre établi. Comment les individus pourraient-ils contester ce qu’ils ne perçoivent même pas ? Il conviendrait donc de penser la persistance de la domination comme adhésion pratique plutôt que volontaire, fondé sur la contrainte plutôt que la culture.

  • 23 Ils peuvent aussi individuellement être dans une situation professionnelle plus favorable (en terme (...)
  • 24 L’emploi même du terme congé parental rend compte de la considération sociale accordée au travail d (...)

28Se pose alors, de nouveau, la question des mécanismes pratiques d’imposition de l’ordre de la domination. Sans revenir sur la violence physique dont nous avons montré qu’elle est relativement limitée dans l’espace social, nous pouvons évoquer le « principe d’engendrement » des rapports sociaux de sexe : « les rapports sociaux produisent et reproduisent par la médiation des enjeux, les pratiques sociales, lesquelles agissent en retour sur les tensions que sont les rapports sociaux » (Kergoat, 2005, 95). Le principe d’engendrement permet de mieux comprendre comment la division sexuelle du travail par exemple, peut participer au maintien contraint de la domination masculine. Lorsque les hommes occupent dans le monde du travail, des positions plus valorisées que celles des femmes23, la situation dans le couple peut constituer une ressource pour le père, une contrainte pour la mère lorsqu’il faut discuter la question du congé parental24. Ce n’est donc pas nécessairement par adhésion idéologique, mais aussi par contrainte que les carrières professionnelles sont plus souvent mises en suspens pour les femmes que pour les hommes. La division sexuelle du travail apparaît ainsi à la fois comme conséquence et comme cause pratique de l’inégalité dans les rapports sociaux de sexe.

  • 25 Il faut noter ici qu’il peut exister différents modèles de virilité. Ceux-ci peuvent même prendre d (...)

29Mais toutes les formes de domination ne se ressemblent sans doute pas trait pour trait. Par son ampleur, sa persistance et la puissance de ses fondements idéologiques – reposant sur la naturalisation – la domination masculine mérite d’être spécifiquement étudiée. Plutôt que d’opposer des mécanismes qui se voudraient exclusifs, il est certainement plus pertinent d’essayer de penser l’articulation des ressorts dynamiques de la domination. Dans le système complexe des sociétés contemporaines largement marquées par un déséquilibre très favorable aux hommes dans les rapports sociaux de sexe, priver l’explication de toute conscience subjective des acteurs constituerait certainement une erreur aussi grave que celle qui refuserait totalement la puissance des idéologies dominantes (de la naturalisation des différences et inégalités en particulier). C’est plutôt dans la double appréhension de la domination comme étant culturellement et subjectivement inscrite dans les corps et les esprits, mais également comme produit des rapports de contrainte entre les individus que nous pensons saisir plus finement les rapports sociaux de sexe. C’est également dans cette perspective que nous pourrons situer l’imposition d’une certaine idéologie dominante de la virilité non seulement aux femmes mais aussi aux hommes. Car indéniablement, les hommes également peuvent être victimes de la domination masculine, dès lors qu’ils ne s’inscrivent pas dans le modèle masculin dominant (Welzer-Lang, 2000). Ainsi les rapports sociaux de sexe ne produisent pas seulement une classification qui dichotomise le monde. Entre les femmes, entre les hommes, s’instaurent des hiérarchies qui rappellent toute la faiblesse d’une catégorisation simplement binaire. Certains sont dominants parmi les dominants, comme s’ils étaient « plus hommes » ; ou plus exactement plus virils. C’est ce que montrent par exemple les travaux de Mathieu et Welzer-Lang (1997) dans l’univers carcéral ou ceux de Godelier (1982) chez les Baruyas de Nouvelle-Guinée : il y a des hommes et des « grands hommes ». Plutôt que de domination masculine, il est alors peut-être plus juste de parler de domination virile, exercée par les hommes sur les femmes ainsi que sur les hommes qui ne répondent pas au modèle viril dominant25. Modèle pour lequel il faut se garder de toute tentative de réification, ne jamais faire l’économie de la dimension dynamique de rapports sociaux sous tension. Penser plutôt à mettre au jour la complexité des mécanismes de la fabrique du genre.

Notes

1 La population active au sens du recensement pour l’INSEE regroupe la « population active occupée » comprenant les personnes qui déclarent « exercer une profession (salariée ou non) même à temps partiel – aider un membre de la famille dans son travail (même sans rémunération) – être apprenti, stagiaire rémunéré...– être militaire du contingent (tant que cette situation existait) », et les « chômeurs » qui sont « les personnes (de 15 ans ou plus) qui se sont déclarées chômeurs (inscrits ou non à l’ANPE) sauf si elles ont, en outre déclaré explicitement ne pas rechercher de travail ».

2 Même les questionnaires anonymes demandent au répondant de renseigner cette dimension. Comme si le sexe du sujet dépassait la limite acceptable de l’anonymat. Comme si notre identité pouvait se passer d’un nom mais jamais d’un sexe.

3 Cromer (2005) montre par exemple combien la différenciation sexuée des socialisations est présente, précoce et polymorphe.

4 Loi du 6 juin 2000 qui vise à « favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives ».

5 Source : Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes (Rapport 2005, Effets directs et indirects de la loi du 6 juin 2000 : un bilan contrasté).

6 Patricia Russo a depuis démissionné de ses fonctions (en juillet 2008). Remplacée par Ben Verwaayen, il n’y a plus fin 2008, que des hommes parmi les directeurs exécutifs des entreprises qui composent le CAC 40.

7 Entre 1901 et 2008, 36 femmes ont été récompensées : 12 Prix Nobel de la paix, Il prix Nobel de littérature, 8 prix Nobel de physiologie et médecine, 3 Nobel de Chimie et 2 de Physique. À noter que la distribution des femmes par type de Nobel n’est pas surprenante. Elle témoigne encore de la puissance de la division sexuelle du travail. C’est lorsqu’il s’agit de « care » ou d’art que les femmes sont un peu moins absentes.

8 Si en 2003 le taux de chômage des femmes n’était que de deux point supérieur à celui des hommes, elles sont encore cinq fois plus nombreuses qu’eux à occuper un emploi à temps partiel et quatre fois plus nombreuses que les hommes dans une situation de sous emploi, « c’est-à-dire à temps partiel en souhaitant travailler davantage » (Colin, Djider et Ravel, 2005).

9 Certaines études estiment à près de 2 % les incohérences génotype/phénotype (Bohuon, 2008).

10 Sur ce point, l’article de Gardey (2006) propose une étude de la participation des sciences (dont certaines sont des « sciences naturelles ») à la définition du genre.

11 Si elles ont adopté le pantalon, ils se gardent encore de porter la jupe.

12 Parmi les enseignants du second degré en 2007, 57,1 % sont des femmes. Elles n’occupent que 42,7 % des postes de direction (Van Zanten, 2008).

13 Nous pouvons ajouter ici que si les « choix » de métiers sont sexués, les façons d’exercer une profession le sont aussi. C’est ce que montre par exemple Bessin (2005), dans le travail social.

14 L’expression est empruntée à Knibiehler (2000).

15 Cette question de la distinction sociale que fabrique le genre est d’ailleurs au cœur des débats féministes. Pour Fraser (2005) par exemple, la lutte pour la justice sociale devrait passer par un processus de « déconstruction » des catégories sociales – de genre, de classe, de race.

16 C’est ce que montre notamment Welzer-Lang (1995) dans ses travaux sur les masculinités.

17 Rapport de l’ONU, 1995, cité par Héritier (1996).

18 Source INSEE (2004).

19 Sur la question du « care » on pourra par exemple se référer au travail d’Elsa Dorlin (2006).

20 Dominante parce qu’elle semble être largement répandue et faiblement discutée. Cela ne signifie pas qu’il n’existe pas de variantes ni que l’idéologie dominante s’impose partout, pour tous, tout le temps. La notion même d’idéologie dominante mérite d’ailleurs d’être utilisée avec prudence (Martuccelli, 2004).

21 S’il existe d’ailleurs dans les compétitions sportives des « tests de féminité » visant à garantir la « féminité » des candidates, il n’y a pas d’équivalent pour les hommes (Bohuon, 2008).

22 C’est d’ailleurs ce qui différencie ce concept de celui de genre pour quelques sociologues (Kergoat, 2005). Pour d’autres, le genre intègre la perspective dynamique de rapports mouvants entre hommes et femmes : « l’utilisation du genre dénaturalise la différence des sexes et invite à analyser dans leurs contextes et par une comparaison dynamique la construction des rôles (masculins et féminins) et des identités sexuées » (Thébaud, 1995,63). Dès lors genre et rapports sociaux de sexe peuvent être utilisés indifféremment. Par l’utilisation de ces concepts nous souhaitons surtout rendre compte de la perspective sociale et dynamique de la production des rapports sociaux entre hommes et femmes. C’est pour cette raison que nous recourons indifféremment à ces deux concepts.

23 Ils peuvent aussi individuellement être dans une situation professionnelle plus favorable (en terme de revenu par exemple), ce qui n’exclut pas que cette position plus favorable ne soit pas elle même liée à la dynamique des rapports sociaux de sexe. Prenons pour exemple la différence moyenne d’âge des deux membres du couple : les hommes sont en moyenne plus âgés que leur compagne. Cela induit des positions différentes dans la carrière qui favorisent les hommes (Löwy et Marry, 2007).

24 L’emploi même du terme congé parental rend compte de la considération sociale accordée au travail domestique qu’occasionne la prise en charge d’un nouveau né.

25 Il faut noter ici qu’il peut exister différents modèles de virilité. Ceux-ci peuvent même prendre des formes très diverses (Duret, 1999), même si, comme le note Mosse (1996), il existe aussi des « invariants de la virilité ». Il n’en demeure pas moins que l’on peut admettre que certains modèles masculins sont objectivement plus valorisés que d’autres.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.