Desktop versionMobile version

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Première partie. Le risque, l’engagement, les rapports sociaux de sexe

Les ressorts de l’engagement dans les pratiques sportives à risque

Full text

1Éclairer les engagements dans les pratiques sportives à risque constitue une dimension centrale de cet ouvrage. Mais plus largement il s’agit de mieux comprendre les goûts les choix et les parcours En particulier , ceux qui sont singuliers, ceux qui échappent aux régularités, tendances lourdes ou normes statistiques. Il y a aussi un parti pris ou plus exactement une position ontologique qui consiste à penser que l’étude des marges participe à une meilleure compréhension des phénomènes dans leur ensemble, que les écarts à la norme aident à mieux comprendre les normes, l’ensemble faisant système. Cela revient également à dire que pour comprendre les engagements extra-ordinaires, on ne peut négliger les apports des travaux qui expliquent les modes d’engagements les plus communs.

1. Saisir les moteurs de l’engagement

2Quelques travaux fondateurs de la sociologie du sport, s’attachent à montrer que la distribution des pratiques sportives ressemble à celle de la plupart des autres pratiques sociales. Ces travaux s’inspirent largement des thèses développées par Pierre Bourdieu, mettant en évidence la dimension sociale de la production des goûts et marquant ainsi une rupture avec la référence psychologisante ou naturalisante. Le schème explicatif propose, partant de la mise en évidence de régularités statistiques entre propriétés socioculturelles et pratiques sociales, une explication reposant sur l’incorporation, par la socialisation, de dispositions qui façonnent chez les individus un rapport au monde dont font partie les goûts. Ces dispositions se constituant en système que Bourdieu appelle habitus sont des « principes générateurs de pratiques [...] des principes de classement, des principes de vision et de division, des goûts, différents » (Bourdieu, 1994, 23). Incorporées, les dispositions dépendent largement de la position des individus dans l’espace social c’est-à-dire de leur classe. Ainsi « l’espace des positions sociales se retraduit dans un espace des prises de positions, par l’intermédiaire de l’espace des dispositions (ou des habitus» (ibid., 22). Les habitus sont alors des « structures structurées et structures structurantes » (Bourdieu, 1979, 101) en ce qu’elles sont produites lors de la socialisation par la structuration de l’espace social et qu’elles participent en retour à la (re)production de cet espace.

3La thèse de l’habitus permet donc de rendre compte de la production des goûts en général, et des goûts sportifs par conséquent. Dans le travail de Bourdieu les références aux activités sportives sont d’ailleurs nombreuses. Celles-ci font partie d’un ensemble de pratiques cohérentes générées par l’habitus. Les travaux de Pociello (1981) s’inscrivent dans cette perspective bourdieusienne en traitant spécifiquement de la question de la constitution des goûts sportifs. Princeps, ces recherches s’attachent à montrer l’existence d’une homologie entre les propriétés socioculturelles des agents et les propriétés des sports qu’ils choisissent. Les pratiques sportives s’inscrivent ainsi dans un ensemble de pratiques culturelles assorties entre elles et coordonnées par l’habitus comme système de dispositions « générateur et unificateur » (Bourdieu, 1994, 16) des pratiques. D’inspiration structuraliste, cette théorie propose donc un « schème d’intelligibilité » (Berthelot, 1991,18) extrêmement puissant, susceptible de rendre compte de l’engagement sportif.

4Mais l’envergure de ce mode d’explication présente aussi les faiblesses de ses forces. C’est notamment sur ce point que se concentrent les critiques : l’ambition globalisante poursuivie conduit à lisser les aspérités. Si la sociologie de la reproduction se prête bien à l’appréhension du collectif, elle est plus fragile lorsqu’il s’agit de rendre compte des singularités. La vision unificatrice de l’habitus s’accommode assez mal des parcours atypiques. Cela ne signifie pas qu’elle soit sur ce point muette. En particulier dans ses évolutions les plus récentes, la théorie « néo-structuraliste » s’est attachée à démontrer qu’elle pouvait rendre compte des parcours originaux. Car l’habitus n’est pas strictement le produit d’une appartenance de classe, il est aussi produit par les expériences sociales que rencontrent les individus : « l’habitus n’est pas le destin que l’on y a vu parfois. Étant le produit de l’histoire, c’est un système de dispositions ouvert, qui est sans cesse affronté à des expériences nouvelles et donc sans cesse affecté par elles » (Bourdieu et Wacquant, 1992, 108). La prise en compte de l’influence des parcours individuels et des expériences vécues offre donc à la thèse de l’habitus une ouverture pour envisager les cas particuliers. À condition, bien entendu, que la nature des expériences vécues ne soit pas conditionnée par la position sociale qu’occupent les acteurs. Ce n’est pas la position la plus diffusée dans l’œuvre de Bourdieu.

5En outre, les goûts ne se traduisent pas nécessairement en actes. Et l’exercice d’une pratique, fut-elle une pratique de loisir, ne révèle pas nécessairement un goût. Tout au moins on peut postuler sans grand risque, que tous ceux qui s’adonnent à une même pratique n’ont pas exactement les mêmes goûts. Ces considérations reviennent à dire qu’on ne saurait rigoureusement poser un lien mécanique entre un système de dispositions et ses manifestations pratiques. Les goûts ne se traduisent ni systématique par un engagement pratique, ni uniformément dans les pratiques. Finalement cette théorie explicative se fonde sur le principe, discutable, du caractère cohérent et systématique de l’ensemble constitué par les structures sociales, les systèmes de dispositions, les agents et leurs actes.

  • 1 Mendras (2002) utilise également ce terme pour qualifier la société française.

6Discutable notamment lorsque sont mises en évidence des tendances caractéristiques des sociétés occidentales contemporaines à la recomposition et au morcellement des cadres sociaux. Dubet et Martuccelli (1998) insistent justement sur la nécessité de questionner le sens même de ce qu’il est commun – et commode – d’appeler « la société ». Pour ces auteurs loin de constituer un tout cohérent, cet ensemble fuyant doit être pensé comme un « patchwork » (ibid., 13)1, une agrégation d’éléments hétérogènes. Cette façon d’appréhender le social n’est pas sans conséquence pour la compréhension de l’incorporation des dispositions. Car il devient difficile d’accepter l’idée que dans un monde pluriel les individus puissent rencontrer des cadres de socialisation homogènes. Les institutions « traditionnellement » chargées d’assumer cette fonction tendent à perdre de leur influence, « ni l’école, ni la famille, ni les Églises ne peuvent être considérées comme des institutions au sens classique du terme. Elles sont plutôt des cadres sociaux dans lesquels les individus construisent leurs expériences et se forment ainsi comme des sujets » (Dubet et Martuccelli, 1998, 17). Cela participe à faire de la socialisation un processus « dilué ». D’autant qu’à cette complexité que l’on peut dire synchronique s’ajoute une pluralité diachronique : « désormais, il n’existe que peu, et surtout de moins en moins, d’univers relativement clos où tout au long d’une vie, l’individu circulait dans des situations proches de celles qu’il avait connues dans sa prime socialisation et où la pratique sociale était fortement encadrée par des processus de reproduction culturelle » (Martuccelli, 2002, 23). Ce morcellement des cadres sociaux a des conséquences sur le champ des possibles de l’expérience. Lorsque le monde est plus ouvert, on peut penser que les expériences sont moins fermement arrimées à quelques conditions sociales d’existence. Cette prise en compte de la variété des expériences vécues et de leur caractère structurant constitue une piste explicative à la question des parcours atypiques (Corcuff, 1999).

7Le travail de Lahire emprunte à ces deux paradigmes, structuraliste d’une part, expérientiel d’autre part. Pour le sociologue, « entre la famille, l’école, les groupes de pairs, les multiples institutions culturelles, les médias etc., qu’ils sont souvent amener à fréquenter, les enfants de nos formations sociales sont de plus en plus confrontés à des situations hétérogènes, concurrentes et parfois même en contradiction les unes avec les autres du point de vue des principes de socialisation qu’elles développent » (1998, 31). Ici c’est donc l’homogénéité plus que l’hétérogénéité des cadres de socialisation et des expériences vécues qui relève de l’« exception historique » (Lahire, 1998, 29). Parce que les principes de socialisation sont hétérogènes, alors les dispositions ne peuvent être que plurielles, car « la systématicité est dans l’opus operatum, parce qu’elle est dans le modus operandi » (Bourdieu, 1979, 193). C’est-à-dire que si la structure structurée produit des comportements cohérents, c’est parce que la structure structurante constitue un ensemble homogène. Dès lors qu’il n’y a plus d’unicité dans le modus operandi, on ne peut présager de la cohérence de l’opus operatum. La rencontre d’expériences sociales diversifiées et la confrontation à des ensembles socialisateurs pluriels pourraient bien expliquer les parcours extra-ordinaires et les dissonances culturelles. Plus exactement, cette perspective amène à repenser l’idée même de dissonance. Car celle-ci n’a de sens qu’à condition d’accepter l’idée d’une trajectoire « ordinaire », produit d’une socialisation monochrome. S’ils sont statistiquement marginaux les choix singuliers n’en sont pas pour autant inintelligibles ni même véritablement improbables. D’autant que les parcours particuliers révèlent d’autres influences déterminantes dans les choix de pratiques et les modes d’engagement. Si les systèmes de dispositions sont pluriels, prises isolements les dispositions ne portent pas le pouvoir performatif d’un système homogène. Elles ne peuvent plus être retenues comme unique moteur de l’action. Il convient donc fort logiquement de considérer d’autres facteurs ou conditions d’influence. Plus situés dans l’espace et le temps.

8Ne plus penser les dispositions en terme d’habitus, « général et transposable [...] systématique et universel » (Bourdieu, 1979, 190) invite nécessairement à reconsidérer les logiques qui président à l’engagement. L’habitus parce qu’il est un principe unique et permanent peut rendre compte de l’ensemble des actions des agents. En revanche dès lors que l’on pense les dispositions comme un ensemble pluriel de schèmes d’actions et de pensées, se pose la question de l’activation ou de la veille des dispositions. Il convient plutôt de parler de « dispositions multiples sous conditions » (Lahire, 2002, 16). On peut imaginer par exemple qu’un individu puisse être porteur d’une disposition à prendre des risques, sans pour autant que celle-ci s’exprime en tout et tout le temps. Il pourrait se montrer tantôt téméraire, tantôt prudent. De la même manière des travaux ont déjà montré que des femmes pouvaient adopter des comportements qui parfois sont « masculins », parfois sont « féminins » (Louveau, 1986 ; Mennesson, 2000a). L’explication ne peut alors se contenter d’une mise au jour des principes d’incorporation des dispositions, mais impose une prise en compte de leurs conditions d’activation. En ce sens, cette perspective dispositionnaliste n’est pas seulement une sociologie du passé incorporé, mais aussi du présent révélateur : « le présent définit, délimite donc ce qui, du passé incorporé, peut être actualisé » (Lahire, 1998, 69). C’est dans la rencontre d’un double système de détermination que l’action pourrait alors trouver sens : les dispositions et les contextes de leur activation ou inhibition. La question se pose même avec force si l’on considère que les processus globaux (cadres de socialisation, institutions, classes...) tendent à se fragiliser. Car ils ne proposeraient plus alors de directive évidente. Cela conduit logiquement à un glissement paradigmatique de la structure vers le sujet, surtout s’il est le point central d’une autre tendance sociétale marquée par une dynamique d’individuation (Ehrenberg, 1998 ; Martuccelli, 2002 ; Lahire 2004). Ces conditions sont favorables à l’influence de l’individu et du contexte : « plus les acteurs sont le produit de formes de vies sociales hétérogènes, voire contradictoires, plus la logique de la situation présente joue un rôle central dans la réactivation d’une partie des expériences passées incorporées » (Lahire, 1998, 60). Cette problématique sociologique donne donc de l’importante à l’individu et à la situation.

9Recentrer ainsi la focale interprétative sur l’individu invite enfin à inscrire l’engagement dans une dynamique biographique. D’abord parce que les parcours peuvent être pensés comme une manifestation tangible des conditions invisibles de la « fabrique » des individus. Ils offrent donc un média par lequel accéder aux déterminants invisibles de l’engagement. Ensuite parce que l’entrée puis la « carrière » dans les sports à risque ne sont certainement pas totalement isolées dans les parcours de vie. Ils croisent et se heurtent, synchroniquement comme diachroniquement, à d’autres domaines et événements de l’existence. Cela ne signifie pas que nous pensons que les biographies répondent nécessairement à une forme de cohérence globale qu’il faudrait faire émerger – cohérence dont il convient plutôt de se méfier dans les récits de vie pour déjouer les stratégies discursives qui sous-tendent l’« illusion biographique » (Bourdieu, 1986) – mais qu’il y a un intérêt à envisager dans les histoires de vie, l’existence de « causalités » au sens qu’en donnent notamment De Coninck et Godard (1990), évoquant des formes de « grammaires temporelles des pratiques » (25). Précisons : il ne s’agit pas de prétendre établir un « langage formalisé unitaire » (ibid., 25) mais plutôt de reconnaitre des « figures temporelles » (ibid., 25). Ces modèles interprétatifs peuvent être affinés en intégrant les apports des travaux mettant en cause plus radicalement encore, le principe de linéarité des parcours. Ces derniers sont en effet parfois jalonnés de crises, de carrefours et autres bifurcations structurantes (Bidart, 2006). Ils ne sont pas non plus absolument étrangers à la contingence qui peut les rendre imprévisibles (Grossetti, 2006) et par conséquent, extrêmement difficile à rendre comprendre.

  • 2 Cette posture inductive s’inspire des travaux de Glaser et Strauss (1967), en particulier de ce qu’ (...)

10Finalement, nous pensons que l’intelligibilité de l’engagement peut passer par la prise en compte à la fois de la « verticalité » des trajectoires, c’est-à-dire de leur perspective historique, mais aussi de leur « horizontalité », c’est-à-dire du contexte dans lequel s’expriment les dispositions acquises et adviennent les événements. Il ne s’agit pas d’un choix a priori, mais d’une posture épistémologique ouverte que seule l’épreuve du terrain doit permettre d’éclaircir2.

11La prise en compte de ces differentes dimensions théoriques empruntant différents angles d’analyse permet d’offrir un cadre explicatif qui intègre la diversité des engagements. Car il y a là une autre critique que l’on peut adresser à la thèse de l’habitus, celle qui renvoie à la faible considération de la nature des engagements. Les pratiques, goûts, représentations, usages sont confondus dans un ensemble indistinct, comme le sont aussi les sports, métiers, loisirs, l’alimentation... Difficile pourtant d’accepter que toutes les pratiques se lient dans un rapport semblable aux individus et à leur histoire. Toutes n’ont pas la même valeur, n’impliquent pas les acteurs de la même manière. Les enjeux, les contraintes, carrefours ou « pré-requis », constituent autant d’exemples de variables qui imposent une qualification de l’engagement pour en comprendre les ressorts.

2. Situer les engagements sportifs

  • 3 Ces qualificatifs des pratiques sportives, s’entendent globalement, en comparaison notamment aux «  (...)
  • 4 Nous pensons notamment ici à l’ouvrage dirigé par Pociello (1981).

12L’engagement qui retient notre attention dans cet ouvrage s’inscrit dans le monde des loisirs. Il s’agit de pratiques qui apparaissent comme étant librement consenties, faiblement contraintes, « gratuites » et délibérées3. Elles n’en sont pas moins socialement situées. Les pratiques sportives sont les plus populaires des pratiques de loisirs. C’est à dire qu’elles sont d’une part les plus répandues en France et qu’elles sont d’autre part, celles qui recrutent le plus parmi les catégories sociales populaires. Cela étant, il convient de préciser que de ce point de vue, tous les sports ne se ressemblent pas. Il existe une distribution sociale différentielle des pratiquants dans l’espace des pratiques. Les travaux fondateurs de la sociologie du sport en France ont largement mis en évidence une correspondance entre l’espace des sports et l’espace des positions sociales4. C’est aux travaux de Louveau, à la même époque que l’on doit la prise en compte de la question du genre (Louveau, 1986). Car politiquement et scientifiquement, les sports ont longtemps semblé échapper à la problématique des rapports sociaux de sexe. Comme si ces pratiques sociales, n’étaient pas suffisamment importantes ou signifiantes pour qu’elles méritent l’attention des mobilisations collectives féministes (et plus largement politiques) ; pas suffisamment heuristiques pour attirer l’attention des chercheurs. Assurément, et quelles qu’en soient les raisons, le sport a durablement été un « continent noir » pour les études de genre.

  • 5 On trouvera chez Tenet (2006) une synthèse des travaux qui abordent la thématique du genre en histo (...)
  • 6 Ce terme de « masculinité hégémonique » emprunté à Mc Kay et Laberge (2006) comme de toute autre fo (...)

13C’est qu’historiquement, le sport est « une affaire d’hommes ». C’est-à-dire qu’il a été construit par les hommes et pour les hommes. La relative absence des femmes dans les travaux d’histoire – ou plus exactement leur présence tout à fait contemporaine et limitée – révèle sans doute l’importance d’une appréhension androcentrée de la question. Elle s’explique probablement aussi par la faible présence des femmes dans le développement des sports5. Plus certainement tous les éclairages, indépendamment des sensibilités et des terrains d’enquête, s’accordent sur le caractère proprement masculin (et lié aux masculinités) du sport (Mc Kay et Laberge, 2006). Il serait d’ailleurs encore un espace original. Dans des sociétés marquées par une dévaluation et un effacement sensible de la valeur force physique et de ses manifestations, l’espace des sports se présente comme une poche de résistance. Il forme ainsi un terrain « préservé » d’expression d’une certaine forme de « masculinité hégémonique »6 fondée sur la puissance physique et son rôle prépondérant dans l’établissement des rapports sociaux de domination. Le sport est ainsi présenté comme un véritable « fief de la masculinité » (Elias et Dunning, 1994). Les femmes ne sont pourtant pas absentes de l’espace des sports. De certaines pratiques, on dit même qu’elles sont « féminines ».

  • 7 À titre d’exemple la Fédération Française de Football (dont les règlements n’interdisent d’aucune m (...)
  • 8 Cette hypothèse peut être appuyée par le constat d’une évolution sensiblement conjointe de la part (...)

14Effectivement, les choses s’équilibrent. La population des sportives est aujourd’hui d’ampleur comparable à la population des sportifs. Quels que soient les modes de comptage et les acceptions retenues pour définir « le sport », toutes les enquêtes visant à quantifier l’état de « sportivité » de la population française se rejoignent sur ce point : la féminisation, en nombre, de l’espace des sports apparaît comme une tendance lourde. Les évolutions réglementaires ont progressivement permis aux femmes d’accéder à presque tous les terrains de sport. En ce sens les institutions sportives n’échappent pas à cette dynamique égalitaire remarquable dans la régulation du droit commun. Dans les règlements sportifs comme en droit, les évolutions participent incontestablement à l’installation d’un système tendant vers l’égalité. Mais il y a plus qu’une évolution réglementaire. Elle ne saurait suffire à modifier si profondément l’engagement des femmes dans le sport. Car la disparition d’interdits formels, liés aux règlements, ne s’accompagne pas automatiquement d’un investissement féminin massif. C’est ce dont témoignent certaines disciplines officiellement accessibles mais effectivement faiblement investies7. Il semble que pour qu’adviennent des changements notables, il faille que les modifications apportées par le législateur soient accompagnées ou accompagnent d’autres formes de transformations sociales8 : « l’évolution des mentalités et les changements intervenus dans les modes de vie ces dernières décennies ne sont certainement pas étrangers à ce “rattrapage” que nombre de femmes ont opéré sur l’histoire » (Louveau, 1998, 26). La croissance forte de la « part des femmes » dans les sports résulte assurément de la conjonction de ces deux facteurs.

  • 9 En se gardant d’interprétations trop rapides sur l’évolution des pratiques sportives, il est possib (...)

15À cela s’ajoutent des mutations dans les pratiques sportives et les modalités de pratique. Le développement important des activités physiques qui se jouent hors des cadres institutionnels et du modèle compétitif dominant dans les fédérations et les clubs9, offre de nouvelles perspectives d’engagement sportif. Cette forme de pratique, aujourd’hui la plus répandue (INSEP-MJS, 2002) participe à élargir le champ des possibles dans l’espace des sports. Ainsi, la diversification des publics – en particulier la féminisation – n’est pas surprenante : « En s’autonomisant de leurs modes d’organisation, en s’inscrivant dans de nouvelles formes de sociabilité, plus localisées, en se centrant sur d’autres finalités que l’affrontement compétitif, l’apprentissage ou le perfectionnement technique, (du “plaisir” à “la forme” en passant par le “look”), les pratiques se multiplient, se diversifient et s’éparpillent en façons de faire innombrables. Ce faisant, elles se massifient en conquérant des publics souvent restés aux marges des structures sportives traditionnelles : les personnes âgées, les ruraux, les ouvriers, et précisément les femmes » (Louveau, 1998, 30). Alors que les hommes sont très nettement les plus nombreux lorsque les façons de faire du sport empruntent au modèle classique du « sport anglais », ce sont au contraire les femmes qui sont les plus présentes lorsque les modalités de pratiques s’autonomisent des cadres formels de l’institution (INSEP-MJS, 2002). Ces dernières décennies ont donc connu un faisceau de facteurs qui concourent à l’augmentation importante de la part des femmes dans les pratiques sportives.

« Grandes enquêtes » : l’état de la pratique sportive en France

  • 10 Il faut ici noter que le nombre de licences délivrées par les fédérations ne correspond pas exactem (...)
  • 11 Ces résultats sont obtenus après relance des enquêteurs pour les répondants qui déclaraient n’avoir (...)

16Il existe plusieurs enquêtes quantitatives qui dressent un état des lieux comptable des pratiques sportives en France. Mais si elles poursuivent toutes le même objectif – quantifier l’état de « sportivisation » de la population française – elles proposent des résultats pouvant être parfois très différents. L’enquête menée en 2000 par le Ministère des sports et l’INSEP (INSEP-MJS, 2002) évoque une population de « 36 millions de “sportifs”, soit 83 % de la population âgée de 15 à 75 ans » (ibid., 10), de 26 millions d’individus qui « font du sport au moins une fois par semaine » (ibid., 9), et de 14,5 millions de licences10. Les chiffres produits par l’INSEE, sont assez différents. D’abord parce qu’ils proposent d’autres informations. Ils évaluent l’ampleur de la pratique sportive à partir du temps hebdomadaire moyen consacré au sport (9 minutes). Différents, ils le sont aussi lorsqu’il s’agit de rendre compte du nombre d’individus qui pratiquent une activité sportive. Pour l’INSEE dans le cadre de l’enquête « Participation culturelle et sportive » réalisée en mai 2003, 71 % des français de 15 ans et plus « ont pratiqué au moins une activité physique ou sportive » au cours des douze derniers mois (soit 12 points de moins que pour l’enquête effectuée 3 ans plus tôt par l’appareil du Ministère de tutelle). Mais si les résultats sont différents, c’est que ces enquêtes n’observent pas exactement la même chose. Les méthodologies sont différentes, fondées sur des définitions différentes de ce que faire du sport veut dire. Pour l’enquête INSEP-MJS la question est ouverte et suivie d’une relance. Pour l’enquête INSEP la question est fermée avec une proposition de 27 activités ou familles d’activités. Toutes les enquêtes s’accordent pourtant sur un point : la féminisation importante des pratiques sportives. L’écart entre le taux de pratique des hommes et celui des femmes s’est considérablement réduit. Aujourd’hui, les femmes déclarent faire du sport presque aussi souvent que les hommes. Elles sont ainsi près de 8 femmes sur 10 en 2000 parmi les 15-75 ans à déclarer « pratiquer une activité physique ou sportive au moins une fois dans l’année » (Ministère des sports / INSEP, 2000,19)11. Elles sont donc à peine moins nombreuses que les hommes puisqu’elles représentent environ 48 % de la population des « sportifs ».

17Une lecture globale de l’évolution de la « population sportive » peut donc laisser penser qu’hommes et femmes tendent à se confondre dans le sport. Mais cette lecture ne résiste pas à une appréhension plus fine de l’objet. L’évolution de la pratique sportive des femmes, aussi spectaculaire soit-elle, ne doit pas masquer la permanence de nombreuses différences. S’ils semblent presque également concernés par le sport, hommes et femmes ne pratiquent ni les mêmes disciplines, ni de la même façon.

  • 12 Suivant ce même principe comptable il est possible de dire qu’existent également des sports « mixte (...)
  • 13 La part des femmes à la Fédération Française de Volley-Ball (FFVB) de 47 % sur la saison 2008/2009  (...)

18Tous les sports ne sont pas uniformément investis pas les femmes. Il existe en fait une « féminisation différentielle des pratiques sportives » (Louveau, 1981a). L’ouverture institutionnelle des sports à la pratique des femmes, ainsi que le choix des pratiques par les femmes sont historiquement marqués par d’importantes différences. Tandis que certains sports ont rapidement été pratiqués par un nombre croissant de femmes, d’autres sont longtemps restés et restent même encore, relativement fermés à l’engagement féminin. Se sont ainsi progressivement construits des « sports masculins », en ce sens qu’ils sont massivement investis par les hommes, faiblement par les femmes ; et des « sports féminins », dans lesquels ce sont les femmes qui sont plus nombreuses12. Et pour rendre compte de ces différences la stricte référence au cadre institutionnel n’est pas satisfaisante. Car il ne suffit pas que disparaissent les interdits réglementaires pour que les femmes accèdent largement à un sport (Louveau, 1986). Outre les barrières formelles, d’autres obstacles, culturels, réduisent les choix possibles pour les femmes en matière de pratiques sportives (Mennesson, 2000a). Même si les frontières entre « masculin » et « féminin » se brouillent, même si elles sont « poreuses » (Brückner, 1982), les traditions sont tenaces et restent tout à fait efficaces. On retrouve d’ailleurs dans le cadre sportif ce que les sociologues du travail ont aussi pu mettre en évidence dans le milieu professionnel : les femmes sont de plus en plus nombreuses à exercer une activité professionnelle, la quasi-totalité des métiers sont légalement accessibles aux femmes, pourtant le marché du travail reste un espace éminemment sexué. Nous pouvons dire ici qu’hommes et femmes ne pratiquent pas davantage les mêmes sports qu’ils ne choisissent les mêmes métiers. Se dessinent même les contours de ce qui semble être « masculin » et de ce qui appartiendrait davantage au « féminin ». Pour les hommes, « les sports choisis nécessitent souvent des apprentissages techniques spécifiques, des terrains, des adversaires et/ou des partenaires, des engins, du matériel. [...] Les pratiques choisies sont plutôt d’extérieur et peuvent, si elles ne le doivent, s’inscrire dans des structures et des collectifs », tandis que pour les femmes, « les pratiques sont souvent centrées sur l’entretien physique ou l’esthétisation corporelle ; non appareillées elles ne requièrent guère de sophistication matérielle ou technique. [...] Elles s’effectuent plutôt à l’intérieur, elles sont individuelles voire réalisées hors de tout cadre organisationnel » (Louveau, 1998, 50). Ainsi la plupart des sports collectifs, en particulier ceux qui se jouent à l’extérieur et/ ou qui mettent enjeu un affrontement direct, sont particulièrement masculins. Le football ou le rugby comptent entre 3 et 4 % de femmes parmi leurs licenciés. À l’opposé, le volley-ball, sport de salle, sans affrontement corporel direct, est le sport collectif le plus féminisé13. Bref, lorsque les sports mettent en jeu les corps puissants, forts, solides ; lorsqu’ils mobilisent la force ou l’affrontement physique, ils sont presque exclusivement pratiqués par les hommes. Lorsqu’en revanche il est question de grâce, de souplesse ou de beauté, les sports sont investis par les femmes.

  • 14 Les femmes représentent, en 2007, 35 % des licenciés (Pôle ressources national « sport, famille et (...)
  • 15 Si l’on ne considère que les compétitions officielles, 5 % des sportives et 20 % des sportifs parti (...)

19Et les femmes s’engagent aussi beaucoup moins que les hommes dans les pratiques encadrées et les pratiques compétitives. Elles sont proportionnellement plus nombreuses que les hommes à préférer les pratiques hors-cadre. Elles sont deux fois moins nombreuses qu’eux à détenir une licence sportive14. Elles sont moins encore dans les pratiques compétitives. Selon l’acception donnée à la définition de la compétition, elles représentent entre le cinquième et le quart des « compétiteurs »15. Les pratiques physiques semblent ainsi se décliner selon le modèle : « sport pour eux, corps pour elles » (Louveau, 1998, 50). C’est à dire que même lorsqu’ils s’engagent dans un même sport, hommes et femmes ne le font pas semblablement. Cela se traduit également au niveau de l’intensité de l’investissement. Pour les femmes il est nettement moins important si l’on prend le temps consacré à la pratique comme indicateur. L’enquête Emploi du temps 1998-1999 de l’INSEE note que tandis que les femmes accordent en moyenne cinq minutes hebdomadaire à l’activité physique, les hommes y consacrent douze minutes.

20Et il y a plus. Comme le montre Dechavanne, les pratiques sont soumises à une « appropriation spécifique de la part des deux sexes » (Dechavanne, 1981, 259). Quand bien même hommes et femmes investissent les mêmes pratiques physiques, ils y présentent des corporéités dissemblables. En conformité avec les usages sexués du corps, il existe une traduction des pratiques, tantôt déclinées « au masculin », tantôt « au féminin » : « investissant une pratique sportive, la même éventuellement, les hommes et les femmes y impriment leurs marques, ils y donnent à voir des gestuels personnalisés, car outre leurs morphologies distinctes, ils y importent leurs dispositions corpo-culturelles propres » (Louveau, 1998, 155). Car les pratiques ne sont pas coupées du reste du monde. Elles sont des pratiques sociales. Les frontières du sport ne sont pas hermétiques aux influences exogènes. Femmes ou hommes, ils sont sportives ou sportifs. Les unes et les autres ne se confondent pas davantage dans le sport qu’ailleurs.

21Ils ne sont d’ailleurs pas montrés de la même manière. Les images que proposent les médias mettent en scène des individus distincts et reproduisent largement les modèles les plus traditionnels de « masculinité » et de « féminité ». Les hommes doivent être forts, les femmes doivent être belles (Lefèvre, 1996). Et même s’il existe une incontestable éclosion de quelques « nouveaux modèles » sexuées (Louveau, 1996) le spectacle sportif reste très marqué par les stéréotypes les plus classiques. Presque autant que pour leurs performances, les sportives sont reconnues pour leur beauté. La récente mise en spectacle du tennis féminin et la logique d’« hyperritualisation de la féminité » (Goffman, 1988) dont elle fait l’objet, abonde en ce sens. La mise en scène des hommes procède d’une toute autre logique, consistant plutôt à produire des héros (Duret, 1998). Les modèles sportifs semblent produits dans l’espace médiatique de telle sorte qu’« elles seront désirées, ils seront admirés » (Louveau, 1998, 160).

22Des disciplines choisies, au spectacle sportif, en passant par les modes de pratiques, les sports se donnent à voir comme des espaces où sont nettement marquées les différences sexuées. La féminisation des pratiques sportives est donc toute relative. Elle camoufle la persistance des différences. Elle masque aussi le fait que toutes les femmes ne sont pas également concernées. Parler d’une inégale féminisation des pratiques c’est mettre au jour le fait que toutes les femmes n’ont pas les mêmes chances d’accéder aux pratiques sportives. Les plus âgées, les provinciales, celles qui ont des enfants, qui sont les moins diplômées, ou encore celles qui sont ouvrières ou agricultrices, celles là moins que les autres accèdent aux mondes des sports (Louveau, 2004). Parler de féminisation des pratiques sportives, c’est donc surtout évoquer certaines disciplines, certaines modalités de pratique et certaines femmes. Finalement les modes de pratiques sportives des hommes et des femmes, leurs façons d’engager leur corps dans l’action, ressemblent à leurs façons d’investir le monde. Si la massification de la pratique sportive féminine pouvait laisser entendre que le sport participerait à une redéfinition des modèles sexués, les choses sont loin d’être aussi nettes. Elles rappellent surtout que les engagements sportifs sont aussi des engagements genrés.

3. Le caractère genré de l’engagement

  • 16 Source Club Alpin Français (2002) devenu depuis 2004 la Fédération française des clubs alpins et de (...)
  • 17 Source Fédération Française de Parachutisme (2004).

23Puisqu’hommes et femmes se distribuent inégalement dans l’espace social, la question de l’engagement peut difficilement faire l’économie de la problématique du genre. Cet impératif s’impose avec une évidence plus grande encore lorsque les pratiques culturelles concernées apparaissent comme des « fiefs » de l’un ou l’autre sexe. C’est le cas des sports à risque. Les femmes ne représentaient en 2002 que 6 % des licenciés de deltaplane et 15 % des parapentistes licenciés à la Fédération Française de Vol Libre (FFVL) ; elles sont moins d’une femme pour cinq hommes au Club Alpin Français16 (CAF) et forment environ 13 % des pratiquants réguliers en parachutisme17 (FFP). On peut penser que si ces sports sont peu féminisés, bien qu’ils ne soient pas formellement interdits aux femmes, c’est parce qu’ils imposent des mises en jeu des corps qui sont largement considérées comme masculines. L’alpinisme, le parachutisme, le vol libre ou la spéléologie sont pourtant des sports qui mobilisent les réflexes plutôt que la force ou l’énergie (Pociello, 1981). Dans ces disciplines il est question de souplesse, d’analyse de l’environnement, de maîtrise technique, d’élégance. A priori donc, les « qualités » requises ne s’inscrivent pas de façon évidente dans ce qui appartient à la masculinité.

24Mais ils sont des activités de « pleine nature ». Le plus souvent ces sports consistent même à s’éloigner, physiquement ou symboliquement, du quotidien et de ses frontières habituelles. Il s’agit de gagner des espaces méconnus. Or, on le sait, traditionnellement l’espace se découpe largement de la sorte : aux femmes le dedans, aux hommes le dehors. Giard (1976) évoque une « dichotomie du dedans et du dehors ». De ce point de vue, on peut dire de ces sports qu’ils sont masculins.

25Ils sont aussi des pratiques qui nécessitent une importante maîtrise technique et un lourd appareillage. Or de nombreux travaux montrent que les savoirs techniques sont largement considérés comme propriété des hommes. La faible féminisation des filières techniques de formation (Baudelot et Establet, 2001) ou des professions directement liées à ces compétences (Gadrey, 2001) en témoigne. Cette tendance est tout à fait remarquable dans les pratiques sportives. C’est effectivement ce que l’on observe ici, et qu’a déjà montré Louveau (1986). Pour Bourdieu il s’agit même d’un principe pratique qui organise la division sexuelle du travail et oriente les choix professionnels. Celui-ci « confère à l’homme le monopole du maniement des objets techniques et des machines » (Bourdieu, 1998, 101). On trouve d’ailleurs cette logique d’appropriation des objets techniques par les hommes dans nombre de sociétés. Godelier met en évidence chez les Baruyas de Nouvelle-Guinée cette partition sexuée des tâches et la confiscation par les hommes de ce qui se rapporte à la production des outils et à l’utilisation de certains d’entre eux : « les femmes n’ont pas le droit de porter les armes ni même de les toucher. Elles ne fabriquent pas elles mêmes les outils qu’elles utilisent dans le travail des champs » (Godelier, 1995,440). Clastres (1966) montre lui aussi comment les Indiens Guayaqui réservent aux hommes le monopole de l’usage de l’arc et par conséquent les prérogatives et les privilèges qui y sont associés. Les terrains de jeu des sports à risque comme les moyens nécessaires pour les pratiquer, participent à consigner ces disciplines du côté du masculin.

26Et leur caractère risqué renforce vraisemblablement ce positionnement. C’est ce qu’évoque Louveau qui associe pratique de plein-air et prises de risque pour rendre compte de la masculinité du deltaplane : « la libériste évolue en plein air et prend des risques corporels ; de ce double point de vue le deltaplane n’est pas féminin » (Louveau, 1986, 9).

  • 18 Selon l’ObservatoireNational Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR, 2001).
  • 19 Nous n’affirmons pas ici que ces constats sont suffisants pour établir le lien entre genre et prise (...)

27En effet les prises de risque sont largement l’apanage des hommes. Le cadre des pratiques sportives, sur ce point, ne constitue pas un cas exceptionnel. Dans bien d’autres domaines, les femmes semblent développer une moindre propension que les hommes à s’engager dans les conduites à risque et dans les prises de risque. Ainsi, « le goût du risque est une caractéristique qui passe pour être essentiellement masculine » (Ménetrey, 1997,169). Cela se manifeste effectivement, dans le cadre des conduites routières où les femmes se tuent nettement moins souvent que les hommes. Elles sont aussi nettement moins souvent verbalisées pour des infractions18. On peut penser que les accidents comme les infractions sont des indicateurs des prises de risque et qu’ils montrent que les hommes adoptent ce type de conduite plus que les femmes. Plus largement les hommes sont plus fréquemment victimes d’accidents mortels que les femmes : « la mortalité des jeunes adultes de sexe masculin est supérieure à celle des jeunes filles en raison des comportements différenciés de ceux-ci (mortalité accidentelle plus élevée notamment) » (Véron, 1997, 51). Dans un autre registre de conduites à risque, celui de la consommation de drogues, les femmes sont encore sous-représentées. Selon l’Observatoire français des drogues et toximanies (OFDT, 2010), parmi les décès liés à une surdose, on compte une femme pour cinq hommes. Elles sont aussi moins consommatrices d’alcool ou de tabac. Ces quelques exemples de conduites à risque, bien qu’ils soient hétérogènes semblent indiquer une certaine tendance des hommes à s’engager plus que les femmes dans différentes formes de prises de risque19. Assailly (1992) ou Louveau (1996) insistent sur ce penchant « masculin » et présentent les prises de risque comme des attributs qui « appartiennent en propre à la masculinité » (Louveau, 1996a, 266).

28À la fois cause et conséquence de l’association de la prise de risque et de la masculinité, le courage fait figure de valeur fondamentale de l’homme viril. Duret (1999) montre qu’il s’agit même d’une sorte d’invariant qui transcende les différentes formes que peut prendre la virilité. Pour lui, plus encore que la force, le courage est indispensable dans la production de la virilité : « la véritable frontière en matière de virilité ne sépare pas les costauds (“gros biscottos”) des malingres (“les rachos”, “les squelettes”) mais les courageux (“les tueurs”) des peureux (“les lopettes”) » (Duret, 1999, 38). C’est particulièrement le cas lorsque les prises de risque sont une mise à l’épreuve. Comme le montre Bourdieu (1998), l’engagement dans les prises de risque devient alors incontournable. La peur de perdre la face et de fragiliser sa position parmi le groupe dominant apparaît supérieure à la peur de l’accident. Dès lors que les prises de risque participent à la production des hommes, il n’est pas surprenant de trouver parmi les jeunes adultes, garçons devenant hommes, la population la plus concernée (Peretti-Watel, 2003). Les prises de risques prenant la forme de rites initiatiques qui transforment les garçons en hommes : « ces conduites sont souvent valorisées, renvoyant à une image de virilité. Elles soulèvent même une dimension initiatique d’entrée dans une classe d’âge à travers les imaginaires culturels qui leurs demeurent liés » (Le Breton, 2002,42).

29La construction sociale du risque et des prises de risque associe donc puissamment ces conduites au masculin. L’étude de l’engagement dans les sports à risque, pensé non seulement comme entrée dans une discipline mais aussi comme modes de pratique, impose ainsi d’intégrer à la réflexion la problématique des rapports sociaux de sexe. Il y a dans l’engagement dans les sports à risque, des engagements d’hommes et des engagements de femmes.

30Comme les femmes ingénieures, les « femmes du risque » peuvent alors être considérées comme des « transfuges » (Marry, 1989) : elles évoluent sur des terrains dont elles sont le plus souvent absentes. Alors qu’on peut penser les trajectoires des hommes investis dans les sports à risque dans une logique de conformité de genre, celles des femmes empruntent plutôt au registre de la rupture.

  • 20 Duru-Bella et Jarlégan montrent par exemple que lorsqu’ils commencent leur scolarisation, « filles (...)
  • 21 En 1999, tandis que les hommes consacraient 2h 13 par semaine au « temps domestique », les femmes y (...)

31Se pose alors la question de la socialisation et de son caractère sexué. Filles et garçons ne sont pas socialisés semblablement20. Ce processus différencié et de différenciation apparaît de façon extrêmement précoce, continue, et relativement permanente. Cela se manifeste dans l’ensemble des cadres de la socialisation. L’espace privé est profondément marqué par cette séparation. Les activités domestiques restent ainsi une prérogative essentiellement féminine21. Cela vaut aussi pour les charges éducatives et affectives. La spécialisation des rôles tend d’ailleurs à se renforcer lors de la mise en couple et plus encore avec la naissance d’un enfant (Cromer, 2005). Les mères sont beaucoup plus investies dans les activités de soin et d’écoute, tandis que les pères s’occupent davantage des activités ludiques et associatives (Bergonnier-Dupuy, 1999). Cela participe assurément à dispenser des principes de socialisation qui contribuent à la fabrication de différences. Mais il y a plus. Les invitations et incitations à investir des univers distincts, plus ou moins consciemment proposées par les parents, renforcent les stéréotypes. Sur ce point, le cas des jouets est exemplaire. Tandis que les jouets « de garçons » favorisent l’activité, l’invention, le goût de l’aventure, du risque, de la compétition et de la performance, ceux des filles développent plutôt l’attention aux autres et à soi, à l’apparence, la séduction, aux rôles d’épouse et de mère (Brougère, 2003). Et même lorsqu’ils jouent avec les mêmes objets, ils ne jouent pas de la même façon (ibid.), pas plus que les parents ne jouent avec leur fils comme ils jouent avec leur fille. Les garçons sont globalement plus suivis, en particulier par les pères, dans des activités (fortement homothétiques entre parents et enfants), centrées sur l’affirmation de soi, passant par la valorisation de la force, les prises de risque, la compétition entre pairs, ou l’émancipation de l’autorité. À cela s’ajoute pour les garçons une plus forte implication de la dimension ludique et technique. Les filles sont davantage engagées dans des activités d’expression de soi, basées sur la culture de l’entretien du corps, ou les échanges relationnels (Cromer, 2005). Plus largement, les investissements affectifs et éducatifs parentaux sont profondément marqués par le sexe de l’enfant ; quels que soient les domaines de la vie sociale observés.

32Ces modèles identitaires stéréotypés sont aussi massivement diffusés dans la plupart des supports culturels que « consomment » enfants et adolescents : dessins animés, séries télévisées, musiques, littérature enfantine... Brugueille, Cromer et Cromer (2002) constatent par exemple qu’une part importante des albums illustrés pour enfants présente une hiérarchisation des sexes : les héros sont bien plus fréquemment masculins, les hommes prioritairement définis par leur métier, les femmes par leur fonction de mère et privées des rôles les plus valorisés. Le constat est très sensiblement le même pour les séries télévisées (Pasquier, 2002).

  • 22 Pour Forquin (1985), le « curriculum caché » désigne « ces choses qui s’acquièrent à l’école sans j (...)
  • 23 Dans le cadre de l’éducation physique scolaire, c’est aussi ce que montrent les travaux de Cogérino (...)
  • 24 Leurs orientations différenciées en sont certainement à la fois la cause et la conséquence. La soci (...)

33Et les travaux qui interrogent le système éducatif ne montrent pas autre chose. Bien que l’égalité de traitement constitue en principe un impératif de l’école républicaine, garçons et filles traversent des cursus très différents dont peut rendre compte la notion de « curriculum caché »22. Dans les relations entre élèves ainsi qu’entre enseignants et élèves23, s’instituent des échanges quotidiens, souvent indicibles, souvent inconscients, presque invisibles, qui concourent à installer, ou tout au moins à entretenir, séparation et hiérarchie sexuées (Duru-Bellat, 1994, 1995)24.

34En matière de différenciation des sexes, la socialisation se présente donc comme un processus globalement cohérent. Cela semble valoir pour toutes les influences socialisatrices : « il apparaît de façon évidente que les comportements appropriés au sexe de l’enfant sont renforcés positivement ou négativement en premier lieu par les parents et de façon parallèle par les autres agents de socialisation (les autres enfants, les autres adultes, les professeurs et les médias) » (Tap et Zaouche-Gaudron, 1999, 49). En cela le processus de socialisation cadre exactement avec le principe de la cohérence dans l’opus operatum et par extension laisse présager qu’on puisse rencontrer une unité dans le modus operandi (Bourdieu, 1980), c’est à dire dans les dispositions et les conduites. Le modèle de l’habitus bourdieusien semble ici tout à fait pertinent. C’est d’ailleurs évoquant la question de la fabrication du genre que Lahire concède l’éventualité d’une homogénéité des principes de socialisation et des systèmes de dispositions. Pour lui « le monde social constitue en la matière [l’incorporation de manières sexuées de voir, de sentir et d’agir] une sorte d’institution totale socialisant de manière permanente, et de multiples façons, les individus à de telles différences » (Lahire, 2001, 11). Les dispositions sexuées sont ainsi, pour le sociologue de l’« homme pluriel » et des « dissonances culturelles », celles qui « correspondent le mieux à ces dispositions permanentes, omniprésentes, transversales que nous présente la théorie de l’habitus » (Lahire, 2001, 13).

  • 25 C’est ce que montrent les travaux de Marry (1989), mettant en évidence des influences peu ordinaire (...)

35La fabrique du genre pourrait être ainsi tout à fait spécifique. D’une certaine manière l’objet de socialisation le plus puissant, en ce sens qu’il s’impose de la manière la plus homogène. Ou la moins hétérogène, car l’existence même des femmes engagées dans des pratiques sociales de tradition masculine (sports à risque pour ce qui nous concerne, mais nous pourrions en dire autant de celles qui sont ingénieures, qui dirigent des entreprises ou qui participent à la vie politique de la cité), témoignent d’écarts au modèle le plus répandu. Au moins pour ces cas originaux qui donnent à lire des engagements atypiques, les processus de socialisation s’écartent vraisemblablement des modèles les plus répandus25.

36Cela étant, difficile d’accepter l’idée qu’il soit possible d’échapper totalement aux principes les plus classiques de la socialisation sexuée dont nous avons montré l’omniprésence. C’est en tout cas ce que semblent indiquer les observations de Marry : les femmes ingénieurs ne sont pas porteuses de dispositions exclusivement masculines, « peu d’entre elles sont des “garçons manqués” » (Marry, 2004, 146). Louveau (1986) dresse un constat similaire concernant les sportives : même engagées dans des sports de tradition masculine, les femmes peuvent adopter en d’autres circonstances, des attitudes tout à fait conformes aux modèles les plus classiques de la féminité.

  • 26 On peut dire des dispositions ici évoquées qu’elles sont contradictoires puisque les catégories sex (...)

37Se pose ainsi, de nouveau, la question de l’activation ou de l’inhibition de dispositions plurielles et contradictoires26. Cela impose au chercheur d’être sensible non seulement à l’histoire des individus, mais aussi à leurs conditions présentes d’existence et finalement aux situations, mêlées dans un système de contraintes multiples, produit complexe d’un passé incorporé et d’un présent déclencheur. Surtout, en déplaçant ainsi l’explication des seules dispositions vers la combinaison de déterminants multiples, on place la perspective des rapports sociaux de sexe et de leur construction au cœur de la question. Si les relations sociales entre hommes et femmes ne doivent pas être confondues avec les rapports sociaux de sexe, comment les premières contribuent-elles à la production des seconds ? Et dans un mouvement « inverse », dans quelle mesure les rapports sociaux de sexe déterminent-ils les relations sociales et les situations qui se jouent entre hommes et femmes ? C’est donc la fabrique des rapports sociaux de sexe, entre situations d’interactions et déterminismes structuraux qui est ici interrogée.

Notes

1 Mendras (2002) utilise également ce terme pour qualifier la société française.

2 Cette posture inductive s’inspire des travaux de Glaser et Strauss (1967), en particulier de ce qu’ils appellent la grounded theory.

3 Ces qualificatifs des pratiques sportives, s’entendent globalement, en comparaison notamment aux « temps contraints » : travail professionnel et domestique.

4 Nous pensons notamment ici à l’ouvrage dirigé par Pociello (1981).

5 On trouvera chez Tenet (2006) une synthèse des travaux qui abordent la thématique du genre en histoire du sport et quelques hypothèses explicatives pour rendre compte de cet état de fait.

6 Ce terme de « masculinité hégémonique » emprunté à Mc Kay et Laberge (2006) comme de toute autre forme d’idéologie ainsi caractérisée, mérite discussion. Nous préférons évoquer une « virilité dominante » tant il est difficile d’imaginer qu’une idéologie quelle qu’elle soit puisse uniformément s’imposer à tous. Il n’en demeure pas moins que dans ses formes les plus classiques la masculinité à partie liée avec le modèle de « puissance et performance » (Coakley, J., Sport in Society : Issues and Controversies, New York, McGraw-Hill, 2004 ; cité par Mc Kay et Laberge, ibid.).

7 À titre d’exemple la Fédération Française de Football (dont les règlements n’interdisent d’aucune manière la pratique des femmes) compte parmi ses licenciés à peine 3 % de « féminines » (Source FFF pour la saison 2007-2008).

8 Cette hypothèse peut être appuyée par le constat d’une évolution sensiblement conjointe de la part des femmes dans les pratiques sportives et dans le monde professionnel. Louveau note qu’en 1967 les femmes représentaient 35 % de la population active et 39 % de la population « sportive ». Elles représentaient, en 2004,48 % de la population « sportive » et 46 % de la population « professionnellement active » (Louveau, 2004).

9 En se gardant d’interprétations trop rapides sur l’évolution des pratiques sportives, il est possible de poser pour acquis l’existence de transformations importantes dans le monde des sports. Celles ci s’inscrivent pour certains dans une logique de « contreculture » (Loret, 1995) pour d’autres, plus largement, dans un « nouvel âge du sport » (Vigarello et Mongin, 1987).

10 Il faut ici noter que le nombre de licences délivrées par les fédérations ne correspond pas exactement à un nombre de licenciés, compte tenu du fait que certains individus sont porteurs de plusieurs licences. Fleuriel et Chevalier (2004) proposent une réflexion critique sur les modes de production et d’analyse de cette enquête. On trouvera également ce type de réflexion chez Defrance (1995).

11 Ces résultats sont obtenus après relance des enquêteurs pour les répondants qui déclaraient n’avoir pratiqué aucune « activité physique ou sportive au moins une fois dans l’année ».

12 Suivant ce même principe comptable il est possible de dire qu’existent également des sports « mixtes ».

13 La part des femmes à la Fédération Française de Volley-Ball (FFVB) de 47 % sur la saison 2008/2009 (source FFVB).

14 Les femmes représentent, en 2007, 35 % des licenciés (Pôle ressources national « sport, famille et pratique féminines », Rapport pluriannuel sur la féminisation du sport, Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative, 2007).

15 Si l’on ne considère que les compétitions officielles, 5 % des sportives et 20 % des sportifs participent aux compétitions, si l’on intègre aussi les formes de compétitions non instituées, 11 % des sportives et 33 % des sportifs se prêtent à ce jeu.

16 Source Club Alpin Français (2002) devenu depuis 2004 la Fédération française des clubs alpins et de montagne.

17 Source Fédération Française de Parachutisme (2004).

18 Selon l’ObservatoireNational Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR, 2001).

19 Nous n’affirmons pas ici que ces constats sont suffisants pour établir le lien entre genre et prises de risque, ni ne nions le caractère fragile d’une juxtaposition de cas si différents. Ces exemples n’en demeurent pas moins des indices dont la concordance renforce la portée.

20 Duru-Bella et Jarlégan montrent par exemple que lorsqu’ils commencent leur scolarisation, « filles et garçons semblent déjà largement façonnés par une socialisation différenciée » (Duru-Bellat et Jarlégan, 2001, 75).

21 En 1999, tandis que les hommes consacraient 2h 13 par semaine au « temps domestique », les femmes y acccordaient 4h36 (INSEE, Enquête emploi du temps 1986 et 1999).

22 Pour Forquin (1985), le « curriculum caché » désigne « ces choses qui s’acquièrent à l’école sans jamais figurer dans les programmes ou de façon explicite » (Forquin, J.-C., 1985. « L’approche sociologique des contenus et des programmes d’enseignement », Perspectives documentaires en sciences de l’éducation, 5, 31-70. Cité par Mosconi, 1999).

23 Dans le cadre de l’éducation physique scolaire, c’est aussi ce que montrent les travaux de Cogérino au niveau par exemple des interactions verbales enseignants-élèves (Trottin et Cogérino, 2009) ou de l’évaluation (Cogérino et Mnaffakh, 2008).

24 Leurs orientations différenciées en sont certainement à la fois la cause et la conséquence. La socialisation différentielle qu’opère en fait le système scolaire se manifeste également dans les espaces ou les temps qui sont moins contrôlés par les adultes. Les cours de récréations, dès l’école maternelle, donnent à voir toute l’importance de l’influence des pairs. La pression de la conformité/différenciation et la nécessité de s’y plier pour intégrer les réseaux sexués qui se constituent, façonnent les usages sociaux de l’espace et des jeux (Delalande, 2001).

25 C’est ce que montrent les travaux de Marry (1989), mettant en évidence des influences peu ordinaires : les histoires des femmes ingénieurs sont marquées par quelques influences peu ordinaires : modèle maternel d’activité professionnelle, ambitions parentales très élevées en terme de réussite scolaire, valorisation des savoirs scolaires, scientifiques notamment. C’est également ce que note Mennesson (2005) dans son étude des trajectoires de boxeuses, footballeuses et haltérophiles. Elle relève des « socialisations inversées », caractérisées par des influences et expériences qui sont le plus souvent celles que seuls rencontrent les garçons. Ces « transfuges » (Marry, 1989) auraient ainsi connu des socialisations « masculines ».

26 On peut dire des dispositions ici évoquées qu’elles sont contradictoires puisque les catégories sexuées se définissent largement par opposition l’une à l’autre.

© Artois Presses Université, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search