Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Première partie. Le risque, l’engagement, les rapports sociaux de sexe

Risque et sports à risque

Texte intégral

1. De la préoccupation sociale, aux « sociétés du risque »

1.1. Une préoccupation sociale majeure

  • 1 Ce qui semble aussi profondément nouveau dans notre rapport au risque, c’est la convocation de l’in (...)
  • 2 En France, la préoccupation sécuritaire s’est principalement incarnée dans la lutte contre la « pet (...)

1Dans l’espace public le risque s’impose comme un objet de préoccupation majeur. Catastrophes naturelles, risque nucléaire, menace terroriste, risques routiers, sanitaires ou « petite délinquance » se déclinent du niveau le plus global à l’échelle la plus locale, comme autant de manifestations du risque. Les effets, déjà perceptibles, du réchauffement climatique, le « cas » du nucléaire civil ou militaire, les attentats de New-York ou Madrid, les crises de la « vache folle » ou de la « grippe du poulet », l’insécurité routière ou les agressions, sont quotidiennement donnés à voir, à lire ou à entendre. Les risques participent ainsi à façonner nos existences : ils orientent les politiques publiques, jouent sur nos représentations, contraignent nos pratiques. Le cas des OGM est exemplaire sur ce point. Les risques qui pourraient y être associés motivent mobilisations collectives, interventions des pouvoirs publics, et parfois nouveaux comportements alimentaires (Noussair, Robin et Ruffieux, 2003). Dans cette logique, la généralisation d’un système assurantiel, avec prolifération des offres et multiplication des services apparaît tout à la fois comme une conséquence et comme un indicateur de cette dynamique sécuritaire. Les pouvoirs publics n’échappent pas à ce qui constitue une véritable idéologie. Ils sont régulièrement convoqués pour assurer la sécurité de tous, dans la sphère publique comme dans sphère privée1. Dans cette double perspective de la préoccupation sécuritaire majeure et de la responsabilité politique de la sécurité, il n’est pas surprenant que dans quelques pays comme la France ou les États-Unis, le thème sécuritaire ait été central lors de récentes campagnes électorales2. On peut probablement voir dans l’irruption de ce thème dans le débat politique, un indicateur supplémentaire de l’intérêt public pour la question de la sécurité. Quoi qu’il en soit, les problèmes que posent les risques retiennent la plus grande attention des politiques et de la société civile, particulièrement peu enclins à les accepter (Gey, 2003). L’espace médiatique n’est certainement pas étranger à cette préoccupation sécuritaire. Il semble fonctionner comme une caisse de résonance, amplifiant l’impact des risques par une mise en scène de leur dimension spectaculaire. Ils ne relayent pas seulement l’information, ils participent activement à ce qui constitue selon l’expression de Gilbert (2003), une véritable « fabrique des risques ».

  • 3 Pour Duprez, « le recours à la notion de risque dans le champ des problèmes sociaux est étroitement (...)
  • 4 Nous pensons ici en particulier, sans que la liste soit exhaustive, à Beck (1986) ou Giddens (1990)
  • 5 Chantraine évoque la critique faite parfois d’un « concept fourre-tout à la mode dans lequel se son (...)

2Dans ce contexte particulier, propulsant la question du risque au rang des problèmes sociaux majeurs il n’est pas surprenant que les sciences sociales s’emparent de l’objet. Pour certains chercheurs cette notion est même devenue centrale pour rendre intelligibles les évolutions sociétales contemporaines. Le risque non seulement prendrait des formes particulières dans les sociétés occidentales contemporaines, mais serait également une production nécessaire de l’évolution des sociétés post-modernes, et un moteur de ces évolutions3. Dans cette perspective, la notion de risque est consacrée par quelques sociologues comme problématique centrale d’un nouveau paradigme sociologique susceptible de proposer un prisme d’analyse des problèmes sociaux4. Pour Beck, le concept de « société du risque » permet de rendre compte des dynamiques sociales caractéristiques de la post-modernité, trouvant sens dans une « logique de répartition des risques » tandis que les sociétés industrielles étaient marquées par la domination d’une « logique de répartition des richesses » (Beck, 2001). Alors, même s’il convient d’émettre quelques réserves relatives à l’engouement contemporain que rencontre cette notion5, incontestablement, les risques « façonnent notre relation contemporaine au monde et aux autres avec une force inégalée ; leur prolifération et leurs usages sociaux recomposent la forme des inégalités sociales, inspirent les politiques publiques, modèlent nos subjectivités, objectivent nos anxiétés et guident nos choix quotidiens » (Chantraine, 2004, 1). Pour autant, cela suffit-il pour que nous acceptions l’idée de « sociétés du risque » ? La préoccupation sécuritaire est-elle inédite ? L’insécurité constitue-t-elle effectivement une composante typique de notre contemporanéité ? Sommes nous, plus que jamais, sous le joug du danger et de l’incertitude ?

1.2. Parler de « sociétés du risque » ?

  • 6 Theys note même que les risques n’ont probablement jamais été aussi limités qu’ils ne le sont aujou (...)
  • 7 Arlette Farge (1991) par exemple montre aussi que l’insécurité n’a rien d’un phénomène nouveau. Le (...)

3Contrairement à ce que pourrait laisser entendre l’idée de sociétés du risque, il semble que les progrès scientifiques, politiques, sociaux, aient largement contribué à réduire les dangers6. Les grandes épidémies, terriblement meurtrières jadis, sont aujourd’hui bien mieux contrôlées. Les famines ont elles aussi été considérablement réduites sous nos latitudes. Plus largement, les avancées de la médecine relayées par les progrès de nos systèmes de gestion de santé publique concourent indubitablement à rendre notre monde plus sûr. D’une autre manière les processus de « civilisation des mœurs » et d’« euphémisation de la violence » (Elias, 1973 ; 1994) participent à réduire l’insécurité. Globalement, les dispositifs actuels de prévention et de gestion des risques n’ont jamais été aussi performants. L’augmentation spectaculaire de l’espérance de vie au cours du dernier siècle se présente comme l’indicateur d’un niveau de sécurité inédit7. Comment accepter alors l’idée de société du risque alors que l’évolution de nos sociétés s’accompagne justement d’une progression de notre sécurité ? Ni la présence de risque, ni même l’attention prononcée à la sécurité ne sont originales (Dourlens, C., Galland, J.-P., Theys, J. et Vidal-Naquet, P.-A., 1991). Ce qui en revanche est particulier et totalement paradoxal, c’est l’idée qui voudrait que le monde dans lequel nous vivons soit de moins en moins sûr. Il semble qu’on puisse noter conjointement une diminution des risques objectifs et une augmentation du sentiment d’insécurité. Il y a là une des caractéristiques du risque qui rend sa définition si complexe : les représentations du risque ne peuvent être réduites à une évaluation rationnelle.

  • 8 On pourra ici se référer à l’ouvrage de Peretti-Watel (2001). L’auteur insiste sur l’invention de n (...)
  • 9 Plus exactement à défaut de pouvoir totalement contrôler le risque, le modèle assurantiel offre la (...)

4Aussi surprenante qu’elle soit, cette situation peut trouver quelques explications. Elle s’entend d’abord parce que fondamentalement le risque n’existe dans les consciences que lorsqu’il est perçu. Il y a là une évidence : mécaniquement la préoccupation sécuritaire croit avec notre capacité à identifier les risques et avec l’attention que nous y portons. Dans cette logique le « paradigme épidémiologique »8 participe à la « fabrication » de nouveaux risques et par conséquent entretient et amplifie le sentiment d’insécurité. D’une certaine manière on peut donc dire du monde qu’il est plus risqué. Subjectivement, il l’est aussi parce que l’attention portée au risque augmente et qu’elle s’accompagne d’une volonté de contrôler ce qui par définition est incertain. En ce sens il devient plus pertinent d’évoquer les sociétés du risque. Ainsi, « si les sociétés contemporaines sont marquées par la prolifération du risque, cela ne signifie pas forcément qu’elles sont plus dangereuses : c’est d’abord notre rapport au danger qui a changé » (Peretti-Watel, 2001, 19). Si nos sociétés peuvent être dites « du risque », c’est notamment parce qu’elles n’acceptent pas la fatalité et refusent totalement les risques et leurs conséquences (Le Breton, 2002). Cette position implique inévitablement que l’on accorde une attention extrême à la question du contrôle accru des aléas et que l’on mette en place des systèmes chargés de compenser ce qui échappe au contrôle. Car dans cette logique les accidents sont largement perçus comme le produit d’une défaillance et non d’une irréductible part d’imprévu. Le succès du modèle assurantiel que nous avons déjà évoqué s’inscrit directement dans cette perspective de contrôle9 (Ewald, 1986). Et s’il est pertinent de parler de sociétés du risque, c’est enfin parce que les sociétés occidentales contemporaines portent en elles les germes de nouveaux risques. Ils en sont le corollaire. Nos sociétés deviennent des « sociétés industrielles du risque » (Beck, 2001) qui ne produisent plus seulement des biens mais aussi irrémédiablement, des risques. Ceux-ci pourraient avoir un impact d’une ampleur inconnue, devenant des risques globaux, totalement incontrôlables. Ils n’ont plus de frontières ; ni géographique, ni temporelle, ni sociale. La catastrophe de Tchernobyl a probablement fait office de révélateur, mettant au jour un état de menace permanent, latent ; à la fois invisible, immatériel et donc d’une certaine manière lointain, mais aussi – parce qu’il n’épargne personne – complètement familier. Cet événement ponctuel comme d’autres menaces plus « actuelles » telles que la perspective du réchauffement climatique et ses conséquences, illustrent ce que Beck (2001) appelle un « Moyen-Âgemoderne du danger ». Les sociétés occidentales contemporaines entretiennent un rapport particulier avec le risque, objectivement et subjectivement. C’est en ce sens que le concept de « sociétés du risque » trouve sa légitimité.

5Mais cette dénomination générique présente l’inconvénient d’amalgamer toutes les diverses formes de risque dans un ensemble qui perd alors en pertinence. Pour le dire autrement, il est difficile d’apparenter des figures du risque aussi différentes que les risques naturels ou les risques technologiques majeurs que nous venons d’évoquer, avec les risques routiers, domestiques, alimentaires ou sportifs. Comment ordonner ce qui se présente comme une véritable « prolifération des risques » (Peretti-Watel, 2001) justement caractérisée par l’hétérogénéité. À l’évidence, de la pluralité émerge de la confusion. En particulier lorsque la conceptualisation force le trait de l’homogénéité.

  • 10 Il s’agit ici notamment des risques industriels dont les conséquences sont telles qu’on ne peut pas (...)

6Faut-il abandonner alors tout projet d’objectivation du risque ? Probablement pas. Mais il faut conserver à l’esprit les limites que comportent les tentatives d’objectivation. Car quand bien même on propose une objectivation du risque, celle-ci reste souvent toute relative. C’est le cas de ces risques qu’évoquent Ewald (1986), Giddens (1994) ou Beck (2001), ces risques qu’on ne peut pas mesurer, dont on ne peut pas estimer précisément les conséquences, (et que par conséquent, on ne peut pas assurer)10. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’existe pas de modèle probabiliste, c’est-à-dire de modélisation d’un risque moyen. Mais la pertinence et la fiabilité de ces propositions doivent être interrogées. Toute évaluation du risque n’est qu’une sorte de pari sur le futur dont le propre est d’être indéterminé. L’incertitude de l’avenir est irréductible. Il semble donc plutôt que ce qui se donne souvent à voir comme une évaluation fiable et objective s’inscrive davantage dans cette logique dont parle Ekeland, celle de sociétés marquées par une « aversion particulière pour l’incertitude liée à l’ignorance » et dans lesquelles « on préfère avoir un modèle probabiliste que pas de modèle du tout » (Ekeland, 1991, 244). À l’incertitude totale il semble que nos sociétés préfèrent un « à peu près » érigé en quasi certitude. Quoi qu’il en soit, la pertinence du recours à la notion de risque repose largement sur la rigueur apportée à la définition de ce dont on parle, non pas en prétendant arrêter une définition « définitive », mais plutôt en posant les contours de notre objet.

2. Du risque à la catégorie des sports à risque

  • 11 Viviane Seigneur met l’accent sur ces imprécisions que proposent quelques recherches. Elle note en (...)
  • 12 Ainsi pour Assailly « le concept de risque est peut être l’un des plus fondamentaux, énigmatiques e (...)

7Là où règne le trouble dans les catégories communes, on peut s’attendre à ce que le sociologue essaye de mettre de l’ordre. En l’occurrence, la littérature ne manque pas. De nombreux travaux portant sur le risque proposent des catégories sociologiques. Sans autre prétention que d’essayer d’y voir plus clair, il s’agit ici de discuter ces apports. Car il n’est pas toujours simple de saisir la complexité d’une notion polymorphe. Confusion et imprécision s’immiscent parfois dans les débats, notamment lorsqu’est faite l’économie d’une définition rigoureuse de la notion et de son acception11. L’amalgame peut être pratique, mais inévitablement il affaiblit l’explication. C’est parce que nous souhaitons éviter cet écueil que s’impose la difficile entreprise de définition12. Cela passe certainement par la prise en compte des obstacles qui brouillent la notion, au premier rang desquels la difficile articulation des dimensions objectives et subjectives du risque.

  • 13 Le « profane » et le « savant » sont repris ici et employés pour qualifier des modes de définition (...)

8Dans la statistique, la notion de risque renvoie à la probabilité d’occurrence d’un événement. Cette perspective offre une voie apparemment très pratique et objective pour définir le risque. Il faudrait seulement préciser le type d’événement observé et une fréquence d’apparition de référence. À ce niveau d’abstraction l’entreprise paraît aisée. Mais cette option présente d’importantes limites. Elle se heurte rapidement à la complexité du terrain qui réduit sa portée opératoire, notamment parce qu’elle gomme l’irréductible singularité du risque en évaluant seulement un risque moyen. Il semble au contraire que pour saisir rigoureusement le risque on ne puisse faire l’économie de sa dimension subjective. Cela constitue même une impérieuse nécessité lorsque l’on s’intéresse aux prises de risque. Pour introduire une distinction nécessaire, il faut dissocier prises de risque et conduites à risque. La prise de risque renvoie à l’idée d’un engagement conscient et consenti, recherché même. Elle porte une « connotation forte d’intentionnalité, de volonté, d’activité » (Assailly, 1997, 34). Ce n’est pas toujours le cas des conduites à risque. On peut même sans doute imaginer que prises de risque et conduites à risque puissent être parfois complètement disjointes lorsque les acteurs s’engagent dans des conduites objectivement risquées sans conscience du danger, ou lorsqu’ils pensent prendre un risque qui, de fait, est négligeable. Pour Peretti-Watel le hiatus (entre conduite à risque et prise de risque) s’explique par des modes de production du risque différents. Il distingue le « risque profane » et le « risque savant »13. Les prises de risque sont associées, par essence, au risque « profane » puisque par définition elles doivent être reconnues et revendiquées comme telles par leurs auteurs (Peretti-Watel, 2003). Les conduites à risque en revanche peuvent échapper à la conscience des acteurs lorsqu’elles sont fabriquées par les experts sans toutefois être perçues ainsi par les individus qui s’y engagent. Elles appartiennent ainsi en premier lieu au risque « savant ».

  • 14 Nous ne voulons pas dire pour autant que ces préoccupations n’étaient pas légitimes ou fondées, mai (...)
  • 15 Pour Le Garrec « les risques objectivés appliqués et perçus collectivement peuvent être occultés lo (...)
  • 16 Les travaux de Gilbert (2003) montrent comment la « fabrique des risques » résulte d’un système com (...)
  • 17 Le Breton (1995) évoque la variabilité socio-historique du risque qu’il définit comme « une notion (...)
  • 18 Pour Peretti-Watel, « d’une part, notre culture nous fournit un cadre de perception spécifique, qui (...)

9Le distingo ici posé est donc directement lié à la différence entre risque objectif et risque subjectif. Mais il serait caricatural d’opposer radicalement ces deux dimensions du risque. L’une et l’autre peuvent se rapprocher. D’abord parce que les représentations profanes ne sont pas hermétiques aux discours experts. Elles apparaissent plutôt comme la traduction subjective d’un risque objectivé, lu à l’aune des expériences vécues et des représentations. La visibilité de certains risques donnés à voir (dans l’espace médiatique par exemple), contribue à les rendre plus présents dans les représentations communes. Les paniques alimentaires constituent un bon exemple de ces « mises en risque » (Ewald, 1986), qui semblent, comme les modes, disparaître presque comme elles étaient apparues14. D’une manière plus générale, les événements spectaculaires s’inscrivent dans cette dynamique et on peut ainsi penser que « nous surestimons la fréquence des événements spectaculaires ou très médiatisés tandis que nous sous-estimons les menaces plus discrètes » (Perreti-Wattel, 2001,21). À l’évidence, l’appréhension subjective des risques ressemble peu au modèle de la rationalité objective. Le plus souvent donc, des distorsions existent entre risques objectivés et traductions subjectives15. La fabrique des risques résulte alors d’une tension entre risque subjectif et risque objectif ainsi qu’entre différents « pôles » qui participent à la définition des risques16 ; tension qui lui confère un caractère éminemment social17. Pour mieux cerner le risque lorsque l’on s’intéresse aux prises de risque individuelles, on ne peut donc oublier son irréductible complexité. Finalement la production du risque doit être lue dans la perspective d’un système marqué par la pluralité de ses déterminants, entre construction moyenne objectivée, contexte social et appropriation subjective18.

10Par ailleurs, dans le cadre des pratiques à risque, évoquer la dimension subjective, c’est aussi mettre l’accent sur le fait que les mêmes pratiques ne génèrent pas les mêmes risques pour tous ni tout le temps. L’expérience, le niveau de compétence, d’engagement ou de concentration sont autant de paramètres – la liste n’est pas exhaustive – susceptibles de pondérer les risques structurels de certaines pratiques. De fait, le risque individuel est irréductible à un risque collectif moyen car il est subjectif (en ce sens qu’il dépend des sujets). C’est particulièrement vrai dans les pratiques sportives à risque qui ne proposent a priori qu’un espace d’exposition au risque sans être mécaniquement le terrain de prises de risque. C’est-à-dire que même si le risque est reconnu par les pratiquants, il ne constitue pas nécessairement une dimension recherchée de l’activité. On doit envisager qu’il puisse être, pour certains sportifs au moins, un mal nécessaire seulement subi. Il y a là une différenciation extrêmement importante, entre prise de risque et exposition au risque, notamment lorsque l’on souhaite produire une définition des « sports à risque » et mieux comprendre pratiques, modes de pratique et pratiquants. Par cette distinction chacun comprendra aussi combien il est difficile d’amalgamer des risques qui apparaissent si différents que ceux que l’on observe dans les sports à risque et ceux qui s’inscrivent dans la logique des sociétés du risque. Les risques globaux que produisent nos sociétés postindustrielles sont largement connus, reconnus, et combattus. Ils constituent un effet pervers qui accompagne le développement des sociétés occidentales contemporaines. Ils sont proprement subis. Dans les pratiques sportives en revanche, les choses sont moins évidentes. La composante « risque » peut être reconnue et subie, mais elle peut aussi être négligée, niée ou recherchée. Cela revient à dire que l’engagement dans un sport à risque, constitue certes une conduite à risque, mais n’implique pas forcément les prises de risque. Celles-ci ne s’appréhendent exactement qu’au niveau des acteurs.

3. Arrêter une catégorie des « sports à risque »

  • 19 Collard parle d’une « entité à deux dimensions ; il [le risque] est fait de processus stochastiques (...)
  • 20 C’est aussi la position défendue par Le Garrec (2004).

11Quels qu’ils soient, les travaux qui s’attachent à mieux comprendre le risque présentent un relatif consensus définitionnel. Celui-ci est construit sur la double présence de l’enjeu et de l’incertitude19. Mais cette définition, si elle offre une base nécessaire à la construction de la catégorie qui nous intéresse, ne peut être suffisante. Car si elle est unanimement reconnue c’est aussi parce qu’elle désigne un ensemble très vaste. Elle regroupe par conséquent, des pratiques, conduites ou phénomènes extrêmement hétérogènes. Trop en tout cas pour qu’ils puissent se confondre dans une seule et même catégorie. Un tel amalgame conduirait inévitablement à des impasses. On ne peut accepter l’idée que les risques globaux et subis comme les catastrophes naturelles, et les prises de risque volontaires comme celles que l’on rencontre dans les pratiques sportives à risque, puissent être directement et sans discussion préalable, regroupés dans un même ensemble, dont on pourrait rendre compte par un unique principe d’intelligibilité. En d’autres termes cette définition n’est pas suffisamment restrictive pour être totalement satisfaisante. Plus largement, ce constat invite à abandonner l’idée illusoire d’une définition donnée une fois pour toutes. Il oblige à présenter le plus finement possible les frontières de l’étude et à construire une définition située. C’est à ce prix que la notion de risque présente un intérêt heuristique20.

  • 21 Pour Le Breton, « dans les années 70, une série de pratiques naissent et se diffusent à une large é (...)
  • 22 Sur la question des modes de pratique et d’une nouvelle éthique sportive, caractérisée par une cult (...)

12La construction d’une catégorie des sports à risque ne constitue pas une entreprise inédite. Des travaux de sociologues, historiens, ethnologues ou psychologues ont accompagné, depuis les années soixante-dix notamment, l’émergence et le développement de pratiques physiques propices à un engagement risqué dans l’action. Se mêlent alors, plus ou moins distinctement, des dénominations tantôt sœurs, tantôt cousines ; tantôt complémentaires, tantôt concurrentes. Sont évoqués et parfois confondus les « sports californiens », « sports de glisse », « sports d’aventure », « sports extrêmes » ou autres « sports à risque ». Mais toutes ces dénominations, ne font pas directement référence au risque21. L’« essence » des sports californiens et des sports de glisse ne se trouve pas directement dans la dimension risquée de ces pratiques (même si elle en constitue une composante importante). Ces catégories désignent plutôt des modes de pratique ou une certaine éthique sportive22. La catégorie des « sports extrêmes » et dans une moindre mesure celle des « sports d’aventure » sont plus proches de la catégorie des « sports à risque ».

13Pour Jankélevitch, l’aventure a pour « caractère essentiel d’être indéterminée » (Jankelevitch, 1963,10) et elle n’est aventure que « dans la mesure où elle renferme une dose de mort possible » (ibid., 18). Pour Pociello l’aventure est une « exploration du monde inconnu et d’affrontement à des dangers » (Pociello, 1987, 98). Les pratiques d’aventure sont donc inévitablement des pratiques physiques à risque. On peut même dire qu’elles ne sont aventure qu’à condition d’être risquées. Mais si toutes les pratiques d’aventure sont à risque, la réciproque n’est pas nécessairement vraie. La catégorie de l’aventure ne suffit pas à rendre compte de toutes les formes de pratiques sportives à risque. Ces deux catégories parfois se ressemblent, mais jamais totalement ne se confondent.

  • 23 L’aventure est aussi une pratique extrême en ce qu’elle est une quête des limites, c’est-à-dire lit (...)
  • 24 On pourra lire sur ce point l’article de Soulé (2008).
  • 25 Yonnet présente différentes formes d’extrême. Sous la forme de types idéaux il distingue « extrême (...)
  • 26 La catégorie des « sports de nature » (Beauchard, 2004), présente également quelques similitudes av (...)

14La catégorie des « sports extrêmes », utilisées dans quelques travaux de recherche et largement répandue dans le langage commun, présente une proximité plus grande avec la catégorie des sports à risque23. C’est cette terminologie qu’adopte notamment Yonnet (1998). Dans les pratiques extrêmes il s’agit pour lui de « tester ses limites, accéder à des émotions ou des sensations exceptionnelles ou inconnues » (Yonnet, 1998, 222). Entre extrême et risque, la proximité est évidente. La poursuite des limites conduit par essence à flirter avec la perte de contrôle et donc à se mettre en danger. Il n’est pas surprenant dès lors que cette catégorie des sports extrêmes soit utilisée dans quelques travaux portant sur le risque. C’est le cas notamment pour Le Breton. Il présente le risque comme étant caractéristique des sports extrêmes qui « misent sur un engagement risqué de l’individu » (Le Breton, 2004, 119). Les travaux de Peretti-Watel portant sur les prises de risque concernent moins spécifiquement les activités sportives. Mais lorsqu’il en est question c’est aussi la catégorie « sports extrêmes » qui est utilisée (Peretti-Watel, 2003). Ici donc les catégories « sports extrêmes » et « sports à risque » sont confondues. Plus précisément, les sports qui présentent un caractère risqué sont appelés « sports extrêmes ». Il y a donc, dans la littérature, une alternative à la catégorie « sports à risque ». Pour autant, cette option ne semble pas plus évidente24. L’extrême, comme le risque peut englober un ensemble d’activités très large25. L’extrême ne dit rien. Pas plus que le « risque ». En outre, le lien avec le risque n’est ni premier ni même explicite. Attaché fondamentalement à la question du risque et des prises de risque, il apparaît plus pertinent, ici, de recourir à une dénomination moins équivoque26.

  • 27 C’est ce que l’on trouve par exemple dans les travaux de Bouet (1968), Pociello, (1981, 1995) ou De (...)
  • 28 Les classifications des sports sont nombreuses. Elles sont parfois institutionnelles comme celle qu (...)

15À ce stade de la démarche de définition de l’objet, reste à identifier plus précisément les pratiques s’inscrivant dans ce qui n’est jusqu’ici qu’une coquille. De nouveau, l’exercice est périlleux. En partie parce qu’il n’est pas plus aisé de proposer une définition du sport que de proposer une définition du risque. Quelques sociologues l’ont montré, cette appellation désigne aujourd’hui un vaste ensemble de pratiques dont les modalités, valeurs ou finalités sont parfois très disparates27. Le sport est un ensemble complexe, pluriel, hétérogène. L’existence de differentes classifications des sports28, c’est-à-dire de quelques catégorisations des sports, met l’accent tout à la fois sur la pluralité du sport, mais aussi sur la difficulté de proposer une définition consensuelle. Il convient certainement de « donner non plus “une” définition du sport mais “des” définitions des diverses formes d’activité sportive » (Defrance, 1995, 106). Tout nous invite donc à nous détacher d’une ambition essentialiste et universaliste, consistant à prétendre offrir une fois pour toute une définition de la catégorie mobilisée. Au contraire nous souhaitons insister ici sur sa dimension construite et circonstanciée.

  • 29 Dans une logique de rationalité parfaite, on peut peiner à comprendre des pratiques librement chois (...)
  • 30 On pense en particulier à la force et l’affrontement physique.

16Le sujet gouverne alors logiquement la construction de la catégorie. Celle-ci devient un outil ou un moyen plutôt qu’une fin. L’exercice de définition de la catégorie est aussi un exercice de cadrage de l’objet d’étude. La fabrique des « sports à risque » est donc liée aux dimensions paradoxales du risque et des prises de risque sportives. Elle doit aider à faire émerger le sens d’engagements qui peuvent paraître « irrationnels »29. Elle doit permettre de comprendre le caractère « masculin » de conduites et de pratiques qui pourtant mobilisent peu les attributs les plus classiques de la masculinité30. Elle doit, in fine, offrir un cadre d’observation de rapports sociaux de sexe singuliers. Plus que de discipline sportive à proprement parler, c’est donc de pratiques originales – conduites à risque et prises de risque – dont il est question ; les « sports à risque » apparaissant comme supports de l’activité que l’on interroge. Cette logique invite à retenir les sports qui figurent parmi les conduites les plus risquées – objectivement – et qui offrent par conséquent, un socle particulièrement propice aux prises de risque. Il s’agit en quelque sorte de se concentrer sur les sports archétypiques d’un modèle de pratique à risque : ceux pour lesquels le danger est le plus grand et pour lesquels ce danger présente une probabilité d’occurrence significative.

  • 31 Soulé et Comeloup (2006) présentant la posture de la critique radicale du sport parlent de l’associ (...)

17On se situe ici à l’opposé de l’acception la plus large de la catégorie considérant que tous les sports, parce qu’ils mettent en scène les corps dans un jeu compétitif et antagoniste, comportent des risques31. Sans adopter une posture aussi définitive, force est de reconnaitre que dans un sens peu restrictif, tous les sports sont « à risque ». Symboliquement les pratiques compétitives fabriquent consubstantiellement le risque de perdre. Physiquement aussi, parce que le corps est mis en activité, le risque de blessure ne peut être totalement exclu. Mais notre position est toute autre. Sans nier l’importance subjective que peuvent revêtir certains résultats sportifs pour les pratiquants, il semble difficile de comparer ces enjeux symboliques avec le risque de perdre la vie. Pour les derniers, nécessairement le risque devient central dans la pratique et la préservation de l’intégrité physique constitue un enjeu majeur. Évident. Avant d’être question de performance sportive, il est question de vie ou de mort. Il y a là une distinction nécessaire, au fondement de la catégorie et de la définition formulée par Goffman « dans la mesure où le jeu permet de remporter un prix, c’est une occasion, dans la mesure où il expose l’enjeu que l’on mise, c’est un risque » (Goffman, 1974,123). Parce que c’est l’engagement dans les prises de risque les plus grandes qui nous parait le plus énigmatique et parce que c’est là que se situe l’intrigue qui constitue le cœur de ce travail, le cadre définitionnel s’imposait. Il consiste à s’arrêter sur les pratiques pour lesquelles les dangers sont les plus graves (le danger de mort donc) et présentent la probabilité d’occurrence la plus importante. Cela correspond ainsi à la définition du risque construite sur la coprésence d’incertitude et de danger.

  • 32 Plus précisément, le Système National d’Observation de la Sécurité en Montagne (SNOSM), a comptabil (...)
  • 33 La randonnée pédestre est la pratique dans laquelle le nombre d’accidents recensés par le SNOSM est (...)

18Mais si théoriquement, cette définition est séduisante, elle rencontre quelques obstacles lorsqu’elle est mise à l’épreuve du terrain. Cela tient notamment aux limites du modèle probabiliste sur lequel elle repose. D’abord parce que les données nécessaires sont parfois inaccessibles. Outre la difficulté de recenser l’ensemble des accidents (qu’il conviendrait de classer, c’est à dire de catégoriser et de hiérarchiser), l’impasse se situe essentiellement au niveau de l’évaluation d’un « volume » de pratique (au moins un nombre de pratiquants ; de façon plus rigoureuse un temps global de pratique). Le cas des pratiques physiques de montagne illustre bien ce problème qui se pose avec une acuité particulière pour les disciplines non-institutionnalisées. On connaît, dans ce cadre de pratique, le nombre d’accidents et leurs conséquences de façon assez précise. À titre d’exemple, au cours de la saison estivale 2006,100 personnes se sont tuées sur place lors de pratiques physiques de montagne et 6 ont disparu. Pour la saison hivernale 2005-2006, on recense 59 décès32. Mais on ne peut évaluer précisément le nombre de pratiquants dans ces activités qui se déroulent le plus souvent hors de tout cadre institutionnel33. Ces chiffres ne peuvent donc être transformés en risque. Ils permettent seulement de mettre en évidence le potentiel létal de quelques disciplines.

  • 34 Pour Lazar, « l’évaluation du risque apparaît finalement comme un compromis entre l’objectivité par (...)

19Par ailleurs, les limites du modèle probabiliste tiennent au fait que, par essence, ils renseignent peu les singularités. Ils proposent des risques moyens. Ils sont inopérants dès qu’il s’agit de rendre compte des individualités. Ils ne peuvent intégrer les conditions de pratique, le niveau d’expertise des pratiquants ou leur degré d’engagement dans les prises de risque. Raspaud insiste pourtant sur ce paramètre et l’importance de distinguer « les risques objectifs, relatifs à la montagne elle-même » des risques subjectifs, c’est-à-dire « son état de forme et santé, sa motivation, son environnement humain » (Raspaud, 2003, 150). Le seul recours au modèle probabiliste conduit donc à quelques culs-de-sac empiriques et épistémologiques. Notamment lorsqu’il prétend accéder à une objectivité parfaite34 ou entretient la confusion entre conduites à risque et prises de risque. Les statistiques accidentologiques ne sont pas pour autant dénuées d’intérêt. Elles fournissent des indications qui permettent a minima, de repérer les sports dans lequel il existe un danger de mort directement lié à l’exercice de la pratique, et pour lesquels la probabilité qu’advienne ce danger n’est pas négligeable.

  • 35 Parce que les sports à risque donnent à voir un déséquilibre entre ce qu’il y a à gagner et ce qu’i (...)

20Cette fabrique des « sports à risque » relève d’un « aménagement » de la définition la plus stricte de la catégorie, pour la rendre opératoire. Elle renvoie surtout à une construction objectiviste, une construction savante qui désigne des conduites à risque et non des prises de risque. Mais cette orientation de la définition doit justement permettre de mieux appréhender les diverses formes de risque, ainsi que les liens entre les conduites à risque et leur appropriation subjective. Sont ainsi posées les questions de l’intentionnalité de la confrontation au risque et des modes d’engagement différentiels dans les disciplines considérées. Cela donne tout son sens à la double dimension de l’engagement, comme entrée dans un sport à risque et comme façon de le pratiquer. En substance ce sont aussi les facteurs déterminants dans la construction des parcours autant que la rationalité de l’acteur qui sont interrogés, pour rendre raison à des choix qui peuvent paraitre proprement déraisonnables35.

Notes

1 Ce qui semble aussi profondément nouveau dans notre rapport au risque, c’est la convocation de l’intervention politique pour la régulation des questions relatives à la sécurité. Cela vaudrait maintenant pour la sphère publique comme pour la sphère privée. C’est ce que note Ewald (1986).

2 En France, la préoccupation sécuritaire s’est principalement incarnée dans la lutte contre la « petite délinquance » (délinquance locale, délinquance routière...), tandis qu’aux États-Unis, c’est la lutte contre les risques terroristes qui a largement occupé les débats. On peut imaginer qu’ici et là, la « fabrique » des risques a partie liée avec les événements qui font l’actualité.

3 Pour Duprez, « le recours à la notion de risque dans le champ des problèmes sociaux est étroitement lié au processus de modernisation de nos sociétés occidentales. Cette notion est devenue la catégorie privilégiée pour analyser les problèmes sociaux » (2004,1).

4 Nous pensons ici en particulier, sans que la liste soit exhaustive, à Beck (1986) ou Giddens (1990).

5 Chantraine évoque la critique faite parfois d’un « concept fourre-tout à la mode dans lequel se sont engouffrés des chercheurs en mal de renouveau théorique » (2004, 1).

6 Theys note même que les risques n’ont probablement jamais été aussi limités qu’ils ne le sont aujourd’hui. Pour lui, « au cours du siècle dernier, les dispositifs de sécurité ont connu une extension dans tous les domaines : sociaux, économiques, technologiques... » (1991,281).

7 Arlette Farge (1991) par exemple montre aussi que l’insécurité n’a rien d’un phénomène nouveau. Le tableau qu’elle peint du XVIIIe siècle met en évidence le fait que les risques étaient bien plus nombreux et présents à cette époque.

8 On pourra ici se référer à l’ouvrage de Peretti-Watel (2001). L’auteur insiste sur l’invention de nouveaux risques par la mise en évidence de corrélations statistiques entre un facteur et l’occurrence d’un danger. Nous pouvons ajouter qu’il ne s’agit en fait que d’une corrélation et non d’une causalité, mais que le plus souvent cela suffit à la mise en place de mesures de contrôle au nom du « principe de précaution ».

9 Plus exactement à défaut de pouvoir totalement contrôler le risque, le modèle assurantiel offre la possibilité (ou l’illusion) d’en maîtriser les effets. Le cas de « l’assurance vie » illustre parfaitement ce constat d’un recours généralisé à l’assurance.

10 Il s’agit ici notamment des risques industriels dont les conséquences sont telles qu’on ne peut pas précisément les mesurer, ni même les évaluer. Les risques nucléaires constituent un des meilleurs exemples pour illustrer ce dont il est ici question.

11 Viviane Seigneur met l’accent sur ces imprécisions que proposent quelques recherches. Elle note en particulier un amalgame souvent fait dans l’utilisation de termes qui portent certes une proximité mais dont on ne peut pour autant faire usage indifféremment : risque, incertitude, danger, aventure, sensation, extrême. Elle insiste sur la nécessité de « réfléchir sur la définition stricte de la notion de risque » et de « se débarrasser des prénotions du langage courant » (2004, 5).

12 Ainsi pour Assailly « le concept de risque est peut être l’un des plus fondamentaux, énigmatiques et polysémiques qu’un chercheur en sciences humaines ait à manipuler aujourd’hui » (1997, 31).

13 Le « profane » et le « savant » sont repris ici et employés pour qualifier des modes de définition du risque qui répondent à des logiques différentes. De façon idéal-typique, le premier s’inscrit dans la logique de l’expérience subjective, tandis que le second mobilise une méthodologie « experte », « scientifique ».

14 Nous ne voulons pas dire pour autant que ces préoccupations n’étaient pas légitimes ou fondées, mais simplement qu’elles n’ont été des préoccupations que de manière furtive.

15 Pour Le Garrec « les risques objectivés appliqués et perçus collectivement peuvent être occultés lorsqu’ils deviennent individuels » (2004, 8).

16 Les travaux de Gilbert (2003) montrent comment la « fabrique des risques » résulte d’un système complexe de différents « pôles » qui participent à la définition des risques. Sont ainsi mises en évidence des influences diverses et en tension : les pouvoirs publics, les experts et la société civile notamment. La production des risques résulte des rapports de force qui s’instaurent entre ces différentes entités.

17 Le Breton (1995) évoque la variabilité socio-historique du risque qu’il définit comme « une notion socialement construite, éminemment variable d’un lieu et d’un temps à l’autre ». Le Garrec (2004) insiste aussi sur la variabilité historique du risque à partir d’une étude des risques associés à la consommation d’alcool et d’extasy.

18 Pour Peretti-Watel, « d’une part, notre culture nous fournit un cadre de perception spécifique, qui détermine la façon dont nous appréhendons le monde qui nous entoure, dont nous interprétons les informations qui nous parviennent, et donc aussi la façon dont nous évaluons le risque. D’autre part nos valeurs donnent un sens aux risques qui nous entourent, elles les chargent d’une signification particulière » (Peretti-Watel, 2001, 61).

19 Collard parle d’une « entité à deux dimensions ; il [le risque] est fait de processus stochastiques (c’est la fonction aléatoire de la situation) et d’enjeux (c’est la part de gravité de la situation). Pour qu’il y ait risque il faut obligatoirement la présence de ces deux éléments » (Collard, 1998, 72). On peut aussi faire référence par exemple aux travaux de Ménétrey (1997), Seigneur (2004), Le Breton (2002) ou de Soulé et Corneloup (2007).

20 C’est aussi la position défendue par Le Garrec (2004).

21 Pour Le Breton, « dans les années 70, une série de pratiques naissent et se diffusent à une large échelle, dessinant un halo réuni sous le label généreux de la glisse. Au delà du goût du risque, ces pratiques renouvellent les activités sportives traditionnelles » (Le Breton, 2002, 122).

22 Sur la question des modes de pratique et d’une nouvelle éthique sportive, caractérisée par une culture en rupture on pourra lire les travaux de Pociello (1995), ou de Loret (1995). Dans cette perspective le lecteur pourra aussi se référer au numéro spécial de la revue Esprit donc le titre est évocateur : « Le nouvel âge du sport » (1987).

23 L’aventure est aussi une pratique extrême en ce qu’elle est une quête des limites, c’est-à-dire littéralement, des extrémités : « pour que l’acteur ait le sentiment de vivre une aventure, il est nécessaire que ce point possède, à ses yeux, le valeur d’un seuil » (Griffet, 1995, 18).

24 On pourra lire sur ce point l’article de Soulé (2008).

25 Yonnet présente différentes formes d’extrême. Sous la forme de types idéaux il distingue « extrême d’aventure », « extrême sportif » et « extrême de masse » (Yonnet, 1998).

26 La catégorie des « sports de nature » (Beauchard, 2004), présente également quelques similitudes avec celle des sports à risque, mais elle est aussi moins spécifiquement tournée vers le risque.

27 C’est ce que l’on trouve par exemple dans les travaux de Bouet (1968), Pociello, (1981, 1995) ou Defrance (1995).

28 Les classifications des sports sont nombreuses. Elles sont parfois institutionnelles comme celle que propose le Ministère de l’Éducation Nationale dans le cadre de la pratique de l’Éducation Physique et Sportive scolaire. D’autres sont des classifications « savantes » (Caillois, 1958, Jeu, 1977, Bouet, 1968, Yonnet, 1998).

29 Dans une logique de rationalité parfaite, on peut peiner à comprendre des pratiques librement choisies qui donnent à voir conjointement la présence de danger et l’absence de gain.

30 On pense en particulier à la force et l’affrontement physique.

31 Soulé et Comeloup (2006) présentant la posture de la critique radicale du sport parlent de l’association sport et risque comme d’un « pléonasme » pour ce courant de pensée.

32 Plus précisément, le Système National d’Observation de la Sécurité en Montagne (SNOSM), a comptabilisé entre le 1er décembre 2005 et le 31 mai 2006, 38 décès traumatiques (c’est-à-dire décès directement causés par la pratique concernée) et 21 décès non traumatiques. Pour la saison estivale 2006 (entre le 1 juin et le 30 septembre 2006), sur les 100 décès enregistrés, 70 sont des décès traumatiques. À ces chiffres il faut ajouter les décès consécutifs à un accident (non comptabilisés par le SNOSM).

33 La randonnée pédestre est la pratique dans laquelle le nombre d’accidents recensés par le SNOSM est le plus important. Mais il est proprement impossible de quantifier précisément le nombre de pratiquants et les conditions de pratique pour une discipline qui se déroule très largement hors de tout encadrement institutionnel.

34 Pour Lazar, « l’évaluation du risque apparaît finalement comme un compromis entre l’objectivité parfaite et inaccessible d’une connaissance absolue et la subjectivité totale des impulsions irréfléchies » (Lazar, 1965, 11).

35 Parce que les sports à risque donnent à voir un déséquilibre entre ce qu’il y a à gagner et ce qu’il y a à perdre, ces pratiques entrent mal dans une logique de « rationalité parfaite ». Il s’agit ici justement de mieux comprendre quelle(s) peut (vent) être la(es) rationalité(s) des individus engagés dans ces pratiques.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.