Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Sports à risque

 | 
Nicolas Penin

Introduction

Texte intégral

  • 1 Nous reviendrons sur la définition de la catégorie des sports à risque. Pour faciliter la compréhen (...)

1Comment peut-on pratiquer un sport à risque ? Comment peut-on faire le choix d’investir délibérément et dans un cadre de loisir, une activité caractérisée par une forte présence de danger ? Qu’offrent donc les sports à risque qui vaille la peine qu’on y engage sa vie1 ? C’est de ces interrogations naïves qu’est partie l’enquête. De la volonté de ne pas seulement considérer comme irrationnel ce qui échappe a priori à la compréhension, pour aller chercher le sens de ce qui en semble dépourvu. Comprendre les individus constitue d’ailleurs une ambition centrale de la sociologie. Appréhender l’intelligibilité des conduites des acteurs sociaux figure parmi les objectifs fondateurs de la discipline. C’est dans cette discipline scientifique et dans cette perspective intellectuelle que nous nous inscrivons pour tenter de mieux comprendre et d’expliquer l’engagement d’hommes et de femmes dans les sports à risque.

  • 2 La thèse a été dirigée par Catherine Louveau et soutenue en 2005 devant un jury composé de Christin (...)

2Ces pratiques intriguent parce qu’elles présentent un apparent déséquilibre entre une mise en jeu considérable et un imperceptible espoir de gain. Elles surprennent aussi parce qu’elles paraissent s’inscrire en totale contradiction avec la préoccupation sécuritaire dont chacun peut régulièrement constater la prégnance dans les sociétés occidentales contemporaines (Beck, 2000). Le contrôle des risques sanitaires, routiers, domestiques, écologiques, etc., rappellent continuellement combien nos quotidiens sont sécurisés et se préoccupent de leur sécurité. Comment des pratiques corporelles qui mettent en jeu l’intégrité physique peuvent-elles cohabiter avec la « chasse » des risques (Peretti-Watel, 2001), la généralisation du système de l’assurance (Ewald, 1986) et l’émergence du « principe de précaution » ? Ces pratiques curieuses sont ainsi devenues la curiosité de l’apprenti chercheur dans le cadre d’un DEA puis en thèse2. C’est de ce travail dont rend compte le présent ouvrage. Cela n’est pas sans incidence sur l’architecture générale du propos. Notamment parce que ce livre consacre une part importante de son développement à des considérations de méthode. La première partie présente en effet la construction de l’objet et du protocole d’enquête. Mais s’il s’agit d’une phase classique de la démarche de recherche, ce choix ne repose pas seulement sur un usage académique. Il relève d’abord et avant tout d’une position ontologique : celle qui accorde le primat au terrain dans l’enquête. C’est-à-dire qu’aux questions posées nous ne pensons pouvoir apporter de réponses que par la confrontation à l’épreuve des faits. Ainsi présentée, cette position peut paraître d’une grande trivialité. Comment pourrait-on ne pas être d’accord ? Précisons donc. Accorder le primat au terrain, c’est d’abord s’inscrire dans une démarche de recherche toute entière construite autour des données produites. Celles-ci sont la moelle de l’ouvrage. Cela impose donc fort logiquement, une présentation détaillée des conditions de production de la démarche empirique. Car les « données » ne sont jamais vraiment données (Demazière et Dubar, 2004) et de la façon de les cueillir dépend toujours le produit de la cueillette. En d’autres termes, la sensibilité théorique conditionne la démarche empirique. Sensibilité que nous avons souhaité aussi ouverte que possible afin d’éviter l’écueil du regard qui crée l’objet. Nous préférons tenter le pari de l’objet qui oriente le regard. C’est donc dans une dynamique résolument inductive que nous nous inscrivons, inspirée notamment des travaux de l’École de Chicago. Cette façon de procéder, ancrée dans l’empirie, ne peut faire pour autant l’économie d’un cadrage théorique qui doit permettre d’aiguiser l’« imagination sociologique » (Mills, 1968) et ne pas la contraindre. La première partie de ce livre se présente donc comme l’illustration en acte de notre façon de concevoir l’enquête sociologique, parce qu’elle discute les problématiques convoquées sans s’attacher à un paradigme, qu’elle insiste sur l’importance des considérations de méthode et affirme la nécessité de livrer au lecteur les conditions de réalisation du travail.

3Cet ouvrage s’intéresse donc d’abord à la question du risque. Par l’étude des sports à risque c’est la notion même qui est interrogée de manière très concrète : ses contours flous à affiner, ses visages multiples à dessiner, ses significations obscures à éclairer. Car les sociétés occidentales contemporaines sont « souvent caractérisées par un rapport ambivalent au risque » (Peretti-Watel, 2003, p. 125), entre « idéologie sécuritaire » (Le Breton, 1995), et « passion moderne des activités à risque » (Le Breton, 1991). C’est en engageant l’enquête que la notion prend corps et qu’apparaissent les logiques complexes de la fabrique du risque, navigant entre modes de définition « savant » et « profane », objectivité probabiliste et subjectivité expérientielle, invariants et éléments conjoncturels, conduites à risque et prises de risque, glorification et stigmatisation. Par les raisons que les acteurs donnent à ce choix de pratique étonnant, par leurs façons de s’engager dans les prises de risque, de les valoriser ou au contraire de les condamner, ce sont non seulement les grammaires des prises de risque que nous interrogeons, mais aussi la construction sociale du risque et en filigrane la pertinence de la catégorie des sports à risque.

4Les figures du risque et des prises de risque permettent en outre d’appréhender l’engagement avec plus de finesse. Car toutes les façons de pratiquer le risque ne se ressemblent pas. C’est une dimension dont il convient de prendre acte pour comprendre les engagements et expliquer leurs modes de production. C’est par l’étude de la construction sociale des goûts qu’est abordée la question, partant du principe simple selon lequel les activités de loisirs sont librement choisies. L’engagement dans ces sports devrait donc refléter un certain goût pour ces pratiques. Comment se fabrique alors ce goût pour les sports à risque ? Relèvet-il d’une forme de contingence des parcours ? S’inscrit-il dans une logique d’incorporation, par la socialisation, de dispositions aux prises de risque ? Résulte-t-il d’épreuves singulières ou d’influences originales qui structurent et orientent les parcours ? Révèle-t-il des conditions d’existence particulières ? Quelles sont finalement les influences qui structurent les dynamiques biographiques conduisant à investir les sports à risque. Cette question se pose avec une acuité toute particulière dans des ensembles sociaux dont on peut penser qu’ils sont profondément marqués par la diversification et la parcellarisation des cadres de la socialisation (Dubet et Martuccelli, 1998). Confrontés à une forte différenciation des sphères socialisatrices, les individus peuvent certainement recevoir et incorporer des principes de socialisation hétérogènes. Ce peut même être particulièrement le cas lorsqu’il s’agit de conduites ambivalentes. Nous l’avons évoqué, les sociétés occidentales contemporaines semblent entretenir un rapport tout à fait paradoxal au risque et aux prises de risque. Cela invite donc à douter de l’homogénéité des principes de socialisation en la matière. Et si ces influences dispositionnelles étaient moins puissantes ou moins cohérentes, quels pourraient-être alors les ressorts de l’engagement ? Ne faudrait-il pas se rapprocher des individus et des contextes ?

  • 3 Par « masculin », « viril » ou « d’homme », tout comme pour l’emploi de « féminin » ou de « de femm (...)

5Quoi qu’il en soit, ce dont on ne peut douter, c’est de l’impérieuse nécessité qu’il y a à considérer la problématique du genre. D’abord parce que c’est une dimension incontournable de la construction du social et qu’à ce titre elle ne devrait jamais être négligée. Plus spécifiquement ici, elle est une variable tout à fait discriminante. Car si les sports ont un sexe, les sports à risque sont masculins3. Les femmes sont très peu nombreuses à investir ces territoires qui appartiennent le plus souvent aux hommes. Quels que soient les modes de définition, de quantification ou les pratiques à risque observées, la femmes composent moins de 15 % des effectifs. Il apparaît donc proprement impossible de faire l’impasse sur le caractère genré de l’engagement. Cela s’impose notamment pour comprendre comment des femmes peuvent faire ce choix improbable. Si les femmes accèdent à des espaces masculins, serait-ce parce que leurs parcours se confondent avec ceux des hommes ? Devient-on pratiquante de sport à risque comme on devient pratiquant ? Ces femmes ont-elles ainsi rencontré une « socialisation inversée » (Mennesson, 2000a), comme d’autres femmes investies dans des sports ou des métiers de tradition masculine (Marry, 2004).

6Il semble pourtant peu vraisemblable qu’il soit possible d’« échapper » totalement à toute influence socialisatrice « classique », car en matière de socialisation sexuée, les principes dispensés semblent particulièrement convergents et « conventionnels » (Lahire, 2001). Alors, lorsqu’elles s’inscrivent dans les sports à risque, les femmes sont-elles porteuses de dispositions masculines que véhiculent largement ces « pratiques d’hommes » ? Adoptent-elles des positions ou des pratiques transgressives par ailleurs ? S’inscrivent-elles davantage dans le modèle classique que proposent le plus souvent les pratiques sportives et l’essentiel des cadres de socialisation ? Donnent-elles plutôt à voir des systèmes de dispositions plurielles, produites par une hétérogénéité de cadres et de principes de socialisation. Comment se jouent dans ce cas les différentes partitions ? Sont-elles contrôlées ou subies ? Ressource ou contrainte ? L’étude de ces pratiques sportives peut donc être propice à la mise au jour de différentes logiques de socialisation, entre détermination historique, comme produit de la socialisation et influence contextuelle révélatrice ou inhibitrice de dispositions. C’est en substance la question de l’individu et de la « responsabilité » de son parcours, qui est finalement posée.

7Enfin la question de l’engagement dans les pratiques sportives à risque renvoie obligatoirement à la problématique des rapports sociaux de sexe. D’abord parce que se pose avec insistance la question des raisons de la si faible présence des femmes dans ces sports. Ils ne cultivent pourtant pas le culte de la force ou de l’affrontement physique dont on sait par ailleurs qu’ils excluent, de fait, les femmes. Les sports à risque s’inscriraient plutôt dans le modèle des sports sollicitant les « réflexes » (Pociello, 1981). Alors pour quelles raisons ces sports restent-ils si peu attractifs pour les femmes ? Rien ne leur en interdit formellement l’accès ? Comment rendre compte de la sexuation de cet engagement ? Pourquoi ne s’y engagent-elles pas davantage ? Quelles sont donc ces barrières invisibles et pourtant tellement efficaces ? Et comment donc les « femmes du risque » les ont-elles contournées ? Les ont-elles seulement contournées ? Sont-elles, dans ces espaces de pratiques, les égales des hommes ? Occupent-elles les mêmes postes et fonctions ou subissent-elles encore la « division sexuelle du travail » (Kergoat, 2000) ? Leurs façons de pratiquer se confondent-elles avec celles des hommes ou existe-t-il encore une traduction sexuée des modalités ? S’engagent-elles comme les hommes dans les prises de risque ?

8 On peut le penser si elles ont reçu, comme les garçons une socialisation « masculine ». Mais on peut aussi envisager que les sports à risque restent des bastions de la masculinité attachés aux valeurs viriles et aux principes « de séparation » et « de hiérarchie » (Kergoat, 2005). Comment se composent les rapports sociaux de sexe dans ces bastions de la virilité, avec celles qui n’ont pas été contenues par les obstacles conduisant à ces pratiques ? Présentent-ils une figure originale des rapports sociaux de sexe et des mécanismes de la domination ou reproduisent-ils la « doxa de sexe » (Bourdieu, 1998) ? Comment s’élaborent ces rapports sociaux dans des contextes particuliers de « maisons des hommes » (Godelier, 1982) entrouvertes aux femmes ?

  • 4 Les investigations ont été menées dans ces 4 pratiques sportives. Nous revenons dans cette première (...)

9L’architecture générale de ce livre reprend peu ou prou l’organisation de l’enquête. La première partie conduit donc le lecteur de la construction de l’objet et de la sensibilité, à l’élaboration du protocole méthodologique. Cette étape est bâtie sur la mise en perspective des travaux antérieurs et vise à mieux cerner ce dont il est question : la notion de risque et sa définition, l’engagement et les modes de production des choix et des goûts, les rapports sociaux de sexe. Elle décrit également comment, dans le parachutisme, le BASE-jump, l’alpinisme et le parapente4, s’est articulée puis s’est déroulée l’épreuve du terrain.

10Les seconde et troisième parties présentent les résultats de l’enquête. La seconde s’attache à renseigner les modes d’engagements dans les sports à risque. Elle caractérise donc, quantitativement les pratiques concernées, détaille ensuite des modèles de parcours de femmes et d’hommes, expose enfin les ressorts des dynamiques biographiques de celles et ceux qui croisent les sports à risque.

11La troisième partie est consacrée aux modes de pratique et aux rapports sociaux de sexe. Elle revient d’abord sur les raisons et les causes permettant de comprendre et d’expliquer l’engagement dans les sports à risque. Elle décrit ensuite comment les adeptes de ces sports construisent un rapport particulier au risque et s’engagent plus ou moins intensément dans les prises de risque. Elle analyse surtout, la façon dont s’élaborent et opèrent les rapports sociaux de sexe sur ces terrains, comment notamment la question du risque est centrale dans cette construction sociale.

Notes

1 Nous reviendrons sur la définition de la catégorie des sports à risque. Pour faciliter la compréhension, nous pouvons d’ores et déjà indiquer qu’il s’agit d’activités physiques qui présentent un danger mortel.

2 La thèse a été dirigée par Catherine Louveau et soutenue en 2005 devant un jury composé de Christine Mennesson, Patrick Peretti-Watel, Christian Pociello et Michel Raspaud. Je profite de cette occasion pour les remercier encore très sincèrement.

3 Par « masculin », « viril » ou « d’homme », tout comme pour l’emploi de « féminin » ou de « de femme » nous caractérisons dans cette recherche, des pratiques dans lesquelles, de fait, l’un des deux sexe est majoritairement présent ou qui correspondent aux caractères les plus communément associés à un sexe.

4 Les investigations ont été menées dans ces 4 pratiques sportives. Nous revenons dans cette première partie sur les raisons de ce choix.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.