Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les religions dans le monde romain

 | 
Marie-Odile Charles-Laforge

… aux études de cas

Celtiques ? Romains ? Indigènes ? Importés ?

Divinités et pratiques religieuses dans l’empire romain d’Occident

Monique Dondin-Payre

Texte intégral

  • 1 Le Hir 2007, p. 29-30.

1Les Massaï, peuple bien connu du cœur du centre de l’Afrique, se trouvent, depuis un certain temps, confrontés à des pratiques de vie nord-occidentales, notamment l’école et la christianisation. Pourtant, un chef de village, nommé Sikoyo mais rebaptisé Paul, voit la situation ainsi : « Nous n’avons rien changé à notre mode de vie », et de citer comme preuve les sacrifices que, en temps de sécheresse, les marabouts offrent à Engai, le dieu qui fait tomber la pluie1. Dans les civilisations où la religion est solidaire du fonctionnement de la société, des influences extérieures ne peuvent les anéantir, sinon par une action déterminée. Contrairement au diagnostic posé autrefois, il est désormais établi qu’aucune volonté du dominant de réduire à néant le dominé n’a été mise en œuvre dans l’empire romain, notamment dans le domaine religieux.

  • 2 Spécialement, Scheid 2010, p. 141-159 ; Van Andringa 2002 ; 2005, p. 113-118 ; 2006, p. 219-232.
  • 3 Ulpien, Ad edictum praetoris 68 = Digeste I, 8, 9, 1 : Sacra loca ea sunt quae publice sunt dedicat (...)

2La religion s’y articule autour de la cité2, non la ville mais la circonscription administrative qui structure les provinces romaines et comprend un territoire avec une capitale et des agglomérations. Cette complémentarité civique est fondamentale dans l’appréciation des pratiques religieuses de l’empire : « Les lieux sacrés sont ceux qui ont été dédiés au nom du Peuple, qu’ils soient dans la ville ou sur le territoire »3.

I. Présentation des dépôts

  • 4 Dondin-Payre, Kaufmann-Heinimann 2009, p. 89-120.
  • 5 Le Mantellier 1865 ; Gorget 2007, p. 14-19.
  • 6 Kaufmann-Heinimann, Vial 2007, p. 48-87.
  • 7 CIL XIII, 3071 ; Lambert 2007, p. 100-109, fait fausse route en interprétant cette inscription dans (...)
  • 8 Bonenfant et al. 2007, p. 158-170.
  • 9 Dondin-Payre, Kaufmann-Heinimann 2009, p. 96.
  • 10 La composition de l’ensemble, qui fut partagé au moins entre les découvreurs – des ouvriers qui cre (...)
  • 11 AE 1980, 641, 642 et 644 : Mercure.
  • 12 AE 1980, 643.
  • 13 Dondin-Payre, Kaufmann-Heinimann 2009, p. 92-93.

3Au centre des Gaules (Gaule Lyonnaise), sur deux territoires civiques très proches, deux dépôts religieux rassemblent des offrandes qui, s’échelonnant dans le temps, donnent un aperçu de ce que les responsables des sanctuaires avaient jugé approprié de conserver : le terme « trésor », par lequel on a coutume de les désigner, est inapproprié, car il substitue à une motivation religieuse une volonté de thésaurisation4. À Neuvy-en-Sullias (cité des Carnutes), l’ensemble, probablement presque complet, comprend près de 70 objets en bronze, essentiellement des figures animales et humaines, qui s’échelonnent entre la fin de l’indépendance et le IIe s.5. Parmi les animaux figurent au moins trois sangliers, deux celtiques, le plus grand de style fortement gallo-romain ; un cerf, plus celtique que gallo-romain6. Un cheval, beaucoup plus grand que le reste, est posé sur un socle inscrit, qui le désigne comme dédié à Rudiobus, dieu inconnu par ailleurs, selon un cas de figure courant dans l’empire : Aug(usto) Rudiobo sacrum cur(ia) Cassiciate d(e) s(ua) p(ecunia) d(edit) Ser(uius) Esumagius Sacrouib(=r), Ser(uius) Iomaglius Seuerus f(aciendum) c(urauerunt), « Consacré à l’Auguste et à Rudiobus ; la curie Cassiciate a fait ce don à ses frais ; Servius Esumagius Sacrovir et Servius Iomaglius Severus ont été chargés de l’exécuter »7. Les figures humaines, dont le caractère divin a été discuté, ont fait sensation à cause de la nudité de plusieurs d’entre elles8. Les représentations divines sont : un Esculape, importé de Méditerranée orientale ; un Hercule enfant, en fait un décor de meuble de fabrication gallo-romaine récupéré ; et un Mars gallo-romain9. S’y ajoutent divers objets métalliques – trompe, patères, anneaux. À Champoulet, agglomération de la cité des Senons, à une soixantaine de kilomètres de Neuvy, le dépôt, qui a fait l’objet d’un partage, est incomplet10. Sont conservés : un grand Mercure et une Rosmerta, sur socles inscrits ; un socle dédié à Apollon, sans la statue ; Epona et un taureau anépigraphes ; deux patères dont une inscrite ; un vase ovoïde ; une anse décorée. Les quatre textes sont de quatre mains différentes. Mercure et Apollon sont chacun qualifiés de Dubnocaratiacus : In h(onorem) d(omus) d(iuinae) deo Merc(urio) Dubnocara/tiaco ex stip(e) eius sub c(ura) Sedati Valloicis, « (Cette offrande) faite en l’honneur de la famille impériale (et) au dieu Mercure Dubnocaratiacus a été financée par une collecte faite pour le dieu et réalisée sous la responsabilité de Sedatus fils de Valloix » ; Aug(usto) sac(rum) Merc(urio) Dubnocaratiaco Messa Marulli (filius), u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito), « Consacré à l’Auguste et à Mercure Dunocaratiacus ; Messa fils de Marullus a, par cette offrande, accompli bien volontiers son vœu » ; Aug(usto) sacr(um) deo Appolino Duno/caratiaco Nobili(s) Titiani f(ilius) u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito), « Consacré à l’Auguste et au dieu Apollon Dunocaratiacus ; Nobilis fils de Titianus a, par cette offrande, accompli bien volontiers son vœu »11. Le locatif Dubnocaratiaci juxtaposé à Rosmert(a)e prouve qu’il ne s’agit pas d’une épiclèse traduisant une caractéristique divine, mais d’un adjectif de localisation, « de Dubnocaratiacum » : Aug(usto) saccr(um) d(e) ae Rosmert(a)e Dubnocaratiaci Marrosso Marulli filius u(otum) s(oluit) l(libens) m(erito) d(e) s(uo) d(edit), « Consacré à l’Auguste, et à la déesse Rosmerta de Dubnocaratiacum ; Marrosso fils de Marullus a financé (ce don) en accomplissement de son vœu »12. La stylistique, plus homogène que celle de Neuvy, renvoie à des créations des Gaules et des Germanies des IIe-IIIe siècles13.

Tableau 1 : Comparaison des objets connus des dépôts de Champoulet et de Neuvy

4N.B. : Les datations sont toujours délicates à établir. Le plus souvent il faut recourir à des critères de style, avec toutes les incertitudes qui en découlent. Les dates proposées sont par conséquent des orientations, non des affirmations. De plus, on ne peut jamais être assuré que les pièces n’ont pas été déposées très longtemps après leur fabrication.

  • 14 Comme à Champoulet, le dépôt a été incomplètement conservé. Deniaux 2006, p. 271-295.
  • 15 Les dates sont établies à partir de critères stylistiques des objets ; jamais on ne peut être assur (...)

5Plus au nord, à Berthouville, dans la cité des Lexoviens (en Normandie), un très volumineux dépôt d’offrandes d’argenterie (27 kg de métal, 69 objets, conservés au Cabinet des Médailles14) a été mis en relation avec deux bâtiments cultuels ; il n’est pas douteux que, si des sanctuaires n’ont pas été identifiés à Neuvy et à Champoulet, cette absence s’explique par la pénurie de fouilles. Le dépôt de Berthouville, constitué aussi sur une longue durée (entre la première moitié du Ier et le IIIe siècle15) compte des pièces importées d’Italie (oénochoés, vases à boire), d’autres fabriquées en Gaule (coupes figurant au centre, en haut relief, Mercure et sa parèdre Maïa). Voici le récapitulatif des pièces inscrites :

Tableau 2 : Les offrandes inscrites à Mercure, dépôt de Berthouville (Lexoviens)

6- citoyens

Noms

Nature de l’offrande, date de fabrication

Nom du dieu, réf. CIL XIII, 3183

a - P. Aelius Eutychus P. Aeli(us) Numitor

coupe, Mercure et Maia, fin IIe-début IIIe s.

Mercurio Aug. CIL, 6

b - Q(uintus) B(-) S(-)

plaque à queue d’arondes

sans – CIL, 25

c - Decir(ius) Lupercus Plac(idius) Docirix

2 patères

deo Merc. Can. – CIL, 19-20

d - Q. Domitius Tutus

2 œnochoés, 2 skyphoi, 2 canthares, 1 gobelet, 1 simpulum, 1 phiale, fabrication campanienne, 1re moitié du Ier s.

Mercurio Augusto CIL, 10-14 et 16 - Mercurio CIL, 15

e - M. Latinius Astius

Phiale

Merc. – CIL, 3

f - Q. Lucanius Blaesus

Phiale

sans – ex stipe CIL, 26

g - C. Propert(ius) Secundus

plat à scène de chasse, fin IIe-début IIIe s.

deo Mercurio Kanetonnessi CIL, 23

h - Q. Statilius Carus

Coupe

deo Mercurio CIL, 5

i - Iulia Sibylla

coupe, Mercure debout, fin IIe-début IIIe s.

deo Mercurio CIL, 2

j - L(-) Lupula

coupe, Mercure assis, fin IIe-début IIIe s.

M (ercurio) C (aneto) (?) – CIL, 22

7- les pérégrins

Nom

Nature, date de l’offrande

Nom du dieu

k - Camulognata Coici filia

Oénochoé

Mercurio CIL, 1

l - Combaromarus Buolani fil.

2 simpula

Mercurio Aug. CIL, 7

m - Creticus Runatis

2 patères, 1 phiale

Mercurio Aug. CIL, 8 et 9

n - Epaticcus

Patère

Mer(cu)rio Caneto CIL, 21

o - Germanissa Viscari

1 phiale et 1 patère, fin IIe-début IIIe s.

Mercur. Aug. CIL, 17 Merc. Aug. CIL, 18

p – Lupercus

Patère

M(ercurio) / Vener(i) / Apol(lini) CIL, 24

q - Maxuminus Carantini fil.

petit pot, fin IIe-début IIIe s.

Mercurio CIL, 4

r - Sacco Sacconis

Simpulum

sans – CIL, 27

s - Sollemnis

Phiale

sans – CIL, 28

  • 16 D’après Henri d’Arbois de Jubainville 1890, p. 125-178, le suffixe –ācus/ –iācus prenant la signifi (...)

8À la différence des cas précédents, à une exception près (p), une divinité unique, Mercure, est invoquée sous diverses appellations : (Deus) / Mercurius Augustus Kannetonensis. Cet adjectif est du même type que Dubnocaratiacus, une référence topographique à Kannetonum16, non un qualificatif religieux.

Tableau 3 : Comparaison entre les divinités des dépôts de Neuvy, Champoulet et Berthouville

9À l’évidence aucune relation stylistique ne peut être faite entre les dépôts de Neuvy, de Champoulet, et de Berthouville ; même les pièces fabriquées en Gaule sont de qualité fort différente dans les différents sanctuaires. Sans unité, ni dans la plastique, ni dans les divinités, ils n’en présentent pas plus en ce qui concerne les dévots.

  • 17 Dondin-Payre 2012a, p. 81-99.
  • 18 Ils n’en sont pas toujours les auteurs : Decirius Lupercus exécute le testament de Placidius Dociri (...)
  • 19 Q. Statilius Carus par exemple, voir Deniaux 2006, p. 271-295.

10À Neuvy-en-Sullias, deux intervenants sont mentionnés. La curia Cassiciate n’est pas le conseil municipal qui administre la cité, mais un groupe, antérieur à la conquête, comme on en connaît dans les provinces gauloises et germaniques17. Elle finance le cheval et mandate deux indigènes, déjà citoyens romains au début du Ier siècle, Servius Esumagius Sacrovir et Servius Iomaglius Severus, pour en assurer l’exécution. Inversement, à Champoulet, un siècle et demi plus tard environ, les fidèles sont tous indigènes pérégrins : Sedatus, fils de Valloix, Marrosso et Messa, fils de Marullus, Nobilis, fils de Titianus. À Berthouville, 12 des individus impliqués dans les offrandes18 sont des citoyens romains, dont il est possible que certains soient des Italiens venus exprès au sanctuaire19, mais dont la plupart sont des indigènes promus ; 9 sont des pérégrins que leur onomastique identifie comme celtes.

11À partir de l’analyse de ces sanctuaires, structurellement similaires puisque ce sont des lieux de culte du territoire civique, fréquentés sur la longue durée, mais différents par leur ampleur, par la nature des offrandes, les dates, le ou les dieux, les dévots, quelle réponse peut-on apporter à la question celtiques ? romains ? indigènes ? importés ?

II. L’identité des divinités

  • 20 Dondin-Payre 2012b.
  • 21 Le uotum est un rituel romain, qui a été, jusqu’à une époque récente, considéré comme importé d’Ita (...)

12Elles sont citées par écrit ou représentées, avec, dans un certain nombre de cas, un décalage entre les mentions inscrites et figurées (tableau 3, infra). Dans le cas de Berthouville, Mercure s’impose dans les deux domaines, même si la coexistence avec une ou plusieurs autre(s) divinités n’est pas à exclure20. En revanche, à Champoulet et à Neuvy, la pluralité domine (tableau 1, infra). L’influence indigène est assurément très perceptible à Neuvy, en premier lieu par l’effigie animale offerte au dieu celtique Rudiobus, dont la dédicace, rédigée dans un latin parfait, accole au théonyme l’adjectif Augustus, insérant Rudiobus dans la religion de l’empire ; Esculape est une figure tout à fait méditerranéenne, sans aucune relation avec la médecine ou la guérison, tandis que Mars se présente sous une forme gallo-romaine, et Epona, comme le taureau, sous l’aspect traditionnel. Champoulet/Dubnocaratiacum, où Mercure, Rosmerta et Apollon, bénéficiaires de dédicaces latines consécutives à un uotum, pratique rituelle romaine21, sont associés à Epona et au taureau, figure une sorte d’étape intermédiaire d’association de dieux romains et celtiques, exactement au moment où, à Berthouville/Kannetonum, Mercure continue à recevoir des dons de grande valeur. Mercurius et Apollo Dubnocaratiaci sont-ils plus romains que Rosmerta qui cohabite avec eux ? Mercurius Kannetonensis est-il encore plus romain qu’eux trois ? La réponse s’impose : aucune hiérarchie ne peut être proposée.

III. La nature des offrandes

13Les offrandes couvrent un éventail large : production locale courante (les statuettes d’Epona, les taureaux de Neuvy), production locale originale (le cheval de Neuvy, le grand Mercure de Champoulet), production locale luxueuse (plats de Berthouville), pièces italiennes (coupes et œnochoés de Berthouville). Parmi ces dernières, certaines ont été soit importées par des marchands et vendues sur place, soit acquises directement en Italie, avant que, après un intervalle indéterminé, des dévots aient décidé de les offrir au sanctuaire, après les avoir fait légender. En effet, tant l’ancien élément de meuble représentant Hercule offert à Neuvy que ces pièces de vaisselle de Berthouville montrent que les dévots peuvent témoigner leur attachement à la divinité par le don de n’importe quel objet, qu’il ait été spécialement élaboré, ou que ce soit une propriété personnelle. Les caractéristiques techniques des offrandes ont un impact variable : à Neuvy et à Champoulet, la nature du métal – du bronze martelé ou du bronze moulé –, tant pour les effigies « gauloises » d’Epona et du taureau que pour les divinités « romaines », correspond à une date haute pour le bronze martelé, associée à une grande fréquence en Gaule, où les Celtes avaient de longue date une remarquable maîtrise de la technique bronzière. Dira-t-on que l’argent de Berthouville travaillé en Campanie fait de Mercure de Kannetonum un dieu plus romain que Mercure de Dubnocaratiacum en bronze ? Sans aucun doute le sanctuaire de Berthouville était beaucoup plus attractif que celui de Champoulet (il est difficile de le comparer à Neuvy, en fonction à une époque où les déplacements présentaient de grandes difficultés, sans les infrastructures ni les habitudes itinérantes postérieures), le nombre et la qualité des pièces jugées dignes d’être conservées l’attestent, mais était-il moins indigène, c’est-à-dire plus coupé de la population en place ? Outre le dépôt d’argenterie, de nombreuses pièces ont été découvertes, auxquelles le premier porte ombrage, infléchissant l’évaluation de l’attractivité du sanctuaire (voir annexe).

IV. L’identité des dévots

  • 22 Babelon 1916, nos 4 et 5.
  • 23 Babelon 1916, nos 6 et 7.
  • 24 Babelon 1916, nos 8 et 9.
  • 25 Babelon 1916, no 10.
  • 26 Babelon 1916, no 12
  • 27 Babelon 1916, no 11
  • 28 Kajanto 1982, p. 280 ne se prononce pas. Nomenclator, p. 293 et 297 ; Toutius, nom unique pérégrin,(...)

14À Berthouville les pièces inscrites diagnostiquées comme étant de fabrication campanienne (deux œnochoés ornées de scènes mythologiques de la guerre de Troie22, 2 skyphoi représentant des centaures23, 2 canthares avec décor de masque24, un gobelet avec une scène de jeux isthmiques25, un simpulum avec le dieu Mercure26, une grande phiale figurant Omphale endormie27) proviennent de la même personne, Q. Domitius Tutus (tableau 2, d). Le gentilice Domitius est très répandu dans l’empire, et ne peut renvoyer à lui seul à aucune origine ; en revanche T(o)utus, inconnu en Italie comme surnom, est très fréquent, y compris en composition et sous des formes dérivées, dans l’onomastique des provinces celtiques, où il est assonant de teuta/touta « tribu, peuple »28. Q. Domitius Tutus était en possession de, ou a acquis, plusieurs pièces de vaisselle d’argent italiennes, qu’il a, à la suite d’un ou de plusieurs vœux, offertes à Mercure à Berthouville. Ce citoyen romain, d’origine celte, était assurément doté d’une confortable fortune, probablement aussi d’une solide culture classique. Bref, il était un indigène romanisé, mais faisait-il le partage entre ces deux héritages quand il offrait dans un sanctuaire du territoire lexovien, à Mercurius Augustus, un des dieux préférés des Celtes, des objets venant d’Italie ? Marrosso et Messa, fils de Marullus, qui donnent à Mercure de Champoulet une statuette de Rosmerta et une patère, sont ni plus ni moins romanisés que Germanissa, fille de Viscarus, qui offre, vers la même période, à Mercure de Berthouville une coupe et un vase. Tous ont des noms celtiques, et seront naturellement intégrés à la communauté des citoyens romains quelques années ou quelques décennies plus tard.

  • 29 Raepsaet-Charlier 2006, p. 373 ; Scheid 2006, p. 307.
  • 30 Raepsaet-Charlier 2006, p. 372.

15Des dieux divers sont l’objet d’un culte dans les mêmes sanctuaires, par les mêmes dévots, qu’ils soient pérégrins, au IIe siècle, comme à Champoulet, ou citoyens romains dès le Ier siècle comme à Neuvy. Aucune corrélation ne peut être établie entre catégorie civique des fidèles, divinités et nature des offrandes, qui associerait fermement aux dieux celtiques les pérégrins, auteurs de dons modestes, et aux dieux venus d’Italie les citoyens romains généreux. Certes, il convient de tenir compte du contexte : en Germanie inférieure, où l’implantation de colonies a entraîné un apport de population exogène, le résultat est plus nuancé qu’en Gaules29, où, mis à part à Lyon, les cités sont en écrasante majorité peuplées d’indigènes qui se romanisent30.

V. Caractéristiques indigènes et romaines associées dans une même divinité ou dans une série documentaire

  • 31 Kaufmann-Heinimann 2002, spéc. p. 44-47.
  • 32 Autres attestations d’Artio : CIL XIII, 4113, CIL XIII, 4203, CIL XIII, 11789.
  • 33 Il est impossible de déterminer l’origine de celle-ci : Licinius/a est un gentilice romain-italien, (...)

16La cohabitation de caractéristiques indigènes et romaines peut se manifester dans une même divinité : en 1832, à Muri, dans le canton de Berne, les enfants du pasteur découvrirent un dépôt comportant des statuettes représentant Jupiter, Junon et Minerve – donc la triade capitoline, romaine s’il en est –, un Lare dansant, la déesse Naria, connue surtout en Gaule Belgique31, et un groupe. Celui-ci représente une ourse face à laquelle une femme est assise, qui n’est identifiable que par l’inscription sur le socle : Deae Artioni Licinia Sabinilla (CIL XIII, 5160). La figure féminine présente les caractères classiques d’une déesse de l’Abondance : fruits massés sur ses genoux, petit pilier surmonté d’une corbeille de fruits à sa gauche (le siège manque). Jamais on n’aurait pensé qu’il s’agissait de l’effigie d’une divinité non romaine, sans la précision de son nom, Artio, dérivé de la racine celte « ours », homophone du grec arktos32. Le caractère composite est encore plus profond qu’il n’y paraît à vue d’œil : l’analyse a révélé que, au départ, seule l’ourse figurait sur le socle, représentation animale offerte à une divinité, comme à Neuvy. À un moment indéterminé (l’ensemble est du IIe s.), la déesse, à laquelle cette ourse était destinée et associée par le nom, fut ajoutée sous la forme d’une représentation très romaine de la divinité de l’Abondance ; peut-être cette décision est-elle le fait de la donatrice, mais cela n’est pas assuré. Se sont trouvées désormais réunies deux figurations de la même entité divine célébrée par une citoyenne romaine, une ourse, ancrée dans la culture indigène et une déesse d’apparence humaine romaine33.

  • 34 Les grandes séries viennent des sanctuaires de la Croix-Saint-Charles, sur le Mont Auxois, à Alise- (...)
  • 35 Sources de la Seine, Lingons, CIL XIII, 2867 = ILingons-M, 12 : Matta. Matta, attesté particulièrem (...)
  • 36 AE 2004, 999 ; la lecture Ollius de Joly et Lambert 2004, p. 233-237, doit être corrigée en Olitius
  • 37 Voir note 21.
  • 38 Mirebeau-sur-Bèze, 20 km de Dijon, Lingons, AE 2004, 999 : Olitius Mineru(ae) u. s. l. m.
  • 39 Pannes, Loiret, Sénons, Dondin-Payre & Cribellier 2011 : Prisceia Auiola u. s. l. m.
  • 40 Il l’était aussi dans la péninsule ibérique à l’époque pré-romaine. Horn 2005, p. 97-117.

17La question de la relation entre caractéristiques celtiques et romaines peut être examinée non plus à partir de dépôts, ou d’une divinité, mais sous l’angle d’un corpus homogène : celui des ex-voto oculaires. Ces offrandes ont été trouvées par centaines dans les Gaules (environ 400)34. De cette considérable série, seuls trois exemplaires ont été identifiés comme inscrits : aux Sources de la Seine, une plaque porte un mot, le nom de la dédicante pérégrine celte, Matta35 ; à Mirebeau-sur-Bèze, dans le sanctuaire contigu au camp romain (qui a livré une cinquantaine d’ex-voto oculaires anépigraphes)36, comme à Pannes, dans un sanctuaire des Sénons, les intitulés comportent la formule d’accomplissement du vœu u s l m, ce qui inscrit le geste dans un processus rituel romain37. Pour le reste, ces ex-voto ne présentent pas de points communs : celui de Mirebeau est une plaque en bronze en forme de tabula ansata, offerte par un pérégrin, Olitius, à une divinité dont il précise l’identité, Minerve38 ; celui de Pannes, très original, découpé dans une feuille argentée façonnée de sorte à figurer le contour stylisé des yeux, est placé par une citoyenne romaine, d’origine celte, Prisceia Aviola, qui n’exprime pas de nom de divinité39. Faisons le bilan : un pérégrin et une citoyenne d’extraction indigène s’adressent, par une formule absolument romaine, à des divinités (qui n’ont pas nécessairement de fonction guérisseuse), sur un type de support importé d’Italie, mais très prisé en Gaule centrale et de l’ouest40. Dira-t-on que la celte Prisceia Aviola a importé ce rite d’Italie parce qu’elle est citoyenne ? Alors que le geste d’Olitius, pérégrin celte, serait celui d’un indigène, semblable à tous les donateurs anonymes du sanctuaire de Mirebeau, mais un peu plus romanisé quand même puisqu’il a fait apposer une dédicace en latin, respectant une rédaction romaine ? La ligne de partage entre indigène/romain, celtique/latin, colonisé/colonisateur est invalide, même pour des offrandes de nature semblable.

**

18Quelle que soit la façon dont on aborde la question, par ensemble cultuel, par divinité, par catégorie d’offrandes, il apparaît que la répartition entre d’une part, les divinités romaines – celles qui sont connues en Italie d’où elles ont été importées et qui sont appréciées des élites provinciales –, et, d’autre part, les divinités indigènes, proches des populations autochtones, n’est pas opérationnelle. Si l’interpretatio romana est une grille d’analyse à laquelle on voit mal comment échapper, la nécessité de croiser les critères pour évaluer les interactions religieuses s’impose : des dieux celtiques sont associés à des formules qui les insèrent dans l’empire romain de la façon la plus claire (aug ; in h d d), reflet de la constitution de nouvelles identités religieuses. La difficulté longtemps éprouvée à admettre cette interdépendance transparaît dans les efforts d’imagination considérables déployés pour comprendre certains textes, qui ne prêtent pourtant pas à confusion : il a ainsi été suggéré de lire le prénom Servius, celui des citoyens romains chargés de veiller à l’exécution du cheval destiné à Rudiobus (Servius Esumagius Sacrovir et Servius Iomaglius Severus), comme seruus, qui serait une variante de seruitor, aboutissant à l’oxymore « serui [des esclaves] de condition libre », et de faire de ceux-ci des esclaves, tant il semblait scandaleux que, au centre géographique des Gaules, donc dans les profondeurs obscures et sauvages, des citoyens romains aient pu intervenir dans le culte d’un dieu celtique.

19Dans les provinces nord-occidentales, citoyens romains et pérégrins participent, de façons variées, à la célébration de cultes dont certains remontent, sous une forme indéterminée, à l’époque de l’indépendance, mais sont exprimés sur un mode latin. Ni l’identité des dédicants ni la nature des dons ne permettent de dessiner des personnalités religieuses qui seraient propres à l’une ou l’autre communauté. Hors les chefs-lieux de colonies, la mixité s’impose. Mixité dans le recrutement des dévots d’un même culte, mixité dans la nature stylistique des offrandes, mixité dans l’association des divinités célébrées. Les divinités honorées, les individus ou les groupes qui les honorent, l’expression que prend leur dévotion, prouvent que les divinités et les pratiques religieuses rassemblent les groupes humains comme les groupes divins, qu’il est impossible de qualifier de celtiques, de romains, d’importés ou d’indigènes.

Annexe : Léon-Philippe Le métayer (1807-1895) et les fouilles méconnues de Berthouville

  • 41 de La Croix 1897 (p. 232) ne cite Le Métayer qu’en passant.

20Léon-Philippe Le Métayer exécuta à Berthouville, dans les années 1860, trois décennies après la découverte du dépôt d’argenterie, des fouilles dont le résultat fut occulté par son obligation de les interrompre à la suite de ses difficultés financières, par la renommée du « trésor », et par le silence dont l’entoura le Père Camille de La Croix, qui, en charge du site 20 ans plus tard, s’attribua le mérite des trouvailles41. Pourtant, elles inscrivent celui-ci dans le contexte d’un sanctuaire du territoire civique et corrigent l’image d’exception que lui valut sa richesse.

21Léon-Philippe Le Métayer-Masselin, né à Evreux, s’installa à Bernay comme industriel dans la passementerie ; né Le Métayer, il prit alors le nom de son beau-père, Jean-Baptiste Masselin, auquel il s’associa pour fonder une fabrique de rubans. Désireux de mettre en pratique ses idées sociales, il transforma l’entreprise en « Société Coopérative rubanière » dans laquelle les ouvriers avaient des participations. Amassant d’énormes profits pendant la guerre de Sécession qui fit monter les cours du coton, il ne put faire face au retour à la normale à la fin de la guerre (1865), et se trouva ruiné. Il interrompit alors les fouilles de Berthouville, puis il quitta l’Eure pour le Canada où il introduisit l’industrie rubanière ; installé à Chambly, à proximité de Montréal, il ne rencontra pas le succès escompté et imputa son échec au clergé local.

  • 42 Collection de dalles tumulaires de la Normandie reproduites par la photographie, d’après les estamp (...)

22Membre de la Société française d’archéologie, inspecteur de l’Association normande, c’était un archéologue fervent, qui se heurta à la municipalité de Bernay quand la crosse en bronze doré, qu’il avait trouvée en 1858 dans l’abbatiale locale, fut donnée au musée de Cluny. Il proposa alors à la commune de Bernay, en compensation, sa collection de 3000 monnaies antiques découvertes dans l’Eure, qui fut refusée car la mairie ne souhaitait pas constituer un musée. Ses ouvrages archéologiques les plus célèbres concernent les dalles tumulaires médiévales de Normandie42.

L’intervention à Berthouville43

  • 43 Cliquet 1993, no 151, p. 99.

23- A. Congrès archéologique de France, séances générales tenues… en 1861 par la Société française d’archéologie pour la conservation des monuments historiques, Paris, 1862, p. 366.

24« C’est à peu de distance du quadrivium formé par ces deux chemins au Villeret, que M. Le Métayer vient d’exhumer les ruines de l’ancien temple de Mercure Canetus. L’emplacement de la cella et de ses dépendances adjacentes couvre une superficie d’environ deux mille mètres carrés. Sans entrer dans les détails de la construction et de ses restes plus ou moins remarquables, il suffira d’apprendre qu’outre les enduits et les tronçons épars des colonnes en stuc qui devaient primitivement supporter les corniches de la cella, on a recueilli des hachettes en silex, des fibules, du paillon d’or, des marbres de diverses nuances, des flûtes en ivoire, des miroirs en métal, des fragments de vases en bronze, des morceaux de même métal ayant probablement appartenu à une statue, etc. Les nombreux vases en terre samienne ont révélé les noms de potiers suivants […]. La numismatique romaine et gauloise a fourni, à son tour, un nombreux contingent de raretés en médailles.

25La cella de Canetum et les objets que l’on y a recueillis ont été visités, deux jours avant la lecture de ce compte rendu, par M. de Caumont, qui a pu remarquer dans la tour de l’église de Berthouville un bas-relief, représentant deux personnages, provenant peut-être aussi des ruines du Villeret.

  • 44 CIL XIII, 3177 : Num(ini) Aug(usti) signum Mercur(i) cum sua aede ex s[tipe -]ta. Voir Deniaux 2006 (...)

26M. Le Métayer termine son rapport verbal en faisant un rapprochement qui, tout hypothétique qu’il paraisse, mériterait peut-être confirmation. Il est bien probable, d’après lui, que le cippe dont il a été parlé plus haut, trouvé à Saint Germain-la-Campagne aurait été l’autel principal du temple de Mercure Canetus. Tout, aujourd’hui, semblerait le prouver : le cippe est en marbre dit de Vieux ; l’intérieur de la cella de Canetum était enrichi de revêtements en marbre analogue, et l’on sait déjà que ce cippe porte une inscription dans laquelle figure le nom du dieu Mercure. La voie romaine, qui passe au pied même de la cella, traverse à son tour la paroisse de Saint Germain-la-Campagne. Rien n’empêcherait d’admettre que les premiers prédicateurs de l’Évangile dans ces contrées aient ordonné le transport de ce cippe, afin d’édifier au-dessus, sur l’emplacement de l’oratoire dédié à Saint Germain, l’autel et l’église dans laquelle il fut découvert plusieurs siècles après44. M. de Caumont, sur le rapport que vient de faire M. Le Métayer, lui annonce que la Société mettra à sa disposition une nouvelle somme de 100 fr. qui sera votée à Reims, le 25 juillet. M. Le Métayer, après avoir remercié la Société dans la personne de son directeur, manifeste le désir de voir dorénavant la Société française d’archéologie visiter souvent les fouilles de Berthouville ».

27Le Secrétaire, L. Le Métayer-Masselin.

28- De Caumont Arcisse, « Relation d’une visite faite, en juillet 1861, des fouilles entreprises à Berthouville, près Bernay (Eure) », Bulletin Monumental 28, 1862, p. 249-256. Arcisse de Caumont a été délégué par la Société d’archéologie à Berthouville, en 1861, pour vérifier l’emploi des fonds alloués aux fouilles par la Société.

29p. 255 : « Cette localité de Berthouville était devenue trop célèbre, par suite de cette découverte (le « trésor »), pour que l’on ne désirât pas y faire des recherches et des fouilles. On en parlait depuis longtemps déjà quand, en 1848, la Société française d’archéologie, réunie à Bernay, vota 150 fr. pour les commencer ; mais, les personnes qui s’étaient proposées de les diriger en ayant été empêchées, cette somme n’avait pu être employée. Douze ans se sont écoulés avant que le projet ait été repris par M. Le Métayer, membre de la Société française d’archéologie, auquel un zèle très grand et l’activité d’un âge dans toute sa force ont permis de surveiller les travaux très fréquemment, quoique Berthouville soit situé à trois lieues de Bernay où il habite. La Société française d’archéologie s’est empressée de voter une nouvelle somme de 250 fr. pour ces fouilles, et j’ai dû les visiter avec M. Bouet. Le plan que M. Bouet a tracé à vol d’oiseau, à notre arrivée sur l’excavation des fouilles, fera, mieux qu’aucune description, comprendre les dispositions des fondations exhumées à la fin de juillet 1861. Les travaux continuent ; M. de Saulcy, membre de l’Institut, a obtenu de M. le Ministre d’État une allocation de 500 fr., qui sera probablement doublée ou triplée, et M. Le Métayer y consacre aussi une somme assez notable. Avec ces ressources, il pourra pousser plus loin ses recherches, et il faut attendre encore pour émettre une opinion sur ces murailles ».

Fig. a : Vue du temple tel que l’avait dessiné Le Métayer-Masselin (Bull. monumental, 1862, p. 256)

30- Régnier Louis, Les études historiques dans le département de l’Eure de 1860 à 1889, Caen, Delesques, 1891, rend, au nom de la Société française d’archéologie, hommage à Le Métayer-Masselin, dont il salue « l’ardeur juvénile », p. 23-24.

  • 45 MAN, inv. 952, l : 8,2 cm ; exposé salle XVI, vitrine 19 no 11.
  • 46 Babelon 1916, p. 19 ; Reinach 1894, p. 140, no 41, p. 185, fig. 98.

31Parmi les objets de Berthouville déposés au MAN, le plus célèbre est sans doute un instrument en bronze, de 20 cm de haut, composé d’un manche qui se divise en deux branches évasées en forme de lyre45 ; il fut immédiatement identifié comme un sistre46.

Fig. b : Le sistre de Berthouville, Reinach 1894, no 472

  • 47 Leclant 2004, p. 100 : « À Berthouville (Canetonum) un sistre (?) retrouvé dans le temple de Mercur (...)
  • 48 Homo-Lechner, Vendries 1993-1994, p. 22, no 10 qualifient l’objet de « piédestal en forme de lyre » (...)
  • 49 Ibid., p. 23, no 16 ; p. 55-56, nos 55-59 ; p. 44.

32Des doutes sont toujours exprimés à ce sujet47 sans qu’une proposition convaincante soit avancée48, cette assimilation se faisant par défaut, puisque cet unicum ne ressemble à aucun instrument connu. Une tige métallique part verticalement de la base de la « lyre », alors qu’un sistre est pourvu de tiges horizontales qui traversent les montants latéraux. Mais les sistres peuvent avoir des formes variées et la trouvaille de Berthouville présente des similitudes avec les sistres authentiques : la taille, le manche, la terminaison en tête de canards, commune pour les tiges et l’aspect général49. On peut penser à un objet votif composite, inspiré par le sistre mais n’en ayant pas la fonctionnalité pratique.

Fig. 1 : Le dépôt de Neuvy-en-Sullias,
(© Musée de l’Orléanais, dessin Ph. Le Mantellier, 1865)

Fig. 2 : Le dépôt de Champoulet
(© Cl. L. Hamon. Autorisation accordée par le Musée d’Archéologie nationale et Domaine national de Saint-Germain-en-Laye)

Fig. 3 : La phiale figurant Omphale endormie offerte par Q. Domitius Tutus à Mercure
(© Cabinet des Médailles - Paris, N’Guyen) http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File%3ABerthouville_01.JPGr

Fig. 4 : L’offrande à la déesse Artio par Licinia Sabinilla
(© Inv. No. 16170/16210. Autorisation accordée par le Bernisches Historisches Museum, Bern. Photo S. Rebsamen)

Notes

1 Le Hir 2007, p. 29-30.

2 Spécialement, Scheid 2010, p. 141-159 ; Van Andringa 2002 ; 2005, p. 113-118 ; 2006, p. 219-232.

3 Ulpien, Ad edictum praetoris 68 = Digeste I, 8, 9, 1 : Sacra loca ea sunt quae publice sunt dedicata, siue in ciuitate sint, siue in agro.

4 Dondin-Payre, Kaufmann-Heinimann 2009, p. 89-120.

5 Le Mantellier 1865 ; Gorget 2007, p. 14-19.

6 Kaufmann-Heinimann, Vial 2007, p. 48-87.

7 CIL XIII, 3071 ; Lambert 2007, p. 100-109, fait fausse route en interprétant cette inscription dans une perspective celtique ; elle est tout à fait latine, Dondin-Payre 2007, p. 307-311 ; le fait que le dieu soit inconnu par ailleurs est banal, et ne constitue pas un argument pour insérer ce texte dans le monde celtique.

8 Bonenfant et al. 2007, p. 158-170.

9 Dondin-Payre, Kaufmann-Heinimann 2009, p. 96.

10 La composition de l’ensemble, qui fut partagé au moins entre les découvreurs – des ouvriers qui creusaient des canaux d’assèchement –, peut-être aussi leur employeur, propriétaire du terrain, n’a jamais été connue ; ce qu’il en reste est conservé au MAN de Saint-Germain-en-Laye, qui l’acquit en 1978, presque 50 ans après la découverte (1933) ; nosinv. 83504-83511 et 83773.

11 AE 1980, 641, 642 et 644 : Mercure.

12 AE 1980, 643.

13 Dondin-Payre, Kaufmann-Heinimann 2009, p. 92-93.

14 Comme à Champoulet, le dépôt a été incomplètement conservé. Deniaux 2006, p. 271-295.

15 Les dates sont établies à partir de critères stylistiques des objets ; jamais on ne peut être assuré que les pièces n’ont pas été déposées très longtemps après leur fabrication.

16 D’après Henri d’Arbois de Jubainville 1890, p. 125-178, le suffixe –ācus/ –iācus prenant la signification de « domaine de » et l’anthroponyme étant celui du premier propriétaire, l’évolution des finales en –ac, –y, –ey, –ay, –é, etc., selon les régions, permet d’identifier ces domaines antiques dans le nom des agglomérations modernes.

17 Dondin-Payre 2012a, p. 81-99.

18 Ils n’en sont pas toujours les auteurs : Decirius Lupercus exécute le testament de Placidius Docirix.

19 Q. Statilius Carus par exemple, voir Deniaux 2006, p. 271-295.

20 Dondin-Payre 2012b.

21 Le uotum est un rituel romain, qui a été, jusqu’à une époque récente, considéré comme importé d’Italie, donc marquant une romanisation. Récemment, certaines pratiques comme la iactatio de monnaies, ont été envisagées comme apparentées à un rituel votif.

22 Babelon 1916, nos 4 et 5.

23 Babelon 1916, nos 6 et 7.

24 Babelon 1916, nos 8 et 9.

25 Babelon 1916, no 10.

26 Babelon 1916, no 12

27 Babelon 1916, no 11

28 Kajanto 1982, p. 280 ne se prononce pas. Nomenclator, p. 293 et 297 ; Toutius, nom unique pérégrin, Noms, p. 289, 297 ; Delamarre 2003, p. 295, voir p. 305 ; Delamarre 2007, p. 184.

29 Raepsaet-Charlier 2006, p. 373 ; Scheid 2006, p. 307.

30 Raepsaet-Charlier 2006, p. 372.

31 Kaufmann-Heinimann 2002, spéc. p. 44-47.

32 Autres attestations d’Artio : CIL XIII, 4113, CIL XIII, 4203, CIL XIII, 11789.

33 Il est impossible de déterminer l’origine de celle-ci : Licinius/a est un gentilice romain-italien, diffusé, en Occident, notamment dans la péninsule ibérique, OPEL 3, p. 26-28 ; Sabinilla est peu fréquent, spécialement en Occident, OPEL 4, p. 40 ; on peut penser à une suffixation celtique en –illa, sur la racine italienne Sabinus, mais ce n’est qu’une supposition : Licinia Sabinilla peut tout autant venir d’Italie.

34 Les grandes séries viennent des sanctuaires de la Croix-Saint-Charles, sur le Mont Auxois, à Alise-Sainte-Reine, de la forêt de Compiègne, essentiellement du Mont-Berny, enfin de Chamalières (Puy-de-Dôme) et des Sources de la Seine (Côte d’Or). Les premières sont conservées au MAN de Saint-Germain-en-Laye, Dondin-Payre 2012b.

35 Sources de la Seine, Lingons, CIL XIII, 2867 = ILingons-M, 12 : Matta. Matta, attesté particulièrement au centre des Gaules et dans les provinces du nord, est un anthroponyme celte, hypocoristique, formé sur le mot celte matu « ours », réservé aux femmes. Dondin-Payre & Rapsaët-Charlier 2001, n. 44.

36 AE 2004, 999 ; la lecture Ollius de Joly et Lambert 2004, p. 233-237, doit être corrigée en Olitius.

37 Voir note 21.

38 Mirebeau-sur-Bèze, 20 km de Dijon, Lingons, AE 2004, 999 : Olitius Mineru(ae) u. s. l. m.

39 Pannes, Loiret, Sénons, Dondin-Payre & Cribellier 2011 : Prisceia Auiola u. s. l. m.

40 Il l’était aussi dans la péninsule ibérique à l’époque pré-romaine. Horn 2005, p. 97-117.

41 de La Croix 1897 (p. 232) ne cite Le Métayer qu’en passant.

42 Collection de dalles tumulaires de la Normandie reproduites par la photographie, d’après les estampages effectués par M. L. Le Métayer-Masselin, Caen, A. Hardel, 1861.

43 Cliquet 1993, no 151, p. 99.

44 CIL XIII, 3177 : Num(ini) Aug(usti) signum Mercur(i) cum sua aede ex s[tipe -]ta. Voir Deniaux 2006, p. 275 et 293.

45 MAN, inv. 952, l : 8,2 cm ; exposé salle XVI, vitrine 19 no 11.

46 Babelon 1916, p. 19 ; Reinach 1894, p. 140, no 41, p. 185, fig. 98.

47 Leclant 2004, p. 100 : « À Berthouville (Canetonum) un sistre (?) retrouvé dans le temple de Mercure » ; texte repris dans Cliquet 1993, no 151, p. 99.

48 Homo-Lechner, Vendries 1993-1994, p. 22, no 10 qualifient l’objet de « piédestal en forme de lyre », mais on voit mal ce qu’il aurait supporté.

49 Ibid., p. 23, no 16 ; p. 55-56, nos 55-59 ; p. 44.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/799/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/799/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. a : Vue du temple tel que l’avait dessiné Le Métayer-Masselin (Bull. monumental, 1862, p. 256)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/799/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. b : Le sistre de Berthouville, Reinach 1894, no 472
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/799/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 1 : Le dépôt de Neuvy-en-Sullias,(© Musée de l’Orléanais, dessin Ph. Le Mantellier, 1865)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/799/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 2 : Le dépôt de Champoulet(© Cl. L. Hamon. Autorisation accordée par le Musée d’Archéologie nationale et Domaine national de Saint-Germain-en-Laye)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/799/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 3 : La phiale figurant Omphale endormie offerte par Q. Domitius Tutus à Mercure(© Cabinet des Médailles - Paris, N’Guyen) http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File%3ABerthouville_01.JPGr
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/799/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 4 : L’offrande à la déesse Artio par Licinia Sabinilla(© Inv. No. 16170/16210. Autorisation accordée par le Bernisches Historisches Museum, Bern. Photo S. Rebsamen)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/799/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 382k

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540