Version classiqueVersion mobile

Les religions dans le monde romain

 | 
Marie-Odile Charles-Laforge

… aux études de cas

Divinités dans les sanctuaires du centre de la Gaule, persistance et assimilation ?

Isabelle Fauduet

Texte intégral

1Comment distinguer persistance et assimilation ou combinaison dans les pratiques en Gaule ? Que peuvent apporter les découvertes dans les sanctuaires à la connaissance des cultes et de leur évolution pendant le Haut-Empire ? Nous voudrions seulement présenter quelques exemples dans le centre de la Gaule qui montrent qu’il est ardu d’apporter des réponses précises en l’absence de témoignages des dévots eux-mêmes. Nous nous attacherons à quelques sanctuaires qui ont livré statuaire et documents épigraphiques.

I. L’« Accroupi » d’Argentomagus

  • 1 Allain 1975 ; Coulon 1996, p. 133 ; Fauduet 2010, p. 223.

2Partons du dieu assis en tailleur découvert en 1970 dans le sanctuaire d’Argentomagus, agglomération biturige qui domine la vallée de la Creuse, à Saint-Marcel (Indre) (fig. 1). Les fragments de cette sculpture en calcaire ont été recueillis dans un remblai de démolition, devant l’entrée du temple 1 (du type fanum comme on qualifie les temples à cella entourée d’une galerie) ; il porte tunique et manteau, mais la tête a disparu et, surtout, il a la particularité d’avoir sur son socle une dédicace, malheureusement très incomplète : seules subsistent les lettres AVG suivies d’un E, début de et, qui indiquerait que la mention de l’empereur était suivie du nom d’une divinité ; la lacune précédant AVG pourrait correspondre à num(ini), formule que l’on rencontre fréquemment dans les dédicaces de l’Aquitaine romaine1.

  • 2 Cravayat 1969, p. 39.

3L’ensemble du site a livré six autres représentations du personnage « accroupi », dont l’une aux abords du temple 3 (contrairement aux deux premiers temples découverts, celui-ci n’est pas de plan centré à galerie), et un personnage assis en tailleur, un serpent sur les genoux, trouvé dans l’« oratoire » d’Argentomagus lors des fouilles préalables à la construction du musée. La plupart des représentations semblables connues auparavant avaient été trouvées hors contexte, notamment chez les Bituriges – à Néris, Saint-Ambroix et Vendœuvres-en-Brenne ou encore Neuvy-sur-Barangeon où des fragments d’une sculpture de ce type pourraient provenir du temple découvert anciennement au « Champ de la Douée »2 – et dans le centre de la Gaule.

  • 3 Richard 1996.
  • 4 Baigl et Vernou 2001-2002.
  • 5 Buisson et Gomez de Soto 2004.
  • 6 Deyts (dir.) 1998, p. 78-81 ; Krausz 2009. Toujours en contexte cultuel, plus au nord chez les Vél (...)
  • 7 Deyts (dir.) 1998 ; Sirat 1974.

4Quelques autres lieux de culte en ont livré plus récemment. À Antigny (Vienne), près de la frontière avec les Bituriges, le personnage tient un fruit et une patère ou un plat vers lequel se dirige un serpent (contexte fin du Ier–IIe siècle)3. À Verteuil (Charente), une statuette, portant un petit cerf sur les genoux, a été mise au jour dans une fosse avec un petit autel fragmentaire (on ne sait s’il était inscrit) et une statuette de divinité féminine, l’ensemble fut peut-être enfoui au moment du développement de la villa voisine ; cette fosse était située près d’un édifice hexagonal cultuel dont l’interprétation reste imprécise faute de poursuite de la fouille4. À proximité, l’accroupi d’Agris, publié peu après, était peut-être en relation avec un sanctuaire d’après les vestiges reconnus près de la découverte5. L’importance de cette iconographie de la pose accroupie dans la région, qui évoque les représentations de la vallée du Rhône à l’âge du Fer – ancêtres héroïsés ou non, on ne reviendra pas là-dessus –, a été soulignée6. Les sculptures de l’époque romaine sont rarement datées par la stratigraphie ; mais celle du temple 3 remonterait au Ier siècle. Il faut également citer une statuette dans une fosse de l’enceinte cultuelle de Limoges du début du Ier siècle (aux traits schématiques) et un petit bronze du sanctuaire de Margerides (Corrèze) qui figure un personnage en pied tenant un torque et portant sur la tête des bois de cerf ; du temple principal provient une déesse-mère7.

  • 8 Piton dans le Bilan scientifique régional de Picardie 1992 (AE 2002, 1003) ; Fauduet 2007.

5Il faut souligner que le « grand accroupi » du temple 1 est le seul à porter une inscription et qu’elle porte une formule caractéristique des dédicaces latines. Les statues de type indigène restent souvent anonymes. L’étaient-elles pour les dévots ? Pour quelle raison le socle portait-il une dédicace ? Fallait-il dans certains cas indiquer le nom de la divinité honorée lorsque l’iconographie seule ne permet pas une identification précise ? C’est le cas pour des figurines dont les traits peuvent se rapporter à plusieurs déesses, Rosmerta, Sirona ou divinités locales connues par ailleurs par une dédicace ; ainsi le nom de Rosmerta a été inscrit sur le socle en argent d’une figurine (disparue) au sanctuaire de Dompierre-sur-Authie (Somme)8 ; le dédicant – ici une communauté avec la mention ex stipibus – précisait le nom de la divinité à qui il s’adressait.

II. Associations de divinités

6Le dieu assis en tailleur n’était pas seul dans le sanctuaire d’Argentomagus ; y figurent d’autres représentations de facture indigène, en particulier des bustes dont l’un dans un contexte augustéen, une déesse-mère assise tenant une corne d’abondance de grandes dimensions (elle est qualifiée souvent de parèdre de Mercure) ; une autre corne d’abondance a été mise au jour dans le temple 2. En revanche, l’iconographie de Mercure est de facture classique comme dans bon nombre de sanctuaires : une petite statue dans la cella du temple 2, une figurine de bronze avec un de ses attributs, le bouc, dans les débris d’une toiture effondrée, aux abords, une en terre cuite, ainsi que deux coqs à proximité – seule divinité en terre cuite recueillie dans le sanctuaire en dehors d’une divinité féminine entourée de petits personnages. Apollon est lui aussi sous sa forme classique ; l’une des deux sculptures forme un groupe avec deux personnages féminins.

  • 9 Coulon 1996 (AE 1973, 341-342). Seule une dédicace à la Mater deum a été recueillie.
  • 10 Fouille S. Sindonino (signalée sur le site web de l’Inrap).

7Aucune dédicace à une divinité précise n’a été mise au jour à l’exception de deux inscriptions presque identiques dans une construction mise au jour au nord du sanctuaire en 1970 : elles concernent la reconstruction d’une aedes par un notable, Q. Sergius Macrinus, pour Mercure Felix9, qui ne remonterait pas avant la seconde moitié du IIe siècle. Peut-elle être rattachée à un édifice exploré ? Au temple 4 récemment découvert à l’est de cette « domus »10 ? Mais la fouille de ce dernier temple a livré des ex-voto représentant des yeux, qu’on ne peut relier à cette divinité ; ou alors à la construction elle-même, en liaison avec l’ensemble cultuel et qui évoquerait la présence d’une schola ? (Mercure Felix, qui apporte des bienfaits, n’est guère connu dans les inscriptions sur pierre en Gaule). Trait frappant dans un ensemble cultuel qui conservera une architecture traditionnelle, où un graffite en gaulois a été tracé sur l’un des vases déposés dans une fosse plus d’un siècle plus tôt, marquant le passage du vergobret.

  • 11 Richard 1989 ; on ne sait s’il était accompagné d’une épiclèse.
  • 12 ILA-Arvernes, 53 ; les usages latins sont aussi visibles sur un piédestal qui a livré la première (...)
  • 13 de La Croix 1887 (CIL XIII, 1125) ; une autre inscription à Mercure a été trouvée mais aucune repr (...)
  • 14 CIL XIII, 3183 ; en dernier lieu Deniaux 2006. Deux figurines en bronze et en argent accompagnent (...)

8Mercure côtoie également le personnage accroupi à Antigny – une grande tête en calcaire – dans un édicule mais aussi Apollon, sur une plaque de marbre hélas fragmentaire, qui est honoré par des marmorarii, ceux qui ont participé à la construction du temple à pronaos à la fin du Ier siècle11 ? C’est un geste qui tranche avec les statuettes de taureau et de sanglier dont l’une a été trouvée dans un contexte du début du Ier siècle : le sanglier appartient à un modèle précoce rencontré sur des petits bronzes, au sommet du Puy de Dôme et à Margerides par exemple. Mercure, si omniprésent, est parfois accompagné d’une épithète topique ou autre. Dans un sanctuaire monumental, avec toujours une cella entourée d’une galerie, implanté au sommet du Puy de Dôme qui domine Clermont-Ferrand, il est connu, par exemple, par un petit bronze de facture classique et honoré sur des plaquettes de bronze – sur l’une d’elles Mercure Dumias, théonyme lié à la montagne, associé au numen impérial12. Dans un autre sanctuaire en périphérie urbaine, de type mixte, celui des Roches qui domine Poitiers, un vase en bronze porte une dédicace à Mercure Adsmerius13. Les témoignages sont plus fréquents en Lyonnaise et en Belgique, ainsi sur la vaisselle en argent typiquement romaine du sanctuaire de Berthouville (Eure) où pérégrins et citoyens romains honorent, selon leurs moyens, la même divinité, accompagnée ou non du théonyme topique Kanetonnessis14.

  • 15 Dans le remplissage d’un puits du IIe siècle. Parthuisot 1993 (AE 1998, 948) ; Parthuisot, Pilon, (...)
  • 16 Lambert 2008, p. 147-154.

9La dédicace à Mercure Solitumarus dans le sanctuaire de Châteaubleau (Seine-et-Marne), chez les Sénons, a été gravée sur une patère, encore un récipient de facture classique15. Ce dernier a été déposé ou enfoui dans un puits, au IIe siècle, date qui correspond à la première phase de l’ensemble cultuel ; le dédicant a donc eu recours à une forme de bilinguisme. Pierre-Yves Lambert a souligné récemment que l’épithète celtique devait être l’équivalent de « pourvoyeur de richesses »16. Mercure se partageait-il le sanctuaire, qui est doté de quatre temples au IIe siècle, avec Epona représentée schématiquement à cheval et indirectement par une série de plaques ou appliques de chevaux (trouvées dans le puits) et deux chevaux en ronde-bosse en bronze ? C’est un des rares lieux de culte connus à l’heure actuelle où la déesse est attestée (en dehors du templum mentionné par une inscription à Entrains et dédié à Epona, CIL XIII, 2902). Ici encore, on observe un mélange d’usages romains et de traits locaux.

  • 17 Bonneau et alii 1996 (AE 1993, 1197 et AE 1996, 1074).
  • 18 Clémençon et Ganne 2009. Ce dieu de la tribu était-il associé par ailleurs à un dieu comme Mars ?
  • 19 Mavéraud-Tardiveau 2004, p. 58 (Espérandieu 1908, no 1583), un sanctuaire accompagné d’un théâtre  (...)

10Chez les Eduens, mais près du territoire biturige, à Ménestreau (Nièvre), dans la nappe de démolition autour du temple, c’est Apollon qui côtoie différentes divinités, dont une déesse-mère et Hercule, et surtout Grinovantis. Ce dieu local est invoqué sur une coquille en argent offerte par un citoyen romain – en dépôt secondaire dans une fosse du IVe siècle – et, sous un nom légèrement différent et difficilement lisible, sur la base d’une statuette (un pèlerin ?)17. Contrairement au sanctuaire précédent, ce dernier a été fréquenté dès la fin du Ier siècle avant J. -C. et sera monumentalisé ; a-t-on continué à invoquer une divinité locale honorée depuis des décennies ? Aurait-il accompagné le nom d’une divinité sur d’autres inscriptions qui ont disparu, comme Apollon, connu aussi à Entrains, à quelques kilomètres ? Dans d’autres sanctuaires, les découvertes de statuaire sont trop modestes pour juger de la diversité des cultes mais on dispose de quelques témoignages d’un panthéon indigène et de dévotions populaires : tels ces tessons portant le graffite Totates au sanctuaire de Voingt (Puy-de-Dôme) en limite du territoire arverne18, la seule attestation épigraphique du dieu en Gaule, ou le dieu au maillet (fig. 2) à Saint-Goussaud (Creuse), découvert anciennement dans l’ensemble cultuel, sans précisions19.

III. Divinités féminines

  • 20 Fauduet 2010, p. 212 sq.
  • 21 Roncin 1976 (AE 1974, 423).
  • 22 Dondin-Payre et Cribellier 2011. On n’a aucun témoignage sur les divinités de ces lieux.

11À la différence des divinités masculines, les déesses représentées que l’on rencontre dans les sanctuaires sont rarement des divinités du panthéon classique et dans les dédicaces même Minerve est peu invoquée (voir infra)20. Quelques divinités féminines à théonyme celtique/ topique ont été reconnues dans des lieux de culte du centre de la Gaule. Prenons l’exemple de Segeta et d’Acionna dans le Loiret, qui sont dans l’environnement d’un lieu de culte comprenant fanum et aménagements divers : la première est connue par une inscription trouvée à Sceaux-du-Gâtinais (station nommée dans la carte de Peutinger Aquae Segetae), chez les Sénons, où un fanum au sommet d’une longue esplanade bordée de boutiques et locaux divers a été reconnu par photo aérienne. Dans un bassin aménagé à l’extrémité opposée de l’esplanade, a été mise au jour une plaque de marbre circulaire, dédiée à Segeta par Marius Priscinus dont la fille a pris soin de s’acquitter de son vœu21. Ces aménagements appartiennent sans doute à une phase postérieure à la construction du fanum (non exploré) qui jouxte le théâtre ; dans le bassin également, il faut signaler une série d’ex-voto anatomiques en bronze figurant des parties du corps (et un en argent), objets de type romain. Comme l’est l’ex-voto oculaire, publié tout récemment, qui provient d’un sanctuaire voisin, à Pannes, un vœu acquitté également par une citoyenne romaine22.

  • 23 En dernier lieu, Debal 1996 (CIL XIII, 3063).
  • 24 Fouille 2007-2008, signalée sur le site web de l’Inrap ; Fauduet 2010, p. 155 et 256.
  • 25 Fauduet 2002 ; voir par exemple Acconcia 1995-1996.
  • 26 Par exemple à Dun-sur-Auron (Cher) (Cravayat 1969, p. 42-43), Genainville ou Nuits-Saint-Georges…

12Acionna, elle, est honorée sur une pierre inscrite au sein d’un dispositif de canalisations associées à une source et à un bassin découvert anciennement à la Fontaine de l’Étuvée à Orléans, au nord de l’agglomération antique (son nom est lié à celui d’un cours d’eau, duquel est dérivée l’Essonne23 ; dans cette inscription Capillus lui dédie un portique (fig. 3) et nous pouvons mettre en relation cette trouvaille avec le sanctuaire découvert récemment sur ce site par Franck Verneau24. Là aussi, a été recueillie une série de petits ex-voto en bronze, tôles quadrangulaires figurant des visages, qui pourraient dater du Ier siècle. Leur forme rappelle les plaquettes rencontrées en Italie25. Dans la cour, bordée d’un portique face au fanum, la statue d’une déesse-mère, recueillie dans une fosse creusée à l’intérieur d’un édicule, appartient là encore à une iconographie « indigène » qui prédomine pour les divinités féminines. Elles sont présentes dans plusieurs sanctuaires26.

  • 27 Avec Moritasgus à Alésia et Vindonnus à Essarois par exemple, voir pour ce dernier Deyts 2003.
  • 28 Deyts 1994.
  • 29 Deyts 2001 ; en dehors de Diane associée à Apollon (une attestation rare dans ce type de contexte) (...)
  • 30 Joly et Lambert 2004. La reconstruction du sanctuaire, à l’époque flavienne, est contemporaine de (...)

13Plus à l’Est, chez les Eduens et les Lingons, rappelons que des sites cultuels comprenant un fanum ont livré des ex-voto anatomiques, parfois en plus grand nombre (parties du corps en pierre, yeux et seins, etc., en bronze) ; des dédicaces à Apollon accompagné d’un théonyme local ont été mises au jour27, sans parler bien sûr de Sequana aux Sources de la Seine28. Au sanctuaire des Bolards à Nuits-Saint-Georges, où un ou deux ex-voto anatomiques pourraient dater du Ier siècle après J.-C., dieux « indigènes » et romains sont associés, sans prééminence d’une divinité féminine29, et que dire de l’unique ex-voto oculaire inscrit de Mirebeau, dédié à Minerve, seule attestation d’une divinité dans ce sanctuaire30.

  • 31 Romeuf et Dumontet 2000, p. 52. Un autre ex-voto oculaire a été recueilli.

14Cette pratique à l’emplacement de sources ou de points d’eau n’est pas attestée en Gaule avant le Ier siècle, en tout cas il n’y a pas de découvertes – jusqu’à quel point l’absence de données matérielles est-elle significative d’une absence de dévotion ? L’apparition en Gaule d’ex-voto anatomiques, répandus en Italie et dans la péninsule ibérique à l’époque républicaine, est difficile à cerner. Comment, dans quelles circonstances, les habitants ont-ils imité cet usage ? La présence de ces ex-voto est attestée dès le début du Ier siècle, à Chamalières aux portes d’Augustonemetum (Clermont-Ferrand) qui deviendra le chef-lieu des Arvernes dont les échanges avec Rome sont fréquents depuis longtemps. Sur ce site cultuel en plein air, à l’emplacement d’une source aménagée qui a livré les célèbres bois sculptés, ont été mises au jour des tablettes de bois : sur l’une d’elles étaient encore fixées deux plaquettes figurant un œil31 ; c’est aussi à cet emplacement que la plaquette de plomb portant l’inscription sur laquelle est invoqué Maponos a été découverte, une divinité rapprochée d’Apollon.

  • 32 Altjohann 2003 : l’auteur montre des exemples où le personnage tient des attributs romains comme l (...)
  • 33 Van Andringa 2006.

15Nous avons dans les lieux de culte présentés ici, dotés, pour la plupart, de temples de type fanum, dans des agglomérations « secondaires » ou plus rarement en périphérie urbaine, des divinités portant un théonyme gaulois ou accompagnées d’une épithète locale, sur des objets ou supports caractéristiques de Rome (récipient métalliques, tabula ansata, bloc avec queues d’aronde et plaques de marbre). Pérégrins et citoyens romains – souvent fils d’un personnage portant un nom gaulois – utilisent les formules latines, parfois accompagnées de la mention du numen de l’empereur, même sur un support auquel on ne se serait pas attendu, tel que l’accroupi d’Argentomagus ; dans le cas présent on ne peut dater la sculpture avant la fin du Ier siècle. Alors à quoi correspond la persistance de cette iconographie ? Les sculpteurs locaux s’inspirent de symboles et images classiques comme la corne d’abondance tenue par les déesses-mères. Il peut s’agir d’usages stylistiques régionaux comme pour ces nombreuses statues féminines « anonymes », drapées et souvent assises, qui ne correspondent pas à un canon classique sans que l’on puisse postuler qu’il s’agisse de divinités gauloises. Le recours à des symboles iconographiques romains a été analysé à propos de l’évolution de l’image de « Cernunnos » pour souligner l’influence de Rome32. Pourtant on ne peut affirmer que l’accroupi représente un dieu de la cité (on le trouve dans des contextes divers) ; quelle est son identité, sa place dans les pratiques, de la cité comme celle des individus – il devait avoir un certain impact car de nombreuses sculptures ont été trouvées « décapitées ». On ne peut tout rattacher aux pratiques communautaires d’une cité et aux décisions des magistrats et prêtres33 ; aux côtés d’un dieu principal (ou de celui qu’invoquent les notables), d’autres dieux sont sollicités par les populations. En dehors de dédicaces officielles, pensons aux représentations et aux offrandes en fonction des motivations et des moyens du dévot, à titre privé ou dans le cadre de pratiques communautaires. Dans certaines régions, a-t-on laissé des représentations traditionnelles, évoluant selon le savoir-faire des artisans ? Sous les traits d’un accroupi, y avait-il par ailleurs évolution d’une pratique ?

16Dans cette cohabitation apparente, il faut pouvoir démêler les trouvailles provenant de remblais de démolition, les pièces enfouies dans des fosses au moment de réfections ou après un abandon ; comment juger cette juxtaposition ? Les formules des dédicaces appartiennent bien au modèle répandu à partir de la fin du Ier siècle mais quand la statuaire est sortie de son contexte original, sa présence est difficile à interpréter. Le choix d’un nom romain ou d’une formule latine correspond-il à une assimilation réelle, à une mode superficielle ou au souci d’une efficacité ? La présence d’un nom indigène est-elle révélatrice d’une pratique du dévot ou des lieux ?

17On a parlé de créolisation, syncrétisme, combinaisons d’éléments locaux et de traits romains (voulus par les commanditaires, adaptés ou adoptés par les artisans ?). Les habitants qui fréquentaient ces lieux de culte – rappelons que dans la région présentée, à peine une vingtaine de sanctuaires ont livré des éléments de statuaire en pierre exploitables, avec ou non des inscriptions – ont manifestement emprunté des usages latins sans qu’on puisse généraliser, et le rôle des artisans locaux doit être pris en compte dans l’évolution iconographique et dans les pratiques régionales ; il semble qu’il y ait parallèlement maintien d’usages locaux – pas nécessairement dans le cadre domestique –, dans quelles circonstances ?

Fig. 1 : Saint-Marcel / Argentomagus. Le grand « Accroupi » du temple 1 (© Autorisation accordée par le Musée d’Argentomagus, photographie de Gérard Przysiezna)

Fig. 2 : Saint-Goussaud, site du sanctuaire du Mont-de-Jouer. Dieu au maillet (Collection du Musée d’art et archéologie de Guéret, d’après Esperandieu 1908, no 1583)

Fig. 3 : Fontaine de l’Étuvée à Orléans. Dédicace à Acionna actuellement disparue (d’après un dessin de J.-B. Jollois 1823, repris dans Debal 1996, p. 62)

Notes

1 Allain 1975 ; Coulon 1996, p. 133 ; Fauduet 2010, p. 223.

2 Cravayat 1969, p. 39.

3 Richard 1996.

4 Baigl et Vernou 2001-2002.

5 Buisson et Gomez de Soto 2004.

6 Deyts (dir.) 1998, p. 78-81 ; Krausz 2009. Toujours en contexte cultuel, plus au nord chez les Véliocasses, rappelons le personnage assis en tailleur de Genainville : Mitard 1993.

7 Deyts (dir.) 1998 ; Sirat 1974.

8 Piton dans le Bilan scientifique régional de Picardie 1992 (AE 2002, 1003) ; Fauduet 2007.

9 Coulon 1996 (AE 1973, 341-342). Seule une dédicace à la Mater deum a été recueillie.

10 Fouille S. Sindonino (signalée sur le site web de l’Inrap).

11 Richard 1989 ; on ne sait s’il était accompagné d’une épiclèse.

12 ILA-Arvernes, 53 ; les usages latins sont aussi visibles sur un piédestal qui a livré la première attestation en Aquitaine d’une dédicace avec la formule In honorem Domus Divinae, par un dédicant originaire du territoire des Leuques (fouilles J.-L.Paillet, D. Tardy ; voir le site web www.augustonemetum.fr).

13 de La Croix 1887 (CIL XIII, 1125) ; une autre inscription à Mercure a été trouvée mais aucune représentation figurée significative, en dehors d’une divinité féminine (?).

14 CIL XIII, 3183 ; en dernier lieu Deniaux 2006. Deux figurines en bronze et en argent accompagnent le lot.

15 Dans le remplissage d’un puits du IIe siècle. Parthuisot 1993 (AE 1998, 948) ; Parthuisot, Pilon, Poilane, 2008, p. 53-63. Moins classique est le petit Mercure de bronze trouvé à côté du site.

16 Lambert 2008, p. 147-154.

17 Bonneau et alii 1996 (AE 1993, 1197 et AE 1996, 1074).

18 Clémençon et Ganne 2009. Ce dieu de la tribu était-il associé par ailleurs à un dieu comme Mars ?

19 Mavéraud-Tardiveau 2004, p. 58 (Espérandieu 1908, no 1583), un sanctuaire accompagné d’un théâtre ; cette sculpture tranche avec des reliefs caractéristiques de l’iconographie classique trouvés dans un autre sanctuaire lémovice à Saint-Pierre-Bellevue.

20 Fauduet 2010, p. 212 sq.

21 Roncin 1976 (AE 1974, 423).

22 Dondin-Payre et Cribellier 2011. On n’a aucun témoignage sur les divinités de ces lieux.

23 En dernier lieu, Debal 1996 (CIL XIII, 3063).

24 Fouille 2007-2008, signalée sur le site web de l’Inrap ; Fauduet 2010, p. 155 et 256.

25 Fauduet 2002 ; voir par exemple Acconcia 1995-1996.

26 Par exemple à Dun-sur-Auron (Cher) (Cravayat 1969, p. 42-43), Genainville ou Nuits-Saint-Georges…

27 Avec Moritasgus à Alésia et Vindonnus à Essarois par exemple, voir pour ce dernier Deyts 2003.

28 Deyts 1994.

29 Deyts 2001 ; en dehors de Diane associée à Apollon (une attestation rare dans ce type de contexte), la seule inscription qui mentionne une déesse indique le nom de Lucina (déesse invoquée lors des accouchements à Rome, qui serait ici accompagnée d’un qualificatif gaulois).

30 Joly et Lambert 2004. La reconstruction du sanctuaire, à l’époque flavienne, est contemporaine de l’implantation d’un camp romain ; y a-t-il un lien ? Pensons aussi à l’aménagement de deux bassins à côté des temples.

31 Romeuf et Dumontet 2000, p. 52. Un autre ex-voto oculaire a été recueilli.

32 Altjohann 2003 : l’auteur montre des exemples où le personnage tient des attributs romains comme la corne d’abondance.

33 Van Andringa 2006.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Saint-Marcel / Argentomagus. Le grand « Accroupi » du temple 1 (© Autorisation accordée par le Musée d’Argentomagus, photographie de Gérard Przysiezna)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Fig. 2 : Saint-Goussaud, site du sanctuaire du Mont-de-Jouer. Dieu au maillet (Collection du Musée d’art et archéologie de Guéret, d’après Esperandieu 1908, no 1583)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende Fig. 3 : Fontaine de l’Étuvée à Orléans. Dédicace à Acionna actuellement disparue (d’après un dessin de J.-B. Jollois 1823, repris dans Debal 1996, p. 62)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search