Version classiqueVersion mobile

Faire trace… Entretiens avec Christian Pociello

 | 
Oumaya Hidri Neys

La carrière universitaire (1985-2007)

Texte intégral

L’arrivée à l’UFR STAPS de l’Université de Paris-Sud 11

  • 1 Il cite entre autres Bernard Michon à Strasbourg et Alain Hébrard à Montpellier.
  • 2 Il se considère ainsi du fait de son « double statut de dominé », il subit, selon lui, la dominatio (...)
  • 3 La loi d’orientation de l’enseignement supérieur (encore appelée la « Loi Savary ») de 1984 a trans (...)
  • 4 C’est en 1982 que les STAPS deviennent une section reconnue au Conseil Supérieur Provisoire des Uni (...)
  • 5 Christian date « ses premières expériences malheureuses » avec les collègues certifiés en EPS de sa (...)
  • 6 En 1983, Christian se présente en effet à l’agrégation externe d’EPS. Il se présente l’année d’Alai (...)

1À l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand en 1981, Christian Pociello « applaudit », tant il se révèle « favorable à l’institution des STAPS ». En 1984, les premières UFR STAPS voient le jour. Et à l’instar de ses « meilleurs professeurs-sessionnaires qui partent et deviennent Maître de conférences à l’Université1 », Christian développe des ambitions identiques. Il décide de « candidater aussi à l’Université ». Pour lui, les fonctions d’un Maître de conférences représentent alors « le prestige absolu ». En 1985, un poste est ouvert à l’UFR STAPS de l’Université de Paris-Sud 11 et Christian en a écho. À cette époque, pour lui, « Orsay symbolise les scientifiques durs, purs et durs ». Et, dit-il sur un ton mordant, « ça s’est révélé être exact » même s’il faut souligner « un malentendu total ». En fait, Christian avait « une représentation, une image prestigieuse de cette Université... Nobélisable, les mathématiques, la physique nucléaire, l’accélération des particules ». Il avait juste oublié qu’il y serait l’un des rares représentants des sciences sociales. « Moi », dit-il, « arrivant là en sciences sociales, c’était un loupé total, un loupé total ! ». Dans ce « campus à l’américaine », « dominé par les scientifiques qui tiennent bec et ongles à la dureté de leurs sciences », Christian a l’impression d’être « le parasite des parasites2 ». Mais pour l’heure, une « commission ad-hoc » est constituée, exclusivement composée d’enseignants certifiés en EPS3. Elle est chargée de recruter « le premier Maître de conférences4 » de la composante et c’est Christian qui est retenu. Il apprendra quelques années plus tard, de la part d’un collègue avec qui il n’était plus en très bons termes, que la commission n’avait « pas vraiment eu le choix ». Bien longtemps « après lui avoir fait subir les pires misères5 », ce collègue lui avait alors avoué « forcément, tu étais le premier partout, CAPEPS, Agrégation6, DEA, thèse ».

2Dès le début, l’accueil est « austère ». D’abord, le président Jack Robert lui aurait « immédiatement fait sentir » qu’il n’était qu’une « pièce rapportée » en lui présentant « la théorie de la greffe ». Christian le récite ainsi : « Vous savez Pociello, c’est la théorie de la greffe ici, si ca ne vous plait pas, vous irez planter vos choux ailleurs ». Ensuite, il a l’impression de se retrouver « en chemise » dès son arrivée à l’Université. Car contrairement à l’INSEP, Christian se retrouve « seul, sans collègues historiens ou sociologues », sans moyens, « pas de financements, pas de laboratoire, pas de doctorants » et avec une diminution de salaire non négligeable. Il a en effet perdu les « huit heures supplémentaires qu’il touchait mensuellement en tant que Directeur du laboratoire à l’INSEP ». C’est, à ses yeux et rétrospectivement, un parfait révélateur « du prestige, des profits symboliques qu’il associait au fait d’être intégré dans une Université ». Mais très vite, de nombreux moyens vont être mis en œuvre pour que Christian puisse exercer pleinement les fonctions d’un enseignant-chercheur. De fait, « il fallait absolument créer une formation doctorale », mais surtout, il fallait qu’un Professeur des Universités puisse l’encadrer.

L’instauration d’une formation doctorale

  • 7 Dès leur première année en STAPS, les étudiants découvraient comment pouvait être conçue la pluridi (...)
  • 8 Christian a déploré le fait que Pierre Bourdieu ne soit intervenu qu’une seule année dans le DEA « (...)
  • 9 Marc Guillaume est professeur d’économie à l’Université de Paris 9 Dauphine. Christian le décrit co (...)
  • 10 Alors qu’il est hébergé par Pascal Duret, Christian rencontre « en allant faire ses courses, tout à (...)
  • 11 Cette collaboration résulte, selon Christian, de l’« accueil très favorable de l’Espace des sports (...)

3Le Cours d’« Initiation aux sciences sociales » que Christian élabore à destination des étudiants de première année du Diplôme d’Études Universitaires Générales (DEUG) montre l’importance qu’il a toujours accordée « à la mise en perspective pluridisciplinaire de nos objets7 ». Il ne pouvait en être autrement dans le cadre de la formation doctorale envisagée. Sur demande, Christian rédige un projet de formation doctorale. Il s’appuie donc sur un « sujet d’actualité », la relation « sociologie et prospective » étant choisie pour indiquer sa volonté de « prise sur le social » et justifier « la perspective pluridisciplinaire ». Il y adjoint des intervenants prestigieux : Pierre Bourdieu a donné son accord pour faire une intervention8, Antoine Hautmont, Bernard Ramanantsoa, Marc Guillaume9, Paul Irlinger, Jean Maccario10, Daniel Mathieu et Jean Praicheux11, etc. Et il adosse la formation à un laboratoire qu’il crée, qu’il « conçoit de toutes pièces », le « Centre de Recherches sur les Cultures Sportives » (CRCS).

  • 12 Christian pense qu’Alain Hébrard, « son copain », alors « conseiller au Ministère de l’Éducation Na (...)
  • 13 Selon Christian, il doit beaucoup à Georges Vigarello « pour la réussite de cette thèse ». En effet (...)
  • 14 Pierre Bourdieu, « fort occupé par ailleurs », a fait « des pieds et des mains » pour ne pas siéger (...)

4En 1986, il se souvient ensuite avoir envoyé ce projet au Ministère « en dehors de toute campagne d’habilitation ». La réponse est « plus que favorable12 », Christian obtient « l’habilitation d’un DEA « Sociologie et prospective des pratiques et des consommations sportives » de plein exercice pour Orsay » et il « est nommé rétroactivement Professeur des Universités » pour qu’il puisse avoir la responsabilité de la formation. Cette transformation est réalisée « par équivalence », du fait, selon Christian, « de son obtention en 1986 du Doctorat d’État ». Christian a en effet réalisé sa thèse d’État ès Lettres13, sous la direction de Georges Vigarello. Intitulée « Les goûts sportifs dans la société française ; structure et représentations », elle comprend sept documents dont plusieurs sont déjà publiés. Soutenue publiquement le 6 janvier 1986, à l’Université de Paris 8, devant un jury composé de Michel Bouet, Joffre Dumazedier, Jacques Thibault, Georges Vigarello et Pierre Bourdieu14, président de ce jury, elle sera gratifiée de la mention « Très honorable à l’unanimité ».

  • 15 À plusieurs reprises, Christian se plaindra d’avoir, par la suite, totalement « perdu un quelconque (...)

5Puis, en 1988, Christian assure le recrutement de Jacques Defrance en tant que Maître de Conférences à l’UFR STAPS de l’Université de Paris-Sud 11, s’octroyant un droit sur la composition et le contrôle de la commission ad-hoc15, dont il s’amuse à dire qu’« elle était STAPS comme mon arrière grand-père ». Au-delà d’une entente amicale avec Jacques Defrance, Christian a beaucoup apprécié « le côté complémentaire de leur tandem » sur le plan professionnel. Ainsi semblent s’être réparties les missions entre les deux hommes. Jacques Defrance assurait « le plus gros du travail de direction de recherches », Christian avoue qu’il n’avait alors « ni sa compétence théorique, ni sa maîtrise méthodologique, ni son charisme de penseur en sociologie “de première main” », mais nous y reviendrons. Christian s’occupait, quant à lui, de « la conception et la visibilité sociale de la formation doctorale pluridisciplinaire ».

6Jacques Defrance a également eu une grande influence sur les pratiques professionnelles de Christian, tant au niveau de ses activités de recherche que de ses activités d’enseignement. Comme Christian le constate, il a joué un rôle « essentiel », à la fois « d’initiateur à la micro-sociologie » et « de critique, sans complaisance, du Système des sports, puis de ses présupposés technicistes excessifs de technicien ». Christian se souvient de plusieurs échanges constructifs avec Jacques Defrance durant lesquels ce dernier lui « reprochait amicalement les effets ou plutôt les méfaits » de cette prédominance accordée à l’aspect technique « au détriment de la double dimension, certes “technique”, mais aussi “symbolique”des pratiques sportives ». Pour Christian, c’est une « petite révolution » qui va modifier durablement sa façon d’approcher les objets d’étude et d’enseigner.

Il parle de...
Un très ancien souvenir de rencontre avec Christian Pociello se situe à l’ENSEPS, au sein d’un tout petit « pré-carré » réservé à ce qui s’appelait « la recherche », en fait un local situé derrière un bâtiment de brique, dans une sorte d’entrée d’escalier, avec un écriteau « Laboratoire d’Histoire », déjà illustré de ces petits dessins tamponnés dont Christian cultive le goût. Plus tard, les différents « Labos » ont occupé une petite aile qui s’avançait vers les terrains d’entraînement. En 1970, j’avais entrepris une thèse sur la sociogenèse des éducations physiques modernes sous la direction de Pierre Bourdieu et, vers 1972, j’ai commencé à prendre contact avec des enseignants et des « sessionnaires » de l’ENSEPS, qui étaient bien plus avancés que moi dans la connaissance historique et technique des activités gymnastiques et sportives : Georges Vigarello, Gilbert Andrieu, René Meunier, Yves Joseleau ou encore Bernard Dubreuil et des sociologues alors dirigés par Pierre Danse. L’enquête d’histoire sociale que je menais, spécialement sur le XIXe siècle, comprenait de longues séquences de dépouillement, avec des difficultés dues à l’obscurité des personnages impliqués dans la promotion et l’enseignement des gymnastiques : les seuls chercheurs pouvant être des interlocuteurs sur un tel sujet se trouvaient là. La possibilité de publier dans la revue Travaux et Recherches en EPS, où tout ce groupe impulsait des numéros spéciaux en histoire et sociologie des sports, constituait aussi un attrait (le n° 5 en 1979, le n° 6 en 1980, le n° 8 en 1985). Vers 1975, alors que j’étais dans l’étape finale de ma recherche (soutenue seulement en 1978), se posait la question de la confrontation des sports athlétiques d’origine anglaise avec les gymnastiques dont j’analysais la dynamique de différenciation et de légitimation à la fin du XIXe siècle. J’étais engagé dans une démarche de construction-formalisation d’un « champ des activités physiques et des sports » dans lequel s’affrontaient symboliquement, mais aussi matériellement (en termes d’organisation et de reconnaissance officielle), diverses modalités d’activités physiques. Au Centre de Sociologie Européenne (appelé aussi Centre de Sociologie de l’Éducation et de la Culture), Pierre Bourdieu, avec Luc Boltanski, Claude Grignon et les autres chercheurs du centre, avaient lancé la revue Actes de la Recherche en Sciences Sociales (1975). Avec Monique de Saint-Martin, Pierre Bourdieu était en train de construire les analyses de la Distinction (parue en 1979), dont une version partielle était publiée en 1976 (Actes, n° 5, « Anatomie du goût »), qui annonçait les analyses de champ des années 1980. Pierre Bourdieu, qui avait reçu un article de Norbert Elias, m’a demandé de le traduire avec mon épouse Alyette, je publiais un article sur ma thèse en même temps que la traduction d’Elias (Actes, 1976, n° 6).
Christian était le seul à mener des travaux à la fois historiques – sur Demenÿ et Marey, sur l’origine des sports anglais- et sociologiques vers 1978-1980, une double perspective (appliquée au rugby) qui m’intéressait davantage que l’historiographie d’un Robert Meunier ou la sociologie empirique d’une Chantal Malenfant-Dauriac. J’étais dégagé de ma thèse, je travaillais comme sociologue chercheur vacataire à l’INSERM, prêt à prendre en charge une recherche sur des aspects du champ sportif contemporain. Christian avait conçu son projet CORDES de son côté, il en avait discuté avec Pierre Bourdieu et il avait obtenu par son intermédiaire des soutiens pour son projet. Il m’a proposé de me joindre à son groupe de recherche déjà constitué, qui se réunissait de temps en temps dans son laboratoire, de manière très souple, selon des configurations changeantes : j’y arrive en cours de route et j’y rencontre Catherine Louveau, Jean-Paul Clément, Pascal Duret, Jacqueline Blouin-Lebaron, Bernard Michon, etc. avec lesquels les relations se sont poursuivies pour longtemps. Les échanges avec Christian se sont souvent déroulés au café ou au restaurant, où il avait coutume de prendre des notes sur la nappe de papier puis de déchirer un grand pan de cette nappe pour conserver la trace des idées discutées. Cette période se clôt par un colloque de sociologie en 1983 à INSEP, dans lequel Pierre Bourdieu est d’ailleurs intervenu.
Pendant un moment, après 1983, les relations se sont espacées. Ayant perdu mon statut de chercheur vacataire, j’ai couru les contrats, ce qui m’a emmené vers d’autres objets, d’autres méthodes de travail et d’autres fréquentations. Je garde alors un contact minimal avec les STAPS en enseignant à Lacretelle, un cours que Christian m’a transmis et pour lequel mon interlocuteur est Gérard Bruant. Pendant cette époque, Christian débute des publications sur le rugby. Du côté du Centre de Sociologie Européenne, c’est l’époque de la grande scission, avec, sur les positions les plus offensives, Luc Boltanski et Claude Grignon, les deux assistants qui encadraient de près les thésards dans les années 1970 et que je connaissais le mieux (le signal est donné par le dernier article publié par Boltanski dans Actes en 1984). Christian va publier son livre sur le rugby en 1983 chez Métailié, celle qui édite ensuite les auteurs de la ligne Boltanski (Luc Boltanski, Michael Pollak, Bruno Latour, Pascale Garnier et plus tard les travaux de la pragmatique, Pascal Duret, Patrick Trabal, etc.). Les relations se distendent ou se recomposent de tous côtés. Il y a bien un numéro de Travaux et Recherches dirigé par Christian qui paraît en 1985, mais je crois que les papiers dataient de 1983.
Une autre phase de nos relations commence quand Christian obtient un poste de Maître de conférences à Orsay et qu’il décide de me le réserver pour 1988. En 1987, deux postes à pourvoir à l’UFR STAPS de Paris V m’étaient passés sous le nez, alors que j’y étais vacataire depuis neuf années ! Christian, content que les autres n’aient pas choisi de me recruter, m’avait dit de me rassurer car il se faisait fort de me faire venir dans son Université. Chose dite, chose faite... Le jour de mon recrutement, au mois de mai, il m’invite au restaurant des Pins, sur le campus d’Orsay : les arbres étaient en fleurs et il neigeait ! Nos relations personnelles ont toujours été très chaleureuses, Christian étant un meneur de groupe doué pour mobiliser des collaborateurs, exciter l’intérêt, répartir les rôles, encourager les efforts. Avec des mots accueillants, un savoir-recevoir, des petites pensées quand on est au loin. Recevant chez lui et faisant une cuisine mémorable. Mais des moments plus tendus ont aussi existé, des « froids » qu’on oubliera... Nos relations sont restées plus intellectuelles et professionnelles que de partage des temps de loisir ou de sorties, nos expériences personnelles et nos goûts n’étant pas exactement les mêmes. Lui, d’une certaine manière plus proche de Pierre Bourdieu, avec la culture du Sud-Ouest, le rugby et la cuisine, moi plus proche de Luc Boltanski, en Parisien amateur d’alpinisme et de jazz américain. Même à Orsay, où nous avons fait équipe pendant dix années et où nous avons été plus proches, nous n’avons partagé que des moments comptés, les séances de séminaires de DEA et de thésards (où apparaissent Olivier Hoibian, Yves Travaillot, Gildas Loirand et où viennent des collègues de l’INSEP), le temps de quelques déplacements ou encore les repas d’avant-soutenances de thèse au restaurant des Pins. Christian occupait un assez large bureau au premier étage (seul Professeur d’Université) et je partageais un bureau au rez-de-chaussée. Nous n’avons co-signé qu’un seul article au début des années 1990, assez vite fabriqué à l’aide de ses analyses des grandes fonctions du sport sur lesquelles il réfléchissait pour concevoir les fonctions de son projet de Site d’Aventures Sportives et d’une historicisation de ces fonctions sur laquelle je travaillais pour comprendre quelques aspects des changements en cours depuis les années 1960 et le moment de 68 : papier conçu en 1992 pour la revue de deux « jeunes chercheurs », Pascal Duret et Pascale Garnier « Échanges et Controverses » et qui, traduit en anglais, est passé facilement dans « International Review for the Sociology of Sport » l’année suivante. Nous avons par ailleurs co-signé dans un livre avec Jean-Paul Clément, mais chacun avait ses chapitres.
Sur l’incitation de Christian et après élection, je suis entré au CNU, alors qu’il était membre du Collège des Professeurs. Ce fut l’occasion de se côtoyer une semaine par an dans une ambiance de lutte disciplinaire et corporative qui soulevait chez lui une énergie assez prodigieuse. Je me souviens aussi d’un voyage à la Sporthochschule de Cologne et, surtout, du voyage au Japon en 1997, où nous étions invités par l’Université Ritsumeikan de Kyoto. Moment de rigolades avec la traductrice Japonaise qui essayait de rendre les expressions superlatives et le langage fleuri de Christian en langue nippone ou encore, lors des repas au restaurant où nous tentions de comprendre ce que l’on allait trouver dans l’assiette après avoir commandé des mets dont le nom n’évoquait rien de connu. Les années 1990 ont été traversées de conflits violents et durs dans les STAPS, au cours desquels Christian a mené des combats, toujours vaillant, mais peut-être pas toujours bon stratège. Rapide dans l’offensive, ferme quand il s’agissait d’exercer un « droit de suite », il était moins réactif quand il fallait abandonner des positions indéfendables et accepter de perdre une partie. Il m’a offert la possibilité de le conseiller par moments, dans les stratégies d’alliance surtout. Face à la rage qui l’animait dans le combat, je lui ai souvent rappelé un principe qui est mien, « on ne peut pas être l’ennemi de tout le monde », il faut savoir faire des alliances. À la fin des années 1990, nous avons « retrouvé » Daniel Denis, qui a donné un fameux coup de main dans le petit groupe de recherche qui comptait, au mieux, quatre ou cinq personnes. Car, jamais l’équipe d’Orsay n’a été nombreuse : on s’y activait comme à « Fort Chabrol » disait Christian, donnant l’impression à l’extérieur d’être bien plus nombreux que nous n’étions. Mon arrivée à Orsay correspond à la période du Site d’Aventures Sportives, au cours de laquelle Gérard Baslé a joué un rôle charnière, pour le travail de relations publiques avec les architectes et les décideurs, mais aussi pour l’équipe.
Une tension particulière avec Pierre Bourdieu (et avec moi) a accompagné la préparation du numéro double de la revue Actes sur « l’espace des sports » en 1989 (n° 79 et 80). Je venais d’arriver à Orsay en 1988, grâce à Christian et, malgré des médiations diverses, il a été impossible de le faire contribuer à la publication, Christian voulant faire un papier général et théorique sur « l’Espace des sports », Pierre Bourdieu refusant et lui demandant une contribution sur le rugby. Le numéro était préparé par des séances d’exposé oral au Centre, boulevard Raspail. Je me souviens d’ailleurs d’une séance avec Jacqueline Blouin-Lebaron, qui avait bien impressionné Pierre Bourdieu, mais qui n’a pas abouti à un texte publiable dans la revue. Au sein du Centre, l’opposition aux formalisations de Christian venait des Nantais, Charles Suaud et Jean-Michel Faure, qui présentaient chacun un article. Cet échec a laissé pas mal d’amertume, sachant que la dégradation des relations de Christian avec Pierre Bourdieu datait de quelques années auparavant. À chaque élargissement de l’espace des chercheurs sur le sport – et ils ont été incessants depuis le milieu des années 1980 – il a fallu voir avec qui il allait être possible de s’allier et contre qui nous prendrions position, théoriquement et pratiquement. Mais, à la fin des années 1990, le cercle était devenu autrement plus grand et divisé que vers 1980 et les réponses bien moins évidentes. C’est à ce moment-là que la scission avec l’association éditant la Revue « STAPS » a eu lieu, ce qui nous a entraînés, Jean-Paul Clément, Gérard Bruant, quelques autres et moi-même, à fonder en 2001 avec de jeunes chercheurs (Anne-Marie Waser, Gildas Loirand, etc.) une Société de Sociologie du Sport et une Revue « Sciences sociales & Sport » avec les encouragements et le soutien de Christian, qui avait connu une première Société Française de Sociologie dans les années 1980 (à l’époque du Colloque de l’INSEP de 1983).
À la fin des années 1990, je pars pour Nanterre. J’ai assuré pendant deux ans un séminaire de thésards commun à Orsay et Nanterre, poursuivant avec les étudiants de Christian et débutant avec les miens. La présence de Daniel Denis et de Nicolas Bancel a stimulé une activité provoquant de nouvelles relations pendant quelques temps, désormais dans un cadre « inter-universitaire », de même, par la suite, avec la venue de Catherine Louveau à Orsay. Christian, qui avait formé un duo actif avec moi, puis un cercle plus large avec Gérard Baslé ; un autre groupe s’est formé avec Daniel Denis autour du thème des « Pédagogies de /’Aventure et de l’idéologie de la Conquête du Monde ». Là aussi, il y a eu de bons moments, entre improvisation et théorisation, recueils de témoignages habilement guidés par Daniel et synthèse et controverse animées par Christian. Christian avait retrouvé son goût pour la recherche historique, il publiait enfin un livre sur Demenÿ et Marey. Une autre séquence est ouverte.
Jacques Defrance, le 22 janvier 2012

Un « prof’ de gym’ » qui « n’en est plus vraiment un »

  • 16 Stéphan Mierzejewski a montré comment les premiers enseignants-chercheurs en STAPS ont difficilemen (...)
  • 17 Le directeur est alors Sauveur Lombardo et, quoique « sympathique » avec Christian Pociello, il « d (...)

7Des tensions « inévitables » se nouent entre Christian, « jeune maître de conférences arrivant » et l’équipe d’enseignants, tous certifiés en EPS. Petite anecdote dont il se souvient toujours avec colère, même s’il mesure seulement aujourd’hui « la violence symbolique » que pouvait représenter pour eux l’objet incriminé. Christian avait fait graver, sur « une petite plaque » et « en toute lettres », l’intitulé du Laboratoire qu’il dirigeait alors, le « Centre de Recherches sur les Cultures Sportives ». Christian a pris soin de la « visser sur la porte » du bureau, situé au premier étage du bâtiment 335 de l’Université. Il a la désagréable surprise de constater quelques jours plus tard qu’« on lui a volé sa plaque ». L’un de ses collègues, certifié en EPS, lui avouera plus tard être l’auteur du vol et présentera cela comme « une espièglerie ». Mais Christian n’a guère goûté la plaisanterie et le ton qu’il emploie, encore aujourd’hui, montre combien il devait « être furax, vexé comme un rat mort » à l’époque. C’est à présent, avec le recul, qu’il a compris dit-il, combien « cette marque, ce truc universitaire » devait passer aux yeux des certifiés en EPS comme « une véritable provocation ». Il rapporte cet évènement aux difficultés qu’ont pu rencontrer les premiers enseignants-chercheurs en STAPS à « se faire accepter » par les équipes déjà en place. Ces difficultés peuvent être renvoyées à deux types d’explications. En premier lieu, bien qu’ayant les pratiques sportives pour principal objet d’études, Christian ne faisait pas de « thèse sur le basket-ball, sur le lancer de poids, ni même sur l’Éducation Physique et Sportive ! ». Il revient à plusieurs reprises sur ce sentiment « d’illégitimité, d’intellectuel non technicien » que les enseignants en EPS détachés de l’enseignement secondaire lui renvoyaient. En second lieu, même si Christian est titulaire du CAPEPS et de l’agrégation en EPS, même s’il a enseigné quelques années en collège, il est, à l’UFR STAPS de l’Université de Paris-Sud 11, un enseignant d’EPS qui « n’en est plus vraiment un16 ». Pire, il arbore fièrement sa différence, « les compétences d’enseignant-chercheur qu’il a acquises à l’INSEP », et se déclare défavorable à la promotion systématique des certifiés en EPS, « sans même avoir réalisé de thèse », au rang de « maître de conférences ». Et selon lui, « c’est ça qu’ils voulaient... largement appuyés par le syndicat... ils demandaient l’équivalence quoi », mais dit-il, « pour moi, il n’y avait pas de prébendes ». Alors on comprend mieux pourquoi son intégration ne s’est pas faite sans difficulté, pourquoi les certifiés en EPS ont « très rapidement regretté de l’avoir recruté17 ».

  • 18 Mierzejewski, Stephan, 2005, op. cit., p. 93.
  • 19 Michon, B. (1993). L’espace des STAPS. Recours au corps et effets de corps. Thèse de Doctorat d’Éta (...)

8Ces conflits vont se cristalliser. Durablement. Car durant près de 25 ans, Christian va « défendre les STAPS bec et ongles » comme étant une « véritable discipline universitaire ». Il va placer les pratiques sportives au cœur de ses objets de recherches. Il va faire l’apologie « de la nécessité de la rupture épistémologique et des exigences méthodologiques chèrement acquises auprès de Georges Canguilhem ». Il va évacuer pour un temps « l’universitarisation de l’éducation physique » de ses préoccupations. Lui qui a consacré ses premières publications, dans la Revue EPS, aux « progressions pédagogiques » directement issues de ses pratiques d’enseignant en EPS. Lui qui se considère « pour toujours » comme « un prof de gym ». Lui qui s’appuie très souvent sur « l’histoire bien particulière des STAPS » pour justifier de l’existence de cette 74e section « à part entière ». On retrouve ici le « flottement identitaire18 » des premiers enseignants-chercheurs en STAPS anciens professeurs d’EPS, que Bernard Michon qualifie d’« agents-doubles19 ». Durant une brève parenthèse, une accalmie viendra apaiser les relations entre Christian et les enseignants en EPS détachés de l’enseignement secondaire. En septembre 2006, désigné « porte-parole » par la quasi-totalité des collègues, « administratifs, détachés de l’enseignement secondaire et enseignants-chercheurs », Christian prononce un discours d’opposition aux méthodes mises en place par les membres de la direction. Applaudi par « les collègues », il quitte avec eux l’amphithéâtre laissant une quinzaine de personnes à peine, débuter cette réunion de rentrée. Avec le recul, sur un ton légèrement désabusé, il pense que s’il a été choisi unanimement, c’est uniquement parce qu’« il était le seul à pouvoir faire péter sa trompette contre les abus du directeur ».

  • 20 Christian rappelle avec force de détails la bonne entente qui régnait dans la section 7 de l’ENSEPS (...)
  • 21 Le siège de Fort Alamo est un évènement majeur de la constitution d’une République du Texas indépen (...)

9Si Christian peut comprendre ces « conflits » avec les professeurs d’EPS, il découvre « ébahi » les tensions au sein de l’Université, au sein de l’UFR STAPS également. Lorsqu’il arrive « la gueule enfarinée », « tout frais émoulu », les « grands scientifiques, chercheurs dans une Université » représentent l’« élite pure » à ses yeux. Pour lui, « tout le monde il est beau il est gentil », il s’engage dans les différentes missions qui lui incombent, « sans calcul », dans un style « youkaïdi, youkaïda ». Or, très vite, les conflits éclatent, il « prend tout dans la gueule ». Malgré ses a priori très favorables à l’égard des représentants des sciences expérimentales20, les tensions vont être fortes, « les coups venant de toutes parts ». Il raconte, avec un humour teinté d’amertume, comment, dans les premiers temps, Jacques Defrance et lui-même avaient dû « défendre » littéralement le laboratoire ; qualifié de « Fort Alamo21 », au regard des « nombreux assauts menés à son encontre » et de « l’énergie inimaginable que les deux défenseurs ont dû déployer », « courant de part et d’autre, portant à voix haute les revendications, pour laisser croire qu’ils étaient nombreux ». Passant volontairement sous silence les âpres conflits qui l’ont opposé à de nombreuses personnalités de l’UFR et de l’Université, nous tenons à signaler que la plus grande déception de Christian, arrivé au terme de sa carrière universitaire, est « de ne pas être parvenu à faire boule de neige ». Premier Maître de conférences de la composante recruté, il aurait aimé « imposer, même si le mot est mal choisi », localement, « la nécessité du recours aux sciences humaines et sociales pour les STAPS ». Si le chapitre suivant comporte un bref retour introspectif sur sa carrière, nous allons nous concentrer ici sur quelques « belles tentatives ».

Le SAS ou « l’expression la plus libérée de la création intellectuelle »

  • 22 Voir notamment Pociello, Christian, « Le vol libre », Revue EPS, n° 152, 1978 ; Pociello, Christian (...)
  • 23 Pour les « balbutiements » du projet de recherches : Pociello, Christian, « Le nouvel esprit d’aven (...)
  • 24 Professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), il est titulaire de la Chaire de P (...)

10Depuis le Rapport CORDES (1978-1982), Christian s’intéresse aux pratiques de « réflexe », plus particulièrement au vol libre, qu’il pratique lui-même. Il a d’ailleurs publié spécifiquement sur la question22. Le fait qu’Élisabeth Pociello, sa femme, soit psychologue clinicienne et ait fait une thèse sur l’aventure, n’est pas étranger à ce déplacement du regard du sociologue, et finalement, « ça se télescope au bon moment ». Profitant de l’émulation créée au sein de la formation doctorale grâce à la présence d’« experts », Christian décide d’« attaquer le problème de l’innovation en matière d’équipements de loisirs sportifs, dits au quotidien, pour les citadins23 ». En fait, il installe « la méthode dite des experts » que Michel Godet24 a inspirée. Dit autrement, il convoque autour d’une « vaste et virtuelle table ronde » l’urbaniste, le géographe, l’économiste, etc. Puis, il les interroge sur « les évolutions qu’ils perçoivent pour les dix prochaines années », en leur demandant d’appuyer leurs argumentations sur « des études, des enquêtes qu’ils avaient réalisées sinon des impressions ou expériences personnelles ». Tout en se désignant « meneur de jeu », Christian met en place « ni plus, ni moins, une méthode prospective ». Il « consigne les réflexions, confronte les réactions des uns et des autres et cumule les avis », ce qui lui permet de constituer « la base théorique de ce qu ’il ambitionnait de réaliser ». Il peut alors se risquer à des propositions en matière de « tendances lourdes, de faits porteurs d’avenir des loisirs sportifs des français pour les années à venir ».

11Le nouveau programme de recherches qui en découle se propose d’apporter « une offre nouvelle » aux tendances déjà identifiées dans les études précédentes de « la demande ». Il s’agit de créer, « dans des zones à forte concentration urbaine », un « espace », un « nouveau concept d’équipement », baptisé alors le « Site d’Aventures Sportives » (SAS). Ce dernier, s’appuyant « sur les traits jugés les plus pertinents des évolutions les mieux identifiées par les experts » devait permettre à la « jeunesse citadine » de pratiquer des aventures sportives variées dans des « spots », « cadres de pratique artificiels créés dans cette optique ». L’objectif était de regrouper, « surtout de les agencer [...] autour et dans un équipement à quatre faces » correspondant aux « quatre modalités d’appropriation instrumentée de la nature, les grimpers, les roulements, les glissements et les vols ».

  • 25 Urbaniste-sociologue à la Société Centrale d’Équipement du Territoire (SCET) des Pays-de-Loire, fil (...)
  • 26 Voir sa thèse notamment, Baslé, G. (1994). Contribution à l’analyse prospective des politiques spor (...)

12Une SARL, la société RESSAC (Recherches et Études sur les Sites Sportifs d’Aventures Citadines) est alors créée, « appuyée sur toute la logistique d’une Agence d’urbanisme et d’architecture parisienne, l’Atelier Jacques Levy ». Elle est composée d’un urbaniste-sociologue25 (Jean-Michel Claude), d’un expert en matériaux (Dieter Hillairet), d’un chercheur chargé d’appliquer la méthodologie d’adaptation (Gérard Baslé26) et du concepteur du projet (Christian). Elle est censée « concevoir, proposer et adapter à des sites urbains définis le concept puis le produit de « Site d’Aventures Sportives » qui en résulte ». Car le SAS ne peut se présenter comme un « produit clés-en-main » mais « devant faire l’objet d’une étude approfondie d’adaptation à son contexte urbain d’implantation exigeant études de faisabilité, d’ajustement fonctionnel et d’adaptation socio-sportive ». Malgré « l’investissement considérable et bénévole des sociétaires », aucun projet n’a vu le jour. Le concept a, à plusieurs reprises, « failli aboutir » (auprès des villes de Saint-Quentin-en-Yvelines, d’Achères, d’Angers, de l’Établissement Public d’Aménagement de la Défense (EPAD) de Paris entre autres), mais de nombreuses « défections » l’ont finalement laissé au rang d’« utopie ».

  • 27 C’est le sous-titre utilisé par Christian dans son article Pociello, Christian, « Le projet de “Sit (...)
  • 28 Roger Bambuck, alors Secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports, prend « Jean Luc Leymane pour D (...)
  • 29 Pociello, C. Structure et évolutions des loisirs sportifs dans la société française (1975-1995), To (...)
  • 30 Baslé, Gérard (Sous la dir. de). Rapports d’études sur la prospective des équipements de sports et (...)

13Une « utopie mobilisatrice »27 et « réaliste » pourtant, selon Christian. Car, « au-delà de l’échec de cet ambitieux projet faute de la réalisation concrète quelque part en France », ce vaste programme de recherches n’a pas été sans répercussions, il s’est révélé « riche d’enseignements » à plusieurs égards. D’abord, il a consolidé les relations entre les différents acteurs participants : les praticiens-experts de chacune des activités sportives sélectionnées, les techniciens, les architectes, les animateurs, les gestionnaires et les chercheurs. Pour Christian, les « spots » qui ont résulté du programme révèlent bien « l’inventivité des créatifs intégrés dans cette équipe idéalement complémentaire ». Ensuite, il a mobilisé les membres du Centre de Recherches sur les Cultures Sportives, qu’il dirige à l’époque, autour de contrats non négligeables. De 1988 à 1991, « un financement a été obtenu auprès du Ministère de la Jeunesse et des Sports28 », financement assorti du soutien compétent de sa « Mission Technique de l’Équipement ». Il a permis aux chercheurs du laboratoire, mais également aux doctorants, de poursuivre le travail entamé29. Un contrat fut également signé avec le « Département Prospective et équipements nouveaux de l’EPAD » afin de réaliser une étude de définition des besoins. Bien qu’honoré30, il ne permit pas d’enclencher le financement « ultime », celui de l’« implantation possible du Site près de l’UFR STAPS de Nanterre ». Enfin, il a montré « la nécessité d’avoir recours à l’analyse sociologique » y compris pour la conception « très pragmatique » d’équipements sportifs. La collaboration entre « des sociologues et des professionnels de la maîtrise d’œuvre » est possible, elle peut être, selon Christian, « à la base de belles réalisations ». Rétrospectivement, Christian déclare avoir « apprécié ce retour à la pratique » après avoir « pris plaisir à la théorie, la découverte, l’invention de concepts ». Il se souvient, ému, nostalgique, des discussions menées à bâtons rompus avec « sa petite équipe » de « comment faire pour... mettre ça là... non plutôt là... mais du coup... ». Et ce côté « conception, réalisation, concrétisation » l’a ravi, lui, le « pur produit des STAPS ».

  • 31 Cette reconnaissance des STAPS par les urbanistes a eu des conséquences également « heureuses », bi (...)

14Christian mentionne à plusieurs reprises l’« excellent bénéfice dont il a pu tirer dans la technique et la méthodologie d’adaptation urbaine et sociale d’un équipement sportif quelconque ». Il ne fut pas le seul à en profiter. On peut mieux mesurer l’impact d’un tel programme de recherches lorsqu’on le réfère à l’ouverture en 2004 du Master 2 Professionnel « Management et Droit des sports en milieu urbain », dirigé par Gérard Baslé, devenu Maître de conférences à l’UFR STAPS de l’Université de Paris-Sud 11. Ou encore aux relations qu’il a pu renforcer. Ainsi, Antoine Hautmont l’a invité à intervenir à plusieurs reprises, dans le cadre « de son cours à l’Atelier d’urbanisme », à l’École Nationale des Ponts et Chaussées31, afin de présenter le « Site Pilote d’Aventures Sportives ».

Il parle de...
J’ai rencontré Christian lors de mon inscription au DEA de prospective, à la rentrée universitaire 1987-1988, 2e promotion, dans son bureau du bâtiment 335 de l’UFR STAPS d’Orsay. Il était à la fois directeur du DEA et directeur du laboratoire. Il m’a pourtant offert un accueil d’exception, chaleureux et enthousiaste, respectueux aussi des savoirs supposés acquis. Bref, il était très différent des autres directeurs de laboratoires et de Doctorat précédemment rencontrés ! J’étais, quant à moi, professeur d’EPS, détaché à la DDJS de Rouen sur un poste d’assistant départemental « Jeunesse et Éducation Populaire ». Et si je sortais d’un cursus complet en Sciences de l’Éducation, mené d’abord à Rouen puis à Nanterre, j’étais dans l’incapacité de terminer une thèse dans le champ de la psychanalyse...
Christian est le seul maître, au sens universitaire du terme, que je me reconnaisse. Sa trajectoire socioprofessionnelle témoigne, selon moi, de son intelligence au service d’une exigence de chaque instant. On ne peut résister à son incroyable appétit de vie, de connaissances, son regard critique capable d’une exagération de Bergerac qui se laisse emportée par le verbe haut et la puissance brute de la force de conviction. Sa trajectoire est une conquête, en quête de reconnaissance. Il y aurait beaucoup à dire de l’homme, du chercheur, du directeur de Laboratoire. Sa manière de découper des extraits de journaux ou de livres, de les poser sur mon bureau sans autre projet qu’une aide discrète, amicale et continue, qui n’a jamais faibli... Sa façon de trouver, classer, construire la documentation du Laboratoire, avec toute l’énergie du bâtisseur... Les murs s’en souviennent encore... Ses combats incessants, menés contre des « ennemis » le plus souvent déstabilisés par la force et la ténacité des attaques « pociellesques », « je vais faire péter ma trompette ! », disait-il... Son inlassable curiosité, son humour aussi, lorsque venu chez moi à Saint-Malo, je le revois contempler le vol plané des goélands dans le vent avec un regard admiratif de pilote, ou encore regarder la mer en me parlant de Surcouf !
Nous sommes dans une relation longue et ininterrompue, et pourtant, j’ai bien conscience de ne pas avoir répondu à ses attentes de me voir réaliser une HDR. N’empêche, notre relation actuelle est une relation de confiance, d’estime que je sens réciproque, et d’amitié unique pour moi.
Il y a évidemment beaucoup de souvenirs marquants, son apport le jour de ma soutenance de thèse par exemple. Mais pour trouver plus joyeux, je pourrais évoquer d’autres moments. Celui de nos essais de vol sur la butte devant le bâtiment 335 reste unique. Je n’ai en fait jamais volé ailleurs que sur cette pente. Un court instant, cette voile m’a porté, d’elle-même... Je ne contrôlais rien ! Et Christian, en pédagogue, me guidait de la voix avant d’éclater de rire ! Mais par-delà les anecdotes, restent tous nos rêves sur le Site d’Aventures Sportives, qui pour nous était une Aventure dans le monde de la Maitrise d’Ouvrage, où nous avons plongé, avec toute la naïveté et l’enthousiasme des ignorants absolus et sûrs d’eux mêmes. Je suis toujours dans ces rêves d’espaces sportifs nouveaux...
Gérard Baslé, le 18 janvier 2012

Une période d’effervescence dans « la créativité rechercheuse »

  • 32 Rappelons ici que Daniel Denis avait familiarisé Christian à la lecture de Luc Boltanski, dans les (...)
  • 33 Voir Pociello, Christian, « Sur quelques fonctions sociales de l’aventure : initiation, conjuration (...)

15Malgré le départ de Jacques Defrance pour l’Université de Paris 10, « perte considérable et difficile à vivre » pour Christian, l’arrivée de nouveaux collègues va modifier ses orientations de recherche. La présence « amicale », « précieuse » et « retrouvée32 » de Daniel Denis sensibilise Christian à de nouvelles problématiques et impulse de nouveaux projets33.

  • 34 Voir Jean-Paul Clément, Jacques Defrance et Christian Pociello, Sport et pouvoirs au 20e siècle, Gr (...)
  • 35 Voir Christian Pociello (Sous la dir.), Entre le social et le vital : l’Éducation Physique et Sport (...)
  • 36 Voir Christian Pociello, Les cultures sportives. Pratiques, Représentations et Mythes sportifs, Par (...)
  • 37 Voir Christian Pociello, Sports et Sciences sociales. Histoire, Sociologie, Prospective. Paris, Vig (...)

16Il y a les ouvrages réalisés à plusieurs mains. Celui publié34 avec Jean-Paul Clément et Jacques Defrance. Celui symbolisant « l’aboutissement de nombreux séminaires et colloques », mené sous la direction de Christian, ouvrage qu’il appelle affectueusement « le social et le vital35 ». Il y a les ouvrages qui viennent poursuivre les premiers travaux publiés dans « le Vigot ». « Les cultures sportives36 ». Ou encore « Sports et sciences sociales37 ».

17La période est « épuisante, dans le bon sens du terme ». On le voit, Christian est engagé sur plusieurs fronts, chacun aboutissant à la publication d’un ouvrage « faisant date ». Chaque publication amène « un degré de plus » à sa reconnaissance, à « son crédit, sa visibilité », « concrétisés par la demande par la direction éditoriale de l’Encyclopédie d’une entrée sur le « Sport » pour la réédition de 1996 ». La période est « épuisante, dans un sens moins sympathique », du fait des « combats toujours plus nombreux à mener ». S’il considère cette décennie comme « assez heureuse » du fait de ses relations avec les étudiants et les collègues des sciences sociales, « quand il se tourne vers l’administration, la direction... ». À plusieurs reprises, dit-il, on lui a proposé d’« être directeur de l’UFR », mais il répond « sans aucun humour », qu’il « a déjà tant de mal à s’administrer lui-même, qu ’il ne voit même pas comment administrer un truc pareil... ».

18N’empêche, l’énergie mise « dans les luttes » a sans doute eu raison de son « enthousiasme ». Malgré plusieurs relances, et ce, lors de plusieurs entretiens, Christian « squeeze » sur la fin de la décennie, ne parvenant pas à dater, situer, préciser les évènements qui l’ont composée. Une « lassitude » toute nouvelle apparaît dans ses récits.

  • 38 On trouve la description de ces expérimentations dans le mémoire de l’ENSEPS qui fut ultérieurement (...)

Il parle de...
Ma première rencontre avec Christian date de septembre 1971 dans le cadre de l’ENSEPS « nouvelle » de Châtenay-Malabry, laquelle permettait à des enseignants d’EPS déjà en poste de faire un perfectionnement, d’approfondir un thème en les incitant à entreprendre des thèses... C’était un moment très vivant, très stimulant qui se voulait le point de départ de nouvelles problématiques pour l’Éducation physique et qui rassemblait là des gens d’orientations très diverses... Par exemple, en ce qui me concerne je débarque après trois ans de travail au Canada, mes trois premières années d’exercice en fait, où j’avais travaillé en école maternelle, à faire une forme d’éducation physique, que j’avais appelée « aléatoire » et qui n’était pas du tout de « l’éducation physique » en réalité : on y faisait de l’expression du corps, de la musique concrète avec des tas de matériel qu’on allait chercher dans les brocantes avec les enfants, de la danse, de l’architecture, etc.38. Donc, quand je rencontre Christian qui enseignait dans un grand lycée parisien, on mesure que je ne suis ni sur les mêmes objets, ni sur les mêmes pratiques que lui : il me semble extrêmement sérieux, concentré, appliqué, ayant l’habitude d’être le premier dans tout ce qu’il entreprenait, un genre de bon élève, dont beaucoup de gens disaient qu’il avait un mérite intellectuel et social extraordinaire... Bon, très bien, mais il n’y avait pas de raison qu’on fasse affaire tous les deux parce que lui se lançait du côté de l’histoire et de l’épistémologie (ce qui était un peu le cadet de mes soucis à l’époque !) et que cela me semblait assez conventionnel et convenu, alors que moi j’essayais d’imaginer des dispositifs utopiques et cherchait – avec la pugnacité, l’insolence et l’ironie qui correspondaient à l’esprit de l’époque – la meilleure façon de « secouer le cocotier »... Donc, pour résumer cette première phase, Christian me semblait être un type très attachant mais peut-être trop dans le bain de l’Éducation physique. Car il en connaissait les acteurs, les doctrines, etc., alors que moi, j’étais infoutu de m’inscrire dans les courants consacrés de l’Éducation physique, une sorte d’« électron libre » attaché à la spontanéité, à la créativité. On peut d’ailleurs retrouver ces différences d’appréciation au sein du projet qu’avait formé Michel Bernard avec « Corps et culture » et notamment à l’occasion du bouquin collectif posant la question : quelles pratiques corporelles maintenant ? Christian, présent à l’origine, s’en était retiré.
Là-dessus, survient la bataille de l’ENSEPS qui se termine par la disparition du creuset de Châtenay-Malabry au profit de Vincennes et d’une hégémonie « sportiviste » qu’il était aisé de prévoir. Donc Christian, mais aussi Paul Irlinger, Catherine Louveau... Je les aimais bien mais je ne voyais pas comment ils pourraient échapper au rôle de cautions savantes des « apparatchiks » de la bureaucratie sportive. Il faut dire que j’étais moi-même revenu d’une forme de tentation technocratique à la Prosper Enfantin ou Fourier après mon expérience (en vérité assez comique) à la cellule prospective du Secrétariat à la Jeunesse et aux sports ; je me suis donc vite lassé de ce milieu institutionnel de l’Éducation physique mais aussi, plus curieusement, du rôle qui était le mien dans la petite nomenklatura de la critique théorique : je ne me voyais pas faire toute ma vie le tour de France des UFR comme je l’ai fait pendant deux ou trois ans et j’aspirais à réaliser des ruptures dans les pratiques sociales de base, ce que j’ai accompli à la fois dans une petite commune de l’Essonne et aussi dans l’éducation.
J’ai donc demandé et obtenu un poste, en 1978, à l’École Normale des Hauts-de-Seine à Antony dans laquelle j’ai entrepris un travail de formation des maîtres par l’analyse institutionnelle avec les étudiants et une équipe de collègues « de choc ». À deux ou trois reprises, Christian m’a toutefois relancé, notamment quand il a créé son Centre de recherches à l’Université Paris-Sud Orsay et j’ai réalisé alors que nos trajectoires se croisaient en effet (je pense notamment à la passion qu’il investissait dans son Site d’aventures sportives) et que cela avait un sens depuis le début... Mais malgré mon affection pour le lyrisme du personnage, je continuais à penser que nous n’avions pas la même posture.
On va finir par se « trouver » en 1992, donc vingt ans après comme dirait l’autre ! La disparition des Écoles Normales au profit des IUFM donnait en effet aux titulaires d’une thèse, la possibilité de devenir Maître de conférences dans le système universitaire. Je dois dire que je n’étais pas « chaud », car le milieu des STAPS me semblait pesant, dogmatique et que le désir d’imitation des moeurs académiques qui faisait rage (par exemple, la création d’une agrégation d’EPS) me paraissait à certains égards « grotesque » par rapport au sens subversif qu’impliquait à mes yeux la mise en jeu du corps dans l’institution scolaire. Bref, j’étais encore, sinon tout à fait « hors-sujet », du moins à contre-temps, tandis que je retrouvais Christian en pleine gloire au sommet de son cursus honorum : il était devenu Professeur, auréolé de sa collaboration avec Pierre Bourdieu, siégeant au CNU, etc. Bon... (Rires).
En fait, j’avais tendance à penser que Christian avait fourni clé en main le sport à Pierre Bourdieu et que ce dernier en avait fait « son miel » avant de laisser Christian « sur le bord du chemin ». Il est vrai que ça me rendait Christian d’autant plus sympathique. Mais en même temps, je regrettais que son immense besoin de reconnaissance lui joue des tours aussi pendables. J’ai beaucoup pensé à cette dimension du bonhomme lorsqu’est sorti, plus de vingt ans après sa thèse, l’ouvrage de Christian sur Demenÿ. Il décrivait un Demenÿ vaincu par Marey là où mon sentiment était que Demenÿ avait, au contraire, triomphé grâce à lui et qu’au moment même où le gymnaste se faisait virer par le grand professeur au collège de France, les conditions étaient réunies pour fonder une éducation physique rayonnante, sûre de son fait au pinacle du positivisme. En donnant au contraire une version un peu pathétique de la relation entre les deux savants du siècle dernier, il me semblait que Christian projetait sa relation avec Pierre Bourdieu sur l’Histoire de la station physiologique du parc des princes. Je me souviens d’une séance interne du séminaire assez pittoresque où je soutenais « Christian/Demenÿ » contre « Bourdieu/Marey » ! Tout cela pouvait se dire sans dommage grâce à l’esprit de liberté et de fraternité qui a toujours présidé à nos relations et qui, avec la participation très précieuse de Jacques Defrance, puis ultérieurement celle de Nicolas Bancel ont crée les conditions d’une certaine effervescence. Je pense au programme « Pédagogies de l’aventure et idéologies de la conquête du monde » ou encore le séminaire « Vital/Social », thème décisif pour la compréhension profonde de l’univers des STAPS, et dont je regrette d’ailleurs qu’il n’ait pas été mieux mis en valeur au niveau de la publication. Mais Christian tenait absolument à ce que l’ouvrage sorte très vite, comme s’il avait peur d’être doublé par je ne sais quelle instance implacable... Mais ça va avec le personnage ! Je lui ai souvent répété ce conseil, « ne soit pas pressé, il n’y a pas le feu, on va prendre le temps... ». Cette angoisse qui fait qu’il entreprend et le rend perfectionniste en diable : « ça c’est vraiment bien... il faut foncer ! ». Mais du coup, il se laisse aspirer par les choses et restreint l’empire, par ailleurs immense, de son désir de partage des connaissances et, d’une façon générale, de son talent singulier... Puis à la fin des années 90, c’est une époque où il « lâchait les choses » et pourtant il est allé jusqu’au bout, il aurait bien continué d’ailleurs...
Pour terminer, je veux bien évoquer une dimension sans doute méconnue des qualités de Christian qui n’est pas pour rien dans le lien affectif que j’entretiens avec lui, je veux parler de son talent de peintre et de sculpteur... Alors qu’en 1972, j’avais été ébloui par ce qu’il était capable de faire dans ces domaines, il a complètement arrêté, aspiré par cette quête de reconnaissance universitaire qui, finalement, ne rapporte rien. Rien. C’était sa limite, le bon élève jusqu’au bout... Espérons qu’il ne se laisse désormais aspirer que par le prodige de la création...
Daniel Denis, le 21 janvier 2012

La critique, durement ressentie, de l’Espace des sports

19Rappelons-le, dans les années 80, Pierre Falt avait entrepris dans un premier temps d’infirmer la théorie de l’Espace des sports. Vainement. Et « pour la plus grande satisfaction de l’équipe qui l’avait formulée ». Depuis, Christian s’attendait « un jour ou l’autre » à vivre « l’ébranlement du paradigme ». Car dit-il, dans la suite de Karl Popper, « la qualité d’une théorie tient à sa capacité de résistance à la réfutation et au temps, plus ou moins long, qu ’elle parvient à lui résister ». De fait, Christian a toujours tenté de prendre garde « à la dogmatisation qui menace toute théorie », conseil que lui rappelait sans cesse et « avec insistance, Georges Canguilhem ». La critique est donc « inévitable, prévisible même ». Mais quand elle survient, « la surprise et la déception » sont grandes. Ces sentiments résultent de « celui-là même qui formule la critique », « du ton agressif et sans nuances adopté » et de la « forme jugée fort discutable des argumentations apportées ».

  • 39 Par exemple, Christian se souvient lui avoir conseillé d’intégrer « le clivage public-privé, à l’in (...)
  • 40 Voir Duret, Pascal, « Penser les outils de la sociologie du sport : à propos du système des sports (...)
  • 41 Christian renvoie cette suprématie à la « bonne diffusion » des ouvrages et articles scientifiques (...)

20Pascal Duret pourtant, a « longuement adhéré à cette armature théorique » réalisant « un travail remarquable sur les usages sociaux de la moto ». Il était également devenu un « ami fidèle », Christian se souvient avec humour de leur « colocation », lorsque « à la rue », Pascal lui avait proposé d’« habiter la maison que sa mère mettait en vente ». Il avait eu l’idée de « s’arranger lorsque des acquéreurs se présentaient, pour dire tout le mal qu’ils pouvaient penser de la maison ». Cette cohabitation a été l’occasion de nombreux échanges scientifiques39, elle est pour Christian la preuve de leur « proximité amicale, quasi-filiale et intellectuelle d’alors ». Il a également conservé affectueusement un exemplaire de « Sports et Société », première édition, dédicacé de son ami, « A Pociellix ! Célèbre chef du village d’Orsay ! ». C’est pourquoi, Christian est très étonné de la parution, en 1999, d’« un article dense » paru dans la revue « Science et Motricité » faisant la « critique en règle de la théorie de l’Espace des sports40 ». Si Christian admet que « le paradigme sociologique inspiré par Bourdieu s’était très, voire trop, longtemps imposé41 dans ce champ de réflexions sur le sport » et qu’il devenait donc « inévitable, salutaire, que ce paradigme soit à un moment ou un autre vigoureusement ébranlé », la lecture de ce « brûlot critique contre le système des sports » est douloureuse. Selon Christian, Pascal Duret en appelle en effet aux « opiniâtres travailleurs de la preuve » affirmant ainsi le fait que « cette construction théorique et formelle est totalement dépourvue de tout travail de validation empirique digne d’un travail scientifique véritable » et donc « invalide ! ». Le mot fait mal, il déclenche même la colère. Et Christian de s’engager dans un monologue vigoureux visant à montrer qu’elle n’en était « nullement totalement dépourvue ». « Le canoë-Kayak, la voile, le rugby, le vol libre... Ca avait fait l’objet d’analyses factorielles de correspondances tout ça ! ».

21À la fois « blessé par la personne et la nature de l’argumentation », Christian a trouvé quelques réconforts « dans l’analyse de la stratégie relative au support éditorial » dans lequel a été formulée la critique. Il place en concurrence la revue « STAPS », créée en 1980, qui développe les approches des sciences humaines et sociales et la revue « Science et Motricité » laquelle, tout en restant éclectique, était centrée sur des productions « plutôt relatives au développement moteur ». Et pour Christian, cette dernière, « alors contrôlée par des transfuges des sciences de la vie et de la santé », fait une large place « aux démarches d’expérimentation qui caractérisent à leurs yeux les sciences exactes, véritables, poppériennes ». Et le choix de ce support n’est pas anodin pour justifier « les enjeux sociaux qui ont pu animer l’intéressé, à cet instant, pour se livrer à ce brûlot radical et destructeur ». Lorsque la revue « Science et Motricité » appelle un expert censé « exiger le durcissement des démarches dans le domaine des sciences sociales dans le sens des sacro-saintes exigences de reproductibilité des expériences », Pascal Duret, à la fois « adepte du Conventionnalisme dans la lignée de Luc Boltanski, devenu assez hostile à la sociologie de Pierre Bourdieu » et « collaborateur de Patrick Trabal, connu pour sa rigueur méthodologique et pour ses grandes compétences en matière de mathématisation statistique de la sociologie », est apparu comme « le candidat rêvé » pour ce rôle. Aux yeux de Christian, Pascal Duret a donc du « logiquement » appuyer sa candidature « par un acte de foi solennel, par une proclamation de rupture radicale avec le passé sociologique et son paradigme jusque là dominant ». C’est l’analyse rétrospective de Christian pour tenter de comprendre « la critique en règle du système des sports », pour atténuer aussi « la douloureuse épreuve » que cela a représentée pour lui.

22Mais après réflexion, « pour être tout a fait honnête » dit-il, « il y a quelque chose de vrai dans la critique de Pascal Duret ». Christian se réfère encore une fois à Karl Popper pour rappeler « l’exigence de l’autonomie totale de la démarche, empirique, de validation par rapport à la démarche, rationnelle, de construction théorique ». Et il admet que « le temps, l’énergie et la rigueur consacrés à la première démarche n’a pas forcément été à la mesure du travail énergique et rigoureux consacré à la seconde ». Et comme il le dit, « le temps imparti, la modicité des moyens » ne sont pas des explications suffisantes. En fait, ce qui l’a transporté, « passionné », était évidemment « le plaisir exaltant de la découverte des savoirs cachés », « la curiosité insatiable ». Et finalement, s’il a éprouvé peu de plaisir « à apparaître comme une incarnation du passé lorsque s’ébranle ou s’épuise le paradigme qu’il avait en partie contribué à construire », il se rappelle « du temps passé, lointain » durant lequel il se plaçait lui-même « en rupture épistémologique avec les évidences du sens commun et les erreurs manifestes des savoirs des Temps passés de notre jeune existence universitaire ».

Le retour à « ses premières amours »

  • 42 Voir Christian Pociello, La science en mouvements. Étienne Marey et Georges Demenÿ (1870-1920), Par (...)

23À la fin des années 90, les travaux de recherche de Christian témoignent d’une « brusque inflexion de trajectoire », conversion inattendue... le retour à l’histoire des sciences. Vingt-cinq ans après sa soutenance de thèse menée sous la direction de Georges Canguilhem, Christian publie « La science en mouvements. Étienne Marey et Georges Demenÿ (1870- 1920)42 ». Plusieurs explications peuvent être fournies. Pour lui, il s’agit d’abord d’un « retour à ce qui paraît le plus noble à ses yeux ». Si « l’époque Pierre Bourdieu » lui a certes permis de « faire école », il estime qu’elle n’a « été raccrochée comme ça... que pour des raisons contingentes et occasionnelles ». Le retour à l’histoire des sciences est véritablement présenté comme « un retour à ses premières amours ». Il a également bien conscience qu’il a pu être perçu par ses collègues comme « une fuite, une désertion du champ de la sociologie, devenu inconfortable, intenable tant les luttes étaient fortes dans l’espace concurrentiel ». Mais en jouant le jeu de l’honnêteté, Christian admet que « ce déplacement d’intérêt avait une double fonction ». « Deux fonctions irréductibles » qui ont conduit à « un échec total ».

  • 43 Christian, lassé de voir toutes les publications des docteurs ramenées à « l’indexation... l’impact (...)
  • 44 Voir à ce sujet, Pociello, Christian, 2006, op. cit., p. 36-40.

24La première renvoie cette reconversion thématique à un combat qui s’offre à lui « sur de nouveaux fronts ». Ses expériences malheureuses au CNU STAPS en sont la cause. Durant la dizaine d’années où Christian a pu siéger dans « ce petit monde », et bien qu’y ayant été invité du fait de son statut de « père fondateur », il y a été « bien que respecté, quelque peu malmené ». Il raconte, avec force de métaphores, comment ses collègues « spécialistes de la motricité des mollusques bivalves » ironisaient sur son recours au « Pociello-Contents43 » au regard de l’incontournable « Current Contents ». Il raconte comment les représentants des « sciences dures », « numériquement dominants », « rabaissaient » les travaux de Christian et par là, les travaux des docteurs et chercheurs, représentants des « sciences molles », à « des belles histoires racontées aux enfants ». À partir de là dit-il, « il n’y a guère d’espoir de voir les choses avancer ». « Totalement impuissant », il « voit les coups » et « compte les points ». Il déclare avoir assisté « au sein d’une discipline qui se doit de conserver son statut pluridisciplinaire » au déchirement des « deux camps ». Son impuissance ne l’empêche pas, régulièrement, systématiquement, de « faire péter sa trompette ». Mais finalement, il est « jeté du CNU », déclaré « hors-jeu », écarté tel « un vieux con qui a mal tourné ». Partant, Christian va tenter de montrer qu’il existe « des liens... ténus certes » entre les deux ordres de la pensée scientifique, « expérimentale et interprétative ». Il s’« engouffre » totalement « dans cet espoir ». L’ouvrage cité, en retraçant « l’histoire des sciences et des techniques des activités physiques et sportives », notamment de la « naissance de la biomécanique sportive », en mettant au cœur des deux ordres de la pensée « l’exigence commune de la réflexion épistémologique », est présenté « comme un essai de pacification » censé « réconcilier les sciences dures et molles qui se déchirent au sein des STAPS ». C’est un « message fort » qu’il lance aux collègues qu’il pense « ignorants de cette histoire ». Message resté sans réponse. Et pour Christian, « le champ est toujours sous tensions44 »...

25La deuxième renvoie à des enjeux strictement personnels. La publication de cet ouvrage doit également être considérée comme un « moyen de s’accommoder avec les ennemis jurés » ; comme « une tentative permettant de peser sur les membres du CNU STAPS en vue de l’obtention de la promotion à la classe exceptionnelle » de son auteur, « peu probable du fait des rapports de force intellectuels en présence » ; l’occasion de dire, « regardez comme je suis gentil, vous pourriez me filer ma classe exceptionnelle au lieu de la filer à un physiologiste “électrode dans le cul̋ (Rires) ». Promesse formulée par l’un des membres du CNU... Promesse non tenue, d’autres acteurs ayant été préférés pour cette promotion.

Un talon d’Achille difficilement avouable

  • 45 Et ce malgré de nombreuses relances, à l’occasion de trois entretiens.

26Christian Pociello évoque à plusieurs reprises « une impression de déséquilibre dans ses investissements personnels » dans sa carrière universitaire. Si la direction de thèses et de mémoires de DEA fait partie intégrante des fonctions des Professeurs d’Université, il souligne « sa modestie dans ce rôle ». Arrivé au terme de sa carrière, il ne considère pas « avoir été aussi bon que requis dans cette importante fonction », il admet avec amusement que Jacques Defrance avait raison lorsqu’il assurait que la direction de travaux de recherche était le domaine dans lequel « il était le plus faiblard ». Il a su profiter de plusieurs associations pour mener à bien cette mission. Très souvent, il « co-dirigeait ». Et le plus souvent, il prenait en charge « le côté affectif » de la direction. Ses implications se sont bornées, selon lui, « à des rapports très personnalisés avec ses propres doctorants qu’il encourageait et soutenait très fortement affectivement ». De fait, il est étonnant de constater que, sur la cinquantaine de thèses qu’il a encadrée, il ne se souvienne précisément45 que de trois doctorants.

  • 46 Dieter Hillairet a soutenu en 1992, à l’Université de Paris-Sud 11, une thèse intitulée « Prospecti (...)
  • 47 Une fois qualifié, Gérard a été recruté à l’UFR STAPS de l’Université de Paris-Sud 11 en tant que M (...)
  • 48 Brice Lefèvre a soutenu en 2002, à l’Université de Paris-Sud 11, une thèse intitulée « Par monts et (...)

27Le premier est justement « son premier thésard », Dieter Hillairet46. À l’époque, « un jeune homme brillant, d’origine suisse » qui s’était « passionné pour tous les appareils, tous les instruments qui avaient quelque chose à voir avec le sport ». Son analyse, qui intéressait « grandement l’Institut National de la Propriété Industrielle » montrait que « les français dans ce domaine étaient particulièrement productifs, qu’ils, je le cite de mémoire, faisaient preuve d’un dynamisme japonais ». Sa thèse, « quinze cent pages ! », était d’« une grande qualité ». Elle répondait « à la lettre aux principes que Christian avait formulés dès son entrée en fonction », à savoir « soumettre son objet d’étude à une double contrainte : la rigueur scientifique, technique, théorique, tout ce que vous voulez... et la pertinence sociale... la portée sociale ». Cette première thèse soutenue devant, notamment, un « spécialiste mondial de la science tribologique, potentiel utilisateur direct de ces travaux de recherche » attestait de l’ouverture affirmée, souhaitée par Christian « de la problématique de la prospective des loisirs sportifs » ; approche qu’il déclare avoir pourtant « impulsée sous les sarcasmes de ses pairs ». Le deuxième s’inscrit dans la même veine, il s’agit de Gérard Baslé, qui s’est lancé « avec hardiesse » dans la prospective des équipements sportifs47. Le dernier est Brice Lefevre, jeune homme qui à l’époque « manquait un peu de confiance en lui », alors que Christian « sentait qu ’il allait devenir un enseignant-chercheur hors-pair ». De fait, il déclare l’avoir soutenu « contre vents et marées », l’avoir encouragé, fier de voir qu’il était « cent fois, mille fois, plus compétent que Defrance et moi-même en analyse factorielle des correspondances ». En effet, pour Christian, « le point le plus remarquable de cette thèse porte sur l’exploitation, la comparaison et la critique des formes les plus raffinées des méthodes de traitement statistique de ces données quantitatives utilisées en France ». Il réalise de fait « une sociologie des pratiques alpines remarquable48 ». Sa soutenance a été, pour Christian, une confirmation « de tout le bien qu ’il pensait de son doctorant ». Il raconte volontiers et avec fierté, comment Pierre Mazeaud, « membre du Conseil Constitutionnel, ancien Ministre et Alpiniste émérite de l’Himalaya » avait été invité à siéger dans le Jury de soutenance. Et celui « dont on connait la rigueur juridique et le caractère entier, s’est déclaré très favorablement surpris par la qualité des recherches en STAPS et a demandé à gratifier cette thèse des félicitations ». C’est avec « un plaisir immense » que Christian a appris « le recrutement en tant que Maître de Conférences de Brice Lefèvre à l’UFR STAPS de Lyon » et c’est avec « beaucoup d’affection » qu’il encourage « ce guide de haute-Montage et alpiniste de très haut niveau » d’un « Bon vent et bonnes “Expé’s" ».

28Lorsque Christian jugeait ses doctorants « bien lancés sur des questions jugées théoriquement pertinentes et socialement porteuses », il « lâchait la bride » et leur faisait confiance « dans leur liberté de pensée et dans leur maturité méthodologique ». Il se contentait alors de quelques échanges informels censés encourager l’apprenti-chercheur, « ça c’est bien, vas-y fonce ! ». Il reprenait très vite le contrôle. En effet, Christian déclare avoir, à plusieurs reprises, assuré « le service après vente de ses Docteurs auprès de ses collègues et amis essaimés dans les UFR de France » qui, la plupart du temps, lui ont accordé « confiance et crédit ». Ainsi dit-il, « lors de la vingtième thèse enregistrée, nous avons eu [avec Jacques Defrance] la satisfaction de compter 19 Maîtres de Conférences en poste ». Et Christian d’y voir la preuve de l’« ajustement des thèmes et des objets retenus par la formation doctorale aux attentes des UFR STAPS » recruteuses et « des préoccupations constantes de notre formation visant à trouver à nos docteurs des débouchés universitaires ».

Il parle de...
À l’origine, ma rencontre avec Christian Pociello résulte de la « mauvaise » chance. En effet, c’est parce que je n’étais pas pris en DEA dans mon UEREPS d’origine (Marseille Luminy), que j’ai « atterri » à Orsay ! C’est un de mes enseignants de l’époque, Roger Surmin, un ami de Christian – accessoirement grand « voileux » devant l’éternel – qui m’avait recommandé auprès de lui, sachant mon grand attachement aux loisirs outdoor et surtout aux sports de glisse. Je connaissais bien entendu Christian par ses écrits et pour l’avoir entendu maintes fois cité lors de mes cours d’étudiant.
Notre première rencontre a eu lieu dans son bureau à l’UFR STAPS d’Orsay, elle concernait mon mémoire de recherche de DEA qu’il avait accepté d’encadrer, une année durant. Lors de cette entrevue, le tutoiement fût immédiat, imposé même par Christian ! Fidèle à l’image que je me faisais de lui, dès le début, le personnage m’a beaucoup impressionné par son charisme. C’était à la fois un professeur situé dans la « haute sphère intellectuelle » (pionnier de la sociologie du sport), un mythe pour de nombreux étudiants et enseignants d’EPS avec ses déjà nombreux ouvrages de référence (dont la « bible » incontournable, Sports et Société), mais aussi quelqu’un de très accessible par son franc-parler, son côté paternaliste, « camarade » et surtout, « pas de manière » comme il aimait le répéter ! Pour nous, étudiants, il était, il faut bien le dire, comme une sorte de « monstre sacré ». Pouvoir le côtoyer et mieux Ị, travailler avec lui, était comme la concrétisation d’un rêve, en même temps qu’une chance incroyable à saisir notamment dans la perspective de devenir un jour enseignant-chercheur, ce qui était mon cas.
Habitant Marseille, à l’époque, les cours que je suivais à Orsay étaient bloqués sur trois jours de la semaine. Christian m’a alors très gentiment et très régulièrement accueilli chez lui. Pendant plusieurs mois, il m’a offert l’hospitalité me permettant ainsi (peu fortuné à l’époque) de faire des économies substantielles. Il venait même très souvent me chercher à la gare RER de Bures-sur-Yvette, au volant d’une minuscule Fiat 500 qui, pour moi, contrastait beaucoup avec la grandeur et la hauteur du personnage. Sorte de « turbo-étudiant », cette période n’a pas été de tout repos pour moi. Je prenais le train de nuit pour arriver en cours le mercredi matin et repartais le vendredi soir pour Marseille avec le dernier TGV. En marge de mon investissement dans le cursus (mémoire, révision des cours, etc.), le week-end venu, je me rendais vers les stations des Alpes (en hiver) afin d’enchaîner des entraînements et des compétitions de ski. Arrivé du TGV le vendredi soir vers minuit pour repartir le samedi matin de très bonne heure pour les pistes ! Je pense que c’est aussi cela que Christian a apprécié chez moi : combiner mon implication théorique (mon sujet de thèse a tourné autour de l’innovation dans les sports instrumentés) et mon activité de compétiteur. Avec le recul, je ne peux lui être que reconnaissant de m’avoir donné l’opportunité de vivre conjointement ces deux aspects importants dans ma vie de l’époque.
Au-delà de la relation étudiant/professeur dans un premier temps, puis de thésard/directeur de thèse ensuite, j’ai noué avec Christian, au fil du temps, une amitié que je pense sincère et réciproque. En sus du contexte strictement universitaire, nous avions une passion commune qui a probablement beaucoup joué dans ce rapprochement : celle des sports outdoor et plus spécialement les sports de glisse. Lui pour le vol libre, en particulier le deltaplane, moi pour le ski acrobatique et la planche à voile. Je pense que Christian a beaucoup apprécié que je sois non seulement un fervent pratiquant (monoski, funboard, snowboard, etc.) mais également un adepte des sports de montagne, l’alpinisme et l’escalade en particulier. Il me semble qu’un autre aspect a également joué dans cette amitié, c’est le fait que nous soyons tous les deux des « bricoleurs » et des « francs-tireurs » (chacun à sa manière et à son niveau), tant sur le plan du cheminement intellectuel et théorique, que dans la vie au quotidien (loisirs, hobby, centres d’intérêt). Un jour, Christian, m’a d’ailleurs dit : « Dieter, tu es un manuel qui a mal tourné ! », sous-entendu qu’au départ j’étais plutôt quelqu’un de manuel (ce qui était vrai) qui est devenu un « intellectuel » au regard de mon projet professionnel et de mon parcours dans les études supérieures. Je pense avoir eu une relation privilégiée avec Christian. Peut-être parce qu’il a « senti » très tôt que je pouvais devenir un « bon poulain », le premier d’ailleurs, puisque ma thèse est la première qu’il a dirigée.
Les souvenirs marquants avec Christian sont nombreux. Un parmi d’autres. Un jour, chez lui, nous avons passé plusieurs heures ensemble à discuter autour de la maquette en carton (réalisée par ses soins) de son fameux concept du SAS (Site d’Aventures Sportives). « L’aventure au bout du boulevard ! », comme il aimait dire. Allongés sur la moquette de son salon tels des enfants, nous formulions des scénarii sur la gestion des flux des pratiquants entre les différents spots et sur la meilleure manière d’envisager les lieux de pratique en fonction de l’implantation du lieu, de l’orientation géographique et de l’orientation des vents dominants. Dans sa maquette, Christian avait poussé la perfection jusqu’à représenter de toutes petites figurines des pratiquants que l’on pouvait bouger à volonté. Il était persuadé que son concept sortirait un jour de terre. Ce qui effectivement adviendra plus d’une vingtaine d’années plus tard... mais sans lui. On doit la plupart des équipements sportifs urbains et péri-urbains actuels proposant des activités outdoor aux idées précurseur et pionnières de Christian. Peu de gens savent qu’en dehors de son talent d’auteur, il n’avait pas son pareil pour dessiner ses visions prospectives. Et, parce que fondamentalement convaincus de la justesse de ses idées et du potentiel commercial des recherches menées par son équipe au CRCS (le laboratoire créé et animé par Christian), nous avions d’ailleurs créé une SARL, la société RESSAC, société dont je fus président durant ses deux années d’existence. Cette entreprise était chargée de gérer un contrat devant aboutir à la création du tout premier SAS.
Que ce soit dans les domaines de la sociologie du sport et de l’histoire du sport, Christian reste, pour moi, l’un des maîtres fondateurs, incontournables. Ses prises de position théorique, la manière dont il a toujours défendu ses idées et ses thèses (pas toujours dans l’idéologie, les courants et les tendances dominantes), ses éditoriaux parfois acérés, ses confrontations publiques parfois directes et frontales, étaient en quelques sortes sa « marque de fabrique ». Ce qui lui a valu de connaitre de nombreux contradicteurs parmi les « cadors » de la communauté « bien pensante », de la discipline STAPS (la 74e section universitaire) en particulier. Ses pairs n’ont pas toujours été tendres avec lui, ce qu’il ne vivait d’ailleurs pas toujours bien. Christian a par exemple été très affecté par une confrontation publique qu’il a eue avec Jean-Claude Passeron à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Marseille. Il répétait parfois qu’il était un « intellectuel incompris » et qu’il faisait souvent l’objet « d’attaques régulières » de ses détracteurs. En tant qu’enseignant, Christian n’a eu de cesse de se battre contre ce qu’il nommait les « staliniens intellectuels ». Et, selon lui, ils étaient plutôt nombreux, ex-professeurs d’EPS reconvertis ex voto comme (seuls et uniques) défenseurs de la pensée universitaire et politique du sport !
Sur bien des plans, Christian a été mon mentor. J’ai voué une très grande admiration pour son talent d’orateur hors-pair, son humour (parfois grinçant), sa vivacité intellectuelle mais également pour sa grande culture. Visionnaire, humaniste, théoricien fondateur des sciences sociales du sport (avec quelques autres), Christian a été, pour nous, universitaires STAPS « de la deuxième vague », un formidable moteur, un constant « puits à énergies » dans notre cheminement intellectuel. Toujours optimiste, opiniâtre et « bagarreur » (surtout quand il fallait aller « au contact » contre les idées reçues), c’est lui qui m’a donné, à côté d’une tradition familiale, le goût de l’écriture. Ma détermination dans le domaine de la production d’ouvrages universitaires, je la lui dois très certainement.
Dieter Hillairet, le 19 décembre 2011

29Dans le même ordre d’idées, Christian avoue « à sa grande honte » n’avoir jamais organisé, ni même impulsé, de séminaires collectifs de recherches durant sa carrière universitaire. Il s’est contenté « de se joindre » à ceux organisés « à l’initiative de Catherine Louveau avec le soutien de Nicolas Bancel, Yann Drouet puis Daniel Denis ». Il reconnaît pourtant combien « ces moments d’échanges durant lesquels les étudiants sont invités à présenter solennellement leur travail de thèse, mais aussi les actes périodiques de leur temps propre de recherches » sont « plus que bénéfiques » à la formation d’un apprenti-chercheur. Le fait d’« être invité à questionner et critiquer le travail de leurs pairs » est « un luxe » et ne peut que « porter ses fruits ».

30Il renvoie ces « insuffisances » à deux facteurs explicatifs complémentaires. En premier, il souligne la chance d’avoir pu « bénéficier en compensation de la présence et de l’excellence de ses collègues, Jacques Defrance, Catherine Louveau et Daniel Denis, présences cumulées dans l’ordre chronologique, dans la direction de recherches ». En second, il regrette son « absence de formation initiale et complète en sociologie ou en histoire ».

Le « plaisir » et le « bonheur » d’enseigner...

31Si Christian a pu reconnaître « ses faiblesses en matière de publication d’articles dans des revues indexées » au profit d’une « assez bonne activité de production d’ouvrages », qu’il considère encore aujourd’hui « comme autant d’œuvres très soigneusement rédigées » ; tentant de « compenser ses handicaps de lecture, ses traits de dyslexie, par une recherche de la qualité littéraire de ses textes », « cent fois remis sur le métier » comme il aime à le répéter. S’il admet ses limites évidentes en matière de direction de recherches et d’animation-organisation de manifestations scientifiques, en revanche, Christian n’a « aucun scrupule » à dire qu’il a « bien réussi » en matière d’enseignement. Il en tient pour preuve « l’accueil qui lui fut réservé de la part de plusieurs générations d’étudiantes et d’étudiants, qui par leur présence et par les souvenirs qu’ils ont gardés, m’ont rempli de joie ». Trois facteurs expliquent, selon lui, sa réussite.

32D’abord, il avait une posture bien particulière, il « aimait les étudiants et cherchait à s’en faire aimer ». Ses expériences répétées devant des « amphithéâtres de masse » constituaient de véritables « bains de jouvence », venant lui mettre du « baume au cœur ». Ses traits dyslexiques l’ont amené à maîtriser les techniques de communication orale, à devenir un orateur redoutable. Cela s’est traduit « dans le goût assez théâtral » de ses enseignements. Très vite, ses cours sont devenus un « spectacle », une « pièce de théâtre » et il se comportait « un peu beaucoup » comme « un acteur en scène ». Tout était pensé, « paroles, musiques et gestes ».

33Ensuite, il prenait « un grand plaisir à transmettre ses connaissances, ses savoirs », toujours avec cette idée que « le savoir passe par le transfert ». Il avait particulièrement repéré « ses zoulous de banlieue avec leurs casquettes à l’envers » et il veillait, scrupuleusement, à ce que ceux-là précisément, « situés dans le fond de l’amphi, si près des portes de sortie [...] ne partent pas avant la fin du cours ». Il ne s’est jamais inquiété pour les jeunes femmes qui, dit-il, « grattent aux premiers rangs et réussissent si bien », mais il « se faisait un point d’honneur de garder tout son monde ». Pour y parvenir, il déployait toutes sortes de « trucs et astuces » pour que ces étudiants « moins dotés en capital culturel », qui avaient « un rapport malheureux, conflictuel à l’école », puissent acquérir exactement « les mêmes connaissances ». Il tentait de « rendre accessible » son contenu, « sans pour autant l’appauvrir ». Il essayait de leur communiquer son « goût du savoir », comme « ses chers maîtres d’école » l’ont fait pour lui, une trentaine d’années auparavant. Il avait parfois recours « jusqu’à l’impudeur » à ses propres expériences, « riches d’enseignements en matière de techniques et de culture populaires ».

  • 49 Il assurera d’ailleurs ces cours jusqu’à son départ en retraite. Le fait qu’à son départ, peu d’ens (...)

34Enfin, Christian renvoie son appétence pour l’enseignement à l’Université à sa dyslexie. Dès ses débuts, il assure les cours de « Sociologie des pratiques sportives » aux étudiants arrivant en première année de DEUG à l’UFR STAPS49. Il remarque « très vite » que « ses étudiants sont, comme lui, de piètres lecteurs ». Partant, ses cours sont alors devenus « au fil du temps, comme du cinéma, sans aucunement donner à ce terme une connotation péjorative bien au contraire ». Il sous-entend en fait que ses cours tenaient du cinéma leur côté « parlant et très imagé ». Ainsi, « sacrifiant autant à la culture cinématographique de ses étudiants »« qu’à son goût personnel prononcé des images », il est passé par différentes phases. D’abord, les « schémas et graphes sur le tableau noir », puis les « transparents projetés sur les rétroprojecteurs », enfin les « séries de Diaporamas, dits “Power-Point”, appuyées sur un fond iconographique assez considérable, portraits, graphes, cartes géographiques, documents historiques, courbes démographiques ou économiques, documents anthropologiques, champions en action, comprenant commentaires ou légendes animées, etc. ». Autant de supports de cours qu’il a pris plaisir à composer « pour chaque cours de chaque Diplôme, des anciens DEUG à la formation doctorale ». En définitive, « bien structurés sur le fond », ces cours permettaient « de faire en direct autant de variations sur un scénario arrêté et une partition bien établie ». « Bien rôdés », ils permettaient à Christian de réaliser « quelques improvisations liées à l’actualité sportive ou télévisuelle » à laquelle « il ne manquait pas, à l’occasion, de recourir pour re-capter l’attention ».

Il parle de...
Après l’obtention de mon Baccalauréat Économique et Social, j’intègre l’UFR STAPS de l’Université de Paris-Sud 11 en septembre 1999, établissement au sein duquel je « décrocherai » le DEUG, la licence puis la maîtrise Management, avant d’intégrer l’École de commerce ISEE de Paris. Un professeur en particulier jouissait d’une solide réputation « dans les couloirs », il s’agissait de Christian Pociello. Le premier cours de « Sociologie des pratiques sportives » en première année de DEUG n’a pas démenti les « rumeurs ». Ce professeur aux qualités remarquables d’orateur savait faire vivre son cours. Dans un jargon plus sportif, je dirais qu’il savait « mouiller le maillot ». Les auréoles qui ornaient ses chemises en fin de cours témoignaient du mal qu’il s’était donné pour capter l’attention de l’amphithéâtre bondé, de l’énergie qu’il avait déployée pour sensibiliser chaque étudiant présent, qu’il soit ou non « motivé ». Comme au théâtre, il savait jouer avec son public (nous). Il mettait beaucoup de fougue et de passion dans ses mots, il jouait aussi avec le ton de sa voix. Parfois, il savait la « pousser » pour se faire entendre. Parfois, il chuchotait quand les étudiants étaient trop dissipés « dans le fond ». On entendait alors un étudiant dire « qu’est-ce qu’il a dit ? » mais Christian Pociello restait imperturbable. Il continuait son cours et lançait un regard, bien connu de l’étudiant, disant « il faut reprendre le train en marche ».
Si dans un premier temps, cela a pu être perturbant de voir un enseignant gesticuler de l’estrade au dernier rang, après l’avoir écouté et lu pendant plusieurs années, il faut admettre que cet homme remplissait pleinement son rôle de professeur. Il avait vraiment le souci de partager ses connaissances avec nous. Je mesure la chance d’avoir profité d’un tel enseignant avant qu’il ne parte à la retraite...
Ludovic Nugues, le 13 décembre 2011

Accueil à l’Université Paris-Sud 11 par le président Jack Robert

Accueil à l’Université Paris-Sud 11 par le président Jack Robert

Premier cours en amphithéâtre réalisés « sur fond de tableau noir » – Université Paris-Sud 11

Premier cours en amphithéâtre réalisés « sur fond de tableau noir » – Université Paris-Sud 11

Extrait de la plaquette de présentation du SAS, CRCS, 1992

Extrait de la plaquette de présentation du SAS, CRCS, 1992

Couverture de l’ouvrage réalisé sous la direction de Christian « Entre le social et le vital »

Couverture de l’ouvrage réalisé sous la direction de Christian « Entre le social et le vital »

La « critique » de l’Espace des sports parue dans la revue « Sciences et Motricité »

La « critique » de l’Espace des sports parue dans la revue « Sciences et Motricité »

25 ans après, la publication de la thèse de Christian

25 ans après, la publication de la thèse de Christian

Notes

1 Il cite entre autres Bernard Michon à Strasbourg et Alain Hébrard à Montpellier.

2 Il se considère ainsi du fait de son « double statut de dominé », il subit, selon lui, la domination du « nouveau Maître de conférences en sciences sociales » conjuguée à la domination des STAPS dans l’Université, « assimilés au SUAPS considéré comme la récréation des étudiants ». Il en tient pour preuve la manière dont on l’a apostrophé lors d’une réunion réunissant les différents établissements d’Orsay. Il entend alors « Pociello ! Sport ! Vous pouvez venir aider ces personnes pour monter les escaliers ? ». Il s’agissait alors de porter deux personnes en fauteuil roulant.

3 La loi d’orientation de l’enseignement supérieur (encore appelée la « Loi Savary ») de 1984 a transformé les UEREPS (Unités d’Enseignements et de Recherches en Éducation Physique et Sportive) en UFR STAPS (Unités de Formation et de Recherche en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives). Or, les UEREPS étaient exclusivement composées de professeurs certifiés en EPS.

4 C’est en 1982 que les STAPS deviennent une section reconnue au Conseil Supérieur Provisoire des Universités (la 15e section du CSPU) avant de constituer la 74e section du Conseil National des Universités (CNU).

5 Christian date « ses premières expériences malheureuses » avec les collègues certifiés en EPS de sa demande « d’obtenir un bureau et un ameublement indépendants pour recevoir du beau monde ». Son obtention l’a été au prix du « déménagement de gens déjà installés depuis longtemps ». Cela a engagé « la lutte, la guerre ».

6 En 1983, Christian se présente en effet à l’agrégation externe d’EPS. Il se présente l’année d’Alain Hébrard et de Françoise Delabridi, une « psychanalyste lacanienne ». Il se souvient particulièrement de cette dernière car elle est « son Poulidor », Christian se classant « deuxième à l’écrit » au concours. Mais, il faut dire qu’il « a perdu le contact avec le métier ». « Le projet d’établissement, les instructions officielles, etc. » lui parlent « bien moins qu’avant ». Alain Hébrard sera le 1er Major de l’agrégation externe d’EPS, Christian sera quatrième. Interrogé sur la nécessité pour lui d’être agrégé, la réponse n’est guère surprenante : « c’est un concours, un examen, c’est comme le dit mon ami Daniel Denis, l’honneur de l’enseignement secondaire, la médaille d’or... Et si demain, il y a un nouveau concours qui se crée, j’y vais, j’y vais, je le passe ». Il sera d’ailleurs, en 1984, nommé membre du Jury de l’Agrégation d’EPS aux épreuves d’amissibilité. Contraint « d’abandonner l’agrégation », il tirera finalement quelques bénéfices de son obtention lors de son recrutement.

7 Dès leur première année en STAPS, les étudiants découvraient comment pouvait être conçue la pluridisciplinarité dans les sciences sociales appliquées aux pratiques sportives, « la Géographie, Démographie, Sociologie, Anthropologie, Histoire, Économie, Linguistique et Sémiologie ». Christian, avec l’aide d’un moyen mnémotechnique, le « Géo. Dé. S.A.H.E.L.S. », a marqué de nombreuses promotions.

8 Christian a déploré le fait que Pierre Bourdieu ne soit intervenu qu’une seule année dans le DEA « Sociologie et prospective des pratiques et des consommations sportives » mais il mesure la chance d’avoir obtenu son adhésion initiale au projet, certain qu’un tel soutien n’a pu être que favorable à l’aboutissement du projet.

9 Marc Guillaume est professeur d’économie à l’Université de Paris 9 Dauphine. Christian le décrit comme « un passionné de Georges Bataille, en pleine réflexion sur la théorie des catastrophes ». Il le sollicite pour aider les doctorants à mener « une réflexion épistémologique sur l’économie ».

10 Alors qu’il est hébergé par Pascal Duret, Christian rencontre « en allant faire ses courses, tout à fait par hasard » Jean Maccario qu’il a connu « étudiant, talonneur dans son équipe de rugby à l’Association Sportive de la Faculté de Pharmacie de Châtenay-Malabry ». Ce dernier lui apprend alors qu’il est « Bio-mathématicien, Professeur à l’Université de Paris-Sud 11 ». Pour Christian, c’est « un coup de chance incroyable », puisqu’en attendant de pouvoir encadrer la formation doctorale en sciences sociales, il lui faut « un prof ’de l’Université pour l’encadrer ». C’est ainsi que Jean Maccario se retrouve à la tête de la « tant espérée » formation doctorale et « intervenant en statistiques appliquées ».

11 Cette collaboration résulte, selon Christian, de l’« accueil très favorable de l’Espace des sports dans des milieux universitaires qui ne le connaissaient pas personnellement ». Ainsi, les « géographes de Besançon », Jean Praicheux et Daniel Mathieu s’en sont largement inspirés dans leur ouvrage. Voir Jean Praicheux et Daniel Mathieu, Atlas national des sports, Paris, Fayard / Reclus, 1987.

12 Christian pense qu’Alain Hébrard, « son copain », alors « conseiller au Ministère de l’Éducation Nationale » et Gérard Bruant ne sont pas étrangers à cet « heureux retour ».

13 Selon Christian, il doit beaucoup à Georges Vigarello « pour la réussite de cette thèse ». En effet, s’il s’est inscrit à l’Université de Paris 8 pour soutenir sa « Thèse d’Etat sur travaux », il a oublié « de s’inscrire en troisième cycle ». Georges Vigarello a rattrapé « in extremis » cette « irresponsabilité ».

14 Pierre Bourdieu, « fort occupé par ailleurs », a fait « des pieds et des mains » pour ne pas siéger à la soutenance de thèse. Ayant finalement accepté, étant de surcroît « président », son influence a été décisive. Comme le dit Christian, « les autres l’ont pas ramenée ». Christian se souvient également avoir du « transporter Pierre Bourdieu ». Après avoir garé sa voiture à Saint-Denis, Christian soutient sa thèse. Mais, à la sortie, la voiture a été volée. Il se rappelle avec humour de la réaction de Pierre Bourdieu, « mais c’est pas vrai ! » avec un ton qui indiquait clairement combien il prenait Christian « pour un zinzin ».

15 À plusieurs reprises, Christian se plaindra d’avoir, par la suite, totalement « perdu un quelconque pouvoir » sur les commissions chargées du recrutement. Dans la « guerre engagée » entre « les sciences molles » et « les sciences dures », deux collègues auraient profité de la première occasion pour le « faire sauter, pour le couillonner [...] sans le louper ».

16 Stéphan Mierzejewski a montré comment les premiers enseignants-chercheurs en STAPS ont difficilement « assumé leur héritage d’enseignants en EPS sortis du rang ». Pour plus d’informations, se référer à son article Mierzejewski, Stéphan, « Le corps académisé. Sur l’accès aux positions universitaires des premiers enseignants-chercheurs en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives issus de l’Éducation Physique et Sportive », Science et motricité, n° 55, 2005, p. 79-99.

17 Le directeur est alors Sauveur Lombardo et, quoique « sympathique » avec Christian Pociello, il « défendait l’idée de l’équivalence », portant loin « les revendications ».

18 Mierzejewski, Stephan, 2005, op. cit., p. 93.

19 Michon, B. (1993). L’espace des STAPS. Recours au corps et effets de corps. Thèse de Doctorat d’État non publiée, Université Marc Bloch, Strasbourg, p. 511.

20 Christian rappelle avec force de détails la bonne entente qui régnait dans la section 7 de l’ENSEPS, « Psychophysiologie du comportement moteur en EPS », qu’il co-dirigeait avec le Docteur Guy Azemar.

21 Le siège de Fort Alamo est un évènement majeur de la constitution d’une République du Texas indépendante du Mexique (Février-Mars 1836). Pour les défenseurs du Fort, largement sous-représentés et n’ayant reçu aucun renfort, c’était « la victoire ou la mort », faisant de cette bataille un symbole de résistance désespérée.

22 Voir notamment Pociello, Christian, « Le vol libre », Revue EPS, n° 152, 1978 ; Pociello, Christian, « Jouer (jouir) avec la vague, le vent et le soleil », Les amis de Sèvres, n° 105, numéro spécial « Les activités physiques et sportives », 1982, p. 49-59 et Pociello, Christian, « Les éléments contre la matière – Sportifs “glisseurs” et sportifs “rugueux” », Esprit, n° 2, numéro spécial « Le corps... entre illusions et savoirs », 1982, p. 19-33.

23 Pour les « balbutiements » du projet de recherches : Pociello, Christian, « Le nouvel esprit d’aventure ; de l’écologie douce à l’écologie dure », Esprit, n° 4, 1987, p. 95-105 ; Pociello, Christian, « Contribution à l’étude de la diffusion des représentations collectives de l’aventure », in Sport et changement social, Actes des 1res Journées d’études de la SFSS, MSH A, Bordeaux, 1987 ; Pociello, Christian, « Les tendances d’évolution des pratiques de loisirs sportifs. Essai de construction d’un modèle d’analyse prospective », MappeMonde, n° 2, 1989, p. 2-6.

24 Professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), il est titulaire de la Chaire de Prospective stratégique. Voir notamment Godet, M. (1985). Prospective et planification stratégique. Paris : Economica.

25 Urbaniste-sociologue à la Société Centrale d’Équipement du Territoire (SCET) des Pays-de-Loire, filiale de la Caisse des dépôts et consignations qui a largement dynamisé le réseau des Sociétés d’Économie Mixte (SEM).

26 Voir sa thèse notamment, Baslé, G. (1994). Contribution à l’analyse prospective des politiques sportives locales ; nouveaux enjeux, nouvelles approches, Thèse de Doctorat en STAPS, Université de Paris-Sud 11.

27 C’est le sous-titre utilisé par Christian dans son article Pociello, Christian, « Le projet de “Site d’Aventures Sportives”. Une utopie mobilisatrice », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 79, 1988, p. 69-77, auquel le lecteur peut se référer pour complément d’informations.

28 Roger Bambuck, alors Secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports, prend « Jean Luc Leymane pour Directeur des Sports » afin de s’inscrire dans la « Loi-Programme » et réaliser de nombreux équipements. Ce dernier sollicite Gérard Bruant, l’un des promoteurs de la revue STAPS et Professeur en STAPS, qui l’oriente vers Christian. C’est par l’intermédiaire de « ce réseau » que Christian est « convoqué, un beau jour, à une réunion à Châtenay-Malabry », réunion à laquelle on lui apprend que la « Mission Technique de l’Équipement » va financer son équipe de recherches sur cette question.

29 Pociello, C. Structure et évolutions des loisirs sportifs dans la société française (1975-1995), Tome 1, MJS-CRCS, 1988 / Baslé, G. Méthodologie d’adaptation du Site d’Aventures Sportives, Tome 2, MJS-CRCS, 1990/ Hillairet, D. Rapport sur les revêtements artificiels et les équipements pour parcours multipistes de glisse (Ski, surf, monoski et autres techniques), Tome 3, MJS-CRCS, 1990. Mais également Pociello, C. Étude de faisabilité du SAS ; Construction du catalogue, sélection des espaces et premiers agencements architecturaux, SEJS-CRCS, 1989.

30 Baslé, Gérard (Sous la dir. de). Rapports d’études sur la prospective des équipements de sports et de loisirs pour l’aménagement du Périmètre d’Intervention de l’EPAD, Tomes 1 à 5, EPAD-CRCS-ISC, 1991-1992.

31 Cette reconnaissance des STAPS par les urbanistes a eu des conséquences également « heureuses », bien après « l’époque du SAS ». Invité à siéger, au Ministère de l’Éducation Nationale, dans une commission censée distribuer les primes d’encadrement doctoral, Christian découvre un mode de répartition « au prorata de je ne sais plus quoi » par section universitaire. Arrivée au terme de la distribution, la présidente de la commission annonce qu’il reste quelques reliquats et s’enquiert « de la méthode à utiliser pour les dispatcher ». Christian a la surprise d’entendre deux femmes qu’il ne connaissait « ni d’Eve ni d’Adam » dire « nous sommes urbanistes et on a entendu parler de quelques travaux intéressants menés en STAPS, alors on voudrait les soutenir ». Christian souhaite souligner ici les effets du « petit monde des STAPS et des collaborations avec d’autres disciplines » qui vont bien au-delà des effets sur les simples activités de recherche.

32 Rappelons ici que Daniel Denis avait familiarisé Christian à la lecture de Luc Boltanski, dans les années 70, à l’époque où ils étaient tous deux professeurs-sessionnaires à l’ENSEPS, « à une année d’intervalle ».

33 Voir Pociello, Christian, « Sur quelques fonctions sociales de l’aventure : initiation, conjuration et ordalie », Sociétés, n° 34, 1991, p. 367-378 ; Daniel Denis et Christian Pociello, À l’école de l’aventure. Pratiques sportives de plein air et idéologie de la conquête du monde, 1890-1940, Voiron, Presses Universitaires du Sport, 2000.

34 Voir Jean-Paul Clément, Jacques Defrance et Christian Pociello, Sport et pouvoirs au 20e siècle, Grenoble, PUG, 1994.

35 Voir Christian Pociello (Sous la dir.), Entre le social et le vital : l’Éducation Physique et Sportive sous tensions (XVIIIe-XXe siècle), Grenoble, PUG, 2004.

36 Voir Christian Pociello, Les cultures sportives. Pratiques, Représentations et Mythes sportifs, Paris : PUF, 1995.

37 Voir Christian Pociello, Sports et Sciences sociales. Histoire, Sociologie, Prospective. Paris, Vigot, 1999.

38 On trouve la description de ces expérimentations dans le mémoire de l’ENSEPS qui fut ultérieurement publié : Daniel Denis, Le corps enseigné, Paris, Éditions Universitaires, collection « Corps et culture », 1974.

39 Par exemple, Christian se souvient lui avoir conseillé d’intégrer « le clivage public-privé, à l’intérieur des cadres moyens et supérieurs » dans l’analyse factorielle des correspondances que Pascal Duret réalisait. Il a pu constater les bénéfices que ce dernier en avait retirés.

40 Voir Duret, Pascal, « Penser les outils de la sociologie du sport : à propos du système des sports et de sa logique de la preuve », Science et Motricité, n° 38-39, 1999, p. 5-11.

41 Christian renvoie cette suprématie à la « bonne diffusion » des ouvrages et articles scientifiques par le « réseau intellectuel très actif des professeurs-sessionnaires » de l’ENSEPS et « au poids de ces affidés dans les congrès et colloques », intimement lié au « prestige renforcé de Pierre Bourdieu devenu Professeur au Collège de France ».

42 Voir Christian Pociello, La science en mouvements. Étienne Marey et Georges Demenÿ (1870-1920), Paris, PUF, collection Pratiques Corporelles, 1999.

43 Christian, lassé de voir toutes les publications des docteurs ramenées à « l’indexation... l’impact factor », irrité de voir que des revues de bon niveau, comme les « Actes de la Recherche en Sciences Sociales » n’étaient pas indexées, avait « pris la précaution, avec ses collègues, de lister les revues des sciences sociales de bon niveau ». D’où cette blague du « Pociello Contents » qui faisait beaucoup rire les collègues « de l’autre camp » mais qui « gonflait royalement » Christian.

44 Voir à ce sujet, Pociello, Christian, 2006, op. cit., p. 36-40.

45 Et ce malgré de nombreuses relances, à l’occasion de trois entretiens.

46 Dieter Hillairet a soutenu en 1992, à l’Université de Paris-Sud 11, une thèse intitulée « Prospective et Innovation des Sports à Technologie Élevée (Système P. I.S.T. E). Analyse des engins sportifs véhiculants à partir des brevets d’invention et des produits diffusés sur le marché français ». Actuellement, il est Maître de conférences, membre du CRCGM (Centre de Recherche Clermontois en Gestion et Management) et responsable du Master 2 Stratégie, Innovation et Ingénierie du Projet Sportif (E-S21PS) de l’Université Blaise Pascal. Ses travaux de recherche portent sur la gestion de l’innovation, les marques, l’entrepreneuriat et sur le développement d’activités nouvelles.

47 Une fois qualifié, Gérard a été recruté à l’UFR STAPS de l’Université de Paris-Sud 11 en tant que Maître de conférences.

48 Brice Lefèvre a soutenu en 2002, à l’Université de Paris-Sud 11, une thèse intitulée « Par monts et par vaux ; contribution à l’analyse sociologique de l’alpinisme à travers la théorie de l’espace des sports. L’exemple du massif du Mont-Blanc ».

49 Il assurera d’ailleurs ces cours jusqu’à son départ en retraite. Le fait qu’à son départ, peu d’enseignants se soient portés volontaires pour prendre la relève est un signe du défi passionnant, mais épuisant, que ces cours magistraux en première année de Licence STAPS constituaient.

Table des illustrations

Titre Accueil à l’Université Paris-Sud 11 par le président Jack Robert
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Premier cours en amphithéâtre réalisés « sur fond de tableau noir » – Université Paris-Sud 11
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7843/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Extrait de la plaquette de présentation du SAS, CRCS, 1992
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7843/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Couverture de l’ouvrage réalisé sous la direction de Christian « Entre le social et le vital »
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7843/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre La « critique » de l’Espace des sports parue dans la revue « Sciences et Motricité »
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7843/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre 25 ans après, la publication de la thèse de Christian
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7843/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search