Version classiqueVersion mobile

Faire trace… Entretiens avec Christian Pociello

 | 
Oumaya Hidri Neys

La rencontre avec deux « Maîtres à penser » (1970-1984)

Texte intégral

L’intégration dans la section 3 de l’ENSEPS

  • 1 Ancien directeur de l’ENSEP des jeunes gens à Paris, il s’est vu confier la responsabilité d’un éta (...)
  • 2 Elle est décriée par les professeurs des anciennes ENSEP qui se sont trouvés « gravement exclus par (...)

1Jean Vivès et Robert Joyeux1 sont « les maîtres d’œuvre de la création de l’ENSEPS nouveau régime » à Châtenay-Malabry, qui résulte de « la fusion de l’ENSEP des jeunes gens à Joinville et de l’ENSEP des jeunes filles à Châtenay-Malabry ». Cette « disparition » ne s’est pas faite sans heurts2, Christian a ressenti alors « la haine que les anciens professeurs des anciennes ENSEP ont pu éprouver, et éprouvent encore, à l’égard de ceux qui se sont engagés, à leur détriment, dans la nouvelle ENSEPS ».

  • 3 L’amitié qui unit Jacques Thibault et Robert Joyeux est ancienne, elle remonte à leurs années d’étu (...)
  • 4 Voir notamment Legrand, Fabienne et Ladegaillerie, Jean, L’éducation physique au XIXe et au XXe siè (...)
  • 5 La section 3 est alors composée de Gilbert Andrieu, Jean-Paul Barbazanges, Jean Berdot, Jeanne Dauv (...)
  • 6 Christian fait souvent référence à un ouvrage « révolutionnaire » en la matière, voir Le Goff, Jacq (...)

2Cette nouvelle école « exige de ses professeurs sessionnaires, l’obtention du CAPEPS, trois ans d’expérience et d’ancienneté et des compétences dans un domaine particulier jugées sur dossier ». Elle offre aux professeurs et maîtres d’EPS, déjà titulaires, de suivre un cycle de formation supérieure, en leur donnant « l’occasion inattendue » d’entrer à l’une de ses sessions thématiques. Tout ceci, en bénéficiant d’« un détachement total durant deux années [...] afin de préparer un mémoire d’études et de recherches pour l’obtention d’un diplôme spécifique ». Fort de répondre aux trois exigences, Christian est reçu et intègre la première promotion de l’ENSEPS en 1970, dans la section 3 « Histoire de l’Éducation Physique et du Sport ». La création de cette section « inédite » tient à deux personnes très proches de Robert Joyeux, alors directeur de l’ENSEPS : Jacques Thibault3 d’abord, qui vient de terminer sa thèse à l’Université de Bordeaux, Georges Vigarello ensuite, agrégé de Philosophie en 1969 et professeur dans l’établissement. Jacques Thibault, « représentant de la “nouvelle" histoire de l’EP », dirige à distance la section 3, confiée pourtant administrativement à Fabienne Legrand4, « l’incarnation de l’ancienne méthodologie ». Si cette dernière a vécu difficilement l’élan de ces neufs professeurs sessionnaires5 pour « la nouvelle histoire », Christian garde de très bons souvenirs de cette époque, deux années durant lesquelles il est « payé pour faire des études supérieures » et entouré de « gens portés par une espèce d’ambition, de revendication scientifique ». Il est conscient à l’époque de « vivre un renouvellement considérable de l’Histoire »6 et décidé à engager « un renouvellement de l’histoire de l’EP et du sport ». C’est avec un plaisir évident qu’il relit l’introduction collective du recueil de travaux menés par la section 3 : « Notre projet initial s’inscrit dans une tentative collective quoique diversifiée pour tenter de renouveler complètement l’histoire de l’Éducation Physique dont les carences et les abus étaient devenus par trop criants ».

La rencontre décisive avec Canguilhem

  • 7 Cet intérêt date de la lecture de Georges Demenÿ, Mécanisme et éducation des mouvements, Paris, Alc (...)
  • 8 Si auparavant, les directeurs de section jouaient un rôle essentiellement administratif (contrôle d (...)
  • 9 Rétrospectivement, Christian a pris la mesure de ce qu’il doit à Georges Vigarello, son « cher ami  (...)
  • 10 Christian raconte comment cet « ancien élève de Normale Sup’ a souffert les pierres de voir un étud (...)

3Comme la majorité des neufs sessionnaires s’orientent vers l’histoire du XIXe siècle, « assurant le recul temporel suffisant pour pouvoir en assumer totalement la critique », Christian s’intéresse de près aux travaux de Georges Demenÿ7 et demande la possibilité d’avoir un cours sur l’histoire de la physiologie du XIXe siècle8. Georges Vigarello, « ayant dû traiter “Georges Canguilhem” à l’agrégation en 1969 » et professeur à l’ENSEPS, va initier Christian à l’épistémologie et l’histoire des sciences et lui faire découvrir Gaston Bachelard et Georges Canguilhem9. De fait, Christian propose d’inviter le philosophe, spécialiste d’épistémologie et d’histoire des sciences, à venir donner une conférence à l’ENSEPS. Ce denier, ayant « éprouvé très douloureusement les évènements de mai 68 », est à la retraite et n’a conservé que la direction de l’Institut d’Histoire des Sciences et des Techniques10 (IHST). Disponible, il accepte. Quatre heures de cours sur l’histoire de la physiologie au XIXe siècle en France, « un truc admirable structuré par la problématique de l’alternative et de l’alternance entre paradigmes mécanistes et vitalistes ». « Admiratif du personnage et ébloui par l’exposé », Christian profite de sa présence à l’ENSEPS pour oser l’« impensable ». Tout en marchant à ses côtés pour le raccompagner, entre les bâtiments du haut de Châtenay-Malabry et le château, il lui demande « s’il accepte de diriger son mémoire de l’ENSEPS ». Il se souvient « avoir bafouillé littéralement » et lui avoir « raconté un truc pour se faire valoir sur Lamarck, Darwin, les gymnastes contre les sportifs, alors que parler de Demenÿ et Marey aurait amplement suffi ». La réponse tombe, « mais qu’est-ce que vous me racontez... venez me voir à l’Institut ».

  • 11 Selon Christian, Georges Canguilhem souhaitait sans doute voir « développées, approfondies ou recti (...)
  • 12 Christian pense que les origines carcassonnaises de Georges Canguilhem ont sans doute contribué à c (...)
  • 13 Pour plus d’informations à ce sujet, voir Pociello, Christian, « L’expérience critique ; regards ré (...)
  • 14 Voir notamment Barbazanges, J.-P. (1975). De l’hygiène de la respiration aux activités physiques au (...)

4Christian décrit avec fierté Georges Canguilhem comme étant « un grand penseur » de la philosophie et de l’histoire des sciences, « l’élève de Gaston Bachelard » et « un grand Maître » pour Michel Foucault et Pierre Bourdieu entre autres. Il le décrit plus affectueusement comme étant pour lui « un maître à penser et un père spirituel ». Georges Canguilhem, « éminent personnage », accepte de diriger les recherches de Christian Pociello, « total néophyte »11. Sa réputation assez dure le précède, il est surnommé « King-Cang » par ses étudiants et redouté de plusieurs générations d’agrégatifs et d’agrégés de philosophie dont Pierre Bourdieu ; ce dernier disait d’ailleurs de lui qu’il était « un reproche vivant ». Et pourtant, Christian se souvient du « soutien quasi-paternel »12 de son « maître à penser ». Il mentionne des « reproches exprimés amicalement, des boutades » et s’il ne parvient pas à saisir dans l’immédiateté le sens heuristique des remarques de Canguilhem, Christian « prend grand-soin de les mettre en mémoire ». À titre d’exemples13, il lui reproche de ne pas connaître « le texte de Marey, son testament théorique rédigé en 1904 la veille de sa mort », il lui montre combien il « perd son temps à la Bibliothèque Nationale » et lui suggère d’aller « plutôt Maisons-Alfort chez les vétérinaires », etc. Autant de conseils qui se sont révélés être « des pistes extraordinaires » pour Christian, mais aussi pour d’autres comme Jean-Paul Barbazanges14.

  • 15 Cette convention passée entre l’ENSEPS et l’Université de Paris VII, qui autorisait « une sorte de (...)
  • 16 Voir Pociello, C. (1972). Tentative de rationalisation scientifique de l’Éducation Physique : Marey (...)
  • 17 Voir Pociello, C. (1974). Physiologie et Éducation Physique au XIXe siècle : Jules Etienne Marey et (...)
  • 18 Voir sa Thèse d’État, menée sous la direction de Georges Canguilhem et Daniel Lagache et publiée so (...)
  • 19 Voir son mémoire de Maitrise, mené sous la direction de Georges Canguilhem et publié sous cette réf (...)
  • 20 Voir sa Thèse d’État, menée sous la direction de Raymond Aron et Georges Canguilhem et publiée sous (...)

5Grâce à la convention signée entre l’ENSEPS et l’Université de Paris VII, le mémoire d’études et de recherches et le diplôme spécifique de l’ENSEPS « valaient équivalence d’un Diplôme d’Études Approfondies (DEA) ». Cela permit à Christian de s’inscrire, « sans coup férir15 », en doctorat dans cette même Université. Georges Canguilhem dirigera ainsi le mémoire16 puis la thèse17 de Christian. Durant cette période, il fréquente assidument et « dans ses petits souliers », l’IHST, « 13 rue du Four, dans le 6e arrondissement de Paris ». Il y rencontrera entre autres Michel Foucault18, Dominique Lecourt19 et Jean-Jacques Salomon20. « Éveilleur d’hommes », véritable « puits de science », Georges Canguilhem a toujours éprouvé la mise en lien de « l’histoire des sciences biologiques avec les contextes socio-culturels de la production de leurs concepts ». Cette façon de faire aura de véritables répercussions sur la pratique professionnelle de Christian, qui, durant des années, tentera de « mettre en rapport des faits qui, apparemment, appartiennent à des domaines très éloignés, la pratique, la technique et la science ». Il déclare avoir « pour toujours assimilé les exigences méthodologiques de Canguilhem et les grands principes philosophiques qui soutiennent son histoire des sciences, les ruptures épistémologiques, le lien étroit entre histoire des sciences et histoire des techniques ».

  • 21 Pour laquelle Georges Canguilhem avait émis de fortes réserves, sans que Christian n’en ait saisi l (...)
  • 22 Pour la composition de son jury, Christian avait l’obligation de « placer un professeur de l’Univer (...)
  • 23 Si Christian regrette amèrement de ne pas avoir enregistré sa soutenance de thèse, il n’a jamais co (...)
  • 24 Avec le recul, Christian analyse cette place « de première ligne, en tête de mêlée de rugby » comme (...)
  • 25 Au-delà des quelques accroches de Canguilhem avec le monde sportif que nous avons pu relever, Chris (...)

6Ces quatre années restent un souvenir impérissable pour Christian, « un coup de fouet intellectuel, un élan de l’imaginaire, des découvertes formidables ». De « brefs entretiens », des « conseils avisés, distillés par surprise » et un détachement complet des « tâches administratives », voilà comment pourrait se résumer l’encadrement de Christian par « son Maître ». À titre d’exemple, pour la constitution du jury de thèse et sur les consignes de Georges Canguilhem, « débrouillez-vous pour ça », Christian a rassemblé, seul et « sur la base d’une ouverture maximale aux différentes disciplines », André Soulairac, Professeur en psychophysiologie à l’Université de Paris 6, Viviane Isambert-Jamati21, Professeur de sciences de l’éducation à l’Université de Paris 5, Jacques Thibault, Professeur en STAPS à l’Université de Bordeaux et Michèle Perrot22, Professeur en histoire à l’Université de Paris 723. Après la thèse soutenue, Georges Canguilhem aura ces quelques mots à propos des « profs de gym » : « qu ’est-ce que c’est étrange ces gens qui font un métier idiot et qui ne sont pas idiots ». Ce n’est que bien plus tard que Christian comprendra cette inaccoutumée sollicitude à l’égard de ce corps professoral. Georges Canguilhem ayant été en 1924 « talonneur ultra-léger de l’équipe de rugby de Normale Sup24 », Christian a bénéficié, « sans s’en douter », d’un « étrange préjugé favorable »25.

La dyslexie, un obstacle (in) surmontable

7Dès notre premier entretien, Christian fait un aveu totalement imprévisible. Tout a commencé par la visite de son « importante et intéressante bibliothèque accumulée au fil du temps » composée de nombreux ouvrages d’histoire et de philosophie des sciences, de sociologie et d’anthropologie des sports, des jeux ou encore des loisirs, ouvrages « devenus rares et donc précieux ». Il m’annonce alors qu’« un analyste ne pourrait faire son miel de cette bibliothèque » puisqu’« en vérité », il n’a « jamais pu lire complètement aucun de ces livres (rires gênés) ». Aveu impensable, du moins difficilement avouable, pour un enseignant-chercheur, lui-même auteur de nombreux ouvrages, Christian présente des « traits assez marqués de dyslexie ». Le simple fait de « taper un numéro de téléphone », surtout en fin de journée, est un effort. Le fait de lire à haute voix « un rapport de thèse, d’habilitation, etc. » lui demandait chaque fois « des efforts considérables pour ne pas trébucher sur les mots ». On imagine alors sans problème le « gênant handicap » que cela a pu poser pour « un universitaire » : une recension, une revue de littérature, une conférence, un cours, un ouvrage, un rapport de thèse, etc. On imagine aussi « toutes les précautions » qu’il a prises pour ne « rien laisser paraître ».

  • 26 On peut noter ici que durant ses études au CREPS et à l’ENSEP des jeunes gens, il s’est concentré s (...)
  • 27 Cette mémoire lui permettait sans doute d’animer une conférence de trois heures en laissant son tex (...)

8Christian ne sait pas dater le moment où il s’est aperçu de ses premières difficultés, du moins dès lors que le passage par la lecture a été incontournable26. La rédaction de sa thèse, avec les nombreuses relectures qu’elle suppose, a été révélatrice. Et partant, Christian a élaboré des stratégies de compensation. Cela passe d’abord par « une recherche fiévreuse du sens que l’on peut tirer du recoupement entre des fragments tirés de lectures très rapides et de références fragmentaires mises en relation signifiante et symbolique à des années d’intervalle ». Car dit-il, « sur les bouquins, je lis en diagonale et... paf ! je surligne au stabylo... je marque en page de titre “tiens cette idée-là...” et puis parfois, cinq, dix ans plus tard, je mets en lien avec une autre lecture... mais je ne lis pas beaucoup non plus... ». Cette « difficulté cognitive de lecture » l’a conduit à adopter une lecture « cursive, de balayage ». Il faut ensuite mentionner sa « mémoire d’éléphant » qui, une fois les efforts déployés pour lire et relire un texte, lui permettait de « le digérer, de l’incorporer pour toujours27 ». Une fois « mis en tête », Christian se faisait fort de « faire vivre » le contenu par « les gestes », par « une énergie débordante », lui permettant de « prendre du plaisir » après une « situation d’inconfort ». On peut également faire référence à son travail d’écriture, s’adonnant à « des techniques d’écriture obsessionnelles », modifiant à l’infini les mots ou encore les adverbes pour « y mettre avec le meilleur français possible un peu de musique ». Il s’agissait finalement de procurer du plaisir à la lecture, là où lui n’en a jamais eu. Il faut aussi signaler sa « fascination assumée pour l’image ». La richesse de ses diaporamas présentés bien plus tard en cours ou en conférence répond à sa volonté de convoquer toujours « simultanément l’image et l’écrit ». Enfin, il avoue avoir développé « un rapport religieux avec les livres » au point « d’acheter des livres, de cumuler les thèses, les rapports » un peu comme si « le fait de posséder un manuscrit lui permettait de s’approprier son contenu ».

De l’autre côté du rideau...

9En 1973, Christian devient co-directeur des études de la section 10 de l’ENSEPS, « Les arts du mouvement : expression et création en EP... ou un truc comme ça », avec Paule Paillet. Selon Christian, Jean Vivès n’était pas pour l’ouverture de cette section qu’il surnommait la section « peau de banane » mais la direction, sous la pression des filles qui soulignaient l’écrasante majorité de garçons dans les neuf autres sections, cède et ouvre la section 10. Et à l’époque, Christian, jouant de la guitare et faisant de la peinture à ses heures « vraiment perdues », apparaît comme étant « le plus artiste » des directeurs possibles. Il est alors chargé administrativement de « compter, vérifier les présences, sanctionner les absences, planifier les conférences, vérifier la programmation des contenus d’enseignement, etc. » et il ne peut alors compter sur le soutien de Paule Paillet, qui selon Christian, « quand elle était là, ne mouftait pas et restait au fond de la salle ». Il déclare avoir « pris tous les coups » et « souffert les pierres » durant ces deux années « vraiment spéciales ». Pourtant, il garde un souvenir ému du dernier jour de l’année, durant lequel Robert Crang, l’un des professeurs-sessionnaires de la section 10, lui a offert en cadeau un livre de chansons en lui tenant ces propos : « on t’a pris pour un con pendant deux ans, mais finalement on s’est trompé, tu ne l’es pas, alors voilà un petit cadeau de toute la section ».

  • 28 À cette époque, le Docteur Guy Azemar prône la centration de l’activité de l’élève sur son « aventu (...)
  • 29 Voir Pociello, Christian (Sous la dir.), « Psychophysiologie », Travaux et Recherches en EPS, n° 10 (...)
  • 30 Voir notamment Michon, Bernard, Pociello, Christian et Vigarello, Georges, « Itinéraire d’un concep (...)

10En 1975, Christian devient co-directeur de la section 7 de l’ENSEPS, « Psychophysiologie du comportement moteur en EPS », avec le Docteur Guy Azemar28. Cette collaboration se passe sous les meilleurs augures puisque non seulement la section 7 marche « du feu de Dieu et rencontre de nombreux succès » et la relation qui lie Christian à Guy Azemar est « très amicale, formidable ». Cette collaboration est également studieuse, fructueuse, puisqu’elle donne lieu, en 1976, à la publication d’un numéro spécial, mené sous la direction de Christian, dans la revue Travaux et Recherches en EPS29. C’est une époque « d’effervescence et de reconnaissance » concernant ses activités de recherche. D’une part, il mobilise ses réseaux et s’inscrit dans des projets collectifs qui donnent lieu à publications. On peut citer l’exemple du numéro spécial consacré à l’éducation physique par la revue Esprit, dans lequel Guy Azemar, Michel Bernard, Daniel Denis, Paul Irlinger, Paule Paillet, Pierre Parlebas, Jacques Thibault, Georges Vigarello ont, entre autres, contribué30. D’autre part, il commence à être sollicité pour son expertise développée dans ses travaux de thèse. Il est ainsi invité à contribuer au séminaire organisé par Georges Canguilhem à l’IHST ; de février à mars 1976, il donnera ainsi quelques conférences sur « Étienne Jules Marey, un nouveau type de savant ».

  • 31 Le 29 octobre 1975, la « Loi Mazeaud » crée l’institut National du Sport et de l’Éducation Physique (...)

11En 1976, il se souvient avoir assisté à « un tournant décisif dans l’organisation des études ». Lassés de n’être que « les chiens de garde de l’administration » assignés au « contrôle des présences et à l’invitation d’universitaires-extérieurs » dans une section bien précise, Alain Hébrard, Georges Vigarello, Jean Vivès et lui-même émettent l’idée de « se saisir du rôle d’enseignant-chercheur ». Ainsi, lors d’un « Conseil des professeurs », ils préconisent la constitution de « Groupes de Recherches » au sein du « Département des études ». La proposition fut acceptée par l’administration de l’institut National du Sport et de l’Éducation Physique31 (INSEP) et très vite, l’organisation des enseignements mise en place. Christian se félicite à plusieurs reprises de cette initiative qui, selon lui, a autorisé pour la première fois « des praticiens, des gens du terrain, des agents professionnels » à s’engager dans « une théorisation sociologique de leur pratique ». Car l’enjeu est de taille. Il s’agit de « former des collègues », d’« enseigner à des pairs ». Et la volonté de produire, de « renouveler » des contenus d’enseignement « dignes » passe nécessairement par « un effort perpétuel de recherche ». Durant leurs cours du « Tronc commun », les professeurs-sessionnaires prenaient donc connaissance des « conditions académiques et méthodologiques de la production des mémoires et des thèses ». Puis, ces trois mois passés, ils étaient invités à se répartir selon quatre thèmes :

  • Les théories de la pratique sous la responsabilité de Georges Vigarello

  • Les pédagogies de la pratique sous la responsabilité d’Alain Hébrard, Jean Vivès

  • Les conditions institutionnelles de la pratique sous la responsabilité de Bohrane Erraïs, Pierre Leblanc et Michèle Métoudi

    • 32 Christian déclare avoir « eu l’idée » de l’intitulé de ce quatrième thème à partir d’informations o (...)

    Les déterminants socioculturels des pratiques sportives32 sous la responsabilité de Christian Pociello

La rencontre « providentielle » avec Pierre Bourdieu

  • 33 « Haine » déjà stimulée, en 1958-1959, par sa rencontre avec Pierre Seurin. Il souligne comment « l (...)

12Amené à couvrir les enseignements et à animer la recherche dans cette « nouvelle thématique », Christian répond à un appel d’offres de la Direction Générale de la Recherche Scientifique et Technique (DGRST), le « premier appel d’offres sur le sport en France », d’un montant « incroyable » de « 400 millions d’anciens francs ». Son projet de recherche tente de répondre aux difficultés d’« un sport pour tous » en identifiant « les facteurs d’ordre socio-culturels pouvant jouer dans le choix de pratiques sportives » ; il s’intitule « Pratiques sportives et demandes sociales, étude comparée de trois types de pratiques antinomiques et de leurs publics ». Loin de faire l’unanimité auprès de la commission de sélection des dossiers, composée essentiellement « d’ingénieurs, de physiologistes et de médecins du sport » et présidé par « le professeur Michel Rieu, un médecin spécialiste de l’exploration fonctionnelle à l’Hôpital Cochin où il a trois pauvres bicyclettes ergométriques... Bref, pas un génie de la médecine, pas un nobélisable quoi », son projet est rejeté. Christian « se ramasse une culotte absolument terrible », il digère très mal le « “c’est très bien, on vous écrira” du Docteur Rieu... resté sans suite » et cet épisode semble être à la base « d’une de ses haines les plus tenaces pour la médecine et les médecins33 ». « Indigné », « désespéré », Christian va bénéficier d’un concours de circonstances assez surprenant, concours de circonstances qui va l’amener à défendre, de nouveau, son projet de recherche.

  • 34 Il faut dire qu’à l’époque, dans le registre des sciences sociales appliquées aux pratiques sportiv (...)
  • 35 « Fils de postier » comme Christian et « béarnais d’origine », « la différence (entre les deux homm (...)
  • 36 Michael Pollak, sociologue et historien (1948-1992), a rédigé une thèse sous la direction de Pierre (...)
  • 37 Il s’agit de la « la branche recherche » du Commissariat Général du Plan. Comme le soulignera Chris (...)

13En 1978, l’Association Internationale de l’Histoire de l’Éducation Physique et du Sport (HISPA) décide de confier à la France, à l’INSEP plus précisément, l’organisation de leur 7e Congrès « Culture corporelle et sociétés ». Lors de la constitution du comité d’organisation, Christian propose d’inviter un grand universitaire français pour réaliser la leçon inaugurale. S’il pense que certains historiens comme « Maurice Agulhon, Jacques Le Goff, Emmanuel Le Roy Ladurie » seraient les mieux indiqués pour réaliser la conférence inaugurale, il doute de leur adhésion au projet, pensant que « pour ces gens-là, le sport, c’est caca-boudin ». Ayant « vaguement le souvenir de Pierre Bourdieu », Christian cite son nom34. Les membres du comité d’organisation le « prennent au mot et lui disent, “vas le voir, invite-le !” ». Mis au défi par le comité d’organisation, Christian doit à présent « concrétiser sa suggestion audacieuse ». Et comme ce fut le cas quelques années auparavant avec Georges Canguilhem, il envoie une lettre d’invitation à Pierre Bourdieu et il est rapidement convoqué à un entretien. Il se souvient être monté au « 4e étage, Boulevard Raspail », avoir passé « le premier filtre que constituait Monique de Saint-Martin », puis « le deuxième filtre du secrétariat », pour enfin « pénétrer dans le Saint des saints, le bureau de Bourdieu ». Il se revoit parfaitement, « dans ses petits souliers vernis », passer pour « un zigoto, un guignolo qui parle avec l’accent du terroir35 ». Pierre Bourdieu lui aurait posé deux questions : « Qu’est-ce que l’INSEP ? Et qu’est-ce que vous y faites ? ». Si la première question ne pose pas de problème à Christian, qui sait pouvoir s’appuyer sur l’expérience de Pierre Bourdieu, pour la seconde question, Christian sèche... Il se revoit alors plonger la main dans son cartable pour saisir un exemplaire du projet de recherches « Pratiques sportives et demandes sociales, étude comparée de trois types de pratiques antinomiques et de leurs publics ». Alors que Christian lui raconte « son insuccès et ses déboires avec la DGRST », Pierre Bourdieu « grimpe aux rideaux », Christian le voit « extrêmement surpris, intéressé, passionné par le sujet et révulsé » par la fin de non-recevoir dont Christian a fait l’objet. Il aurait alors prononcé ces mots : « Quoi ! Ils n’ont pas accepté ça à la DGRST ? Moi, je vais vous aider et... d’accord pour la conférence inaugurale ». « Deux ou trois jours après » la rencontre, Christian reçoit un appel de Michael Pollak36, directeur scientifique du Comité d’Organisation des Recherches pour le Développement Économique et Social (CORDES)37, qui se déclare « énormément intéressé par ce projet » et prêt à financer la réalisation des recherches « à hauteur de 200 000 francs ». Si le financement a été réduit à 180 000 francs par la suite, pour Christian, c’est « le record absolu ».

Quand de grands sociologues « infiltrent » l’INSEP

  • 38 Christian annonce à plusieurs reprises qu’il devait « ménager ses arrières », « tout contractuel qu (...)
  • 39 Pour Christian, voir Pierre Bourdieu réaliser une conférence inaugurale à l’INSEP, dirigé alors par (...)

14Pierre Bourdieu réalise donc la conférence inaugurale du Congrès de l’HISPA devant une assemblée « archicomble ». Christian se souvient de sa phrase introductive « Soyez sport ! Soyez sport avec moi car je ne suis pas de votre cénacle ! ». Il raconte comment il avait accepté d’aider Pierre Bourdieu durant sa leçon en se plaçant au premier rang. Les deux hommes avaient convenus d’une « organisation télé-physionomique de main de maître » car l’auditoire était très hétérogène. D’un côté, un « premier cercle international d’historiens du sport », de l’autre, « les administrateurs de l’INSEP, avec lesquels tout n’est pas bon à dire38 ». Lorsque Christian faisait « la grimace », Pierre Bourdieu devait écourter le sujet pour ne pas mettre mal à l’aise certains représentants de l’institution présents dans la salle, lorsqu’il lui adressait « un sourire épanoui », Pierre Bourdieu pouvait « y aller allègrement ». La conférence est un succès, le conférencier est plébiscité. Pour Christian, rétrospectivement, cette « mise en scène complice », « obligatoire », est un parfait révélateur des « précautions qu’il fallait alors prendre pour produire un discours théorique dans un milieu social peu enclin à le recevoir39 ». Intrigué par « cet étrange groupe social, ces pébours, d’anciens profs de gym qui font des études supérieures », Pierre Bourdieu revient par la suite donner une série de conférences à l’INSEP, dans le « Groupe de Recherches » placé sous la responsabilité de Christian. Il envoie également nombre de ses étudiants « infiltrer l’INSEP » : parmi eux, Luc Boltanski intervient à plusieurs reprises, Claude Grignon également. Les interventions « gracieuses » de « ces chercheurs éminents » ne sont pas sans effet sur « les étudiants ainsi privilégiés ». Elles suscitent pourtant une certaine « méfiance de l’institution » que Christian et certains collègues détourneront en brandissant plus d’une fois « l’alibi du Congrès de l’HISPA ».

15Lors d’une rencontre entre Pierre Bourdieu et Christian, le premier s’était étonné du « sens pratique » qu’avait le second, de « cette capacité à identifier un positionnement à partir d’aspects morphologiques, corporels ». De fait, Pierre Bourdieu envoie Alain Desrosières et Laurent Thévenot dans le « Groupe de Recherches » avec une mission toute particulière. Alors qu’ils réfléchissent à la manière d’évaluer et former les enquêteurs de l’INSEE quant à ce « sens pratique », ils viennent « se frotter aux professeurs-sessionnaires de l’INSEP » car ils supposent que « ces praticiens ont un sens pratique développé sur les usages sociaux du corps et du sport ». Christian se souvient d’ailleurs d’« une idée assez géniale », un exercice très particulier auquel ils avaient soumis les professeurs-sessionnaires de l’INSEP. Il s’agissait de leur montrer des questionnaires remplis mais dont « on avait biffé les réponses faites au diplôme et à la profession ». Les professeurs-sessionnaires devaient tenter d’identifier ces deux données à partir des styles de vie décrits dans la suite des questionnaires : « qu’est-ce que l’enquêté a comme voiture, qu’est-ce qu’il lit, qu’est-ce qu’il mange, etc. ». Les résultats avaient été saisissants, certains professeurs-sessionnaires avaient « un sens pratique plus ou moins développé » et Christian ne peut s’empêcher de souligner, avec amusement, que « les femmes étaient incollables à ce jeu, sans doute déjà aiguisées par leur recherche, leur repérage du bon partenaire ».

  • 40 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.
  • 41 Voir la problématique développée par Pierre Bourdieu et Monique de Saint-Martin (1976) dans l’« Ana (...)

16Si selon Christian, Pierre Bourdieu vient assurer « une formation permanente, sociologique, accélérée » aux professeurs-sessionnaires, il profite également de ses venues à l’INSEP pour « tâter le terrain ». Comme « l’ethnologue choisit dans une tribu celui qui va lui livrer les mythes et les pratiques à livre ouvert », Pierre Bourdieu prend Christian pour « un informateur indigène ». Car depuis 1977, Pierre Bourdieu est dans la rédaction de « son ouvrage grandiose40 » et il « escomptait sans doute que le Contrat CORDES (1978-1982) allait lui livrer quelques éléments sur le sport ». Entouré de « ses chevaliers du premier cercle », Pierre Bourdieu sait « pouvoir compter sur Luc Boltanski, Claude Grignon et Monique de Saint Martin » pour affiner la théorie de l’espace des positions sociales. Partant, « les usages sociaux du corps et de l’automobile, les consommations médicales et habitudes alimentaires, la fréquentation des musées et les goûts cinématographiques » sont « assurés et déjà mis en lien de façon logique ». Quant à Pierre Bourdieu, « mélomane averti », il s’est concentré « sur les pratiques et les goûts musicaux ». En revanche, « il lui manque le sport, qu’il méprise d’ailleurs, lui, fils de facteur mais brillant élève, intellectuel, qu’on a obligé à faire du rugby dans le Sud-Ouest... il détestait ça, cette pression culturelle qui s’exerce sur les gamins ». Pierre Bourdieu doit donc « s’imaginer que le registre sportif occupe la partie la plus basse de l’espace social ». Mais tout en méprisant le sport, il « se rend bien compte que ça complète à merveille son espace des styles de vie ». Christian se souvient parfaitement comment, au cours d’un diner, Pierre Bourdieu affirme, à force de « gribouillages » sur la nappe en papier du restaurant « Aux spécialités du Sud-Ouest », « Pociello... Il va falloir que vous construisiez l’espace des sports en rapport à l’espace des positions sociales ». Si quelques activités physiques et sportives sont déjà « bien en place » dans l’espace des styles de vie tel que Pierre Bourdieu l’a esquissé en 1976 (Automobile-Club, golf, équitation, marche, camping, etc.), il souhaite alors « couvrir plus finement » l’ensemble des pratiques sportives. Christian est fier d’être « le pygmée » choisi par Pierre Bourdieu, celui prêt à fournir « à mythes ouverts ce que les tableaux statistiques de l’INSEE n’ont pu livrer ». Mais il se méfie également, conscient d’avoir « fait entrer le loup dans la bergerie ». Il a en effet lu, en 1976, le numéro spécial de la revue Actes41 et, partant, connaît « le programme de Pierre Bourdieu ». Il ne souhaite donc pas demeurer l’« informateur indigène », hâtivement, il devient « l’informateur qui s’informe auprès du maître ». Il va engager son « Groupe de Recherches » dans « une course contre la montre ». Rapidement, il « recrute les meilleures compétences pour répondre dignement à ce prestigieux travail de recherches ». Il s’agissait alors de « produire, produire, produire avant de se faire rafler la mise ».

Le « mirifique » contrat CORDES

  • 42 En 1974, la Fédération Française de Vol Libre est créée. Dès 1978, Christian commence la pratique e (...)
  • 43 On peut lire, en conclusion du compte-rendu de fin d’études du Contrat CORDES (1978-1982), que Jacq (...)

17Une fois le financement du Contrat CORDES (1978- 1982) assuré, Christian décide d’ajouter une pratique à sa liste des « pratiques sportives antinomiques ». Alors pratiquant de vol libre42, il « a l’intuition que les réflexes, les sports de nature avec le risque, l’aventure, entrent de plein droit dans les dispositions, les usages du corps sportif ». Plus globalement, les nouvelles pratiques « venues de Californie », particulièrement « innovantes » et qui « réussissent l’articulation jusque-là inconcevable entre dimensions écologiques et technologiques », l’interpellent. Pour mener à bien l’étude comparée de quatre types de pratiques « faisant appel à des dispositions culturelles comme la force, les réflexes, la grâce ou l’énergie » et de leurs publics, Christian va s’entourer de « personnes-clés »43. Il « se précipite » immédiatement vers Jacques Defrance, Catherine Louveau et Jacqueline Blouin-Lebaron. Le premier, étudiant de Pierre Bourdieu et élève de Boltanski, pour « sa formation complète en sociologie et sa sensibilité aux disciplines athlétiques », la seconde parce qu’elle est « rompue aux techniques d’enquête par questionnaire » et la troisième « chevronnée dans les registres du corps expressif ».

  • 44 Clément, J.-P. (1980). Étude comparative de trois Arts Martiaux : lutte, judo, aïkido. Mémoire pour (...)
  • 45 Dechavanne, N. (1980). Approche socio-culturelle du phénomène « Gymnastique Volontaire » (modèles m (...)
  • 46 Falt, P. (1980). Les déterminants socio-culturels de la pratique de la navigation de croisière à vo (...)
  • 47 Blouin-Lebaron, J. (1981). L’expression corporelle ; analyse socioculturelle de l’activité et de se (...)
  • 48 Lapierre, A. (1981). Sports de pleine-nature et pratiques sociales ; analyse socio-culturelle du ca (...)
  • 49 Michon, B. (1982). Origines sociales des étudiants en Éducation Physique : représentations du métie (...)
  • 50 Rocher, M. (1981). Contribution à l’étude de la prise de risque dans les sports de plein-air : l’ex (...)

18Il va également mobiliser les professeurs-sessionnaires de son « Groupe de Recherches », « touchés par la Grâce » lors de la venue de « Bourdieu Le Père » et dont il assure la direction des mémoires. Il se souvient comment, en cours, il impulse « avec l’enthousiasme que l’on imagine » la construction de l’« Espace des sports » auprès de ses étudiants. Parmi eux, on peut citer Jean-Paul Clément44, Nicole Dechavanne45, Pierre Fait46, Jacqueline Blouin-Lebaron47, André Lapierre48, Bernard Michon49 et Marc Rocher50. La plupart sont donc déjà bien engagés sur « l’exploitation du concept central » de Pierre Bourdieu, les « usages sociaux ».

  • 51 Pour Christian, la « démocratisation de la voile est à la pensée fondatrice de toute l’histoire » d (...)
  • 52 Pour plus d’informations, se référer à Falt, Pierre, « Les usages sociaux de la croisière », in Chr (...)

19Et avant même que ne soit esquissé « le paradigme », un des professeurs-sessionnaires inscrit dans le « Groupe de Recherches » de Christian, Pierre Falt, avait « renâclé visiblement à la théorie dans ses commencements, en disant non, non, il n’y a pas d’usages sociaux de la croisière ». Pierre Fait, décrit par Christian comme étant « un pratiquant de l’École des Glénans, le pratiquant pur des purs, dans la dénégation de tout conditionnement social51 », s’engage alors dans « une tentative de réfutation », « les déterminations sociales dans les choix de pratiques lui paraissant beaucoup trop lourdes ». Pour parvenir à l’invalidation de la théorie, du moins en ce qui concerne les activités de la croisière, « cet amical détracteur » se fait fort d’obtenir « les tableaux d’immatriculation de la Marine marchande » – qui indiquent pour « tous les bateaux possédés en France, le nature du bateau, son tonnage, son mode de propulsion, ses ports d’attache, le nom et la profession de son propriétaire » – et d’en réaliser une exploitation secondaire. Et par « un travail de terrain remarquable » appuyé sur « des statistiques nationales aussi puissantes qu’indiscutables », Pierre Falt montre finalement que « l’espace social de la croisière obéit aux grandes anticipations de ladite théorie ». L’examen approfondi du corpus montre que « le tonnage du bateau croit régulièrement selon l’importance du volume du capital détenu par son propriétaire... mieux encore ! Que la motorisation de l’embarcation ou au contraire l’écologisation de l’activité bateau à voile opposent respectivement les fractions sociales les plus nanties en capital économique aux fractions les plus nanties en capital culturel ». Pour Christian, le « sens ethnographique, le sens pratique aiguisé » de Pierre Falt lui a permis de saisir plus finement les « contrastes dans les styles de vie croisiéristes, avec d’un côté, la marina méditerranéenne contre l’Océan, le whisky contre le rhum flibustier, etc.52 ». Cette « première tentative de réfutation », en apportant à l’inverse « un soutien inattendu à la construction théorique » donne « pleine satisfaction à l’équipe qui l’avait formulée ».

  • 53 En prenant la direction du laboratoire, Christian associe à l’intitulé « Histoire des sports » la « (...)
  • 54 Pratiques sportives et demandes sociales. Étude comparée de quatre types de pratique antinomiques e (...)

20En 1980, suite au départ de Georges Vigarello pour l’Université de Paris 8, Christian « migre à la Mission Recherche » de l’INSEP et devient Directeur de l’« Unité Histoire et Prospectives des Sports53 ». Christian se souvient de cette période « heureuse », durant laquelle l’ensemble des études menées viennent « nuancer, compléter, renforcer » la théorie, une époque « d’effervescence intellectuelle », d’« émulation collective », une époque d’« intenses productions ». Il faut dire que Christian mène de front plusieurs projets. Des publications d’abord, qui émergent du « Contrat CORDES (1978-1982)54 », « affichent sa collaboration » avec les collègues et son « affiliation » à Pierre Bourdieu :

Pociello, Christian, « Pratiques sportives, pratiques sociales », Informations sociales, n° 5, numéro spécial « Discours sur le corps », 1977 ; Pociello, Christian, « Pratiques sportives et pratiques sociales. Essai sur les déterminants socio-culturels et socio-politiques de l’émergence des sports modernes », Actes du Congrès International de l’HISPA, INSEP, 1978 ; Louveau, Catherine et Pociello, Christian, « Le pluriel a son importance ou Sociologies des pratiques sportives », Travaux et Recherches en EPS, n° 4, numéro spécial « Science(s) et Sport », 1979, p. 15-24 ; Pociello, Christian, « Pratiques sportives et demandes sociales », Travaux et Recherches en EPS, n° 5, numéro spécial « Sociologie du sport », 1979, p. 31- 48 ; Pociello, Christian, « Éléments pour la constitution d’une histoire sociale des pratiques sportives », Travaux et Recherches en EPS, n° 6, numéro spécial « Histoire », 1980, p. 68-83 ; Pociello, Christian, « Étude comparée de quatre types de pratiques (sportives) antinomiques et de leurs publics (rugby, athlétisme, expression corporelle et vol libre) », Actes du Colloque Sport et Société, Saint-Etienne, 1981, p. 261- 282 ; Pociello, Christian, « Sport et société », Problèmes politiques et sociaux, n° 407 ; 1981 ; Pociello, Christian, (Sous la dir. de). « Le sport dans la société française », Problèmes Politiques et sociaux, n° 513, 1985 ; Pociello, Christian, « Sports pour le plus grand nombre. Une approche théorique et pratique de l’organisation systémique des sports », Actes du Colloque de Bombannes, 1982 ; Pociello, Christian, « Le corps contre le sport ? », Esprit, n° 2, numéro spécial « Le corps... entre illusions et savoirs », 1982, p. 7-33.

  • 55 Le Colloque de Bombannes (1979), le Colloque « Sport et Société » à Saint-Etienne (du 21 au 23 mai  (...)
  • 56 En janvier 1979, Christian est sollicité par Bernard Ramanantsoa (mari de Marie-Martine Ramanantsoa (...)

21Des communications ensuite55. Des interventions enfin56.

« Sports et société »

  • 57 Publié sous cette référence : Christian Pociello (Sous la dir.), Sports et Société. Approche socio- (...)

22Pour Christian, Raymond Thomas contrôle une collection aux Presses Universitaires de France et monopolise tous les « Que sais-je ? » sur le sport. Ayant eu connaissance de l’avancée de ses travaux, menés « sous l’œil attentif » de Pierre Bourdieu, il lui propose à la fin de l’année 1979 de publier un ouvrage « dans sa collection, chez Vigot ». Il lui soumet même un titre « Sport et société ». Christian accepte. Il ajoute un « s », pour souligner « l’importance du pluriel » et ajoute un sous-titre « Approche socio-culturelle des pratiques » pour intégrer les travaux de « la majorité des étudiants de son Groupe de Recherches ». L’écriture de l’ouvrage57 se fait donc « à plusieurs mains », « dans l’urgence » et pourtant, avec un « réel souci du détail ».

  • 58 On peut citer notamment Wladimir Andreff, « grand économiste reconnu pour l’histoire économique de (...)
  • 59 En 1979, le « Colloque de Bombannes » rassemble des géographes, sociologues et urbanistes pour vise (...)

23À plusieurs mains d’abord. Dès le début du projet, Christian a la volonté de réaliser « le bouquin qu ’il aurait aimé avoir dans les mains lorsqu’il était lui-même en formation », c’est-à-dire « une Somme », « un Traité », un ouvrage « pluri-disciplinaire » dans lequel l’historien, le sociologue, l’économiste58, le géographe et l’urbaniste59 entre autres, pourraient « cerner le problème en l’attaquant de toute part ». Bref, réaliser un ouvrage qui satisfasse son « goût encyclopédique » qui ne l’a jamais quitté depuis l’ENI de Bordeaux. Il mobilise donc son réseau, fait d’universitaires rencontrés au colloque de Bombannes, partenaires dont « les premiers essais pour prendre le sport pour objet de recherches dans leurs propres universités se sont produits sous les sarcasmes de leurs pairs ». Christian tient en effet à rappeler « en quel crédit on tenait alors le sport dans les milieux intellectuels et universitaires de notre Pays » à cette époque. Il met également à contribution certains étudiants dont il a encadré le mémoire de recherches à l’INSEP. Parmi eux, on retrouve Jean-Paul Clément, Nicole Dechavanne, Pierre Falt et Jacqueline Blouin-Lebaron.

24Dans l’urgence ensuite. L’écriture de l’ouvrage s’effectue en effet en moins d’une année « alors même que le Contrat CORDES (1978-1982) est en cours ». Et lorsque l’on interroge Christian sur « cette vitesse, cette rapidité dans les décisions, cette précipitation même », la réponse est sans appel. Pour Christian, « il y a alerte rouge » car il craint « de voir Pierre Bourdieu s’approprier tous les profits symboliques de ce savoir, nouveau et collectif, dont il est le principal et premier destinataire ». Pour « accélérer la livraison », il réécrira d’ailleurs nombre des contributions de ses étudiants de l’INSEP, déjà mobilisés par leurs mémoires pour l’obtention du Diplôme de l’INSEP.

25Avec un réel souci du détail enfin. Car pour Christian, « le goût du travail artisanal » développé dans l’enfance au côté de son grand-oncle Alban Bidon est « un habitus qui s’est retraduit dans son travail d’écriture ». Il raconte comment, alors qu’il devait écrire la page 40 de son ouvrage, il préférait relire les 39 pages précédentes pour « essayer de voir s’il y avait de la musique », « trouver un verbe, un adverbe plus approprié, plus lourd de sens », avec la volonté permanente de « produire le meilleur texte ». Ses problèmes de dyslexie ne lui permettant pas de « lire plus de deux pages d’affilée », on imagine les difficultés que Christian a pu rencontrer pour tenter de procurer au lecteur un plaisir que lui-même n’a jamais éprouvé.

  • 60 Il publiera quant à lui, dans cet ouvrage collectif : « Nouvelles approches » (p. 9-29) ; « Quelque (...)

26« Le Vigot » comme Christian l’appelle presque affectueusement est un succès. Il a constitué « la base de son fonds de commerce intellectuel » pendant de nombreuses années. Et sa réimpression, « à quatre ou cinq reprises », son tirage à « 12 000, 15 000 exemplaires » est une source de fierté pour son directeur60.

Un retour au rugby du Pays Natal...

  • 61 Sociologue, Anne-Marie Métailié travaille à la Maison des Sciences de l’Homme où elle s’occupe de d (...)
  • 62 Il raconte comment à l’époque, dépourvu d’ordinateur, il avait littéralement « coupé-collé » (avec (...)
  • 63 Voir Christian Pociello, Le rugby ou la guerre des styles, Paris, Métailié, 1983.

27Anne-Marie Métailié61, ayant entendu parler de l’étude sur le rugby rédigée par Christian dans le compte-rendu de fin d’études du Contrat CORDES (1978-1982), le contacte et lui propose de « réaliser un ouvrage sur le rugby ». Christian se souvient de sa capacité à mobiliser des réseaux et à communiquer, il pense qu’elle avait « mobilisé les cabinets ministériels et les organes dépendants de la Fédération Française de Rugby en leur indiquant la sortie prochaine d’un ouvrage sur cette pratique sportive ». Christian répond laborieusement62 à la commande et en 1983, l’ouvrage63 est tiré à 3000 exemplaires. Pour Christian, c’est « un échec cuisant » qu’il doit, selon lui, à deux personnes. Alain Giraudeau, « spécialiste et chargé de la rubrique rugby dans Le Monde », publie peu après la sortie de l’ouvrage un édito dont Christian croit se souvenir par cœur « parmi les couillonnades qui n’ont jamais été écrites sur le rugby depuis que ce sport du Sud est devenu un sport national, la plus énorme et la dernière en date, c’est l’analyse freudo-marxiste de l’ovale ». Si Christian reconnaît que ni l’auteur, le titre de l’ouvrage ni la maison d’édition ne sont cités, il ressent encore aujourd’hui beaucoup d’acrimonie envers ce « trou du cul qui a assassiné son bouquin en quelques mots seulement ». L’ouvrage reçoit également un accueil défavorable par le « responsable de la communication » de la Fédération Française de Rugby, Michel Mouillot, « devenu si tristement célèbre », ce qui n’a guère permis sa diffusion au sein de l’institution. Aucun ouvrage n’est acheté par la Fédération. L’ouvrage ne tarde pas « à passer au pilon », et pourtant, Christian reste fier de sa production.

  • 64 Christian relie, à présent, ces critiques à la trajectoire de Pierre Bourdieu, béarnais d’origine, (...)

28Pour lui, « ça vaut ce que ça vaut », « une analyse historique, géographique et sociologique du rugby », qui au regard des productions en sociologie des pratiques sportives au début des années 80, n’est « pas indigne ». Il a d’abord envoyé un ouvrage à Pierre Bourdieu, dédicacé, dans lequel il indiquait « je vous dois tout, y compris toutes les lignes qui sont écrites là, je les ai écrites en pensant à vous ». Ce dernier lui dira à l’occasion d’une rencontre ultérieure, « vous auriez dû souligner cette fonction que joue ce sport dans lequel un incompétent, un couillon de la campagne, peut vous imposer des chutes d’une dureté absolument extraordinaire64, voilà, vous n’avez pas suffisamment insisté sur le rugby, comme école, par excellence, de l’arbitraire de l’autorité ». Il a ensuite conservé précieusement une lettre du Président de la République de l’époque, François Mitterrand, rédigée « avec son stylo Dupont » et dans laquelle, il le remercie de son envoi.

  • 65 On peut citer Pociello, Christian, « Le rugby ou la guerre des styles », Esprit, n° 2, numéro spéci (...)
  • 66 Voir Pociello, Christian, « Le rugby ou la guerre des styles », in La vie au quotidien, Encyclopedi (...)

29Mais surtout, en parallèle, il produit intensément sur la question65. Cette activité va avoir une conséquence à la fois inattendue et heureuse pour Christian. En 1985, il est contacté par le directeur éditorial d’Universalia et sollicité pour proposer une contribution sur le rugby dans le supplément annuel de l’Encyclopedia Universalis. Il se rappelle avec fierté « l’émotion, le frisson de plaisir » ressenti à l’appel du directeur, qui, après lecture du chapitre, lui aurait dit « j’ai bien reçu votre texte, le rugby a trouvé son Barthes ». S’il reconnaît que « c’était sans doute exagéré », il revit avec plaisir, par le récit, « cette heure de gloire ». Car rappelons-le, bercé par la lecture de l’Encyclopedia Universalis dans sa jeunesse, notamment à l’École Normale d’instituteurs, parvenir à « publier dedans66, c’est le summum ».

Pierre Bourdieu, un « tremplin ambigu » pour sa carrière

  • 67 Schéma que l’on peut retrouver dans l’ouvrage de Pierre Bourdieu, 1979, op. cit.

30Avec le recul, Christian se reconnaît « un penchant un rien paranoïde ». Car en 1979, à la lecture de « La Distinction », il constate « fort heureusement que la partie consacrée aux pratiques sportives est plus que réduite et ne correspond point à leurs préoccupations centrales ». En guise de remerciement, Pierre Bourdieu, peu après la sortie de son ouvrage, lui donnera « en main propre » un exemplaire de « la machine à réfléchir67 ». Alors que pour Pierre Bourdieu, « le sport, c’est un petit moment de son histoire », pour Christian, « c’est une collaboration qu’il a vécue pleinement ». Encore aujourd’hui, il « savoure la richesse théorique et conceptuelle de Pierre Bourdieu » et mesure sa chance d’avoir pu « se former auprès d’un tel Maître ». Il a pleinement conscience de « l’énorme dette » dit-il, qu’il doit à celui qui fut « le censeur de Sports et société », mais surtout, « à la base de nombreuses inspirations scientifiques en STAPS ». En revanche, les critiques qu’il lui a adressées par la suite sont encore marquées dans son esprit.

  • 68 Voir notamment Bourdieu, Pierre, « Comment peut-on être sportif ? », in Questions de sociologie, Pa (...)

31D’abord, invité à retranscrire « in extenso » la conférence inaugurale de Pierre Bourdieu au Congrès de l’HISPA, il a la surprise de retrouver son texte, « quelques années plus tard », remanié et publié68, « complètement tourné à son détriment ». Ensuite, alors même qu’il est « dénoncé par les praticiens comme étant un intello-illégitime qui se saisit du sport comme d’une opportunité, sans réelle expérience pratico-technique », il doit accepter d’être considéré par Pierre Bourdieu comme « un officiant aveuglé par ses croyances et sa trop grande implication dans le milieu ». Enfin, inutile de rappeler ici comme il a moyennement apprécié l’apostrophe que Pierre Bourdieu a fait à des pairs, « à son encontre et en son absence », « Pociello... oui c’est un bon entraîneur, il a fait un usage fétichiste de l’espace des sports ».

  • 69 Christian mentionne à plusieurs reprises, et preuve à l’appui, comment Georges Canguilhem a jugé « (...)

32Finalement, tout en se reconnaissant deux « Maîtres », Christian souligne la différence très nette de relation entre celle établie avec Georges Canguilhem, affectueux et désintéressé69 et celle établie avec Pierre Bourdieu, tel « un “Saturne” qui dévore ses enfants après les avoir nourris ».

33Ces années consacrées à la « théorisation sociologique des pratiques sportives » ne visaient pas seulement « à calquer une théorie de l’habitus au monde sportif ». Pour Christian, il s’agissait de mettre au jour les mécanismes socio-culturels susceptibles d’influer sur « les conditions de production de comportements et de goûts sportifs ». Il s’agissait surtout de « redéfinir les frontières », de « constituer un corpus original », de « première main », le tout mené dans une posture « un peu militante, corporative, STAPS quoi ». Il reconnaît toutefois le profit dont il a bénéficié, « plus même qu ’il ne le croyait », étant « sollicité, félicité » parce que « Pociello, c’est un peu Bourdieu en sport ». Cette notoriété va déterminer un choix de carrière décisif.

Le vent en poupe...

  • 70 Voir Emplois et formations du secteur sportif. Compte-rendu de fin d’études d’une recherche financé (...)

34Christian fut de nouveau sollicité par les membres du CORDES, qui souhaitaient financer une seconde enquête sur le sport. Il raconte comment, fatigué, « sans courage », il avait préféré confier ce deuxième volet à son collègue du laboratoire voisin à l’INSEP, Bohrane Erraïs. Les deux hommes auraient réfléchi ensemble à un objet d’étude « suffisamment large, pertinent sociologiquement et ayant une portée sociale ». Au regard « des problèmes rencontrés à l’époque par les sportifs de haut niveau quant à leur reconversion » et aux « bouleversements liés à la professionnalisation de certains sports », ils seraient tombés d’accord sur l’emploi sportif. C’est Bohrane Erraïs, aidé de Pierre Leblanc, Catherine Louveau et Michèle Métoudi, qui ont porté ce projet à terme70.

  • 71 Rapport de faisabilité de l’enquête nationale sur les usages sportifs du temps libéré. Sous la resp (...)
  • 72 Titre dont il aime à dire qu’il « fleure bien son Bourdieu ».

35À la même époque, Christian est nommé expert au Conseil de l’Europe par Robert Trottin, au Ministère de la Jeunesse et des Sports. Il s’est juste « présenté aux réunions et a compté les points », mais a établi de « bons rapports » avec Robert Trottin. Au point que lorsque ce dernier décide de financer une enquête nationale sur les pratiques sportives des français et crée une commission, composée d’Antoine Hautmont et de Jean-Pierre Pagès (ami de Raymond Thomas), Christian sait « être à la bonne ». Robert Trottin et les deux experts sollicités désignent le laboratoire de l’INSEP, « les unités de Sociologie, d’Histoire et de Prospective réunies ». Et Christian a « l’immodestie de penser » qu’il n’est « pas pour rien » dans l’obtention du financement, que celle-ci repose en partie sur « le crédit Bourdieu-Pociello ». Si initialement, il est associé à l’étude de faisabilité de l’enquête71, « au point d’en trouver le titre, “Les usages sportifs du temps libéré72” », il ne participera pas à l’enquête, « à son grand regret ». Il en est « écarté », « jeté même ». Selon lui, certains collaborateurs n’auraient pas apprécié « le coup du Vigot » et lui auraient reproché que cela ne se soit passé « comme en Egypte, les pauvres cons font la pyramide et c’est le pharaon, Kheops, Khephren ou Mykérinos, qui rafle toute la gloire ». Avec le recul, il avoue avec humour avoir été fier d’« être assimilé à un pharaon », il reconnaît qu’à l’époque, il aurait certainement « raflé la mise symbolique » de cette autre étude. Christian venant de changer d’établissement, ses collaborateurs lui indiquent par ailleurs qu’il n’a « plus besoin de la participation à cette enquête pour sa carrière ».

Georges Canguilhem

Georges Canguilhem

Couverture de la Thèse de Christian pour le Doctorat de 3e cycle

Couverture de la Thèse de Christian pour le Doctorat de 3e cycle

Mission de Christian, inscrite par Pierre Bourdieu sur la nappe du restaurant « Aux spécialités du Sud-Ouest »

Mission de Christian, inscrite par Pierre Bourdieu sur la nappe du restaurant « Aux spécialités du Sud-Ouest »

Interview pour la Revue EPS Christian, attentif, devant Pierre Bourdieu

Interview pour la Revue EPS Christian, attentif, devant Pierre Bourdieu

Dernier vol réalisé par Christian au Puy-de-Dôme. Photo prise par son ami, Marie-Joseph Biache

Dernier vol réalisé par Christian au Puy-de-Dôme. Photo prise par son ami, Marie-Joseph Biache

Couverture du rapport CORDES (1978-1982)

Couverture du rapport CORDES (1978-1982)

L’espace des sports, tel qu’il apparaît dans « Sports et Société »

L’espace des sports, tel qu’il apparaît dans « Sports et Société »

Couverture de l’ouvrage « Sports et Société »

Couverture de l’ouvrage « Sports et Société »

Couverture de l’ouvrage « Le rugby ou la guerre des styles »

Couverture de l’ouvrage « Le rugby ou la guerre des styles »

Réponse de François Mitterrand au « cadeau » de Christian

Réponse de François Mitterrand au « cadeau » de Christian

Notes

1 Ancien directeur de l’ENSEP des jeunes gens à Paris, il s’est vu confier la responsabilité d’un établissement dit « Nouvelle ENSEPS » à Châtenay-Malabry. Il deviendra par la suite Doyen de l’Inspection générale pour l’Éducation Physique et Sportive.

2 Elle est décriée par les professeurs des anciennes ENSEP qui se sont trouvés « gravement exclus par la suppression de leurs établissements » respectifs et « recyclés pour les plus chanceux à l’institut National de la Recherche Pédagogique » (comme Robert Mérand et Jacqueline Marsenach, en 1981, par exemple). Selon Christian, « bien des hostilités et des clivages ultérieurs ont pu trouver leurs origines dans ces âpres conflits, Robert Mérand/Jean Vivès, Pierre Parlebas/Georges Vigarello, etc. ».

3 L’amitié qui unit Jacques Thibault et Robert Joyeux est ancienne, elle remonte à leurs années d’études à l’ENSEP des jeunes gens et à leurs années d’exercice à la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports (DDJS) à Bordeaux. Robert Joyeux a fait appel à Jacques Thibault, du fait de son nouveau titre de Docteur (1970), pour s’occuper de « la recherche historique dans un secteur jusque-là négligé ». Pour plus d’informations, voir Jacques Thibault, Itinéraire d’un professeur d’Éducation Physique. Un demi-siècle d’histoire et d’éducation physique en France, Nice, AFRAPS, 1992, p. 155.

4 Voir notamment Legrand, Fabienne et Ladegaillerie, Jean, L’éducation physique au XIXe et au XXe siècle. En France, Tome 1, Paris, Armand Colin, 1970 – Legrand, Fabienne et Ladegaillerie, Jean, L’Éducation physique au XIXe et au XXe siècle : les méthodes d’éducation physique. À l’étranger, Tome 2, Paris, Armand Colin, 1972.

5 La section 3 est alors composée de Gilbert Andrieu, Jean-Paul Barbazanges, Jean Berdot, Jeanne Dauviller, Bernard Dubreuil, Yves Joseleau, Robert Meunier, Simon (décédé durant l’année), Fréhel et Christian Pociello.

6 Christian fait souvent référence à un ouvrage « révolutionnaire » en la matière, voir Le Goff, Jacques et Nora, Pierre, Faire de l’Histoire, Paris, Gallimard, 1974.

7 Cet intérêt date de la lecture de Georges Demenÿ, Mécanisme et éducation des mouvements, Paris, Alcan, 1904, lecture conseillée par Robert Mérand à l’ENSEP, en 1959. Cette sensibilisation précoce, « confortée par quelques lectures supplémentaires », l’a amené à s’intéresser, une fois intégré à l’ENSEPS, à l’histoire de la physiologie.

8 Si auparavant, les directeurs de section jouaient un rôle essentiellement administratif (contrôle des présences, invitation des conférenciers, vérification de la mise en œuvre du programme et des horaires, etc.) et pouvaient parfois infléchir la définition des thèmes des sessions suivantes, les professeurs-sessionnaires sont peu à peu intervenus dans la définition de leur programme d’études et dans le choix des conférenciers. Ils pouvaient ainsi exprimer des attentes particulières et choisir des conférenciers dont la présentation était plus intimement liée à leurs sujets respectifs de mémoires.

9 Rétrospectivement, Christian a pris la mesure de ce qu’il doit à Georges Vigarello, son « cher ami », et l’en remercie vivement. En l’initiant à cette « Ecole de pensée », Georges Vigarello lui a donné le « goût pour l’épistémologie et l’histoire des sciences » dont, selon lui, « les STAPS devraient se ressaisir ».

10 Christian raconte comment cet « ancien élève de Normale Sup’ a souffert les pierres de voir un étudiant renverser, en Sorbonne, une poubelle sur la tête de Paul Ricœur ». Il aurait alors dit « je ne fais pas une minute de plus », posé sa démission et conservé uniquement la direction de l’IHST.

11 Selon Christian, Georges Canguilhem souhaitait sans doute voir « développées, approfondies ou rectifiées » les thèses soutenues par deux de ses anciens élèves-agrégés de philosophie, Jacques Ulmann et François Dagognet, sur des questions connexes. Voir notamment Jacques Ulmann, De la gymnastique aux sports modernes. Histoire des doctrines de l’éducation physique, Paris, Vrin, 1965 ; François Dagognet, Pour une théorie générale des formes, Paris, Vrin, 1975 et François Dagognet, Écriture et Iconographie, Paris, Vrin, 2002.

12 Christian pense que les origines carcassonnaises de Georges Canguilhem ont sans doute contribué à ce qu’il prenne Christian « en compassion d’abord, en affection ensuite ».

13 Pour plus d’informations à ce sujet, voir Pociello, Christian, « L’expérience critique ; regards rétrospectifs et prospectifs sur une carrière... », in Catherine Louveau et Yann Drouet (Coord. par), Sociologie du sport. Débats et critiques, Paris, L’Harmattan, 2006.

14 Voir notamment Barbazanges, J.-P. (1975). De l’hygiène de la respiration aux activités physiques au plein air en France au XIXe siècle. Thèse de Troisième Cycle en Sciences de L’Éducation, soutenue à l’Université de Paris VII, sous la direction de Georges Canguilhem.

15 Cette convention passée entre l’ENSEPS et l’Université de Paris VII, qui autorisait « une sorte de raccourci » dans le cursus scolaire, fut largement critiquée. Elle pouvait paraître injuste au regard « des rares collègues déjà engagés dans un cursus complet », comme Pierre Arnaud en histoire ou encore Jacques Defrance et Jean Camy en sociologie.

16 Voir Pociello, C. (1972). Tentative de rationalisation scientifique de l’Éducation Physique : Marey et Demenÿ. Mémoire de l’ENSEPS, Châtenay-Malabry.

17 Voir Pociello, C. (1974). Physiologie et Éducation Physique au XIXe siècle : Jules Etienne Marey et Georges Demenÿ. Thèse pour le Doctorat de troisième cycle en Sciences de l’éducation/ Éducation physique, soutenue à l’Université de Paris VII, sous la direction de Georges Canguilhem.

18 Voir sa Thèse d’État, menée sous la direction de Georges Canguilhem et Daniel Lagache et publiée sous cette référence : Michel Foucault, Folie et Déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Plon, 1961.

19 Voir son mémoire de Maitrise, mené sous la direction de Georges Canguilhem et publié sous cette référence : Dominique Lecourt, L’épistémologie historique de Gaston Bachelard, Avant-Propos de Georges Canguilhem, Paris, Vrin, 1969. Voir également sa Thèse d’État, menée sous la direction de François Dagognet et publiée sous cette référence : Dominique Lecourt, L’Ordre et les Jeux, Paris, Grasset, 1981.

20 Voir sa Thèse d’État, menée sous la direction de Raymond Aron et Georges Canguilhem et publiée sous cette référence : Jean-Jacques Salomon, Science et politique, Paris, Seuil, 1970.

21 Pour laquelle Georges Canguilhem avait émis de fortes réserves, sans que Christian n’en ait saisi les raisons.

22 Pour la composition de son jury, Christian avait l’obligation de « placer un professeur de l’Université de Paris 7 ». Il avait choisi Michèle Perrot, dont ce fut « la première participation à une soutenance de thèse ».

23 Si Christian regrette amèrement de ne pas avoir enregistré sa soutenance de thèse, il n’a jamais compris les rumeurs de certains collègues insinuant qu’il n’avait jamais mené de thèse sous la direction de Georges Canguilhem.

24 Avec le recul, Christian analyse cette place « de première ligne, en tête de mêlée de rugby » comme une « marque ostensible de l’origine populaire de ce fils d’un modeste tailleur carcassonnais ». Cette origine sociale, ouvertement revendiquée par Georges Canguilhem, venait s’opposer au « tennis des fils à papa qui peuplaient sa promotion, Raymond Aron par exemple ».

25 Au-delà des quelques accroches de Canguilhem avec le monde sportif que nous avons pu relever, Christian pense que le sport était surtout pour ce « Maître », « l’une des manifestations les plus naturelles de cette tendance qu’a l’homme au dépassement, à l’élargissement de ses latitudes fonctionnelles, qu’il a pu théoriser dans sa normativité biologique ». Il en tient pour preuve le nombre « saisissant » de « métaphores et d’exemples sportifs cités dans l’ouvrage de Canguilhem », voir Georges Canguilhem, Le normal et le pathologique, Paris, PUF, 1966.

26 On peut noter ici que durant ses études au CREPS et à l’ENSEP des jeunes gens, il s’est concentré sur la préparation aux épreuves d’anatomie et de physiologie, devenant « un pro des schémas ». Il préférait laisser à Jean-Pierre Bessaguet, puis plus tard à Bohrane Errais, le soin de l’initier, « oralement », à la psychologie, aux sciences de l’éducation, etc.

27 Cette mémoire lui permettait sans doute d’animer une conférence de trois heures en laissant son texte d’une cinquantaine de pages sur la table du premier rang de l’amphithéâtre.

28 À cette époque, le Docteur Guy Azemar prône la centration de l’activité de l’élève sur son « aventure psychomotrice ». Pour plus d’informations, se référer à Azemar, Guy, « Plaidoyer pour l’aventure psychomotrice. De la psychomotricité à l’exploration active du milieu », Esprit, n° 5, numéro spécial « L’éducation Physique », 1975.

29 Voir Pociello, Christian (Sous la dir.), « Psychophysiologie », Travaux et Recherches en EPS, n° 10, 1976. Et plus précisément le chapitre introductif : Pociello, Christian, « Tentative de définition et de délimitation du champ de la psychophysiologie », Travaux et Recherches en EPS, n° 10, 1976, p. 9-19. Mais aussi Pociello, Christian et Ripoll, Hubert, « Poser de bonnes questions à la psychophysiologie : dialogue entre deux praticiens », Travaux et Recherches en EPS, n° 4, numéro spécial « Sciences et Sport », 1979, p. 39-43.

30 Voir notamment Michon, Bernard, Pociello, Christian et Vigarello, Georges, « Itinéraire d’un concept », Esprit, n° 5, numéro spécial « L’éducation Physique », 1975, p. 704-723.

31 Le 29 octobre 1975, la « Loi Mazeaud » crée l’institut National du Sport et de l’Éducation Physique (INSEP), fusion entre l’ENSEPS et l’institut National des Sports (INS). Elle lui fixe deux missions complémentaires à celles de l’INS, la recherche en sport et la formation des cadres supérieurs du sport.

32 Christian déclare avoir « eu l’idée » de l’intitulé de ce quatrième thème à partir d’informations obtenues en « seconde main », n’ayant pour sa part, que « vaguement lu » sur la question. En premier lieu, par son ami Marie-Joseph Biache, devenu par la suite Professeur des Universités en 74e section à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Ce dernier avait réalisé un travail dont le titre, inspiré directement de l’ouvrage de Pierre Bourdieu, était « Esquisse d’une théorie de ma pratique ». C’est à travers cette « seconde main », plus précisément la présentation orale de « ce truc remarquable de près de 400 pages », que Christian avait découvert l’ouvrage de Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz, 1972. En second lieu, par ses amis Daniel Denis et Gérard Bruant. Ceux-ci, professeurs-sessionnaires dans la section « Sciences de l’éducation et EP » en 1971, lui avaient montré « tout le parti à tirer » de l’article devenu célèbre de Luc Boltanski en ce qui concerne « la culture somatique de classe ». Voir Boltanski, Luc, « Les usages sociaux du corps », Les Annales : Économies, Sociétés, Civilisations, n° 1, 1971, p. 217-233. Ces socialisations successives à la théorie bourdieusienne l’ont amené à exercer une « coupable industrie » aux épreuves du CAPEPS de jeunes filles, pour lesquelles il fut jury. Il raconte alors malicieusement comment « dans sa petite tête », il parvenait à « repérer les spécialités sportives des jeunes filles » à partir de critères essentiellement « morphologiques ». Ce faisant, il s’est conforté dans l’idée qu’il existait bel et bien des « déterminants socioculturels aux pratiques sportives ».

33 « Haine » déjà stimulée, en 1958-1959, par sa rencontre avec Pierre Seurin. Il souligne comment « la puissance du corps médical dans le domaine des recherches en sport » a monopolisé « tous les moyens » et a imposé dans les années 70 « sa légitimation sur tous les objets sportifs ». Selon lui, « l’infiltration organisée des cabinets ministériels » n’est qu’un indicateur parmi d’autres de la « médicalisation de la discipline ».

34 Il faut dire qu’à l’époque, dans le registre des sciences sociales appliquées aux pratiques sportives, « seules deux sources sont systématiquement opposées et proposées ». D’un côté, les recherches menées par Michel Bouet, avec le soutien du CNRS, sur « l’approche psychosociologique des motivations des sportifs » et de l’autre, les premiers travaux de Jean-Marie Brohm sur « la critique radicale sociopolitique du sport ». Si ces sources sont des « références légitimes » puisqu’elles ont su « marquer un temps la réflexion », pour Christian, la sociologie bourdieusienne avec ses concepts d’« habitus », de « demande sociale » ou encore d’« espace social » permet « de se glisser habilement entre les versants motivationnel et institutionnel du sport qui avaient jusque-là prévalu ».

35 « Fils de postier » comme Christian et « béarnais d’origine », « la différence (entre les deux hommes, NDLR) est pourtant manifeste ». Pierre Bourdieu, « dès son entrée Normale Sup’ », s’est employé à « corriger rigoureusement son accent ». Pour lui qui a fait « des pieds et des mains pour le faire disparaître », Christian pense que son accent du Sud-Ouest a dû le « toucher », du moins, l’a amené à l’« accueillir avec curiosité ».

36 Michael Pollak, sociologue et historien (1948-1992), a rédigé une thèse sous la direction de Pierre Bourdieu. Il a publié notamment Michael Pollak, Les homosexuels et le sida : Sociologie d’une épidémie, Paris, Métailié, 1988 et Michael Pollak, Une identité blessée : études de sociologie et d’histoire, Paris, Métailié, 1993.

37 Il s’agit de la « la branche recherche » du Commissariat Général du Plan. Comme le soulignera Christian, quelques années plus tard dans Louveau, Catherine et Pociello, Christian, « Le pluriel a son importance ou Sociologies des pratiques sportives », Travaux et Recherches en EPS, n° 4, numéro spécial « Science(s) et Sport », 1979, p. 15-24, l’intérêt de cet organisme d’aide à la recherche était d’accepter « avec beaucoup d’intérêt le principe d’une incitation à la recherche au profit des agents professionnels eux-mêmes ».

38 Christian annonce à plusieurs reprises qu’il devait « ménager ses arrières », « tout contractuel qu’il était ».

39 Pour Christian, voir Pierre Bourdieu réaliser une conférence inaugurale à l’INSEP, dirigé alors par Robert Bobin, « incarnation de la Droite la plus dure et méprisante à l’égard de ceux qu’il considère comme des chercheurs en chambre », est un véritable « tour de force ». Ce « tour de force » révèle, selon lui, « son audace, son impertinence », mais surtout son « inconscience » à l’époque.

40 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

41 Voir la problématique développée par Pierre Bourdieu et Monique de Saint-Martin (1976) dans l’« Anatomie du goût », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 5.

42 En 1974, la Fédération Française de Vol Libre est créée. Dès 1978, Christian commence la pratique et lors d’un rassemblement, il « sympathise avec le fondateur de la Fédération » qui a conçu la revue « Vol libre Magasine ». Par cette entremise, Christian a pu « encarter son questionnaire dans la revue », obtenant ainsi un taux de réponse « inimaginable » sur les 3 000 pratiquants licenciés « quasiment tous abonnés à la seule revue consacrée à l’activité ».

43 On peut lire, en conclusion du compte-rendu de fin d’études du Contrat CORDES (1978-1982), que Jacqueline Blouin-Le Baron a réalisé le travail sur l’expression corporelle. Puis, « on doit à Jacques Defrance, la rédaction de “la situation actuelle des disciplines athlétiques”, Catherine Louveau a assuré le compte-rendu de l’enquête sur le Vol libre, Christian Pociello a rédigé le cadre théorique général et le chapitre sur le rugby ».

44 Clément, J.-P. (1980). Étude comparative de trois Arts Martiaux : lutte, judo, aïkido. Mémoire pour l’obtention du Diplôme de l’INSEP.

45 Dechavanne, N. (1980). Approche socio-culturelle du phénomène « Gymnastique Volontaire » (modèles masculins/ modèles féminins). Mémoire pour l’obtention du Diplôme de l’INSEP.

46 Falt, P. (1980). Les déterminants socio-culturels de la pratique de la navigation de croisière à voile. Mémoire pour l’obtention du Diplôme de l’INSEP.

47 Blouin-Lebaron, J. (1981). L’expression corporelle ; analyse socioculturelle de l’activité et de ses pratiquants. Mémoire pour l’obtention du Diplôme de l’INSEP.

48 Lapierre, A. (1981). Sports de pleine-nature et pratiques sociales ; analyse socio-culturelle du canoë-kayak et de l’escalade. Mémoire pour l’obtention du Diplôme de l’INSEP.

49 Michon, B. (1982). Origines sociales des étudiants en Éducation Physique : représentations du métier et pratiques sportives en fonction de la trajectoire sociale. Mémoire pour l’obtention du Diplôme de l’INSEP.

50 Rocher, M. (1981). Contribution à l’étude de la prise de risque dans les sports de plein-air : l’exemple du vol libre français. Mémoire pour l’obtention du Diplôme de l’INSEP.

51 Pour Christian, la « démocratisation de la voile est à la pensée fondatrice de toute l’histoire » de ce « pédagogue militant ».

52 Pour plus d’informations, se référer à Falt, Pierre, « Les usages sociaux de la croisière », in Christian Pociello (Sous la dir. de), Sports et Société. Approche socio-culturelle des pratiques, Paris, Vigot, 1981, p. 261-284.

53 En prenant la direction du laboratoire, Christian associe à l’intitulé « Histoire des sports » la « Prospective ». Ce faisant, il conserve « une certaine autonomie » par rapport au Laboratoire « Sociologie » qui « regroupe beaucoup de monde, Bohrane Errais, Paul Irlinger, Pierre Leblanc, Catherine Louveau et Michèle Métoudi, etc. ».

54 Pratiques sportives et demandes sociales. Étude comparée de quatre types de pratique antinomiques et de leurs publics (rugby, athlétisme, expression corporelle, vol libre). Compte-rendu de fin d’études d’une recherche financée par le CORDES (1978-1982). Sous la responsabilité scientifique de Christian Pociello. Avec la collaboration de Catherine Louveau, Jacques Defrance et Jacqueline Blouin-Le Baron. Mission Recherche : Unité Histoire et Prospective des Sports, INSEP, 357 pages.

55 Le Colloque de Bombannes (1979), le Colloque « Sport et Société » à Saint-Etienne (du 21 au 23 mai 1981) et les Journées d’étude, en marge des Championnats du monde de Vol libre, au Japon (septembre 1981) entre autres.

56 En janvier 1979, Christian est sollicité par Bernard Ramanantsoa (mari de Marie-Martine Ramanantsoa, professeur-sessionnaire dans la section 7 « Psychophysiologie du comportement moteur en EPS » que Christian co-dirigeait avec le Docteur Guy Azemar). Il participe alors au programme de formation de « Politique générale » à l’École HEC Paris sur « Une théorie de la détermination socio-culturelle des pratiques et des consommations : l’exemple des sports ».

57 Publié sous cette référence : Christian Pociello (Sous la dir.), Sports et Société. Approche socio-culturelle des pratiques, Paris, Vigot, 1981.

58 On peut citer notamment Wladimir Andreff, « grand économiste reconnu pour l’histoire économique de l’Union Soviétique et passionné par le sport, lui qui rêvait, à douze ans, d’être International de Football ». Il a été « un des cofondateurs du Centre Universitaire de Droit et d’Économie du Sport à Limoges ». Voir Andreff, Wladimir, « Les inégalités entre disciplines sportives. Une approche économique », in Christian Pociello (Sous la dir.), Sports et Société. Approche socio-culturelle des pratiques, Paris, Vigot, 1981, p. 139-152.

59 En 1979, le « Colloque de Bombannes » rassemble des géographes, sociologues et urbanistes pour viser « l’aménagement de la Côte Aquitaine ». Des universitaires extérieurs étaient invités « dans un souci de pluridisciplinarité ». Christian nouera à cette occasion des liens très productifs avec « Jean-Pierre Augustin, Jean-Paul Callède, Evelyne Ritaine, Antoine Hautmont ». Dans « l’élargissement du réseau des collaborateurs » ayant contribué à « Sports et société ». Mais aussi, pour « l’obtention de l’Enquête nationale sur « Les pratiques sportives des français » par le laboratoire de sociologie de l’INSEP » auquel Christian appartenait alors, nous y reviendrons.

60 Il publiera quant à lui, dans cet ouvrage collectif : « Nouvelles approches » (p. 9-29) ; « Quelques indications sur les déterminants historiques de la naissance des sports en Angleterre 1780-1860 » (p. 33-56) ; « Les subventions ministérielles aux différents sports » (p. 131-134) et « La force, l’énergie, la grâce et les réflexes : le jeu complexe des dispositions culturelles et sportives » (p. 171-238).

61 Sociologue, Anne-Marie Métailié travaille à la Maison des Sciences de l’Homme où elle s’occupe de diffuser la revue Actes de la Recherche en Sciences Sociales. Pierre Bourdieu lui aurait proposé d’enquêter sur les fonctions d’éditeur dans le champ intellectuel. C’est à cette occasion qu’elle rencontre Jérôme Lindon, fondateur des Éditions de Minuit. Ce dernier va l’initier jusqu’à ce qu’elle crée sa propre maison d’édition en 1979, les Éditions Métailié.

62 Il raconte comment à l’époque, dépourvu d’ordinateur, il avait littéralement « coupé-collé » (avec ciseaux et colle) son document final, « un manuscrit de 450 pages » sur la question.

63 Voir Christian Pociello, Le rugby ou la guerre des styles, Paris, Métailié, 1983.

64 Christian relie, à présent, ces critiques à la trajectoire de Pierre Bourdieu, béarnais d’origine, qui a dû subir « cette pression culturelle », selon laquelle « quand on est normalement constitué, on joue au rugby, sinon, on est une couille molle ». Tout en étant plutôt « musicien et grand mélomane », Pierre Bourdieu lui a un jour avoué avoir été « obligé, durant l’enfance, de jouer au rugby, d’aller s’entraîner sous la pluie battante, sous la direction d’un couillon ». Christian imagine « la souffrance » qu’a pu représenter la lecture de cet ouvrage pour Pierre Bourdieu, alors même qu’il l’avait écrit pour « renouer avec des racines coupées précocement, racines qui me retenaient au pays quand même [...] pays dans lequel on est pris pour un fada parce que non seulement on lit des livres mais pire encore, parce qu’on les écrit ».

65 On peut citer Pociello, Christian, « Le rugby ou la guerre des styles », Esprit, n° 2, numéro spécial « Le corps... entre illusions et savoirs », 1982, p. 11-18 ; Pociello, Christian, « Contribution à l’analyse anthropologique des styles sportifs et corporels : l’exemple du Rugby », Actes du Colloque « Anthropologie des techniques du corps », Saint Aygolf, mars 1984, STAPS ; Pociello, Christian, « Du pays où la force est vertu... Contribution à l’histoire sociale du rugby français », Travaux et recherches en EPS, n° 8, numéro spécial « Histoire sociale des pratiques sportives », 1985 ; Christian Pociello, Le rugby, Paris : PUF, collection « Que sais-je ? », 1987.

66 Voir Pociello, Christian, « Le rugby ou la guerre des styles », in La vie au quotidien, Encyclopedia Universalis, Universalia, 1985.

67 Schéma que l’on peut retrouver dans l’ouvrage de Pierre Bourdieu, 1979, op. cit.

68 Voir notamment Bourdieu, Pierre, « Comment peut-on être sportif ? », in Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 173-195 (Congrès HISPA – 1978) et Bourdieu, Pierre, « Programme pour une sociologie du Sport », in Choses dites, Paris, Minuit, 1987, p. 203-216 (CEMEA- 1980, Congrès ICSS- 1983).

69 Christian mentionne à plusieurs reprises, et preuve à l’appui, comment Georges Canguilhem a jugé « utile et pertinent de profiter de la réédition du fameux “Kayser” pour remanier et compléter sa propre contribution ». Le 25 février 1975, il a fait parvenir à Christian une copie d’une de ses notes de bas-de-page, additif dans lequel « sa thèse est citée ». Georges Canguilhem l’a inséré dans le but, dit-il, « d’honorer le directeur d’études de l’ENSEPS, dont il le gratifiait alors et à tort ».

70 Voir Emplois et formations du secteur sportif. Compte-rendu de fin d’études d’une recherche financée par le CORDES (1982- 1985). Sous la responsabilité scientifique de Bohrane Erraïs. Avec la collaboration de Pierre Leblanc, Catherine Louveau et Michèle Métoudi. Contrat 4478/6601, INSEP. Christian contribuera à l’écriture de deux chapitres : Erraïs, B., Leblanc, P., Louveau, C. et Pociello, C. Marché du travail et stratégies de formation ; Rink, D., Pociello, C. Biographies socio-sportives et marché des excellences sportives : les champions de 1972.

71 Rapport de faisabilité de l’enquête nationale sur les usages sportifs du temps libéré. Sous la responsabilité scientifique de Paul Irlinger. Avec la collaboration de Michèle Métoudi, Catherine Louveau, Bohrane Erraïs et Christian Pociello. Contrat de recherche MRT/INSEP, 1983.

72 Titre dont il aime à dire qu’il « fleure bien son Bourdieu ».

Table des illustrations

Titre Georges Canguilhem
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Couverture de la Thèse de Christian pour le Doctorat de 3e cycle
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Mission de Christian, inscrite par Pierre Bourdieu sur la nappe du restaurant « Aux spécialités du Sud-Ouest »
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Interview pour la Revue EPS Christian, attentif, devant Pierre Bourdieu
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7833/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Dernier vol réalisé par Christian au Puy-de-Dôme. Photo prise par son ami, Marie-Joseph Biache
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7833/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Couverture du rapport CORDES (1978-1982)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7833/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre L’espace des sports, tel qu’il apparaît dans « Sports et Société »
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7833/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Couverture de l’ouvrage « Sports et Société »
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7833/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Couverture de l’ouvrage « Le rugby ou la guerre des styles »
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7833/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Réponse de François Mitterrand au « cadeau » de Christian
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7833/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search