Version classiqueVersion mobile

L’Intégration linguistique des migrants

 | 
Jean-Marc Mangiante

Outils didactiques et contenus de formation linguistique. Quelle formation des formateurs en insertion ?

L’apport des genres de discours pour l’enseignement/apprentissage des discours professionnels

Jean-Jacques Richer

Texte intégral

1. Se doter d’un concept de genres de discours opératoire

  • 1 Ces recherches s’inscrivent elles-mêmes dans le droit fil des propositions de Bakhtine (1984).

1Je ne vais pas retracer les origines et évolutions de la notion de genres de discours, mais je propose directement une définition du genre de discours que je pense opératoire pour la didactique du FOS. Cette définition tire ses origines de deux sources : les travaux, dans le domaine francophone, de Maingueneau (1996, 1998), Petitjean (1991 ; 2007), Adam (1999, 20011 ; les écrits, dans le domaine anglophone, de Swales (1990), Bhatia (1993), etc.

2Ma démarche définitoire prendra appui, pour la concrétiser, sur un document circulant dans le BTP, le genre Procédure en cas d’accident, un genre entièrement déterminé par ses circonstances d’utilisation : l’accident sur un chantier.

3La définition du genre de discours avancée dans cet article le conçoit globalement comme un ensemble de « déterminations discursives » (Adam, 2001 : 39), comme un système de « régulations descendantes » (Adam, 1999 : 35) qui pèsent sur différents niveaux de constitution du texte. Ces contraintes agissent sur les niveaux constitutifs du texte sur le mode de l’imposition (un règlement intérieur d’une entreprise doit impérativement comporter les rubriques hygiène, sécurité, discipline, horaires de travail, etc.) et sur le mode de l’interdiction (le même règlement intérieur ne peut pas, par exemple, s’énoncer à la première personne).

4Le « cadrage générique » (Canvat, 1999 : 115), en conséquence, opère aux 6 niveaux textuels suivants :

1.1. Premier niveau : la dimension matérielle

  • 2 Support et modalités formelles constituent souvent les premiers indices pour une reconnaissance du (...)
  • 3 « Ce qu’on appelle un "texte", ce n’est donc pas un contenu qui se fixerait sur tel ou tel support, (...)

5Un genre de discours s’inscrit sur un support spécifique (écrit/oral/ visuel/multimédia...), et cette matérialisation a des répercussions profondes sur ses caractéristiques formelles2, matérielles3, ainsi que, comme le signale Maingueneau, sur ses contenus : « le médium n’est pas un simple moyen de transport pour le discours, mais [...] il contraint ses contenus et les usages qu’on peut en faire » (1998 : 57).

6La dimension matérielle d’un genre de discours recouvre :

1.1.1. Les caractéristiques formelles du médium

7Le medium, ici, est un support papier de format A4, conçu pour assurer une vi-lisibilité maximale grâce à :

  • un jeu principalement sur deux couleurs : le rouge à la symbolique quasi-universelle, et le noir ;

  • une mise en page articulée sur les variations de tailles de police qui découpent dans le texte des espaces sémantiques précis :

    • Problème (En cas d’accident) ;

    • Première réaction sur le lieu, qui se joue en face à face ;

    • Énumération de procédures manuelles (1-Téléphonez au 18/112/15) et verbales détaillées en blocs textuels (énumération de 1 à 6 qui signale un algorithme d’actions) ;

  • un dernier bloc textuel en rouge axé sur les sauveteurs secouristes du travail (ce segment textuel précise les traits qui permettent de les identifier et rappelle l’obligation légale d’établir et d’afficher une liste de ces sauveteurs) accompagné du logo identifiant le sauveteur secouriste.

1.1.2. La dimension spatiale

8Un genre se signale souvent par sa longueur spatiale (paramètre qui permet de discriminer entre par exemple une note de service au laconisme affiché et un énoncé des règles d’exercice d’une profession toujours nécessairement développé).

9La procédure en cas d’accident est un genre bref de par ses circonstances d’utilisation : il faut agir dans l’urgence et répondre le plus efficacement possible à une situation qui demande une réaction ordonnée.

1.1.3. La dimension temporelle

10Un genre peut se démarquer des autres genres par sa longueur temporelle (ainsi dans les médias, le flash d’information se distingue du journal par sa brièveté) ou par sa périodicité.

11Cette dimension temporelle ne concerne pas le document du BTP qui nous sert d’illustration des caractéristiques d’un genre de discours, un document qui, d’autre part, voit sa validité maintenue tant que restent pertinentes les coordonnées des services de secours et la procédure décrite.

1.2. Deuxième niveau : la dimension socio-pragmatique

1.2.1. Identification des paramètres activés de la situation de communication

  • 4 « Coénonciateurs », écrit sans trait d’union, signale l’intégration dans une seule désignation de l (...)

12Tout genre de discours est une activité discursive qui active tout ou partie des paramètres d’une situation de communication (coénonciateurs4/ moment et lieu de l’énonciation).

13La « procédure en cas d’accident » s’inscrit dans la situation de communication suivante :

  • l’émetteur est double : l’OPPBTP (Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics) a conçu et diffuse ce document qui est ensuite, par obligation légale, relayé par l’entrepreneur qui doit le faire afficher sur tout chantier ;

  • les destinataires sont constitués par tous les intervenants sur un chantier du BTP ;

  • lieu d’énonciation : ce document est obligatoirement présent sur tout chantier ;

  • moment d’énonciation : il faut distinguer deux moments d’énonciation (qui, à leur manière, recoupent la distinction faite en littérature entre écrits fictifs et écrits réels) : une énonciation désembrayée lors de la prise de fonction d’un ouvrier au cours de laquelle cette procédure peut lui être communiquée à titre d’information ; une énonciation embrayée sur une situation d’accident réelle. Ces deux situations suscitent deux modes de lecture totalement différents : dans le premier cas, une lecture purement d’information ; dans le second cas, une lecture quasi « performative » où ce qui est lu entraîne immédiatement le passage à l’acte.

1.2.2. Statut et rôle des coénonciateurs

  • 5 Fait que rappelle Maingueneau en ces termes : « La parole dans un genre de discours ne va pas, en e (...)

14Un genre de discours fixe des statuts et rôles discursifs précis, et cette détermination entraîne des impacts langagiers5.

15La relation des coénonciateurs est ici asymétrique : l’OPPBTP et son relais, l’entrepreneur, sont en position haute (de par leur statut légal et leur connaissance des procédures de secours) et s’adressent à un employé envisagé comme exécutant fidèle des prescriptions (les seules variations autorisées sont celles dues au contexte propre à chaque accident : cause de l’accident/ localisation de l’accidenté/ nombre d’accidentés/ premiers secours effectués).

1.2.3. Identification du système d’énonciation global

16Un genre de discours s’inscrit globalement dans l’un des deux systèmes d’énonciation (« récit » ou « discours ») mis en évidence par Benveniste (1966).

17Comme avec le genre « Procédure en cas d’accident », il s’agit de faire agir en réaction à une situation, ce genre ne prend sens que par rapport à une situation d’énonciation précise, d’où l’actualisation du système du « discours » (avec accent mis sur le destinataire par le biais d’impératifs à la deuxième personne du pluriel ; avec inscription dans un lieu en relation avec renonciation : « ici »...).

1.2.4. Identification de l’acte de parole global

  • 6 « Acte de langage d’un niveau de complexité supérieure, un genre de discours est soumis lui aussi à (...)
  • 7 Adam fait sienne cette conception de Viehweger : « "Les analyses concrètes montrent que les actes i (...)
  • 8 « Communicative purpose has been nominated as the privileged property of a genre » (Swales, 1990 : (...)

18Maingueneau6, Adam7, Swales8 se rejoignent pour affirmer qu’un genre se définit par un acte de parole dominant.

19Ici, ce genre est façonné par l’acte de prescrire de faire (téléphonez/ne raccrochez jamais le premier) / et surtout prescrire de dire (Précisez, décrivez, signalez, fixez, faites répéter)

1.2.5. Dimension du logos, de l’éthos et du pathos

  • 9 « On voit donc que les stratégies argumentatives que la rhétorique classique rapporte au logos, à l (...)

20Un genre de discours investit plus ou moins tout ou partie des modalités de persuasion verbale9 que sont le logos (ou « degré de formalisation du raisonnement, comme le choix et l’agencement des arguments » R. Amossy, 2000 : 168), l’éthos (« à travers renonciation se montre la personnalité de l’énonciateur » Maingueneau, 1998 : 79), et le pathos (ou « appel aux émotions », Amossy, ibid., 169).

21L’image que veut donner de lui l’émetteur du document que nous analysons est celle d’une entité qui maîtrise parfaitement une procédure et la situation dans tous ses aspects. Par contre l’absence de pathos due à la nécessité d’être efficace, de se montrer « professionnel », est caractéristique de ce document. Quant à l’absence d’argumentation (dimension du logos), elle s’explique par le caractère prescriptif de ce document, une prescription descendante qui n’a pas à se justifier.

1.3. Troisième niveau : la dimension textuelle ou identification du plan de texte et de la combinatoire de schémas séquentiels

  • 10 Voir notamment Adam, 1992.

22Tout genre comporte un plan de texte, un schéma global d’organisation plus ou moins contraint qui convoque certaines séquences (au sens d’Adam10) et en exclut d’autres.

23Le genre « Procédure en cas d’accident » insère la description d’actions (énoncée sur le mode injonctif) dans un schéma explicatif (type problème : En cas d’accident/ solution : description d’actions). Est à mentionner aussi la présence d’une séquence finale associant injonction et description lors de la focalisation sur le sauveteur secouriste.

1.4. Quatrième niveau : la dimension stylistique

24Ce qu’affirme Petitjean au sujet de la relation grammaire/ genres discursifs peut être élargi au lexique : « l’actualisation des régularités et des valeurs de langue, telles qu’elles sont décrites par les grammaires, est pour une part déterminée par la valeur générique » (2007, 417-433).

25Ce document obéit à une double contrainte :

  • il doit être compréhensible par tout le monde et notamment par des employés dotés d’une maîtrise limitée du français écrit ;

  • il fixe sur un espace réduit (format A4) un enchaînement clair et précis d’actions.

  • 11 Falzon appelle « langages opératifs », des langages qui, « directement modelés par les connaissance (...)

26Cette double contrainte entraîne la sélection d’un vocabulaire courant (le recours au langage médical se limite à « premiers soins/ bouche à bouche »), de structures syntaxiques qui, lors de l’énumeration des consignes générales, sont simples, réduites à l’essentiel, proches du langage opératif11. Mais sous l’effet de la contrainte de brièveté spatiale, ces consignes deviennent paradoxalement plus complexes comme dans cette phrase « Appelez le sauveteur secouriste du travail qui, après avoir examiné la victime, vous demandera d’appeler les secours », là où l’on attendrait plutôt : « Appelez le sauveteur secouriste. Il examinera la victime. Puis/ Ensuite il vous demandera d’appeler les secours ».

1.5. Cinquième niveau : la dimension thématique

27Un genre se voit à la fois imposer et interdire des thèmes.

28Ici, il s’agit d’accident et de secours. Donc, dans ce texte, sur le plan thématique, tout tourne autour de trois pôles : sauveteur/ victime ; appel ; localisation spatiale.

1.6. Sixième niveau : la dimension culturelle

29Le genre de discours, qui représente une « class of communicative events » (Swales, 1990 : 45), est, comme tout événement discursif, déterminé par son inscription socio-culturelle : « Genre, after all, is a socio-culturally dependent communicative event and is judged effective to the extent that it can ensure pragmatic success in the business or other professional context it can be used » (Bhatia, 1993 : 39), par son appartenance à une institution qui le codifie. Et plus largement, il est surdéterminé par la culture dans laquelle il apparaît, réalité que Fowler condense dans la formule suivante : « Genres have circumscribed existences culturally » (Fowler, 1982 : 132).

30Ainsi cette « Procédure en cas d’accident » est-elle doublement culturelle :

  • dans sa forme : dans le cas de l’existence du même genre dans d’autres cultures, il faudrait étudier les possibles variations formelles introduites par les déterminations culturelles ;

  • dans son contenu : le secours est ici conçu comme activité individuelle, procédant linéairement sur le mode d’un algorithme d’actions. Ce qui n’est pas le mode d’agir de toutes les cultures.

2. Quels impacts entraîne le recours au concept de genre de discours pour l’enseignement/ apprentissage des discours professionnels ?

31Avant de développer plus longuement l’impact de la notion de genres de discours sur l’enseignement/apprentissage des discours professionnels, j’aimerais faire deux remarques didactiques relatives à la notion de genres de discours.

2.1. La modélisation par Beacco de la compétence à communiquer langagièrement

32Sur le plan théorique, Beacco a parfaitement raison, dans L’approche par compétences dans l’enseignement, de proposer d’ajouter à la compétence à communiquer langagièrement avancée par le CECRL une « compétence relative aux genres de discours » (2007 : 89). Mais dans sa propre modélisation de la compétence à communiquer langagièrement (cf. ci-dessous), il fait erreur en la plaçant sur le même plan que la composante formelle (i.e. linguistique) et en l’isolant de la dimension socioculturelle, car la composante discursive (ou générique) recoupe en partie la composante formelle et en partie aussi la composante socioculturelle (i.e. ethnolinguistique), les genres étant des réalités langagières et socio-culturelles.

  • 12 Beacco, 2007 : 93.

Un modèle à quatre compétences/composantes12

Compétence de communication langagière

composante stratégique composante discursive (comme maîtrise des genres de discours) composante formelle (voir 5.4.)

Compétence de communication interculturelle (voir § 5.5.)

• composante ethnolinguistique
• composante actionnelle
• composante relative à la communication interculturelle
• composante d’interprétation
• composante éducative visant des attitudes interculturelles ouvertes

2.2. Genres de discours et tâches

33Toujours sur le plan théorique, la notion de genres de discours peut venir réduire l’imprécision de la notion de tâche, une notion qui se trouve projetée à nouveau sur le devant de la scène didactique par le Cadre européen commun de référence pour les langues (ou CECRL).

34Dans le CECRL, sur le mode du couple compétence/performance de Chomsky, la tâche est articulée, à la compétence à communiquer langagièrement : en effet, la tâche permet d’actualiser la compétence à communiquer langagièrement. Mais, dans le CECRL (chapitre 7 :

Les tâches et leur rôle dans l’enseignement des langues »), la tâche est définie d’une manière globale, voire floue, ainsi qu’il apparaît dans cette définition : « Les tâches ou activités sont l’un des faits courants de la vie quotidienne dans les domaines personnel, public, éducationnel et professionnel. L’exécution d’une tâche par un individu suppose la mise en œuvre stratégique de compétences données, afin de mener à bien un ensemble d’actions finalisées dans un certain domaine avec un but défini et un produit particulier. La nature des tâches peut être extrêmement variée et exiger plus ou moins d’activités langagières (CECRL, 2001 : 121, je souligne).

35La tâche est seulement esquissée dans ses contours : ne sont précisées de la tâche que ses possibles variations en fonction des apprenants, des supports qu’elle mobilise, du temps, du but. Et rien n’est dit sur son opérationnalisation méthodologique.

  • 13 Deux théoriciens majeurs du TBL figurent d’ailleurs dans la bibliographie du Cadre Nunan, Skehan.

36Toutefois, il est possible de réduire ce flou de la tâche en rappelant que la tâche dans le Cadre doit beaucoup au courant méthodologique anglo-saxon dénommé Task Based Learning (ou TBL)13 qui caractérise ainsi la tâche :

"1 – A task is a workplan. [...]

« 1 – Une tâche est une programmation de travail. [...]

2 – A task involves a primary focus on meaning. [...]

2 – Une tâche implique une focalisation fondamentale sur le sens. [...]

3 – A task involves real-world processes of language use. [...]

3 – Une tâche implique les processus d’utilisation du langage utilisés dans le monde réel. [...]

4 – A task can involve any of the four language skills. [...]

4 – Une tâche peut impliquer chacune des quatre habilités langagières. [...]

5 – A task engages cognitive processes. [...]

5 – Une tâche engage des processus cognitifs [...]

6 – A task has a clearly defined communicative outcome. [...]" (Ellis, 2003/9/10)

6 – Une tâche a un résultat communicatif nettement défini. [...] » (Traduction personnelle).

37Aussi la tâche dans le TBL emprunte-t-elle aux « processus d’utilisation du langage utilisés dans le monde réel » (point 3 de la définition d’Ellis), et possède-t-elle « un résultat communicatif nettement défini » (point 6 de la définition d’Ellis), c’est-à-dire que la tâche est un événement communicatif tout comme les genres de discours qui sont pour Swales « coded and keyedevents set within social communicative processes » (1990 : 38-39). La tâche du CECRL peut donc être en grande partie précisée dans ses contenus langagiers par les genres de discours et les différents niveaux de la textualité qu’ils affectent.

  • 14 Cf. le point 1 de la définition d’Ellis (2003 : 9/10), mentionnée supra : « 1 – Une tâche est une p (...)

38Comme d’autre part, la tâche dans le TBL relève de la prescription14, elle renvoie donc aux genres de discours contraints, ceux que Maingueneau appelle les « Genres institués de mode (1) »,

qui ne sont pas ou peu sujets à variation. Les participants se conforment strictement à leurs contraintes : courrier commercial, annuaire téléphonique, fiches administratives, actes notariés, échanges entre avions et tour de contrôle. Ils sont caractérisés par des formules et des schèmes compositionnels pré-établis sur lesquels s’exerce un fort contrôle [...] » (2004 : 112), genres qui foisonnent en FOS, et pour lesquels seule la reproduction et non la créativité peut s’exercer (un règlement intérieur est cadré par des contraintes juridiques précises qui interdisent toute inventivité).

2.3. Les genres de discours, les genres sociaux d’activités, la perspective actionnelle et la didactique du FOS

39Recourir au concept de genres de discours conçu, comme nous venons de le voir avec la procédure en cas d’accident, en tant que régulations opérant à différents niveaux du feuilleté textuel me semble particulièrement pertinent pour l’enseignement/apprentissage des discours professionnels. En effet, dans le nécessaire traitement des textes en circulation dans les différents domaines professionnels, il est alors possible de substituer une approche holistique et systémique qui corrèle des éléments matériels, iconiques, langagiers et culturels, qui dessine des contenus d’enseignement plus larges et plus efficients à une approche encore trop souvent focalisée sur des actes de parole, trop souvent morcelée entre faits grammaticaux et apports lexicaux massifs.

40Mais le pouvoir de régulation des genres de discours ne se limite pas au langage, il s’étend aussi aux actions physiques. Clot parle alors de « genres sociaux d’activités » (1999 : 174), de « genres professionnels » (2008 : 102). Pour lui, les « genres sociaux d’activités » règlent le langage et l’action, le comportement humain (dans ses dimensions corporelles, langagières et affectives) dans le travail ainsi que le démontre cette citation :

Ce sont des règles de vie et de métiers pour réussir à faire ce qui est à faire, des façons de faire avec les autres, de sentir et de dire, des gestes possibles et impossibles dirigés à la fois vers les autres et sur l’objet. Finalement, ce sont les actions auxquelles nous invite un milieu et celles qu’il désigne comme incongrues ou déplacées (1999 : 44).

41Ces genres sociaux d’activités présentent de plus la particularité de fonctionner d’une manière tacite : « L’intercalaire social du genre est un corps d’évaluations communes qui règlent l’activité personnelle de façon tacite. (idem : 34) et ils constituent une « culture professionnelle collective » (ibid : 31), « souvent invisible de l’extérieur, distribuée, « naturelle », impalpable et, en un mot, prise dans l’action » (ibid : 35), propre à un domaine d’activité spécifique, donc opaque à un étranger au domaine et plus encore à un étranger à la culture dans laquelle se réalisent ces genres sociaux d’activité.

42Sur un chantier de BTP, ces genres professionnels interviennent par exemple dans ce que l’on appelle le phasage du chantier ou « scénario général de réalisation du chantier » (Médina, 2008 : 10), « composé des différentes phases de réalisation suivant un ordre d’exécution précis » qui règle les actions sur le chantier, qui dicte et articule le langage et l’action dans les activités de coopération (à l’intérieur d’un corps de métiers ou entre corps de métiers différents). Lors de la mise en œuvre du phasage, il est alors fait appel au genre professionnel qui fournit un « stock de "mises en actes", de "mises en mots" » (Clot, 2008 : 107) qui viennent combler les vides de la prescription.

43Ainsi la mobilisation des genres professionnels dans la didactique du FOS peut-elle permettre de concrétiser pleinement la perspective actionnelle du Cadre qui, il faut le souligner, repose sur le « virage actionnel » (pour reprendre l’expression de Filliettaz et Bronckart, 2005 : 5) pris par une partie de la linguistique désireuse de dépasser une pragmatique purement langagière pour penser l’intégration du langage et de l’action, et par la même de donner ainsi corps à l’intuition de Goffman (1987) qui s’exprime dans la citation suivante (et dans le même mouvement d’en démentir la dernière phrase) :

On voit donc à l’évidence que l’activité coordonnée et non la conversation est ce dont quantité de paroles font partie. Autrement dit, c’est l’intérêt commun qu’on est censé éprouver à mener à bien une tâche, en accord avec quelque chose comme un plan général, qui donne un sens à bon nombre d’énonciations, brèves en particulier. Et ce ne sont pas des paroles sans importance qui s’énoncent alors ; il n’y a qu’un linguiste pour les négliger. (1987 : 153, je souligne)

Notes

1 Ces recherches s’inscrivent elles-mêmes dans le droit fil des propositions de Bakhtine (1984).

2 Support et modalités formelles constituent souvent les premiers indices pour une reconnaissance du genre de discours.

3 « Ce qu’on appelle un "texte", ce n’est donc pas un contenu qui se fixerait sur tel ou tel support, il ne fait qu’un avec son mode d’existence matériel : mode de support/ transport et de stockage, donc de mémorisation » (Maingueneau, 1998 : 54).

4 « Coénonciateurs », écrit sans trait d’union, signale l’intégration dans une seule désignation de l’énonciateur et du destinataire d’un genre.

5 Fait que rappelle Maingueneau en ces termes : « La parole dans un genre de discours ne va pas, en effet, de n’importe qui vers n’importe qui » (1998 : 52).

6 « Acte de langage d’un niveau de complexité supérieure, un genre de discours est soumis lui aussi à un ensemble de conditions de réussite » (Maingueneau, 1998 : 51).

7 Adam fait sienne cette conception de Viehweger : « "Les analyses concrètes montrent que les actes illocutoires qui constituent un texte forment des hiérarchies illocutoires avec un acte illocutif dominant étayé par des actes illocutoires subsidiaires rattachés à l’acte dominant par des relations dont le caractère correspond aux fonctions que ceux-là remplissent vis-à-vis de celui-ci" (Viehweger, 1990 : 49) » (Adam, 1999 : 60).

8 « Communicative purpose has been nominated as the privileged property of a genre » (Swales, 1990 : 52).

9 « On voit donc que les stratégies argumentatives que la rhétorique classique rapporte au logos, à l’éthos et au pathos, sont en partie modelées par le genre de discours sélectionné » (Amossy, 2000 : 170).

10 Voir notamment Adam, 1992.

11 Falzon appelle « langages opératifs », des langages qui, « directement modelés par les connaissances propres à l’activité, c’est-à-dire par des connaissances opératives » (1989 : 43) ont « un objectif d’économie : ils permettent d’optimiser les échanges verbaux, par la communication d’une quantité adéquate d’information, par la construction de termes référentiels elliptiques et par différentes simplifications des processus de production ou de compréhension » (1989 : 52).

12 Beacco, 2007 : 93.

13 Deux théoriciens majeurs du TBL figurent d’ailleurs dans la bibliographie du Cadre Nunan, Skehan.

14 Cf. le point 1 de la définition d’Ellis (2003 : 9/10), mentionnée supra : « 1 – Une tâche est une programmation de travail [...] ».

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search