Version classiqueVersion mobile

L’Intégration linguistique des migrants

 | 
Jean-Marc Mangiante

Introduction

Jean-Marc Mangiante

Texte intégral

« "J’habiterai mon nom" fut ta réponse aux questionnaires du port. »
Saint-John Perse, Exil (1942)

1La question de l’intégration des populations migrantes a connu ces dernières années un regain d’intérêt certain et de nombreux événements, politiques et institutionnels, témoignent de l’importance et de l’influence qu’elle revêt dans la société actuelle mondialisée et plurielle.

2Les décisions prises par le législateur depuis cinq ou six ans modifient le rapport à l’autre et placent la maîtrise linguistique et culturelle au cœur du processus d’insertion des migrants dans la société d’accueil.

3La loi du 4 mai 2004 relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et au dialogue social qui a inscrit l’apprentissage de la langue française dans le code du travail constitue la première étape déterminante de ce processus. L’enseignement du français figure explicitement parmi les types d’action de formation entrant dans le champ de la formation professionnelle continue au titre de l’éducation permanente.

4Dans le prolongement de cette loi, la création du Contrat d’Accueil et d’Intégration que doit signer tout migrant, rendu obligatoire en janvier 2007, puis la détermination d’un niveau minimum requis dans le cadre du CAI et validé par un nouveau diplôme, le D1LF (Diplôme Initial de Langue Française), confèrent à la langue un rôle essentiel dans la démarche volontaire d’intégration des migrants.

5Une volonté de simplification et de rationalisation des différents organismes en charge de la politique d’intégration s’est dégagée par la suite et a permis d’y voir plus clair dans le paysage confus de l’accueil et de l’accompagnement des migrants. La création de l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) par un décret de mars 2009, devenu aujourd’hui l’opérateur unique de l’État en charge de l’intégration des migrants durant les 5 premières années de leur séjour en France, atteste de cette simplification affichée.

6Le dispositif actuel est composé d’un accueil sur une plate-forme et du CA1 auquel est lié un certain nombre de prestations correspondant à une conception spécifiquement française de l’intégration, c’est-à-dire, fondée sur une relation directe et individuelle entre l’État français et le citoyen et non sur une conception communautariste, selon le modèle anglo-saxon.

  • 1 Français langue seconde, Français sur objectif spécifique, Français langue professionnelle.

7Pour autant, de nombreuses questions restent en suspens au sein du volet linguistique et culturel de l’accueil et de l’insertion des migrants : le niveau de langue et le mode d’évaluation, les contenus de formation et les conditions matérielles, méthodologiques et institutionnelles des formations linguistiques à mettre en place, les relations entre la culture d’origine et la culture d’accueil au sein du processus d’acculturation, subie ou/et voulue par les migrants, l’intégration linguistique dans le milieu professionnel avec les besoins avérés d’outils et de ressources issus du monde du travail, la formation des formateurs en langue dans ce champ de la didactique des langues, qui sans être nouveau apparaît en pleine mutation et complexité, à la charnière du FLS/FOS/FLP1..., autant de questions qui ont émergé au récent colloque organisé par l’Université d’Artois en mai 2008 (Langue et Intégration socioprofessionnelle).

  • 2 Français langue maternelle.

8Ce colloque a permis de faire émerger dans le champ de la didactique du français une véritable macro-compétence langagière d’intégration transversale aux différents contextes de l’insertion au sein d’une société d’accueil – l’école, l’université, l’entreprise, la société – nécessitant de repenser l’acte d’apprentissage de la langue dominante et de se dégager de la traditionnelle distinction entre FLM2/FLE/FLS/FOS.

9Qu’en est-il aujourd’hui presque trois ans plus tard des prolongements de ce concept émergeant ? Avons-nous, à défaut de réponses définitives, des perspectives, des projets en cours, de nouveaux dispositifs de formation...?

10Cet ouvrage réunit les contributions de chercheurs, enseignants, didacticiens et praticiens de la langue, qui se proposent ainsi de dresser l’état des lieux et les perspectives ouvertes par leur réflexion sur les conditions de l’intégration linguistique des migrants dans le monde professionnel et la société dans son ensemble.

11Loin de constituer un bilan ou un inventaire d’initiatives forcément en cours de constitution étant donné le caractère fluctuant de cette problématique, cet ouvrage collectif tente d’expliquer les approches actuelles en matière d’ingénierie pédagogique, d’analyse et de pratique linguistique, d’évolution des processus d’insertion linguistique afin d’inciter à la construction de dispositifs de formation cohérents et efficaces, fondés sur la synergie des différents acteurs et la mutualisation des ressources.

12La première partie fixe les principes didactiques et les enjeux actuels de la formation linguistique des migrants. Claire Extramiana dresse le cadre institutionnel du processus d’accueil et d’intégration des migrants aujourd’hui, en montrant dans quelle mesure la formation linguistique s’articule avec cohérence à l’ensemble des mesures prises en matière d’accueil des migrants. Véronique Leclerc met en perspective ce tableau institutionnel de l’intégration linguistique en le situant dans l’histoire comme le fruit d’une évolution des mentalités et des représentations des migrants. Elle décrit et explique ainsi l’évolution pédagogique et institutionnelle de la formation linguistique des migrants pour en dégager les principes essentiels.

13Hervé Adami analyse sous l’angle migratoire l’intégration linguistique des migrants en s’appuyant aussi sur son évolution et en nous montrant combien le processus d’apprentissage dans ce contexte particulier est complexe.

14La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse d’avantage au volet didactique de l’intégration socioprofessionnelle par la langue en confrontant le témoignage d’une enseignante de FLE à l’Alliance française de Paris, Emmanuelle Daill, à la réflexion sur les compétences langagières transversales requises pour l’intégration professionnelle, menée par Mariela De Ferrari. E. Daill raconte les obstacles rencontrés dans les formations linguistiques pour migrants qu’elle a assurées et décrit les paramètres dont l’enseignant de FLE doit tenir compte dans la conception et l’animation de son cours, autant de données qui nécessitent la coopération de tous les acteurs concernés. Mariela De Ferrari, de son côté, illustre la pertinence d’une collaboration entre chercheurs, didacticiens et professionnels pour dégager les outils de formation nécessaires à l’intégration linguistique des migrants. La synergie des équipes a permis de constituer les bases d’une ingénierie de la formation linguistique centrée sur la notion de français langue professionnelle.

15La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux outils didactiques et aux contenus de formation linguistique qui découlent de la réflexion développée dans les parties précédentes.

16Jean-Jacques Richer convoque la théorie linguistique des genres textuels dans l’analyse et l’exploitation des documents professionnels écrits, en l’occurrence, il développe sa réflexion sur une affiche de prévention et de sécurité dans le secteur du Bâtiment et Travaux Publics (BTP).

17Jean-Marc Mangiante décrit le projet d’élaboration d’un référentiel de compétences langagières pour le secteur du BTP, mis en place à l’université d’Artois, et analyse quelques extraits des discours professionnels recueillis sur les chantiers dans le cadre de cette démarche de référentialisation.

18Enfin Aude Bretegnier présente le projet de référentiel de compétences pour les formateurs en contexte d’insertion linguistique des migrants, fruit du travail d’un dispositif de chercheurs en sociolinguistique et didactique des langues.

19Toutes les références bibliographiques figurent à la fin de l’ouvrage. Seuls les titres d’outils et manuels méthodologiques sont mentionnés en annexe à la fin de certains articles (V. Leclercq, M. de Ferrari).

Comité scientifique de l’ouvrage :
Lucile CADET (Université Paris 8), Catherine CARRAS (Université Stendhal de Grenoble), Jan GOES (Université d’Artois), Jean-Marc MANGIANTE (Université d’Artois), Françoise OLMO (Université polytechnique de Valence – Espagne), Chantal PARPETTE (Université Lyon 2).

Notes

1 Français langue seconde, Français sur objectif spécifique, Français langue professionnelle.

2 Français langue maternelle.

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search