Version classiqueVersion mobile

Temps, aspect et classes de mots

 | 
Eugénia Arjoca-Ieremia
, 
Cécile Avezard-Roger
, 
Jan Goes
, 
et al.

Le rapport des prédicats d’état résultant à l’agent du changement d’état : une analyse conceptuelle et aspectuelle

Danièle Van de Velde

Texte intégral

  • 1 Je considère que les prédicats d’états psychologiques ne sont pas résultants, mais conséquents, car (...)

1Les prédicats d’état résultant sont, pour nous en tenir aux états physiques1, exprimés par le participe passé d’un verbe transitif causatif de changement d’état comme réparer, restaurer, écrire, couper, corriger, ou par le participe passé de verbes à alternance causative tels que casser, cuire, guérir, (ré) chauffer, éclaircir, brûler..., que l’alternance soit, comme c’est le cas pour casser / se casser, ou ne soit pas, comme pour cuire / cuire, marquée morphologiquement par la forme pronominale. Les verbes de la première catégorie n’ont qu’un emploi transitif, et sont toujours agentifs et causatifs, ceux de la seconde ont un emploi transitif dans lequel ils présentent les mêmes propriétés, et un autre, intransitif, dans lequel ils signifient un procès présenté comme se produisant de soi-même, sans intervention d’un agent.

2Dans ce qui suit, j’utiliserai les adverbes de manière et les restrictions qui pèsent sur leur insertion dans certains contextes pour :

31) expliquer pourquoi les adverbes de manière peuvent modifier certains prédicats d’état résultant, alors que les adverbes de manière sont réputés incompatibles avec les prédicats statifs en général ;

42) montrer que, si tous les prédicats d’état résultant n’acceptent pas ce type d’adverbe, cela est dû au fait qu’il en existe de deux sortes, que séparent des différences aspectuelles.

1. Prédicats causatifs de changement d’état, prédicats d’état résultant

1.1 Identification des prédicats d’état résultant

5Même si l’on a proposé beaucoup de tests pour s’assurer que le participe passé d’un verbe actif signifie bien un état résultant (voir pour une synthèse et des propositions sur ce sujet Lagae, 2002), je n’en proposerai qu’un, qui me semble suffisant, et qui a l’avantage de comporter aussi une explication de sa propre valeur comme test : il s’agit de la possibilité d’avoir le prédicat en position d’attribut de l’objet après le verbe trouver dans son sens de découverte, illustré en (1), et non dans le sens d’évaluation qu’il a en (2) :

(1) J’ai trouvé Pierre endormi/dans son lit.
(2) J’ai trouvé ton ami très gentil.

  • 2 On trouve encore dans ces structures soit des relatives attributives (J’ai trouvé Pierre qui dormai (...)

6Le propre de l’emploi de trouver dans le premier de ces deux sens, c’est sa construction avec une « petite phrase » dont le prédicat est soit un groupe locatif, soit un adjectif ou un participe passé2 de type « stage level predicate », exprimant donc un état et non une qualité, la différence fondamentale entre les deux étant que les qualités, comme le dit bien l’adjectif « individual » dans l’expression « individual level predicate », sont consubstantielles au sujet qui les possède, tandis que ses états lui viennent, occasionnellement, de l’extérieur.

7Ainsi voit-on tout de suite la différence entre soigné et guéri si on confronte :

(3) ?? Je suis allé à l’hôpital et j’ai trouvé Pierre soigné.
(4) Je suis allé à l’hôpital, et j’ai trouvé Pierre guéri.

8Dans ces deux phrases figurent les participes soigné et guéri, mais seul ce dernier est possible dans le contexte de trouver, car seul il a un sens statif, alors que soigné conserve, quel que soit le contexte où on l’insère, un sens processif.

9On peut d’ailleurs remarquer qu’un test comme celui qui consiste à insérer le prédicat au participe dans la structure être désormais qu’on a parfois proposé pour discriminer les états résultants, donne de mauvais résultats puisqu’on peut très bien dire :

(5) Pierre est désormais soigné.

10La seule interprétation possible de cette phrase est en effet celle dans laquelle le participe signifie un procès en cours et qui peut être rendue par :

(6) À partir de maintenant, on soigne Pierre.

11La raison qui fait du test de trouver un outil rationnel et non, comme c’est souvent le cas des tests, un simple critère de classement, c’est que l’usage même du verbe trouver implique que l’attribut de l’objet soit, soit un état, soit un lieu, soit les deux :

(7) J’ai trouvé Pierre dans son lit.
(8) J’ai trouvé Pierre endormi/furieux.

12Tout adjectif signifiant non un état mais une qualité imposera la lecture de jugement à trouver :

(9) / J’ai trouvé Pierre gentil.

13Or ce n’est évidemment pas un hasard si ce sont les groupes prépositionnels locatifs, et les prédicats, participes ou adjectifs, d’états, qui peuvent entrer dans la construction qui nous sert de test : il est bien connu que l’une des propriétés fondamentales des états est qu’ils constituent un lieu pour leur sujet (entendu au sens de sujet de prédication). La raison du contraste entre (3) et (4) est donc bien que être guéri est un état, alors que être soigné n’en est pas un.

1.2 De quoi résulte l’état résultant ?

14L’expression « état résultant » quand elle s’applique au prédicat restauré dans :

(10) La maison est parfaitement bien restaurée.

signifie que (10), qui signifie un fait, en implique un autre, exprimé dans :

(11) On a parfaitement bien restauré la maison.

  • 3 Sur la relation entre états, situations, faits d’un côté et actions, événements, faits, de l’autre, (...)

15La différence entre (10) et (11), est que (10) dénote un fait basé sur une situation, laquelle elle-même repose sur la prédication d’un état résultant, et que (11) dénote un fait basé sur un événement supposant l’accomplissement d’une action par un agent, ici non lexicalisé3. La relation d’implication entre ces deux phrases s’interprète de la manière suivante : à la différence des états purs et simples, les états résultants impliquent des événements qui les précèdent et les conditionnent : la maison ne peut être restaurée que si on l’a restaurée.

16La même expression d’état résultant appliquée à guéri en (12) signifie aussi que le fait que Pierre soit guéri implique un autre fait ; mais lequel : celui exprimé dans (13) ou celui exprimé dans (14) ?

(12) Pierre est guéri.
(13) Pierre a guéri.
(14) On a guéri Pierre.

17La seule réponse possible à cette question est que (12) implique certainement (13), mais qu’il ne peut que suggérer (14), et encore, si le contexte est favorable, par exemple s’il vient d’être dit que Pierre a été soigné. Autrement, seule la phrase (13) est au sens strict une implication de (12).

18Le cas de cuire est légèrement différent puisque, s’il est vrai que de même que (12) implique (13), (15) implique (16), mais il implique aussi toujours (17) :

(15) Le poisson est cuit.
(16) Le poisson a cuit.
(17) On a cuit le poisson.

19Le procès de cuisson ne peut en effet, en tout cas lorsqu’il s’agit de cuisine, se déclencher de lui-même, quoiqu’il se déroule, une fois déclenché, selon ses propres lois.

20Les deux verbes ont ceci de commun qu’ils présentent une « alternance causative », entre un emploi transitif et un intransitif. Dans leur emploi intransitif ils signifient (que cela puisse ou non être empiriquement le cas) que le procès s’accomplit « de lui-même », sans l’intervention d’une cause extérieure, l’emploi transitif correspondant à l’ajout d’une « couche causative » (l’expression est de Reinhart, 2002) dans la représentation conceptuelle, si bien que le procès apparaît alors comme dépendant d’une cause.

21Ils se distinguent en cela de réparer, ou de tailler, qui n’ont pas d’emploi intransitif, si bien que l’état résultant qui leur correspond résulte toujours d’un fait établissant l’action d’un agent.

1.3 Structures lexico-conceptuelles

  • 4 Je propose de réserver le terme de « patient » à l’argument interne d’un verbe à argument externe a (...)

22Je proposerai, pour décrire la structure lexico-conceptuelle des verbes causatifs de changement d’état, une formule dans laquelle l’agent est le premier prédicat du concept élémentaire « AGIR » qui est dans ce cas plus complexe que celui qu’on trouve dans la représentation des verbes agentifs intransitifs, puisque ici on a une variante de l’agir qui est « AGIR SUR ». Ce prédicat élémentaire est commun aux verbes de type hitting et breaking de Fillmore. Le type breaking est évidemment le plus complexe des deux, puisqu’il s’agit d’une variante de l’agir où non seulement l’action s’exerce sur un objet (patient), comme dans le cas de hitting, mais où l’exercice de l’action entraîne une transformation de l’objet (qui du coup assume, outre son rôle de patient, celui de thème)4. On a ainsi, respectivement pour le type hitting et pour le type breaking, les schémas d’analyse conceptuelle suivants :

(18) AGIR<MANNER>SUR(x, y)
(19) AGIR SUR EN SORTE QUE (x, y, (DEVENIR vÉ, y))

23Les différences entre les deux types sont considérables : la partie lexicalisée du contenu conceptuel est la manière de l’action dans le premier cas, son résultat dans le deuxième. Les verbes du premier type ont une structure simple au sens où leur analyse se fait au moyen d’une seule proposition, alors que la structure de ceux du second type comporte deux propositions, dont l’une est enchâssée dans l’autre. Enfin, dans le cas du type breaking, l’argument qui apparaît comme objet direct du lexème réalisé figure deux fois dans la structure conceptuelle : une première fois comme argument de AGIR SUR, une deuxième fois comme argument du prédicat de changement d’état – ce qui explique qu’il ait les deux rôles sémantiques de patient et de thème.

24Pour des verbes tels que cuire ou guérir dans leurs variantes transitives il semble qu’on n’ait pas de raison de poser une autre structure que celle-là, et pour rendre compte de leur signification dans leurs variantes intransitives, il suffit de n’en retenir que la partie la plus « profonde » :

(20) DEVENIR CUIT(x)

25La supériorité de la formule que je propose sur celle de Levin (1999), par exemple, qui représente les verbes à « structure événementielle complexe » en joignant par le prédicat « CAUSE » deux arguments phrastiques comme dans (21) :

(21) (x ACT <manner>) CAUSE (BECOME (y <STATE>))

est qu’elle permet de distinguer le rôle d’agent de celui de cause et par là même d’expliquer, par exemple, la différence entre :

(22) Pierre a cassé une vitre.

et :

(23) Le fait que Pierre ait laissé toutes les portes ouvertes a provoqué le bris d’une vitre.

26Si l’agent était une espèce de cause, animée et consciente, provoquer le bris de et casser devraient être équivalents, et on devrait pouvoir dire :

(24) *Le fait d’avoir laissé toutes les portes ouvertes a cassé une vitre.

27La différence entre cause et agent apparaît d’ailleurs bien dans la confrontation des schémas (19) et (21) : dans le second, il n’y a aucune relation directe entre x, agent d’une action qui reste indéterminée, et y, thème du changement d’état. Ce schéma donne la structure de (23), où le prédicat causal provoquer met en relation deux faits totalement disjoints, exprimés chacun par une proposition distincte.

28Le schéma (19), d’autre part, met en évidence que le changement d’état induit par l’action d’un agent résulte précisément non pas du fait que celui-ci a agi, d’une manière ou d’une autre, mais d’abord du fait qu’il a agi sur un patient, et d’une manière déterminée, telle que le bris du patient s’en est suivi : c’est ce qui apparaît dans l’utilisation d’un constituant de manière primitif associé au prédicat « AGIR SUR » : le constituant « EN SORTE QUE », où « sorte » = « manière ».

2. Prédicats d’état et adverbes de manière

2.1. Adverbes de manière et prédicats causatifs de changement d’état

  • 5 Je parle ici des adverbes de manière « purs », ceux qui n’ont pas une portée phrastique tels que ge (...)
  • 6 Je prends sur cette question une position non davidsonienne, en admettant l’existence de prédicats (...)

29Une formule comme (19) permet de voir clairement que la portée des adverbes de manière5 combinés avec des verbes factitifs de changement d’état est double : si on admet que les adverbes sont des prédicats de prédicats6 ils peuvent porter soit sur « AGIR SUR » soit sur « DEVENIR », c’est-à-dire soit sur la partie causative du prédicat, soit sur celle qui signifie le changement d’état. Combinés avec de simples verbes de changement d’état, ils ne peuvent porter que sur le prédicat de changement lui-même, puisqu’il n’y en a pas d’autre.

30Ceux qui portent, dans un prédicat complexe, sur la partie de la structure dont le prédicat est celui de changement d’état, vont qualifier essentiellement le rythme de succession des phases du changement, comme c’est le cas dans les phrases :

(25) Pierre a restauré lentement ce tableau.
(26) Le poisson a cuit rapidement.

31Ceux qui portent sur la partie de la structure dont le prédicat signifie l’action dont découle le changement, ne concernent pas le rythme, car, s’il est vrai que agir (sur) (cf. Reinhart, 2002) c’est « exercer sa force (sur) », cet exercice d’une force ne comporte pas, du moins pas nécessairement, de phases. Ainsi l’adverbe rapidement, s’il ne porte pas sur le déroulement même du procès, ne portera pas non plus sur l’action mais restera extérieur au VP, comme c’est le cas dans :

(27) Le garagiste m’a rapidement réparé ma voiture.

qui n’a qu’une lecture, celle où le garagiste s’est rapidement mis au travail – et alors l’adverbe n’est pas un adverbe de manière, comme il l’est dans l’interprétation préférentielle de (28), où c’est le rythme du passage de l’état non réparé à l’état réparé qui est caractérisé comme « rapide » :

(28) Le garagiste m’a réparé ma voiture rapidement.

32Cependant, certains adverbes de manière peuvent porter sur le prédicat « AGIR (SUR) » : ce sont tous ceux qui signifient une propriété ou une disposition de l’agent susceptible de se transmettre à son action comme la minutie ou le soin, dans :

(29) Le témoin a minutieusement noté tous les détails.
(30) Le cuisinier a soigneusement cuit le poisson.

33L’usage courant explicite d’ailleurs le passage des dispositions de l’agent sur l’action elle-même, avec des expressions telles que : « mettre du soin/de la minutie à Vinf ». Ce transfert à l’action de propriétés de l’agent est très caractéristique des prédicats transitifs agentifs, et on s’attend donc à ne pas le rencontrer avec des verbes dont le sujet n’est pas un agent, en particulier avec les prédicats exprimant un état.

2.2. Adverbes de manière et prédicats d’état résultant

34Si on distingue entre adverbes « externes » (ceux qui ne signifient pas une propriété de l’action même mais de son agent) et « internes » (ceux qui renvoient à une propriété inhérente à l’action, de type aspectuel), on est tenté d’affirmer a priori que les adverbes des deux types doivent être exclus avec tous les prédicats d’états, les premiers parce qu’ils ont leur source dans un agent, absent de la structure argumentale des prédicats statifs, les seconds parce qu’ils supposent un dynamisme interne, des phases, dont les prédicats statifs sont dépourvus.

35On s’attend précisément à ne pas pouvoir avoir de phrases telles que :

(31) *Ma voiture est trop rapidement réparée.
(32) *Ce poisson est trop rapidement cuit.

puisque le prédicat de changement, « DEVENIR » ne figure plus ni dans la représentation de réparé ni dans celle de cuit, qui sont de purs statifs.

36Ce à quoi on ne s’attend pas, en revanche, c’est de pouvoir avoir des phrases comme :

(33) Ma chambre est soigneusement nettoyée.
(34) Tous les détails sont minutieusement notés.

37Dans ces phrases il n’y a pas, en effet, d’agent ni explicite ni implicite qui pourrait justifier que le soin ou la minutie mis par le sujet dans l’accomplissement de l’action aboutissant au résultat mentionné, se transmette au résultat. Il faut donc supposer que les verbes nettoyer, noter et autres semblables, autorisent d’emblée, et déjà dans leur forme active, la transmission de certaines dispositions du sujet non seulement à l’action, mais de l’action à son résultat. Cela implique en particulier que dans une formule comme (19) un modifieur du sujet du prédicat « AGIR » ira chercher en quelque sorte son point d’application jusque dans le prédicat le plus profondément inséré dans la structure : réparé, et que le résultat ainsi modifié va le rester quand toute la « couche causative » disparaîtra dans la formation du participe d’état résultant.

38Certes, toutes les dispositions du sujet ne sont pas de nature à passer dans l’objet transformé par son action : le résultat d’un travail accompli soigneusement se ressent du soin que l’agent y a mis, comme on dit, et n’est pas le même que celui d’un travail accompli sans soin, d’où la possibilité de (33). Mais le résultat d’un travail accompli joyeusement ne se traduit pas de façon visible sur le résultat, d’où la bizarrerie de :

(35) *Ma chambre est joyeusement nettoyée.

39Pour faire le partage, on peut utiliser comme test l’expression qui explicite le passage du soin du sujet à l’action et à son résultat, l’expression « mettre du soin, de l’attention, à faire quelque chose ». Or, on dira facilement (36) mais moins facilement (37) :

(36) Pierre met toujours beaucoup de soin à nettoyer sa chambre.
(37) ?? Pierre met toujours beaucoup de joie à nettoyer sa chambre.

40Quoi qu’il en soit des restrictions de nature plutôt empirique qu’elle rencontre, la possibilité existe, pour le prédicat d’état résultant, de conserver au moins certaines des propriétés qui ont passé du sujet agentif sur l’action, et de celle-ci sur l’état résultant. La condition sine qua non pour que ce passage puisse s’effectuer étant évidemment que l’état soit résultant. À cette condition s’en ajoute une autre, qui est que l’état résulte d’une transformation induite par l’action d’un agent sur l’entité qui change, patient et thème en termes de rôles. En effet les participes passés des verbes inaccusatifs qui signifient un changement sans cause externe ne prennent pas d’adverbes de manière, car en tant que participes statifs ils ne peuvent pas en prendre d’inhérents, et en tant que dérivés de verbes non agentifs ils ne peuvent pas hériter de propriétés de leur sujet de prédication. Les contrastes suivants sont donc parfaitement prévisibles :

(38) Le bois a pourri rapidement.
(39) *Le bois est rapidement pourri.
(40) *Le vieil homme est mort désespérément hier à trois heures.
(41) Le vieil homme est mort désespéré hier à trois heures.

  • 7 II est vrai qu’on trouve des phrases telles que : il est mort stoïquement/héroïquement, mais cette (...)

41L’adverbe de (38) caractérise le seul rythme d’accomplissement du procès, il est donc prévisible qu’il ne se conserve pas dans la phrase exprimant l’état résultant de ce procès. L’agrammaticalité de (40) montre que l’impossibilité de la transmission du désespoir du sujet de la prédication au prédicat (actif mais non agentif) tient à la relation entre sujet et prédicat, puisque ici le sujet est le thème d’un procès de changement d’état, et non pas l’agent de ce changement. Le désespoir, qui peut être attribué au thème, ne peut donc pas passer sur le procès même de la mort ni à plus forte raison sur l’état qui en résulte7.

42Nous sommes donc en face de la situation suivante : les verbes agentifs causatifs de changement d’état ont un participe à interprétation résultative qui conserve, sous la forme d’un adverbe de manière, des propriétés qui ont leur origine dans l’agent.

43Les verbes purement inaccusatifs, comme mourir, n’ayant pas de sujet agentif, ne présentent pas cette possibilité, quoiqu’ils aient un participe d’état résultant.

44Qu’en est-il des verbes qui alternent entre un emploi transitif causatif, et un emploi inaccusatif, non agentif par définition ?

2.3. Adverbes de manière et verbes à alternance causative

45Les verbes à alternance causative peuvent eux aussi, dans leurs emplois actifs ou passifs processifs, se combiner avec des adverbes de manière orientés vers le sujet comme par exemple dans :

(42) Le poisson est alors soigneusement cuit à la vapeur.
(43) Le coiffeur m’a soigneusement éclairci les cheveux.

46Dans ces phrases, ce qui est caractérisé comme « soigneux », ce sont les procès de cuisson et d’éclaircissement, dans lesquels l’agent a mis du soin. Et pourtant la propriété passée de l’agent sur l’action semble devoir s’arrêter là et ne pas pouvoir, dans ce cas, atteindre l’objet, puisqu’on ne dira pas des choses comme :

(44) ?? Ce poisson est bon parce qu’il est soigneusement cuit.
(45) ?? Mes cheveux sont beaux parce qu’ils sont soigneusement éclaircis.

47La question est de savoir ce qui rend ces phrases impossibles ou en tout cas très douteuses, alors que, s’agissant de cuire et de éclaircir, leurs participes peuvent parfaitement se rattacher à un emploi causatif agentif, à la différence de mourir. Cette question revient à se demander ce qui sépare sémantiquement réparer ou nettoyer de cuire ou éclaircir transitifs, s’il est vrai qu’ils partagent, comme je l’ai supposé jusqu’à présent, la même analyse lexico-conceptuelle.

2.4. Causation externe et interne

48C’est Beth Levin (1993) qui la première a repéré comme importante la différence entre deux types de verbes causatifs, en distinguant cause externe et cause interne. En laissant ici de côté la question du bien-fondé du terme de « cause », ce qui sépare réparer de cuire est bien de cet ordre. Car même si la cuisson des aliments ne se fait pas seule, l’intervention de l’agent consiste en quelque sorte à « mettre l’objet à cuire » dans des conditions qui permettent que la cuisson « se fasse ». Mais pour réparer une voiture, il ne suffit pas de la mettre dans un garage bien outillé, et d’attendre ensuite que la réparation se fasse. L’action de l’agent et le déroulement du procès de changement d’état de la voiture sont parfaitement homologues l’un à l’autre ; ils commencent ensemble et s’arrêtent ensemble. Dans le cas de la cuisson, l’action de l’agent ne s’exerce pas jusqu’à l’accomplissement du changement d’état, et une partie du procès au moins se déroule de manière autonome. La différence entre les deux types de verbes n’est donc pas conceptuelle, mais aspectuelle, et on peut la représenter à peu près ainsi :

(46) Éclaircir : ∃ t1, t2 (À t1 (AGIT SUR x, y) EN SORTE QUE (À t2 (éclairci, y))
(47) Réparer : ∃ t1, t2 (< t (t 1<t< t2) (AGIT SUR x, y) EN SORTE QUE (À t2 (réparé, y))

49La formule (46) dit que l’agent qui éclaircit (des cheveux) agit sur le patient à un moment donné, mais pas (pas nécessairement en tout cas) jusqu’à ce que le résultat soit atteint, et qu’il y a en quelque sorte un « trou » entre t1 et t2. Elle n’est donc pas tout à fait exacte en ce qu’elle présente l’action de l’agent comme purement ponctuelle (comme un « achèvement »), ce qu’elle n’est pas forcément : elle peut aussi être un achèvement. Il faudrait dans ce cas ajouter une troisième variable temporelle, mais cela ne changerait rien de significatif. En (47) au contraire, l’agent apparaît comme agissant constamment dans l’intervalle qui sépare t1 de t2.

50La différence entre éclaircir et réparer peut donc s’exprimer en termes aspectuels, en disant que le déroulement respectif de l’action et du changement subséquent sont homologiques dans le cas de réparer, mais ne le sont pas dans celui de éclaircir où le déroulement du changement d’état « déborde » en quelque sorte celui de l’action d’où il résulte.

3. Conclusion

51Si maintenant on se demande quelle est la logique du fonctionnement des adverbes de manière tel qu’il vient d’être décrit, on peut voir d’abord que le passage des propriétés de l’agent sur son action, puis sur son objet, traduite par l’existence d’adverbes de manière « orientés vers le sujet », ne reçoit une explication que dans le cadre aristotélicien, que j’ai adopté, où l’action transitive est une « action sur ». Seul en effet le concept élémentaire que je transcris par « SUR », en marquant que l’objet est d’abord un patient, point d’application de l’action, avant d’être un thème, associé avec l’idée que l’action est l’exercice d’une force, permet de comprendre que quelque chose « passe » de la source de la force, l’agent, à son exercice, l’action, puis à son point d’application, le patient.

52Mais cette modification apportée à l’analyse généralement admise ne suffit pas à elle seule à expliquer l’exclusion de ces adverbes orientés vers l’agent dans le cas de certains participes à interprétation résultative. Elle s’explique bien, par contre, si on regarde (46) et (47). La première formule montre que le résultat « réparé » tombe en quelque sorte à l’intérieur du domaine temporel où s’exerce l’action de l’agent ; ou encore, que le changement qui aboutit au résultat ne déborde pas l’action qui le provoque. Il n’y a donc aucun intervalle temporel au cours duquel le sujet cesserait de transmettre à l’objet, à travers son action, certaines de ses propriétés. La seconde fait apparaître justement qu’il y a un moment où cette transmission cesse, ou plutôt qu’elle s’arrête à l’action, et ne va pas jusqu’au résultat.

53Ce que montre cette analyse ne fait que confirmer ce que les grands précurseurs de l’analyse prédicative et de l’assignation des rôles sémantiques, Jackendoff et Dowty en particulier, ont compris très vite, à savoir qu’une analyse purement conceptuelle qui ne tient pas compte des modalités de déroulement des procès, ou plus généralement de l’aspect, reste irrémédiablement incomplète.

Bibliographie

Références bibliographiques

DOWTY David, 1991, « Thematic Proto-roles and Argument Sélection », Language, n° 67, p. 547-619.

ECKART Régine, 2003, « Manner Adverbs and Information Structure. Evidence from the adverbial Modification of Verbs of Creation », in E. LANG, C. MAIENBORN, C. FABRICIUS-HANSEN (éds), Modifying Adjuncts, p. 261-305.

ERNST Thomas, 2003, « Semantic Features and the Distribution of Adverbs », in E. LANG, C. MAIENBORN, C. FABRICIUS-HANSEN (éds), Modifying Adjuncts, p. 307-334.

FILLMORE Charles, 1970, « The Grammar of Hitting and Breaking », in R. JACOBS and P. ROSENBAUM (éds), Readings in English Transformational Grammar, Waltham, Mass., Ginn and company.

GEUDER Wilhelm, 2006, « Manner Modification of States », in C. EBERT and C. ENDRISS (éds), Proceedings of Sinn und Bedeutung 10, Berlin Humboldt Universität. ZAS Papers in Linguistics 44, vol. 2, p. 111-124. (www.zas.gwz.berlin.de/papers/zaspil/articles/zp44/429.pdf)

JACKENDOFF Ray, 1987, « The status of thematic relations in linguistic theory », Linguistic Inquiry, n° 18.3, p. 369-411.

KATZ Graham, « Event Arguments, Adverb Sélection and the Stative Adverb Gap », in E. LANG, C. MAIENBORN, C. FABRICIUS-HANSEN (éds), Modifying Adjuncts, p. 455-474.

LAGAE Véronique, 2002, « Le passif pronominal : une forme complémentaire du passif périphrastique ? », in Véronique LAGAE, Anne CARLIER, C. BENNINGER (éds), Temps et aspect : de la grammaire au lexique, Amsterdam/New York, Rodopi, p. 133-149.

LANG Ewald, MAIENBORN Claudia, FABRICIUS-HANSEN Catherine, 2003, Modifying Ajuncts, Berlin, New York, Mouton de Gruyter.

LEVIN Beth, 1993, English verb classes and alternations : a preliminary investigation, University of Chicago Press.

LEVIN Beth, 1999, « Objecthood. An event structure perspective », CLS 35, vol. 1, Language 77, p. 786-797.

LEVIN Beth, RAPPAPORT Malka, 1995, Unaccusativity. At the syntax semantics interface, Cambridge, Mass MIT Press.

REINHART Tania, 2002, « The theta System : an overview », Theoretical Linguistics, n° 28.3, p. 229-24.

SCHÄFER Martin, 2001, « Pure Manner Adverbs », Linguistische Arbeitsberichte, n° 76, p. 251-272.

VAN DE VELDE Danièle, 2006, Grammaire des Événements, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.
2008, « Le rôle sémantique du sujet des verbes causatifs de changement d’état physique et psychologique », Journée d‘Etude « Agents, Causes, Instruments », Université de Lille 3, Villeneuve d’Ascq, 6 juin 2008.

VENDLER Zeno, 1967, Linguistics in Philosophy, Comell University Press, Ithaca.

Notes

1 Je considère que les prédicats d’états psychologiques ne sont pas résultants, mais conséquents, car ils sont la conséquence d’une cause et non le résultat d’une action accomplie par un agent.

2 On trouve encore dans ces structures soit des relatives attributives (J’ai trouvé Pierre qui dormait), soit des locutions exprimant la progressivité, et d’ailleurs d’origine locative elles aussi (J’ai trouvé Pierre en train de dormir). Dans les deux cas le verbe doit être à une forme telle qu’il présente le sujet soit dans un certain état, soit dans le déroulement d’une action.

3 Sur la relation entre états, situations, faits d’un côté et actions, événements, faits, de l’autre, voir Van de Velde (2006). Grosso modo, on peut dire qu’un fait suppose la réalisation d’une situation (Le volcan est endormi) ou la réalisation d’un événement (Le volcan s’est réveillé). La situation et l’événement eux-mêmes se distinguent en ce que l’une repose sur une prédication stative non bornée, l’autre sur une prédication dynamique et bornée.

4 Je propose de réserver le terme de « patient » à l’argument interne d’un verbe à argument externe agentif, dont l’agentivité est de type transitif (AGIR SUR), tandis que celui de « thème » s’applique à l’unique argument d’un prédicat de changement de lieu ou d’état, comme dans les premières versions de la théorie des rôles thématiques.

5 Je parle ici des adverbes de manière « purs », ceux qui n’ont pas une portée phrastique tels que gentiment dans Pierre est gentiment venu tout de suite, rapidement dans Pierre est rapidement venu ou facilement dans Pierre a facilement déchiffré ta lettre.

6 Je prends sur cette question une position non davidsonienne, en admettant l’existence de prédicats de second degré. On sait que la variable événementielle que Davidson fait figurer dans toutes les représentations des phrases d’action est destinée selon lui à régler la question de la représentation des adverbes, qui deviennent tous prédicats (de premier degré) de cette variable. Pour une critique de cette solution, voir Van de Velde (2006).

7 II est vrai qu’on trouve des phrases telles que : il est mort stoïquement/héroïquement, mais cette exception confirme la règle, puisque la présence des adverbes confère au prédicat un sens agentif dans lequel il signifie « aller à la mort », « supporter la mort ».

Auteur

Université de Lille 3, STL, UMR 8163

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search