Version classiqueVersion mobile

Temps, aspect et classes de mots

 | 
Eugénia Arjoca-Ieremia
, 
Cécile Avezard-Roger
, 
Jan Goes
, 
et al.

Auxiliaires et expression de l’accompli en roumain et en français1

Florica Hrubaru et Elena Cornes

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Un grand merci au relecteur anonyme, dont les remarques nous ont permis d’améliorer sensiblement no (...)

1Dans notre article, nous nous proposons d’analyser l’expression de l’accompli dans le verbe roumain à partir de la comparaison avec le français. En effet, les réalisations linguistiques de l’accompli en roumain comportent des différences importantes par rapport au français et aux autres langues romanes.

2L’expression de l’accompli est liée à la morphologie de la forme verbale, notamment à la présence du participe passé dans les formes composées des verbes. Le participe passé est « une forme verbale parvenue au terme de sa tension [...] qui a dépensé tout son avenir » (G. Guillaume cité par Wilmet, 1978 : 52).

3Les travaux de linguistique sur le verbe sont unanimes dans l’affirmation concernant les deux valeurs des formes verbales composées : une valeur d’antériorité par rapport à un moment indiqué dans le discours et une valeur d’accompli. En fait, la valeur d’une forme composée est le couple de valeurs intrinsèquement liées : « état résultant-événement » (Desclés et Guentcheva, 2003 : 49) et c’est le contexte qui permet de filtrer une de ces valeurs.

4Le système verbal du roumain ne montre pas la même symétrie formelle que le système français. Pour le problème qui nous occupe ici, mentionnons seulement quelques particularités des formes de l’indicatif, telles qu’elles sont données par les grammaires :

  • le passé composé se construit toujours avec l’auxiliaire a avea + participiu = avoir + participe passé (Ex. : am/ ai/ a/ am/ ati/ au lucrat = j’ai travaillé..., mais aussi : am/ ai/ a/ am/ ați/ au mers = je suis allé...) ;

    • 2 Une remarque importante que nous devons à notre relecteur : dans la terminologie roumaine, on emplo (...)

    le plus-que-parfait roumain est un temps simple2, dont la structure est : radical + suffixe + désinence (ex. : pour le verbe a lucra = travailler, les formes du plus-que-parfait sont : lucr+a+se+m/ lucr+a+se+şi/ lucr+a+se+Ø/ lucr+a+se+rǎm/ lucr+a+se+rǎți/ lucr+a+se+rǎ ; pour le verbe a merge = aller, les formes du plus-que-parfait sont : mer+se+se+m/mer+se+se+şi/ mer+se+se+ ø/ mers+se+se+rǎm/ mer+se+se+rǎți/ mer+se+se+rǎ) ;

  • le futur est un temps composé qui a plusieurs séries de formes (toutes composées) ; les séries considérées comme principales par la Grammaire de l’Académie sont formées à l’aide des verbes auxiliaires a vrea = vouloir et a avea = avoir : (a) une première série formée d’affixes mobiles provenus du verbe a vrea + infinitif (ex. : voi/ vei/ va/ vom/ veți/ vor lucra ; vo/ veil va/ vom/ veți/ vor merge, etc.) ; (b) une deuxième série formée de l’indicatif présent du verbe a avea + subjonctif présent (ex. : am sa lucrez/ ai sa lucrezil are sa lucreze / avem sa lucrǎm/ aveți sa lucrațil au sa lucreze ; am sa mergl ai sa mergi/ are sǎ meargǎ/ avem sa mergem/ aveți sa mergeț/ au sǎ meargǎ).

  • le futur antérieur est un temps composé construit uniquement avec l’auxiliaire afi = être, dont la structure est : futur du verbe a fi [les formes de la série (a)] + participe passé (ex. : pour le verbe a lucra = travailler, les formes du futur antérieur sont : voi fi lucrat/ vei fi lucrat/ va fi lucrat / vom fi lucrat/ veti fi lucrat/ vor fi lucrat ; pour le verbe a merge = aller, les formes du futur antérieur sont : voi fi mers ! vei fi mers/ va fi mers/ vom fi mers/ veti fi mers ! vor fi mers).

5Nos analyses porteront ici, dans un premier temps, sur le passé composé du roumain, ce temps ayant la morphologie la plus proche de son correspondant français : auxiliaire + participiu (en roumain) ; auxiliaire + participe passé (en français). Nous essaierons ensuite une description du plus-que-parfait du roumain, forme considérée comme synthétique par la Grammaire de l’Académie Roumaine (Gramatlca limbii romane, 2005, I : 433) mais qui, selon nous, connaît en roumain une forme parallèle, analytique.

2. Le passé composé

6La plupart des spécialistes rattachent l’analyse du passé composé français à sa composition morphologique et la conséquence immédiate en est que le passé composé est décrit comme un « temps à deux facettes » ou à deux valeurs. En ce sens, É. Benveniste affirme : « En soi, j’ai fait est un parfait qui fournit soit la forme d’accompli, soit la forme d’antériorité au présent je fais » (Benveniste, 1966 : 49).

7Cette position est adoptée telle quelle ou nuancée par la plupart des spécialistes : C. Vet identifie un passé composé 1, résultatif et un passé composé 2, à valeur de prétérit (Vet, 1985 : 41-42) ; M. Wilmet parle de : « Deux indices [qui] règlent le tiroir dépendant sur l’auxiliaire ou sur l’auxilié » (Wilmet, 1996 : 353) ; C. Vetters affirme : « On ne peut pas vraiment parler de deux passés composés différents, mais d’un seul qui permet de focaliser soit l’événement passé, soit le résultat à t0 » (Vetters, 1996 : 157) ; J.-M. Luscher, à la suite de P. Imbs (1968), met en évidence « la différence essentielle entre les deux emplois fondamentaux du passé composé : (i) Le passé composé de l’antériorité est intégrable dans une suite ordonnée d’événements (E) [...]. (ii) Le passé composé de l’accompli débouche sur un état résultant, qui est l’objet même de la communication » (Luscher 1998 : 187) ; J.-P. Desclés et Z. Guentcheva notent : « Nous considérons que le passé composé a deux valeurs fondamentales qui, liées à l’évolution diachronique de la forme, se conditionnent réciproquement : d’un côté la valeur aspectuelle d’un état résultant d’un événement antérieur auquel il est contigu et, de l’autre, la valeur d’événement qui engendre un état résultant que le contexte peut, ou ne peut pas, mettre en évidence » (Desclés et Guentcheva, 2003 : 49).

2.1. Le passé composé roumain

8La Grammaire de l’Académie Roumaine décrit le passé composé roumain comme une forme analytique qui comporte l’auxiliaire a avea < lat. habēre, sous forme d’un affixe mobile (libre) variable en fonction de la personne : am, ai, a, am, ati, au, suivi d’une forme invariable de participe : jucat, lucrat, apǎrut, rupt, citit, hotǎrât, mers, etc. ; il s’appelle « perfect compus » = littéralement, « parfait composé » (Cf. Gramatica limbii romane, 2005,1 : 415).

9Toutes les grammaires roumaines s’accordent sur le fait que cette forme réduite à un affixe du verbe a avea est le seul auxiliaire utilisé en roumain pour le passé composé à la forme active de tous les verbes, aussi bien dans : a mâncat, a citit, a scris, etc., (comme en français : il a mangé, il a lu, il a écrit, etc.), mais aussi dans : a plecat, a intrat, a ieşit, etc. (à la différence du français : il est parti, il est entré, il est sorti, etc.).

10Pourtant, on constate que de nombreux verbes roumains entrent dans une structure de type afi+ participiu = être + participe passé, structure qui est traitée dans les grammaires roumaines comme « prédicat nominal », le verbe a fi =être étant donc considéré, dans ce cas, comme ayant un statut de copule et non pas d’auxiliaire.

11Ce type de structure existe en roumain pour tous les verbes qui en français réalisent le passé composé avec l’auxiliaire être. Nous avons donc en roumain pour il est parti – a plecat ! este plecat ; pour il est venu – a venit/ este venit ; pour il est sorti – a iefit/ este ieşit ; pour il est entré – a intrat/ este intrat ; pour il est allé – s-a dus/ este dus ; pour il est né – s-a nàscut/ este nǎscut, etc.

  • 3 Le verbe être connaît en roumain pour l’indicatif présent des formes abrégées en concurrence avec l (...)

12De plus, un ensemble de verbes qui n’acceptent que l’auxiliaire avoir en français, en roumain peuvent être employés avec les deux auxiliaires : il a mangé : a mǎncat/ este mâncat ; il a bu : a bǎutl este bǎut ; il a quitté (son pays) : a fugit (din țarǎ)/ este fugit (din țarǎ) ; il a (beaucoup) voyagé : a umblat (mult)/ este umblat ; il a (beaucoup) lu : a citit (mult)/ este citit, etc3.

13Nous nous proposons :

  • de montrer que certaines de ces structures a fi + participiu sont en roumain des passés composés et que, par conséquent, le verbe afi = être a, dans ces cas, le statut d’auxiliaire et non pas de copule ;

  • de circonscrire la (les) classe(s) des verbes qui, en roumain, accepte (nt) l’auxiliaire a fi en concurrence avec l’auxiliaire a avea pour construire le passé composé ;

  • de répondre à la question suivante : la structure a fi + participiu est-elle toujours en roumain un passé composé, ou bien dans certains emplois avons-nous vraiment à faire à un verbe copule + adjectif participe comme le veulent les grammaires roumaines qui classent en bloc tous ces cas ?

2.2. Le passé composé : valeur d’accompli et valeur résultative

14Nous faisons l’hypothèse que les valeurs fondamentales du passé composé roumain sont les mêmes que celles du passé composé français, à savoir la valeur aspectuelle d’un état résultant d’un événement antérieur auquel il est contigu, d’une part, et, de l’autre, la valeur temporelle d’événement qui engendre un état résultant.

15S’il y a des cas où il n’y a pas toujours consensus dans la description du passé composé et de ses valeurs, cela est dû tout d’abord au fait que la notion d’état résultant n’est pas définie avec précision. On s’interroge effectivement sur les nombreux concepts impliqués dans la description du passé composé :

  • accompli du présent et présent résultatif sont-ils synonymes ?

  • la différence entre état et état résultant est-elle pertinente dans l’analyse du fonctionnement du passé composé ?

  • et, avec J.-P. Desclés : « Quels sont les marqueurs explicites qui, en contexte, permettent de filtrer une signification précise et extraite du réseau ? » (Desclés, 2003 : 48)

16Pour la description du passé composé, nous prenons comme point de départ les études de J.-P. Desclés et Z. Guentcheva et nous définissons l’état résultant comme suit : « L’état résultant est une propriété acquise par le référent du sujet syntaxique » et « il présuppose nécessairement un événement auquel il est contigu » (Desclés et Guentcheva, 2003 : 50). Ces auteurs signalent qu’un ensemble de marqueurs permettent de filtrer l’état résultant, à savoir des adverbiaux temporels tels : jusqu’à (ce jour, maintenant) + proposition, maintenant que, d’ores et déjà, désormais, à présent, enfin, etc. D’autre part, dans une proposition introduite par des connecteurs temporels tels : alors que, dès lors que, quand, lorsque, tandis que, pendant que, dès que, avant que, après que, etc., la valeur assignée à l’occurrence du passé composé est celle d’événement.

  • 4 Pour certains de ces verbes, en contexte actanciel approprié, la structure a fi + participiu peut r (...)

17Nous pouvons, en effet, tester le fonctionnement de ces marqueurs sur quelques phrases françaises et sur les phrases roumaines correspondantes4 :

(1) Pierre est parti.
Petre a plecat.
Petre este plecat.
(2) Pierre a téléphoné.
Petre a telefonat.
*Petre este telefonat.
(3) Pierre s’est habillé.
Petre s-a îmbrǎcat.
Petre este îmbrǎcat.
(4) Pierre a mangé.
Petre a mâncat.
Petre este mâncat.

18– pour la valeur aspectuelle d’état résultant du passé composé : emploi de maintenant que/ acum cǎ :

Fr. : Maintenant qu’il est parti/ a téléphoné/ s’est habillé/ a mangé, nous pouvons continuer notre travail.

19Roum. : Acum cǎ a plecat/ este plecat/ a telefonat/ s-a îmbrǎcat ! este îmbrǎcat, a mǎncat/ este mâncat, putem sa ne continuant treaba.

20– pour la valeur temporelle d’événement antérieur du passé composé : emploi de dès que/ (de) îndatǎ ce

Fr. : Dès qu ’il est parti/ a téléphoné/ s’est habillé/ a mangé, nous avons pu continuer notre travail.

Roum. : (De) îndatà ce a plecat/ a telefonat/ *este telefonat/ s-a îmbrǎcat/ a mâncat, ant putut sǎ ne continuǎm treaba.

21L’examen de ces exemples permet d’observer que :

  • lorsque le contexte sélectionne la valeur d’événement, aucun verbe du roumain n’emploie l’auxiliaire a fi et l’enchaînement implique l’emploi d’un passé composé ;

  • lorsque le contexte sélectionne la valeur d’état résultant, certains verbes roumains seulement peuvent utiliser l’auxiliaire a fi, qui est donc, dans ces cas, en concurrence avec l’auxiliaire a avea – et l’enchaînement implique l’emploi du présent.

22Notons aussi que :

  • dans tous ces cas, l’état résultant n’est repérable que par rapport à l’occurrence de l’événement ;

  • dans tous ces cas il y a passage d’un état <e1> vers un état <e2> : c’est un changement d’état qui affecte le référent du sujet syntaxique.

23Il découle de ces observations que :

24– s’il n’y a pas de passage d’un état <e1> vers un état <e2>, avec acquisition d’une propriété par le référent du sujet syntaxique, on ne peut pas parler d’état résultant, le passé composé sera simplement un événement accompli « avec une spécification éventuelle d’événement achevé, qui peut avoir ou non atteint son terme » (Desclés et Guentcheva, 2003 : 49) :

(5) Condi Rice a cӑntat la pian pentru Regina Angliei.
(6) Condi Rice a joué du piano pour la Reine d’Angleterre.
(7) Leonard Cohen a cӑntat ieri la Bucureçti.
(8) Léonard Cohen a chanté hier à Bucarest, (www.gandul.info)

25– l’état résultant se distingue d’un simple état descriptif qui, lui, n’implique aucun événement explicite antérieur « même si nos connaissances du monde nous permettent d’envisager un événement qui a donné naissance à cet état descriptif » (Desclés et Guentcheva, 2003 : 50) :

(9) Il attend sa fiancée sur les marches de l’église. Il est habillé en noir et il porte une cravate en soie.

Nous reviendrons sur la distinction entre état descriptif et état résultant (v. ci-dessous, 4).

3. Verbes qui sélectionnent l’auxiliaire a fi en roumain et être en français

26Prenons comme point de départ l’affirmation de M. Wilmet : « Le choix de l’auxiliaire de composition avoir ou être est intimement lié à la topicalisation [voix active/ passive] et à la transitivité verbale. [...] Tous les verbes transitifs prennent toujours avoir à la voix active. [...] Les verbes intransitifs adoptent tantôt l’auxiliaire avoir, tantôt l’auxiliaire être, tantôt l’auxiliaire être ou avoir » (Wilmet, 1997 : 320).

27L’étude de notre corpus roumain montre sans équivoque que les verbes transitifs sélectionnent toujours comme en français, l’auxiliaire a avea et que ceux qui acceptent l’auxiliaire a fi à côté de l’auxiliaire a avea sont des verbes intransitifs. Ce seront ces derniers qui feront l’objet de notre analyse.

28Les études de linguistique française consacrées à la syntaxe et à la sémantique des verbes classent les verbes intransitifs en deux sous-ensembles à partir de leur structure argumentale. Buchard et Carlier (2008 : 2421) distinguent :

  • les inaccusatifs, ou ergatifs, dont l’unique argument est un argument interne direct (aller, arriver, descendre, entrer, etc.) ; le sujet d’un verbe inaccusatif est un patient affecté par l’action du verbe, subissant un changement d’état ou de lieu ;

  • des inergatifs, dont l’unique argument est externe au groupe verbal (chanter, marcher, travailler) ; le sujet des verbes inergatifs est un agent qui effectue une activité.

  • 5 « Certains de ces verbes marquent en effet la venue à l’existence (advenir, apparaître, éclore, naî (...)

29Les mêmes études affirment que d’une part, du point de vue aspectuel, « l’inaccusativité va de pair avec la télicité car seuls les arguments internes peuvent délimiter le procès décrit par le verbe » (Van Valin, 1990, cité par Buchard et Carlier, 2008 : 2423) et que d’autre part, les verbes qui sélectionnent l’auxiliaire être sont des verbes généralement considérés comme prototypiques de la classe des inaccusatifs5.

30À partir de ces descriptions, nous avons établi les ensembles suivants pour les verbes français susceptibles d’entrer dans la structure être + participe passé. C’est à partir de ces ensembles que nous décrirons le comportement des verbes roumains compatibles avec l’auxiliaire a fi, en nous fondant sur les exemples fournis par notre corpus.

3.1. Verbes inaccusatifs – Type partir6/ a pleca

  • 6 Les verbes sélectionnant l’auxiliaire être qui suscitent des commentaires liés à la configuration a (...)

31En français, ces verbes (arriver, entrer, intervenir, monter, parvenir, venir, descendre, partir, sortir, tomber, etc., sélectionnent toujours l’auxiliaire être et la valeur du passé composé est celle de présent d’aspect accompli :

(10) Je vois que Pierre est sorti. (Vet, 1992 : 46)

ou d’antériorité par rapport au présent :

(11) Pierre est parti à 8 heures.

  • 7 La seule exception est le verbe a muri (mourir), dont l’unique auxiliaire est a avea (avoir) ; comm (...)

32En roumain, tous ces verbes7 sélectionnent pour le passé composé, à côté de l’auxiliaire a avea – indiqué par toutes les grammaires –, l’auxiliaire a fi lorsqu’il s’agit d’exprimer l’état résultant, comme dans les exemples suivants tirés de notre corpus d’étude :

  • 8 Toutes les traductions des exemples roumains sont littérales et gardent en français la structure mo (...)
  • 9 Parmi les formes citées dans notre corpus, il y en a qui sont ressenties comme des formes qui relèv (...)

(12) Ofițerul de poliție judiciarǎ la Inspectoratul Judetean de Poliție Braşov cercetat alǎturi de Cristian Cioacǎ pentru violarea corespondentei avocatei Elodia Ghinescu este plecat, de la începutul acestui an, într-o misiune în Noua Zeelandǎ, susțin reprezentanți ai Poliției Judetene Braşov. (Gândul, 9 apr. 2009)
L’officier de police judiciaire de l’inspectorat départemental de la Police de Brasov interrogé aux côtés de Cristian Cioacǎ pour violation du courrier de l’avocate EG est parti, depuis le début de l’année, en mission en Nouvelle Zélande, soutiennent les représentants de la Police départementale de Braçov8.
(13) Pe un brad cǎzut este marcajul dungǎ roşie, o parte dintre ei sunt cǎzuți şi de la furtunǎ, dar conform ciobanului de la Stâna Vǎcǎrea majoritatea sunt [...] (www.carpati.org/galeria_personala/ecologie) Sur un sapin tombé, il y a des marques en rouge ; une partie de ces sapins sont tombés à cause de l’orage, mais, selon le berger de Stâna Vǎcǎrea, la plupart sont [...].
(14) Conform raportului anual privind stabilitatea financiarǎ élaborât de BNR, românii care sunt plecati la muncǎ în strǎinǎtate au trimis în anul acesta circa 200 milioane de euro, (www.ziare.ro/articol.php7id) D’après le rapport annuel sur la stabilité financière élaboré par la BNR, les Roumains qui sont partis travailler à l’étranger ont envoyé cette année à leurs familles environ 200 millions d’euros.
(15) Candidații vor fi excluçi de la participarea la procedura de achizitie dacâ sunt intrați în administrarea unei autoritǎți judiciare, sunt implicați în acorduri eu creditorii, dacǎ şi-au suspendat acti vitǎtile. (www.fdsc.ro/documente/ 336.pdf)
Les candidats ne pourront pas participer à la procédure d’acquisition au cas où ils sont entrés [= font partie de] dans l’administration d’une autorité judiciaire, s’ils sont impliqués dans des accords avec les créanciers ou bien s’ils ont suspendu leurs activités.
(16) Lumea nu se grǎbeşte spre servici, doar e sâmbǎtǎ, cei care lucreazǎ azi deja sunt ajunşi la locul de muncǎ, prin urmare peronul e aproape gol. (www.dudau.ro)
Les gens ne se dépêchent pas au travail : c’est samedi et ceux qui travaillent aujourd’hui sont déjà arrivés à leur travail, le quai est donc presque vide9.

3.2. Verbes inaccusatifs « à double auxiliation » – Type : paraître/ a apàrea

  • 10 Buchard et Carlier (2008 : 2424) font remarquer que la liste de ces verbes est plus riche que les c (...)

33En français, ce sont des verbes tels : aboutir, atterrir, disparaître, divorcer, expirer, paraître, etc.10, qui réalisent le passé composé à valeur résultative à l’aide de l’auxiliaire avoir et qui peuvent faire intervenir l’auxiliaire être pour sélectionner l’état résultant (Cf. Lagae 2005, apud Buchard et Carlier, 2008 : 2423). Les mêmes auteurs appliquent les tests d’inaccusativité à tous ces verbes : « Les verbes à double auxiliation partagent manifestement plus de propriétés avec les verbes inaccusatifs qu’avec les verbes inergatifs » (ibid., 2424).

(17) Pierre a divorcé.
Pierre est divorcé.
(18) Son roman a paru il y a quelques semaines.
Son roman est enfin paru.
(19) Christ est ressuscité.
Christ a ressuscité le troisième jour.

34Les opinions sur le choix de l’auxiliaire dans cette classe de verbes sont partagées : M. Wilmet considère que « la tendance est à la régression de être surtout en français populaire » (Wilmet, 1997 : 321), tandis que A. Buchard et A. Carlier (2008 : 2424) affirment que : « Comme il ressort de notre corpus, la liste des verbes permettant la structure faisant intervenir “être + participe passé” est loin de se limiter aux cas relevés par les grammaires » ce qui constitue plutôt « un argument en faveur d’un processus régulier » (Buchard et Carlier, 2008 : 2424).

35Le corpus des verbes roumains de cette classe confirme que les équivalents roumains des verbes français à double auxiliation sont compatibles avec les deux auxiliaires :

(20) Mihai a divortat acum doi ani./ Mihai este divorțat de doi ani. M. a divorcé il y a deux ans./ M. est divorcé depuis deux ans.
(21) Romanul a apǎrut anul trecut./ Romanul este apǎrut la o editurǎ prestigioasǎ.
Le roman a paru l’année dernière./ Le roman est paru dans une maison d’édition prestigieuse.
(22) Fenomenul a dispǎrut cu mult timp în urmǎ./ Fenomenul este dispǎrut de mult timp.
Ce phénomène a disparu il y a longtemps déjà./ Ce phénomène est disparu depuis longtemps.
(23) Grâul a încolțit deja./ Grâul este încolțit peste tôt.
Le blé a déjà germé./ Le blé est partout germé.
(24) Productivitatea a scӑzut în ultimul timp./ Productivitatea este scǎzutǎ.
La productivité a diminué ces derniers temps./ La productivité est diminuée.

36Le corpus roumain revèle aussi quelques verbes classés d’habitude comme transitifs, tels a mânca (manger), a bea (boire), qui peuvent se combiner avec a fi dans des emplois qui ne sont pas passifs. Il s’agit en fait d’un emploi inergatif de ces verbes, qui, avec l’auxiliaire a fi, produisent un changement de l’état du référent du sujet syntaxique :

(25) Ion a mӑncat, nu-1 mai aşteptşm eu masa./ (Fam., Rég.) Ion e mӑneat, nu-1 mai aşteptǎm eu masa.
Ion a mangé, on ne l’attend plus pour le repas./ Ion est mangé, on ne l’attend plus pour le repas.
(26) Ion a haut./ Ion este hǎut.
Ion a bu./ Ion est bu.

Dans ce dernier cas, Ion a bǎut n’a pas nécessairement le sens de « Ion est ivre », tandis que Ion este bǎut a toujours le sens de « Ion est ivre ».

37Employés avec l’auxiliaire a avea, ces verbes expriment aussi bien l’événement que l’état résultant et ce sera le contexte qui permettra de filtrer l’une ou l’autre des valeurs ; employés avec l’auxiliaire a fi, ces verbes focalisent sur l’état résultant. Tel est le cas dans les exemples suivants :

(27) – Copiii pot pleca la joacǎ ? (Les enfants peuvent sortir jouer ?)
– Da, dacǎ au mӑncat. (Oui, s’ils ont mangé.)
– (Fam., Rég.) Da, dacǎ-s mӑncati. (Oui, s’ils sont mangés.)
(28) Atenție, Ion a bǎut şi poate fi agresiv./ Atentie, Ion e bǎut şi poate fi agresiv.
Attention, Ion a bu, il peut être agressif./ Attention, (?) Ion est bu, il peut être agressif.

3.3. Verbes pronominaux inaccusatifs – Type : se raser/ a se rade ; se casser/ a se sparge

38Cette classe réunit les verbes pronominaux qui expriment le passage du sujet d’un état initial à un état final et dont la structure argumentale est décrite par les linguistes dans les termes suivants : « les sujets des tours pronominaux peuvent être analysés comme arguments internes et le syntagme nominal occupant la position de sujet, coréférentiel au clitique réflexif, correspond toujours à l’argument interne au groupe verbal » (Cf. Melis, 1990 et Grimshaw, 1992, apud Buchard et Carlier, 2008 : 2426).

  • 11 Nous gardons le terme voix pour marquer le domaine des différences entre ce qu’on appelle plutôt à (...)

39En français, les particularités de fonctionnement de ces verbes, dont les temps composés sont toujours construits avec l’auxiliaire être, se manifestent dans l’expression différente de l’événement et de l’état résultant au niveau de la voix11 : les verbes de cette classe sont pronominaux quand le contexte filtre l’événement et non pronominaux quand le contexte focalise sur l’état résultant. Trois cas de figure sont envisagés pour ce type de verbes :

– a) le sujet est un animé agentif, avec des verbes tels : se raser, se coucher, se lever, se laver, se peigner, se marier, se fiancer, etc. :
(29) Pierre s’est rasé./ Pierre est rasé.
– b) le sujet est un animé non pas agentif mais expérimenteur, avec des verbes tels : s’endormir, s’éveiller, se réveiller, s’évanouir, etc. :
(30) Marie s’est réveillée./ Marie est réveillée.
– c) le sujet est un non animé non agissant – avec des verbes tels : se casser, se briser, s’ébrécher, etc. :
(31) L’ampoule s’est cassée./ L’ampoule est cassée.

40En roumain, un ensemble important de verbes pronominaux correspondent aux trois cas de figure signalés pour le français et ces verbes ont le même comportement : emploi pronominal du passé composé – mais avec l’auxiliaire a avea – correspondant à l’expression de l’événement et emploi non pronominal – avec l’auxiliaire a fi- correspondant à l’expression de l’état résultant :

  • a) a se spǎla (se laver), a se pieptǎna (se peigner), a se culca (se coucher), a se scula (se lever), etc. : s-a spǎlat/ este spâlat ; s-apieptǎnat/ estepieptǎnat ; s-a culcat/ este culcat ; s-a sculatl este sculat ;

  • b) a se trezi (se réveiller), a se întrista (s’attrister), a se înfuria (s’énerver), a se linşti (se calmer), etc. : s-a trezit/ e trezit ; s-a întristat/ e întristat ; s-a înfuriat/ e înfuriat ; s-a liniştit/ e liniştit ;

  • c) a se sparge (se casser), a se crǎpa (craquer), a se ciobi (s’ébrécher), a se usca (sécher), a se îngǎlbeni (jaunir), a se înnegri (noircir), etc. : s-a spart ! e spart ; s-a crǎpat ! crǎpat ; s-a ciobit/ e ciobit ; s-a uscat ! e uscat.

41On peut remarquer le fait que dans les cas où en français il y a concurrence du participe passé de certains de ces verbes avec l’adjectif qui leur est morphologiquement apparenté, il n’y a pas en roumain la possibilité de réaliser le passé composé avec a fi, mais seulement le prédicat attributif avec le verbe copule a fi et l’adjectif attribut.

42Mais, à la différence du français, qui n’accepte pas cette concurrence, en roumain il y a des cas où la structure nominale coexiste avec la structure de l’état résultant : dans de tels cas, la structure nominale exprime l’état permanent, tandis que la structure verbale exprime un état résultant :

43– en français :

(32) Le papier a jauni/ *est jauni/ est jaune.

44– en roumain :

(33) Hӑrtia s-a îngǎlbenit/ e îngǎlbenitǎ/ e galbenǎ.
Le papier a jauni/ est jauni / est jaune.
(34) Se vede cǎ grâul este îngǎlbenit çi se va usca. Nu este posibil ce se întâmplǎ !, a spus Constantin Dincǎ [...]. (www.ecomagazin.ro)
On voit bien que le blé est jauni et qu’il sera bientôt tout sec. C’est impensable ce qui nous arrive, disait Constantin Dincǎ [...].

4. La structure a fi + participiu : verbale ou adjectivale ? A fi : auxiliaire ou copule ?

45Notre analyse devrait permettre de décider si le tour a fi + participiu est toujours en roumain un passé composé, ou bien si dans certains emplois, nous avons vraiment affaire à un verbe copule + adjectif participe, comme le veulent les grammaires roumaines.

46Le fonctionnement du participe comme adjectif ou comme verbe est lié au statut de prédicat attributif ou de prédicat verbal qui transmet un état résultant de la structure a fi + participiu. L’état résultant, comme il a été montré plus haut, implique nécessairement l’existence d’un événement qui l’a engendré, autrement le participe est un simple état descriptif (cf. Desclés et Guentcheva, 2003 : 50, voir 2.2.).

47Pour distinguer entre la valeur verbale et la valeur adjectivale du participe passé employé avec être, nous proposons des tests aptes à identifier les structures a fi + participiu ayant le statut d’état résultant. Il s’agit en fait de tests qui permettent de récupérer dans le contexte l’événement auquel l’intervalle décrit par l’état résultant est contigu. Comme cet événement est un événement accompli, les contextes doivent être compatibles avec déjà et/ ou encore et accepter aussi la question quand ? qui prouve qu’un événement antérieur a eu lieu.

(35) Copiii sunt mâncati déjà. Pot merge la joacǎ. Cӑnd au mâncat ?
Les enfants sont déjà mangés. Ils peuvent aller jouer. Quand ont-ils mangé ? (traduction littérale)

48L’application de ces tests aux verbes des classes identifiées ci-dessus, sous 3. ainsi qu’aux exemples de notre corpus nous a permis d’identifier :

49– a) des participes qui sont toujours des participes verbaux (ils se combinent avec a fi auxiliaire, jamais avec a fi copule) :

(36) E plecat la munte şi ramâne acolo cinci zile.
Il est parti à la montagne et il y reste pendant cinq jours.
Tests : E deja plecat la munte şi ramâne acolo cinci zile. Cӑnd a plecat ?
(37) E trezit/ sculat şi lucreazâ la un proiect.
Il est réveillé et il travaille à son projet.
Tests : E deja trezit/ sculat şi lucreazǎ la un proiect. Cӑnd s-a trezit ?
(38) Sunt duşi la munte §i nu se întorc înainte de sfârşitul verii.
Ils sont partis à la montagne et ils n’en reviennent qu’à la fin de l’été.
Tests : Sunt deja duşi la munte §i nu se întorc înainte de sfârçitul verii. Cӑnd s-au dus ?
(39) E venit în oraş de câteva zile şi va pleca la tara mâine.
Il est venu en ville depuis quelques jours et il partira demain à la campagne.
Tests : E deja venit în oraş de câteva zile şi va pleca la țarǎ mâine. Cӑnd a venit ?

50– b) des participes qui se combinent aussi bien avec l’auxiliaire a fi qu’avec a fi copule ; le contexte fournit chaque fois des indices pour l’interprétation du participe comme participe verbal ou comme participe adjectif :

(40) a. Işi aşteaptǎ logodnica pe treptele bisericii. Este îmbrǎcat în costum negru şi poartǎ cravatǎ de mǎtase. (participe adjectif)
Il attend sa fiancée sur les marches de l’église. Il est habillé en costume noir et il porte une cravate en soie.
Tests : Işi aşteaptǎ logodnica pe treptele bisericii. *Este deja îmbrǎcat în costum negru şi poartǎ cravata de mǎtase. *Cӑnd s-a îmbrǎcat ?
b. E îmbrǎcat, poate aşadar sǎ se apuce de treabǎ. (participe verbal) Il est habillé, il peut donc se mettre au travail.
Tests : E déjà îmbrâcat, poate aşadar sà se apuce de treabâ. Cӑnd s-a îmbrǎcat ?
(41) a. Ion e bǎut çi nu poate conduce. (participe verbal) Ion est bu et il ne peut pas conduire, (traduction littérale) Tests : Ion e deja bǎut şi nu poate conduce. Cӑnd a bǎut ?
b. Omul ǎsta este bǎut, nu vorbi eu el. (participe adjectif) Cet homme est bu, ne lui parle pas. (traduction littérale) Tests : *Omul ǎsta a bǎut déja, nu vorbi eu el. *Cӑnd a bǎut ?
(42) a. E leşinatǎ în biroul directorului. (participe verbal)
Elle est évanouie dans le bureau du directeur.
Tests : lar a leşinat ? Cӑnd a leşinat ?
b. E leşinatǎ de foame. (participe adjectif)
Elle est évanouie de faim, (traduction littérale)
Tests : *E deja leçinatǎ de foame. *Cӑnd a leşinat ?

51– c) des participes qui ne se combinent qu’avec a fi copule et qui ont le statut de participes adjectifs :

(43) Avem mare nevoie de el în echipǎ : este citit şi disciplinat.
Nous avons besoin de lui dans notre équipe, il est lu et discipliné, (traduction littérale)
Tests : Avem mare nevoie de el în echipǎ : este *deja citit şi disciplinât. *Cӑnd a citit ?
(44) E umblat prin lume şi are multe de povestit.
Il est voyagé par le monde et il a plein de choses à raconter, (traduction littérale)
Tests : E *deja umblat. *Cӑnd a umblat ?
(45) La ieşire din turâ sunt trudiți şi nu se mai gândesc la nimic. À la sortie de l’usine, ils sont éreintés et ne pensent plus à rien. Tests : La ieçire din turǎ sunt *deja trudiți şi nu se mai gândesc la nimic. *Cӑnd au trudit ?
(46) Productivitatea este scǎzutǎ în Europa de Est.
La productivité est baissée en Europe de l’Est. (traduction littérale)
Tests : Productivitatea este scǎzutǎ *deja în Europa de Est. *Cӑnd a scǎzut ?

5. Le plus-que-parfait et l’expression de l’accompli en roumain et en français

  • 12 Cf. Gramatica limbii romane, 2005,1 : 433.

52Le plus-que-parfait de l’indicatif est en roumain une forme verbale synthétique ayant la structure : radical + élément suffixal (constitué de deux suffixes invariables : le premier emprunté au passé simple et le second spécifique au plus-que-parfait) + désinences (identiques à celles du passé simple)12 : a cânta (= chanter) : cânt+a+se+m, cânt+a+sei, cânt+a+se, cânt+a+se+râm, cânt+a+se+rǎti, cânt+a+se+rǎ ; a începe (= commencer) : încep+u+se+m, încep+u+se+şi, încep+u+se, încep+u+se+rǎm, încep+u+se+rǎti, încep+u+se+rǎ.

53Le roumain a gardé la forme simple héritée du plus-que-parfait du subjonctif latin et la différence que l’on peut constater dans ce domaine par rapport aux autres langues romanes s’inscrit parmi les particularités du roumain, que les philologues expliquent par le contexte historique et culturel dans lequel a évolué le daco-roumain.

54Tout comme pour le passé composé, pour exprimer la distinction entre l’accompli de l’événement et l’état résultant, une forme composée du plus-que-parfait existe aussi : plecase/ era plecat (il était parti) ; se dusese/ era dus (il s’en était allé) ; se sculase din zori/ era sculat din zori (il s’était réveillé à l’aube) ; mâncase/ era mӑncat (il était mangé) ; bǎusel era bǎut (il était bu) (etc.). Cette forme est passée sous silence dans les grammaires de large diffusion, la Grammaire de l’Académie en tout premier lieu.

55C. Dimitriu (1999 : 62) mentionne une forme composée de plus-que-parfait, qu’il appelle « le plus-que-parfait régional nordique ». À la même page, dans la note 410, nous lisons que « les structures de facture populaire du type erau duşi (étaient partis) comme dans Mama şi tata erau duşi la târg (Maman et papa étaient partis en ville) (Creangǎ) sont de simples équivalents du plus-que-parfait se duseserǎ ». « En réalité », affirme C. Dumitriu dans la même note, « ces formules sont des prédicats nominaux formés d’un adjectif qui vient du participe de certains verbes, surtout des verbes de mouvement, et du verbe a fi qui est copule dans ces emplois ».

56Notre corpus, formé d’exemples de textes de la presse centrale datant de 2008 et de 2009, montre que les formes composées du plus-que-parfait sont loin d’être la manifestation d’un phénomène local ou archaïque et qu’en plus, statistiquement, cette forme est bien représentée tant dans le discours littéraire que dans le discours factuel.

57Tous les verbes du roumain ne réalisent pas une forme composée du plus-que-parfait, mais tous les verbes inaccusatifs qui sélectionnent a fi pour exprimer l’accompli de l’état résultant au passé composé peuvent entrer dans la formule a fi à l’imparfait + participe pour réaliser le plus-que-parfait composé en roumain.

58La difficulté à distinguer entre la valeur adjectivale et la valeur verbale du participe dans le cas du plus-que-parfait reste la même que pour le passé composé.

59Notre corpus montre que le plus-que-parfait composé est plus fréquent que le passé composé avec a fi. Cela s’explique par le fait que le passé composé, même avec a avea, transmet aussi bien l’événement que l’état résultant, tandis que le plus-que-parfait dans sa forme simple est un temps qui exprime l’antériorité et chaque fois que le contexte doit focaliser sur l’état résultant, on emploie la forme composée (a fi à l’imparfait + participiu) :

(47) Acum, atât Gheorghițǎ cât şi Nechifor erau plecati de acasǎ. (Sadoveanu)
Maintenant, aussi bien Gheorghita que Nechifor étaient partis de la maison.
(48) Patru parlamentari au reuşit performanja sa voteze proiecte de lege în Parlament deşi erau plecați în strǎinǎtate. Informația vine din partea Institutului pentru Politici Publiée, care a analizat deplasǎrile demnitarilor în strǎinǎtate pe baza deconturilor primite de la Camera Deputaților. (Jurnalul de Botoşani şi Dorohoi, 7 mai 2007)
Quatre députés ont réussi la performance de voter des projets de loi dans le Parlement, même s’ils étaient partis à l’étranger. L’information vient de la part de l’institut des Politiques Publiques qui a analysé les missions des dignitaires à l’étranger à partir des remboursements effectués par la Chambre des députés.
(49) Voiam sǎ aflu un punct de vedere al primarului Capotǎ, vizavi de acuzațiile ce i le-a adus Contac. Primarul era plecat la Cluj, iar viceprimarul tocmai urcase la volanul maşinii primâriei şi s-a dus... spre cǎi necunoscute funcționarilor mǎrunti. (Jumalul de Botoşani şi Dorohoi, 7 mai 2007)
Je voulais savoir le point de vue du maire Capota vis-à-vis des accusations faites par Contac. Le maire était parti [forme composée du plus-que-parfait en roumain] à Cluj et son adjoint venait de monter [forme simple du plus-que-parfait en roumain : était monté récemment] au volant de la voiture de la mairie pour aller on ne sait où.
(50) Işi scoase jacheta şi îmbrǎcǎ un pulover peste cǎmaça lui albǎstruie, farǎ sǎ-şi mai dezlege de la gât cravata. Era o zi libérǎ în care el avea sǎ aibǎ grijǎ de casǎ. Pǎrintii erau duşi la o înmormântare, cǎci murise baba Vera şi trebuiau sǎ se ducǎ ?i ei. (Stefan Bastovoi, lepurii nu mor, Ed. Polirom, 2007)
Il enleva sa veste et mit un pull-over par dessus sa chemise bleuâtre, sans dénouer sa cravate. C’était jour férié et il allait s’occuper de la maison. Les parents étaient partis [plus-que-parfait forme composée en roumain] à un enterrement, car la vieille Vera était décédée [plus-que-parfait forme simple en roumain] et ils étaient obligés d’y participer).

6. Conclusions

601. Nous considérons que le passé composé du roumain, qui utilise pour tous les verbes du système l’auxiliaire a avea, sélectionne pour certains verbes l’auxiliaire a fi pour marquer l’état résultant : il s’agit des verbes dont l’événement marque le passage du sujet d’un état à un autre, ou des verbes dont l’état résultant relève d’une propriété acquise par le référent du sujet syntaxique du verbe. Dans ces cas, les structures afi + participe seront analysées comme des prédicats verbaux au passé composé et non comme des prédicats nominaux (copule + participe) si le contexte montre que cet état (afi + participe) est contigu à un événement qui l’a engendré.

2. Le plus-que-parfait roumain, forme verbale simple, exprime un événement antérieur par rapport à un repère situé dans le passé. Pour exprimer l’état résultant d’un événement accompli, le plus-que-parfait roumain connaît une forme composée avec l’auxiliaire a fi et le participe. Les verbes qui réalisent le plus-que-parfait composé appartiennent aux mêmes classes que les verbes qui réalisent le passé composé avec l’auxiliaire a fi : les verbes inaccusatifs qui marquent le passage du référent du sujet syntaxique d’un état <e1> vers un état <e2>.

Bibliographie

3. Les participes passés des structures afi + participe (passé composé ou plus-que-parfait) ont une valeur verbale (participe verbal) quand ils expriment l’état résultant d’un procès accompli et une valeur adjectivale (participe adjectival) quand ils décrivent un état qualifiant comme propriété du sujet syntaxique, propriété qui n’est pas acquise suite à un événement donné par le discours.

Références bibliographiques

ACADEMIA ROMÂNÂ, 2005, Gramatica limbii române, vol. I-II, Bucureşti, Editura Academiei Române.

BENVENISTE Emile, 1974, « Être et avoir dans leurs fonctions linguistiques », Problèmes de linguistique générale, t. 1, Paris, Gallimard, p. 187-207.
1974, « Structure des relations d’auxiliarité », Problèmes de linguistique générale, t. II, Paris, Gallimard, p. 178-183.

BOTH-DIEZ DE Anne-Marie, 1985, « L’aspect et ses implications dans le fonctionnement de l’imparfait, du passé simple et du passé composé au niveau textuel », Langue française, n° 67, p. 5-22.

BUCHARD Anne et CARLIER Anne, 2008, « La forme verbale être + participe passé en tant que marqueur d’aspect et de structure argumentale : une typologie graduée », in J. DURAND, B. HABERT et B. LAKS (éds.), Actes du Congrès mondial de linguistique française, Paris, Institut de Linguistique Française, p. 2421-2437.

CREISSELS Denis, 2000, « L’emploi résultatif de être + participe passé en français », Cahiers Chronos, n° 6, p. 133-142.

DESCLES Jean-Pierre et GUENTCHEVA Zlatka, 2003, « Comment déterminer les significations du passé composé par une exploration contextuelle ? », Langue Française, n° 138, p. 48-60.

DIMITRIU Comeliu, 1999, Tratat de gramaticǎ a limbii române. Morfologia, laşi, Institutul European.

GUTU ROMALO Valeria, 1968, Morfologia structuralǎ a limbii române, Bucureşti, Editura Academiei RSR.

IMBS Paul, 1968, L’emploi des temps verbaux en français moderne. Essai de grammaire descriptive, Paris, Klincksieck.

IORDAN lorgu, 1956, Limba românǎ contemporanǎ, Bucureşti, Editura Ministerului Învǎtǎmântului.

IORDAN lorgu et ROBU Vladimir, 1978, Limba românâ contemporanǎ, Bucureşti, Editura Didacticǎ şi Pedagogicǎ.

LAGAE Véronique, 2005, « Les formes en être + participe passé à valeur résultative dans le système verbal français », Cahiers Chronos, n° 12, p. 125-142.

MOESCHLER Jacques (éds.), 1998, Le temps des événements. Pragmatique de la référence temporelle, Paris, Kimé.

ROSETTI Alexandru, 1960-1966, Istoria limbii române, vol. I-IV, Bucureşti, Editura Ştiintificǎ.

VAN DE VELDE Danièle, 1995, « Les verbes dits “psychologiques” revus à la lumière des noms correspondants », Revue de linguistique romane, n° 59, p. 67-97.

VET Co, 1985, « Univers de discours et univers d’énonciation : les temps passé et du futur », Langue française, n° 67, p. 38-58.

VETTERS Carl, 1996, Temps, aspect et narration, Amsterdam, Rodopi.
2005, « Développement et évolution des temps du passé en français : Passé simple, passé composé et venir de + infinitif », in F. HRUBARU et A. VELICU (éds.), Enonciation et syntaxe, Actes du XIIe Séminaire de Didactique Universitaire, Cluj, Editura Echinox, p. 317- 338.

WILMET Marc, 1978, Gustave Guillaume et son école linguistique, Paris-Bruxelles, Labor-Nathan.
1997, Grammaire critique du français, Louvain, Duculot.

Notes

1 Un grand merci au relecteur anonyme, dont les remarques nous ont permis d’améliorer sensiblement notre texte par suite d’une réflexion plus approfondie sur la grammaire du roumain et sur sa terminologie spécifique.

2 Une remarque importante que nous devons à notre relecteur : dans la terminologie roumaine, on emploie pour les formes verbales non pas le couple : formes simples / formes composées, mais plutôt le couple : formes synthétiques /formes analytiques. Étant donné que notre analyse vise les deux langues, nous gardons dans le texte de l’article la terminologie française, même pour l’analyse des formes verbales du roumain.

3 Le verbe être connaît en roumain pour l’indicatif présent des formes abrégées en concurrence avec les formes standard, concurrence estimée par les spécialistes comme relevant des registres de langue. C’est ainsi qu’à côté des formes standard : sunt, eşti, este, suntem, sunteți, sunt, il y a des formes familières ou populaires pour certaines personnes : îs/ -s, pour la première personne du singulier et pour la 3e personne du pluriel, e/ îi/ -i, pour la 3e personne du singulier. Toutes ces formes se retrouvent dans la structure du passé composé roumain.

4 Pour certains de ces verbes, en contexte actanciel approprié, la structure a fi + participiu peut recevoir une interprétation passive. À comparer en ce sens :
(a) Petre s-a îmbrǎcat. // Petre este îmbrǎcat.
Pierre s’est habillé / Pierre est habillé.
(b) Marna îl îmbracǎ pe Petre. // Petre este îmbrǎcat (de marna).
Maman habille Pierre // Pierre est habillé (par sa maman).
La description de ce contexte actanciel serait, dans les termes de J. Anderson, la suivante :
(a) Erg/Abs // Abs
(b) Erg + Abs // Abs (+ Erg).

5 « Certains de ces verbes marquent en effet la venue à l’existence (advenir, apparaître, éclore, naître, survenir) ou la fin de l’existence (décéder, échoir, mourir). D’autres verbes dénotent une localisation sur le mode statique (rester) ou sur le mode dynamique en marquant un déplacement vers un certain lieu comme arriver, entrer, intervenir, monter, parvenir, venir, à partir d’un certain lieu comme descendre, partir, sortir, tomber ou encore un déplacement se caractérisant par le passage dans un certain lieu comme passer, mais ces mêmes verbes peuvent également servir de prédicat d’existence dans la mesure où “être dans un lieu” revient à “exister” » (Carlier, apud Buchard et Carlier, 2008 : 2423).

6 Les verbes sélectionnant l’auxiliaire être qui suscitent des commentaires liés à la configuration aspectuelle non télique sont intervenir et rester.

7 La seule exception est le verbe a muri (mourir), dont l’unique auxiliaire est a avea (avoir) ; comme son participe passé (mûrit) ne se combine jamais avec être, la structure qui exprime l’état est a fi (être, copule) + mort (Adj. Attribut) : E mort de trei zile (Il est mort depuis trois jours).

8 Toutes les traductions des exemples roumains sont littérales et gardent en français la structure morphosyntaxique du verbe roumain.

9 Parmi les formes citées dans notre corpus, il y en a qui sont ressenties comme des formes qui relèvent d’un roumain plus relâché, telles : sunt intrafi (Ils sont entrés) et sunt ajun’ji (Ils sont arrivés).

10 Buchard et Carlier (2008 : 2424) font remarquer que la liste de ces verbes est plus riche que les cas relevés par les grammaires et la complètent par des verbes tels : surgir, resurgir, émerger, naufrager, germer.

11 Nous gardons le terme voix pour marquer le domaine des différences entre ce qu’on appelle plutôt à l’heure actuelle forme active, passive ou pronominale.

12 Cf. Gramatica limbii romane, 2005,1 : 433.

Auteurs

Université Ovidius de Constanta

Université Ovidius de Constante

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search