Version classiqueVersion mobile

Temps, aspect et classes de mots

 | 
Eugénia Arjoca-Ieremia
, 
Cécile Avezard-Roger
, 
Jan Goes
, 
et al.

De quelques conflits entre l’aspect lexical et l’aspect grammatical et de leur résolution au niveau de la phrase et au niveau du texte

Alexandra Cuniţǎ

Texte intégral

1. Introduction

1Dans son ouvrage consacré à l’emploi des temps verbaux en français moderne, Imbs (1968 : 3) affirme : « La catégorie du temps, liée à tous les actes humains, se mêle à tous nos énoncés. Mais parce qu’elle est liée à la vie, elle est aussi une des moins pures ». Cela ne veut pas dire qu’on soit dans l’impossibilité de démêler les valeurs qui s’associent dans la communication aux formes temporelles du verbe, accompagnées ou non d’expressions adverbiales destinées à les renforcer, à les préciser ou à les modifier, ou d’identifier la nature de ces valeurs, de les catégoriser et même d’en établir une hiérarchie. Loin de là !

2À lire Vetters (1996), par exemple, on découvre l’ancienneté de la réflexion sur la catégorie du temps en Europe, on s’aperçoit de la diversité des critères adoptés par les philosophes, les logiciens, les grammairiens, et, depuis un peu moins d’un siècle, par les linguistes désireux d’opérer un classement rigoureux des temps verbaux. On sent peut-être qu’on est dans une impasse devant la multitude des approches proposées au fil des années pour mieux cerner les particularités des différents moyens d’expression analysés et on comprend le besoin – clairement affirmé par certains – de distinguer les valeurs temporelles des formes par lesquelles elles se manifestent, et surtout de ne pas confondre leur statut en langue et les effets de sens, bien nombreux, dont le discours favorise l’apparition.

  • 1 « Le temps est l’un des sujets les plus fertiles de la recherche contemporaine en linguistique. Cel (...)

3C’est surtout depuis les années 90 du siècle dernier que les recherches dans le domaine sont devenues foisonnantes, témoignant de l’immense intérêt du sujet1 pour les linguistes contemporains de tous bords. Et c’est toujours au cours des deux dernières décennies qu’on a élaboré les descriptions les plus détaillées des représentations relatives à la catégorie du temps, que la langue – plus précisément, les langues naturelles – garde en dépôt sous des formes variées.

4Les spécialistes de la pragmatique cognitive du temps – théorie dont on trouvera ici des échos – s’attachent à décrire les instructions délivrées par telle ou telle expression temporelle, à préciser les rapports que peuvent entretenir différentes catégories de formes temporelles cooccurrentes dans un énoncé ou dans une suite d’énoncés, et à montrer par quels calculs le lecteur-interprète d’un texte parvient à rétablir, en cas de conflit, la cohérence aspectuo-temporelle propre aux unités de ce niveau – ou au discours, en général – en faisant des inférences à partir des indices qu’il y trouve. Un principe important pour les chercheurs qui embrassent ces positions théoriques veut que les relations temporelles qu’ils étudient soient examinées dans la perspective des relations discursives qui organisent le discours, surtout cette forme close et relativement indépendante des conditions de production du discours qu’est le texte. On affirme qu’il y a un lien de détermination stable entre la relation de Narration, par exemple, et le rapport temporel de précédence immédiate, entre l’Arrière-plan et le recouvrement temporel, entre l’Explication et la relation inverse de la précédence immédiate, c’est-à-dire l’inversion temporelle, etc. (Moeschler, 1998 : 298 ; de Saussure, 2003 : 64-68).

  • 2 Moeschler (1998 : 294) ne manque pas de souligner que « la mise en relation [des événements] se fai (...)
  • 3 La définition de Vévénement varie suivant les approches qui en font l’un de leurs termes fondamenta (...)
  • 4 Pour la définition du processus, voir par exemple Langacker (1991 : 129-138).
  • 5 Depuis bientôt un siècle, on voit dans l’aspect « la structure temporelle interne au procès » (Goss (...)
  • 6 Le fait qu’on dispose de deux temps verbaux pour rendre un seul rapport temporel ne doit pas condui (...)

5Les temps verbaux constituent une catégorie de marqueurs qui contribuent dans une large mesure à l’expression des rapports énumérés. Rappelons à titre d’exemple que l’ordre temporel progressif2, propre à la Narration, s’exprime essentiellement par la combinaison des verbes avec le passé simple ou avec le passé composé, alors que l’imparfait est la forme verbale à laquelle on fait appel pour marquer le recouvrement temporel associé à l’Arrière-plan. S’il faut définir la valeur temporelle de ces trois tiroirs, on peut dire qu’ils localisent, tous, les événements3 dans un passé plus ou moins éloigné par rapport au moment de l’énonciation, repère auquel seul le passé composé peut les rattacher directement, en vertu de la représentation que sa structure analytique permet de construire. Mais assurant l’actualisation des processus4 dénotés par les verbes, chacune de ces formes temporelles fournit une image différente des événements montrés dans la phrase ou dans le texte. Les instructions aspectuelles5 que les temps verbaux transmettent deviennent donc particulièrement importantes. L’imparfait, temps sécant, favorise la construction d’une relation d’inclusion ou de recouvrement temporel ; le passé simple et le passé composé6, qui ne renvoient nullement au déroulement interne des procès, mais qui mettent au premier plan l’idée de limites, conviennent à l’expression de la succession des événements racontés.

  • 7 S’y ajoutent souvent les instructions aspectuelles ou aspectuo-temporelles propres aux adverbiaux m (...)
  • 8 Qui est à mettre en rapport avec le type de processus dénoté par le lexème verbal.
  • 9 Qui est à mettre en rapport avec la manière dont le processus est montré. Voir aussi Vet (2002 : 18 (...)

6Dans le cadre de la proposition ou de la phrase, ainsi qu’au palier supérieur, celui du texte, la prédication met en présence au moins7 deux catégories d’instructions de ce type car si les temps verbaux ont chacun leur manière de représenter les événements évoqués, les lexèmes verbaux dénotent des processus qui peuvent être ponctuels, dépourvus de durée interne, ou au contraire, duratifs, continus, sans limite finale inscrite dans leur déroulement, donc non terminatifs. Deux situations sont alors à envisager : a) il y a compatibilité entre l’aspect lexical8 des verbes choisis et l’aspect grammatical9 des temps verbaux utilisés :

(1) Il [= Antoine] entra chez le marchand de vin [...] et demanda une bouteille de champagne de marque [...]. (Troyat, Grandeur nature, 117)

ou b) il y a conflit entre les deux catégories d’instructions :

(2) Le vent cessa soudain [...]. Alors Jon put marcher vers le centre de la plaine de lave. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 132)
(3) Le ciel eut des nuages, la lumière redevint cohérente. (Le Clézio, ibid., 184)

7Les affinités qui existent dans (1) entre l’aspect lexical des verbes entrer, demander (une bouteille de champagne) et l’aspect grammatical du passé simple ne jouent plus dans (2) et (3), où l’aspect lexical non terminatif des verbes marcher – modifié par le verbe modal pouvoir – et avoir contraste avec la valeur du passé simple.

  • 10 La déformation n’est que l’une des modalités qui conduisent à la polysémie discursive d’un temps ve (...)

8Les conflits sémantiques de ce genre doivent pouvoir se résoudre au niveau de l’interprétation, si on ne veut pas manquer à la loi de cohérence du discours. Mais par quels moyens se résolvent-ils, et avec quels effets sur le contenu des termes impliqués ? Peut-on parler de l’apparition de nouvelles valeurs aspectuelles au niveau des lexèmes verbaux utilisés ? Ou plutôt au niveau du temps grammatical employé dans les exemples ci-dessus ? Et si c’est aussi sur ce dernier plan qu’il faut chercher les modifications, doit-on aller jusqu’à parler d’une véritable polysémie du temps utilisé provoquée, comme dans (2) et (3), par la déformation10 de la valeur fondamentale que ce temps possède en langue ? Ne serait-il pas préférable d’essayer de démontrer qu’au fond, « le multiple du discours n’est qu’une apparence, et que de fait, dans tous ses emplois, aussi contradictoires puissent-ils sembler, le temps verbal a une seule et même valeur, toujours la même, la sienne... » (Bres, 2003 : 5) ? Telles sont les questions auxquelles le présent article se propose de répondre, en prenant fermement appui sur les acquis de la sémantique cognitive. Notre analyse portera essentiellement sur des textes illustrant la relation de Narration et sur l’un seulement des temps mentionnés : le passé simple, mais nous ne manquerons pas de faire des remarques sur une autre forme temporelle qui peut avoir des emplois discursifs comparables : le présent narratif.

2. De quelques emplois du passé simple

  • 11 Pour la présentation de tous ces points de vue, voir par exemple Leeman (2003 : 20-24).
  • 12 À notre avis, ce modèle rend compte avec précision, clarté et élégance de la solidarité des trois c (...)

9Décrit dans la littérature tantôt comme un temps ponctuel, tantôt comme le « temps du “surgissement” de l’événement dans le passé » – sans aucune mise en relation de celui-ci avec le présent –, tantôt enfin comme un temps passé non sécant, entièrement en accomplissement11, le passé simple apparaît comme un temps passé à valeur aspectuelle aoristique chez Gosselin (1996, 1999, 2005), dans son modèle basé sur les concepts d’instructions, de limites et d’intervalles12.

10Reprenant ici, à notre bénéfice, les quatre types d’intervalles qu’il fait jouer dans les représentations aspectuo-temporelles associées aux phrases ainsi qu’aux textes (Gosselin, 1999 : 14-15) : l’intervalle de l’énonciation ([01, 02]), l’intervalle du procès ([B 1, B2]), l’intervalle de référence ([I, II]) – qui correspond à ce qui est montré du procès –, et l’intervalle circonstanciel ([ct1, ct2]) – si un complément circonstanciel de temps apparaît dans la phrase/la suite de phrases –, nous donnerons la représentation ci-dessous des relations aspectuo-temporelles qui caractérisent l’énoncé suivant, cité en exemple :

(4) Jon se rhabilla et recommença à marcher vers le mur de la montagne. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 127)

  • 13 Pour Bres (2005 : 308), l’intégralité signifie la globalité de la représentation du procès exprimé (...)

Les limites [B1, B2] du procès dénoté par l’expression verbale éventive se rhabiller coïncident avec celles de l’intervalle de référence [I, II] au cours duquel la situation spécifiée est perçue par le regard d’un observateur, quels que soient le nom et l’identité qu’on attribue à cet observateur : B1 = I ; B2 = II. Voilà pourquoi on affirme que le passé simple est un temps à valeur aspectuelle aoristique. D’autre part, la limite finale de l’intervalle de référence, qui est aussi celle du procès, est antérieure à l’intervalle de l’énonciation [01, 02] ; située à gauche de cet intervalle, elle en est même assez éloignée et n’a aucun lien avec lui. Nous avons donc bien affaire à un temps passé, sans aucun rapport avec le moment de l’énonciation. Mais ce que nous aimerions faire remarquer surtout, c’est que la forme verbale se rhabilla s’inscrit sur la ligne du temps construite par le discours en intégralité13 – ce qui veut dire à partir de sa borne initiale en direction de sa borne finale –, et uniquement en accomplissement (Bres, 2005 : 307 ; Barceló et Bres, 2006 : 26-27).

  • 14 II y a sans doute des affinités entre l’inchoativité exprimée par des moyens lexicaux comme les sem (...)

11La même représentation aspectuo-temporelle peut être associée à la seconde prédication, quoique le semi-auxiliaire aspectuel recommencer contribue à mettre en relief le moment initial d’un événement qui, de plus, se répète. Repris après un moment d’interruption, le déplacement du personnage est surpris par le regard de l’observateur-témoin dans sa phase de début14, qui est décrite elle aussi en intégralité et en accomplissement.

  • 15 Le passé simple exclut donc, dans ce type d’emploi, toute représentation ramifiée du temps comme ce (...)

12Les deux propositions liées par le coordonnant et dans l’exemple (8) dénotent des procès qui se succèdent sur un plan linéaire15, toute idée de simultanéité étant exclue. Meilleur candidat à l’expression de l’intervalle de référence, le passé simple déplace, par chacune de ses apparitions, la référence vers la droite, faisant avancer le (temps du) récit.

13Il y a pourtant des emplois moins ordinaires du passé simple, que les chercheurs n’ont pas manqué de relever dans le discours, d’examiner dans leurs analyses et de citer dans leurs ouvrages. En voici quelques-uns, que nous n’expliquerons pas vraiment ici, parce que les commentaires des linguistes abondent sur le sujet.

14– Des séries plus ou moins longues de verbes utilisés au passé simple s’accumulent parfois dans le discours, laissant peut-être, dans un premier temps, au récepteur-interprète l’impression d’écouter ou de lire un récit, alors qu’en fait il s’agit d’une sorte d’énumération de procès qui se déroulent parallèlement, avec ou sans rapport entre eux.

15Discutant quelques exemples signalés par Kamp et Rohrer (1983), Vetters (1996 : 135-136) s’arrête, entre autres, sur les séquences suivantes :

(5) Marie chanta (e1) et Pierre l’accompagna (e2).
(6) L’été de cette année-là vit (e1) plusieurs changements dans la vie de nos héros.
François épousa (e2) Adèle, Jean-Louis partit (e3) pour le Brésil et Paul s’acheta (e4) une maison à la campagne.

  • 16 II est vrai que les calculs que l’on doit faire pour interpréter convenablement un tel cas de « pse (...)

16Les procès présentés sous (5) ne sont pas consécutifs, mais simultanés. En fait, il serait peut-être plus juste de parler d’une situation qui implique le déroulement de deux procès parallèles. Les événements décrits sous (6), qui indiquent quels sont exactement les changements vécus par plusieurs personnes au cours d’une certaine période de temps, ne respectent aucun ordre chronologique suggéré, aussi vaguement soit-il, par l’émetteur. D’où, la possibilité de parler d’indétermination temporelle ou d’une relation de « pseudo-concomitance »16 (de Saussure, 2003 : 146).

17Un autre exemple, que Vetters emprunte cette fois à Molendijk (1990) et qui est sans doute encore plus surprenant, s’ajoute à ces deux-là : celui du passé simple d’une proposition relative qui décrit un événement précédant – à des siècles de distance ! – le procès-point de référence ou repère chronologique fixé par la principale :

  • 17 Peut-être faut-il dire que, pour trouver l’interprétation correcte du rapport temporel entre les év (...)

(7) En 1982, il s’installa dans la ville même où Charles Martel arrêta les Arabes.17

  • 18 Par contre, cette relation est présente dans l’exemple ci-dessous (Vetters, 1996 : 136), si on fait (...)

18Certes, on ne peut pas dire que, dans tous ces exemples, le passé simple fonctionne avec des valeurs distinctes de sa valeur prototypique. Tout simplement, le discours n’illustre plus la relation de Narration18 !

19– En la présence de certains adverbiaux aspectuo-temporels qui dénotent la durée, mais une durée qui est en fait un intervalle fermé, la combinaison du passé simple avec un verbe terminatif du type accomplissement (Vendler, 1967) peut conduire à l’apparition d’un conflit sémantique, qui se résout dans l’interprétation globale « répétition » :

(8) Il acheta ce journal pendant toute une année.

Dans un co (n) texte contenant des marqueurs aspectuo-temporels plus forts : l’adverbial, et plus faibles : le temps verbal, force nous est de passer de l’idée d’unicité du procès conçu globalement et sans continuité avec un état résultatif à l’idée de discontinuité, de pluralité d’un procès reproductible. Nos connaissances pragmatiques nous permettent également de retrouver l’interprétation correcte, référentiellement parlant, du syntagme nominal ce journal.

20– Le temps verbal dont nous nous occupons semble acquérir une valeur distincte de sa valeur prototypique, quand les verbes qu’il actualise sous le rapport de la localisation temporelle appartiennent à la classe des verbes non terminatifs d’état ou d’activité :

(9) Gaspar se leva et marcha derrière le garçon. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 262)

Comme le fait remarquer Bres (2005 : 307-308), avec les verbes d’activité – dans ce cas précis, un verbe de déplacement –, l’emploi du passé simple peut orienter l’interprétation vers la valeur ingressive, avec insistance sur la limite initiale du procès dénoté. Cependant, il est également possible que l’on place en pleine lumière la limite finale du procès :

(10) Il marcha jusqu’à la nuit très avancée. (Stendhal, apud Bres, 2005 : 307)

ou que l’on désigne les deux bornes du procès :

(11) Il marcha depuis l’aube jusqu’à la nuit bien avancée. (Bres, 2005 : 308)

21Il nous semble toutefois important de souligner que l’interprétation ingressive n’a pas besoin de la présence d’un circonstant temporel pour s’imposer, alors que l’insistance sur la limite finale du procès ou sur le déroulement de celui-ci, depuis son début et jusqu’à sa fin, réclame l’explicitation des limites en question. Qui plus est, l’interprétation ingressive semble pouvoir s’imposer même en présence d’un circonstant spatial exprimant la limite finale, à condition que cette limite ne soit pas proprement atteinte, mais simplement projetée :

(12) = (2) Le vent cessa soudain [...]. Alors Jon put marcher vers le centre de la plaine de lave. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 132)

L’idée d’ingressivité disparaîtrait si l’on avait :

(13) Alors il put marcher jusqu’à la plaine de lave.

Il faut donc croire que, dans (12) = (2), même si le verbe modal pouvoir et le marqueur fort alors ont un rôle important à jouer dans l’interprétation de la séquence, ce ne sont pas eux les vrais responsables de la lecture ingressive de la structure citée.

22En revenant à l’exemple (9), nous admettrons avec Bres (2005 : 310) que « l’enchaînement interphrastique selon la progression temporelle » joue un rôle incontestable dans l’interprétation ingressive.

23Le principe de la compositionnalité holiste nous dit qu’au niveau d’un énoncé ou d’une phrase, ainsi qu’à celui d’une séquence d’énoncés / de phrases, constructions plus ou moins développées dans lesquelles divers marqueurs aspectuo-temporels interviennent avec leurs instructions respectives pour configurer des intervalles et des relations entre bornes sur l’axe temporel, l’ensemble doit se présenter comme une structure globale cohérente (Gosselin, 2005 : 119). Or, il est possible que les instructions codées par les éléments en question soient contradictoires, que les marqueurs porteurs de ces instructions soient incompatibles :

  • marcher : verbe d’activité, duratif, non terminatif, exprimant un procès dont les bornes demeurent extérieures à sa représentation ;

  • passé simple : temps à valeur aspectuelle aoristique, correspondant à un intervalle fermé, borné à gauche ainsi qu’à droite, dont les deux limites sont inscrites dans sa représentation en tant que temps.

24Les incompatibilités de ce genre constituent autant de cas de conflits, qui doivent être résolus si l’on ne veut pas que la cohérence de l’ensemble en souffre. Il faut donc mettre en œuvre des « modes de résolution de conflit » (Gosselin, 2005 : 119). Mais en quoi consistent-ils au juste ? Doit-on parler de déformations – aussi légères que possible – des « structures globales selon des procédures régulières et prédictibles, de façon à satisfaire à toutes les exigences (correspondant aux instructions codées par l’énoncé ou dépendant de principes généraux sur la bonne formation des structures) » (Gosselin, 2005 : 119-120) ? Il faudrait alors admettre l’idée d’une polysémie contextuelle généralisée (Gosselin, 2005 : 105-120). Doit-on parler plutôt de l’apparition, dans le flux de la parole prononcée ou écrite, d’effets co (n) textuels accidentels, qui n’aboutissent jamais à une vraie polysémisation d’un marqueur aspectuo-temporel tel le passé simple ? On resterait alors fidèle à l’idée de la monosémie, qui veut que, malgré la pression du co (n) texte qui filtre une partie de la valeur des temps verbaux, chacun conserve sa valeur prototypique (Bres, 2005 : 307), très proche de ce que Guillaume appelait autrefois la valeur en langue de telles formes linguistiques.

3. Cas de conflit et modes de résolution de conflit : l’option monosémique

3.1. Les verbes d’état et d’activité, dits aussi verbes atéliques

25« L’aspect lexical correspond au [...] procès tel qu’il est “conçu”, alors que l’aspect grammatical définit la façon dont il est “montré/perçu” » (Gosselin, 2005 : 35).

26Les verbes d’état, tout comme les verbes d’activité d’ailleurs, expriment des procès ayant des bornes extrinsèques à leur représentation ; c’est pourquoi on les assimile à des intervalles ouverts aux deux bouts. S’il y a une différence entre les états et les activités, elle réside dans l’absence ou la présence de changements se produisant dans l’intervalle qui correspond aux procès en question : les états supposent l’absence totale de changements, un équilibre parfait entre les points de l’intervalle – et c’est le cas, par exemple, des verbes exister, avoir (= être à), attendre –, alors que les activités impliquent la présence d’une série de changements qui s’égrènent le long de l’intervalle envisagé – et c’est le cas, mettons, de marcher, ramper, regarder.

27S’il n’y a aucune contradiction entre les instructions aspectuelles codées par les lexèmes verbaux appartenant à l’une ou l’autre de ces deux catégories et les instructions aspectuo-temporelles codées par un temps sécant comme l’imparfait :

(14) Daniel avait soif. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 174)
(15) Près du chemin de terre, sa belle bicyclette neuve l’attendait [...]. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 146)
(16) Daniel marchait au bord de l’eau, et il regardait tout avidement [...]. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 175)

la combinaison avec un temps aoristique comme le passé simple constitue apparemment un cas d’incompatibilité. Pourtant, la construction n’est pas inhabituelle :

(17) Alors il [= Jon] ferma les yeux lui aussi, et il attendit son sommeil. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 145)
(18) Lullaby regarda la mer qui se balançait sous elle [...]. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 109)
(19) Daniel rampa vers le sable sec, en faisant de grands efforts. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 177)

  • 19 Cet effet peut être renforcé par la présence dans la phrase d’un marqueur fort, comme dans l’exempl (...)

En l’absence de tout adverbial qui indique l’intervalle de temps limité, fermé, auquel les processus duratifs dénotés par les verbes non terminatifs au passé simple seraient coextensifs, l’interprétation privilégie l’idée de limite initiale19 :

(17’) il se mit à attendre son sommeil.
(18’) Lullaby se mit à regarder la mer [...].
(19’) Daniel commença à ramper vers le sable sec [...].

28L’apparition de cette nouvelle interprétation marque-t-elle vraiment un changement profond de la valeur prototypique du passé simple, celle de temps passé qui présente le procès globalement, comme se déroulant de façon compacte, depuis son début et jusqu’à sa fin, uniquement en accomplissement ? Est-ce qu’il y a déformation de la globalité ou de l’intégralité du passé simple en ingressivité, donc véritable polysémie de la forme temporelle dont nous nous occupons ? Un test appliqué à l’exemple cité sous (19) nous montrera que la réponse à ces deux questions est incontestablement négative. Il suffira d’y enchaîner une seconde prédication, qui suggère « la progression temporelle des événements racontés » (Bres, 2005 : 310), et de faire intervenir un circonstant temporel qui renforce l’idée de globalité du processus décrit par le verbe au passé simple, pour montrer que ce temps verbal continue de fonctionner strictement avec les instructions qu’il possède en langue, autrement dit qui le définissent au niveau du système des temps de l’indicatif :

(19”) Daniel rampa vers le sable sec [ ; /et, ] quelques instants après, il se trouva/il fut à l’abri des vagues, et ce pendant de longues heures.

Il n’y a donc aucune déformation de la valeur fondamentale du passé simple, mais, quand ce temps se combine avec un verbe d’activité tel ramper, la limite initiale du procès global et en accomplissement qu’il dénote acquiert une saillance qui n’est pas visible lorsque cette forme temporelle sert à actualiser des verbes terminatifs. On a affaire à un effet de sens qui apparaît dans un certain type d’environnement.

29Avec une expression verbale dénotant l’état, par exemple : avoir des nuages, les temps utilisés ordinairement sont le présent ou l’imparfait :

(20) Le ciel a/avait des nuages.

Le caractère duratif du prédicat autant que des deux formes temporelles est mis en évidence par des tests bien connus :

(20’) Depuis ce matin, le ciel a des nuages. /Ce jour-là, le ciel avait des nuages.
(20”) *Dès ce matin, le ciel a des nuages/*Dès ce jour-là, le ciel avait des nuages.

L’emploi du passé simple, comme dans :

(21) = (3) Le ciel eut des nuages [...]. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 184)

  • 20 Pour Nølke et Olsen (2003 : 81), ce passé simple est signe de polyphonie : « L’aspect verbal sous l (...)

n’est pas des plus ordinaires. Les chercheurs ont tout de même trouvé une explication : il s’agit d’un passé simple subjectif, qui devient une sorte de marqueur de point de vue, un moyen de montrer que ce n’est plus le même observateur20 – ou sujet de conscience – qui voit et décrit les choses, mais quelqu’un de différent – ou peut-être la même personne, qui se transpose, par le biais des souvenirs ou par l’imagination, à une autre époque ; bref, c’est un passé simple qui « brise les perspectives ». Ce ne sont donc plus les situations qui changent, qui se succèdent se distinguant l’une de l’autre et suggérant la fin d’un procès par le commencement d’un autre, ce sont les perspectives, les points de vue des sujets de conscience qui changent. Il y a ingressivité, mais une ingressivité de nature différente, qui intéresse l’état psychologique du sujet de conscience. Cependant, la structure instructionnelle du passé simple ne se modifie nullement. En voici la preuve :

(22) Pendant une heure/Une heure durant/Pour un (bon) quart d’heure, le ciel eut des nuages.
(22’) Depuis ce moment et jusqu’à la nuit tombante, le ciel eut des nuages.
(22”) Dès ce moment, le ciel eut des nuages.
(22’’’) *Depuis quelques minutes, le ciel eut des nuages.

3.2. Les verbes d’accomplissement et d’achèvement, dits aussi verbes téliques

  • 21 L’objet de la sémantique aspectuelle est-il le procès réel, qui a des caractéristiques ontologiques (...)

30Les verbes relevant de ces deux sous-classes dénotent des procès dont les bornes sont intrinsèques. Pour les verbes d’achèvement, la borne gauche précède immédiatement la borne droite, autrement dit il n’y a pas d’intervalle qui les sépare. Gosselin (2005 : 35-36) parle de verbes qui dénotent un « changement atomique ». Les verbes d’accomplissement se rapprochent jusqu’à un certain point des verbes d’activité, dans la mesure où ils impliquent l’intervention d’une série de changements, ce qui fait que l’intervalle qui sépare les bornes initiale et finale n’est pas nul. Les derniers, toutefois, supposent que les changements qui définissent les activités n’ont pas de terme inscrit dans la représentation des procès en question, que ces changements peuvent se continuer indéfiniment, sans que cela affecte, d’une façon quelconque, la nature même des activités décrites. Par contre, les changements que supposent les verbes d’achèvement aboutissent nécessairement à une transition marquant la fin des procès spécifiés21.

31La combinaison des verbes d’accomplissement et d’achèvement avec un temps aoristique comme le passé simple ne pose aucun problème d’incompatibilité.

(23) Elle mit la lettre dans une enveloppe par avion. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 83)
(24) Il atteignit le sommet à dix heures du matin.
(25) Son regard s’arrêta au sommet du caillou. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 134)

Il n’en reste pas moins qu’un énoncé comme le suivant, relevé toujours dans la prose courte de Le Clézio, a quelque chose d’insolite :

(26) Jon avançait avec ivresse vers le haut de la montagne, et ses gestes devenaient lents comme ceux d’un nageur. [...] Il montait d’un seul effort, tout son corps montait, sans s’arrêter, vers le sommet de la montagne. Il arriva peu à peu. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 130)

Une construction du type :

(27) Il y arriva en une heure/au bout de la journée.

  • 22 Les adverbiaux de ce type fonctionnent avec des effets analogues auprès de verbes atéliques exprima (...)

n’aurait rien de surprenant dans la mesure où le complément temporel s’ajouterait au verbe télique utilisé au passé simple pour marquer la durée globale22 ou pour expliciter la limite finale du procès. De tels adverbiaux renforcent l’idée d’aboutissement du procès.

32Dans l’exemple (26), l’adverbial peu à peu n’annule certainement pas cette idée, mais il dilate sensiblement la durée nécessaire à la réalisation complète, effective de l’événement. La limite finale du procès est atteinte, mais l’adverbial laisse voir l’effort, guidant notre interprétation vers la représentation d’une réalisation progressive, par étapes, de ce procès, comme si à chaque fois, la limite atteinte n’était qu’une limite intermédiaire, qu’il serait néanmoins obligatoire de dépasser pour que le procès global soit achevé. Et il faut préciser que la suite des phrases qui précèdent la dernière, en fait la lecture du paragraphe tout entier, confirme cette interprétation.

  • 23 Nous nous faisons ici l’écho d’une hypothèse lancée par Picabia lors d’une conférence donnée à l’Un (...)

33Certes, avec l’exemple (26), il n’est pas question d’une déformation de la structure instructionnelle du passé simple, qui équivaudrait à l’apparition d’une nouvelle valeur venant s’ajouter à ce qu’on appelle la valeur prototypique de ce temps. Cet exemple a quand même son importance : il nous fait penser que les chercheurs n’ont peut-être pas tort de soutenir qu’on ne peut pas vraiment transformer en verbe atélique un verbe télique d’accomplissement ou d’achèvement23.

34Nous ne pouvons pas clore cette discussion sur les effets contextuels qui s’associent souvent au passé simple dans le discours/dans le texte narratif, sans jeter un regard sur un autre temps qui peut y fonctionner avec une valeur aoristique : le présent dit narratif, en tant que sous-type de présent historique.

35Comme d’autres temps de l’indicatif et du subjonctif – le futur, le subjonctif présent –, le présent « ne code aucune instruction d’ordre aspectuel » (Gosselin, 2000 : 58). Il peut fonctionner dans le « discours de présentation », en tant que présent actuel, et, dans le « discours de représentation », en tant que présent historique. Le présent historique a une propriété absolument remarquable : selon les contextes, il est tantôt le support de l’aspect aoristique (global), tantôt celui de l’aspect inaccompli (sécant). Mais, comme le souligne Gosselin (2000 : 58), ce dont dépend surtout la représentation aspectuelle à laquelle il renvoie, c’est l’aspect lexical exprimé par le verbe, autrement dit le type de processus dénoté.

36Nous essayerons de mettre en évidence l’ambiguïté du présent (historique) narratif en nous appuyant sur un passage tiré toujours d’un récit de Le Clézio :

(28) La voiture vert sombre d’Anne roule vite vers la courbe, sans la voir, parce qu’à cet instant il y a une explosion de lumière sur la carrosserie d’un poids lourd ; elle ferme les yeux, longtemps, les mains accrochées désespérément au volant, tandis que dans un bruit de tôle qui se déchire, l’auto arrache la balustrade de ciment et plonge vers le ravin. (Le Clézio, La Ronde et autres faits divers, 148-149)

Le présent utilisé pour la description de la première situation : roule, est l’expression de l’aspect imperfectif, qu’on marquerait normalement dans le récit par un imparfait (roulait) :

(29) La voiture roule/roulait depuis quelques minutes vers la courbe.
La voiture roule pendant quelques minutes vers la courbe.
La voiture est en train de rouler vers la courbe.
*La voiture roule en quelques minutes vers la courbe.

Le second événement : il y a (une explosion...), est dénoté par une expression verbale dont la forme temporelle est analogue au passé simple aoristique ; l’adverbial à cet instant transmet l’instruction [+ ponctuel], [– duratif], autrement dit d’idée d’instantanéité :

(28’) À cet instant, il y a/eut une explosion de lumière sur la carrosserie d’un poids lourd.
Instantanément/en cette minute même, une explosion de lumière se produit/se déclenche.
*Depuis cet instant, il y a une explosion de lumière.
*Une explosion de lumière est en train d’avoir lieu.

37L’expression du troisième procès : elle ferme les yeux, pourrait être interprétée dans les mêmes termes, si elle n’était pas accompagnée de l’adverbial longtemps. Le conflit sémantique qui apparaît entre l’aspect lexical terminatif de l’expression verbale et la valeur durative de l’adverbial aspectuo-temporel – car l’aspect grammatical de la forme temporelle employée ne joue aucun rôle dans le calcul sémantique global – doit être résolu par l’interprète du texte. Celui-ci va donc comprendre qu’après avoir fait le mouvement ou le geste instinctif de fermer les yeux – ce qui ne peut être qu’un procès global, ponctuel –, Anne tient ses yeux fermés pendant un long moment, laissant ainsi s’installer un état (d’aveuglement) – procès duratif- qui conduira à l’accident de la route, évoqué de façon indirecte.

38Les deux derniers événements acceptent une interprétation ponctuelle (aoristique) :

(30) L’auto arrache /arracha la balustrade en une fraction de seconde et plonge/plongea instantanément vers le ravin.

39Cependant, s’il s’était agi d’un film et qu’on dût parler de l’image que les procédés techniques utilisés auraient permis de créer, le locuteur aurait probablement rendu compte de l’interprétation de ce qu’on lui avait montré dans les termes suivants :

(31) (On voit) l’auto (qui) est en train d’arracher la balustrade et de plonger vers le ravin.

40Quant à la séquence qui contient le verbe se déchirer, il faut bien admettre que la combinaison avec des déclencheurs de l’interprétation ponctuelle est parfaitement naturelle : un bruit de tôle qui se déchire soudain /brusquement/en quelques secondes. À noter toutefois que, s’il fallait reformuler la fin du récit en employant les temps caractéristiques de la Narration, on dirait certainement :

(32) dans un bruit de tôle qui se déchirait, l’auto arracha la balustrade de ciment et plongea vers le ravin.

et non pas :

(33) *dans un bruit de tôle qui se déchira, l’auto arracha la balustrade de ciment et plongea vers le ravin.

41Dans la combinaison de verbes et de temps grammaticaux dont la présence est réclamée par la Narration, le processus dénoté par se déchirer est montré dans son déroulement, avec une insistance particulière sur sa durée interne : le bruit évoqué est la manifestation d’un état dont la durée est coextensive à celle des deux événements ponctuels qui se succèdent avec rapidité.

42On peut donc résumer en disant que, même si le présent (historique) narratif est souvent rapproché du passé simple en tant qu’expression de la valeur aspectuelle aoristique, ses propriétés sémantiques, ses instructions spécifiques ne sont pas analogues à celles de ce dernier temps ; en conséquence, ni les problèmes que les deux temps posent au niveau de la représentation aspectuo-temporelle des phrases, ni leurs exploitations pragmatiques respectives ne sauraient être considérés comme identiques.

4. Conclusion

  • 24 Ce qui n’exclut pas que l’on ait recours, si nécessaire, à des réalisateurs aussi complexes, syntax (...)

43La temporalité, réseau de rapports (aspectuo-) temporels parfois particulièrement complexe qui se construit progressivement au fil d’un texte narratif, implique l’emploi d’un nombre considérable de marqueurs temporels et aspectuo-temporels, possédant chacun des instructions spécifiques, distinctes, qui sont inscrites en langue. Les moins forts de ces marqueurs sont les temps verbaux ; les plus forts sont les adverbiaux, réalisés tantôt par des unités appartenant à la classe des adverbes ou des connecteurs, tantôt par des groupes prépositionnels24. Ces marqueurs, qui sont autant de déclencheurs d’interprétations, se combinent d’ordinaire entre eux, dans le cadre d’un seul et même énoncé, en tout cas, au niveau des suites d’énoncés, faisant surgir la question de la compatibilité entre les instructions que chacun possède en langue.

  • 25 Ces instructions ne sont pas toujours décrites dans les mêmes termes par tous les linguistes qui s’ (...)

44À l’heure actuelle, on dispose d’une description complète des instructions d’un temps comme le passé simple25, marqueur utilisé sur une large échelle dans les textes narratifs français de type « classique ». On sait que ce temps se combine avec des verbes dénotant des processus terminatifs aussi bien qu’avec des verbes dénotant des processus non terminatifs. Dans le cas de certaines de ces combinaisons, un conflit semble naître entre l’aspect grammatical et l’aspect lexical. Si des adverbiaux s’ajoutent à l’énoncé, en tant que satellites des verbes, l’interprétation, l’explication et la justification des effets résultant de telles combinaisons deviennent encore plus délicates, plus difficiles à élaborer. Il est cependant évident que ces conflits sont toujours résolus dans l’interprétation : on parle d’une lecture répétitive du passé simple, d’un passé simple ingressif, d’un passé simple impliquant des limites intermédiaires, atteintes par étapes, progressivement. Des valeurs qui ne se ressemblent que partiellement apparaissent dans les cas où le récit repose sur l’emploi du présent (historique) narratif. S’il est vrai qu’il y a interaction des marqueurs aspectuo-temporels au niveau de l’énoncé/de la séquence d’énoncés ou du texte, on se demande si on a affaire à une véritable déformation au niveau des instructions délivrées normalement par le temps discuté, si des valeurs distinctes, particulières, viennent s’ajouter à sa valeur prototypique – ou même la remplacer –, autrement dit s’il faut accepter l’existence d’une polysémie contextuelle généralisée, ou bien s’il suffit de voir dans toutes ces interprétations de simples effets co (n) textuels, qui n’altèrent nullement les instructions fondamentales du passé simple. Au bout d’un certain nombre d’analyses portant sur des exemples déjà connus dans la littérature mais aussi sur quelques « cas » relevés dans la prose courte de Le Clézio, nous avons conclu à l’apparition de plusieurs effets de sens dans certains types d’environnements, mais des effets de sens qui ne changent rien au caractère monosémique du passé simple.

Bibliographie

Références bibliographiques

BARCELO Gérard Joan et BRES Jacques, 2006, Les temps de l’indicatif en français, Paris, Ophrys.

BRES Jacques, 2003, « Présentation », Langue française, n° 138, p. 3-7.

BRES Jacques, 2005 , « Le passé simple dit ingressif : polysémie du temps verbal ou effet de sens contextuel ? », La polysémie, O. SOUTET (éd.), Paris, Presses de [’Université Paris-Sorbonne, p. 305-316.

DESCLÉS Jean-Pierre, GUENTCHEVA Zlatka, 2003, « Comment déterminer les significations du passé composé par une exploration contextuelle ?, Langue française, n° 138, p. 48-60.

GOSSELIN Laurent, 1996, Sémantique de la temporalité en français, Louvain-la-Neuve, Duculot.
1999, « La cohérence temporelle : contraintes linguistiques et pragmatico-référentielles », Travaux de linguistique, n° 39, p. 11 -36.
2000, « Présentation et représentation : les rôles du “présent historique” », Travaux de linguistique, n° 40, (1), p. 55-72.
2005, Temporalité et modalité, Bruxelles, De Boeck – Duculot.
2006, « De la distinction entre la dimension temporelle de la modalité et la dimension modale de la temporalité », Cahiers de praxématique, n° 47, p. 21- 51.

IMBS Paul, 1968 (1960), L’emploi des temps verbaux en français moderne. Essai de grammaire descriptive, Paris, Klincksieck.

KAMP Hans, ROHRER Christian, 1983, « Tense in texts », in R. BÄUERLE, Ch. CHWARZE, A. von STECHOW (éds), Meaning, use and interprétation of language, Berlin, De Gruyter, p. 250-269.

KLEIBER Georges, 2003, « Entre les deux mon cœur balance ou L’imparfait entre aspect et anaphore », Langue française, n° 138, p. 8-19.

LACA Brenda, 2002, « Présentation », Temps et aspect. De la morphologie à l’interprétation, B. LAÇA (éd.), Paris, Presses Universitaires de Vincennes, p. 5-15.

LANGACKER Ron, 1991, « Noms et verbes », Communications, n° 53, p. 103-153.

LE DRAOULEC Anne, 2006, « De la subordination à la connexion temporelle », Cahiers Chronos, n° 15, p. 39-62.

LEEMAN Danielle, 2003, « Le passé simple et son co-texte : examen de quelques distributions », Langue Française, n° 138, p. 20-34.

LUSCHER Jean-Marc, 1998, « Procédure d’interprétation du Passé Composé », in J. MOESCHLER (éd.), Le temps des événements, Paris, Kimé, p. 181-196.

MARTIN Robert, 1981, « Le futur linguistique : temps linéaire ou temps ramifié ? », Langages, n° 64, p. 81-92.

MOESCHLER Jacques, 1998, « Les relations entre événements et l’interprétation des énoncés », in J. MOESCHLER (éd.), Le temps des événements. Pragmatique de la référence temporelle, Paris, Kimé, p. 293-321.

MOLENDIJK Arie, 1990, Le passé simple et l’imparfait : une approche reichenbachienne, Amsterdam, Rodopi.

MOLENDIJK Arie, 1993, « Présuppositions, implications, structure temporelle », in C. VETTERS (éd.), Le temps, de la phrase au texte, Arras, Presses Universitaires de Lille, p. 167-191.

NØLKE Henning, OLSEN Michel, 2003, « Le passé simple subjectivisé », Langue française, n° 138, p. 75-85.

SAUSSURE Louis de, 2003, Temps et pertinence. Éléments de pragmatique cognitive du temps, Bruxelles, De Boeck – Duculot.

SWART Henriette de, MOLENDIJK Arie, 2002, « Le passé composé narratif : une analyse discursive de L’Étranger de Camus », in B. LACA, (éd.), Temps et aspect. De la morphologie à l’interprétation, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, p. 193-211.

VENDLER Zeno, 1967, Linguistics in Philosophy, Ithaca, New York, Comell University Press.

VET Co, 1981, « La notion de monde possible et le système temporel et aspectuel du français », Langages, n° 64, p. 109-124. 2002, « Les adverbes de temps : décomposition lexicale et “coercion” », in B. LAÇA (éd.), Temps et aspect. De la morphologie à l’interprétation, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, p. 179-192.

VETTERS Cari, 1996, Temps, aspect et narration, Amsterdam – Atlanta, GA., Rodopi.

VETTERS Cari, (éd.), 1993, Le temps, de la phrase au texte, Arras, Presses Universitaires de Lille.

VUILLAUME Marcel, 1990, Grammaire temporelle des récits, Paris, Minuit.

WILMET Marc, 1992, « Le passé composé. Histoire d’une forme », Cahiers de praxématique, n° 19, p. 13-36.

Notes

1 « Le temps est l’un des sujets les plus fertiles de la recherche contemporaine en linguistique. Cela tient à deux raisons principales. La première réside dans l’intérêt même de la temporalité, dont la compréhension exige une complexité représentationnelle très sophistiquée ; la compréhension de ces mécanismes fait l’objet de nombreuses recherches, parfois complémentaires, parfois en opposition. La deuxième raison de l’intérêt actuel des sciences du langage pour l’interprétation du temps réside en ceci que la question du temps pose la question de l’ordre des événements décrits, et donc la question des relations entre phrases ou entre propositions d’un discours » (de Saussure, 2003 : 16).

2 Moeschler (1998 : 294) ne manque pas de souligner que « la mise en relation [des événements] se fait au niveau du discours, car en eux-mêmes, [ceux-ci] n’entrent pas en relation : ils existent de manière autonome, et les seules relations qui peuvent les unir sont causales ».

3 La définition de Vévénement varie suivant les approches qui en font l’un de leurs termes fondamentaux. En outre, ce terme entre parfois en concurrence avec deux autres, plus ou moins synonymes : procès et éventualité. Pour la définition du terme événement, voir par exemple Moeschler (1998 : 293-294). Nous citerons ici la définition que nous proposent Desclés et Guentcheva (2003 : 50) : « L’événement est une occurrence transitionnelle entre deux états qui peuvent être ou non explicités [...] ». Pour ce qui est de la relation de ce terme avec ceux de procès et d’éventualité, voir aussi Laça (2002 : 8).

4 Pour la définition du processus, voir par exemple Langacker (1991 : 129-138).

5 Depuis bientôt un siècle, on voit dans l’aspect « la structure temporelle interne au procès » (Gosselin, 2005 : 31).

6 Le fait qu’on dispose de deux temps verbaux pour rendre un seul rapport temporel ne doit pas conduire à la conclusion qu’entre ces deux temps il n’y aurait aucune différence. Le passé simple et le passé composé se distinguent à plus d’un égard l’un de l’autre. Nous ne rappellerons ici que le caractère fondamentalement non orienté du passé composé, non décelable au niveau des instructions du passé simple. Cette divergence explique que l’on puisse utiliser le passé composé pour faire avancer le récit :
(i) Il s’est tourné vers la fenêtre, et m’a montré une maison [...]. (Clavel, Le Tonnerre de Dieu (qui m’emporte), 59)
ou pour offrir l’explication de l’événement évoqué par une première prédication :
(ii) Il a épousé cette femme. Il l’a connue dans un bar du quartier,
alors que le passé simple peut être employé pour faire avancer le récit :
(iii) Il se tourna vers la fenêtre, et me montra une maison.
mais non pour présenter les événements dans l’ordre inverse :
(iv) Il épousa cette femme.*Il la connut dans un bar du quartier.
Les deux temps ont toutefois aussi un emploi discursif commun.

7 S’y ajoutent souvent les instructions aspectuelles ou aspectuo-temporelles propres aux adverbiaux modifiant les verbes ou les propositions dans leur ensemble, mais les exemples ci-dessus ne contiennent pas de telles unités.

8 Qui est à mettre en rapport avec le type de processus dénoté par le lexème verbal.

9 Qui est à mettre en rapport avec la manière dont le processus est montré. Voir aussi Vet (2002 : 183) : « L’aspect grammatical a pour fonction de limiter l’assertion a l’une des phases de l’éventualité (DEB [= début], MIL [= milieu], FIN) ou à l’un des satellites qui l’accompagnent [...] ».

10 La déformation n’est que l’une des modalités qui conduisent à la polysémie discursive d’un temps verbal comme le passé simple. S’y ajoutent la dérivation et l’interception (voir Bres, 2003 : 5). Il faut toutefois souligner que l’existence de la déformation comme modalité d’interaction des aspects lexicaux avec les aspects grammaticaux est également admise par des linguistes qui mènent des recherches dans le cadre de modèles théoriques complètement différents des modèles sémantiques. C’est le cas, par exemple, de Laça (2002 : 9) qui affirme : « les aspects grammaticaux peuvent contribuer, par coercion, à “déformer” la structure temporelle primaire d’une éventualité ».

11 Pour la présentation de tous ces points de vue, voir par exemple Leeman (2003 : 20-24).

12 À notre avis, ce modèle rend compte avec précision, clarté et élégance de la solidarité des trois catégories grammaticales qui caractérisent essentiellement le verbe : l’aspect, le temps et la modalité.

13 Pour Bres (2005 : 308), l’intégralité signifie la globalité de la représentation du procès exprimé par le passé simple, ou encore l’idée d’intervalle fermé, type d’intervalle auquel est associé le passé simple, en général l’aspect aoristique.

14 II y a sans doute des affinités entre l’inchoativité exprimée par des moyens lexicaux comme les semi-auxiliaires aspectuels commencer (à), se mettre (à) et la nature du passé simple, qui convient si bien à l’expression du « surgissement » de l’événement dans le passé. Indiquée ou non par des marqueurs spécialisés, cette valeur inchoative ou ingressive apparaît souvent quand les prédicats utilisés au passé simple relèvent de la classe des verbes non terminatifs exprimant des activités.

15 Le passé simple exclut donc, dans ce type d’emploi, toute représentation ramifiée du temps comme celle qui nous est proposée pour le futur par Martin (1981).

16 II est vrai que les calculs que l’on doit faire pour interpréter convenablement un tel cas de « pseudo-concomitance » s’appuient normalement sur des informations d’ordre thématique, qui nous éclairent sur les relations entre les personnages mentionnés. On admet également que les procès énumérés sont des parties de la situation complexe vers laquelle pointe la phrase de début, dont la présence s’avère absolument indispensable.

17 Peut-être faut-il dire que, pour trouver l’interprétation correcte du rapport temporel entre les événements décrits, le récepteur doit avoir des connaissances d’ordre référentiel et d’ordre encyclopédique qui ne soient pas défaillantes.

18 Par contre, cette relation est présente dans l’exemple ci-dessous (Vetters, 1996 : 136), si on fait abstraction de la première phrase :
(v) L’année dernière Jean escalada (el) le Cervin. Le premier jour il monta (e2) jusqu’à la cabane H. Il y passa (e3) la nuit. Ensuite il attaqua (e4) la face nord. Douze heures plus tard il arriva (e5) au sommet.
Ce mélange de relations discursives n’annule certainement pas la cohérence du discours. Les particularités de cet exemple nous font tout de même penser que de Saussure (2003 : 222) a raison de préciser : « le passé simple délivre une instruction de progression temporelle par défaut, c’est-à-dire une instruction qui s’applique en l’absence de contrainte plus spécifique ».

19 Cet effet peut être renforcé par la présence dans la phrase d’un marqueur fort, comme dans l’exemple suivant :
Tout à coup, Jon regarda fixement la faille sombre, au-dessous de lui [...]. (Le Clézio, Mondo et autres histoires, 128)
L’adverbial tout à coup qui, s’il est associé à un passé simple, peut indiquer la réalisation instantanée d’un processus (Vetters, 1996 : 115-116), nous semble insister ici sur la coupure de la nouvelle situation d’avec la précédente, comme l’affirme Le Draoulec (2006 : 49), introduisant peut-être aussi un certain effet de surprise. Il contribue donc à la résolution du conflit entre l’idée d’intervalle ouvert aux deux bouts, suggérée par regarder (fixement), et celle de limites inscrites dans la représentation aspectuo-temporelle du passé simple, nous faisant associer à la construction une interprétation ingressive.

20 Pour Nølke et Olsen (2003 : 81), ce passé simple est signe de polyphonie : « L’aspect verbal sous lequel est perçue (vue !) l’éventualité semble faire partie du PDV [= point de vue] constituant cette éventualité. L’aspect serait donc à la charge d’un être discursif construit par LOC [...] [qui] associe le PDV en question à un être discursif autre que l’image de lui-même (L), ou bien à un être discursif construit comme une combinaison de lui-même et d’autres personnages ».

21 L’objet de la sémantique aspectuelle est-il le procès réel, qui a des caractéristiques ontologiques propres, un ensemble d’entrées lexicales, ou les deux à la fois ? « La langue est le seul véritable outil à notre disposition pour établir des caractéristiques ontologiques discrètes comme ponctuel ou non ponctuel, or c’est là bien entendu courir le risque d’un parasitage de la langue sur l’observable, tant, au point de vue de la durée effective, on ne peut concevoir autre chose qu’un continuum entre des procès courts et longs. L’ontologie des événements est une question complexe ; ce qui compte, c’est d’avoir une théorie à propos de l’ontologie des événements disponible à l’esprit humain. Cet objectif est alors intéressant pour la langue, qui peut servir, cette fois légitimement, de documentation sur ces caractéristiques représentationnelles » (de Saussure, 2003 : 77).

22 Les adverbiaux de ce type fonctionnent avec des effets analogues auprès de verbes atéliques exprimant des activités, lorsque ceux-ci sont utilisés par exemple au passé composé :
(vii) elles ont ri un bon moment. (Le Clézio, La Ronde et autres faits divers, 170) (viii) elle a hésité une seconde [...]. (Clavel, Le Tonnerre de Dieu (qui m’emporte), 95) Le passé composé y fait figure de temps aoristique. Desclés et Guentcheva (2003 : 49- 50), à qui nous avons emprunté la définition de l’ événement (voir ci-dessus, note 4), affirment que celui-ci est engendré par un processus que le temps grammatical décrit comme étant accompli ou, parfois, achevé. Quand il est engendré par un processus simplement accompli, l’événement n’est pas forcément ponctuel, mais « il se déploie sur un intervalle fermé borné à gauche et à droite, avec un début et une fin ». Le terme atteint par l’événement que dénote le verbe employé au passé composé « n’est pas nécessairement son terme ultime ». Les exemples (vii) et (viii) attestent que ce sont les expressions adverbiales un bon moment, une seconde qui jouent le rôle principal dans la construction de cette valeur sémantique du passé composé.

23 Nous nous faisons ici l’écho d’une hypothèse lancée par Picabia lors d’une conférence donnée à l’Université de Bucarest, le 5 mai 2009, conférence intitulée : « Peut-on aborder syntaxiquement l’aspect lexical des verbes ? ».

24 Ce qui n’exclut pas que l’on ait recours, si nécessaire, à des réalisateurs aussi complexes, syntaxiquement parlant, qu’une proposition subordonnée.

25 Ces instructions ne sont pas toujours décrites dans les mêmes termes par tous les linguistes qui s’inscrivent dans le cadre de la pragmatique cognitive des temps, mais il y a certainement des éléments communs à toutes leurs définitions. D’autre part, les chercheurs qui préfèrent placer leurs études sur les temps verbaux dans un cadre essentiellement sémantique ne nous proposent pas de descriptions qui s’opposeraient radicalement aux précédentes.

Auteur

Université de Bucarest

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search