Version classiqueVersion mobile

Temps, aspect et classes de mots

 | 
Eugénia Arjoca-Ieremia
, 
Cécile Avezard-Roger
, 
Jan Goes
, 
et al.

Un adverbe polyvalent : odatӑ (une fois). Emplois, valeurs temporelles et aspectuelles, correspondants français

Adina Tihu

Texte intégral

1. Introduction1

  • 1 Je remercie vivement E. Moline et L. Pop pour leurs suggestions et pour avoir mis à ma disposition (...)
  • 2 Notons dès le début qu’une excellente étude a été dédiée à cet adverbe par Blanche-Benveniste (1998 (...)

1En partant de l’affirmation de Co Vet (1980), pour qui « les trois catégories : du temps verbal, de l’aspect et des adverbes de temps forment un seul système », nous nous proposons d’étudier les occurrences et les valeurs d’emploi de l’adverbe temporel roumain odatǎ avec ses nombreuses valeurs aspectuelles et même modales. Étymologiquement, il est la forme soudée du nom data (= fois) précédée de l’article indéfini o (= une). Le nom lui-même représente le participe passé du verbe a da (= donner) au féminin. L’adverbe a pour principal correspondant français la locution adverbiale une fois2. La réciproque n’est pas toujours vraie, car o datǎ – numéral adverbial écrit en deux mots – lui fait concurrence pour rendre les sens du mot fois. Plus encore, si le français utilise le pluriel du même nom pour certaines expressions de l’aspect itératif et distributif, le roumain emploie dans ce cas un autre nom : oarǎ, au pluriel ori : de nenumǎrate ori/maintes fois. Nous nous proposons d’analyser ce riche matériel, dans une démarche comparative et contrastive.

2. Valeurs temporelles-aspectuelles (T/a)

  • 3 II s’agit de « deux groupes ayant des particularités distributionnelles spécifiques » : les adverbe (...)
  • 4 Les extraits cités de la GA ont été traduits par l’auteur.

2En distinguant, d’après Greimas (1964), dans la classe des adverbes temporels, les « topologiques » et les « aspectuels »3, Ciompec (1985 : 18) précise : « En fait, la délimitation n’est pas rigide parce que la plupart des adverbes temporels présentent dans leur structure sémantique une composante temporelle (t) et une autre aspectuelle (a) [...] de sorte que l’appartenance d’un adverbe à un groupe ou à un autre est déterminée, en général, par la prépondérance de l’une des deux composantes : les topologiques sont des unités caractérisées par la formule T/a, tandis que les aspectuels, par A/t [...] ». C’est aussi le cas de odatǎ. Il est un des adverbes qui confirment, selon la Gramatica limbii române (désormais GA) éditée en 2005 par l’Académie roumaine, « l’ancrage dans les zones sémantiques, donc l’identification du temps de référence4 ». Et comme « certaines significations contextuelles proviennent de l’association des formes verbales avec certaines adverbes », à côté de demult (il y a longtemps), odinioarǎ (jadis), cǎndva (une fois), l’adverbe odatǎ réalise la signification « indéterminé » ou « éloigné » (GA, I : 394).

2.1. Ancrage temporel (adverbe topologique) : il situe le procès à une date indéterminée

  • 5 Cf. Ciompec (1986 : 202) : « Dans l’expression de l’idée de temps, les morphèmes verbaux et les adv (...)

3Comme le montre GA (I : 395), une relation complexe s’établit entre les formes verbales et les expressions d’ancrage temporel. Si certains adverbes, peu nombreux, « sont spécifiques à un certain temps de référence » et d’autres placent le procès « dans n’importe quelle zone de l’axe temporel », il y en a qui sont communs pour le passé et l’avenir5. En tant qu’adverbe topologique, et selon le temps du verbe avec lequel il se trouve en liaison, odatǎ/une fois situe le procès à une date indéterminée dans le passé ou dans le futur.

2.1.1. Dans le passé

4Les correspondants français sont très nombreux : un (beau) jour, il y a quelque temps, jadis, autrefois, il y a longtemps, suivant la riche série synonymique de l’adverbe. La distance jusqu’à ce passé indéterminé peut n’être pas très longue, le correspondant étant dans ce cas un (beau) jour, il y a quelque temps (1). Elle peut être de quelques dizaines d’années, signifiant jadis, autrefois (2) et mettant en valeur l’époque passée, en opposition avec l’époque présente, connotée négativement ou bien elle peut se mesurer en années-lumière (3) :

(1) Robert mi-a mǎrturisit odatǎ cǎ d’Annunzio îi seamǎnǎ. (Eliade, P. 14)
Robert m’a avoué une fois/un jour que d’Annunzio lui ressemblait.
(2) Puçca şi cureaua latǎ / Ce bǎrbat eram odatǎ ! (chanson populaire) Chassant à travers les bois /Quel homme vaillant j’étais autrefois !
(3) Efectul schimbǎrilor climatice : Venus a fost odatǎ ca Terra, (web) L’effet des changements climatiques : Venus était autrefois pareille à la Terre.

  • 6 En voilà un très bel exemple, dans la traduction de Micaela Slàvescu :
    A fost odatà ca niciodatà ; c (...)

5L’adverbe renvoie à un temps indéterminé, mais le passé est privilégié : voir les formules des contes de fées : A fost odatǎ ca niciodatǎ, cǎ de n-ar fi, nu s-ar povesti. / Il était une fois au temps jamais [litt. comme jamais une autre fois n ’en fut), car si n ’était, point ne conterais. La formule initiale des contes roumains est plus longue et rimée6. Pour la description de ces temps-là, mythiques, il y a de très nombreuses variations sur le même thème. Le rôle de l’adverbe dans cette formule est de « confirmer le temps de référence (“passé”) et d’ajouter la signification de passé éloigné » (v. GA, I : 417). De toute façon, la formule impersonnelle conventionnelle de l’incipit situe l’action illo tempore, dans un univers magique, révolu à jamais. Maingueneau (1999 : 43) affirme à juste titre que « dans les contes, l’inaugural “il était une fois” élimine purement et simplement la dimension temporelle au profit d’une coupure entre le monde prosaïque et le merveilleux ».

  • 7 « Ces valeurs opposent un événement aboutissant à un terme, considéré dans son extériorité, à un év (...)
  • 8 Le commentaire suivant de Green, reproduit dans Grevisse-Goosse (2008 : 1093) nous semble révélateu (...)

6À la différence du français où l’imparfait est de règle, le roumain emploie le passé composé. Celui-ci, en général, « associe un trait temporel – [antériorité par rapport à t0] – commun à toutes les formes ayant le temps de référence ‘passé’, à un trait aspectuel [+ Perfectif] et à un trait modal [+ Réel], spécifique au mode indicatif » (GA, 1 : 416). Quant à la signification de ce temps en français, Larrivée (2002 : 66), qui évoque l’opposition, chez de nombreux linguistes, des valeurs du perfectif (passé composé) et de l’imperfectif (imparfait)7, pense que « le passé composé n’a pas en lui-même de valeur terminative ». L’emploi du passé composé en roumain dans les contes n’implique non plus l’aspect terminatif. D’ailleurs, les formules finales appuient cette idée, en indiquant, par l’emploi du présent (et même du futur) et des adverbes déictiques correspondants, le prolongement de l’action8 « jusqu’au jour d’aujourd’hui » :

  • 9 En voilà un autre exemple :
    Et ils vivent sans doute et règnent encore, s’ils ne sont pas morts. (Co (...)

(4) Şi au trǎit fericiți pânǎ la adǎnci bǎtrâneți şi mai trǎiesc şi astǎzi, dacǎ n-au murit.
Ils vécurent [heureux] très vieux et, s’ils ne sont pas morts, ils y sont encore9.

Dans les deux langues, la formule initiale a des variantes. En roumain, Era odatǎ, avec « l’imparfait d’ouverture », concurrence le passé composé au début du récit :

(5) Era odatǎ ca niciodatǎ, într-o parte a lumii o împǎrǎtie. (Basme, P. 174)
Il était une fois dans un coin du monde, un royaume.

Comme le montre GA (I : 427, 430), l’imparfait peut lui aussi exprimer « la localisation indéterminée, vague, dans la zone du passé », quand il est accompagné des adverbes cândva, odinioarǎ, altǎdatǎ, pe vremuri/une fois, jadis, autrefois. « La caractéristique aspectuelle typique de l’imparfait présente – en fonction du contexte – certaines variations qui situent parfois l’imparfait à la frontière qui existe entre [ – Perfectif] et [+ Perfectif] ». Rappelons que pour Larrivée (2002 : 61) « les inférences terminatives dépendent de notre connaissance du monde », et c’est le contexte qui peut ou non conférer une valeur terminative, perfective au passé composé. La formule de début des contes français est, dans certaines variantes régionales, Il y avait une fois :

(6) Il y avait une fois un prince des plus riches, mais des plus laids. (Perrault, p. 26)

L’exemple figure dans une version de Gascogne de La Belle endormie et nous en avons rencontré un autre similaire dans La Cendrouse, version poitevine de Cendrillon. D’ailleurs, selon Le Goffic (1993 : 150), le français naturel utilise il y a, tandis que les emplois impersonnels de être marquant l’existence, avec un GN séquence, représentent des « emplois littéraires et archaïsants ». Ils se conservent aussi dans les proverbes et dans les tournures figées.

7Il y a des variations stylistiques dans l’utilisation moderne, très fréquente, de la formule initiale (titres de films ou d’ouvrages, publicités), en français comme en roumain : dans la séquence impersonnelle apparaissent des noms propres (7) ou l’article défini (8), ce qui contredit l’indétermination d’origine. De même, les temps utilisés varient eux aussi ; on peut rencontrer le passé simple, comme dans (9), ou le futur (10) :

(7) A fost odatӑ... Grigore Moisil (titre d’ouvrage)
(8) Il était une fois la France (titre de collection, web)
(9) Il fut une fois... dans l’ouest ! (publicité, web)
(10) Il sera une fois... (titre de film, web).

2.1.2. Dans l’avenir

8En roumain, et plus rarement en français, l’action peut être projetée dans l’avenir. Les équivalents français sont, dans ce cas : un (beau) jour ; une fois, tôt ou tard :

(11) O sǎ-ți povestesc odatǎ.
Je te le raconterai un jour.
(12) Am ştiut cǎ odatǎ se va sparge buboiul. (web)
Je savais qu’un beau jour, tôt ou tard, l’abcès crèverait dans cette affaire.
(13) Am ştiut cǎ odatǎ şi odatǎ se va întâmpla asta.
J’ai su que cela arriverait une fois, tôt ou tard.

Le dernier exemple utilise une locution contenant l’adverbe réitéré et la conjonction copulative şi (« et »), locution qui renforce l’idée d’action future non précise, éloignée : odatǎ şi odatǎ. Le Dicționarul explicativ al limbii române (1998, désormais DEX’98) indique aussi, sans donner d’exemples, une possible utilisation avec un passé, avec le sens il y a très longtemps. Cette possibilité figure aussi dans le Dicționar explicativ ilustrat al limbii române (2007, désormais DEXI), mais non pas dans le NODEX 2004 et dans le Micul dicționar academie (2003, désormais MDA). Nous pensons que la locution ne peut se construire qu’avec le futur, fait confirmé par la dernière édition de la GA (I : 395) qui mentionne, parmi les peu nombreuses expressions adverbiales spécifiques à un certain temps de référence (dans notre cas, le futur), odatǎ şi odatǎ.

9Le rapport avec le futur existe en français aussi, mais il est moins fréquent. Le Petit Robert électronique donne l’exemple Venez une fois ici, vx. ou rég., sans indiquer la postériorité de l’action. Nous avons trouvé un exemple dans le TLFi, avec l’indication « rare » (14). Par contre, le dictionnaire Encarta consulté en ligne, mentionne la valeur « un jour, dans le futur », sans aucune autre indication particulière (15) :

(14) Une fois, tout sera dévoilé, quand je serai descendu dans la demeure du repos. (Krüudener, apud TLFi)
(15) Je viendrai bien une fois, mais je ne sais pas quand. (apud Encarta)

2.2. La concomitance, la simultanéité

2.2.1. Odatǎ CCT + valeur contextuelle de manière

  • 10 Pour l’adverbe ensemble, le TLFi indique une valeur B où « l’accent est mis sur l’idée de coexisten (...)

10Du point de vue de la syntaxe roumaine, temps et manière peuvent aller de pair, quand intervient l’aspect : « L’interférence du circonstanciel de manière avec le circonstanciel de temps est très évidente dans le cas des composantes de type aspectuel, situées à la frontière entre la temporalité et la modalité » (GA II : 508). Ainsi, certaines constructions, comme par exemple din nou/de nouveau, zilnic/chaque jour, peuvent être interprétées aussi bien « en termes temporels que modaux » (ibid.). Nous croyons que c’est aussi le cas de odatǎ, dans l’occurrence qui suit, où il ajoute à la valeur temporelle (en même temps, simultanément) une connotation modale, ayant alors pour correspondant français l’adverbe de manière (cf. Grevisse-Goose, 2008 : 1218) ensemble (à la fois)10 :

(16) Când un copil învațâ douǎ limbi odatǎ. (web)
Quand un enfant apprend deux langues à la fois/simultanément.
(17) 400 de țigani, botezați odatǎ. (web)
400 tziganes baptisés en même temps/ensemble., .
(18) Sǎ nu plecǎm toti odatǎ. Amintiri din România anilor 50. (web)
Ne partons pas tous ensemble. Souvenirs de la Roumanie des années 50.

L’adverbe de temps est là pour modifier le procès, pour spécifier un des modes possibles de sa réalisation ; il s’agit de regroupement/séparation de procès ou d’actants, et cela explique aussi sa tendance à être interprété comme manière. Si l’on essayait de chercher les antonymes de simultanément et à la fois, on trouverait séparément, l’un après l’autre, les uns après les autres, répondant plutôt à la question comment. D’ailleurs, un adverbial locatif ou temporel peut, dans certains contextes, être réinterprété en termes de manière.

11À la place de odatǎ, on emploie parfois l’adverbe soudé deodatǎ, ayant le même sens (à la fois), mais qui est plus intensif :

(19) Nu vorbiți toți deodatǎ !
Ne parlez pas tous ensemble/à la fois/en chœur !

2.2.2. Locution odatǎ cu +GN/en même temps que, avec ; parallèlement à

12La concomitance est exprimée aussi par la locution prépositionnelle o datǎ cu, suivie d’un groupe nominal ; le correspondant français dans ce cas peut être, croyons-nous, outre en même temps que, la préposition avec :

(20) Valoarea ta creşte odatǎ eu rețeaua ta de relații interpersonale. (web)
Ta valeur s’accroît en même temps que/proportionnellement à ton réseau de relations personnelles.
(21) De ce performantele intelectuale scad odatǎ cu vârsta ? (web)
Pourquoi les performances intellectuelles baissent-elles avec l’âge ?

Nous retrouvons un argument dans le TLFi, où pour l’entrée avec, on trouve (A.) qu’il marque la présence simultanée et, sens 1, qu’il indique la concomitance : Se lever avec le jour, vivre avec son temps. Cela passera avec le reste. Choi-Jonin (2002) analyse l’emploi temporel d’avec dans l’exemple Paul se lève avec le jour, en remarquant, tout d’abord, que « cette interprétation semble dépendre avant tout de la nature du nom »– il s’agit d’un nom temporel. Outre cette contrainte sémantique, elle en mentionne une autre, syntaxique : le terme suivant avec « doit être susceptible d’assumer la fonction sujet pour le même prédicat ». En effet, sa démonstration est convaincante : « Si l’on n’a pas *Il se couche avec le jour, c’est parce qu’on n’a pas *Le jour se couche ».

13Pour Kleiber (2007 : 116-117), selon qui « le gérondif, c’est-à-dire la catégorie grammaticale discontinue en – ant, est en quelque sorte un avec du verbe », la condition pour que la préposition avec serve de repère temporel (ce qui semblait exclu), tout comme le gérondif, est que « le syntagme nominal introduit par avec puisse donner lieu à une interprétation processuelle ». Son exemple est très révélateur :

(22) Paul se lève avec le soleil (= il se lève quand le soleil se lève) (apud Kleiber, 2007)

L’expression similaire se coucher avec les poules, qui existe aussi en roumain, utilise justement l’adverbe odatǎ : a se culca odatǎ cu gǎinile. Dans cet exemple, le temps et la manière vont également de pair.

14Un autre argument utilisé par Kleiber (2007 : 117), qui évoque Schapira (2003) et Cadiot (1997) dans sa démonstration, est le « parallélisme ». « Dans le cas d’avec comitatif, SN1 accomplit l’action en parallèle avec SN2, dans celui d’un gérondif “concomitant”, c’est l’action de la prédication principale qui se trouve accomplie en parallèle avec celle du gérondif ». Certains de nos exemples, où nous proposons l’utilisation de la préposition avec comme équivalent de odatǎ, impliquent justement un déroulement parallèle des procès :

(23) Bit Defender : Creştem odatǎ cu piața de internet ! (web)
Nous croissons avec le/parallèlement au marché d’Internet !

15Nous avons cru trouver un autre appui pour rendre odatǎ cu par avec chez Cadiot (1997 : 150-153), notamment dans le sous-chapitre intitulé « élargissement interprétatif », où le linguiste distingue, pour cette préposition française qui peut avoir une lecture plurielle (instrumental, comitatif, manière, simultanéité ou concomitance), un enchaînement illocutoire à orientation casuelle, un autre à orientation concessive et, enfin « l’enchaînement illocutoire argumentativement indéterminé (thématique) ». En partant de l’exemple que nous avons reproduit sous (24) (et que nous rendrions en roumain par odatǎ cu), il fait l’analyse suivante : « L’occurrence de avec signale simplement la concomitance et ne filtre pas les sens circonstanciels spécifiés » :

(24) Vous voulez savoir ce qui va se passer, avec l’agression serbe ? (France Inter, 1991, apud Cadiot)

  • 11 « Les constructions en avec en position détachée sont dotées, comme on l’a vu, d’une fonction discu (...)

16L’article de Choi-Jonin (2007 : 70) sur les valeurs de la préposition avec11 dans des constructions en position détachée nous offre un autre point d’appui : « dans le cas où la préposition avec est suivie seulement d’un constituant nominal, ce dernier doit être interprété comme étant situé dans un événement ou une situation ». L’analyse de ces valeurs va dans le sens de la macro-syntaxe, comme celle de Cadiot, et l’auteur parle également d’ancrage discursif (2007 : 73). L’exemple ci-dessus, qui lui appartient :

(25) Avec ce traité, on ne pourra plus arrêter l’immigration. (Le Figaro, apud Choi-Jonin)

et qui a, dans sa vision, une lecture conditionnelle, est un argument pour nous. Même si en roumain les constructions que nous analysons ne sont pas détachées, on pourrait y appliquer le modèle d’analyse de Choi-Jonin pour avec + GN. Une inférence causale serait possible dans ce cas, sans éliminer la concomitance. Nos exemples (20) et (21) pourraient alors être glosés : (20’) Ta valeur s’accroît grâce à tes relations personnelles et (21’) Les compétences intellectuelles baissent parce qu’on avance dans l ’âge. On pourrait citer à ce sujet Nazarenko (2000 : 9), qui, remarquant le caractère relatif et subjectif de la causalité, affirme : « Par ailleurs, la proximité de la cause avec d’autres relations (les relations temporelles notamment) permet d’interpréter causalement des relations qui ne sont pas a priori causales ». Dans l’exemple suivant, du point de vue pragmatique, l’inférence causale s’impose. On ne peut pas interpréter les deux propositions enjeu comme étant simplement simultanées :

(26) Aceste legi au fost abrogate odatǎ cu aparitia noii legi 230/2007. (web)
Ces lois ont été abrogées avec/lors de/par l’apparition de la nouvelle loi [...].

17À la suite de Choi-Jonin (2002), qui voit dans l’exemple Tout s’arrange avec le temps « une restructuration comparable à un passif de Le temps arrange tout », on devrait plutôt utiliser la préposition par à la place de avec et voir dans le syntagme un complément d’agent : (26’) L’apparition de la nouvelle loi a abrogé ces lois [anciennes].

2.3. Antériorité (aspect accompli, perfectif du procès)

18Une troisième valeur temporelle – et aussi aspectuelle – est l’expression de l’antériorité, allant de pair avec l’aspect accompli du procès. Plusieurs grammairiens, parmi lesquels Grevisse-Goosse (2008 : 1257), Blanche-Benveniste (1998a : 86), Combettes (1998 : 23-24, 48), Riegel et al. (1997 : 235), Le Gofific (1993 : 488), évoquent l’emploi des adverbes du type une fois et à peine, lié à ces valeurs. Évidemment, il y a d’importantes différences argumentatives entre eux, qui ne font pas l’objet de notre analyse.

19Dans ce qui suit, nous allons d’abord passer en revue les constructions participiales où apparaît l’adverbe odatǎ/une fois, sans trop insister sur leur fonctionnement, brillamment mis en évidence par Blanche-Benveniste (1998a, 1998b), de même que par Combettes (1998) ; ensuite, nous regarderons les subordonnées temporelles introduites par la locution conjonctive odatǎ ce/une fois que, pour mettre en évidence le parallélisme existant entre les deux langues.

2.3.1. Constructions participiales

20Nous avons constaté de nombreuses similitudes en ce qui concerne ces constructions héritées du latin : en roumain comme en français, il y a des réalisations propositionnelles absolues et des constructions détachées au « sujet » coréférent avec celui de la principale. Mais il faut préciser qu’en roumain elles sont moins fréquentes. Les problèmes qu’elles suscitent tiennent aux contraintes qu’implique leur réalisation (liées aussi à l’ellipse du verbe) et à leur emploi dans les différents registres de langue.

21GA (I : 504) analyse en moins d’une page le fonctionnement de ce type de « construction elliptique à valeur circonstancielle temporelle », avec la mention importante qu’il se limite aux « participes adjectivisables » (participes des verbes transitifs à valeur passive et participes inaccusatifs) : casa odatǎ abandonatǎ/la maison une fois abandonnée, fapta odatǎ comisǎ/le fait une fois commis. Pour ce qui est du français, Blanche-Benveniste (1998b : 43-44) montre que

les seuls verbes possibles dans ces tournures sont ceux qui s’accompagnent de l’auxiliaire être, ce qui correspond à trois situations : la voix active, pour les verbes formant leur accompli avec être, que Guillaume appelait les « verbes de seuil », comme partir, sortir, revenir, disparaître ; la « voix pronominale » pour des verbes comme s’évanouir, se réfugier, s’installer ; ou des tournures passives : la fête commencée, miné par la corruption.

22Il faut retenir une précision importante : « Les introducteurs du type une fois, dans la mesure où ils marquent la clôture d’un processus, ne conviennent pas aux verbes statifs » (idem, 1998b : 53).

2.3.1.1. Constructions détachées12 : odatǎ + part. passé/adj./nom

  • 12 Il s’agit de constructions dont le participe, « dit “détaché” ou “apposé” » [...] « a un statut de (...)

23Les constructions détachées les plus courantes du roumain sont, comme en français, celles où odatǎ/une fois est suivi d’un participe ; il y a, évidemment, coréférence avec le SN sujet :

(27) Tupeu bancar. Odatǎ salvate, bǎncile americane au majorât dobânzile çi comisioanele. (web)
Culot bancaire. Une fois sauvées, les banques américaines ont augmenté les intérêts et les commissions.
(28) De când am drept de muncǎ odatǎ ajuns în SUA ? (web)
À partir de quel moment ai-je le droit de travailler, une fois arrivé aux États-Unis ?

24Nous avons rencontré aussi, mais plus rarement, des adjectifs dans ces constructions (29) ; dans un seul exemple parmi ceux que nous avons recueillis sur Internet, c’est un nom qui apparaît (30), nom susceptible d’entrer dans une structure prédicative sans déterminant :

(29) Odatǎ liberi, unii din noi luarǎ calea Parisului. (web)
Une fois libres, certains d’entre nous partirent pour Paris.
(30) Odatǎ şomer, pe veci şomer. (web)
Une fois [qu’on se retrouve] chômeur, [on reste] chômeur à jamais.

25En français, la séquence une fois + adj./N est beaucoup plus fréquente. Comme le montre Blanche-Benveniste (1998a : 91), les deux catégories s’emploient facilement avec le verbe devenir. En plus, l’adverbe agit « comme un révélateur des affinités aspectuelles des adjectifs » et « sélectionne des noms désignant des fonctions auxquelles on parvient à la suite d’un processus qui prend place dans le temps » (ibid.) ; il s’agit de noms de métiers, de convivialité, de parenté etc. Si odatǎ patron/ministru/députat sont acceptables en roumain, odatǎ amici / complici le sont moins, mais *odatâ mamâ/*odatâ bâtrân (une fois mère/une fois vieux) sont des constructions impossibles, croyons-nous. Dans tous les cas, d’ailleurs, on préfère exprimer le participe passé du verbe copule (devenit, ǎ).

26Quant aux adverbes ou aux SP français pouvant figurer dans les constructions détachées de ce type, nous avons trouvé dans la base Frantext de nombreux exemples : une fois debout /dehors/en mouvement :

(31) Une fois là-dedans, vous risquez d’y rester. (Queneau, apud Frantext)
(32) Une fois dans cette voie, il ne me fut pas possible de résister à la fièvre du savoir. (Queneau, apud Frantext)

27L’analyse de Blanche-Benveniste (1998a : 92) est de nouveau très pertinente : il s’agit d’expressions locatives compatibles avec l’idée de mouvement, équivalant à ici et là. En roumain, la construction est forcée, et nous n’avons trouvé aucun exemple qui l’atteste. On dira plutôt : Odatǎ ajuns acolo/în clasǎ/acasǎ (Une fois arrivé là/en classe/à la maison).

  • 13 Plus précisément, des « raccourcis par ellipse de l’emploi conjonctionnel », selon Blanche-Benvenis (...)

28Dans toutes ces réalisations, y compris avec le participe, on a, dans l’interprétation de la GA (I : 504) et de la plupart des linguistes français consultés, des propositions elliptiques du verbe13. Un argument que l’on retrouve dans les grammaires, roumaines aussi bien que françaises, est le fait que les constructions peuvent être glosées à l’aide des subordonnées introduites par odatǎ ce/une fois que. Combettes (1998 : 48), par exemple, remarque la symétrie entre les participiales utilisant une fois (arrivé) ou à peine (entré) et les subordonnées une fois qu ’il fut arrivé et à peine était-il entré. Pour Blanche-Benveniste (1998a : 88), cette équivalence est possible, mais restrictive et complexe : « La langue française ne peut faire cette réduction que pour les verbes auxiliés par être, les “inaccusatifs” comme partir, sortir, entrer ou les emplois des verbes passifs en être ». L’ellipse est encore moins courante en roumain (voir supra), ce qui expliquerait, selon nous, la quasi inexistence de certaines constructions qui sont usuelles en français.

2.3.1.2. Participiales absolues

29Une réalisation particulière est la proposition participiale absolue dans laquelle le participe passé, qui marque l’accompli ou le passif, a son propre « sujet » qui est « contrôleur et support du participe » (Le Goffic, 1993 : 487) :

(33) Odatǎ terminatǎ facultatea, Lucian s-a vǎzut în fața altemativelor. (web)
Une fois la fac terminée, Lucian s’est trouvé devant les alternatives.
(34) Riscul paşilor greçiçi, odatǎ intrați în hora acordului cu FMI [...]. (web)
Le risque de faux pas, une fois entrés dans la ronde de l’accord avec le FMI [...].

30Si l’on retrouve en roumain de tels exemples, surtout dans le style journalistique ou dans des textes argumentatifs, leur emploi est, en général, assez réduit et presque inexistant dans la langue parlée. Par contre, les temporelles introduites par la locution conjonctive o datǎ ce /une fois que sont beaucoup plus fréquentes.

31La situation diffère un peu en français. Comme le montre Blanche-Benveniste (1998b : 43) : « Fréquents dans les usages soutenus (littéraires, journalistiques, administratifs), ces syntagmes à participes sont beaucoup plus contraints dans le français de la conversation, où on les rencontre surtout avec l’appui d’éléments comme à peine, une fois, sitôt [...] ». « Sans être toujours obligatoire, la présence de une fois semble faciliter l’assise de ces propositions participiales, surtout en français contemporain », conclut la linguiste (1998a : 90).

32Plusieurs combinaisons de l’ordre des mots sont possibles, l’adverbe odatǎ pouvant ouvrir la proposition participiale (33) ou bien se trouver à l’intérieur de celle-ci (34).

  • 14 « La présence de une fois a pour effet de rendre le syntagme détaché plus autonome et plus mobile, (...)

33Quel est le rôle de une fois dans toutes ces constructions ? Selon Blanche-Benveniste (1998a : 86), cet élément joue un rôle de « stabilisateur syntaxique »14 ; il donne au syntagme une autonomie syntaxique et « apporte de la souplesse dans l’ordre des mots ». De plus, l’adverbe permet d’étendre aux adjectifs, aux noms et aux groupes prépositionnels, « qu’elles l’aient ou non au départ, la marque aspectuelle de l’accompli » (ibid. : 90). Enfin, selon Combettes (1998 : 48), dans les CD temporelles, les participes « seront donc interprétés non seulement comme des chaînons, des étapes, dans la chronologie, mais aussi comme des unités renvoyant à un référent saillant, agent des différents prédicats successifs ».

2.3.2. Locut. conj. odatǎ ce / une fois que + subord. temp. ou causale

34Dans les deux langues, la préférence pour l’emploi conjonctionnel, au détriment des constructions participiales, est très visible. La locution conjonctive odatǎ ce/ une fois que introduit, par définition, une circonstancielle de temps marquant l’antériorité. Elle peut se combiner avec un verbe au passé, au présent ou au futur :

(35) Odatǎ ce ai intrat în mediul online, ar fi bine sâ râmâi în online. (web)
Une fois [que tu es] entré dans le milieu on line, tu devrais y rester.
(36) Comertul international, aşteptat sǎ scadǎ în volum odatǎ ce piata mondialǎ se liniçteçte. (web)
On s’attend à ce que le commerce international baisse en volume une fois que/dès que le marché mondial se calme.
(37) Piata din SUA se va schimba odatǎ ce banii vor începe sǎ se miçte. (web)
Le marché des États-Unis changera une fois que l’argent commencera à circuler.

  • 15 Cf. Blanche-Benveniste (1998b : 87) : « il s’agit toujours d’un événement considéré comme accompli (...)
  • 16 Cf. Nazarenko (2000 /149).

35Comme en français, à la valeur temporelle s’ajoute une valeur aspectuelle : l’accompli15. Mais l’inférence causale est encore possible, dans ce cas16. La locution a pour correspondants français : une fois que, après que, du moment que, puisque, connecteurs qui, de par leur origine, ont glissé du temps à la cause :

(38) Trebuie sǎ mǎ iei de bǎrbat, odatǎ ce ti-ai dat cuvântul. (apud GA) Tu dois m’épouser, une fois que tu l’as promis.

36D’autres valeurs circonstancielles sont possibles ; GA (II : 486) envisage, dans l’exemple suivant, la condition cumulée à la signification temporelle :

(39) Odatǎ ce ai intrat în joc, joacǎ ! (apud GA)
Qui s’est embarqué doit achever.
litt. : Une fois que tu es entré [= si tu es entré] dans la ronde, joue !

Nous croyons toutefois qu’il s’agit toujours d’un rapport causal, vu le temps passé du verbe : la glose est puisque tu es entré et non si tu entres, on exprime un fait réel, accompli, et non pas une éventualité.

3. Valeurs aspectuelles-temporelles + modales A/t + M

3.1. Valeurs pragmatiques inférencielles communes en français et en roumain

37Il s’agit d’emplois discursifs, qui ont une importante valeur pragmatique. Odatǎ et ses correspondants français cumulent des valeurs aspectuelles et modales, communes dans les deux langues : l’interruption brusque du procès décrit par le prédicat verbal, accompagnée de valeurs modales, dans des phrases surtout injonctives et exclamatives. Dans ce cas, l’adverbe figure toujours en position postverbale et a un emploi quasi interjectif, étant partiellement désémantisé. Il se produit un glissement de sens, car, dans des contextes linguistiques bien spécifiques, on passe d’une interprétation aspectuelle à une interprétation modale de l’adverbe qui se charge d’exprimer des valeurs affectives, le plus souvent, un sentiment d’irritation (à des intensités variables) du locuteur. Celui-ci désire que l’état de choses décrit par l’énoncé et ayant débuté avant le moment de l’énonciation prenne fin. Mécontent, il attend un changement significatif.

38Notons d’abord l’impatience d’un adolescent désireux de se connaître :

(40) Trebuie sa ştiu odatǎ sigur cine sunt şi ce vreau. (Eliade, p. 139)
Je dois savoir une bonne fois avec certitude qui je suis et ce que je veux.

39Ici, le correspondant pour odatǎ est une bonne fois (pour toutes). Comme la phrase est déclarative, l’adverbe garde davantage son sémantisme aspectuel initial et la nuance affective est plus neutre. Mais nous croyons que c’est notamment dans les injonctives et les exclamatives que cette valeur est plus manifeste. Ainsi avons-nous retenu (sous 41), une phrase exclamative qui contient le commentaire d’un élève, furieux que les profs réclament une augmentation de salaire :

(41) Nu se mai satura odatǎ profesorii ǎştia nesimțiți... (web, blog, 4 Mai 2009)
Ces gloutons de profs ne sont-ils donc jamais satisfaits ?

40Le plus souvent, l’adverbe sert à rendre plus pressant un acte directif. La plupart des exemples que nous avons recueillis correspondent à des phrases injonctives, dont les verbes sont à l’impératif ou au subjonctif. Elles expriment l’impatience et la révolte, voir l’imprécation, à cause d’une attente qui ne s’accomplit pas encore. Les gros mots et l’accent d’insistance n’y manquent pas :

(42) Sa-i schimbe dracului odatǎ, dacâ asta-i problema ! (web)
Que diable ne les remplace-t-on à la fin, si c’est là le problème ?
(43) De i-ar lua odatǎ pe profesori gripa porcinǎ ! (web)
Que la grippe porcine emporte donc ces profs !

Dans les exemples précédents, la suppression de l’adverbe odatǎ ne modifie pas l’acceptabilité de l’énoncé, ce qui permet de mettre en évidence sa valeur pragmatique.

41Nous devons attirer l’attention sur une construction courante en roumain parlé, dans laquelle une fausse interrogative (rendue d’ailleurs en français par une impérative), débute par la négation et le semi-adverbe mai/plus ; odatâ y exprime toujours l’impatience :

(44) Nu mai taci odatǎ ?
Tais-toi donc !
litt.= Tu ne te tais plus enfin ?

  • 17 V. Arjoca-Ieremia (2007 : 517).

Dans cet exemple, l’emploi de l’adverbe négatif nu renforce la valeur aspectuelle de mai 17 et rend plus intense la force illocutionnaire de l’adverbe odatǎ. Le sens du semi-adverbe mai résulte de son interprétation présuppositionnelle : « antérieurement à l’énoncé produit, il y a eu une situation similaire à celle décrite par le verbe ». L’adverbe odatǎ, employé dans une fausse interrogative et dans une structure négative, pose : « J’aimerais bien que l’action/l’état dénoté par le prédicat verbal prenne fin ». C’est cette interprétation qui explique le glissement de sens signalé ci-dessus ; on passe d’une valeur aspectuelle vers un emploi discursif à valeur modale.

42En français familier, on pourrait également utiliser pour rendre l’injonction une fausse interrogative, contenant un adverbe marquant la promptitude, à côté d’un futur proche (45) ou même un passé composé qui exprime un état résultant (46) :

(45) Înceteazǎ odatǎ !
Tu vas bientôt arrêter ?/Tu vas arrêter, oui ?
(46) Ai terminât ?
Tu as terminé ?

43L’implicite pour toutes ces phrases est « il est grand temps de... », « on en a assez » ; plus précisément, la limite temporelle fixée pour l’attente qu’un état de choses ayant trop duré cesse est dépassée. Le sémantisme des verbes que l’adverbe accompagne indique lui aussi cet caractère terminatif : fin de déroulement du procès (terminer, satisfaire) et annulation d’un état de choses (l’action de se réveiller met fin au sommeil, celle de se taire au bavardage). Quant à la grippe porcine... elle ferait cesser les revendications. De toute façon, le sens implicite fait basculer l’adverbe dans la catégorie modale.

  • 18 Considérant comme valeur générale de donc « celle d’implicitation ou d’inférence (logique ou pragma (...)

44Nous avons retenu donc comme équivalent français dans cette occurrence de odatǎ. Pour notre analyse, nous avons trouvé des suggestions très utiles dans l’étude sur les valeurs de donc réalisée par Pop (à paraître)18 et dans celle sur deci/donc réalisée par Dascǎlu Jinga (2007). Tout comme donc, odatǎ a un emploi intensif, « de parcours », dont l’ancrage « se fait non pas au niveau du contenu propositionnel, mais au niveau des actes de langage » (Pop, à paraître). Tout comme deci/donc, odatǎ est un élément de structuration du discours et reçoit diverses valeurs pragmatiques, selon son degré de désémantisation (cf. Dascǎlu Jinga, 2007).

45Un autre correspondant pour cette valeur de odatǎ est enfin. Le TLFi indique pour ce terme une série de valeurs affectives, parmi lesquelles, dans le langage familier, son emploi interjectif pour marquer l’impatience, la colère, dans une interrogation ou une exclamation. Nous reprenons au TLFi un exemple qui réunit les deux correspondants enfin (dont le sens temporel n’est pas absent) et donc, que nous proposons pour cette valeur de odatǎ :

(47) Écoute-moi donc, Orner ! [...] M’écouteras-tu enfin ! (Adam, apud TLFi)

46Notons encore que, selon le dictionnaire Larousse, consulté en ligne, « une fois, dans certaines régions de la France et en Belgique, renforce une affirmation, une injonction, une interrogation ».

3.2. Valeurs spécifiques (roum. pop.) A/t : aspect ponctuel

47Outre la valeur précédente de l’adverbe, commune aux deux langues, il existe une valeur spécifique au roumain populaire : l’aspect ponctuel. On peut l’illustrer par les exemples suivants, tirés des contes :

(48) N-apucase sǎ doarmǎ, ca de când începui sǎ vǎ povestesc, şi odatǎ sǎri drept în sus.
Il ne s’est pas plutôt endormi, le temps de vous raconter tout ça, et d’un coup il se leva.
(49) Când auzi calul de la Fât-Frumos cǎ hainele şi armele sunt bine curǎțate şi pregǎtite, odatǎ se scuturǎ şi el, şi toate bubele şi rǎpciuga cǎzurǎ de pe dânsul [...]. (Ispirescu, p. 8)
Lorsque le cheval apprit de Beau-Vaillant que les armes et les vêtements étaient bien nettoyés et fin prêts, celui-ci s’ébroua soudain et toutes les croûtes et toutes les plaies qui lui couvraient le corps disparurent comme par enchantement [...]. (Contes, p. 22)

48Dans cette occurrence, croyons-nous, odatǎ représente une variante populaire de deodatǎ ; les correspondants français des deux adverbes sont dans ce cas soudain, tout à coup, d’un coup, instantanément, brusquement. Dans nos exemples, nous avons indiqué le contexte plus large, pour montrer que l’adverbe fonctionne ici à un niveau supérieur, celui du texte. Il n’apparaît qu’en tête de proposition (ce que la traduction française de l’exemple (49) ne permet pas de constater), dans une indépendante ou une principale, et marque, à l’intérieur d’une narration, une action brusque, ponctuelle (il se lève, il s ’ébroue), le prédicat étant souvent inchoatif. Il est intéressant de signaler que deodatǎ est présenté par GA (2005, II : 498) parmi « les sous-types de la caractérisation modale », plus précisément dans celui qui réfère à « des propriétés temporelles-aspectuelles du procès », notamment « la surprise ». Il s’agit donc d’une zone d’interférence entre la modalité et la temporalité.

4. Emploi adjectival : odatӑ + nom

49Nous avons laissé pour la fin un emploi tout à fait particulier de l’adverbe odatǎ, qui figure dans tous les dictionnaires : l’emploi adjectival superlatif. Le DEV’98, tout comme le DEXI donnent une seule entrée : odatǎ, « adv., adj. invariable », le premier sans exemple, le second proposant un exemple de Creangǎ et ne mentionnant rien quant au registre de langue. Le MD A, en revanche, prévoit deux entrées : une pour l’adjectif invariable, avec la mention « dans le langage affectif » et l’indication de l’attestation chez Creangâ, et une autre pour l’adverbe. Tout se complique lorsqu’on découvre cette valeur mentionnée par la GA (I : 322) pour... le numéral adverbial o datǎ, écrit en deux mots : associé à un nom et portant un accent d’insistance, il exprime une appréciation superlative (« personne ayant des qualités exceptionnelles ») et fonctionne de manière adjectivale dans le langage familier : o datǎ om/homme achevé, accompli, sérieux, excellent. On y retrouve, à côté d’un exemple de Coçbuc, l’exemple de Creangǎ qui figure dans presque tous les dictionnaires, mais avec une autre graphie et une autre analyse :

(50) Noi suntem o datǎ bǎieți şi ce-am vorbit o datǎ, vorbit rǎmâne. (Creangǎ, apud GA)
Nous sommes des garçons sérieux et nous ne manquons pas à notre parole.

Faut-il se fier aux dictionnaires ou à la grammaire normative ? En ce qui concerne le registre de langue, nous sommes encline à croire qu’il s’agit plutôt d’un emploi populaire. Les seuls exemples indiqués, très peu courants, appartiennent à deux écrivains dont le style est fortement marqué par des constructions puisées dans ce registre.

5. Conclusions

50Adverbe polyvalent, odatǎ a une série de valeurs d’emploi qui recouvrent partiellement celles de son correspondant français, la locution adverbiale une fois. L’analyse contrastive des deux formations met en évidence de nombreuses convergences, mais aussi des divergences. En tant qu’adverbe topologique, odatǎ situe le procès à une date indéterminée, le plus souvent dans le passé (une fois, un beau jour, jadis, il y a longtemps), parfois dans l’avenir (un jour, une fois, tôt ou tard). Employé seul (avec un cumul de valeurs : temps + manière) ou dans la locution prépositionnelle odatǎ cu, il peut exprimer la concomitance, la simultanéité, le parallélisme, valeurs auxquelles peuvent s’ajouter une inférence causale. Les correspondants français sont alors à la fois, simultanément, en même temps, ensemble, parallèlement à, avec SN. L’adverbe peut également exprimer un rapport d’antériorité, notamment dans les constructions participiales (absolues ou non), qui ont un comportement similaire en roumain et en français. Les valeurs aspectuelles et modales les plus prégnantes sont des valeurs discursives et pragmatiques, dans les modalités injonctive et exclamative notamment, odatǎ étant alors largement désémantisé. Les correspondants français sont une (bonne) fois pour toutes, et surtout donc et enfin pour lesquels les dictionnaires français indiquent des valeurs pragmatiques affectives similaires. Dans le registre populaire, il existe d’autres valeurs spécifiques au roumain : l’aspect ponctuel (soudain) quand l’adverbe est situé en tête de proposition et l’emploi adjectival superlatif (sérieux, achevé, excellent).

  • 19 Que des contraintes d’espace ne nous permettent pas de décrire.

51Si l’on ajoute à ces emplois les occurrences du numéral adverbial o data19, écrit en deux mots, pour exprimer les aspects uniques (o datǎ-n viațǎ/une (seule) fois dans la vie) et fréquentatif (Ne vedem o datǎ pe an/Nous nous voyons une fois par an), mais non pas répétitif (qui s’exprime en roumain à partir d’un autre nom, oarǎ – pluriel ori – de trei ori/trois fois), nous avons le tableau de la complexité de sens et de valeurs, fondamentales et contextuelles, de cet adverbe et de la richesse qu’on peut tirer d’une analyse contrastive.

Bibliographie

Références bibliographiques

ACADEMIA ROMÂNÀ, Institutul de lingvisticǎ « lorgu lordan – Al. Rosetti », 2005, Gramatica limbii române, vol. I. Cuvântul, vol. II, Enuntul, Bucureçti, Editura Academiei Române. [G’/l]

ACADEMIA ROMÂNÀ, Institutul de lingvisticǎ « lorgu lordan – Al. Rosetti », 2005, Dicționarul ortografic, ortoepic şi morfologic al limbii române. Ediția a Il-a revàzutâ şi adàugitǎ, Bucureşti, Univers Enciclopedic. [DOOM]

ACADEMIA ROMÂNÀ, Institutul de lingvisticǎ « lorgu lordan – Al. Rosetti », 2003, Micul dicționar academie, Vol. III, I-PR, Bucureçti, Univers Enciclopedic. [MDA]

ACADEMIA ROMÂNÀ, Institutul de lingvisticǎ « lorgu lordan », 1998, Dicționarul explicativ al limbii române, Ediția a Il-a, Bucureşti, Univers Enciclopedic. [DEX]

ARJOCA-IEREMIA Eugenia, 2007, « Le rôle de la présupposition dans l’interprétation sémantique des adverbes : le cas de l’adverbe roumain mai et des adverbes correspondants français », Actes du XXIVe CILPR (Congrès International de Linguistique et Philologie Romanes), 1-6 août 2004, Aberystwyth, vol. IV, Tübingen, Niemeyer Verlag, p. 509-520.

BLANCHE-BENVENISTE Claire, 1998a, « Une fois dans la grammaire », Travaux de linguistique, n° 36, p. 85-101.

BLANCHE-BENVENISTE Claire, 1998b, « L’usage prédicatif secondaire des participes passés », in M. FORSGREN, K. JONASSON et H. KRONNING (éds), Prédication, assertion, information, Actes du colloque d’Uppsala en linguistique française, 6-9 juin 1996, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, p. 43-56.

CADIOT Pierre, 1997, Les prépositions abstraites en français, Paris, Armand Colin/Masson.

CHOI-JONIN Injoo, 2002, « Comment définir la préposition avec ? » SCOLIA, n° 15, p. 7-20.

CHOI-JONIN Injoo, 2007, « La construction en avec en position détachée », Les constructions détachées : entre langue et discours, N. FLAUX et D. STOSIC (éds.), Arras, Artois Presses Université, p. 57-74.

CIOMPEC Georgeta, 1985, Morfosintaxa adverbului românesc. Sincronie si diacronie, Bucureşti, Editura Ştiintificǎ şi Enciclopedicǎ.

COMBETTES Bernard, 1998, Les constructions détachées en français, Ophrys, Paris.

DASCĂLU-JINGA Laurentia, 2007, « Despre folosirea lui deci în româna actualǎ », Studii lingvistice. Omagiu profesoarei Gabriela Panǎ Dindelegan la aniversare, Bucureşti, Editura Universitǎții din Bucureşti, p. 283-297.

DEX online, Dicționare ale limbii române, http://dexonline.ro/

DICTIONNAIRE ENCARTA ©® 2002-2009 Microsoft Corporation http://fr.encarta.msn.com/encnet/features/dictionary/DictionaryResults.aspx?1extype=3etsearch=fois

DIMA Eugenia (éd), 2007, Dictionar explicativ ilustrat al limbii române, Ia§i, Arc – Gunivas. [DEXI]

GREVISSE Maurice, GOOSSE André, 2008, Le Bon Usage, 14e édition, De Boeck Université, Bruxelles.

IMBS Paul, 1968, L’emploi des temps verbaux en français moderne. Essai de grammaire descriptive, Paris, Klincksieck.

KLEIBER Georges, 2007, « En passant par le gérondif avec mes (gros) sabots », Cahiers Chronos, n° 19, p. 93-125.

LARRIVÉE Pierre, 2002, « Sémantique conceptuelle et sémantique référentielle du passé composé », Cahiers Chronos, n° 9, p. 51-69.

LAROUSSE http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/fois/34382

Le Trésor de la Langue Française Informatisé (http://atilf.atilf.fr/tlf.htm) [ZLFi]

LE GOFFIC Pierre, 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette.

MAINGUENEAU Dominique, 1999, L’énonciation en linguistique française, Nouvelle édition, Paris, Hachette.

NAZARENKO Adeline, 2000, La cause et son expression en français, Paris, Ophrys.

POP Liana, à par., « “Bonjour //donc je me présente...” Deci et donc : approche contrastive roumain-français », Actes du XXV congrès de la Société de Linguistique Romane, p. 221-231.

RIEGEL Martin, PELLAT Jean-Christophe et RIOUX René, 1997, Grammaire méthodique du français, 3e édition corrigée, Paris, P.U.F.

VET Co, 1980, Temps, aspects et adverbes de temps en français contemporain. Essai de sémantique formelle, Genève, Droz.

Sources des exemples

***, 1979, Contes populaires roumains. Version française par Micaela Slǎvescu, Bucureşți, Minerva. [Contes]

ELIADE Mircea, 1989, Romanul adolescentului miop, Bucureşti, Muzeul literaturii române.

***, Fǎt-Frumos şi împǎratul roşu. Cele mai frumoase basme populare româneşti, 1989, Bucureşti, Lucman. [Basme]

FRANTEXT, http://www.frantext.fr/noncateg.htm

GOOGLE (web)

ISPIRESCU Petre, 1984, Legende sau basmele românilor, Timişoara, Facla.

PERRAULT Charles, 1978, Histoires ou contes du temps passé, extraits, présentation, notes et commentaires de Daniel COUTY, Paris, Bordas. [Perrault]

Notes

1 Je remercie vivement E. Moline et L. Pop pour leurs suggestions et pour avoir mis à ma disposition un riche matériel bibliographique, partiellement non encore publié. Je remercie également, de tout cœur, E. Arjoca-Ieremia, D. Stosic et A. Turcu pour leurs commentaires, remarques et suggestions qui m’ont beaucoup aidée dans l’élaboration de ce travail.

2 Notons dès le début qu’une excellente étude a été dédiée à cet adverbe par Blanche-Benveniste (1998a).

3 II s’agit de « deux groupes ayant des particularités distributionnelles spécifiques » : les adverbes « topologiques »– unités qui informent sur le temps transcendant, en indiquant le moment (l’intervalle) par rapport à un point de repère chronologique – et les adverbes « aspectuels »– unités qui caractérisent le processus du point de vue immanent, aspectuel, marquant la durée, la fréquence, le caractère continu ou discontinu (Ciompec, 1985 : 18).

4 Les extraits cités de la GA ont été traduits par l’auteur.

5 Cf. Ciompec (1986 : 202) : « Dans l’expression de l’idée de temps, les morphèmes verbaux et les adverbes temporels se complètent réciproquement : parfois, c’est le temps verbal qui, d’une certaine façon, précise le contenu temporel de l’adverbe [...], les adverbes peuvent indiquer un moment passé ou futur en fonction du temps verbal avec lequel ils se combinent ».

6 En voilà un très bel exemple, dans la traduction de Micaela Slàvescu :
A fost odatà ca niciodatà ; câ de n-ar fi, nu s-ar mai povesti ; de când fǎcea plopşorul mere si rǎchita micşunele ; de când se bǎteau urşii în coade ; de când se luau de gât lupii eu mieii de se sârutau, înfrǎțindu-se ; de când se potcovea puricele la un picior eu 99 de oca de fier çi s-arunca în slava cerului de ne aducea poveşti. De când se scria musca pe pǎrete, Mai mincinos cine nu crede. (Ispirescu, p. 6).
Il était une fois, il était au temps jamais, car si n’était, point ne conterais ; du temps où le peuplier portait des noix et l’osier des fleurs de pois et que les ours balourds se battaient à coups de queue ; du temps où loups et moutons se tenaient par le menton et se dormaient la bise ; où les puces sautaient, ferrés de quatre-vingt-dix-neuf livres de fer à chaque patte, et se perdaient dans le bleu du ciel pour en rapporter des contes. Du temps où les mouches signaient du doigt les parois. Plus menteur que moi celui qui n’y croit ! (Contes, p. 19).

7 « Ces valeurs opposent un événement aboutissant à un terme, considéré dans son extériorité, à un événement en cours, vu de l’intérieur » (Larrivée, 2002 : 52). Nous devons noter aussi la position nuancée de Grevisse-Goosse (2008 : 1094), pour qui le passé composé « s’oppose au passé simple, parce qu’il s’agit d’un fait en contact avec le moment de la parole, soit que ce fait ait eu lieu dans une période non encore entièrement écoulée, soit qu’il ait eu des conséquences dans le moment présent (et avec cette valeur, on pourrait dire que c’est un présent accompli) ».

8 Le commentaire suivant de Green, reproduit dans Grevisse-Goosse (2008 : 1093) nous semble révélateur quant à cette valeur du passé composé : « Il [=Maritain] proteste contre le passé défini des traducteurs, auquel il préfère le passé indéfini. Pourquoi dire : “Dieu créa le ciel” ? Oui, dis-je, c’est enfermer l’Étemel dans le temps. Il faudrait dire : “Dieu a créé le ciel”. Ce passé-là n’a rien de totalement révolu : la création continue » (Green, Journal, 20 oct. 1967).

9 En voilà un autre exemple :
Et ils vivent sans doute et règnent encore, s’ils ne sont pas morts. (Contes, p. 147).

10 Pour l’adverbe ensemble, le TLFi indique une valeur B où « l’accent est mis sur l’idée de coexistence dans le temps ou de simultanéité » : « l’un en même temps que l’autre, les uns en même temps que les autres » : éclater de rire, s’écrier ensemble. On retrouve la même valeur dans le Dictionnaire de l’Académie (9e édition, en ligne) ou dans le DFC qui note une nuance temporelle encore plus précise, au même moment : Ces deux arbres ont fleuri ensemble.

11 « Les constructions en avec en position détachée sont dotées, comme on l’a vu, d’une fonction discursive qui permet à l’interlocuteur d’identifier les paramètres nécessaires à un ancrage discursif adéquat du contenu de la proposition qui suit. Elles actualisent ainsi une orientation discursive et fonctionnent comme un composant autonome qui forme avec la proposition qui suit une unité discursive plus grande » (Choi-Jonin, 2007 : 72).

12 Il s’agit de constructions dont le participe, « dit “détaché” ou “apposé” » [...] « a un statut de type adjectival » et un « usage prédicatif secondaire » (Blanche-Benveniste, 1998b : 43-44). Combettes (1988 : 12) parle lui aussi de prédication seconde.

13 Plus précisément, des « raccourcis par ellipse de l’emploi conjonctionnel », selon Blanche-Benveniste (1998a : 86). Cf. aussi Combettes (1998 : 23-24), Riegel et al. (1997 : 235), Le Goffic (1993 : 487) ou Imbs (1968 : 161-162).

14 « La présence de une fois a pour effet de rendre le syntagme détaché plus autonome et plus mobile, en l’intégrant grammaticalement à la rection de la construction verbale qu’il accompagne » (ibid. : 86)

15 Cf. Blanche-Benveniste (1998b : 87) : « il s’agit toujours d’un événement considéré comme accompli dans un moment précédant immédiatement celui du verbe principal ».

16 Cf. Nazarenko (2000 /149).

17 V. Arjoca-Ieremia (2007 : 517).

18 Considérant comme valeur générale de donc « celle d’implicitation ou d’inférence (logique ou pragmatique) », Pop distingue six grands types d’emplois : Donc 1 de conclusion logique, 2 de conséquence / consécution, 3 régressif/contextuel, 4 de parcours (actes de langage), 5 para/métadiscursif, 6 initiatif.

19 Que des contraintes d’espace ne nous permettent pas de décrire.

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search