Versione classicaVersione mobile

Temps, aspect et classes de mots

 | 
Eugénia Arjoca-Ieremia
, 
Cécile Avezard-Roger
, 
Jan Goes
, 
et al.

Les emplois aspectuels du futur proche en catalan, en occitan et en français : essai d’interprétation diachronique

Cyril Aslanov

Testo integrale

1. Introduction

1Le français contemporain fait apparaître de nos jours une intéressante prolifération de futurs proches et de futurs simples en fonction de passé perfectif. Cet emploi est particulièrement développé dans les textes narratifs à caractère historique ou journalistique. Moyennant quoi, des expressions comme Napoléon mourut en 1821 ou Napoléon est mort en 1821 apparaissent souvent sous la forme :

  • 1 Maurice Lévy (2000 : 117) explique l’emploi du futur dans cette phrase qu’il cite en exemple en arg (...)

(1) Napoléon mourra en 18211.
(2) Napoléon va mourir en 1821. (phrase citée d’un quiz sur la Toile : histoirefrance.e-monsite.com/rubrique,le-19-eme-siecle-quiz, 298156.html)

2Il est remarquable que ces substitutions se produisent lors même que le texte narratif ne procède à aucune anticipation. L’exemple du quiz est particulièrement net puisque par définition le contenu du quiz est totalement hors contexte. Ces emplois paradoxaux du futur simple ou du futur proche confèrent tout au plus un certain dynamisme au récit, comme dans le passage suivant qui insiste sur l’engrenage qui conduisit Charlemagne au faîte de la gloire :

(3) Charlemagne va viser plus haut, au titre d’empereur chrétien et même d’empereur romain. Les qualificatifs vont pleuvoir sur sa personne Charles va revendiquer l’égalité avec la monarchie byzantine [...] (Jean Pierre Sironneau, Sécularisation et religions politiques, 1982 : 229).

3À vrai dire, les emplois de ce genre sont attestés bien avant l’époque contemporaine. On le trouve de façon sporadique dès le début du XIXe siècle, même si dans ces exemples anciens, il est probable qu’il faille voir dans le verbe aller un verbe de mouvement au présent de narration plutôt qu’un futur proche employé avec une valeur de passé. Tel semble être le cas de l’exemple suivant, tiré d’un texte datant des toutes premières années du XIXe siècle :

(4) [...] voyant fondre l’orage, les Jacobins vont requérir la force armée [...] (Claude François Beaulieu, Essais historiques sur les causes et les effets de la Révolution de France, 1803 : 118).

4Manifestement, les exemples modernes cités ci-dessus (1) à (3) ressortissent à une logique différente de celle qui prévaut dans l’exemple (4). Il faut donc les justifier autrement que par un emploi du présent de narration, d’autant plus que le futur simple lui-même participe de cette tendance à se substituer au passé simple. Faut-il penser que l’emploi du futur dans une narration au passé suppose une anticipation implicite, transcendante aux textes et aux contextes où ces formes de futur dotées d’une valeur de passé apparaissent effectivement ? Pourtant le fait même que les futurs à valeur passée ne soient pas forcément liés au contexte immédiat du texte révèle que cet usage ressortit aussi au système de la langue et non pas seulement aux actualisations de celui-ci dans des corpus précis. Une fois admise la dimension systémique de ces emplois, il importe de saisir les processus structurels qui ont présidé à cette étrange évolution du français récent.

5Une première constatation s’impose : le parallélisme entre la substitution du passé simple par un futur simple ou un futur proche fait intervenir une translation systématique de la catégorie du futur à celle du passé moyennant une réinterprétation aspectuelle des temps du français. Nous verrons plus loin que la dimension modale a toujours partie liée avec la catégorie de l’aspect dans cette annulation de l’opposition temporelle entre passé et futur.

  • 2 Cette similitude a déjà été constatée dans une communication d’André Thibault, « Le parfait périphr (...)

6Nous voudrions adopter une perspective diachronique et comparatiste qui consiste à postuler que le développement de la valeur passée ou perfective du futur proche n’est pas une innovation absolue du français. Cette évolution rappelle étrangement le processus de grammaticalisation qui est à l’origine de la cristallisation du tour anar « aller » + infinitif en un parfait périphrastique en catalan2. Bien entendu, les deux phénomènes ne sont pas directement liés. Néanmoins, il serait intéressant de les envisager ensemble afin de voir dans quelle mesure la tendance récente du français moderne à employer le futur, notamment le futur proche, en fonction de passé perfectif constituerait l’actualisation d’une tendance structurelle romane qui s’est manifestée avec force et systématicité en catalan et dans certaines variétés de l’occitan.

7Dans la perspective de la linguistique comparée des langues romanes, l’attribution d’une valeur de passé perfectif à la tournure catalane anar « aller » + infinitif apparaît comme une anomalie. Dans la plupart des idiomes de la Romania, en effet, cette périphrase sert à exprimer le futur proche, le passé perfectif se construisant quant à lui au moyen du verbe auxiliaire « avoir », lequel peut éventuellement être remplacé par « être » dans les verbes intransitifs du français, de l’occitan, du rhéto-roman et de l’italien. Pour justifier cette étrange évolution qui affecte le catalan (qui a néanmoins conservé le passé composé formé au moyen de l’auxiliaire haver), il est tentant d’admettre que dans le cas précis du parfait périphrastique construit au moyen de anar, la dimension de l’aspect l’a emporté sur celle du temps. Une telle innovation qui n’a certainement rien d’arbitraire gagnerait à être analysée en relation avec le système des temps moyennant un recentrage sur des critères aidant à rendre compte des dynamismes structurels qui ont présidé à l’évolution de la morphologie verbale. Ce développement est paradoxal, car il va à l’encontre de la tendance qui s’est manifestée au cours du passage du latin classique, dont le parfait assumait une valeur plus aspectuelle que proprement temporelle, au latin vulgaire, où la création d’un parfait périphrastique à valeur perfective a permis de conférer une valeur proprement temporelle au parfait synthétique.

2. Convergences morphologiques en catalan

8Dans les lignes qui suivent je tâcherai de démontrer que la convergence entre le passé simple et le futur simple en catalan repose sur une base morphologique qui n’est autre que la ressemblance entre les paradigmes. Cette similitude a beau être illusoire et trompeuse du point de vue diachronique, elle n’en a pas moins exercé un impact réel sur la dynamique interne du système des temps en catalan.

9Le parfait périphrastique catalan formé au moyen de l’auxiliaire anar « aller » défie la sagacité des linguistes. Une opinion courante attribue le succès de ce tour à une neutralisation des différences entre le passé et le futur dans le cadre du présent de narration (Colón, 1975). Selon d’autres, c’est la ressemblance parfaite entre les formes de présent et de parfait du verbe anar « aller » à la 1re et à la 2e personne du pluriel (anam et anau dans les deux cas) qui aurait été responsable de l’attribution d’une valeur de parfait à la périphrase formée au moyen de anar (Lafont, 1970 ; Badia i Margarit, 1984 : 370-371). Plus récemment, Matthew (2008) a suggéré de voir dans cette périphrase la grammaticalisation d’un tour dans lequel le semi-auxiliaire auxiliaire anar « aller » aurait été initialement employé au parfait avant d’être remplacé par une forme de présent conservant la valeur passée du tour initial.

10Ces tentatives visant à rendre compte de la formation du parfait périphrastique catalan présentent l’inconvénient de couper cette tournure de son équivalent synthétique canti, cantares, cantà, cantàrem, cantàreu, cantàren « je chantai ; tu chantas... » qui subsiste dans le registre écrit du catalan moderne et qui persiste dans le registre parlé de deux dialectes archaïques du catalan : le valencien et le baléare (Wheeler, Yates et Dols, 1999 : 343). À une phase antérieure du développement de la langue, il est certain que même en dehors du valencien, le parfait synthétique et le parfait périphrastique ont pu coexister dans tout l’espace catalanophone. Dans ce paradigme, la présence d’un morphème {-r-} à la 2e personne du singulier et aux trois personnes du pluriel résulte de l’extension de l’élément [r] du latin tardif cantarunt « ils chantèrent » < latin classique cantaverunt à quatre des six personnes du paradigme. La base cantar- ainsi constituée a été élargie au moyen des désinences personnelles {-es}, {-em}, {-eu} et {-en} (Badia i Margarit, 1984 : 353-354 ; Borja Moll, 1991 : 158).

11L’occitan moderne fournit un parallèle à cette extension du morphème {-r} de la 3e personne du pluriel du parfait latin à presque toutes les formes du paradigme de passé simple. Cette langue pousse même la tendance plus loin que le catalan puisque la 1re personne du singulier y est également affectée par le remodelage du paradigme : cantèri, cantères, cantèrem, cantèretz, cantèron. Seule la forme de 3e personne du singulier cantèt reste épargnée par cette extension analogique de {-r} à des personnes où il n’est pas justifié par l’étymologie latine. Or l’occitan partage avec le catalan une autre caractéristique frappante puisqu’il présente aussi des affleurements d’un parfait périphrastique formé au moyen de anar « aller ». On le trouve déjà en occitan médiéval (Heinrichsen, 1965) ainsi que dans certains dialectes de l’occitan moderne (Ronjat, 1937 : 204-207). Le témoignage du moyen provençal est particulièrement intéressant, car il reflète un état de langue où la périphrase verbale était en train de se cristalliser au même titre qu’en catalan et peut-être plus précocement encore comme le montre la confrontation de la version occitane d’une biographie de Jules César (XIVe siècle) avec la traduction catalane qui en a été faite au début du XVe siècle. Curieusement c’est l’original occitan et non la version catalane qui fait apparaître les parfaits périphrastiques :

(5) original occitan : E tost el deycendet de son caval e va trayre son cotel e hubri la et va trayre la creatura del ventre.
« Aussitôt il descendit de son cheval et dégaina son couteau, l’ouvrit et retira l’enfant du ventre ».
(6) traduction catalane : E deualla del cauall e obri ladona e trasch li la criatura del ventre (Serra, 1873 : 146).
« Il descendit du cheval et ouvrit la femme et lui retira l’enfant du ventre ». [c’est moi qui souligne]

12Faut-il voir dans l’emploi du parfait synthétique en catalan un phénomène d’hypercorrection consistant à prendre délibérément le contre-pied de la tendance en vigueur dans le système de la langue ? Ou bien peut-on penser qu’au cours de cette période du développement des deux langues (XIVe-XVe siècles), l’occitan avait poussé plus loin que le catalan la dynamique de la grammaticalisation du tour anar + infinitif. Le catalan se rattrapa de son retard en systématisant encore davantage cette construction tombée en quasi-désuétude au cours du développement ultérieur de l’occitan.

13Il convient d’analyser de plus près la concomitance entre le maintien du parfait synthétique dans lequel le morphème {-r-} a revêtu une fonction de marqueur et le développement d’un parfait périphrastique formé au moyen de anar « aller ». Ces deux anomalies ne seraient-elles pas liées par un rapport de solidarité ? Si tel est le cas, il importe d’en déceler les enjeux pour mieux comprendre la genèse et le développement du parfait périphrastique catalan qui constitue un précédent remarquable de nature à éclairer les phénomènes du français récent.

14En catalan, la présence du morphème {-r-} dans le paradigme de parfait a entraîné une ressemblance objective entre le paradigme remodelé du parfait et le paradigme du subjonctif imparfait en {-ra-} continuant l’indicatif plus-que-parfait latin. Ce dernier temps n’est plus vivant dans la langue moderne, mais il s’est préservé en valencien. Il est du reste remarquable que comme nous le signalions ci-dessus, ce dialecte conservateur a également préservé le parfait synthétique jusque dans la langue parlée. Pour l’étude diachronique des phénomènes de grammaticalisation au cours des phases anciennes du développement de la langue catalane, le témoignage du valencien est donc d’un intérêt capital. On pourrait certes objecter que cette persistance des formes de passé simple et subjonctif imparfait en {-ra-} pourrait être due à un impact de l’adstrat ou du superstrat castillan sur le dialecte valencien du catalan. Pourtant, d’autres traits archaïques qui caractérisent le valencien par rapport au catalan de Barcelone (du point de vue phonétique notamment) laissent à penser que la préservation de ces deux paradigmes verbaux en valencien est un héritage d’une phase ancienne du catalan plutôt qu’un emprunt récent au castillan. Du reste, les deux hypothèses – rémanence archaïque ou castillanisation moderne ? – ne sont pas exclusives l’une de l’autre : en effet, le contact avec le castillan, langue typologiquement plus archaïque que le catalan, a pu ralentir les rythmes d’évolution du valencien et favoriser la préservation du passé simple et du subjonctif imparfait. Enfin, la vitalité du passé simple en baléare confirme que la préservation de ce temps dans le valencien parlé est une isoglosse remarquable et un archaïsme notable plutôt que le résultat pur et simple de la pression du castillan.

15Voici donc un tableau synoptique des formes du passé simple et du subjonctif imparfait qui coexistèrent à une phase ancienne du développement du catalan et qui coulent encore de beaux jours en valencien.

Passé simple

Subjonctif imparfait continuant le plus-que-parfait latin

1 Sg.

canti

cantara

2 sg.

cantares

cantares

3 sg.

cantà

cantara

1 pl.

cantàrem

cantàrem

2 pl.

cantàreu

cantàreu

3 pl.

cantaren

cantaren

16Sur les six personnes du paradigme, quatre sont identiques pour les deux temps. Cette convergence morphologique entre les deux paradigmes est riche d’enjeux si on considère qu’en catalan, le subjonctif imparfait en {-ra} a assumé les valeurs d’un futur hypothétique selon les uns (Badia i Margarit, 1984 : 361), d’un conditionnel ou d’un subjonctif plus-que-parfait selon les autres (Borja Moll, 1991 : 162). Quelle que soit la définition qu’on donne de cet aboutissement du plus-que-parfait latin, il apparaît avec évidence qu’il est chargé d’une valeur modale qui le rend à même d’exprimer la virtualité.

17Même les destinées ultérieures du passé simple et du subjonctif imparfait en {-ra} ont partie liée en catalan. De fait, ces deux temps ont disparu dans la plupart des dialectes de cette langue sauf en valencien où, comme nous l’avons déjà signalé, ils se sont maintenus l’un et l’autre. Les deux paradigmes se ressemblent tellement que la désaffection de l’un a pu entraîner la décadence de l’autre. Inversement, le maintien du premier a sans doute permis la survie du second.

18En outre, la présence d’un morphème {-r-} au passé simple et au subjonctif imparfait en {-ra} a introduit entre ces deux temps et le paradigme du futur simple un air de famille quand on les considère du point de vue de la synchronie. Cette ressemblance, qui résulte de la perte de la transparence étymologique, n’est à la vérité qu’une similitude partielle, approximative et secondaire. Nous sommes loin de la parfaite identité qu’on peut constater dans le rapport unissant le passé simple au subjonctif imparfait en {-ra}, du moins en ce qui concerne quatre des formes du paradigme. Aucune des formes du futur ne saurait être confondue avec les formes des deux temps que nous avons rapprochés ci-dessus : la 2e personne du singulier cantaràs « tu chanteras » s’oppose nettement à cantares « tu chantas », « que tu chantasses » tant par sa désinence que par l’accentuation du mot. De la même façon, la 3e personne du pluriel cantàren/cantaren, respectivement « ils chantèrent », « qu’ils chantassent », diffère clairement de cantaran « ils chanteront ». Quant à cantàrem [kntárem] « nous chantâmes », « que nous chantassions » et cantàreu [kntáreu] « vous chantâtes », « que vous chantassiez », ils se distinguent au moins par la place de l’accent des formes quasiment homographes de la 1re et de la 2e personne du pluriel du futur cantarem [kntrém] et cantareu [kntréu].

  • 3 Du point de vue de la diachronie du latin le [r] de la désinence de la 3e personne du pluriel du pa (...)

19Du point de vue diachronique, ces trois temps unis par un air de famille superficiel ont, bien entendu, des origines très différentes. De fait, le morphème {-r-} du thème de passé simple cantàr- (extension du {-r} de la désinence de 3e personne du pluriel) remonte à une autre origine que le {-r-} du thème de subjonctif imparfait cantàr- (avatar du [-r] de la désinence du plus-que-parfait latin {-era-})3. À leur tour, ces deux morphèmes {-r} diffèrent du {-r-} qui figure dans le thème de futur cantar- (morphème d’infinitif {-r-} présent dans le thème du futur). Il n’en reste pas moins que le {-r-} du passé simple cantàres, cantàrem, cantàreu, cantàren a pu être identifié en synchronie avec le {-r} du subjonctif imparfait en {-ra} et mieux encore avec celui du futur.

20Un autre facteur a pu militer pour faire converger le futur simple et le passé simple, indépendamment de la présence du morphème {-r-}. De fait, les formes de 3e personne du passé simple et du futur simple des verbes du premier groupe sont unies par une ressemblance formelle assez frappante : cantà « il chanta » et cantarà « il chantera ». Si l’on fait abstraction du décompte des syllabes, il apparaît que ces deux formes se terminent par un [a] tonique. Nous verrons plus loin que le même rapport unit en français les formes du singulier du passé simple et du futur simple. Étant donné la masse critique constituée par les verbes en {-ar}, cette convergence formelle qui se manifeste à la 3e personne du singulier du passé simple et du futur a probablement facilité la réinterprétation du futur comme un passé.

21Enfin, la convergence entre le passé simple, le subjonctif imparfait en {-ra} et le futur concerne aussi le conditionnel présent formé sur le thème du futur moyennant l’adjonction des désinences de l’imparfait. En catalan, cette convergence se vérifie à travers certains emplois du conditionnel présent dans une narration au passé. Une analyse de quelques exemples de la valeur passée occasionnellement dévolue au conditionnel présent montre que l’emploi de cette forme verbale est clairement associé à une valeur perfective ou aoristique, comme l’indique l’emploi fréquent du conditionnel présent de verbes au sémantisme éminemment perfectif ou aoristique comme néixer/ nàixer « naître » ou morir « mourir » dans un récit au passé. Voici quelques exemples empruntés à des textes catalans contemporains sans prétention littéraire :

(7) data en què el virregnat aconsegui la seva independència i naixeria Mèxic
« date à laquelle la vice-royauté obtint son indépendance et le Mexique naquit (littéralement : “naîtrait”) ». (http://ca.wikipedia.org/​wiki/​Nova_Espanya)
(8) i en definitiva la mùsica popular afro-americana ressorgia sense cap pausa cap endavant i fent-se un lloc en la cultura popular americana. Així doncs es formarien les primeres agrupaciones instrumentais i naixeria el que anomenem « estil Orléans ».
« et en définitive la musique populaire afro-américaine ressurgissait sans aucune pause dorénavant en se ménageant une place dans la culture populaire américaine. Ainsi donc se formèrent (littéralement : “se formeraient”) les premiers groupes instrumentaux et naquit (littéralement : “naîtrait”) ce que nous appelons “le style Orléans” » (Emilio Perez, « Al voltant del jazz : New Orléans i el swing », Butlleti informatiu – Conservatori Professional de Mùsica “Francesc Peñarroja”, La Vall d’Uixò, Març 2008, p. 22).
(9) El 1761 el cap seneca Kaiaghshota envià un wampum roig a Detroit exhortant lenapes, Ottawa, shawnee, potawatomi, hurons i xippewa a unir-se a les Sis Nacionsper expulsar als anglesos d’Ohio i dels Grans Llacs, alhora que planejava atacar la frontera occidental amb Pontiac. El maig del 1763 s’alçaria Pontiac i moririen 2.000 colonitzadors en la guerra. La unitat militar es va trencar de fet el 1763, quan seneca i onondaga recolzaren la révolta de Pontiac mentre els altres romanien neutrals.
« En mai 1761 le chef sénèque Kaiaghshota envoya un wampum rouge à Détroit, exhortant Lénapes, Ottawas, Shawnees, Potawatomi, Hurons et Xippewas à s’unir aux Six Nations pour expulser les Anglais de l’Ohio et des Grands Lacs pendant qu’il projetait d’attaquer la frontière occidentale à partir de Pontiac. En mai 1763 Pontiac se souleva (littéralement : “se soulèverait”) et 2000 colons moururent (littéralement : “mourraient”) en cette guerre. L’unité militaire se rompit de facto en 1763 quand les Sénèques et les Onodondaas appuyèrent la révolte de Pontiac cependant que les autres demeuraient neutres ». (http://ca.wikipedia.org/​wiki/​Confederació_Iroquesa)

22Ce dernier exemple est particulièrement frappant car les deux verbes s ’alçaria « se soulèverait » et moririen « mourraient » figurent entre une phrase où apparaît un passé simple et une autre où figure un passé périphrastique. Ces emplois du conditionnel présent en fonction de passé perfectif ou aoristique constituent le maillon manquant qui permet de comprendre le processus en vertu duquel le futur proche catalan a pu se recycler en fonction de passé périphrastique. Cette dérive des fonctions qui fait passer du passé simple au futur périphrastique par le biais du mode conditionnel a dû se produire en diachronie au cours de l’évolution de la langue. Mais ce bref extrait fait apparaître en synchronie la même progression du passé au futur proche recyclé en fonction de passé grâce à la médiation d’un mode virtualisant qui neutralise l’opposition entre passé et futur de façon à transformer le futur en un temps du passé. Du point de vue typologique, cette neutralisation de l’opposition entre passé et futur moyennant la mise en valeur de la dimension modale au détriment de la catégorie du temps pose le problème du rapport entre temporalité, modalité et aspectualité qu’on peut constater en grec. Dans cette langue, l’opposition entre le présent et l’aoriste devient purement aspectuelle dès lors qu’on se situe en dehors de l’indicatif (Humbert, 1960 : 134 ; Duhoux, 2000 : 138-156). L’attribution d’une valeur modale au morphème {-r-} du catalan (quelle que soit son origine) a permis de virtualiser le passé simple et le futur et d’aborder le rapport entre ces temps d’une façon plus aspectuelle que véritablement temporelle.

23Le fait que le castillan connaisse aussi ces emplois de conditionnel présent en fonction de passé ne doit pas déranger la démonstration, car la plupart des occurrences castillanes de ces tournures proviennent d’un registre fortement influencé par le catalan. Il s’agit d’exemples glanés sur la Toile. L’orthographe quelque peu relâchée de ce genre de support confirme que ce registre de castillan a souffert d’une interférence du catalan : de fait la conjonction de coordination y « et » y est souvent graphiée i, à la catalane, ce qui confirme l’impression que nous avons affaire à une interlangue castillano-catalane plutôt qu’à du castillan authentique.

24On voit se manifester ici dans sa plénitude la tendance à réinterpréter des formes verbales faisant apparaître un morphème {-r-} comme des substituts possibles du passé simple, sans doute au terme de la convergence entre passé et futur, rendue possible par le fait que le passé simple, le futur et le subjonctif imparfait en {-ra} font tous apparaître le morphème {-r-}. Si forte fut la tendance à attribuer une valeur de perfectif à des formes en {-r-} de diverses origines que le lit fut creusé pour faire passer un substitut périphrastique du futur (le futur proche formé au moyen de anar « aller ») dans la catégorie du passé. Il s’agit donc d’un phénomène de contamination de forme à forme dont la systématisation a permis la grammaticalisation d’une tournure en l’absence même des conditions qui ont présidé à la contamination morphologique (présence d’un morphème {-r-} perçu à tort ou à raison comme doté d’une valeur modale de virtualisation).

25La convergence entre le futur simple (ou le conditionnel présent) d’une part et le passé simple d’autre part aurait donc entraîné en catalan une zone de chevauchement entre le futur périphrastique et le parfait formé au moyen de l’auxiliaire haver (occitan aver) « avoir ». Dès lors que la plupart des dialectes catalans ont fait sortir de l’usage parlé le passé simple et le subjonctif imparfait en {-ra}, la périphrase formée du verbe anar « aller » et de l’infinitif est restée le seul témoin de l’abolition partielle des barrières entre le futur et le parfait. Le catalan a même systématisé et grammaticalisé ce qui n’était initialement que la manifestation d’une tendance sporadique. Nous voudrions à présent tenter d’appliquer au français moderne l’hypothèse que nous venons de développer à propos du catalan.

3. La convergence morphologique entre le passé simple et le futur simple en français

26En français, la convergence morphologique entre le passé simple et le futur se traduit non seulement par la présence d’un morphème {-r-} à la 3e personne du pluriel (ils chantèrent/ ils chanteront), mais aussi par certains parallélismes frappants entre les deux paradigmes. Malgré des origines très différentes, les désinences du singulier de ces deux temps se rejoignent du point de vue synchronique. Cette ressemblance acquise au terme d’un processus d’érosion phonétique s’apparente à une véritable regrammaticalisation moyennant la création d’un système très cohérent opposant le passé simple à l’imparfait et le futur au conditionnel présent à quatre des six personnes du paradigme au moins :

Passé simple

Futur

Imparfait

Conditionnel présent

1 sg.

je chantai

je chanterai

je chantais

je chanterais

2 sg.

tu chantas

tu chanteras

tu chantais

tu chanterais

3 sg.

il chanta

il chantera

il chantait

il chanterait

1 pl.

nous chantâmes

nous chanterons

nous chantions

nous chanterions

2 pl.

vous chantâtes

vous chanterez

vous chantiez

vous chanteriez

3 pl.

ils chantèrent

ils chanteront

ils chantaient

ils chanteraient

27Du point de vue diachronique, ces formes constituent les aboutissements de processus très divers. La ressemblance entre le {-ai} de chantai et le {-ai} de chanterai masque le fait que la première de ces deux désinences continue la diphtongue secondaire [ai] issue de la rencontre de [-a-] et [-i] après la chute de [w] dans la forme classique cantavi « je chantai », tandis que la seconde est l’avatar de la forme réduite ayyo du verbe auxiliaire habeo « j’ai ». De la même façon, le {-as} de chantas est la forme tronquée de la terminaison {-asti} du latin vulgaire cantasti remontant au latin classique cantavisti « tu chantas », tandis que la désinence {-as} du futur simple est l’aboutissement de la forme réduite as issue de la forme classique habes « tu as ». Quant à la forme chanta, elle se laisse reconduire au latin vulgaire cantaut, forme syncopée de cantavit « il chanta ». De son côté, la désinence {-a} du futur n’est autre que la forme a issue de habet « il a ». En dépit de cette diversité d’origine, il s’est constitué un système d’oppositions cohérentes en vertu duquel chacune des formes du singulier du passé simple de l’indicatif des verbes du 1er groupe correspond à une forme du futur qui n’en diffère que par la présence du morphème {-er-} apparaissant avant les désinences {-ai}, {-as}, {-a}, identiques en synchronie. Cette complémentarité dans l’opposition reproduit la symétrie qui unit les formes d’imparfait à celles du conditionnel présent, à ceci près que les désinences de l’imparfait et du conditionnel présent sont en tout point identiques, aussi bien du point de vue synchronique que dans une perspective diachronique.

28Nous nous trouvons donc ici en présence d’un embryon de système dans lequel le rapport entre le singulier du passé simple et du futur simple des verbes du 1er groupe reproduit partiellement le rapport entre les paradigmes de l’imparfait et du conditionnel présent au sein du même groupe. La convergence entre les deux paradigmes a pu créer entre le passé simple et le futur simple une relation privilégiée que rien ne laissait présager a priori en français, mais dont les implications profondes rappellent les dynamiques que nous avons constatées en catalan. Certes il importe de souligner qu’en français, le catalyseur de la convergence morphologique entre le passé simple et le futur n’est pas la récurrence du morphème {-r-} qui ne se manifeste à vrai dire qu’à la 3e personne du pluriel. En revanche, l’érosion phonétique intense qui s’est manifestée au cours du passage du latin tardif à l’ancien français a créé une relation d’identité absolue entre le {-ai} de chantai et le {-ai} de chanterai, entre le {-as} de chantas et le {-as} de chanteras, entre le {-a} de chanta et le {-a} de chantera. À l’origine purement mécaniques et formelles, ces dynamiques fondées sur l’analogie ont revêtu une valeur fonctionnelle particulière dans le système des verbes de la langue. Nous avons signalé ci-dessus un processus analogique similaire mais plus localisé en catalan où la 3e personne du singulier du passé simple des verbes du premier groupe fait apparaître la même désinence {-à-} que la 3e personne du singulier du futur simple : cantà/cantarà.

29Les parallélismes et les complémentarités entre le passé simple et le futur simple ainsi qu’entre l’imparfait et le conditionnel présent sont encore renforcés par la ressemblance secondaire qui s’est instaurée entre la 1re personne du singulier du passé simple et de l’imparfait (chantai/chantais) d’une part, entre la 1re personne du singulier du futur et du conditionnel d’autre part (chanterai/chanterais). Cette quasi-homophonie n’est évitée qu’en vertu de la règle puriste et artificielle qui enjoint de prononcer le digramme <-ai> de chantai et chanterai comme un [e] fermé, se démarquant de la prononciation ouverte [Ɛ] du trigramme <-ais> de chantais et chanterais.

30L’enchevêtrement des relations de ressemblance et d’opposition entre le passé simple, le futur simple, l’imparfait et le conditionnel présent a donc contribué à créer un véritable sous-système qui transcende les catégories admises reposant sur une opposition entre trois thèmes fondamentaux : le thème de présent (thème non marqué), le thème de futur, le thème du passé (Schane, 1968 : 66-67). Dans le sous-système ainsi constitué, chacun des trois thèmes fondamentaux est représenté : le thème du présent à travers l’imparfait, le thème du passé à travers le passé simple, et le thème du futur à travers le futur et le conditionnel présent.

31Cette convergence morphologique a pu créer l’impression que le passé simple et le futur simple étaient tout aussi solidaires que l’imparfait l’est du conditionnel présent. Même si cette dynamique ne concerne que les verbes du premier groupe, cette catégorie morphologique est si importante tant par sa masse critique que par sa productivité que les dynamiques décrites ci-dessus ont pu exercer un impact sur l’ensemble du système verbal.

32Comme dans le cas du catalan analysé ci-dessus, la convergence entre futur et passé simple, rendue possible ou facilitée par la convergence entre le conditionnel présent et l’imparfait, fait intervenir le concept de neutralisation de l’opposition temporelle à la suite de la réaffirmation de la catégorie de l’aspect. Celle-ci se manifeste avec plus de force dans une perspective qui n’est plus celle de l’indicatif (le conditionnel, en l’occurrence).

4. Quelques exemples français

33À l’aube du XXe siècle, le poète Apollinaire semble avoir été particulièrement sensible à cette ressemblance entre le passé simple et le futur simple quand il a écrit les deux dernières strophes de son poème « La Synagogue » figurant dans le cycle Rhénanes d’Alcools :

(10) Pourtant tout à l’heure dans la synagogue l’un après l’autre
Ils baiseront la thora en soulevant leur beau chapeau
Parmi les feuillards de la fête des cabanes
Ottomar en chantant sourira à Abraham
Ils déchanteront sans mesure et les voix graves des hommes
Feront gémir un Léviathan au fond du Rhin comme une voix d’automne
Et dans la synagogue pleine de chapeaux on agitera les loulabim
Hanoten ne Kamoth bagoim tholahoth baleoumim
(Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913)

34Certes l’adverbe tout à l’heure indique clairement que ces deux strophes se réfèrent à un futur véritable et non à un passé perfectif. Pourtant cette étrange licence qui consiste à projeter dans le futur une narration si circonstanciée résulte probablement de la conscience d’une affinité particulière entre la valeur perfective du futur simple et celle du passé simple. Il est important de souligner que tous les verbes de ce passage se réfèrent à des actions ponctuelles, presque aoristiques. En un sens, ces vers insolites constituent une réflexion esthétisée sur le paradoxe de la proximité du passé et du futur. Du reste, le contenu même de ce court tableau suggère que c’est un passé qui se profile derrière ces verbes au futur. Car enfin, les actions rituelles qui y sont évoquées sur le mode de la projection dans le futur ne peuvent être prédites qu’en vertu de leur appartenance à un passé routinier, voire au passé mythique suggéré par la mention du Léviathan, monstre de la cosmogonie sémitique inséré dans une scène de genre rhénane.

35Le poète a su tirer parti de façon créative de l’inquiétante ressemblance entre le futur et le passé simple pour écrire au futur une description manifestement hantée par un palimpseste au passé. Plus près de nous, Georges Perec a systématisé cette exploitation de l’ambivalence unissant le futur simple au passé simple lorsque dans l’épilogue des Choses, il passe de l’emploi systématique du passé simple et de l’imparfait à un paragraphe au conditionnel présent suivi d’un assez long développement au futur simple :

(11) Il ne restait rien. Ils étaient à bout de course, au terme de cette trajectoire ambiguë qui avait été leur vie pendant six ans, au terme de cette quête indécise qui ne les avait menés nulle part, qui ne leur avait rien appris.

Épilogue

Tout aurait pu continuer ainsi. Ils auraient pu rester là toute leur vie. Jérôme, à son tour, aurait pris un poste. Ils n’auraient pas manqué d’argent. On aurait bien fini par les nommer à Tunis. Ils se seraient fait de nouveaux amis. Ils auraient acheté une voiture. Ils auraient eu, à la Marsa, à Sidi-Bou-Saïd, une belle villa, un grand jardin.
Mais il ne leur sera pas si facile d’échapper à leur histoire. Le temps, encore une fois, travaillera à leur place. L’année scolaire s’achèvera. (Georges Perec, Les Choses, Paris, R. Julliard, 1965, p. 135-143)

36On retrouve là les quatre temps dont nous avons dit ci-dessus qu’ils constituaient un sous-système secondaire transcendant les différences temporelles, moyennant l’affirmation de la catégorie de l’aspect, rendue possible par la modalisation. Cet exemple met bien en lumière le rôle du conditionnel comme maillon manquant entre le passé et le futur employé avec une valeur de passé. Nous avons déjà eu l’occasion ci-dessus de constater cette dimension médiatrice du conditionnel présent à propos du catalan.

5. L’extension de l’équivalence entre le futur simple et le passé simple à leurs équivalents périphrastiques

37La démonstration que nous avons tentée en invoquant les précédents et les parallèles du catalan a fourni un élément de réponse au dilemme formulé dans l’introduction. Selon nous, ce sont des facteurs liés à la morphologie des formes synthétiques qui seraient en mesure d’expliquer le brouillage des frontières entre le passé simple et le futur. Une fois que les formes synthétiques eurent cédé la place à des formes analytiques, les mêmes équivalences auraient été préservées et même systématisées.

38Manifestement, le catalan et le français ont actualisé le même processus à quelques siècles d’intervalle. D’une manière générale, ces deux langues se distinguent de leurs voisines immédiates – le castillan et l’occitan – par une préférence marquée pour le parfait périphrastique. Paradoxalement, le catalan et le français dont les domaines originaux ne sont pas limitrophes (seule l’annexion tardive du Roussillon en 1659 a créé un contact secondaire entre les deux langues) se rejoignent sur ce point de la décadence du passé simple et sur d’autres points encore (le développement d’un [] réduit notamment) dont la description pourrait faire l’objet d’un autre article. Pour bien apprécier cette convergence, il n’est que de songer à la persistance remarquable du prétérit parfait simple (passé simple) en castillan ainsi qu’en valencien, variété de catalan fortement marquée par les interférences de l’adstrat castillan. De la même façon, l’occitan est resté beaucoup plus attaché au passé simple que ne l’est le français.

39La convergence remarquable qui se fait jour ici entre le catalan et le français ressortit à un modèle de différenciation linguistique fondé sur le principe de la convergence entre les éléments disjoints, corollaire de la divergence entre les éléments en contact immédiat. De fait, les langues limitrophes et affiliées au même sous-groupe (ibéro-roman dans le cas du castillan et du catalan ; gallo-roman dans le cas de l’occitan et du français) tendent à se différencier l’une de l’autre au sein de leur groupe d’origine et à se rapprocher chacune de la langue du groupe voisin qui n’est pas en contact immédiat avec elle. En vertu de cette dynamique, le français apparaît parfois très proche du catalan et l’occitan du castillan. Il ne s’agit pas forcément ici d’un Sprachaufstand conscient puisqu’il touche à des phénomènes structurels antérieurs à la normalisation des langues modernes.

  • 4 Pour un passage en revue de ces théories aujourd’hui contestées, voir Meyer Lübke (1925 : 1-4).

40Certains comparatistes ont vu dans le catalan un idiome gallo-roman soumis à une ibérisation secondaire4. Cette théorie est aujourd’hui contestée, ce qui n’empêche pas de prendre au sérieux le facteur de la convergence entre deux langues en contact. L’extension du morphème {-r} à la plupart des formes du passé simple occitan et catalan constitue un bon exemple de ce genre de convergences entre deux idiomes voisins. Or l’octroi d’une valeur de passé à la périphrase constituée du verbe anar / aller + infinitif constitue une isoglosse remarquable entre le catalan et le français, deux langues appartenant à des régions fort différentes de la Romania. Car enfin, même si on considère le catalan comme une langue gallo-romane ibérisée ou comme une langue ibéro-romane marquée par le contact avec le gallo-roman, les affinités que cette langue entretient avec le sous-groupe gallo-roman se manifestent avant tout par des isoglosses avec l’occitan, le français ne constituant qu’un horizon lointain pour le catalan. C’est donc au prix d’un court-circuitage remarquable de la langue limitrophe que le catalan et le français se rejoignent sur un procédé de grammaticalisation que l’occitan n’a jamais poussé à terme lors même qu’il en a connu quelques manifestations sporadiques.

41En outre, on peut admettre que la convergence partielle entre les formes de passé simple canterian (canteriam) / canterias (canteriatz) et les formes de conditionnel cantarian (cantariam) / cantarias (cantariatz) en provençal constitue l’actualisation d’une tendance structurelle qui se manifeste aussi en catalan et, d’une façon distincte, en français. Moyennant quoi, le provençal stricto sensu se rapprocherait sur ce point du catalan, langue dont il est séparé par le languedocien où ces brouillages entre le passé simple et le conditionnel ne sont pas de mise. Certes on peut imputer cette surévolution du provençal au contact avec le français qui se manifeste à maint autre égard dans les dynamiques d’évolution de ce dialecte. Pourtant l’actualisation française de la tendance structurelle à la convergence entre passé simple et futur est bien différente des modalités de l’extension du morphème {-r-} en occitan. Cette différence nous autorise à considérer la ressemblance secondaire qui s’est instaurée entre canterian (canteriam) I canterias (canteriatz) d’une part et cantarian (cantariam) / cantarias (cantariatz) d’autre part une isoglosse remarquable avec le catalan plutôt qu’avec le français voisin.

6. Conclusion

42La convergence morphologique entre le passé simple et le futur que nous avons analysée à travers diverses modalités est un phénomène mécanique ressortissant à des processus purement formels d’analogie aveugle. Toutefois, nous avons constaté à propos de la création d’un sous-système unissant le passé simple, l’imparfait, le futur simple et le conditionnel du présent que des mécanismes purement morphologiques ont pu recevoir après coup une justification fonctionnelle du point de vue de la systématique des verbes de la langue. Le parallèle du catalan et du provençal moderne a apporté une illustration supplémentaire de la préséance du facteur l’analogie entre les signifiants morphologiques sur les considérations ayant trait à la fonction et au signifié. Cela dit, il est incontestable que ces processus mécaniques n’ont pu être mis en branle qu’en vertu de l’existence d’une possibilité a priori de souligner une analogie latente entre la catégorie du futur et du parfait. Certaines langues comme l’hébreu biblique ont poussé cette ambiguïté à l’extrême (Joüon-Muraoka, 2006 : 325-345) et la mettent en pratique dans le cadre même de l’indicatif. D’autres comme le grec ont procédé à ce renversement du poids respectif de la temporalité et de l’aspectualité, notamment aux modes autres que l’indicatif.

43Une fois réinterprétée au niveau du signifié, la convergence qui a commencé à se manifester de façon purement machinale au niveau des signifiants entre le passé simple et le futur simple a pu se répercuter sur les rapports unissant le passé composé et le futur proche. Ces processus morphologiques étayés par des dynamiques morphosyntaxiques portant sur la valeur aspectuelle des temps du système verbal ont été si marquants qu’ils se sont soldés par la grammaticalisation du parfait périphrastique en catalan et par la quasi-grammaticalisation du futur proche à valeur perfective en français contemporain.

Bibliografia

Références bibliographiques

BADIA I MARGARIT Antoni M., 1984, Gramàtica històrica catalana, 2e édition, Valence, Très i Quatre.

BORJA MOLL Francesc de, 1991, Gramàtica històrica catalana, Valence, Universitat de València.

COLÓN Germà, 1975, « À propos du parfait périphrastique “vado”+ infinitif en catalan, en provençal et en français », Travaux de Linguistique et de Littérature, n° 13, l, p. 31-66.

DUHOUX Yves, 2000, Le verbe grec ancien : Éléments de morphologie et de syntaxe historiques, 2e édition, Louvain-la-Neuve, Peeters.

ERNOUT Antoine, 1953, Morphologie historique du latin, 3e édition, Paris, Klincksieck.

HEINRICHSEN Ame-Johan, 1965, « La périphrase « anar + inf. » en ancien occitan », in I. IORDAN et alii (éds) Omagiu lui A. Rosetti la 70 de ani, Bucureşti, Editura Academiei Republicii Socialiste România, p. 357-363.

HUMBERT Jean, 1960, Syntaxe grecque, 3e édition, Paris, Klincksieck.

JOÜON Paul et MURAOKA Takamitsu, 2006, A Grammar of Biblical Hebrew, Rome, Editrice Pontificio Istituto Biblico.

JUGE Matthew L., 2008, « Narrative and the Catalan go-past », Folia Linguistica Historica, n° 29, 1, p. 27-56.

LAFONT Robert, 1970, « Reflexions sobre lo perfach perifrastic amb anar en catalan e en occitan », Estudis Romànics XII, p. 271-277.

LÉVY Maurice, 2000, Grammaire du français : approche énonciative, Gap-Paris, Ophrys.

MEYER-LÜBKE Wilhelm, 1925, Dus katalanische, seine Stellung zum spanischen und provenzalischen : sprachwissenschaftlich und historisch dargestellt, Heidelberg, Cari Winter.

RONJAT Jules, 1937, Grammaire historique des Parlers Provençaux Modernes, III, 2, Montpellier, Société des Langues Romanes.

SCHANE Sanford, 1968, French Morphology and Phonology, Cambridge, MA, The M.I.T. Press.

SERRA Guillem, 1873, Compendi historial de la Biblia, éd. M.V. Amer, Barcelone, Verdaguer.

WHEELER Max W., YATES Alan et DOLS Nicolau, 1999, Catalan : A Comprehensive Grammar, Londres, Routledge.

Note

1 Maurice Lévy (2000 : 117) explique l’emploi du futur dans cette phrase qu’il cite en exemple en arguant du fait que « ce futur est annonciateur de conséquences ». Notre analyse vise au contraire à n’y voir qu’un substitut machinal du passé simple tombé en désuétude.

2 Cette similitude a déjà été constatée dans une communication d’André Thibault, « Le parfait périphrastique du catalan (et son correspondant embryonnaire en français contemporain) », exposé présenté dans le séminaire de linguistique espagnole de Marie-France Delport, Université Paris Sorbonne, 7 mai 2008.

3 Du point de vue de la diachronie du latin le [r] de la désinence de la 3e personne du pluriel du parfait {-erunt} < {*-is-ont} et le [r] du morphème de plus-que-parfait {-era-} < {*-is-a} remontent au même morphème de parfait {-is} rhotacisé à l’intervocalique (Emout, 1953 : 212-213).

4 Pour un passage en revue de ces théories aujourd’hui contestées, voir Meyer Lübke (1925 : 1-4).

Autore

Université hébraïque de Jérusalem

© Artois Presses Université, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search