Version classiqueVersion mobile

Temps, aspect et classes de mots

 | 
Eugénia Arjoca-Ieremia
, 
Cécile Avezard-Roger
, 
Jan Goes
, 
et al.

Peut-on parler de « concordance des temps » en roumain ?

Eugenia Arjoca-Ieremia

Texte intégral

1. Introduction : notre objectif

1La concordance des temps est définie comme la relation de dépendance unilatérale du morphème temporel du verbe régi par rapport au morphème temporel du verbe régissant. S’occuper de ce phénomène semble, à l’heure actuelle, désuet ; comme on le verra plus loin, la plupart des grammaires du français n’en parlent plus ou bien elles en font un usage très restreint. S’il est vrai qu’une description fine, approfondie et rigoureuse des valeurs et de l’emploi des temps de l’indicatif et du subjonctif pourrait suppléer au manque d’un chapitre portant sur la concordance des temps, il n’est pas moins évident que dans la didactique du français langue étrangère (FLE), l’acquisition des temps verbaux (et des règles de la concordance) est une question cruciale, toujours actuelle.

2Les difficultés auxquelles les étudiants roumains en FLE se heurtent sont dues à une connaissance imparfaite et insuffisante des valeurs des systèmes verbaux temporels roumains et français et au fait que l’on réduit à tort l’emploi des temps aux seules règles syntagmatiques de la concordance. De plus, on passe rapidement sur les cas qui ne posent apparemment pas de problèmes. On perd de vue l’harmonie temporelle qui règne dans un texte, la correspondance qui s’établit entre tous les morphèmes temporels verbaux, qu’il s’agisse de subordination ou de coordination, ainsi qu’entre ces morphèmes et les différents circonstants temporels.

3Notre objectif est de proposer quelques voies de recherche théorique et des suggestions pour les applications pratiques afin d’obtenir une meilleure compréhension des valeurs et de l’emploi des temps verbaux dans un seul et même texte, formé par des propositions indépendantes, principales et subordonnées. Le public que nous visons est constitué par les étudiants en FLE, de niveau moyen et/ou avancé.

4Notre hypothèse est que la concordance des temps peut et doit recevoir une nouvelle perspective si elle est fondée sur la linguistique du texte. Nous allons voir dans quelle mesure on peut parler de l’existence de la concordance en roumain aussi.

2. Considérations générales sur la concordance des temps

5Dans cette section, nous allons essayer de faire le point sur les principales opinions des grammairiens en ce qui concerne ce phénomène.

2.1. La concordance des temps n’existe pas

6Pour les grammaires du français ou du roumain la concordance des temps n’est pas un sujet aussi important que l’emploi des modes ou les valeurs mêmes des formes temporelles. Ferdinand Brunot (1936 : 782), cité par Grevisse-Goosse (2008 : 1106) au chapitre Emploi des temps du subjonctif, avait écrit : « Ce n’est pas le temps principal qui amène le temps de la subordonnée, c’est le sens. Le chapitre de la concordance des temps se résume en une ligne : il n’y en a pas ».

7La Gramatica limbii române de l’Académie, parue en 2005, ne fait pas mention de la concordance des temps pour deux raisons : on présente largement (dans le 1er volume, Cuvântul) les emplois et les significations temporelles (aspectuelles et modales) des temps et on considère (de manière implicite) qu’on ne peut pas parler de concordance si on compare le roumain au français. Dans le 2e volume (Enunțul), il y a des observations pertinentes sur le passage du discours direct au discours indirect, mais elles concernent seulement les connecteurs, les déictiques, les pronoms, (etc.), et il n’y a aucune observation sur les changements possibles dans l’emploi des temps.

2.2. Reconnaissance partielle et limitée de l’existence de la concordance

2.2.1. La concordance des temps au subjonctif dans les grammaires du français

8Dans les différentes éditions du Bon usage (voir, p. ex. la 12e, la 13e ou la 14e édition), la concordance des temps concerne l’emploi des temps du subjonctif dans les propositions régies. Ainsi, Le bon usage (2008 : 1106-1110) présente les règles de la concordance pour les quatre temps du subjonctif qui existent dans la langue écrite et surtout dans la langue littéraire classique. Au subjonctif, on distingue deux grandes situations : a) le verbe principal est au présent ou au futur ; b) le verbe principal est au passé. Il en va de même pour la Grammaire méthodique du français (Riegel et al., 1997 : 327-330).

  • 1 « în mod obiçnuit, gramaticii limiteazǎ denumirea de consecutio temporum la conjunctiv ».

9Ces grammaires suivent les grammaires du latin, dans lesquelles la dépendance temporelle de la subordonnée par rapport à la proposition régissante, appelée consecutio temporum, est plus strictement observée dans les subordonnées dont le verbe est au subjonctif : « Généralement, les grammairiens ont limité la dénomination de consecutio temporum au subjonctif » (Barbu et Vasilescu, 1961 : 238)1. À observer que les règles concernent deux grandes situations : la situation A, quand le verbe régissant se trouve au présent ou au futur ; la situation B, quand le verbe régissant se trouve à un temps passé (de l’indicatif ou du subjonctif). Dans ce dernier cas, même si le verbe subordonné est au subjonctif, les temps employés dans la subordonnée rappellent en quelque sorte la situation du français :

10En conclusion, les temps du subjonctif sont déterminés en latin par plusieurs facteurs : leur valeur modale, leur valeur aspectuelle et la relation avec le temps présent du locuteur (emploi absolu) ou avec le temps de la proposition régissante – emploi relatif. C’est l’emploi relatif qui est gouverné en latin par la consecutio temporum.

  • 2 « [...] în subordonate şi principale ca în românǎ. Subordonatele construite eu indicativul au timpu (...)

11En ce qui concerne les temps de l’indicatif, ils sont employés en latin, « dans les subordonnées et dans les principales, tout comme en roumain. Les subordonnées construites avec l’indicatif ont le temps qu’elles auraient si elles étaient transformées en propositions principales » (Barbu et Vasilescu, 1961 : 236)2.

2.2.2. La concordance à l’indicatif

12Le concept de la concordance des temps est utilisé aussi pour expliquer les changements des temps verbaux dans le passage du discours direct au discours indirect. Ainsi, la Grammaire méthodique du français (Riegel et al. 1997 : 599- 600) explique que :

Le changement des temps du verbe est réglé par la concordance des temps. Quand le verbe introducteur (ou le contexte) est à un temps du présent et du futur, le verbe subordonné ne subit pas de changement : Il affirme : « Tu as tort » ➔ Il affirme que tu as tort. Quand le verbe principal est à un temps du passé, la subordonnée subit des changements de temps suivant la relation entre le moment où le discours a été énoncé et celui où il est rapporté. On établit les règles de concordance suivantes :
Il a dit : « Je suis parti »/ « Je pars »/ « Je partirai ».
Il a dit qu ’il était parti / qu ’il partait / qu ’il partirait.

13Dans Le bon usage (2008 : 523-524), on présente tous les changements subis par les phrases quand le discours direct devient indirect. Les changements portent sur les personnes grammaticales, les indications de lieu et de temps, sur les temps verbaux et sur le mot en apostrophe. Tous les changements sont pris en considération du point de vue du rapporteur.

14Les deux grammaires signalent aussi tous les cas « d’infraction » à ces règles, essayant d’expliquer quelles en sont les raisons ; il y a aussi des exemples non-conformes aux règles générales. Le présent « indivis » ou « omnitemporel » sera maintenu en proposition subordonnée même après un verbe à un temps passé : Le professeur nous expliquait que la terre tourne autour du soleil. Riegel et al. (1997 : 600) font une distinction sémantique entre le présent et l’imparfait dans la transposition en discours indirect ; si on affirme : « Il a dit que tu es un imbécile c’est que le locuteur « prend en charge les paroles rapportées », tandis que si on affirme : « Il a dit que tu étais un imbécile, c’est lui qui l’a dit, et non pas moi, qui me contente de rapporter ses paroles ». Nous croyons que dans ce cas, il s’agit plutôt d’une interprétation discursive des deux temps, à laquelle nous allons revenir au § 3.2.

2.2.3. La concordance des temps dans les grammaires Larousse et les grammaires roumaines du français

15Il faut signaler toutefois qu’il y a, dès la première moitié du XXe siècle, La Grammaire Larousse du XXe siècle (1936) qui présente l’emploi des temps dans la proposition subordonnée avec une principale à l’indicatif (temps présent, passé, futur) ou au conditionnel. Tout en montrant les temps à employer dans les subordonnées quand elles sont à l’indicatif ou au subjonctif, les auteurs mettent en évidence le fait « qu’aucune règle mécanique absolue ne gouverne l’emploi des temps. Dans la subordonnée, le sens, la chronologie, doivent surtout guider celui qui parle ou écrit » (1936 : 123). Les auteurs de cette grammaire soutiennent l’idée de la souplesse nécessaire dans l’emploi des temps et donnent des preuves contre « la règle mécanique de la concordance des temps qu’édictaient les anciennes grammaires et par laquelle un temps passé dans la principale entraînait forcément un temps passé dans la subordonnée. La réalité est autrement complexe, parce que le sens est le facteur essentiel du choix de tel ou tel temps dans la subordonnée » (1936 : 126). Les tableaux synoptiques présentés dans cette grammaire portent sur la concordance à l’indicatif aussi, non seulement au subjonctif. Ils sont repris dans les éditions ultérieures des grammaires Larousse (voir celle de 1964 : 389-392) et par les auteurs roumains des grammaires du français, par exemple Marcel Saraş, Mihai Ştefǎnescu, Gramaticapracticǎ a limbii franceze (1976 : 81-83, 86-87). Tous les manuels roumains de FLE, plus anciens ou plus modernes, suivent la même démarche.

16Les auteurs de la Grammaire Larousse du français contemporain (1964) apportent également une idée nouvelle très importante : celle de la nécessité d’enregistrer les tendances générales dans l’emploi des formes temporelles selon les niveaux temporels manifestés dans la corrélation réalisée par la proposition principale et la subordonnée. Ils examinent les systèmes conditionnels, le style indirect et le style indirect libre, la concordance au subjonctif et la non-concordance des temps.

3. Conséquences théoriques et didactiques

17Pour faciliter l’enseignement/apprentissage des règles de la concordance des temps en français, qui diffèrent en partie de la situation du roumain, il faudra :

  • les intégrer dans le cadre des théories portant sur l’énonciation, la deixis et l’anaphore temporelle ;

  • admettre que la concordance existe aussi en roumain sous la forme d’une correspondance des temps employés dans la relation de coordination et de subordination.

3.1. Quelques considérations générales sur l’emploi des temps en français

18« Le terme temps est très ambigu en français, car il peut désigner le concept de temps ou de la forme grammaticale qui l’exprime ; certaines langues distinguent ces deux sens à l’aide de deux termes distincts, respectivement time et tense (anglais), Zeit et Tempus (allemand) », écrivent Riegel et al. (1997 : 289). En français, la catégorie verbale du temps se définit comme une relation de simultanéité, d’antériorité ou de postériorité par rapport au moment de l’énonciation, noté T0 ou par rapport au « point de l’événement », c.à.d. le moment du procès dans le temps, noté T’. Les deux repères T0 et T’ peuvent coïncider, ou bien T’ est situé avant ou après To.

19Comme on le sait, Émile Benveniste avait groupé les formes temporelles du verbe en deux systèmes : les temps appartenant à l’énonciation du discours et les temps appartenant à l’énonciation historique. Cette distinction faite dans la linguistique de l’énonciation entre les deux systèmes s’avère extrêmement utile dans la didactique du FLE.

3.2. Quelques considérations générales sur l’emploi des temps en roumain

20En roumain aussi, les formes verbales sont groupées en deux systèmes : les temps considérés comme absolus qui se rapportent à T0 : le présent, le passé composé, le passé simple et le futur et les temps de relation : l’imparfait, le plus-que-parfait et le futur antérieur, considérés comme des anaphoriques puisqu’ils ont un point de repère temporel autre que le T0 :

  • 3 « În cazul timpurilor anaforice, pozitionarea proceselor în fiincțic de actul comunicǎrii se realiz (...)

Dans le cas des temps anaphoriques, le positionnement temporel des processus en fonction de l’acte de communication ne se fait pas directement, mais par l’intermédiaire d’un autre point de repère. Si l’on veut adopter une perspective plus rigoureuse, on peut affirmer que le présent, le passé composé, le passé simple et le futur simple sont des temps strictement déictiques, tandis que l’imparfait, le plus-que-parfait et le futur antérieur sont des déictiques relationnels. (Gramatica limbii române, I, 2005 : 401)3

21Pourquoi l’imparfait est-il un « déictique relationnel » ? Parce qu’il situe le procès dans un passé antérieur à T0, mais ce procès se déroule en même temps qu’un autre procès ayant le même temps de référence. C’est aussi un temps anaphorique parce qu’il réfère à un intervalle de temps passé indiqué par (inféré du) le contexte linguistique ou extralinguistique. C’est-à-dire l’imparfait a un antécédent temporel exprimé par d’autres formes verbales et/ ou par des compléments circonstanciels de temps. En règle générale, le procès exprimé par l’imparfait est inclus dans l’intervalle temporel de son antécédent :

(1) În timp ce mâncau în taina odǎii întunecate, pe geamurile cǎreia ningea égal şi trist, Cedric le spuse o poveste fantasticǎ. (Cǎrtǎrescu, Orbitor, apud Gramatica Limbii române, 2005 : 426) – Tandis qu’ils mangeaient dans l’obscurité mystérieuse de la pièce sur les vitres de laquelle les flocons de neige glissaient dans un rythme égal et triste, Cédric leur raconta une histoire fantastique.

22L’antécédent temporel des deux verbes à l’imparfait est représenté par le passé simple spuse du verbe a spune (= dire). Dans l’exemple :

(2) leri mi-a arǎtat locul unde în adolescențǎ se întâlnea cu prietenii sǎi. – Hier il m’a montré l’endroit où, pendant son adolescence, il rencontrait ses amis,

l’imparfait se întâlnea a comme antécédent temporel le passé composé de la proposition principale – mi-a arǎtat = il m ’a montré, antécédent qui est marqué aussi par l’adverbe ieri = hier.

4. Observations de grammaire contrastive

4.1. Indicatif imparfait ou indicatif présent

23En roumain, à la différence du français, il est bien possible d’avoir le présent de l’indicatif et non pas l’imparfait, dans la subordonnée, même si le verbe principal est à un temps passé et sans qu’il s’agisse du présent des états duratifs, permanents ou du présent gnomique :

(3) Nici nu ştiusem cǎ-s. însǎrcinatǎ când m-au arestat. (România literarǎ, 2003) – Je n’avais même pas su que j’étais enceinte quand on m’avait arrêtée.
(4) Plecarea lui nu a fost o surprizǎ, fiindcǎ se plângea de luni întregi cǎ nu-i prieşte clima. (Gramatica limbii române, 2005 : 426) – Son départ n’a pas été une surprise puisqu’il se plaignait depuis des mois que le climat ne lui convenait pas.

24Comment cela est-il possible ? C’est que, en roumain, le présent peut perdre sa valeur de temps déictique ; il ne garde que sa capacité d’exprimer la concomitance temporelle par rapport au point de référence représenté par le verbe principal.

25Il y a en roumain une souplesse remarquable en ce qui concerne l’alternance indicatif présent/ indicatif imparfait dans les subordonnées complétives. Ainsi, on peut employer, comme on l’a vu, le présent après un verbe principal au passé :

(5) Cǎtǎlinei Onu i-a fost greu sǎ renunte la accentul moldovenesc în primul an dupǎ ce s-a mutat în Bucureşti. Şi a avut experiente nu tocmai plǎcute din cauzǎ cǎ cei din jur îşi dǎdeau seama imediat de unde vine. Când discuta în autobuz eu prietenele ei, tôt felul de oameni le întrebau daeǎ ştiu bancuri eu moldoveni (Adevǎrul, 2009) – C.O. a eu de la peine à renoncer à son accent moldave quand elle s’est installée à Bucarest. De plus, elle a eu des expériences assez désagréables à cause du fait que les gens qui l’entouraient se rendaient compte immédiatement d’où elle venait. Quand elle discutait dans le bus avec ses amies, les gens leur demandaient si elles connaissaient des blagues sur les habitants de la Moldavie.

26Il y a donc, dans ce cas, divergence entre le roumain et le français. Mais l’imparfait apparaît en roumain, dans la proposition subordonnée, pour introduire un sens différent du sens purement temporel de présent, c.à.d. le sens de simultanéité. Tout en exprimant la concomitance temporelle avec le verbe principal au passé, l’imparfait introduit un sens implicite, présupposé :

(6) Cǎtǎlina lucreazǎ în radio çi a reuşit sǎ scape de accent pentru cǎ i se pǎrea cǎ felul ei de a vorbi era supǎrǎtor pentru cei din jur, dar şi pentru cǎ se simtea complexatǎ sǎ vorbeascǎ moldoveneşte în preajma unor oameni care vorbeau limba literarà. (Adevǎrul, 2009) – C. travaille à la radio. Elle a réussi à se débarrasser de son accent moldave parce qu’il lui semblait que sa manière de parler gênait l’entourage et aussi parce qu’elle sentait avoir des complexes si elle continuait à parler comme en Moldavie devant des gens qui parlaient le roumain littéraire.

27L’imparfait era supǎrǎtor = (sa manière de parler) gênait introduit l’idée que le fait qu’il exprime a eu lieu à un moment antérieur à T0 et qu’il a cessé à présent.

28Comme en français, où le présent dans la subordonnée peut marquer un fait commencé avant le moment d’énonciation et qui continue encore au présent :

(7) Elle entendait dans un monde endormi et inaccessible un remuement d’oiseaux que la lune éveille (Mauriac, apud GLFC 1964 : 391),

en roumain, le présent employé dans la subordonnée peut impliquer aussi la même idée :

(8) Sincer, la un moment dat chiar ne gândeam cǎ nu se investeşte nimic în sala aceasta sperând cǎ noi vom renunța şi cǎ vor sǎ desființeze sectia de gimnasticâ. (Adevàrul, 2009) – Franchement, nous pensions à un moment donné qu’on ne fait aucun investissement dans cette salle puisqu’on espère que nous allons renoncer et qu’ils pourront supprimer la section de gymnastique.

29Selon Cari Vetters (1993 : 96-97), dans les langues à temporalité relative,

l’événement dénoté par la complétive exprime uniquement une relation temporelle par rapport au moment dénoté par l’événement de la principale, sans tenir compte de la relation au moment de la parole. Dans une langue où les complétives sont régies par la temporalité relative, on n’emploie pas l’imparfait pour exprimer la simultanéité dans le passé, comme on le fait en français, mais le présent. Dans une langue à temporalité relative, le présent exprime la simultanéité par rapport à un moment passé, présent ou futur.

30Dans le discours indirect, « l’oubli » du moment de la parole est facilité par le fait que l’événement de la proposition principale est un autre moment de parole possible.

4.2. Passé simple et passé composé

31En roumain, à la différence du français, le passé composé et le passé simple sont synonymes. Tous les deux sont des temps déictiques puisqu’ils présentent l’action verbale comme accomplie au moment de l’énonciation, mais, dans le cas du passé simple, elle est plus proche de ce moment. Au point de vue aspectuel, si le passé composé est perfectif, le passé simple est qualifié de momentané :

(9) – Unde-ai fost ? (azi dimineatâ)
– Am fost la pità, lapte ; luai çi niçte ouâ (conversation authentique)
– Tu as été où (ce matin) ?
– J’ai été (littéralement) = Je suis allée acheter du pain, du lait. Je pris (trad. littérale) = J’achetai aussi des œufs.

  • 4 On m’a signalé le fait que dans les Côtes d’Armor (département d’Ille-et-Vilaine) survit un emploi (...)
  • 5 « Se spune corect “am fǎcut asta ieri” şi “fǎcui asta de dimineatǎ” ».

32Le passé simple, hérité de l’indicatif parfait latin, est encore vivant dans certains parlers régionaux de la Roumanie, surtout en Olténie4. Essentiel au point de vue narratif, il est employé pour exprimer des actions accomplies dans un passé très récent, en référence avec le moment de l’énonciation qui comprend l’espace de toute une journée. « Ainsi, on dit correctement “j’ai fait cela hier” et “je fis cela ce matin” » (Adevǎrul, 2009)5.

Remarque

33Parfois l’opposition temporelle passé simple/passé composé est utilisée par les écrivains pour établir une certaine chronologie des événements dans un texte narratif.

34Nous allons présenter deux textes tirés du roman Baltagul de M. Sadoveanu, textes remarquables du point de vue de leur cohésion temporelle. Dans les deux textes, on évoque une série d’événements liés à la découverte par Victoria Lipan du fidèle chien de son mari disparu. Celui-ci avait beaucoup de troupeaux de moutons et avait été assassiné en haute montagne. La découverte du chien devra hâter la fin des recherches du berger disparu.

35Dans le premier texte, situé à la fin du chapitre XII, l’auteur fait le récit palpitant de cette découverte, comme s’il y avait participé lui-même, en employant des phrases courtes :

(10) Cotirǎ pe o hudițǎ, subt o râpǎ. In fund sta închisǎ o gospodǎrie bine întocmitǎ. Cum ajunserǎ la zaplazul de scânduri, domnu Toma bǎtu eu toiagul în poartâ. Indatà rǎspunserǎ câinii. Vitoria se grǎbi sǎ treacǎ mainte şi împinse portița. Îşi trase de la subsuoarǎ bețişorul ca sǎ se apere. Domnu Tomapǎşi în urma ei, întinzând cu luare-aminte gâtul într-o parte, ca sǎ vadǎ ce se întâmplǎ. Trei câni nǎvǎlirǎ eu zǎpǎituri supǎrate. Deodatǎ, cel mai mare, din mijloc, se opri. Stǎturǎ şi ceilalți ; apoi se rǎzletirǎ, lǎtrând din laturi. Cel din mijloc stǎtea neclintit şi atintit. Era un dulǎu sur şi flocos, eu urechile şi eu coada scurtate, dupǎ moda din munte a ciobanilor. Vitoria îşi trecu betiçorul în stânga şi întinse spre el mâna dreaptǎ.
– Lupu ! (Sadoveanu, Baltagul, 1959, XII, 140-141)
Ils tournèrent l’angle d’une petite rue étroite qui se perdait en bas d’un ravin. Au fond on voyait la porte fermée d’une belle ferme. Dès qu’ils furent arrivés à la palissade, M. Toma frappa de sa canne dans la porte. Aussitôt ce furent les chiens qui répondirent. Vitoria se hâta pour passer devant et poussa la porte. Elle tira la baguette qu’elle portait sous le bras, pour se défendre. M. Toma la suivit de près, tendant attentivement le cou, pour voir ce qui se passait. Trois chiens se précipitèrent en clabaudant. Soudain, le gros, qui se trouvait au milieu, s’arrêta net. Les autres firent pareillement, puis ils se dispersèrent en continuant d’aboyer. Celui du milieu se tenait immobile, le regard fixé sur les hôtes. C’était un gros chien au poil gris et abondant, aux oreilles et à la queue écourtées, d’après l’habitude des bergers montagnards. Vitoria se passa la baguette dans la main gauche et tendit vers lui la main droite. – Mon Loup ! (notre traduction)

36La relation de coordination est dominante ; le passé simple s’impose : il s’agit d’actions rapides, achevées au moment même où l’auteur les présente, (c’est le moment de l’énonciation). Presque tous les verbes sont au passé simple ; les adverbes îndatǎ- aussitôt et deodatǎ – soudain soulignent l’aspect momentané exprimé aussi par les verbes prédicats. L’imparfait apparaît deux fois seulement (stǎtea, era) pour exprimer un état duratif. Puisque le moment où se passent toutes les actions est le moment « présent », d’autres temps, comme le subjonctif présent (sǎ treaeǎ, sǎ apere, sa vadǎ) et le présent de l’indicatif (se întâmplǎ) apparaissent normalement ; c’est le présent exprimant la simultanéité par rapport au passé simple pǎfi – il (la) suivit.

37Si on voulait transposer le texte en français, on devrait employer les mêmes temps passés, à savoir le passé simple et l’imparfait, avec les mêmes valeurs aspectuelles. Au niveau des formes, il y aurait une seule différence, sans que l’on puisse observer une différence de valeur modale : à la place des verbes au subjonctif présent, en roumain, il y aurait des verbes à l’indicatif, en français.

38La valeur modale reste inchangée, le subjonctif et l’infinitif expriment le but de l’action. La différence essentielle entre le texte roumain et sa variante française serait donnée par les valeurs temporelles du passé simple en roumain et en français. Si en roumain le texte est rattaché au moment « présent » (T0), en français, il serait rattaché à un passé lointain car le passé simple interrompt généralement, en français, la liaison avec le présent. Le passé simple est un temps qui caractérise, selon E. Benveniste, le système de l’énonciation historique. Ce système imposerait l’emploi du morphème de l’imparfait à la place de l’indicatif présent dans la proposition complétive : « Domnu Toma pǎşi... ca sǎ vadǎ ce se întâmplǎ. »– « Monsieur Toma la suivit de près... voir ce qui se passait ».

39Dans le deuxième texte, situé au début du chapitre suivant (le chapitre XIII), le récit des événements se fait à l’aide du passé composé pour exprimer des faits antérieurs au moment où l’on parle. Les discours indirect et surtout indirect libre caractérisent ce texte narratif. Le nouveau maître du chien de Victoria Lipan raconte comment il avait trouvé, quelques mois auparavant (« astǎ-toamnǎ »– « l’automme dernier ») le chien égaré dans les montagnes :

(11) Dând lǎmurire la întrebarea nevestei, arǎtǎ cǎ acest câne de pripas a venit la gospodǎria lui astǎ-toamnǎ, din râpile muntelui. L-a vǎzut dând târcoale ; pe urmǎ s-a suit pe-un colnic ş-a urlat, cum urlǎ cânii în singurǎtate. A coborât ǎi s-a aşezat în preajmǎ, supunându-se eu pântecele de pâmânt. Munteanul a înțelespoate sǎ fie un câne rǎtǎcit de la ciobanii care au trecut eu oile. L-a judecat deçtept şi vrednic dupǎ înfǎtişare şi a strigat la nevastǎ sǎ-i caute o bucatà de mǎmǎligǎ rece. I-a adus mǎmǎliga aproape şi i-a lǎsat-o. El s-a apropiat şi a mâneat-o lacom, din douǎ înghițituri. A venit la poartǎ, açteptând sǎ i se deie drumul. Gospodarul a deschis poarta... (Sadoveanu, Baltagul, 1959, XIII, 141-142)
Donnant des explications à la question de la femme, il dit que ce chien vagabond était venu à la ferme en automne, des ravins de la montagne. Il l’avait vu rôder aux alentours, puis il était monté sur une butte et s’était mis à hurler, comme font les chiens solitaires. Il en était descendu et s’était assis, ventre à terre. Le montagnard avait compris que c’était peut-être un chien de berger égaré après le passage des troupeaux. Il l’avait jugé intelligent et adroit et il avait dit à sa femme de lui apporter un morceau de polenta froide. Il lui avait apporté la polenta et la lui avait laissée. Le chien s’en était approché et l’avait avalée avidement, en deux gorgées. Il était venu à la porte, attendant qu’on lui ouvrît. Le paysan ouvrit la porte, (notre traduction)

40Comme on le voit, la relation syntaxique de coordination est dominante aussi dans ce texte. Les deux textes s’opposent chronologiquement ; l’opposition chronologique est réalisée par l’opposition formelle et sémantique entre le passé simple (employé dans le premier texte) et le passé composé du deuxième texte.

41Par conséquent, si on voulait transposer en français le deuxième texte, l’emploi du passé composé ne serait pas recommandable. En français, le passé composé reste lié au présent du moment de la parole. C’est pourquoi le temps qui irait dans ce cas, comme équivalent sémantique du passé composé roumain est le plus-que-parfait. L’indicatif présent poate serait remplacé par l’imparfait : « Le montagnard avait compris qu’il (= ce chien) pouvait être un chien égaré ».

4.3. Observations sur le plus-que-parfait et le futur antérieur

42L’emploi d’un plus-que-parfait ou d’un futur antérieur montre que l’événement dénoté par la complétive exprime à la fois une relation temporelle par rapport à un autre événement dans le texte (ou dans le contexte) et par rapport au moment de la parole. Le plus-que-parfait et le futur antérieur français sont des temps considérés comme absolus-relatifs : ils expriment tous deux une relation d’antériorité par rapport à un événement ou moment qui exprime à son tour une relation (d’antériorité pour le plus-que-parfait et de postériorité pour le futur antérieur) par rapport au moment de la parole.

43C’est tout à fait pareil pour le plus-que-parfait en roumain : à revoir l’exemple (3) et à observer l’exemple (12) :

(12) Stând la masǎ [...] eu prietinii aceştia din Sabasa, Vitoria le povesti ce fǎcuse, ce vǎzuse şi ce aflase la Suha, în partea cealaltǎ a muntelui. (Sadoveanu, Baltagul, 139) Tout en dînant avec ces amis de Sabasa, Vitoria leur raconta ce qu’elle avait fait, ce qu’elle avait vu et appris à Suha, de l’autre côté de la montagne.

En roumain, comme en français, le futur antérieur exprime la postériorité par rapport à T0 ainsi que l’antériorité par rapport à un moment ultérieur à T0 :

(13) Când vei ajunge tu la Florenta, eu voi mai fi strǎbǎtut deja câteva oraçe (Irimia 1997 : 242). – Quand tu arriveras à Florence, fi aurai déjà visité quelques villes.

Le futur antérieur exprime aussi une valeur aspectuelle de perfectif.

44Il y a une certaine similitude entre le futur antérieur et le plus-que-parfait : les deux temps sont anaphoriques et se trouvent en relation d’antériorité par rapport à leur antécédent. Ils expriment des procès achevés, situés à une distance assez grande par rapport à leur deuxième point de repère.

45D’autre part, « le choix de la stratégie temporelle (temps absolu/ temps relatif/ temps absolu-relatif) se fait au niveau textuel et non pas à l’intérieur de la phrase » (Vetters, 1993 : 99). De plus il est possible que les temporalités relative et absolue-relative expriment une relation temporelle par rapport à l’événement d’une autre phrase (qui ne subordonne pas la phrase dans laquelle elles sont employées) ou par rapport à un complément circonstanciel de temps.

4.4. Divergences dans l’expression de la relation temporelle de postériorité en roumain et en français. Observations théoriques et conséquences didactiques

46Dans l’expression de la relation temporelle de postériorité en roumain et en français il y a des ressemblances, mais aussi des différences. Pour les observer, il faut introduire le critère syntaxique : l’emploi du futur en proposition indépendante, en proposition principale et en proposition subordonnée. Il faut tenir compte aussi du point de repère par rapport auquel s’établit la relation de postériorité. Ainsi, en roumain, le futur exprime la postériorité par rapport au moment de l’énonciation situé dans le présent du locuteur (il est considéré comme temps absolu, strictement déictique), mais aussi à partir d’un moment du passé, exprimé explicitement par le verbe principal (régissant) ou bien, dans un texte, représentatif pour l’énonciation historique, même quand le futur se trouve en proposition principale :

(14) Totuşi eu ştiam cǎ de astǎ data Petricâ nu se va mai întoarce. Schimbarea lui era, pentru mine, sernnul sigur cǎ va divorta curînd. li spusei acest lucru Matildei, la telefon. Ea tǎcu cîteva clipe lungi, apoi îmi spuse cǎ pot sǎ am dreptate, « oricum, adǎugǎ ea, dacǎ n-o s-o facǎ el, atunci voi intenta eu acțiunea ». (Preda, Cel mai iubit dintrepǎmǎnteni, 1987,I, 176)
Je savais pourtant que cette fois-ci Petricâ ne reviendrait pas. Le fait qu’il avait changé était, pour moi, le signe sûr qu’il allait bientôt divorcer. Je le dis à Mathilde, au téléphone. Elle se tut quelques bons moments, puis elle me dit que je pouvais avoir raison, « quoiqu’il en soit, ajouta-t-elle, s’il ne demande pas lui, le divorce, alors c’est moi qui le ferai ». (notre traduction)

Dans le texte précédent, il y a, dans les propositions principales indépendantes et principales régissantes, deux verbes à l’imparfait : ştiam, era – je savais, (le fait) était, trois verbes au passé simple : spusei, tǎcu, spuse -je dis, elle se tut, elle dit qui sont rendus en français par les mêmes temps. Les divergences apparaissent principalement dans les situations suivantes :

  • dans les subordonnées complétives, le futur va divorta et le présent pot sont traduits par les verbes correspondants employés soit dans la périphrase allerl’imparfait) + infinitif soit à l’imparfait, puisqu’ils dépendent de verbes régissants au passé ;

  • dans la dernière phrase, de style direct, le futur périphrastique (n’) o s-o facǎ (el) employé dans une subordonnée conditionnelle est remplacé, en français, par le présent – s ’il ne demande pas, lui, le divorce – conformément à la règle du si conditionnel. Mais le même futur peut très bien être traduit par la périphrase aller (au présent) + infinitif : s ’il ne va pas demander (le divorcé).

47Les différences que nous avons signalées entre les deux langues sont à l’origine d’éventuelles fautes d’expression commises par les apprenants roumains.

48Dans la didactique du FLE, l’acquisition correcte des formes à employer en français impose quelques étapes à parcourir, de plus en plus complexes, à savoir : l’acquisition des formes verbales, l’observation des valeurs temporelles de ces formes et des équivalences entre les deux langues en contact d’apprentissage, l’observation des divergences. Au point de vue pratique, la démarche à adopter va de l’exercice portant sur l’emploi d’un certain temps imposé en proposition subordonnée par le temps du verbe régissant, passe par des exercices de transformation (qui réunissent deux propositions indépendantes) pour aboutir (au niveau avancé) à des exercices de traduction ou de création de textes.

5. Peut-on parler de la concordance des temps en roumain ?

  • 6 « In general, corespondenfa timpurilor în limba românâ este destul de libérǎ. Cu excepția unui tip (...)

49C’est une question délicate et difficile à laquelle, traditionnellement, on répond négativement : « En général, la correspondance des temps en roumain est assez libre. À l’exception d’un certain type de proposition finale, de la proposition comparative conditionnelle et de la proposition consécutive, il n’y a pas de situations où la présence d’un certain temps dans la proposition régissante impose un seul temps dans la proposition régie », écrivait Laura Vasiliu dans Gramatica limbii romǎne, II, Sintaxa (1963 : 394)6. Malgré cela, elle consacre un chapitre important à ce phénomène, dans l’ancienne grammaire de l’Académie, dans le second volume, intitulé Sintaxa (p. 357-394). Nous croyons que ses recherches portant sur la « correspondance des temps » pourraient très bien être utilisées dans une grammaire textuelle du roumain. Malheureusement, dans la nouvelle Gramatica limbii române (2005), il n’y a plus de chapitre qui serait dédié à la concordance, quoique l’on ait intégré, dans la description des temps et des modes, les nouveaux acquis en linguistique de l’énonciation.

50De plus, au lycée, les élèves roumains en FLE apprennent les principales valeurs des formes verbales temporelles ainsi que les règles de la concordance des temps appliquées aux verbes des propositions complétives dans le style indirect. On insiste sur la concordance des temps à l’indicatif. La présentation des règles et les différents exercices d’application laissent croire que c’est un problème de grammaire française qui n’existerait pas en roumain. Mais les divergences formelles entre les deux langues sont des sources d’erreurs dans l’expression de nos élèves.

51À notre avis, à l’heure actuelle, quand on est habitué à utiliser, dans l’interprétation des significations temporelles des verbes, des adverbes et d’autres expressions circonstancielles de temps, la théorie de l’énonciation ainsi que les analyses textuelles et pragmatiques sur les discours direct, indirect et indirect libre, on ne peut plus affirmer qu’il n’y a pas de concordance des temps en roumain. Seulement il y a des « règles » différentes puisqu ’il y a des différences structurales entre les langues.

5.1. La correspondance des temps

52Dans les propositions indépendantes ou principales, l’emploi des temps est gouverné, dans les deux langues, par le rapport constant à un point de repère qui peut être le moment de l’énonciation ou un autre moment.

Les « temps », outre leur fonction déictique et les diverses opérations énonciatives qu’ils peuvent supporter, jouent très souvent un rôle important dans la structuration des textes, par la position qu’ils y occupent, par leur répétition comme par leurs changements. [...] Les « temps » possèdent a priori une fonction décisive dans le réseau des relations inter-phrastiques qui assurent la cohérence d’une unité textuelle. (D. Maingueneau, 1999 : 111)

  • 7 Nous utilisons pour le concept de texte la définition et la présentation de ses caractéristiques sé (...)

53Au niveau du texte7, il vaut mieux adopter le terme de correspondance des temps pour rendre compte des rapports temporels qui s’établissent entre les verbes de deux ou de plusieurs propositions coordonnées :

  • 8 « Raporturile temporale se stabilesc şi între fraze între care exista o relație sintacticǎ (de subo (...)

Les rapports temporaux s’établissent aussi entre des phrases liées par une relation syntaxique (de subordination ou de coordination, relation marquée soit par des conjonctions, soit par la juxtaposition). [...] on doit prendre également en considération la correspondance des temps dans la succession des phrases ou des propositions (indépendantes) entre lesquelles il n’y a aucune relation de coordination ou de subordination. (Gramatica limbii romane, vol. II, 1963 : 3568).

54Dans les propositions subordonnées, nous avons vu que c’est le sens qui va guider l’emploi des formes verbales temporelles suivant leurs valeurs et tenant compte de certaines différences entre le français et le roumain, différences que nous avons signalées aux sections 3 et 4.

5.2. La concordance des temps à l’indicatif en roumain (dans le discours indirect)

  • 9 En roumain, le subjonctif n’a que deux formes : le Présent (pour la simultanéité et/ ou la postério (...)

55Pour ce qui est de l’indicatif, nous avons vu plus haut (§ 3 et § 4) les considérations sur le roumain comme langue à temporalité relative : dans le discours indirect, le présent non-déictique est employé dans les mêmes conditions que l’imparfait en français. Mais on peut avoir aussi l’imparfait, ce qui amène une différence de sens par rapport au présent : l’imparfait pourrait impliquer le sens présupposé « le fait, valable à un moment antérieur au T0, cesse d’exister au moment de l’énonciation ». Le plus-que-parfait, temps relatif, est employé comme en français9

6. Conclusion

56Le temps verbal est une catégorie qui concerne non seulement l’emploi effectif de telle ou telle forme en proposition principale indépendante, principale régissante ou subordonnée, mais il concerne aussi l’emploi harmonieux des morphèmes temporels dans un seul et même texte écrit ou oral. Pour que le texte soit cohérent, il faut qu’il y ait une correspondance entre les temps employés dans les propositions principales indépendantes ou principales régissantes et le point de repère choisi, qui est le moment de l’énonciation (noté T0), ou un moment situé avant ou après T0 .

57Le bon fonctionnement d’un texte dépend, entre autres facteurs, de l’emploi que l’énonciateur fait des temps. Selon notre opinion, la concordance des temps est observée non seulement en français, mais aussi en roumain. Les différences entre les deux langues concernent certains emplois des formes verbales temporelles surtout dans la relation syntaxique de subordination.

58Il nous paraît tout à fait logique que le roumain connaisse la concordance tout comme les autres langues romanes et comme le latin. Pour cela il faut assouplir et développer ce concept, car les règles qui gouvernent la concordance en roumain sont, dans certains cas, différentes de celles du français. La concordance des temps doit être comprise dans deux acceptions qui découlent l’une de l’autre :

  • La première fait de la concordance un emploi des temps dans un seul et même texte pour réaliser sa cohérence. Il s’agit d’un sens étendu, car l’emploi des temps concerne aussi bien les phrases indépendantes que les propositions subordonnées. Dans les phrases indépendantes, les temps sont employés selon les deux systèmes de l’énonciation : le discours et le récit ;

  • la seconde acception, beaucoup plus restreinte, fait de la concordance une relation de dépendance unilatérale, au niveau syntagmatique, du morphème temporel du verbe régi par rapport au morphème temporel du verbe régissant. Ces considérations théoriques ont d’importantes conséquences dans la didactique du FLE.

Bibliographie

Références bibliographiques

ACADEMIA Românâ, 1963, Gramatica limbii romane, vol. Il, Sintaxa, Bucureçti, Editura Academiei Române (GA).

ACADEMIA Românǎ, Institutul de lingvisticǎ « I. lordan-Al. Rossetti », 2005, Gramatica limbii române, vol. I, Cuvântul, Bucureçti, Editura Academiei Române.

ARJOCA-IEREMIA Eugenia, 2009, « Le futur simple en français et en roumain », in A. GHEORGHIU, Ramona MALITA, (éds), Agapes francophones 2008, Timişoara, Mirton.

ARJOCA-IEREMIA Eugenia, 20092, Le verbe et ses catégories spécifiques en français contemporain, Timişoara, Mirton.

BENVENISTE Émile, 1974, Problèmes de linguistique générale, vol. II, Paris, Gallimard.

BARBU Nicolae, VASILESCU Toma, 1961, Gramatica limbii latine, Bucureşti, Editura Didacticş şi Pedagogicǎ.

CHEVALIER Jean-Claude, ARRIVÉ Michel, BLANCHE-BENVENISTE Claire, PEYTARD Jean, 1964, Grammaire Larousse du français contemporain (GLFC), Paris, Librairie Larousse. 20052, Dicfionar de ştiinfe ale limbii, Bucureşti, Nemira.

FLOREA Ligia Stela, 1999, Temporalité, modalité et cohésion du discours, Bucureşti, Editura Babel.

GAIFFE Félix, MAILLE Ernest, BREUIL Ernest, JAHAN Simone, WAGNER Léon, MARIJON Madeleine, 1936, Grammaire Larousse du XXe siècle, Paris, Librairie Larousse.

GREVISSE Maurice, GOOSSE André, 2007, Le Bon Usage. Grammaire française, 14e édition Bruxelles, De Boeck et Duculot.

IMBS Paul, 1968, L’emploi des temps verbaux en français moderne, Paris, Librairie C. Kliencksieck.

IRIMIA Dumitru, 1997, Gramatica limbii române, Iaşi, Editura Polirom.

LARRIVÉE Pierre, 2002, « Sémantique conceptuelle et sémantique référentielle du passé composé », in E. LABEAU, P. LARRIVÉE (éds.), Les temps du passé français et leur enseignement, Cahiers Chronos, n° 9, 51-69.

MAINGUENEAU Dominique, 1999, L’énonciation en linguistique française, Paris, Hachette Livre.

RIEGEL Martin, PELLAT Jean-Christophe, RIOUL René, 19973, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

SARAŞ Marcel, ŞTEFӐNESCU Mihai, 1976, Gramatica praticǎ a limbii franceze, Bucureşti, Editura Ştiintificǎ şi Enciclopedicǎ.

VET Co, 2008, « Six traits sémantiques suffisent à décrire tous les temps du français », in M. Birkelund, M.-B. Mosegaard Hansen, C. Norén (éds), L’énonciation dans tous ses états, Berne, Peter Lang.

VETTERS Carl, 1993, « Temps et deixis », in Cari Vetters (éd.), Le temps, de la phrase au texte, (éd.), Lille, Presses Universitaires, p. 85-115.

WEINRICH Harald, 1989, Grammaire textuelle du français, Paris, Didier/ Hatier.

Textes de référence

PREDA Marin, 1987, Cel mai iubit dintre pǎmǎnteni, I, Bucureşti, Cartea Româneascâ.

SADOVEANU Mihail, 1959, Baltagul, Bucureşti, Editura de stat pentru literaturâ şi artǎ.

Le quotidien Adevǎrul, 17 novembre, 2009.

La revue România literarǎ, 2003.

Notes

1 « în mod obiçnuit, gramaticii limiteazǎ denumirea de consecutio temporum la conjunctiv ».

2 « [...] în subordonate şi principale ca în românǎ. Subordonatele construite eu indicativul au timpul pe care 1-ar avea daeâ ar fi transformate în propozții principale ».

3 « În cazul timpurilor anaforice, pozitionarea proceselor în fiincțic de actul comunicǎrii se realizeazǎ nu direct, ci prin intermediul celui de-al doilea punct de reper. într-o perspectivǎ mai riguroasâ se poate afirma cǎ prezentul, perfectul compus, perfectul simplu şi viitorul propriu-zis sunt timpuri strict deictice, pe când imperfectul, mai-multca-perfectul şi viitorul anterior sunt deictice relaţionale ».

4 On m’a signalé le fait que dans les Côtes d’Armor (département d’Ille-et-Vilaine) survit un emploi du passé simple qui semble hérité du parfait latin ; par exemple. Hier, je fus à Dol.

5 « Se spune corect “am fǎcut asta ieri” şi “fǎcui asta de dimineatǎ” ».

6 « In general, corespondenfa timpurilor în limba românâ este destul de libérǎ. Cu excepția unui tip de propoziție finalǎ, a propoziției comparative condiționale şi a propoziției consecutive, nu apar situatii în care prezenta unui anumit timp în regentǎ sǎ impunâ prezenta unui singur timp în subordonatâ ».

7 Nous utilisons pour le concept de texte la définition et la présentation de ses caractéristiques sémantico-syntaxiques et pragmatiques telles qu’elles sont données par le Dicfionar de ştiinte ale limbii (2005 : 536-538) et par Riegel et alii (1997 : 603-604).

8 « Raporturile temporale se stabilesc şi între fraze între care exista o relație sintacticǎ (de subordonare sau de coordonare, marcatâ prin conjunctii sau prin juxtapunere). [...] Corespondența timpurilor trebuie avutà în vedere şi în succesiunea de fraze sau propoziții (independente) între care nu existǎ nici o relație de coordonare sau de subordonare ».

9 En roumain, le subjonctif n’a que deux formes : le Présent (pour la simultanéité et/ ou la postériorité) et le Parfait (pour l’antériorité). La temporalité du subjonctif, moins importante que ses valeurs modales, dépend de celle du verbe régissant et du texte dans son ensemble. C’est le sens qui prescrit l’emploi de telle ou telle forme. L’économie de l’article ne nous permet pas de développer ce sujet.

© Artois Presses Université, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search