Desktop versionMobile version

Temps, aspect et classes de mots

 | 
Eugénia Arjoca-Ieremia
, 
Cécile Avezard-Roger
, 
Jan Goes
, 
et al.

Introduction

Eugenia Arjoca-Ieremia, Cécile Avezard-Roger, Jan Goes, Estelle Moline and Adina Tihu

Full text

1Depuis plus de dix ans, le Centre de Recherches Grammatica de l’Université d’Artois collabore avec les linguistes romanistes de l’Université de l’Ouest de Timişoara. Un colloque est organisé alternativement tous les deux ans en Roumanie et en France. Au mois de mai 2009, l’Université de Timişoara a organisé la septième édition, consacrée au thème du temps, de l’aspect et des classes de mots.

2Pourquoi avoir choisi comme thématique un champ d’investigation aussi vaste qui, de surcroît, jouit d’ores et déjà d’innombrables travaux, tant du côté français et francophone que du côté roumain ? La littérature anglo-saxonne, qui joue un rôle prépondérant dans le développement de la linguistique depuis plus de quatre décennies, est plus qu’abondante à ce sujet, elle aussi. Sans parler des travaux sur les langues slaves dans lesquelles l’aspect est si important.

3Dans ces conditions, comment faire du nouveau ? L’ensemble des travaux du colloque réunis dans le présent volume témoigne de leur originalité et de leur unité dans la diversité. Ce qui est nouveau, c’est l’angle sous lequel est abordé le champ de recherche, et ce à deux titres. D’une part, parce que les trois thèmes, quasi « obsessionnels » pour les linguistes, sont abordés non seulement d’un point de vue théorique, mais aussi didactique. D’autre part, parce que ces thèmes sont abordés en relation les uns avec les autres. Étudier les rapports entre temps et aspect, à nouveau, n’est pas une démarche originale. Mais ce qui l’est, c’est de mettre en rapport, d’un côté, le temps et l’aspect et, de l’autre, les classes de mots (on disait autrefois les « parties du discours »). On ne s’attend pas a priori à ce que les prépositions (sauf en ce qui concerne certaines d’entre elles – celles qui sont dites « temporelles »), les noms (à l’exception, bien sûr, des noms d’action), les adverbes (exception faite des adverbes aspectuels et temporels), etc. soient porteurs d’indications aspectuelles et/ ou temporelles. C’est pourtant le cas. Les auteurs des articles se proposent d’explorer et d’expliciter ce réseau serré d’informations relatives au temps et à l’aspect dont sont chargées plusieurs classes et sous-classes de mots, ainsi que les problèmes théoriques (pour la description) et didactiques (pour l’apprentissage) qui en découlent, aussi bien en français qu’en roumain.

4Toutes les observations théoriques des articles réunis dans ce volume, portant sur l’aspect, le temps et le mode, peuvent être utilisées dans le plan didactique, ce qui est mentionné explicitement par certains auteurs. Ainsi, Jean-Marc Mangiante vise-t-il directement la didactique du FLE en montrant que l’expression du temps peut être considérée comme le marqueur d’une identité culturelle.

5Les divers axes de recherche s’entrecroisent, formant une mosaïque originale, dont la spécificité est assurée par les dominantes théoriques et/ ou méthodologiques de chaque article. Leur caractère actuel est assuré par les considérations linguistiques de nature cognitive, textuelle et/ ou distributionnelle que nous pouvons trouver dans les études réunies dans le présent volume. On distinguera principalement trois grandes orientations : α) les différentes classes de mots et leur rapport au temps et à l’aspect ; β) les différentes formes verbales et leurs valeurs aspectuelles, temporelles et/ ou modales ; γ) la linguistique comparative et contrastive appliquée au domaine roumain-français.

6Ainsi, on peut grouper sous α, les articles des auteurs suivants, visant le nom : Nelly Flaux et Dejan Stosic (les « noms d’idéalités », prépositions et temporalité) ; l’adjectif : Jan Goes (les adjectifs de repérage temporel) ; le verbe : Dejan Stosic et Dany Amiot (Sautiller, voleter, dansoter : évaluation, pluriactionnalité, aspect) ; la préposition : Véronique Lagae et Injoo Choi-Jonin (la préposition dès à valeur fondamentalement temporelle).

7Un autre groupe d’articles peut être classé, à notre avis, sous β. C’est le cas des articles d’Alexandra Cunițǎ qui étudie les relations temporelles au niveau phrastique ou textuel et de Danièle van de Velde qui traite de la relation entre les prédicats d’état résultant et les verbes causatifs. Si Estelle Moline interprète la relation entre une forme gérondive et le verbe régissant selon le rapport entre le contenu lexical des prédicats et nos connaissances extralinguistiques, Ligia Stela Florea traite d’un emploi modal du futur antérieur, appelé « futur expansif » et Cyril Aslanov se penche sur l’emploi du futur proche ou simple en fonction de passé perfectif. Elena Cornes et Florica Hrubaru visent, dans leur article, l’expression de l’accompli par le passé composé et le plus-que-parfait du roumain.

8Confrontés aux difficultés d’enseignement-apprentissage du français langue étrangère, les professeurs roumains s’interrogent constamment sur les convergences et les divergences structurelles entre les deux langues, qu’il s’agisse de l’emploi des mots selon leurs valeurs aspectuo-temporelles et modales, fondamentales et particulières, ou de l’emploi des temps verbaux dans des propositions indépendantes, principales et subordonnées. On peut citer, en ce sens, les articles d’Adina Tihu, de Maria Tenchea ou d’Eugenia Arjoca-Ieremia, qui poursuivent une démarche comparative et contrastive à la fois ; on va classer ces articles sous γ.

9Mais comme la présentation la plus synthétique des articles est réalisée par les auteurs mêmes, donnons-leur la parole et laissons-les exposer leurs intentions.

10Dans son article, Jean-Marc Mangiante s’interroge sur les relations entre la perception du temps chez les étudiants allophones inscrits dans les formations de FLE à l’université et leur apprentissage des compétences de compréhension et d’expression des temps verbaux. Certaines difficultés rencontrées par ces apprenants allophones ne pourraient-elles pas relever en partie de la façon dont leur culture d’origine conçoit le temps, la durée, l’attente, l’absence... et du traitement linguistique du temps dans leur langue maternelle ? Après avoir convoqué les thèses sur le relativisme culturel et linguistique d’ethnolinguistes comme Sapir, Whorf, Hall, dont les travaux prolongent les théories de Herder et Von Humboldt, l’auteur tente de décrire une démarche didactique interculturelle de l’apprentissage des temps verbaux en FLE qui tiendrait davantage compte de la langue et de la culture d’origine des apprenants selon une approche à la fois comparatiste et empathique, susceptible de dégager les paramètres culturels de la conception du temps. Pour ce faire, il s’appuie sur l’exploitation d’une chanson travaillée en cours de FLE avec les étudiants.

11Eugenia Arjoca-Ieremia reprend la notion de « concordance des temps » et l’intègre dans le cadre de la linguistique textuelle. L’auteure propose deux acceptions : dans la première, la concordance est synonyme de l’ harmonie temporelle qui gouverne un texte : la cohérence textuelle impose une correspondance entre les temps employés dans les propositions principales (indépendantes ou régissantes) et le point de repère choisi (le moment de l’énonciation (T0) ou un moment situé avant ou après T0). Dans la seconde acception, la concordance correspond à une relation de dépendance unilatérale, au niveau syntagmatique, du morphème temporel du verbe régi par rapport au morphème temporel du verbe régissant. L’auteure observe la concordance des temps en français et en roumain et montre des différences entre les deux langues.

12Ligia Stela Florea traite des emplois modaux du futur et notamment d’un emploi du futur antérieur appelé « futur expansif » ou « futur de bilan ». Après une succincte revue des interprétations qu’il a suscitées en grammaire descriptive, en sémantique et en linguistique de l’énonciation, l’auteure propose une approche s’inspirant à la fois de la pragmatique procédurale genevoise et des propositions de Reichenbach. Comme ses emplois temporels et aspectuels, les emplois modaux du futur peuvent être dérivés, à deux exceptions près, de deux sémantiques de base : P – E ou E – R L’implicitation du point de perspective permet, en relation avec les informations contextuelles, de réinterpréter certaines valeurs de base comme des valeurs liées à l’attitude propositionnelle ou illocutoire.

13Cyril Aslanov se penche sur l’emploi du futur proche ou simple en fonction de passé perfectif (passé simple ; passé composé) en français contemporain. Ce phénomène rappelle étrangement le processus de grammaticalisation qui a amené à la cristallisation du tour anar + infinitif en un parfait périphrastique en catalan. Dans quelle mesure la tendance récente du français moderne à employer le futur et notamment le futur proche en fonction de passé perfectif constitue-telle l’actualisation d’une tendance structurelle que le catalan et certains dialectes de l’occitan ont systématisée ? Les premières manifestations de cette tendance consistent en analogies purement mécaniques entre des formes verbales d’origine très différente mais néanmoins unies par une ressemblance trompeuse.

14Estelle Moline s’intéresse à l’interprétation de la relation entre une forme gérondive et le verbe dont elle est syntaxiquement dépendante. Elle montre que s’il existe bien deux valeurs temporelles attribuables à cette relation, l’une de repérage, l’autre de concomitance, il s’agit non pas de valeurs primitives, mais au contraire de valeurs établies par défaut, dans la mesure où les autres effets de sens (cause, moyen, hypothèse, concession, manière) ne sont pas systématiquement inférables à partir d’une relation temporelle initiale. L’auteure précise ensuite les principales notions enjeu et indique quelques indices linguistiques contribuant à l’interprétation, celle-ci résultant pour l’essentiel de la confrontation du contenu lexical des prédicats utilisés avec des connaissances extralinguistiques relatives au monde dans lequel nous vivons.

15Adina Tihu étudie les valeurs fondamentales et contextuelles (temporelles, aspectuelles et modales) de l’adverbe roumain odatǎ et de ses correspondants français. L’auteure décèle des convergences avec le français : adverbe topologique, il situe le procès à une date indéterminée dans le passé ou dans l’avenir ; dans les constructions participiales, il souligne l’aspect perfectif du procès, tout en marquant l’antériorité. À la différence du français il peut, employé seul ou dans la locution prépositionnelle odatǎ cu, exprimer aussi la concomitance à laquelle peut s’ajouter une valeur causale. Partiellement désémantisé, l’adverbe peut avoir des valeurs discursives, pragmatiques. Spécifiques au roumain sont aussi, dans le registre populaire, l’aspect ponctuel et l’emploi adjectival superlatif.

16Véronique Lagae et Injoo Choi-Jonin analysent la préposition dès. Leur étude synchronique permet de la caractériser comme une préposition à valeur fondamentalement temporelle qui, même lorsqu’elle est construite avec un nom ou un adverbe locatif, n’a pas de valeur proprement spatiale. Le régime de la préposition étant conçu comme un seuil, dès peut construire un point de départ, mais dans certains cas, il localise uniquement le procès. Dès véhicule en outre une présupposition de précocité par rapport à une norme, qui peut donner lieu à une valeur argumentative de causalité immédiate (cf. le connecteur argumentatif dès lors). Il résulte également de cette étude que l’expression de la précocité est plus fondamentale dans la sémantique de dès que le marquage du point de départ.

17Nelly Flaux et Dejan Stosic traitent des noms, qu’en s’inspirant de Husserl on peut appeler « noms d’idéalités » (sonate, poème, roman, mot, phrase). Contrairement à ce que l’on trouve dans la littérature à propos de certains de ces noms, les auteurs soutiennent qu’ils ne dénotent pas des événements, même s’ils entretiennent un rapport non trivial avec le temps (pour advenir à l’existence, une sonate doit être jouée, un roman doit être lu, une phrase doit être prononcée, etc.). À partir d’une étude sur corpus de leur combinaison avec un certain nombre de prépositions, les auteurs montrent que le « degré d’événementialité » des noms d’idéalités est moindre que celui des noms d’événements.

18Jan Goes étudie les adjectifs de repérage temporel. Parmi les adjectifs non-prédicatifs, un certain nombre peuvent être considérés comme des adjectifs de repérage temporel (ancien, actuel, défunt, futur, regretté, vieux) : ils situent dans le temps un événement ou un trait associé de façon intrinsèque au référent. Un de leurs traits saillants est qu’ils refusent la fonction attribut. S’agit-il pour autant d’adjectifs « homonymes » des adjectifs qualificatifs ancien, actuel, vieux ? Contrairement aux tenants d’un adjectif « du troisième type » (à côté des adjectifs qualificatifs et des adjectifs relationnels) l’auteur pense qu’il s’agit d’un comportement syntactico-sémantique particulier des mêmes adjectifs. Il illustre son propos par une analyse desdits adjectifs de repérage temporel.

19Alexandra Cunitǎ se penche sur la question complexe de la temporalité, facteur essentiel de la cohérence textuelle. Une analyse rigoureuse de l’expression linguistique des relations temporelles doit tenir compte des relations aspectuelles qui s’établissent dans la phrase et dans le texte entre les différentes catégories de marqueurs. En tant qu’unités de langue, les marqueurs aspectuo-temporels relevant de la catégorie des verbes et des adverbiaux, ainsi que les temps grammaticaux, ont des valeurs prototypiques – ou transmettent des instructions – qui semblent les définir et les distinguer clairement les uns des autres. Au niveau textuel, il y a interaction des uns avec les autres et des conflits sémantiques apparaissent, conflits dans la résolution desquels le principe de cohérence joue un rôle prépondérant.

20Elena Cornes et Florica Hrubaru analysent l’expression de l’accompli dans le verbe roumain en le comparant au français. Les auteures montrent qu’en roumain, contrairement à ce qu’affirment les grammaires, le verbe a fi « être » est utilisé comme auxiliaire pour réaliser le passé composé de certains verbes, en concurrence avec l’auxiliaire a avea « avoir » et pour réaliser une forme composée de plus-que-parfait en concurrence avec la forme simple du même tiroir. Le passé composé réalisé avec l’auxiliaire a fi « être » marque l’état résultant avec des verbes qui indiquent le passage du sujet d’un état à un autre, et l’état résultant relève d’une propriété acquise par le référent du sujet syntaxique du verbe. Avec les mêmes verbes, le plus-que-parfait roumain connaît une forme composée avec l’auxiliaire a fi « être », et cette forme composée exprime l’état résultant de l’événement accompli.

21Maria Tenchea étudie les rapports d’équivalence relatifs à la catégorie de l’aspect qui s’établissent au cours de l’opération traduisante entre le roumain et le français et présente les situations qui mettent en jeu des verbes et des adverbes aspectuels fonctionnant comme termes explicitants (i. e. qui figurent dans le texte traduit, mais dont le correspondant n’apparaît pas dans le texte source). L’emploi de ces verbes dans des périphrases aspectuelles ainsi que celui d’adverbes aspectuels présuppositionnels (fr. toujours, encore, déjà et roum. tot « toujours », mai « encore »/ « (ne) plus », încǎ « encore »/ « déjà », déjà « déjà ») permet à la fois de préciser certaines nuances d’aspect et d’étoffer l’énoncé, en lui donnant du rythme et du relief. Il existe également certaines contraintes de nature contrastive.

22Danièle Van de Velde montre que la compatibilité des prédicats d’état résultant avec des adverbes de manière orientés vers le sujet (Ma voiture est soigneusement réparée) résulte de la structure logico-conceptuelle des verbes causatifs de changement d’état (pour un verbe comme réparer, « x agit sur y en sorte que y est réparé ») : l’agent, en exerçant sur le patient une force qui le transforme, transfère sur l’état résultant certaines des qualités qu’il « met » dans son action (Il a mis grand soin à réparer ma voiture). L’auteure met en évidence le fait que l’acceptabilité est corrélée à des facteurs aspectuels : l’action de l’agent doit s’exercer jusqu’à l’accomplissement de l’état résultant, ce qui explique que certains prédicats d’état résultants ne soient pas compatibles avec un adverbe de manière orienté vers le sujet (*Ce poisson est soigneusement cuit).

23Dany Amiot et Dejan Stosic s’intéressent au lien qui peut être établi entre l’aspect et l’évaluation ; dans ce but, ils étudient, d’un point de vue morphologique et sémantique, un ensemble d’environ 170 verbes déverbaux du français formés à l’aide d’un des suffixes suivants : -eter (voleter), -oter (siffloter), -asser (rêvasser), -onner (mâchonner), -iner (trottiner), -Vcher (pleurnicher), -iller (sautiller), -Viller (criailler). Les auteurs montrent d’abord qu’un large éventail de valeurs (diminutive, itérative, conative, incassative, tentative, dépréciative, etc.) caractérise ces dérivés et que la construction de celles-ci possède à la fois une dimension aspectuelle (par le biais de la pluralisation interne des procès, qui a souvent pour corollaire la modification de leur structure interne), mais aussi une dimension évaluative : les verbes suffixés dénotent des procès conçus comme n’étant plus en tous points conformes aux procès dénotés par les bases. Est abordée aussi la question du lien préférentiel qui lie les évaluatifs déverbaux à l’atélicité et à l’intransitivité.

24En dépit de la grande diversité des choix épistémologiques, théoriques et méthodologiques des auteurs, le présent volume témoigne du fait que le dialogue entre langues et cultures différentes est non seulement nécessaire, mais possible. Au-delà de tout ce qui nous sépare, l’important est ce qui nous unit : la passion pour la linguistique qui ne connaît ni barrières, ni frontières.

Author(s)

© Artois Presses Université, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search