Version classiqueVersion mobile

Le Verbe

 | 
Cécile Avezard-Roger
, 
Belinda Lavieu-Gwozdz

Introduction

Cécile Avezard-Roger et Belinda Lavieu-Gwozdz

Texte intégral

1Le 12 janvier 2011, s’est tenue à Arras une Journée d’Études intitulée « Le verbe : perspectives linguistiques et didactiques ». Organisée conjointement par l’Université d’Artois (laboratoire Grammatica, EA 4521) et l’IUFM Nord – Pas de Calais, cette manifestation a réuni des conférenciers d’horizons différents (linguistes, didacticiens, formateurs et conseillers pédagogiques) en présence d’un auditoire, diversifié lui aussi – enseignants, didacticiens, responsables de formation pédagogique, chercheurs, linguistes et étudiants.

2Ce volume propose quatre des contributions présentées lors de cette journée, que viennent compléter quatre autres articles, sollicités après coup afin d’en enrichir le propos.

3Les réflexions se sont organisées autour de la notion de verbe, tant d’un point de vue linguistique que didactique, en vue de croiser les regards et de faire se rencontrer ces différentes approches.

4Pourquoi avoir mis le verbe à l’honneur de cette journée de travail, une nouvelle fois pourrait-on dire ? Il est vrai que la réflexion autour de cette classe grammaticale n’est pas nouvelle. Cette notion est l’objet de nombreuses recherches en linguistique et fait également partie des préoccupations récurrentes des enseignants confrontés aux difficultés de leurs élèves dans ce domaine.

5Ainsi se pose la question générale de la transposition didactique : comment passer du savoir savant au savoir à enseigner ? Ces préoccupations animent les réflexions des linguistes depuis les années 1980 : il ne s’agit plus alors de considérer la didactique comme une simple application des savoirs de référence (tous les résultats de la recherche linguistique ne sont d’ailleurs pas forcément transposables à l’enseignement) mais de montrer comment transposer ces données pour les rendre assimilables par les élèves. Dans cette optique, nous n’oublierons pas non plus de tenir compte des conditions de travail réelles des enseignants, de leurs savoirs et leurs expériences, ainsi que des capacités cognitives des élèves et leur motivation, en cohérence avec les objectifs fixés par les instructions officielles.

6En ce qui nous concerne, nous avons souhaité interroger le lien entre linguistique et didactique au niveau du verbe, afin de montrer comment utiliser les acquis de la recherche dans ce domaine pour proposer un enseignement plus efficace et permettre aux élèves une meilleure compréhension de son fonctionnement.

7Faisant suite à des études similaires (on citera notamment en 2004 et 2005 Le verbe dans tous ses états. Grammaire, sémantique, didactique, Coll. « Dyptique », Cedocef, Presses universitaires de Namur), cette publication souhaite faire le point sur ces questions dans un domaine en constante évolution.

8Les auteurs des articles ont ainsi tenté de montrer de quelle manière les recherches en linguistique, notamment dans le domaine de la syntaxe, peuvent fournir des bases pertinentes applicables à l’enseignement, afin d’aider les élèves dans leur compréhension des phénomènes en question.

9Dans leur article, Claudie Péret et Jean-Pierre Sautot insistent sur la nécessité de repenser la didactique de la grammaire en général et du verbe en particulier de façon à tenir compte des représentations et des savoirs en construction des élèves. Dans cette optique, ils présentent les résultats d’analyse d’un corpus de plus de 200 productions d’élèves de 7 à 16 ans qui leur permet de mettre au jour les représentations des élèves à propos du « verbe », en les confrontant aux prescriptions institutionnelles. Ils montrent ainsi le décalage important entre l’usage et les compétences attendues dans ce domaine, formulées dans les programmes pour l’école primaire. Ces résultats amènent également les auteurs à s’interroger sur la liste des notions à enseigner en conjugaison ainsi que sur la notion d’auxiliaire.

10Adeline Chailly, Solveig Lepoire-Duc et Dominique Ulma s’intéressent, quant à elles, aux critères définitoires utilisés par les élèves pour identifier le verbe. À partir d’un corpus recueilli auprès de 185 élèves du CP au CM2, elles dressent une cartographie des procédures mobilisées et en montrent la diversité (entrée sémantique, morphologique...). Elles observent tout particulièrement la manière dont l’attribut « temps » intervient dans les représentations que les élèves se construisent sur le verbe.

11De leur côté, Corinne Gomila et Marie-Noëlle Roubaud, partant des programmes de 2008, qui posent désormais comme compétence attendue l’identification du verbe par les élèves de cycle 2, se posent les questions suivantes : comment un élève de cours préparatoire identifie-t-il le verbe ? Quelles sont ses représentations sur cette unité particulière et quels savoirs convoque-t-il pour la reconnaître ? Par le biais d’entretiens individuels menés auprès de jeunes élèves, les auteures nous livrent les représentations des élèves sur cette catégorie grammaticale, particulièrement difficile à appréhender et montrent quels sont les savoirs mobilisés lors de cette tâche.

12Patrice Gourdet envisage pour sa part l’enseignement de la morphologie verbale au CE2. Après avoir fait le point sur les apports de la linguistique dans le domaine de la conjugaison, il dégage un certain nombre de principes essentiels pour une reconfiguration didactique de cet enseignement spécifique. En insistant par exemple sur la nécessaire prise en compte de l’oral et de la fréquence d’usage des différentes formes verbales, il montre qu’il est tout à fait possible de dégager les régularités de la conjugaison, pour permettre aux élèves d’en comprendre les règles de formation. À cette fin, il propose un certain nombre de pistes pédagogiques sous la forme d’une progression.

13Dans la continuité de ces différentes réflexions, Fabienne Calame-Gippet propose dans son article un outil à l’usage des enseignants, faisant apparaître sous la forme d’un tableau de progression, les différents critères pour reconnaître le verbe, en fonction des cycles et des niveaux. Elle revient sur les conditions d’élaboration de cet outil, mis en œuvre dans le cadre d’une mission de l’Inspection Académique du Nord et sur les discussions qui ont animé l’équipe. Cet outil plaide pour la prise en compte d’une diversité de critères dès le CP.

14Dans le cadre de cette publication, Cécile Avezard-Roger s’intéresse particulièrement à trois temps composés que les élèves doivent être capables de repérer, d’utiliser à bon escient et de conjuguer à la fin du cycle 3 : passé composé, plus-que-parfait et futur antérieur. L’auteure part de l’observation de manuels scolaires de cycle 3 sur ces notions, puis fait l’hypothèse (et la démonstration) que la notion d’aspect grammatical est à prendre en compte pour un enseignement/ apprentissage plus efficace de ces temps, et est susceptible de fournir aux élèves des outils pour mieux se repérer, tant dans la/ les valeur(s) de ces temps que dans la connaissance et la compréhension de leurs règles de formation.

15La contribution de Caroline Lachet porte sur la morphologie du verbe et plus spécifiquement sur le verbe au subjonctif. L’auteure part de l’apparente désorganisation du système verbal et propose une classification des verbes au subjonctif en dégageant des régularités (orales et écrites) de fonctionnement pour pallier les écueils des manuels scolaires que l’auteure analyse finement.

16L’article de Belinda Lavieu-Gwozdz qui termine le volume, s’intéresse au verbe dans sa dimension syntaxique et propose d’observer plus précisément la complémentation verbale. L’auteure démontre que les étiquettes « complément de verbe » et « complément de phrase » sont insuffisantes et que désormais pour rendre compte du fonctionnement du SV, il est nécessaire de distinguer trois types de compléments, ce que les manuels scolaires ne prennent pas en compte.

17 Par leur diversité, les contributions proposées dans ce volume apportent un nouvel éclairage sur des questions centrales relatives à l’enseignement/ apprentissage du verbe. Elles permettent de mettre en évidence le lien étroit entre recherche linguistique et application didactique dans ce domaine et de réfléchir sur les conditions d’une transposition didactique, en vérifiant la pertinence des propositions faites dans le cadre d’expérimentations menées en classe. En proposant une réflexion sur les critères identificatoires de cette unité ou sur l’organisation du système verbal, en portant une attention particulière sur les manuels scolaires ou encore sur les constructions syntaxiques dépendant du verbe, les études proposées ici ébauchent aussi des pistes qui pourraient être envisagées utilement dans le cadre de la formation des enseignants.

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search