Version classiqueVersion mobile

L’enseignement-apprentissage des langues étrangères à l’heure du CECRL

 | 
Denis Vigneron
, 
Déborah Vandewoude
, 
Carmen Pineira-Tresmontant

Chapitre 3. Influence du CECRL sur les dispositifs pédagogiques et évaluatifs

Un enseignement et un apprentissage moderne et simplifié dans la pédagogie de la langue chinoise

Yueguang Li

Texte intégral

1Le chinois est la cinquième langue étrangère la plus enseignée en France derrière l’anglais, l’espagnol, l’allemand et l’italien. Un mécanisme d’enseignement du chinois couvrant l’apprentissage du primaire jusqu’au supérieur a été établi il y a quelques années.

2Bien qu’une méthode pédagogique existe et que la Chine ait déjà une balance commerciale favorable, les Occidentaux ne semblent toujours pas être très familiers avec la culture et la langue chinoises.

3Les difficultés méthodologiques et culturelles attirent notre attention et nous incitent à réfléchir sur l’organisation pédagogique de l’enseignement des langues vivantes, spécialement le chinois, nous évoquerons plus particulièrement les questions suivantes :

4Cette méthode existante est-elle réellement efficace pour maîtriser cette langue ? Devrait-elle être plus adaptée à la société moderne ?

5Avons-nous progressé dans l’enseignement du chinois ces dernières années ? Les méthodes sont-elles plus avancées et mieux adaptées aux besoins ou sommes-nous dans une pédagogie systématique et continuelle ?

6Quelles sont les difficultés dans l’enseignement du chinois rencontrées par les universitaires chinois ?

1. La modernisation de la pédagogie chinoise du 21e siècle

7Nous ne pouvons pas faire abstraction de l’éducation traditionnelle au profit de méthodes modernes d’enseignement. Cependant, il faut faire évoluer la pédagogie existante, cela devient même un enjeu majeur. Nous devons trouver une solution raisonnable.

1.1. La définition de la modernisation pédagogique

8La modernisation dans l’éducation est une question complexe. C’est un processus de transition de l’éducation traditionnelle à l’éducation moderne selon les besoins de modernisation sociale, politique, économique et culturelle.

9Elle comprend les trois points suivants :

  • La modernisation matérielle comme l’amélioration de l’environnement et du matériel d’enseignement,

  • La modernisation du mécanisme et de la gestion du système éducatif,

  • La modernisation spirituelle comme des idées et des contenus pédagogiques. La mise à niveau du contenu demande une reconstruction de l’ensemble du système. Il ne s’agit pas seulement du changement de certaines matières.

1.2. La clé de la modernisation

10La clé se trouve dans la modernisation de l’homme. La société moderne a besoin de nouvelles attitudes, de pensée moderne et de comportement adapté comme l’ouverture d’esprit, la créativité, la compréhension rapide et le progrès spirituel. L’éducation est une pratique humaine.

11L’un des objectifs est de renforcer le développement humain pour former des travailleurs qualifiés. Le but ultime de la modernisation de l’enseignement est d’éduquer l’homme. La qualité de ce dernier dépend de la modernisation de l’éducation. La pédagogie représente une partie importante dans l’éducation. Elle emploie des moyens nécessaires pour atteindre les objectifs pédagogiques. La modernisation, quant à elle, exige que les enseignants et les étudiants adoptent les attitudes et les comportements modernes.

1.3. Les conseils sur la pédagogie moderne chinoise

12La pédagogie évolue lentement dans la longue histoire de l’éducation chinoise. Comment construire la nouvelle pédagogie dans l’enseignement de la langue chinoise au XXIe siècle ?

13Pour cela, il est nécessaire de changer les idées pour se préparer à entrer dans un monde en mutation. Nous devons nous efforcer de changer les mentalités afin de parvenir à la modernisation de l’enseignement. La pensée symbolise le guide de l’action. La modernisation de l’esprit décide les activités idéologiques modernes. La construction d’un homme compétent constitue le principal objectif dans le processus de la modernisation pédagogique. C’est le centre de la pensée éducative. Notre communauté a besoin de personnes talentueuses et polyvalentes.

14Ces personnes doivent être présentes dans le monde qui les entoure et évolue. Elles doivent être en mesure de sélectionner et de comprendre de nouvelles connaissances, d’intégrer dans leur enseignement de nouvelles applications scientifiques pour s’adapter au développement scientifique, technologique et économique de la société. Il faut acquérir de nouvelles attitudes, un mode de pensée innovant et des compétences variées, pour répondre aux exigences du monde moderne. L’enseignant doit prendre part aux activités sociales, au commerce international et à la communication humaine et, pour cela, posséder les qualités requises, à la fois des dispositions psychologiques et des aptitudes esthétiques. Un esprit d’innovation et de créativité s’avère donc un atout indispensable pour que l’enseignant mène à bien sa mission.

15Par conséquent, il est primordial que la pédagogie scolaire soit capable de former ce genre de personnes. Le rôle de l’école consiste à découvrir les talents de chaque apprenant, à accompagner l’élève dans son apprentissage, à lui permettre de se perfectionner et d’acquérir ainsi les compétences nécessaires pour qu’il s’épanouisse dans son domaine de prédilection. Mais dans l’enseignement traditionnel chinois, les élèves ne sont classés que par leurs notes, souvent par trois catégories : bon, moyen ou mauvais. Le classement est affiché à la fin du semestre au collège et au lycée. Les parents sont souvent convoqués après l’affichage des résultats. Les bons élèves peuvent obtenir une bourse de l’État ou de l’école, ils sont bien souvent encouragés et félicités par les parents et le corps enseignant. En revanche, les « mauvais » élèves sont montrés du doigt et exclus.

16Dans cette perspective, l’étudiant est formé selon les mêmes normes, comme un produit ou un objet. La personnalité de l’élève n’est pas valorisée. Cette méthode ne répond plus aux besoins sociaux de la société actuelle, chaque compétence doit être développée. Cependant, les gens sont toujours jugés sur le seul critère de l’évaluation scolaire. Pour atteindre le niveau le plus élevé, les élèves sont obligés de suivre les cours huit heures par jour, même le week-end et les vacances sont consacrées aux devoirs, aux concours, aux formations supplémentaires choisies par les parents. Pour réussir l’examen et être plus compétents que les autres, les élèves consacrent tout leur temps à apprendre, à réviser, à mémoriser et à répondre aux questions sur papier. La personnalité et la créativité ne sont pas prises en compte dans l’évaluation.

17Il est nécessaire d’examiner la méthode d’évaluation qui tend à valoriser uniquement les connaissances quantitatives et les résultats de performance plutôt que la qualité et le développement personnel. De plus, il s’agit d’une évaluation des enseignants et non d’une auto-évaluation des élèves. Le résultat est construit autour des résultats d’apprentissage, et la capacité de chaque élève n’a pas été entièrement explorée. Les élèves portent un lourd fardeau psychologique. La pédagogie moderne consiste à enseigner non seulement les savoirs mais aussi la morale et à solliciter la curiosité des élèves. Nous devons envisager des évaluations à la fois qualitatives et quantitatives. Outre les enseignants et les écoles, les parents et les élèves peuvent également être mobilisés pour participer à l’évaluation. Sur le contenu d’examen, il est important de noter les problèmes rencontrés pendant le processus d’apprentissage, de les identifier et d’y apporter des solutions. Il est indispensable de prendre en compte les différences de niveaux entre les élèves afin de les aider à prendre confiance en eux et à évoluer librement dans leurs apprentissages. La pédagogie chinoise trop rigide ne reconnaît pas la différence humaine, elle est trop « mécanique » et systématique. De plus, cette méthode traditionnelle entre en conflit direct avec le développement rapide des autres domaines en Chine. Cet archaïsme se confronte à la modernisation sociale et ces défauts du système éducatif commencent à être rectifiés.

2. Les avancées récentes en linguistique et enseignement du chinois

18L’enseignement du chinois comme langue étrangère a connu des progrès linguistiques dans les domaines suivants :

2.1. Les grammaires du discours

19Nous avons développé les grammaires du discours sur la base des grammaires traditionnelles centrées sur la syntaxe de la phrase et sur l’organisation en unités et en paragraphes. Pour simplifier la grammaire ainsi que pour aider les étudiants à s’exprimer plus facilement et plus rapidement, il est clair que nous ne devrions plus nous arrêter aux structures strictes de la phrase.

20En matière de grammaire du discours, la phrase est composée d’un thème (sujet) et de commentaires. Nous considérons que le thème est la partie dominante dans la structure de la phrase chinoise. Bien sûr, la structure de « sujet + prédicat » reste la base linguistique. L’idée est confirmée par des sinologues comme le professeur Chang Haixing :

Image 10000000000002150000002EDD94E1A68A56C67B.png

La structures des phrases sujet et prédicat est une des structures de bases dans la langue chinoise, elle est apparue très tôt, les caractéristiques structurelles sont significatives.1

21L’introduction de « thème + commentaire » devrait poser moins de problèmes à des élèves français, car leur langue maternelle est une langue où le thème joue un rôle important. Dans le discours réel, nous disons plus facilement « lui, mon frère, il a dit que demain il allait à l’école » plutôt que « mon frère m’a dit que demain il allait à l’école ».

22Il est intéressant de se demander si, dans ce cas, il ne serait pas plus approprié d’introduire l’expression « moderne », c’est-à-dire les phrases courantes du quotidien et non le langage littéraire, tout au moins dans les premiers stades d’apprentissage, des structures telles que :

Image 10000000000001D20000006A93C5B4F85ABF961A.jpg

Le temps Image 100000000000002F0000001D48C05C1AE9A3310B.jpg(demain) est précisé dès le début, le verbe Image 100000000000001E0000001C89C6B8DB7BDD6B8E.jpg(va) remplace Image 10000000000000330000001EDA33B153E951FC3A.jpg(allait aller), dans les grammaires du discours, certains verbes ne se « conjuguent » pas.

Image 100000000000016400000068A55E93A9FD6AF4B1.jpg

L’utilisation de Image 100000000000001E0000001CED534F3252F40520.jpg, un marqueur d’objet prétransitif, est particulièrement complexe, c’est un point grammatical qui fait obstacle à la compréhension et à la pratique pour les débutants dans les grammaires du discours. Nous avons donc « simplifié » la structure.

23Certaines de ces avancées récentes ont été déjà intégrées dans la pédagogie de l’enseignement du chinois comme seconde langue étrangère. Nous ne savons pas encore si elles donnent des résultats positifs. Le travail reste à faire.

2.2. L’adoption de la linguistique cognitive

24L’intégration de la linguistique cognitive mérite aussi d’être présentée et expliquée dans l’enseignement du chinois comme seconde langue. Lorsqu’on rencontre certains points grammaticaux très abstraits et difficiles à comprendre, nous essayons de créer des stratégies pour rendre la tâche plus facile.

Prenons pour exemple un locatif Image 100000000000001B0000001D4D026ACE45700B93.jpg, qui exprime une relation spatiale entre deux objets. Le premier de ces objets – appelons-le « cible »– constitue l’entité à localiser, et le second – appelons-le « site »– sert de repère à la localisation. Comment rendre compte des différentes significations de Image 100000000000001B0000001B9824D6821416B4AD.jpg? Par exemple :

Image 1000000000000100000000C4E25032C593C6ED73.jpg

Donc Image 10000000000000200000001E791EC6049B971F59.jpgse traduit par « sur », « dans », « en » et « à ». Comment expliquer cet aspect aux étudiants pour éviter toute confusion ?

25Trois stratégies sont possibles :

Premièrement— Image 10000000000000440000001FA07CD618C153B868.jpg(la polysémie infinie), stratégie qui consiste à dresser une liste de toutes les occurrences du mot « sur », « dans », « en », « à » etc. et à renoncer à lui attribuer une signification uniforme,

Deuxièmement Image 10000000000000440000001D7E541D737E1012DF.jpg(la contextualisation), qui suppose que la signification du mot dépend entièrement du contexte,

Troisièmement Image 10000000000000960000001C33AB3DEA91023864.jpg(le noyau et les autres sens), solution qui cherche à montrer une sorte de « noyau de signification » qui peut être retenu de façon précise et qui est modifiable ensuite par diverses situations menant à des usages spécifiques. Ce noyau de significations correspond aussi à un usage particulier, particulièrement fréquent et typique.

26Cette dernière stratégie est adoptée davantage en linguistique cognitive. Cette notion permet également d’expliquer pourquoi les phrases suivantes ont un sens différent, alors que le français ne fait pas de distinction : « il saute sur la scène ».

Image 10000000000000DE0000006E01274CEEA8A01152.jpg

27En chinois, toutefois, le premier signifie qu’il saute ou plutôt danse sur la scène, et le second veut dire qu’il saute d’un bond pour arriver à la scène.

Nous expliquons que l’ordre de certains mots, comme Image 100000000000001A0000001CB8AC78FA2946C438.jpgpar rapport Image 100000000000001E0000001C0CFBBCF9CDE8F58A.jpgun autre mot locatif, le noyau n’a pas changé, mais le sens de la phrase n’est pas identique.

28Les enseignants de la langue chinoise peuvent tirer parti de ce principe dans la pratique pédagogique, car ces stratégies d’enseignement sont universelles. Elles sont susceptibles d’être exploitées quelle que soit la nationalité de l’apprenant.

2.3. L’intégration de la culture chinoise dans l’apprentissage moderne

29Certaines étapes ne peuvent pas être vraiment simplifiées, tel l’apprentissage de l’écriture, perçu par les élèves étrangers comme un dessin. Pour rendre ces leçons linguistiques moins « ennuyeuses », nous devons l’associer à l’enseignement de la culture.

Par exemple, dans l’enseignement du vocabulaire de couleurs Image 10000000000000300000001D6972A8F770BA590E.jpg, nous présentons la couleur rouge Image 10000000000000320000001ED5653FB720A52B58.jpgcomme une couleur de fête, mais combinée avec d’autres mots, cela sera complètement différent selon nos coutumes. En effet, Image 10000000000000300000001B0151A7E1BE8CF86C.jpg,Image 10000000000000200000001B69BCF6E07630F73C.jpg signifie les yeux, Image 10000000000000340000001C1A09F45A7688BB13.jpgne veut pas dire « les yeux sont rouges », mais la « jalousie ». Quand on apprend les chiffres, les élèves sont plus intéressés si on leur explique que Image 100000000000001F0000001A6AAA729436B2F8F8.jpg(2) signifie parfois « bête », « maladroit », que le Image 100000000000001D0000001B3DEAC8C3CE268CBE.jpg(8) est le chiffre préféré des Chinois, qu’il veut dire « riche », et que Image 100000000000001B0000001C2AD62AB744527630.jpg(4) est le chiffre le moins favorable à cause de sa prononciation presque identique au mot Image 100000000000001F0000001C0730F13686724A3B.jpg(mourir). Pendant le cours de la présentation des animaux, nous abordons souvent l’astrologie chinoise, telle que Image 10000000000000200000001C0C762280B7EF19FF.jpg(cheval) signifiant la liberté, Image 10000000000000200000001D37EA1B2C8F190873.jpg(chien) symbolisant la fidélité. Ils ont pratiquement le même sens en français.

30Nous comparons également la culture chinoise à la culture étrangère. Il y a des différences culturelles certaines sur le plan symbolique : en France, le blanc est la couleur de la royauté, alors qu’en Chine, c’est le jaune ; les hommes chinois ne portent jamais de chapeau vert, car il est l’attribut des hommes trompés, mais en France, ce n’est pas le cas ; les Français aiment la tortue, car l’animal renvoie à la longévité de la vie, alors qu’en Chine, il signifie « la tromperie », dans un certain contexte.

31Ces méthodes pédagogiques sont plutôt efficaces pour obtenir un résultat qualitatif satisfaisant.

3. Les problématiques dans l’enseignement chinois en France

32La langue chinoise était autrefois considérée comme un langage exotique pratiquée dans un pays lointain. Maintenant, elle est devenue la cinquième langue la plus enseignée dans le secondaire en France. Depuis, chaque année, le nombre d’étudiants augmente. Le chinois y est désormais plus enseigné que l’arabe ou le russe en France.

33Ce changement n’est pas lié à l’augmentation de la population chinoise, car la langue maternelle de la plupart des étudiants en langue chinoise est le français. Cette demande est due au fort développement de la Chine, devenue la destination préférée des expatriés en Europe. C’est aussi la deuxième puissance économique mondiale. Le chinois est désormais considéré comme un atout dans un concours scolaire ou un entretien professionnel. Il est devenu une langue de marché, une nécessité économique. Mais cette forte croissance de l’apprentissage de la langue constitue aussi un défi pour l’enseignement, la pédagogie doit s’adapter aux besoins différents et aux rythmes demandés.

34Le chinois est de plus en plus enseigné dans les établissements scolaires en France, où trente-trois mille élèves suivent un enseignement de mandarin dans 593 collèges et lycées. C’est 13 % de plus qu’il y a un an et 400 % de plus qu’il y a dix ans, selon Joël Bellassen, Inspecteur Général de Chinois au Ministère de l’Éducation Nationale. Cet attrait pose de véritables défis à l’éducation nationale, avec un déficit d’enseignants titulaires, d’encadrement d’inspection et de formation. La note de M. Bellassen conseille d’envisager son enseignement dès le collège, voire dès l’école primaire, afin que « son apprentissage constitue un investissement fécond »2.

3.1. Le manque de communication entre le secondaire et le supérieur

35Comment renforcer les compétences acquises à l’école secondaire et poursuivre des études supérieures ? Notre objectif est de déterminer les besoins et de faire évoluer positivement l’enseignement.

Le contenu de l’enseignement du chinois est basé sur Image 10000000000000830000001CB670335F907BF327.jpgHSK (Hanyu Shuiping Kaoshi, l’examen du niveau de chinois), mais nous n’avons plus aucun appui sur le futur niveau espéré dans l’enseignement supérieur, nous devons avouer que nous n’avons pas vraiment établi de nouvelles normes après le baccalauréat.

36Pour les étudiants qui changent d’établissement lors de leur entrée dans l’enseignement supérieur, le suivi pédagogique est rompu. Pourtant, ces élèves ne demandent qu’à poursuivre leur apprentissage du chinois au niveau supérieur. Seulement, à l’université, les enseignants ne suivent pas les mêmes règles pédagogiques que celles imposées au lycée. On constate donc un manque évident de communication entre le secondaire et le supérieur.

37Par conséquent, nous devons d’abord nous demander ce que les étudiants ont acquis, ce qu’ils envisagent de poursuivre, ce que nous devons fournir comme matériel et comme contenu de cours en tant qu’enseignant. L’objectif est d’aider les élèves autant que possible dans leur future carrière ou dans leur épanouissement personnel. Notre rôle est de les encourager à la découverte et à la recherche de la culture et de la civilisation chinoises.

38Pour atteindre ces objectifs, les nouvelles définitions pédagogiques sont nécessaires, notre méthode devrait être améliorée. Il est devenu urgent de nouer un lien entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur. Il faut tenir compte des opinions des enseignants de ces deux niveaux.

3.2. La pédagogie peu harmonieuse à l’université

39Les étudiants se répartissent en spécialistes ou non, le chinois pourrait être leur matière principale, leur deuxième langue étrangère ou seulement une langue vivante optionnelle. Les élèves sont soumis à des tests à l’école secondaire selon leur niveau. Nous devons intégrer ces niveaux différents dans la même classe à l’université, voire accepter les débutants qui ne sont pas admis dans les autres langues étrangères. Ainsi devons-nous répondre à cette situation spécifique : il y a tous les niveaux dans un groupe de la même année scolaire.

40Nous enseignons toutefois de la même façon avec le même manuel pour former les étudiants ou les professionnels. Nous avons besoin d’experts, mais les non-spécialistes sont majoritaires dans ces groupes, il faut donc préparer une méthode pédagogique différente3 :

Image 1000000000000223000000843707DE0AE35721D4.jpg

Un autre obstacle majeur qui limite la diffusion de la culture de la langue chinoise vers l’étranger est le manque de matériel didactique et pédagogique appropriée. En Europe, l’enseignement progresse lentement dans de nombreuses écoles, faute de matériel approprié, la qualité de l’enseignement est inférieure. Le sinologue et l’inspecteur général de chinois au ministère de l’Éducation nationale, Joël Bellassen a précisé que la promotion internationale du chinois n’est pas adaptée au marché français. Par conséquent il a dû demander des fonds au ministère de l’Éducation nationale pour développer le manuel4.

41Avant d’envisager une harmonisation des programmes dans le supérieur, il faudrait d’abord établir des programmes. Peut-on concevoir une progression pédagogique sans programme ni objectifs ? Il est clair qu’il revient à l’université d’accueillir et d’évaluer les étudiants dès leur rentrée. Existe-t-il un outil pertinent d’évaluation du niveau ? Est-il homogène ? Je suis persuadée que ce n’est pas le cas. Dans les universités, certains tests attendent par exemple des étudiants qu’ils sachent dire toutes les expressions en chinois parce que ces termes sont présents dans les textes étudiés dans certaines écoles secondaires.

42Il n’existe aucune harmonisation des programmes : on ne peut pas apprendre en quatre heures trente ce que l’on apprend ailleurs en onze heures. Par ailleurs, il faut reconnaître que la pédagogie a peu de place à l’université, malgré la motivation de notre équipe d’enseignants. En effet, nous nous heurtons là encore à un certain nombre de réalités. L’enseignant du supérieur est recruté sur la thèse qu’il a présentée mais n’est pas nécessairement spécialiste de l’enseignement d’une langue de niveau débutant et intermédiaire.

43En outre, toute la carrière des enseignants est en cause : nous ne pouvons progresser dans le supérieur qu’en poursuivant nos recherches. La pédagogie n’apporte que peu de reconnaissance professionnelle. Le problème est préoccupant, car les enseignants ne se sentent pas toujours concernés par les résultats de l’école. Ces étudiants pourront suivre un enseignement de la langue chinoise en petits groupes, mais qui va leur dispenser les cours ? Quel sera le contenu de ces cours ? Leur demande porte surtout sur la communication en langue étrangère. Or, actuellement, dans la plupart des universités, l’enseignement dispensé aux étudiants de langue vivante 2 ou 3 est presque le même que celui dispensé aux spécialistes de langue chinoise : exercices écrits, oraux, thèmes ou versions, langue des affaires, etc...

44Nous souhaitons, par exemple, en tant qu’enseignant de civilisation, de culture et de littérature, intégrer dans nos cours des notions de linguistique. La division entre langue et civilisation appartient au passé. Par ailleurs, il n’est aujourd’hui plus envisageable de sélectionner un enseignant uniquement sur sa thèse. Il faudrait également sélectionner les enseignants en fonction de leur capacité à enseigner la langue chinoise, à assurer un cours de langue.

45Au moment du recrutement, les enseignants s’engagent à faire les efforts nécessaires pour remplir les fonctions pédagogiques qu’implique l’enseignement d’une langue, même s’ils ne seront pas reconnus dans le cadre de leur progression de carrière.

Conclusion

46Dans ce processus d’apprentissage de la langue chinoise, nous avons une réelle responsabilité et devons surmonter de grandes difficultés. Nous devons compléter et surtout simplifier la pédagogie traditionnelle pour répondre au mieux aux besoins de nos étudiants et au développement mondial. La modernisation de l’enseignement nous impose une méthode plus adaptée. Pour faire connaître la langue et la culture chinoises aux étrangers, il nous reste donc encore beaucoup de chemin à parcourir. Un recensement des informations devient, en effet, nécessaire ainsi qu’une remise à jour de la situation actuelle de l’enseignement du chinois.

Notes

1 Chang Haixing Image 100000000000003C0000001CFE96E95B43CBA38E.jpg, « Hanyu zhuwei weiyuju yanjiu gaishu » Image 100000000000007B0000001EA9E1C25867D7CB7A.jpgImage 10000000000000670000001A67E47D162400D0E7.jpg(les études aux structures des phrases sujet et prédicat), Guizhou Image 10000000000000300000001ACEC2381DDA6B15E5.jpg, Guizhou shifan xueyuan yuanbao Image 100000000000009C0000001B8D77028932635A7D.jpg, vol. 28, n° 1, 2012, p. 32.

Image 100000000000002C0000001A34A8BAE601A10A0F.jpgImage 100000000000009C0000001BC1774667195801A7.jpgImage 10000000000000660000001C1301C4EAB9797736.jpgImage 100000000000001C0000001B7781FADB8C561181.jpg

2 Image 100000000000003C0000001CFE96E95B43CBA38E.jpgImage 100000000000007B0000001EA9E1C25867D7CB7A.jpgImage 10000000000000670000001A67E47D162400D0E7.jpgImage 10000000000000300000001ACEC2381DDA6B15E5.jpgImage 100000000000009C0000001B8D77028932635A7D.jpg« L’enseignement du chinois en plein boom en France », Le Monde, Paris, 23/04/2013.

Image 100000000000002C0000001A34A8BAE601A10A0F.jpgImage 100000000000009C0000001BC1774667195801A7.jpgImage 10000000000000660000001C1301C4EAB9797736.jpgImage 100000000000001C0000001B7781FADB8C561181.jpg

3 Image 100000000000003C0000001CFE96E95B43CBA38E.jpgImage 100000000000007B0000001EA9E1C25867D7CB7A.jpgImage 10000000000000670000001A67E47D162400D0E7.jpgImage 10000000000000300000001ACEC2381DDA6B15E5.jpgImage 100000000000009C0000001B8D77028932635A7D.jpgYi Yao Image 100000000000002C0000001A34A8BAE601A10A0F.jpg« Duiwai hanyu jiaoyu zhi kun » Image 100000000000009C0000001BC1774667195801A7.jpg(les questions sur l’enseignement du chinois langue étrangère), Liaowang xinwen zhoukan Image 10000000000000660000001C1301C4EAB9797736.jpgImage 100000000000001C0000001B7781FADB8C561181.jpg(outlook weekly), 2008, n° 7.

4 Image 100000000000003C0000001CFE96E95B43CBA38E.jpgImage 100000000000007B0000001EA9E1C25867D7CB7A.jpgImage 10000000000000670000001A67E47D162400D0E7.jpgImage 10000000000000300000001ACEC2381DDA6B15E5.jpgImage 100000000000009C0000001B8D77028932635A7D.jpgImage 100000000000002C0000001A34A8BAE601A10A0F.jpgImage 100000000000009C0000001BC1774667195801A7.jpgImage 10000000000000660000001C1301C4EAB9797736.jpgImage 100000000000001C0000001B7781FADB8C561181.jpgTraduction réalisée par LI Yueguang.

Auteur

Textes et Cultures, Université d’Artois

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search