Version classiqueVersion mobile

L’enseignement-apprentissage des langues étrangères à l’heure du CECRL

 | 
Denis Vigneron
, 
Déborah Vandewoude
, 
Carmen Pineira-Tresmontant

Chapitre 3. Influence du CECRL sur les dispositifs pédagogiques et évaluatifs

Divergences et convergences autour de l’EMILE : quatre dispositifs sur le pôle toulousain

Nadia Yassine-Diab et Nolwena Monnier

Texte intégral

  • 1 Gail Taillefer, « CLIL in Higher Education : the (perfect ?) Crossroads of ESP and Didactic Reflect (...)

1L’Enseignement de Matières par l’Intégration d’une Langue Étrangère (EMILE – Content and Language Integrated Learning en anglais) a connu un développement sans précédent depuis une vingtaine d’années que ce soit au niveau de l’enseignement primaire, secondaire ou supérieur. Dans son article récent, Taillefer1 rappelle l’historique du développement de l’EMILE et montre le lien avec l’internationalisation de l’enseignement supérieur. En effet, il n’y a rien d’étonnant à ce développement. Comme l’expliquent Baetens, Beardsmore & Kohls :

  • 2 Hugo Baetens Beardsmore, John Kohls, « Immediate Pertinence in the Acquisition of Multilingual Prof (...)

EMILE/CLIL est une réponse à un des problèmes majeurs dans l’enseignement linguistique, car il permet aux élèves de percevoir la pertinence immédiate de l’effort requis pour l’acquisition d’une deuxième ou troisième langue, tout en se focalisant sur l’apprentissage d’une matière non linguistique. Par ce moyen, on détourne l’attention du problème de la motivation dans les cours de langues classiques qui requièrent un investissement intensif et à long terme pour de maigres résultats souvent déprimants.2

  • 3 Ce sont la circulaire 92-234 du 19 août 1992 et le Bulletin Officiel n° 33 du 3 septembre 1992 qui (...)
  • 4 Baetens Beardsmore, Hugo, CLIL/EMILE, « The European Dimension : Actions, Trends and Foresight Pote (...)

2Dans cette perspective, plusieurs dispositifs ont été mis en place à travers la France dans l’enseignement secondaire puisque les classes bilingues dans les sections européennes de lycée font leur apparition dans les Instructions Officielles dès 19923. Dans l’enseignement supérieur, sans aucune coordination nationale à ce jour, il est toutefois difficile d’en connaître réellement l’ampleur. Comme le note Hugo Baetens Beardsmore dans le rapport de l’Union Européenne sur l’EMILE, « la mise en œuvre d’EMILE/CLIL exige une coordination accrue des efforts de tous ceux qui sont impliqués dans l’amélioration de l’éducation linguistique »4. EMILE fait donc désormais partie du paysage pédagogique européen et de nouvelles initiatives voient quotidiennement le jour.

  • 5 Un tableau de synthèse des données collectées est disponible en Annexe 4.
  • 6 Historique de la mise en place de dispositifs EMILE sur le pôle toulousain : septembre 2008 pour RT (...)

3Nous nous proposons dans cet article de comparer quatre dispositifs EMILE innovants en anglais mis en place sur le pôle toulousain par deux départements de l’IUT « A » Paul Sabatier – Techniques de Commercialisation (TCT) et Informatique (InfoT) – et deux de l’IUT de Blagnac – Réseaux et Télécommunication (RTB) et Informatique (InfoB)5. Ces initiatives sont relativement récentes puisque la plus ancienne en DUT Réseaux et Télécommunications à Blagnac ne date que de 20086. Elles ne résultent ni d’une volonté ou demande institutionnelle ni d’instructions nationales mais bien d’initiatives individuelles aboutissant à l’un des projets pédagogiques du département. Toutes ciblent un public de deuxième année de DUT, mais les entretiens menés auprès des responsables de formation et de nos collègues y intervenant nous ont permis de rapidement comprendre que ces dispositifs sont en réalité bien différents.

4Cet article se déclinera donc en cinq mouvements. Nous décrirons tour à tour le public concerné et les objectifs visés par ces dispositifs, l’organisation pédagogique et le choix des matières, le profil et la motivation des enseignants participants ainsi que les différents dispositifs d’accompagnement et d’évaluation avant de dresser un premier bilan de ces initiatives.

1. Public concerné et objectifs visés

5Tous les participants sont des étudiants en deuxième année de DUT. Néanmoins, leurs profils diffèrent dans la mesure où certains ne sont pas sélectionnés (en InfoT et RTB) puisque la promotion dans son entier suit ces enseignements. Dans le cas d’InfoT, la commission enseignante puis le Conseil de Département ont jugé que la mise en place d’une sélection serait élitiste et mènerait à une inégalité des chances entre les étudiants. Leurs étudiants n’ont donc pas choisi de suivre ce type d’enseignement. Les étudiants de TCT et InfoB, quant à eux, candidatent et sont sélectionnés au minimum sur leur niveau de langue voire, comme à TCT, sur leur niveau académique général. En ce qui concerne les effectifs, ce dispositif concerne pour InfoT cinq groupes, soit en moyenne cent trente étudiants, et pour RTB quatre groupes, soit une cinquantaine d’étudiants. En TCT, un groupe sur les six est concerné et pour InfoB, un groupe sur trois, chacun d’une trentaine d’étudiants. Il est à noter que dans le cas de groupes sélectionnés, la proportion filles/garçons est à l’image de l’ensemble de la promotion. Il n’y a donc pas de lien entre le genre et les candidatures.

  • 7 DUETE ou DUETI : Diplôme Universitaire d’Études Technologiques à l’Étranger/ International.
  • 8 DUT International (DUTI).

6À la lumière des entretiens, différents objectifs sont apparus. Les objectifs communs à tous ces dispositifs étaient clairement, à l’origine, de développer la mobilité sortante des étudiants, d’augmenter le nombre de situations professionnelles en immersion et de favoriser la transversalité ; dans le cas de TCT, la mobilité étudiante entrante faisait également partie des objectifs affichés. En la matière, cela a été une réussite avec la signature de douze nouveaux accords Erasmus ou bilatéraux depuis l’ouverture du programme alors que le même objectif est devenu secondaire pour InfoB, faute d’accords signés et d’un cadre administratif tel que le DUETE ou le DUET17. En conséquence, le groupe DUT18 de TCT est composé à moitié d’étudiants français ou francophones issus de la première année, et à moitié d’étudiants issus des partenariats universitaires étrangers.

2. Organisation pédagogique et choix des matières

7Concernant les enseignements EMILE proposés, deux tendances se détachent. D’un côté, InfoB et RTB n’offrent que des matières de spécialité liées au diplôme préparé : Java, Réseaux et XML pour InfoB et Réseaux pour RTB. D’un autre côté, TCT et InfoT proposent à la fois des matières de spécialité et d’autres plus générales. TCT offre ainsi des matières directement liées à la spécialité et d’autres plus transversales : Marketing Opérationnel, Marketing du Point de Vente, Communication Commerciale, Techniques du Commerce International, Anglais Commercial, Marketing stratégique, Négociation, Qualité, Gestion de la Relation Clients, Économie, Projet Tuteuré, Projet Personnel et Professionnel. De la même manière en InfoT, des enseignements de spécialité tels que TDD (Test Driven Development) et XML et d’autres transversaux comme Économie Internationale, Cryptographie et Théorie des graphes en Mathématiques ont été mis en place.

8L’organisation de ces enseignements se décline aussi bien en Cours Magistraux (CM), qu’en Travaux Dirigés (TD) ou en Travaux Pratiques (TP). À RTB, InfoB et InfoT, les enseignements EMILE ont le même format que ceux en français. À l’inverse, en TCT, la composition majoritairement non-francophone du groupe DUTI a poussé l’équipe pédagogique à supprimer les cours magistraux pour ces étudiants au profit d’un enseignement 100 % TD ou 100 % TP (en Négociation notamment). Néanmoins, malgré l’absence de CM, le contenu pédagogique reste le même. Des adaptations au cas par cas ont été mises en place : par exemple, les diaporamas en anglais de TCT sont disponibles sur la plateforme pédagogique Moodle en auto-formation, et une souplesse dans l’attribution d’un TD supplémentaire est prévue en cas de besoin comme en Qualité.

9Les matières d’EMILE ont été choisies de manière ciblée. RTB propose huit heures de TP de Réseaux au troisième semestre et huit heures au quatrième car un enseignant irlandais en Erasmus Staff Mobility (STA) vient dispenser ces heures chaque année en début de semestre, en septembre et en janvier. Aucune préparation linguistique spécifique au cours n’est mise en place. Les TP sont soit des révisions de concepts abordés en première année, soit une introduction à la matière qui sera approfondie dans les TP suivants et cela en français. L’EMILE ne gêne donc pas l’apprentissage de concepts nouveaux. Ce choix est cohérent dans la mesure où le volume horaire est restreint et où l’ensemble de la promotion doit suivre ces enseignements EMILE, quel que soit son niveau d’anglais. En InfoB, le choix des matières s’est fait en fonction des enseignants souhaitant participer. Les étudiants étant sélectionnés, le choix des matières n’avait pas à se faire sur un critère de faisabilité par rapport au niveau de difficulté, linguistique et/ou disciplinaire ; l’équipe pédagogique a souhaité que ce groupe soit le plus possible au contact de l’anglais, une dizaine d’heures par semaine sur les seize semaines du troisième semestre. En InfoT, si l’investissement des enseignants a été le point de départ d’une réflexion plus globale sur la mise en place de ce dispositif à l’échelle de toute la promotion (cinq groupes de TD), l’augmentation de l’immersion en situation professionnelle est vite apparue comme l’élément à favoriser. La faisabilité des enseignements proposés était donc un critère essentiel puisque le niveau de difficulté linguistique ne pouvait s’ajouter aux difficultés techniques éventuelles sous peine de pénalisation des étudiants les plus faibles en anglais. Un souci de cohérence entre les matières a également été respecté. Les collègues enseignants provenant de différentes universités européennes et qui participent au programme de mobilité Erasmus Staff Mobility complètent le dispositif par des cours magistraux d’informatique soit en abordant des thématiques nouvelles mais complémentaires, soit en introduisant des concepts revus par la suite en français. Cette mobilité enseignante entrante se situe entre trois à quatre visites par an, soit jusqu’à six heures pour l’ensemble de la promotion. Le dispositif EMILE étant offert à toute la promotion, les volumes horaires restent pour le moment modestes : ils sont à grande échelle, avec un total de dix-huit heures d’enseignement par étudiant sur la deuxième année et se décomposent comme suit :

Enseignements

CM

TD

TP

Économie Internationale

1,5h

Informatique
Test Driven Development

1,5h

Informatique-XML

3h

4,5h

Mathématiques-Théorie des graphes

4,5h

Mathématiques-Cryptographie

3h

10En TCT, le but principal de l’enseignement EMILE étant le développement de partenariats à l’étranger, c’est exclusivement cet aspect qui a prévalu dans le choix des matières. Les programmes des universités partenaires ont été examinés en détail afin de déterminer les matières les plus récurrentes et les plus pertinentes à offrir aux étudiants entrants. Les enseignants des matières concernées n’ont été consultés que dans un deuxième temps pour voir s’ils souhaitaient ou non participer. Dans certains cas, l’enseignant a accepté de dispenser son cours à la fois en français, pour cinq groupes, et en anglais, pour un groupe. Dans d’autres, il a été remplacé par un intervenant extérieur anglophone pour le groupe EMILE. Ce département étant globalement en sous-encadrement, cette pratique n’a pas affecté les services des enseignants concernés. Contrairement à InfoT, les enseignants venant par le biais de Erasmus Staff Mobility, entre trois et quatre par an en moyenne, n’interviennent pas nécessairement auprès du groupe EMILE mais plus globalement au sein du département, notamment lors des International Days (sous forme d’ateliers) ou de conférences thématiques déconnectées des cours EMILE mais pas de la thématique générale du département. Cinq à six matières sont offertes aux étudiants chaque semestre et chaque matière représente une vingtaine d’heures de TD, pour un total d’environ deux cent cinquante heures pendant la deuxième année.

3. Profil et motivation(s) des enseignants

  • 9 On pourra trouver une définition de ce concept au lien suivant, consulté le 25 avril 2013 : : http: (...)

11Dans ces quatre contextes, les profils enseignants sont très divers. Les collègues sont pour la plupart des enseignants-chercheurs titulaires qui, grâce à leur mobilité internationale en recherche, se sentent suffisamment à l’aise pour enseigner leur matière en anglais. D’autres sont des enseignants titulaires du second degré qui ont acquis, par de longs séjours à l’étranger, l’aisance suffisante pour délivrer leurs cours en anglais. Alors qu’en InfoB les enseignants assument généralement seuls leur enseignement EMILE, d’autres départements ont mis en place un dispositif d’entraide pédagogique, parfois même du collaborative teaching9. Il se révèle être de deux ordres : linguistique et disciplinaire. Dans certains cas, comme en InfoT, l’enseignant disciplinaire a besoin d’un soutien linguistique comme une relecture de documents, une validation de supports ou encore un ajustement phonétique. Ainsi l’enseignant de langue (et coordinateur du dispositif dans ce cas précis) assiste-t-il au premier enseignement EMILE pour chaque matière concernée, afin de procéder éventuellement avec l’enseignant disciplinaire à une remédiation linguistique. Dans d’autres cas, comme en TCT, l’angliciste se forme à une discipline qui lui est plus ou moins familière au départ et acquiert ainsi une bivalence. C’est le cas par exemple d’une collègue angliciste qui s’est formée au Projet Personnel et Professionnel de l’Étudiant (3PE). Les échanges portent alors sur des conseils de lecture et d’approche pédagogique ou encore sur des échanges de supports avec l’enseignant titulaire de la matière.

  • 10 <www.lairdil.org> (consulté le 25 avril 2013).

12De ce fait, quels que soient les enseignants concernés, tous sont volontaires. Cela nous semble primordial en vue de la réussite d’un projet EMILE. Pourtant, leurs motivations sont parfois bien différentes. Nous avons pu dégager plusieurs tendances. Dans le cas des enseignants-chercheurs, tous saisissent l’opportunité de réinvestir leur recherche et leurs compétences linguistiques mobilisées lors des colloques internationaux auxquels ils participent. C’est également vrai pour les enseignants non-linguistes qui n’ont pas d’activités de recherche mais qui souhaitent néanmoins valoriser leurs compétences linguistiques et se lancer dans une nouvelle aventure humaine. Tous, quel que soit leur profil, adhèrent également à l’idée de participer, de s’investir dans un projet transversal et d’élargir leurs horizons pédagogiques. C’est par exemple le cas pour notre collègue irlandais spécialiste de réseaux intervenant en RTB puisqu’il vient, grâce à STA, se présenter à un public différent compte-tenu de sa langue et de ses méthodes d’apprentissage et de travail. Ses capacités d’adaptation sont également particulièrement sollicitées à cette occasion. Le goût de l’aventure et du défi apparaît comme un vecteur de motivation essentiel et commun aux quatre départements. C’est parfois l’occasion pour ces enseignants de rompre avec la routine. Le côté ludique de l’expérience est particulièrement souligné à InfoB qui a mis en place une pédagogie collaborative avec les étudiants : le cours se construit par eux et avec eux. C’est également le cas pour InfoT. Dans ces deux départements, alors que le lexique de l’anglais technique est correctement maîtrisé par les collègues, certains ont parfois recours aux étudiants pour le lexique de l’anglais général. Dans le cas des départements secondaires impliqués dans cette étude, les collègues ont mis en avant la volonté de mettre les étudiants en situation professionnelle en anglais. Ceci n’est pas la priorité à TCT. Est-ce une particularité des départements tertiaires ? Seul un échantillonnage plus large nous permettrait de le dire. Un travail de collecte de différentes données à l’échelle nationale afin de pouvoir notamment confirmer ou infirmer cette hypothèse est actuellement en cours dans notre laboratoire10.

4. Dispositifs d’accompagnement et évaluation des enseignements EMILE

  • 11 Voir Annexe 3.
  • 12 Le Bonus Qualité Formation est un fonds d’innovation pédagogique. On pourra en trouver un exemple a (...)
  • 13 Commission des Formations et de la Vie Universitaire (CFVU).

13Lorsque les étudiants sont sélectionnés comme à InfoB et TCT, aucun différentiel n’a pu être relevé quant aux résultats académiques ou à la poursuite d’études de ces mêmes étudiants par rapport au reste de la promotion. Lorsque les étudiants ne sont pas sélectionnés comme à RTB et Info T, les dispositifs d’aide à la réussite varient d’un département à l’autre. L’accompagnement en InfoT est particulièrement fort du fait notamment de la collaboration étroite avec l’enseignant de langue. Le vocabulaire technique utilisé dans les cours EMILE est préparé en amont dans certains des cours de langue11 et un lexique anglais-français est mis à la disposition des étudiants sur la plateforme pédagogique Moodle. Enfin, des permanences systématiques de soutien disciplinaire sont organisées afin de permettre aux étudiants qui le souhaitent de vérifier en français leur bonne compréhension du cours EMILE. Ce dispositif a pu être mis en place grâce à un financement BQF12 déposé et validé auprès de la CFVU13 de l’établissement en question, à savoir l’IUT « A » Paul Sabatier de Toulouse. Cet encadrement fort était la condition sine qua non à la mise en place du dispositif puisqu’il s’adressait à l’ensemble de la promotion. Cependant, le BQF n’étant accordé que pour trois ans, la viabilité du projet à long terme pourra être remise en question. L’équipe pédagogique devra travailler autour de cette problématique financière.

14De la même manière, en ce qui concerne l’évaluation les pratiques divergent. Alors qu’InfoB, RTB et InfoT s’en tiennent à des évaluations en français pour se prémunir de contestations, éventuellement juridiques, TCT propose une évaluation de format identique pour les six groupes mais en anglais pour le groupe EMILE. Ce groupe, intégralement constitué d’étudiants volontaires, est informé dès sa sélection des modalités d’évaluation et les accepte. Étant donné que la majorité des étudiants de ce groupe fait en général son stage de deuxième année ou une poursuite d’études à l’étranger (DUETE), ces enseignements EMILE constituent un véritable tremplin. À l’opposé, il n’y a pas, a priori, de lien direct avec la poursuite d’études à l’étranger pour les trois autres départements à l’étude. Il serait intéressant d’observer l’évolution sur les prochaines années des mobilités à l’étranger et ainsi voir si l’enseignement EMILE a un impact ou non sur cette même mobilité. Lors des évaluations en TCT, la qualité de l’anglais en elle-même n’est pas évaluée contrairement aux connaissances disciplinaires. L’anglais est un outil de communication comme l’est le français pour les autres groupes. Certains enseignants accordent d’ailleurs deux points de leur barème à la qualité de la langue. La langue anglaise est bien enseignée mais en cours de langue de spécialité qui restent indispensables. Il est évident que les enseignements EMILE ne sauraient se substituer à un cours de langue vivante, les compétences sollicitées et acquises n’étant pas les mêmes, pour les étudiants comme pour les enseignants. La problématique linguistique est néanmoins au cœur des enseignements EMILE. Dans les quatre dispositifs analysés ici, l’apport lexical n’est pour l’instant pas évalué de façon formelle. Il faudrait cependant réfléchir à la façon de prendre en compte cette dimension dans l’évaluation sommative, la question restant de savoir à quelle discipline, anglais ou matière EMILE, il reviendrait de le faire.

5. Bilan et perspectives

15Quels bilans pouvons-nous tirer de ces dispositifs ? Le fait qu’ils aient été mis en place récemment permet de tirer des conclusions, certes provisoires, mais également de proposer des pistes de réflexion pour la suite de ces enseignements EMILE.

  • 14 « quand on a du mal à comprendre, on est dans la même galère », « on a le même type de projet à l’i (...)
  • 15 « on vit des choses fortes tous ensemble », « ils nous aident et on les aide, c’est génial ».
  • 16 SMILE : Sensibilisation à l’Enseignement d’une Matière Intégré en Langue Étrangère. Cet acronyme es (...)

16Des questionnaires et/ou entretiens ont été menés en TCT et InfoT auprès d’étudiants et d’enseignants ayant expérimenté ces dispositifs. Côté étudiant, le bilan est très positif. En TCT, les étudiants mettent en avant leurs progrès linguistiques, la plus-value du profil international qu’ils peuvent mentionner sur leur CV, mais également l’aspect humain. En effet, ils plébiscitent la présence d’étudiants Erasmus dans leur groupe, tant au point de vue de l’enrichissement linguistique que culturel et humain. Les étudiants des autres groupes ont également un retour très positif sur ce point. Le fait que les étudiants soient volontaires pour intégrer le groupe EMILE explique, sans aucun doute, que l’éventuelle problématique linguistique n’en est, au final, pas une. Ils déclarent également une solidarité « plus grande » au sein de leur groupe qu’au sein des autres groupes, que ce soit entre étudiants français14 ou avec les étudiants Erasmus15. Les étudiants ont été très satisfaits de ce dispositif qui correspond à leurs attentes du départ. Aucun n’a déclaré regretter son choix d’intégrer ce groupe. Par contre, certains qui n’avaient pas fait ce choix en intégrant un groupe classique, ont parfois exprimé oralement leur regret de ne pas avoir postulé pour faire partie du groupe EMILE. Ces retours positifs expliquent, sans doute, que le nombre de candidatures françaises au DUTI en fin de première année soit en constante augmentation depuis trois ans, tout comme celui des étudiants Erasmus. En InfoT, les étudiants n’étaient pas volontaires, mais ils sont globalement ravis du dispositif. Ils se disent très contents d’avoir eu « la chance » de suivre ces enseignements EMILE, perçus comme une contrainte en début d’année. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ils plébiscitent même la reconduction de SMILE16 de manière obligatoire pour l’ensemble de la promotion pour les étudiants de l’année prochaine ! Enfin, en InfoB, les étudiants du groupe en anglais ont la possibilité de changer de groupe définitivement s’ils sentent que cela est trop difficile pour eux mais cela reste apparemment rare.

  • 17 Pour information, seuls les enseignants participant au Département InfoT ont reçu une rétribution f (...)
  • 18 Habilitation à Diriger des Recherches.
  • 19 Voir par exemple les Annexes 1 et 2.

17Côté enseignant, les avis sont plus nuancés. En TCT, si la majorité n’a pas exprimé de regrets d’avoir accepté d’enseigner en anglais, ils soulignent le temps de préparation et les adaptations pédagogiques nécessaires. EMILE requiert un investissement particulier en temps de préparation17, surtout la première année, mais aussi une plus grande concentration en présentiel en raison d’une langue ou d’une spécialité disciplinaire que l’on ne maîtrise que de manière imparfaite. L’équipe pédagogique a évolué légèrement depuis trois ans. Une enseignante vacataire a obtenu le CAPES et a donc quitté l’équipe pour son année de stage. Deux autres intervenants ont été remplacés au bout d’un an, suite aux retours négatifs des étudiants : l’examen des supports proposés et un entretien avec le professeur ont montré une approche trop linguistique et pas suffisamment disciplinaire. Enfin, une enseignante-chercheuse a souhaité arrêter ses interventions en raison de la préparation de son HDR18. Le reste de l’équipe continue avec enthousiasme ses interventions. En InfoT, il est sans doute trop tôt pour avoir une vision globale, mais les premiers retours sont très encourageants. De nombreux étudiants ont remercié, via les questionnaires anonymes distribués19, les enseignants participants pour leur investissement et leur initiative. Les collègues concernés sont, quant à eux, globalement contents de l’expérience et de s’être notamment prouvés qu’ils « en étaient capables ». La mise en place de dispositifs EMILE génère par conséquent certes des contraintes mais offre aux étudiants une ouverture à l’international sans précédent.

  • 20 Gail Taillefer, « CLIL in Higher Education : the (perfect ?) Crossroads of ESP and Didactic Reflect (...)

18Plusieurs questions demeurent en suspens après ce premier panorama. Comme le note Taillefer, « le domaine de l’EMILE, une fois mis en place, offre une multitude de possibilités pour la recherche- (action) d’un point de vue quantitatif et qualitatif en utilisant un certain nombre d’outils d’analyse (questionnaires, interviews, etc.) »20. Nous nous attacherons dans le futur à certaines de ces problématiques. D’un point de vue étudiant, quel dispositif EMILE est le plus efficace linguistiquement ? Faut-il prôner la sélection ou au contraire l’ouverture à tous, quel que soit le niveau de langue ? Sur le long terme, il faudra s’attacher à déterminer si l’enthousiasme exprimé à la sortie de ce dispositif est toujours le même et s’il a contribué de manière significative à ses buts premiers, l’internationalisation et/ou la professionnalisation. Du point de vue enseignant, comment s’assurer que l’intervenant offre un modèle adéquat, linguistique tout autant que disciplinaire ? Jusqu’à présent, aucune certification linguistique des enseignants n’existe dans l’enseignement supérieur français contrairement à l’enseignement secondaire. Une réflexion de fond sur ce sujet est actuellement menée au sein du laboratoire LAIRDIL afin de créer et de concevoir des outils transférables à d’autres composantes universitaires. Les dispositifs actuels reposent donc à la fois sur le volontariat des collègues et sur la confiance du coordinateur concernant le niveau d’anglais de son ou de ses collègue(s). Il serait d’ailleurs délicat et humainement difficile de demander au coordinateur et/ou enseignant de langue d’évaluer et de valider le niveau d’anglais de ses collègues intervenants, d’où l’intérêt d’un outil d’évaluation objectif et anonyme.

19Une étude approfondie d’autres offres EMILE à travers la France nous permettra de proposer des réponses concrètes à ces différentes problématiques et de mener une réflexion plus globale sur un dispositif visiblement en plein développement.

Remerciements

20Nous tenons à remercier nos collègues de l’IUT de Blagnac des Départements InfoB et RTB pour avoir répondu avec rapidité, enthousiasme et précision à nos questions, ainsi que nos collègues de l’IUT « A » Paul Sabatier de Toulouse, dans les départements InfoT et TCT, pour leur investissement et leur soutien.

Annexes

Annexe 1

Questionnaire distribué aux étudiants en InfoT, ici après le CM d’Économie Internationale en début de Semestre 3.

Enquête SMILE 2012

Pour cette année (entourez votre réponse svp) :

1 – Trouvez-vous ce CM SMILE intéressant ?

Oui / Non

2- Pensez-vous avoir compris les idées essentielles de ce CM ?

Oui / Non

3- Quelle est votre moyenne approximative en Informatique ?___

En anglais ?___

Pour l’année prochaine 2013-2014 :

1- Exemple concret : pensez-vous qu’il serait intéressant / bénéfique pour les étudiants de S3 de 2014 de leur proposer (plusieurs réponses possibles) :

– Les deux CM d’économie en anglais (2/2)

Oui / Non

– Certains TD en anglais

Oui / Non

– Tous les TD en anglais

Oui / Non

2- Une liste de vocabulaire (glossaire) pour ce CM est disponible sur Moodle. Pensez-vous aller la télécharger après ce cours ?

Oui / Non

3- Ces cours d’économie en anglais seraient obligatoires pour toute la promotion ?

Oui / Non

– ou seraient sur la base du volontariat ?

Oui / Non

Merci d’évaluer cette série de cours SMILE (1 le plus faible, 5 le plus fort) :

Propositions et commentaires libres :

Annexe 2

Questionnaire distribué aux étudiants de TCT du groupe DUTI (qui suit les enseignements EMILE), en fin d’année :

Questionnaire DUTI

1) Globalement, concernant la formation DUTI, vous êtes :

a. Très satisfait

b. Plutôt satisfait

c. Plutôt pas satisfait

d. Pas du tout satisfait

2) Pensez-vous que le fait d’avoir suivi ce cursus bilingue va vous servir (plusieurs réponses possibles) :

a. Dans ma poursuite d’études

b. Dans mon avenir professionnel

c. Dans ma vie personnelle

d. Je ne pense pas que cela me servira

3) Pensez-vous que les choix de cours sont pertinents ?

a. Oui

b. Non

c. Que changeriez-vous et pourquoi ?

4) Merci d’évaluer les cours EMILE (1 le plus faible, 5 le plus fort) :

Propositions et commentaires libres :

Annexe 3

Exemple de préparation linguistique dans le cadre de cours d’anglais, en amont des enseignements d’XML en anglais en InfoT :

Introduction to SMILE 2013 : XML

1/ Word-Matching Exercise

a-

a hierarchy

1- un ensemble de balises

b

a label

2- une racine (d’un arbre)

c

a leaf (sg) / leaves (pl)

3- bien formé (se dit d’un document XML)

d

a markup

4- un prédicat

e-

a node

5- un arbre (structure de données de XML)

f

a parser

6- un axe (de parcours du fichier XML)

g-

a path

7- imbriquer (une balise dans une autre)

h

a root

8- un encodage (ex : UTF-8)

i-

a sibling

9- l’interopérabilité

j

a tag

10- une hiérarchie (de balises)

k

a tree

11- une feuille (d’un arbre)

1-

an ancestor

12- obligatoire

m

an axis (sg) / axes (pl)

13- un nœud ancêtre

n

to comply with something

14- un analyseur (XML)

o

mandatory

15- interroger (une source de données)

P

interoperability

16- un nœud

q

an encoding

17- Se conformer à qqch (à une DTD, par ex.)

r

to embed

18- un nœud frère

s

well-formed

19- une balise XML

t

a predicate

20- restituer (un ensemble de balises)

u

to retrieve

21- un chemin

v-

to query

22- une étiquette

2/ Phonetics : Write the word next to its transcription

a- [‘kwIƏri] :

b- [‘ mændət (ə) ri] :

c- [‘predIkt] :

d- [km’plaI] :

e- [In’KƏƱd] :

f- [tri:] :

g- [‘pα:(r)zə(r)] :

h- [‘leӀb(ǝ)l] :

3/ Crosswords for XML

L E B A L N I H M F I D N P S

N B G G E A C I S L O T B P W

E R B N T R E E O J J T O H M

V A A G I W O R R Q C Y L A P

E L P T L D M A R K U P N Z G

I C D C W P O R P N D D D N D

R O R O T S E C N A A E I U L

T M R H A E H H N T R L B E I

E P Z O D O A Y O E B S A M A

R L G O O X Z R F I J V E Y E

O Y N N I T Y W S Z E H W R C

K U B S P X O K Y S C P Q E P

L H B E L X A P R V N M C U A

Q A H T O X V G A T X Y G Q T

O S V Z M S V G D W K V V S H

ANCESTOR

AXIS

COMPLY

EMBED

ENCODING

HIERARCHY

LABEL

LEAVES

MANDATORY

MARKUP

NODE

PARSER

PATH

QUERY

RETRIEVE

ROOT

SIBLING

TAG

TREE

Annexe 4

Notes

1 Gail Taillefer, « CLIL in Higher Education : the (perfect ?) Crossroads of ESP and Didactic Reflection », ASP 63, 2013, p. 31-53.

2 Hugo Baetens Beardsmore, John Kohls, « Immediate Pertinence in the Acquisition of Multilingual Proficiency : The European Schools », The Canadian Modern Language Review, 44, 4, 1998, p. 680.

3 Ce sont la circulaire 92-234 du 19 août 1992 et le Bulletin Officiel n° 33 du 3 septembre 1992 qui mettent en place les classes bilingues en lycée. Plus de onze langues sont proposées.

4 Baetens Beardsmore, Hugo, CLIL/EMILE, « The European Dimension : Actions, Trends and Foresight Potential », European Union, University of Jyväskylä, Finland, 2002, p. 22.

5 Un tableau de synthèse des données collectées est disponible en Annexe 4.

6 Historique de la mise en place de dispositifs EMILE sur le pôle toulousain : septembre 2008 pour RTB, septembre 2010 pour TCT et InfoB et septembre 2011 pour InfoT.

7 DUETE ou DUETI : Diplôme Universitaire d’Études Technologiques à l’Étranger/ International.

8 DUT International (DUTI).

9 On pourra trouver une définition de ce concept au lien suivant, consulté le 25 avril 2013 : : http://www.isec2005.org.uk/isec/abstracts/papers_s/sileo_j.shtml>

10 <www.lairdil.org> (consulté le 25 avril 2013).

11 Voir Annexe 3.

12 Le Bonus Qualité Formation est un fonds d’innovation pédagogique. On pourra en trouver un exemple au lien suivant, consulté le 25 avril 2013 : : http://www.univ-toulouse.fr/formation/formation-pour-les-enseignants/bonus-qualite-formation>

13 Commission des Formations et de la Vie Universitaire (CFVU).

14 « quand on a du mal à comprendre, on est dans la même galère », « on a le même type de projet à l’international ».

15 « on vit des choses fortes tous ensemble », « ils nous aident et on les aide, c’est génial ».

16 SMILE : Sensibilisation à l’Enseignement d’une Matière Intégré en Langue Étrangère. Cet acronyme est le nom qui a été donné au dispositif EMILE en InfoT depuis 2011.

17 Pour information, seuls les enseignants participant au Département InfoT ont reçu une rétribution forfaitaire de trois heures TD pour la prise en compte de cette préparation supplémentaire de cet investissement, suite au financement attribué par le BQF. Dans les trois autres cas, cela est entièrement bénévole.

18 Habilitation à Diriger des Recherches.

19 Voir par exemple les Annexes 1 et 2.

20 Gail Taillefer, « CLIL in Higher Education : the (perfect ?) Crossroads of ESP and Didactic Reflection », ASP 63, 2013, p. 51 : « the CLIL field, once opened up, can then offer a multitude of possibilities for quantitative and qualitative (action-) research using a number of analytical tools (questionnaires, interviews, etc) »

Auteurs

Laboratoire LAIRDIL, Université Paul Sabatier (Toulouse III)

Laboratoire LAIRDIL, Université Paul Sabatier (Toulouse III)

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search