Version classiqueVersion mobile

L’enseignement-apprentissage des langues étrangères à l’heure du CECRL

 | 
Denis Vigneron
, 
Déborah Vandewoude
, 
Carmen Pineira-Tresmontant

Chapitre 2. Supports et outils d’enseignement-apprentissage : éclairages didactiques et pédagogiques

Création et podcasting en classe de langue : la collaboration au service de la communication. Compte rendu d’un projet en classe d’anglais

Marie-Hélène Fasquel

Texte intégral

Introduction

1Le projet « Podcasting en anglais, partage et création » est né d’un constat : motiver les élèves ou les étudiants en langues vivantes n’est pas toujours chose aisée... Il s’agit cependant d’un facteur essentiel. Sans motivation, les apprenants ne seront pas enclins à fournir les efforts nécessaires à leur progrès. Ils n’auront pas goût à utiliser la langue étrangère, n’éprouveront aucun plaisir dans la découverte de la culture de l’Autre et n’entreront pas dans une démarche de communication satisfaisante. L’enseignant confronté à une démotivation ou à une absence de motivation des apprenants doit donc trouver des idées, des astuces pour motiver les élèves, susciter leur curiosité et les mettre sur la voie de l’autonomie.

  • 1 Ce projet fut présenté et retenu lors du Cinquième Forum des Enseignants Innovants et de l’Innovati (...)

2Ainsi, pendant l’année scolaire 2011-2012, l’accent a été mis sur la confiance en soi, la coopération, l’entraide et l’utilisation des TIC dans un esprit de collaboration et de partage1. Nous analyserons comment la perspective actionnelle pose les bases de tous ces principes et comment elle a développé la confiance dont les élèves avaient besoin pour se dépasser. Nous étudierons également les différentes tâches effectuées par chaque classe et nous en dresserons un bilan.

  • 2 http://www.christianpuren.com/mes-travaux-liste-et-liens/2011e/, consulté le 18 mai 2013.
  • 3 http://www.coe.int/T/DG4/Linguistic/Source/Framework_FR.pdf, consulté le 18 mai 2013._

3Proposer une démarche actionnelle2 dynamise l’enseignement-apprentissage et peut s’avérer d’une grande pertinence. Recommandée par les Instructions Officielles, elles-mêmes adossées au Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL)3, la démarche actionnelle est définie par Christian Puren en ces termes :

  • 4 Christian Puren, « L’interculturel », Langues modernes n° 3/2002, juil.-août-sept. 2002, p. 55-71.

La perspective [...] de type actionnel [...] considère avant tout l’usager et l’apprenant d’une langue comme des acteurs sociaux ayant à accomplir des tâches (qui ne sont pas seulement langagières) dans des circonstances et un environnement donné, à l’intérieur d’un domaine d’action particulier. Si les actes de parole se réalisent dans des activités langagières, celles-ci s’inscrivent elles-mêmes à l’intérieur d’actions en contexte social qui seules leur donnent leur pleine signification.4

4L’approche actionnelle, au cœur du CECRL et des programmes de langues vivantes, suppose un apprentissage par l’action. L’apprenant est mis en situation d’agir dans le but d’atteindre un objectif bien défini, une tâche finale socialement signifiante, aux résultats tangibles. La perspective actionnelle vise à construire des compétences langagières en fonction de besoins culturels, linguistiques, socioculturels et pragmatiques générés par l’objectif de réalisation de la tâche finale. Les apprenants, désireux d’atteindre cet objectif communicatif, cherchent à assimiler des savoirs et à maîtriser des savoir-faire et des savoir-être utiles à cette fin. De ce fait, les apprentissages construits au cours de la séquence font sens et s’inscrivent dans un projet de réutilisation à court terme.

5Dans ce contexte, l’évaluation est résolument positive. L’enseignant valorise ce que son élève est capable de faire. S’il peut mesurer sa marge de progression, il s’en sert comme d’un tremplin vers une optimisation des apprentissages. Ces préceptes sont ceux qui sous-tendent l’expérimentation dans son ensemble.

6L’entraînement aux expressions écrite et orale peut constituer une gageure pour le professeur. Chez les apprenants, ces activités complexes s’avèrent parfois source d’inquiétude et d’anxiété, voire de rejet. Outre la peur, réelle et profondément ancrée, de n’avoir rien à dire ou de ne pas avoir les mots pour le dire, l’idée angoissante de ne pas être capable de prendre la plume ou la parole pour s’exprimer en anglais est assez répandue. L’envie de progresser, d’obtenir une meilleure note ne semble pas toujours suffire à motiver les élèves. D’autres stratégies s’imposent par conséquent aux enseignants.

7Proposer aux élèves des tâches riches et ambitieuses peut être d’une efficacité réelle, comme le suggèrent les résultats d’une expérimentation menée depuis 2002 au lycée Giraux Sannier. En 2002, la tâche finale proposée consistait en la création d’un soap opera ainsi que sa mise en scène. Les résultats furent immédiats et dépassèrent largement les attentes de l’enseignant. Lassés par les travaux d’expression écrite sur un thème imposé de type entraînement au baccalauréat sans but communicatif, les apprenants se désintéressaient de l’entraînement qui n’avait rien d’actionnel. Le seul but était d’être lu et noté par le professeur. Le plaisir et le caractère novateur d’une tâche de production créative, en groupe, mise en scène et partagée, a généré un fort enthousiasme, traduit en classe par une implication, un investissement et une volonté de réaliser un travail de qualité. Les élèves ne craignaient plus de ne pas réussir, ne se focalisaient plus sur leurs capacités ou incapacités supposées. Ils se consacraient au contraire pleinement à améliorer leurs productions et faisaient régulièrement appel à l’enseignant considéré comme un coordonnateur, un soutien, un accompagnateur et donc un responsable à part entière du projet. La dimension artistique et créative de la tâche, la collaboration inter- et intra- groupe, ainsi que la confiance que le professeur avait en leurs capacités, les ont conduits à donner le meilleur d’eux-mêmes lors des représentations et à se rendre compte qu’ils pouvaient réussir et proposer des saynètes de grande qualité.

  • 5 Nathaniel Branden, « Avoir confiance en soi, c’est savoir qu’on mérite le bonheur »,http://www.psyc (...)

8La réalisation d’une tâche actionnelle permet donc à l’apprenant de s’autoévaluer et de prendre conscience de ses connaissances, de son savoir-faire et de son potentiel. Ce type d’apprentissage a des effets incontestables sur l’estime de soi. Comme le souligne Nathaniel Branden5, psychologue, la confiance en soi, « c’est avant tout une expérience. C’est percevoir que vous pouvez faire face aux défis de votre quotidien. C’est avoir confiance en votre capacité à penser, apprendre, faire des choix, prendre des décisions, vous adapter aux changements ».

  • 6 B2i lycée.

9Le défi à relever pour l’enseignant est donc de faire progresser tous les élèves d’une classe, de développer le potentiel de chacun en leur donnant confiance en eux et en soulignant systématiquement leurs réussites et progrès, et ainsi de leur permettre d’exceller grâce à une mise en commun, à une habitude de collaboration. L’enseignant amène également les élèves sur la voie de la responsabilisation et d’une autonomisation de leurs apprentissages, processus complexes qu’un usage régulier des TICE peut stimuler dans un esprit d’émulation. Les activités collaboratives appellent, voire exigent, une forte cohésion du groupe, un intérêt pour les recherches, les découvertes et les travaux des uns et des autres. La découverte de l’Autre, de nouveaux outils numériques6 pour affirmer ses opinions, s’exprimer et communiquer, font partie intégrante des objectifs fondamentaux du projet.

  • 7 Un ordinateur par élève permet d’approfondir des notions différentes selon les besoins des apprenan (...)

10La mise en œuvre de tâches ambitieuses, comme la création de podcasts, leur mise en ligne et des interactions avec des internautes venant de tous horizons, le travail approfondi et prioritaire de l’oral, la mise en valeur de la créativité et de la réflexion, la mise en place d’une approche actionnelle et d’une pédagogie différenciée en salle pupitre7 ont permis aux élèves de réaliser des progrès dans les cinq activités langagières qui s’intégraient au sein des différentes séquences, privilégiant systématiquement l’oral et la communication.

  • 8 Fiorella Casciato, « Apprentissage collaboratif, interculturel et lecture », Actes du colloque Cybe (...)

11Pendant toute la durée du projet « Podcasting », l’accent a été mis sur la collaboration. Comme l’a souligné Fiorella Casciato8 dans son article intitulé Apprentissage collaboratif, interculturel et lecture, présenté le 29 août 2012, au Congrès Cyber-langues :

  • 9 David H. Jonassen, Jane L. Howland et Rosa M. Marra, Meaningful Learning with Technology, Pearson E (...)

[Selon Jonassen9], l’objectif capital de tout enseignement est l’apprentissage significatif (meaningful learning) et le travail par les TICE et avec les ressources numériques contribue à la poursuite de cet objectif, en favorisant la création des conditions nécessaires à un apprentissage par lequel les personnes arrivent à donner du sens à ce qu’elles ont acquis et à les transférer successivement dans d’autres contextes différents.

12L’apprentissage significatif peut être qualifié comme suit :

  • il est actif, en rendant l’élève responsable de ses propres résultats ;

  • il est constructif, car l’apprenant est dans les conditions d’intégrer les nouvelles connaissances aux acquis antérieurs ;

  • il est intentionnel, car les tâches et les actions sont accomplies en fonction de buts cognitifs choisis d’une façon délibérée ;

  • il est collaboratif, à travers les communautés d’apprentissage, l’enseignement réciproque et le soutien offert par l’enseignant ;

  • il est conversationnel, car il implique des processus sociaux et, en particulier, des processus dialogiques axés sur la conversation, la discussion, la confrontation productive, la négociation des significations et la construction du consensus ;

  • il est contextualisé, car tout apprentissage nécessite d’une situation complexe pour que les tâches cognitives soient encadrées le plus possible dans le quotidien et la vie réelle, pour la solution de problèmes authentiques ;

  • il est réflexif, du moment que les élèves organisent ce qu’ils apprennent en réfléchissant sur les processus réalisés et sur les décisions prises. Tout processus significatif demande de privilégier les opérations suivantes : l’investigation, l’exploration, l’écriture, la modélisation, la communication, la planification, la visualisation et l’évaluation. Les outils technologiques s’avèrent capables de favoriser ces objectifs, tout en renforçant les habilités cognitives au profit de la collaboration, de la coopération et du partage de la connaissance au sein des knowledge-building communities.

  • 10 « Il s’agit d’une technique permettant l’écoute et le visionnement en ligne (streaming) ou le téléc (...)

13Ainsi, toutes les tâches ont été mises en œuvre au sein de chaque groupe. Afin de favoriser l’envie de travailler et la motivation, les élèves ont librement choisi leurs partenaires. La tâche finale de la première séquence de l’année a débuté en séance plénière. Il s’agissait de dédramatiser la tâche, et en particulier la recherche d’idées, la préparation du podcast 10. En outre, ne pas vouloir décevoir les autres membres du groupe favorisait les efforts. Un esprit de coopération et de non de compétition a été ainsi développé, basé sur des échanges véritables et constructifs. Le groupe travaillait en effet ensemble afin de faire reconnaître son travail et cela a permis de contrecarrer la forte inclination à l’individualisme de notre société. Un brainstorming a été engagé pour débuter les recherches et a permis de prouver aux élèves qu’ils étaient capables d’avoir des idées personnelles nombreuses et intéressantes. Dans ce cas précis, il était important de les mettre en confiance pour leur donner toutes les chances de réussir. Par ailleurs, apprendre dans la joie et la bonne humeur motive les élèves et leur permet, grâce aux émotions, de mémoriser plus facilement.

14L’accès aux travaux de toute la classe sur internet permettait aux élèves de se référer à leurs travaux mais aussi et surtout de les partager avec leurs amis ou leur famille et de mesurer les efforts fournis et les réussites obtenues ainsi que les domaines à améliorer. Ceci était, par ailleurs, facilité par les commentaires des autres élèves et ceux des autres participants sur internet. C’est pourquoi un projet ambitieux, collectif et publié en ligne semble davantage susceptible de permettre au groupe de se donner les moyens de proposer des travaux plus rigoureux qu’un simple travail individuel.

  • 11 En particulier lorsqu’ils ont conçu des posters et diaporamas pour valoriser leur travail qui avait (...)

15Le choix de l’usage des TICE a été dicté ici par différentes raisons. Les TICE et le travail en ligne, au contact d’apprenants étrangers, motivent les élèves, en particulier les plus faibles, car ils travaillaient différemment, dans une approche de dialogue. Les outils sélectionnés les ont conduits à prendre l’habitude de collaborer, d’être à l’écoute des autres et leur ont donné de surcroît l’opportunité de briller dans un domaine complémentaire et de développer d’autres talents11. Cette démarche leur a redonné confiance en eux. Les apprenants étaient investis dans des activités sociales, dans toute la dimension actionnelle de l’apprentissage et cette activité scolaire prenait une dimension « sans-frontière » en leur donnant l’occasion d’entrer en interaction avec des personnes du monde entier et de débuter une communication authentique grâce à un outil commun, l’anglais. Cette dimension sociale et interactive du projet est sans aucun doute l’aspect qui a le plus motivé les élèves.

  • 12 Site de partage de podcasts. http://www.podbean.com/
  • 13 Ce site a fermé ses portes. Il s’agissait d’un site de micro-podcasting très facile d’utilisation.  (...)
  • 14 Backchannel est un site collaboratif constitué de deux parties : un pad, qui permet de prendre des (...)
  • 15 Ce site n’existe plus. Il permettait de créer des vidéos à partir de photographies, de textes, de s (...)
  • 16 Site de création de sondages en ligne, http://fr.surveymonkey.com/ (consulté le 18 mai 2013).

16En seconde, une autre expérimentation a conforté les résultats précédemment évoqués. Le projet « Villes anglophones » a donné l’occasion aux apprenants de développer, ensemble, leur culture anglo-saxonne. Le professeur n’était plus seulement la personne qui transmettait le savoir. Il endossait divers rôles : aider les élèves dans leur acquisition du savoir, développer leurs savoir-faire dans de nombreux autres domaines, les amener à se créer ensemble un corpus de connaissances. Le professeur est devenu guide, facilitateur de projet et de communication. Le partage et la dimension collaborative furent également essentiels dans cette séquence actionnelle. Les élèves ont tout d’abord appris à utiliser de nouveaux outils du web 2.0 tels que Podbean12, Cinch.fm13, Titanpad 14, ShowBeyond 15 et SurveyMonkey 16.

17Ils ont également effectué une visite de Londres en novembre 2011 afin d’ancrer les travaux en ligne dans la réalité concrète. Réel et virtuel évoluaient ainsi dans un mouvement d’intégration et de complémentarité. Les élèves ont préparé un podcast avant et après la visite et l’ont déposé sur Cinch.fm ou Podbean. Ils ont ensuite préparé des vidéos sur ShowBeyond pour présenter par groupes de deux à quatre élèves une ville anglophone de leur choix. Ils ont pris beaucoup de plaisir à effectuer cette tâche mais aussi à visualiser les vidéos de leurs camarades et ont aimé travailler en groupes, avec les TICE et apprendre les uns des autres. Enfin, ils ont préparé des exposés afin de partager les connaissances nouvellement acquises et de présenter leurs recherches tout en proposant à la classe des activités d’écoute vivantes et actives. Certains ont même conçu des exercices, questionnaires et jeux en ligne, à l’intention de leurs camarades.

  • 17 Podcasting, New Technologies et The Environment.
  • 18 Il s’agit des collègues du site esl printables, site de partage et forum pour professeurs d’anglais (...)
  • 19 Ce site permet de vérifier la prononciation de mots, http://www.howjsay.com/(consulté le 18 mai 201 (...)

18En première, les élèves ont mené un projet podcasting plus complexe. Chacune des trois premières séquences17 a abouti à une tâche finale qui consistait en la réalisation d’un podcast, partagé en ligne et commenté par des personnes du monde entier. Des collègues18 ont accepté d’écouter un certain nombre de podcasts et ont déposé des commentaires en réponse aux propositions des élèves. Les messages de tous les pays dont la Chine, l’Amérique du Sud ont été particulièrement appréciés des élèves. Ils ont travaillé avec goût et passion dans l’optique de diffuser la meilleure image possible d’eux-mêmes, de leur région et de leur lycée. Le fait de publier le travail a été extrêmement important, car la classe de première comportait quelques élèves ayant accumulé beaucoup de lacunes et éprouvant des difficultés en anglais. Ces élèves n’ont pas une seule fois exprimé leur peur de publier leur travail, leur angoisse face à la gageure de s’enregistrer et de s’exposer. Ils ont simplement davantage sollicité le professeur qui les a aidés à s’enregistrer, à préparer leurs notes, à choisir leurs thèmes, à prononcer les mots qui les gênaient et qui leur a recommandé de consulter le site howjsay 19. Le premier thème sélectionné a été le podcasting, afin de proposer des modèles de la tâche finale aux élèves. À cette occasion, ils ont pu choisir le sujet qui les intéressait le plus et ont étudié de nombreux podcasts afin de prendre conscience de ce qui était attendu d’eux. Les choix se sont portés sur leurs sujets de prédilection : le sport, les attentats du 11 septembre, les vampires.

19Le deuxième thème, les nouvelles technologies, a donné l’occasion de travailler la sécurité en ligne et les divers problèmes liés à internet et leur a octroyé l’opportunité de choisir des sujets tels que downloading, Facebook, Apple. Les consignes minimalistes les ont conduits à réfléchir sur un sujet qui les touchait directement et qui pouvait faire débat (les jeux vidéos, les dangers de l’internet, les droits d’auteurs, etc.).

20Le troisième sujet a également motivé les élèves, qui se sont sentis immédiatement concernés. Il s’agissait de l’environnement, ce qui permettait à l’élève de conserver une assez grande liberté de choix, car le sujet restait très vague et général.

  • 20 Projet de l’année scolaire 2012-2013, primé aux Journées de l’Innovation de l’UNESCO, en mars 2013, (...)

21Les élèves devaient également répondre aux commentaires, engager la conversation avec les personnes qui les avaient écoutés et leur avaient répondu, mais aussi commenter les podcasts de leurs camarades. Pour ce faire, ils disposaient d’un barème d’évaluation et devaient rédiger au moins trois commentaires. Ils ont été notés en expression orale en continu et en expression écrite sur la base des trois commentaires postés sur le site Podbean. Seuls deux élèves n’ont pas eu l’autorisation des parents pour publier leurs travaux en ligne. Pour ces apprenants, les travaux ont été déposés sur la clé USB du professeur. Leurs propositions étaient en tous points identiques à celles de la classe. Cette année, pour éviter ce problème, l’enseignant a rédigé une demande d’autorisation beaucoup plus complète et détaillée qui expliquait la démarche pédagogique et qui a permis aux parents de comprendre les enjeux de cette autorisation et du projet dans son ensemble20.

  • 21 http://www.wordreference.com/fr// (consulté le 18 mai 2013).
  • 22 http://www.e-anglais.com/ (consulté le 18 mai 2013).
  • 23 Les élèves ont particulièrement apprécié l’utilisation des nouvelles technologies, la découverte de (...)

22Les retombées ont été nombreuses et rapides : le travail de groupe et la publication des travaux ont donné l’envie de communiquer en anglais aux élèves. De fait, ils ont beaucoup gagné en facilité langagière : richesse lexicale, approfondissement grammatical, souplesse syntaxique, rapidité de l’échange, fluidité de la communication et langage plus authentique et mieux construit. Les élèves ont affirmé qu’ils avaient aimé s’exprimer en anglais, ce qui sous-entendait que, d’habitude, ils n’avaient pas l’impression de s’exprimer. Cette réaction a engagé l’enseignant à proposer à ses élèves des tâches réellement communicatives et personnelles. Elle a permis la prise de conscience suivante : si les élèves ne s’expriment pas aisément en anglais, c’est souvent parce qu’ils n’adhèrent pas aux tâches proposées et non par désintérêt pour la langue. Pour qu’il y ait un terreau de créativité, il faut que, dans un cadre proposé, ils puissent suivre leurs propres pistes en toute confiance et en toute sérénité. L’engouement que les élèves ont manifesté pour le travail, les idées des autres élèves ont entraîné, par « effet domino », un intérêt accru pour la matière en tant que moyen de communication et non plus seulement comme une simple discipline. Ils pouvaient prendre des risques et progresser, se surpasser, ne pas s’inquiéter du résultat dans un premier temps car l’espace-classe permettait d’améliorer la production, grâce à l’autocorrection, à l’inter-correction, au guidage du professeur et aux outils en ligne qui étaient autorisés, tels la vérification de la prononciation des mots difficiles sur howjsay, les vérifications lexicales sur Word Reference 21, les vérifications grammaticales sur e-anglais 22, la recherche en ligne pour approfondir le sujet. L’implication de tous les membres du groupe et les encouragements constants ont créé une vraie émulation23. Les faire analyser leurs travaux mais aussi et surtout ceux des autres groupes a instauré une véritable osmose au sein de la classe.

23En conclusion, ce projet a permis de souligner que la collaboration permet de progresser ensemble. L’utilisation optimale des nouvelles technologies au service du partage et de la communication a un impact durable sur les habitudes des élèves. La responsabilisation des apprenants et leur implication personnelle du début à la fin du projet, dans un esprit de partage ont eu des effets non négligeables sur les résultats et la motivation.

24L’ambition du projet a su entraîner l’ambition personnelle, perceptible très rapidement dans les travaux mis en ligne, à l’origine de progrès sensibles.

  • 24 http://vocab-2ndec.pen.io//http://vocabulaire-1es1.pen.io/ (consulté le 18 mai 2013).

25Les résultats et l’ambiance de classe ont confirmé dans ce cas que la collaboration avait comme conséquence l’optimisation du processus d’apprentissage dans sa globalité. La peur de s’exprimer s’est estompée petit à petit grâce à cette atmosphère d’encouragement et de partage. C’est pourquoi, ce principe collaboratif est à développer non seulement dans le cadre d’un projet de création et d’exploitation de podcasts mais également dans toutes les activités de la classe jusque dans la création d’un « carnet de vocabulaire » numérique élaboré conjointement avec les élèves de la classe et le professeur par exemple24. Cette expérimentation a permis de saisir l’importance de la collaboration au profit de l’enseignement-apprentissage de l’anglais et a dépassé les limites de l’entraînement à l’expression orale et de la communication en ligne. Elle a mis en évidence la nécessité de créer une atmosphère de travail propice au développement de l’élève dans divers domaines : progrès langagiers, confiance en soi, prise de conscience de la complémentarité des atouts des élèves et de l’importance de mutualiser ses ressources et ses connaissances.

Notes

1 Ce projet fut présenté et retenu lors du Cinquième Forum des Enseignants Innovants et de l’Innovation Pédagogique, organisé par le Café Pédagogique, en juin 2012. http://tinyurl.com/podcasting-project

2 http://www.christianpuren.com/mes-travaux-liste-et-liens/2011e/, consulté le 18 mai 2013.

3 http://www.coe.int/T/DG4/Linguistic/Source/Framework_FR.pdf, consulté le 18 mai 2013._

4 Christian Puren, « L’interculturel », Langues modernes n° 3/2002, juil.-août-sept. 2002, p. 55-71.

5 Nathaniel Branden, « Avoir confiance en soi, c’est savoir qu’on mérite le bonheur »,http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Estime-de-soi/Articles-et-Dossiers/Oser-les-cles-de-la-confiance-en-soi/Nathaniel-Branden-psychologue-Avoir-confiance-en-soi-c-est-savoir-qu-on-merite-le-bonheur2, consulté le 18 mai 2013.

6 B2i lycée.

7 Un ordinateur par élève permet d’approfondir des notions différentes selon les besoins des apprenants.

8 Fiorella Casciato, « Apprentissage collaboratif, interculturel et lecture », Actes du colloque Cyber-langues, Aix en Provence, 2012, http://www.cyber-langues.asso.fr/spip.php?article281 (consulté le 7 juillet 2013).

9 David H. Jonassen, Jane L. Howland et Rosa M. Marra, Meaningful Learning with Technology, Pearson Education, Upper Saddle River – New Jersey – Columbus – Ohio, 2008.

10 « Il s’agit d’une technique permettant l’écoute et le visionnement en ligne (streaming) ou le téléchargement sur l’ordinateur de documents audio ou vidéo obtenus grâce à un abonnement pour le podcasting au sens strict.
Selon les cas, il peut être ensuite possible de les transférer sur un baladeur ou les graver sur un CD-rom. Ces contenus audio peuvent aussi éventuellement être déposés sur un blog ou un site », http://www.enseignement.be/index.php?page=26438&navi%3D3211(consulté le 18 mai 2013).
Il s’agissait également dans le cas de ce projet particulier de déposer des podcasts créés par les élèves sur des sites de podcasting tel Podbean.

11 En particulier lorsqu’ils ont conçu des posters et diaporamas pour valoriser leur travail qui avait été sélectionné lors du 5e Forum des Enseignants Innovants.
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/languesvivantes/anglais/Pages/2012/134_anglais_enseignantsinnovants_fasquel.aspx (consulté le 18 mai 2013)

12 Site de partage de podcasts. http://www.podbean.com/

13 Ce site a fermé ses portes. Il s’agissait d’un site de micro-podcasting très facile d’utilisation. Il permettait aux apprenants de répondre à un message du professeur.

14 Backchannel est un site collaboratif constitué de deux parties : un pad, qui permet de prendre des notes, de partager du contenu en temps réel et un chat. Il est très facile d’usage et chaquepad peut être exporté en pdf, word, etc., http://titanpad.com/(consulté le 18 mai 2013).

15 Ce site n’existe plus. Il permettait de créer des vidéos à partir de photographies, de textes, de sons et de musiques. Il peut être remplacé par Photorécit 3, logiciel gratuit et facile d’usage ou utellstory, conçu par la même équipe, http://www.utellstory.com/(consulté le 18 mai 2013).

16 Site de création de sondages en ligne, http://fr.surveymonkey.com/ (consulté le 18 mai 2013).

17 Podcasting, New Technologies et The Environment.

18 Il s’agit des collègues du site esl printables, site de partage et forum pour professeurs d’anglais du monde entier, qui ont répondu à la demande de l’enseignant, http://www.eslprintables.com/forum/topic.asp?id=32051 / (consulté le 18 mai 2013) et des collègues du site eTwinning (en particulier du groupe « The Creative Classroom »). http://www.etwinning.net/ (consulté le 18 mai 2013).

19 Ce site permet de vérifier la prononciation de mots, http://www.howjsay.com/(consulté le 18 mai 2013).

20 Projet de l’année scolaire 2012-2013, primé aux Journées de l’Innovation de l’UNESCO, en mars 2013, http://www.ac-rouen.fr/medias/fichier/creation-de-livres_1370002868795-pdf / (consulté le 18 mai 2013).

21 http://www.wordreference.com/fr// (consulté le 18 mai 2013).

22 http://www.e-anglais.com/ (consulté le 18 mai 2013).

23 Les élèves ont particulièrement apprécié l’utilisation des nouvelles technologies, la découverte de sites et d’outils en ligne tels Pen.io, Podbean, Titanpad, les sites de création de jeux en ligne, la création de sondages sur Survey Monkey, le partage, la communication en ligne et l’ouverture de la classe sur le monde, le travail de groupes, la création des podcasts, l’entraînement aux activités langagières de la compréhension et de l’expression d’une manière différente, plus ludique, intéressante et motivante, dans une démarche vivante.

24 http://vocab-2ndec.pen.io//http://vocabulaire-1es1.pen.io/ (consulté le 18 mai 2013).

Auteur

Lycée Giraux Sannier, Saint-Martin-Boulogne

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search