Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Gaulle, Vendroux, la Résistance dans le Nord de la France

 | 
Stéphane Curveiller

Conclusions

Yves Le Maner

Texte intégral

1Réaliser sur une faible surface typographique, une synthèse des travaux du colloque « De Gaulle, la Résistance, Vendroux », relève de la gageure… Cela tient bien sûr à l’immensité et à la complexité historique du personnage central, Charles de Gaulle. Mais s’y ajoute la diversité des niveaux de lecture qui nous ont été proposés : le colloque s’inscrit en effet dans une perspective de commémoration nationale, mais il embrasse, pour l’essentiel, un territoire régional, celui du Nord - Pas-de-Calais, tout en réservant une focale spécifique à l’évocation de l’histoire locale, celle de Calais et du Calaisis, à travers les liens personnels et familiaux qui l’unissent au général.

2Il est remarquable que la commémoration décennale de 2010 ait concerné simultanément trois repères chronologiques essentiels : le 120e anniversaire de la naissance de Charles de Gaulle, le 70e de l’appel du 18 juin 1940, le 40e de sa mort. Il y a là la traduction d’une profondeur du temps qui nous permet de comprendre que cette grande figure de l’histoire nationale est désormais passée de la mémoire à l’histoire, avec la disparition de la plupart des témoins, ceux qu’il a appelé ses « compagnons » : celle-ci est quasiment totale pour la période d’avant la Seconde Guerre mondiale, elle s’accélère brutalement pour les acteurs du conflit ; elle est largement amorcée pour l’après-guerre et la première décennie de la Ve République, celle des « barons » du gaullisme.

3La première journée des travaux du colloque a confirmé de façon émouvante et tragique ce basculement de la mémoire à l’histoire. Il ne fait aucun doute que le témoignage des anciens Résistants de la Seconde Guerre mondiale est sur le point de s’éteindre. La situation est actuellement similaire à celle des années 1980 pour la dernière phalange des Poilus de la Grande Guerre. C’est donc aux historiens qu’incombe désormais le travail de mémoire : par la recherche en archives, par l’analyse et la mise en perspective de la contribution exceptionnelle d’un homme exceptionnel.

4Les travaux de la seconde journée du colloque ont fourni des jalons utiles et intéressants dans cette perspective. Jean-Pierre Dournel a montré, de façon très claire, l’évolution du discours historique véhiculé par les programmes scolaires, les seuls qui proposent un cadre de réflexion unitaire, à l’échelle nationale. Hélène Priego, pour le musée de Bondues, Aymeric Spriet, pour la maison natale du général de Gaulle à Lille, Bruno Leroux, pour la fondation de la Résistance et Laurent Seillier, pour La Coupole, Centre d’Histoire et de Mémoire du Nord - Pas-de-Calais, nous ont présenté le rôle désormais considérable des musées d’histoire et des fondations pour assurer la transmission de l’information à l’ensemble des générations, et aux scolaires en premier lieu.

5Les communications historiques ont centré leur regard sur deux aspects de la geste gaulliste, dans le cadre géographique du Nord - Pas-de-Calais en général, et du Calaisis en particulier. La période de l’Occupation et de la résistance, tout d’abord, avec l’intervention de René Lesage, sur les causes de l’engagement résistant entre 1940 et 1944. Le conférencier a bien montré la multiplicité des facteurs qui ont motivé l’engagement, la prise de risque : le patriotisme, l’antifascisme, les valeurs chrétiennes selon les cas, ou simultanément. Le « gaullisme » qui émerge en ces temps de guerre dépasse alors les clivages politiques et idéologiques qui déchiraient la société française de l’entre-deux-guerres. Michel-Pierre Chélini a mis en valeur, de son côté, l’émergence, au sein de la France Libre, d’une pensée économique nouvelle qui intègre l’intervention modernisatrice de l’État dans la gestion de l’économie capitaliste. On peut regretter que n’ait pas été évoquée, au cours du colloque, la grande figure de Francis-Louis Closon, nommé, par Charles de Gaulle, commissaire de la République, à Lille, en septembre 1944, à l’âge de 31 ans. Avec lui, c’est une nouvelle génération de grands technocrates soucieux de la renaissance économique du pays qui fait son apparition sur la scène nationale ; il sera amené, pendant de longues années, à diriger l’INSEE.

6Ensuite, c’est la période de l’après-guerre, celle du RPF et du gaullisme de la Ve République, qui a fait l’objet des interventions complémentaires de Christian Hocq, Jean-Marc Guislin et Jean-Paul Thomas. On voit bien, avec l’histoire du RPF dans le Nord - Pas-de-Calais, comment se dévoile rapidement l’ambiguïté du mot « gaullisme » dans la France de l’après-guerre. Cela résulte, tout d’abord, de sa réduction idéologique à un champ politique de droite. C’est ce que souligne notamment la communication de Jean-Paul Thomas, qui montre la présence d’un noyau dur issu du PSF du colonel de La Rocque. L’intervention de Christian Hocq, consacrée au personnage complexe de Maurice Schumann, pose une autre question importante sur la définition de la marge centriste du gaullisme : en termes provocateurs, on peut se poser la question de savoir si la démocratie chrétienne était soluble dans le gaullisme…

7Cette seconde journée nous a permis de rappeler que c’est désormais la définition même du gaullisme, sur le long terme, qui constitue la pierre philosophale pour la recherche des historiens d’aujourd’hui : pendant l’Occupation (notamment par rapport à la désagrégation de la SFIO), sous la IVe République (avec l’assimilation de la Droite conservatrice) et enfin dans la première décennie de la Ve République. Ensuite, après 1970 et la disparition du général, c’est l’héritage, davantage que la légitimité historique, qui devient la question centrale…

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540