Version classiqueVersion mobile

Discours et effets de sens

 | 
Carmen Pineira-Tresmontant

Langue et nationalisme : les synergies à l’œuvre dans la neutralisation (relative) du conflit diglossique en Catalogne autonome

Henri Boyer

Texte intégral

1Mon propos dans cette intervention est de livrer une réflexion de sociolinguiste à partir de l’observation d’un terrain précis : la Catalogne (communauté autonome de l’État espagnol ayant une « langue propre » : le catalan, et où est établie constitutionnellement une co-officialité castillan-catalan) et plus précisément du retournement de situation linguistique dont cette communauté a été le cadre, salué unanimement comme un cas d’école (Fishman, 1991).

2Ce retournement est dû à plusieurs facteurs/acteurs qui constituent ce que j’appellerais volontiers un triangle glottopolitique gagnant, et dont je livre ci-dessous la configuration, configuration complexe dont je vais exposer le fonctionnement en diachronie dans les pages qui suivent :

1. L’École catalane de sociolinguistique

3Le premier sommet du triangle est constitué par la sociolinguistique du domaine catalan (désormais SDC) (essentiellement du Principal et du Pays valencien). Elle présente certaines singularités dont il va être question ici.

4Sa première singularité est à n’en pas douter la personnalité de ses pères fondateurs. L’Histoire en a semble-t-il retenu quatre (M. Leprêtre et J. Bañeres, 2002), dont deux Valenciens (Ll. V. Aracil et R. Ll. Ninyoles) et deux Barcelonais (A. Badia i Margari et F. Vallverdύ qui sont à l’origine (avec d’autres moins célébrés) de la fondation d’un Collectif : le Grup Català de Sociolingüística (1973) dont la première manifestation scientifique d’importance a sûrement été la participation officielle au Ville Congrès Mondial de Sociologie tenu à Toronto en 1974 : une session y était consacrée à la « Sociolinguistique catalane » (F. Vallverdú, 2011). Le Groupe (très élargi au fil des ans) prend en 2005 le nom d’Associació de Sociolingüistes de Llengua Catalana puis en 2008, en passant dans le giron de l’Institut d’Estudis Catalans : de Societat Catalana de Sociolingüística (SOCS).

5Pour revenir sur l’identité des pères fondateurs de cette sociolinguistique « périphérique », il faut reconnaître qu’elle n’est pas (du point de vue de leur formation) orthodoxe : à l’exception du professeur A. Badia i Margarit, linguiste et romaniste de renom, deux autres (Ll. V. Aracil et R. Ll. Ninyoles) sont à l’origine juristes (avocats) et sociologues, le dernier (F. Vallverdú) étant lui aussi à l’origine juriste (avocat) mais également éditeur (il a joué un rôle important au sein des Edicions 62 en faveur de la publication de travaux de sociolinguistique et en catalan) (F. Vallverdú 1980b, M. Leprêtre et J. Bañeres, 2002).

  • 1 C’est moi qui traduis : il en est de même, pour l’ensemble de ma contribution, des extraits cités d (...)

6Une autre singularité de cette SDC tient précisément à l’ancrage des fondateurs dans la société civile, à leur implication dans le mouvement social et au fait que pour eux la sociolinguistique est une arme au service de la défense et de la promotion d’une identité collective menacée, et pour tout dire, d’une nation menacée. Badia insistait précisément au Ville Congrès Mondial de Sociologie à Toronto sur « l’inévitable tâche », sur la « tâche fondamentale » de la sociolinguistique catalane imposée par le « contact [du catalan] avec l’« autre langue ». » (A.-M. Badia, 1977 : 26)1. Le même Badia citait ainsi Aracil :

Sans doute, le sens et la force de la sociolinguistique catalane [...] s’expliquent par le fait que notre travail scientifique s’intègre dans un mouvement historique très vaste. (A.-M. Badia, 1979 : 20)

L’implication du sociolinguiste est le crédo de la SDC naissante (A.-M. Badia, 1977). Pour Badia, « la sociolinguistique catalane se sent engagée avec le peuple, et de son côté, le peuple catalan soutient la sociolinguistique » (A.-M. Badia, 1976, cité par F. Vallverdú, 1980a : 639). Les sociolinguistes catalano-valenciens dénoncent la gestion franquiste des langues d’Espagne, discriminante au profit du seul castillan, et entrent en résistance contre l’entreprise de substitution linguistique : ils se veulent les instigateurs d’une reconquête sociolinguistique collective.

1.1. Fondements

  • 2 Concernant l’aventure épistémologique du concept de « diglossie » dont l’émergence est due à l’hell (...)

7Le cadre théorique et méthodologique de traitement des situations de diglossie construit par la SDC constitue une rupture, en même temps qu’une sorte de retour aux sources2. En effet, les pères fondateurs : dès son apparition (milieu des années soixante du XXe siècle) elle se présente comme une sociolinguistique critique (H. Boyer, 1991) et reçoit la modélisation sociolinguistique nord-américaine concernant la « diglossie » (Ch. Ferguson 1959, J. Fishman 1971), en la mettant en débat (F. Vallverdú, 1980a). Pour la SDC, la situation vécue par les catalanophones en Espagne est une situation de dominance (aux manifestations variables selon la partie du domaine géolinguistique envisagée). Ainsi la diglossie analysée n’est ni équilibrée ni stable : son moteur en est le conflit (L. Aracil 1965 et 1982, R. Ninyoles, 1969), conflit entre une langue dominante et une langue dominée. La politique de l’État espagnol en Pays valencien et en Catalogne proprement dite a conduit à une minoration, à une marginalisation du catalan.

8S’il y a conflit il y a dilemme : ou bien la langue dominante poursuit sa domination et dans ce cas elle se substituera plus ou moins lentement mais sûrement à la langue dominée ou bien la communauté ayant en usage la langue dominée va résister à la dynamique de subordination et de substitution et lutter (par l’action collective des usagers mais grâce éventuellement à une intervention institutionnelle) pour un développement normal des usages sociaux de la langue dominée. Il s’agit de promouvoir la normalisation, concept-clé de l’édifice théorique en voie de construction (L. Aracil, 1965) : on peut dire qu’il s’agit là d’un apport essentiel dans le champ de la sociolinguistique appliquée : le domaine de la gestion des langues. Pour Aracil la normalisation :

consiste surtout dans l’élaboration et la mise en vigueur de systèmes de normes d’usage linguistique. [...] Elle implique [...] non seulement une attitude favorable envers la langue qu’il s’agit de normaliser, mais aussi [...] un espoir et une confiance dans l’efficacité de l’action sociale [...] Une véritable normalisation ne saurait jamais se borner aux aspects “purement” linguistiques. Elle doit envisager en même temps beaucoup de facteurs décidément “sociaux”, voire essentiellement politiques. (L. Aracil, 1982 : 9)

9Cependant pour que la langue dominée soit normalisée, pour qu’elle soit une langue de plein exercice, il faut au préalable qu’elle ait été normativisée, c’est-à-dire que les membres de la communauté aient accepté le choix d’un standard, une codification, qui permettent à cette langue d’être écrite, enseignée et d’être utilisée dans tous les compartiments de la vie publique (l’administration, les médias...). Sans normativisation il n’y a pas de normalisation possible.)

10Pour la SDC, la normalisation n’a jamais été conçue comme une utopie mais comme un combat. Combat qui prend appui sur un certain nombre d’acquis historiques. Comme ceux de la Renaissance (la « Renaixença ») du XIXe siècle et de la « standardisation du catalan moderne » dans la première moitié du XXe siècle qui s’est concrétisée par la création de l’« Institut d’Études Catalanes » (1907) et la publication d’œuvres fondamentales pour la normativisation de la langue, dues au linguiste Pompeu Fabra : les Normes orthographiques (1913), la Grammaire normative (1918) et le Dictionnaire général de la langue latalane (1932) (F. Vallverdú, 1981 : 55). Comme également ceux de deux moments importants d’autonomie politique, interrompus cependant par des coups d’état militaires : la « Mancomunitat » (1914-1925), et lors de l’avènement de la République, la « Generalitat » (1931-1939). Durant ces deux périodes, il y eut un grand renouveau culturel en Catalogne et le catalan récupéra le statut de langue officielle qu’il avait perdu au XVIIIe siècle (F. Vallverdú 1981). Il est clair que ces acquis n’ont jamais cessé de fonctionner positivement dans la mémoire et la conscience linguistique des Catalans

11Par ailleurs Aracil, en particulier, dénonce les discours convenus en faveur du bilinguisme sociétal au motif qu’ils sont trompeurs car ils occultent la situation de conflit : habité par la dominance d’une langue sur une autre le bilinguisme est inévitablement inégalitaire et il a toutes les chances d’être l’antichambre d’un monolinguisme en faveur de la seule langue dominante. Et l’un des apports majeurs de cette modélisation, c’est d’avoir insisté sur l’importance des mythes, préjugés, idéologies... (Voir L. Aracil 1965, R. Ninyoles 1971 et 1976), c’est-à-dire du paradigme représentationnel constitutif de ce qu’on peut appeler l’imaginaire communautaire (H. Boyer, 2003). Ainsi, elle fait toute sa place à une attitude comme l’« auto-odi » (littéralement la haine de soi, qu’on peut préférer désigner par auto-dénigrement), déclenché par une idéologie diglossique et donc des représentations stigmatisantes de la langue dominée qui consistent à faire accepter par les dominés l’idée que leur langue est inférieure, qu’elle n’a aucune utilité sociale, qu’il faut l’abandonner : pour ne plus être un citoyen de seconde zone, il faut parler la langue dominante.

1.2. Question d’espace linguistique

  • 3 Cet expansionnisme ne fait évidemment pas l’unanimité, tout particulièrement dans certains des terr (...)

12Au-delà de la diversité des positionnements identitaires-nationalistes et des projets quant à l’évolution souhaitable de l’État espagnol, se pose depuis longtemps en domaine catalan la question de l’espace géolinguistique identifié comme national. Et à l’instar de ce qui a pu être observé pour d’autres nationalismes linguistiques, (H. Boyer 2008) on doit parler de pan-catalanisme à propos de la prétention d’une tendance importante du nationalisme linguistique catalan, d’étendre, sous la dénomination de « Pays catalans » (Països Catalans) la nation catalane à l’ensemble des pays historiquement de langue catalane, où du reste l’usage social du catalan est aujourd’hui d’importance variable (outre la Catalogne proprement dite (le « Principal »), les îles Baléares, le Pays valencien, le Roussillon, l’Andorre, la frange orientale de l’Aragon et la ville sarde d’Alghero).3

  • 4 Il suffit pour s’en convaincre de prendre connaissance des communications présentées au Deuxième Co (...)

13Et il convient d’observer que les (socio) linguistes catalans identifient en général (avec d’autres militants nationalistes) la nation catalane avec les « Països Catalans ».4 (Par exemple M. Pradilla éd. 1999). Il en est ainsi, par exemple, pour Modest Prats, universitaire, spécialiste de l’histoire de la langue, qui déclarait aux Deuxièmes Journées consacrées au nationalisme catalan à la fin du XXe siècle :

Nous, nous savons que la connexion langue catalane et nation catalane (il est clair que je pense aux Pays catalans) est un élément indispensable de notre projet [nationaliste], (M. Prats 1989 : 89 ; c’est moi qui souligne)

14Lors des mêmes Journées, on pouvait retrouver chez Aina Moll (linguiste également et qui a occupé par ailleurs une position centrale en matière de politique linguistique en faveur du catalan, d’abord comme Directrice Générale de Politique Linguistique au sein du gouvernement de la Catalogne, ensuite comme Directrice de la Campagne de Normalisation Linguistique aux îles Baléares), un positionnement semblable : après avoir rappelé que « le principal trait distinctif de la nation catalane c’est la langue » (pour elle l’un des éléments majeurs du consensus au sein du nationalisme catalan) (A. Moll 1989 : 99), elle considère l’Espagne comme :

un État plurinational, dans lequel la nation catalane est constituée de Communautés Autonomes qui doivent établir entre elles les liens nécessaires pour sauvegarder le patrimoine culturel qui leur est commun. (A. Moll, 1989 : 101)

tout en refusant (ce qui atténue considérablement il est vrai la portée de ses propos) l’option indépendantiste dont se réclament de nombreux sociolinguistes catalans.

  • 5 Bien entendu en se transformant et en se diversifiant, si bien qu’il est difficile aujourd’hui de p (...)

Quoiqu’il en soit des visées pancatalanistes de la plupart des sociolinguistes catalans (un positionnement « idéologiquement correct » ?), l’impact sociétal de la SDC au Principal est une donnée de base pour comprendre la dynamique glottothérapique dont a bénéficié le catalan dans cette communauté autonome depuis les années quatre-vingts : la SDC a su inspirer et accompagner la normalisation de la situation du catalan.5

2. Le nationalisme linguistique : une option glottopolitique interventionniste qui a prévalu en Catalogne autonome

2.1. Langue, identité nationale, nationalisme

  • 6 L’idéologie est donc considérée ici comme une construction socio-cognitive spécifique, formée par l (...)

15Le nationalisme est sûrement l’une des idéologies (explicitement politiques) qui ont fait couler le plus d’encre durant les deux derniers siècles. Il s’agit bien d’une production idéologique, car l’on peut aisément admettre la perspective constructiviste selon laquelle la nation est, plus ou moins généralement, « le produit [...] d’une construction politique guidée par les mouvements nationalistes dans des contextes sociaux et institutionnels déterminés » (R. Máiz, 1998 : 193.). On peut donc avancer que l’idéologie nationaliste, comme articulation de représentations, opère une sélection et une hiérarchisation à partir d’un ensemble de repères identitaires (l’histoire, la langue/la culture, la race, l’ethnie, la religion, le territoire, les valeurs/les traditions collectives...). On pourra ainsi parler de nationalismes à dominante racialiste, ou à dominante ethnique, ou de nationalismes à dominante culturelle, catégorie à laquelle est associé évidemment ce que l’on désigne par nationalisme linguistique6.

16Ce cas de figure du nationalisme ne semble pas avoir la faveur d’E. Hobsbawn. La position d’Hobsbawn est intéressante précisément en ce qu’elle révèle la difficulté qu’ont certains spécialistes à traiter sereinement (c’est-à-dire sans a priori) et avec rigueur d’un thème qu’on peut considérer sûrement comme polémique, car inscrit dans les tourmentes politiques et militaires des deux derniers siècles. Elle est intéressante également, et c’est plus original, en ce qu’elle tend à minimiser la dimension (socio) linguistique de la construction idéologique nationaliste, et donc à relativiser l’existence d’un nationalisme linguistique.

17Ainsi, même s’il est évident que, pour « les théoriciens français » (de la Révolution), la nationalité était « déterminée par la citoyenneté française », il est très excessif d’affirmer que ces mêmes théoriciens « durent se battre avec opiniâtreté contre toute tentative de faire de la langue parlée un critère de la nationalité » (E. Hobsbawn, 1992 : 31-32) car, comme le reconnaît le même auteur, « il y a peu de doutes que pour la plupart des Jacobins, un Français qui ne parlait pas français était suspect » (ibid. : 33) : très tôt en effet la Révolution a fait de l’unification linguistique du territoire national en faveur du seul français un enjeu politique majeur pour la nation française (B. Schlieben-Lange 1996, Boyer 1991 : 52-71, H. Boyer 2003 : 49-57).

18Pour le nationalisme catalan qui n’a cessé de s’affirmer depuis les débuts du siècle passé, et a conquis en fin de siècle les rênes du pouvoir autonome à Barcelone pour plus de deux décennies, la langue catalane est le trait différenciateur nodal de la nation catalane et le support de la représentation identitaire centrale dans l’idéologie nationaliste. Il s’agit du deuxième sommet du « triangle glottopolitique » catalan.

2.2. Sur le « modèle » catalan de nationalisme linguistique

19On peut considérer le nationalisme catalan, dans son histoire tout comme dans son expression actuelle, comme un modèle de nationalisme linguistique, c’est-à-dire d’idéologie politique proclamant le caractère irréductible et inaliénable de la communauté nationale, dans laquelle la représentation identitaire de la langue de cette même communauté occupe une place centrale.

20Outre le problème de la diversité des positionnements nationalistes (et des projets quant à l’organisation future de l’État espagnol), on a vu dans la première partie de cette contribution que se pose en Catalogne la question de l’espace géolinguistique identifié comme national. Et à l’instar de ce qui a pu être observé pour d’autres nationalismes linguistiques, on doit parler de pan-catalanisme à propos de la prétention d’une tendance importante du nationalisme linguistique catalan, d’étendre, sous la dénomination de Pays catalans (« Països Catalans ») la nation catalane à l’ensemble des pays historiquement de langue catalane, où du reste l’usage social du catalan est aujourd’hui d’importance très variable (outre la Catalogne proprement dite (le « Principat »), les îles Baléares, le Pays valencien, le Roussillon, l’Andorre, la frange orientale de l’Aragon et la ville sarde d’Alghero). À Barcelone, les discours du parti nationaliste dominant (au sein de la coalition majoritaire) : Convergència Democrática de Catalunya, à propos de la nation et de la langue catalanes ont été (et sont) très pragmatiquement axés prioritairement sur la seule communauté autonome de Catalogne.

21Les proclamations nationalistes de primauté de la langue catalane sur les autres éléments constitutifs dans la définition de la nation catalane ne manquent pas dans le très vaste corpus nationaliste. L’un des textes fondateurs du nationalisme catalan à la fin du XIXe siècle, les célèbres Bases de Manresa (1892-1893), l’indique clairement : « La langue catalane sera la seule qui pourra être utilisée, avec un caractère officiel, en Catalogne et dans les relations entre cette région et le Pouvoir central » (il s’agit de la 3e Base) (Assambleas catalanistes (primera), Manresa, Barcelone 1893, dans Bases de Manresa 1992 : 229). Et le XXe siècle a ainsi vu se développer en Catalogne un nationalisme linguistique qui n’a cessé de se consolider et dont on peut apprécier la continuité au travers des discours tenus par les nationalistes catalans au cours de ce siècle.

  • 7 L’Académie catalane, dont la Section philologique a joué et joue un rôle éminent dans la gestion de (...)

22Ainsi l’on peut aisément vérifier l’importance de la question linguistique pour le premier nationalisme catalan fraîchement sorti du régionalisme culturel de la « Renaixença » du XIXe siècle (une « Renaissance » culturelle-identitaire comme l’ont vécu d’autres nationalités européennes durant ce siècle), en observant les actions et les discours de l’un de ses pères : Enric Prat de la Riba, avocat, Président de la « Mancomunitat » (gouvernement de la Catalogne) de 1914 jusqu’à sa mort en 1917 et fondateur en 1907 de l’« Institut d’Estudis Catalans »7.

23Son intervention au 1er Congrés International de la Langue Catalane, tenu à Barcelone en 1906, intitulée : « Importance de la langue dans le concept de la nationalité » (E. Prat de la Riba, 1906), communication érudite sur l’importance de la langue pour les peuples et les hommes, établit une claire filiation en matière linguistique, entre le catalanisme et les nationalismes « culturels » (Allemagne, Hongrie...) :

Les peuples qui réagissent contre l’absorption d’autres peuples, qui sentent ainsi la nécessité d’affirmer leur individualité, de proclamer leur personnalité, s’accrochent à leur unité de langue comme principe salvateur et fondamental de leur droit. La langue est la nationalité même, disaient les patriotes hongrois au milieu du siècle dernier, reprenant l’affirmation des premiers patriotes allemands. La langue est la nationalité, ont répété tous les peuples renaissants. (E. Prat de la Riba, 1985 : 667 ; c’est moi qui souligne)

  • 8 Il est médecin de formation et a consacré une période de sa vie à la gestion bancaire, en même temp (...)

24À l’autre bout du siècle, les catalanistes ont su enrichir la construction idéologique du nationalisme linguistique, en particulier à la suite de la dictature franquiste, dont la Catalogne a été comme communauté l’une des victimes incontestables (J. Benet 1979). Jordi Pujol, qui aura présidé durant plus de vingt ans la Generalitat de Catalunya et qui, pas plus que Prat de la Riba, n’avait de prédisposition spéciale pour traiter les questions de langues8 a su se faire le chantre et le défenseur intraitable de la langue catalane, en contribuant à instaurer en Catalogne autonome un important dispositif de politique linguistique (H. Boyer et Ch. Lagarde dirs 2002 : 96), à partir d’une législation qui a fait tache d’huile dans les autres communautés d’Espagne avec « langue propre », et en sachant tenir un discours public à vocation consensuelle mais inspiré par un indiscutable positionnement relevant du nationalisme linguistique.

  • 9 Il s’agit d’un discours qui se veut sérieux (et qui a recours à la citation d’universitaires, d’ouv (...)

25L’une de ses prises de parole les plus solennelles et les plus construites, en la matière, est sûrement la conférence prononcée le vingt-deux mars 1995 au palais des congrès de Montjuich à Barcelone, intitulée : « Que représente la langue en Catalogne ? » (« Què representa la llengua a Catalunya ? »). Tout comme le Message précédemment cité de Prat de la Riba, cette conférence s’inscrivait dans un moment très particulier : la victoire juridique obtenue de haute lutte par le Gouvernement autonome en décembre 1994, victoire que représentait la « Sentence » du Tribunal constitutionnel espagnol prononcée en faveur de la Loi de normalisation linguistique de 1983, dont le Tribunal suprême de l’État avait mis en cause la constitutionnalité de certains articles. Dans cette conférence J. Pujol s’appuie bien entendu, avec un souci évident de légitimation, sur cette Sentence9. Il y a là une constante du nationalisme linguistique périphérique : il se nourrit du conflit suscité le plus souvent par les remontrances du Centre (Gouvernement espagnol, Académie, organes de presse madrilènes...).

26La représentation de la langue catalane proposée par Pujol synthétise l’ensemble des discours nationalistes invoquant la primauté du catalan dans la définition de la nation catalane. C’est ce que proclame d’entrée de jeu le conférencier :

L’identité de la Catalogne est en grande partie linguistique et culturelle. La revendication de la Catalogne n’a jamais été ethnique ni religieuse ni ne s’est appuyée sur la géographie ni n’a été strictement politique. Il y a de nombreuses composantes dans notre identité, il y en a beaucoup, mais la langue et la culture en sont l’épine dorsale ». (J. Pujol, 1995 : 175 ; c’est moi qui souligne)

27Il poursuit en s’interrogeant : « que signifie la langue pour un peuple ? [...] c’est un signe fondamental d’identité, un élément déterminant de sa personnalité » (ibid. : 175 ; c’est moi qui souligne). Et J. Pujol revient plus loin sur ce fondement de l’identité nationale catalane :

La langue est, non pas l’unique clé, mais assurément une clé très importante de l’être d’un peuple. Et souvent la plus importante. Dans le cas de la Catalogne, la plus importante. [...] C’est la langue catalane qui a contribué de manière décisive à configurer la personnalité collective de la Catalogne, (ibid. : 178 ; c’est moi qui souligne)

28Après cette affirmation préalable du caractère central de la langue dans la construction nationaliste, J. Pujol va décliner l’ensemble des traits dont l’articulation constitue la représentation nationaliste de la langue catalane, en prenant bien soin cependant de recourir le plus souvent possible à une glose personnelle.

29On peut ainsi dégager la configuration suivante :

  • En Catalogne la langue catalane est le fondement de la nation.

  • La langue catalane est la seule langue historique de Catalogne

  • Cette langue a été victime d’une persécution impitoyable qui a visé à la détruire. Le responsable en est l’État espagnol (en particulier l’État franquiste)

  • Heureusement les Catalans ont fait preuve de fidélité (de loyauté) à l’égard de leur langue et ont résisté à l’entreprise de destruction

  • Cependant cette persécution a laissé de graves séquelles : la langue catalane est en état de faiblesse.

  • Cette faiblesse, due à l’entreprise de persécution, rend légitime une action collective en sa faveur : politique linguistique institutionnelle mais aussi militantisme catalaniste.

3. Sortie de diglossie ?

3.1. La « normalisation » sociolinguistique

30En trois décennies de vie démocratique et d’autonomie politique la Catalogne et sa capitale ont vécu une authentique métamorphose sociolinguistique (particulièrement remarquable dans le paysage urbain barcelonais). Malgré les détracteurs de tous poils (catalanistes radicaux tenants d’un monolinguisme rigide, nostalgiques de l’hégémonie du castillan...), la politique linguistique de la communauté autonome de Catalogne a servi de référence institutionnelle aussi bien pour la Galice que pour le Pays Basque (même si les mises en œuvre et les résultats sont très différents) et de moteur, selon des modalités différentes, pour d’autres aires catalanophones. Sa réussite est célébrée par des spécialistes extérieurs. C’est le troisième sommet du « triangle glottopolitique ». En effet, pour les sociolinguistes attentifs aux situations de bi ou de plurilinguisme et à la mise en place de politiques linguistiques, la Catalogne représente bien un authentique laboratoire.

31L’une des caractéristiques majeures de la politique linguistique conduite par la Generalitat, au travers de sa normalisation linguistique, c’est d’avoir su programmer, d’une manière générale avec intelligence et efficacité, en recherchant systématiquement le consensus et donc le maintien de la « concorde » au sein de la société catalane (on pense à l’unanimité autour du vote de la Loi de Normalisation Linguistique en Catalunya de 1983), un rétablissement du catalan à la fois comme langue « propre » (principe de territorialité) tout en respectant le principe de personnalité au travers de la co-officialité des deux langues en présence (W. Mackey, 1976).

  • 10 Pour une figuration de cet édifice complexe, qui est un authentique maillage sociolinguistique et g (...)

32Et il est important de souligner que la normalisation linguistique au Principat s’est développée selon les deux axes solidaires de tout « marché linguistique » : celui des usages et celui des représentations et en mettant tout en œuvre institutionnellement (de la part de la Généralité) pour que le dispositif (les structures appropriées) et les dispositions (législatives, réglementaires) soient à la hauteur du défi à relever, compte tenu de la situation héritée, largement défavorable à la langue catalane (H. Boyer 1987, 2008 : H. Boyer et M. Strubell éds 1994). On peut observer à cet égard que le dispositif de base (la Direction Générale de Politique Linguistique et ses services) a été renforcé par la mise en place d’autres structures susceptibles de toujours mieux articuler les objectifs du Gouvernement autonome et les réalités du terrain (de la commune, du quartier, de l’entreprise, du syndicat, des services...)10.

  • 11 Cet article3 prévoit également que « le parler du Val d’Aran sera l’objet d’un enseignement, d’un r (...)

33En continuité avec la Constitution démocratique de 1978, le Statut d’autonomie de la Catalogne (décembre 1979), qui rétablit définitivement l’institution séculaire de la Généralité dans ses pouvoirs législatifs et réglementaires (avec un Président, issu d’un Parlement autonome élu au suffrage universel, entouré de « conseillers »), pose dès son article 3 une identité linguistique : « La langue propre de la Catalogne est le catalan » ; c’est « la langue officielle de la Catalogne », « comme également le castillan, langue officielle dans tout l’État espagnol », dont « la Généralité garantira l’usage normal »11. Et de fait, en 1980, une Direction Générale de Politique Linguistique était donc créée au sein du Département de la Culture et des Moyens de Communication, instance tout à fait originale aux compétences importantes (Boyer, 1982).

  • 12 Un deuxième Statut d’autonomie a été voté en 2006. Il définit dans son Préambule la Catalogne comme (...)
  • 13 À propos du « régionalisme (ou [du] nationalisme) », P. Bourdieu parlait de « la lutte collective p (...)

34Cette inscription d’une préoccupation sociolinguistique dans une loi organique de l’État espagnol comme le Statut d’autonomie12 n’est pas le fruit du hasard. Elle est le fruit d’une lutte collective pour la subversion des rapports de force culturels13 qu’ont su mener les Catalans, tout particulièrement sous le franquisme qui avait instauré un authentique « terrorisme linguistique » (G. Kremnitz 1981 : 68 ; J. Benet 1979) et durant l’après-franquisme. Rappelons ici que l’une des particularités de cette « lutte collective » est la part importante qu’y a pris, aux côtés des forces politiques, sociales et culturelles, l’école catalane de sociolinguistique.

3.2. Un chantier glottopolitique ininterrompu

35Forcément, la « bataille de la langue » (P. Pujadas, 1988) s’est institutionnalisée, lentement mais sûrement. Et la fin des années quatre-vingts et les années quatre-vingt-dix ont vu se consolider la politique linguistique de la Généralité, sur le plan du dispositif gestionnaire comme sur le plan législatif.

36Désormais il s’est agi, après une période de récupération sociolinguistique, de faire du catalan la langue prioritaire de la Catalogne. Ainsi la nouvelle loi linguistique de 1998, dite « de politique linguistique » (alors que celle de 1983 s’intitulait : « Loi de normalisation linguistique en Catalogne ») précise bien les statuts respectifs des deux langues co-officielles de Catalogne, selon les deux principes reconnus en la matière (W. Mackey, 1976) : le principe de territorialité qui consacre le catalan comme la « langue propre » de la communauté autonome de Catalogne ; le principe de personnalité qui protège l’usager-citoyen est reconnu grâce à la co-officialité du castillan et du catalan. C’est ce qui apparaît clairement dans les énoncés des articles 2 et 3 du chapitre préliminaire :

Article 2
La langue propre
1. Le catalan est la langue propre de la Catalogne et elle la distingue en tant que peuple.
2. Le catalan, en tant que langue propre, est :
a) La langue de toutes les institutions de la Catalogne [...]
b) La langue employée préférentiellement par l’Administration de l’État en Catalogne de la manière que celle-ci définira, par les autres institutions et, en général, par les entreprises et organismes qui offrent des services au public.
3. Ce que stipule l’alinéa 2 implique un engagement spécial des institutions à en promouvoir la connaissance et à en encourager l’usage parmi les citoyens et citoyennes, indépendamment du caractère officiel du catalan et du castillan.
Article 3
Les langues officielles
1. Le catalan est la langue officielle de la Catalogne, de même que le castillan.
2. Le castillan et le catalan, en tant que langues officielles, peuvent être employés indistinctement par les citoyens et citoyennes dans toutes les activités privées ou publiques sans discrimination. [...]

37Mais le consensus autour de l’élaboration de cette Loi linguistique n’a pas été aussi massif que celui qui avait prévalu lors du vote de la Loi de 1983, le Parti Populaire (droite conservatrice) étant en particulier opposé à la politique linguistique conduite par la Généralité et singulièrement à la mise en œuvre de la stratégie éducative d’immersion en faveur du catalan. Cependant 88 % des parlementaires ont voté cette nouvelle Loi, promulguée en 1998.

38Les résultats positifs de la politique volontariste menée depuis 1980 sont évidents et se mesurent dans les données fournies par de nombreuses enquêtes. Le tableau ci-dessous qui rend bien compte de l’évolution de la connaissance du catalan sur 15 ans de politique linguistique (selon les déclarations recueillies auprès de la population de la Catalogne) en témoigne clairement :

Sources utilisées pour la confection de ce tableau :

Sources utilisées pour la confection de ce tableau :

* Recensements de la population (1986 et 1991. Voir Reichach, coord. (1997)
** Generalitat de Catalunya, EULC 2003 (Statistique des usages linguistiques en Catalogne 2003)

39Certes une nouvelle immigration économique, d’origine hispano-américaine, asiatique, africaine… est venue relayer la précédente immigration économique interne à l’Espagne (venue de régions pauvres de la Péninsule) du milieu du XXe siècle. Cette nouvelle immigration fait l’objet de beaucoup d’attention sociolinguistique de la part des responsables et acteurs de la politique linguistique. Un défi auquel ils se sont attaqués avec beaucoup de rigueur et d’imagination : celui de l’intégration en catalan à la société catalane de ces populations attirées par la richesse (relative) de la Catalogne, compromise du reste par la crise qui a frappé l’Europe et tout particulièrement l’Espagne.

  • 14 Ainsi, entre autres, une enquête publiée en 2006 sur les usages et attitudes linguistiques d’une po (...)
  • 15 Cette contribution s’appuie sur plusieurs publications du même auteur plus ou moins récentes, en le (...)

40Un phénomène langagier est observé depuis les années quatre-vingt-dix, qui du reste semble quelque peu contrarier l’objectif affiché d’une priorité donnée au catalan en Catalogne, y compris (et peut-être même surtout) dans les échanges ordinaires : il concerne les jeunes générations scolarisées en catalan et en espagnol et qui semblent manifester un refus du monolinguisme en se livrant, en particulier, à une pratique aléatoire de l’usage des deux langues en présence. En somme l’apparition d’un bilinguisme assumé, en progression continue14. Tout sociolinguiste un tant soit peu conséquent ne peut que se réjouir d’une telle évolution (souhaitée du reste par certains promoteurs de la Politique Linguistique de la Generalitat à ses débuts) qui cependant ne manque pas de rappeler aux bons souvenirs du même sociolinguiste le fameux mythe bilinguiste stigmatisé par l’un des pères fondateurs de la sociolinguistique catalane : Lluís Vicent Aracil (L. Aracil [1966] 1982 ; cf. A. Berrio, 2008). Et il n’est pas faux de considérer que sans la vigueur exemplaire de la politique linguistique institutionnelle conduite ces trente dernières années, inspirée par un nationalisme linguistique intégrateur, le bilinguisme ne serait pas à l’ordre du jour en Catalogne : par contre le monolinguisme en faveur du castillan y aurait sûrement progressé. Qu’adviendrait-il de ce bilinguisme réjouissant si une telle politique linguistique venait à être abandonnée ou même amputée d’une partie plus ou moins importante de son dispositif et de ses dispositions réglementaires...?15

Bibliographie

Bibliographie

ARACIL Lluís Vicente, « Conflit linguistique et normalisation linguistique dans l’Europe nouvelle », Nancy et València ; repris et traduit : « Conflicte lingüístic i normalitzaciὀ lingüística a l’Europa nova », [dans] Papers de sociolingüística, Barcelona, Edicions de la Magrana, [1965] 1982.

– , « El bilinguisme com a mite » [dans] Papers de sociolingüística, Barcelona, Edicions de la Magrana, 1982 [1966],

– , Papers de sociolingüística, Edicions de la Magrana, Barcelona, 1982.

BADIA I MARGARIT Antoni Maria, Ciència I passió dins la linguistic catalane moderna, Barcelona, Universitat de Barcelona (Discurs inaugural des curs académic 1976-1977), 1976.

– , « Entorn de la sociolingüística catalana : precedents, dificultats, contingut, objectius », [dans] Treballs de sociolingüistica catalana I (1974-1976), Ponèencies al VIIIe Congrés Mundial de Sociologia (Toronto), València, 1977.

– , « El Grup Català de Sociolingüística i el Seminari Internacional de Sociolingüística de Perpinyà (juliol de 1977), [dans] Treballs de sociolingüística catalana, N° 2, València, 1979.

Bases de Manresa. Asambleas catalanistes. Manresa 1892-Reus 1893, Barcelona, Generalitat de Catalunya/Editorial Blume.

BASTARDAS I BOADA Albert, La bilingüització de la segona generació immigrant. Realitat i factors a Vilafranca del Penedès, Barcelona, Magrana, 1986.

BENET Josep, Catalunya bajo el régimen franquista, Barcelona, Editorial Blume, 1979.

BERRIO Albert, Contra el liberalisme i el cofoisme lingüístics, Barcelona, Península, 2008.

BOIX-FUSTER Emili, Triar no és train Llengua i identitat en el joves de Barcelona, Barcelona, Edicions 62, 1993.

BOURDIEU Pierre, « L’identité et la représentation », [dans] Actes de la recherche en sciences sociales, N° 35, 1980.

BOYER Henri, « Singularité(s) de la sociolinguistique du domaine catalan. Un repérage épistémologique », [dans] Histoire Épistémologie Langage 34/II, 2012, p. 29-41.

– , Langue et identité. Sur le nationalisme linguistique, Limoges, Lambert Lucas, 2008.

– , « Le langues minoritaires à l’encan ? De la “course à la ‘part du marché’” » à l’« acharnement thérapeutique » : discours sur la dimension linguistique de la mondialisation », [dans] A. Viaut dir., Variable territoriale et promotion des langues minoritaires, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007, p 33-45.

– , « Langue et nation : le modèle catalan de nationalisme linguistique », [dans] Mots N° 74, ENS Éditions, Lyon, 2004.

– , De l’autre côté du discours. Recherches sur le fonctionnement des représentations communautaires, Paris, L’Harmattan, 2003.

– , Langues en conflit, Paris, L’Harmattan, 1991.

– , « Sociolinguistique et politique linguistique : l’exemple catalan », [dans] Études de linguistique appliquée, N° 65. 1987

– , « Diglossie : un concept à l’épreuve du terrain... », [dans] Lengas, N° 20. 1986

– , « Autonomie et politique linguistique en Catalogne. Un entretien avec Aina Moll », [dans] Amiras/Repères N° 1 (Édisud), 1982.

BOYER Henri et LAGARDE Christian (dir.), L’Espagne et ses langues. Un modèle écolinguistique ?, Paris, L’Harmattan, 2002.

BOYER Henri et. STRUBELL Miquel, éds, « La politique linguistique de la Catalogne autonome et la sociolinguistique catalane : un état des lieux », [dans] Lengas, N° 35, 1994.

Direccio General de Politica Linguistica (1983), Llei de Normalitzaciô Lingüística a Catalunya, Barcelona, Departament de Cultura de la Generalitat de Catalunya.

FERGUSON Charles A., « Diglossia », [dans] Word, N° 15, 1959.

FISHMAN Joshua Aaron, Sociolinguistique, Bruxelles et Paris, Nathan et Labor, 1971.

– , Reversing Language Shift. Theorical and Empirical Foundations of Assistance to Threatened Languages, Cleveland-Philadelphia-Adelaïde, Multilingual Matters Ltd, 1991.

GARDY Philippe et LAFONT Robert, « La diglossie comme conflit : l’exemple occitan », [dans] Langages, N° 61, 1981, p. 75-87.

Generalitat de Catalunya (1982), Statut d’autonomie de la Catalogne, Barcelona.

HOBSBAWM Éric, Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, Gallimard, 1992.

Homenatge a Enric Prat de la Riba. Missatges i manifestas 1897-1917, 1992, Barcelona, Genaralitat de Catalunya

JARDEL Jean-Pierre, « Le concept de « diglossie » de Psichari à Ferguson », Montpellier, [dans] Lengas, N° 11, 1982.

KREMNITZ Georg, « Du “bilinguisme” au “conflit linguistique”. Cheminement de termes et de concepts », [dans] Langages N° 61, 1981.

LEPRÊTRE Marc et BAÑERES Jordi, « La sociolinguistique catalane : de la dénomination d’école à l’appellation géographique. Une approche idéelle », [dans] Terminogramme N° 103-104, Montréal, Les Publications du Québec, 2002, p 105-127.

MACKEY William F., Bilinguisme et contact de langues, Paris, Klincksieck, 1976.

MÁIZ Ramón, « A reconstructión técnica do nacionalismo e as demandas políticas da democracia », [dans] Grial N° 138, Vigo, Espagne, 1998.

MOLL Aina, « Llengua i nació », El nationalisme català a la fi del segle XX, II Jornadas, Barcelona, Edicións de la Magrana/Edicións 62, 1989.

NINYOLES Rafael Lluis, Idioma i prejudici, Valencia, Eliseu Climent, 1971.

– , « Idéologies diglossiques et assimilation », [dans] Giordan et Ricard (Éditions), Diglossie et littérature, Bordeaux-Talence, Maison des Sciences de l’Homme, 1976.

– , Conflicte Lingüístic Valencià. Barcelona, Editions 62, 1969.

PRADILLA CARDONA Miquel Àngel, éd., La llengua catalana al tombant del mil. leni, Barcelona, Editorial Empúries, 1999.

PRAT DE LA RIBA Enric, « Importància de la llengua díns del concepte de la nacionalitat », comunicació d’Enric Prat de la Riba. [dans] Primer Congrès International de la Llengua Catalana, Barcelona, 1906. Editorial Vicens-Vives, Barcelona, 1985.

PRATS Modest, « Nació i llengua : unes fites i una reflexió », [dans] El nationalisme català a la fi del segle XX, II Jornadas, Barcelona, Edicións de la Magrana/ Edicións 62, 1989.

PUJADES Pius, La batalla de la llengua. Converses amb Francesc Ferrer i Gironès, Barcelona, Xarxa Cultural, 1988.

PUJOL Jordi, « Qué représenta la llengua a Catalunya ? », conferència de Jordi Pujol al Palau de Congressos de Montjuïc (22-3-95), Generalitat de Catalunya, Departament de la Presidència, Entitat Autònoma del Diari Oficial i de Publicacions. Col-lecció Paraules del President de la Generalitat, vol. 26 (gener-desembre 1995), Barcelona, 1995.

REIXACH Modest, coord., El coneixement del català, Barcelona, Generalitat de Catalunya, Departament de Cultura, 1997.

RENIU I TRESSERRAS Miquel, « El Consell social de la llengua catalana », [dans] Revis ta de Llengua i dret, N° 16, 1991.

RIERA GIL Elvira, Etica politica i diversitat lingüística. Per una política lingüística responsable, Barcelona, Escola d’Administraciό Pública de Catalunya, 2008.

Second Congrés International de la llengua catalana III, Area 2, Sociologia de la llengua (1991), Diputació de Girona, Girona.

SÉRIOT Patrick, éd., Langue et nation en Europe centrale et orientale du XVIIIe siècle à nos jours, [dans] Cahiers de l’ILSL, N° 8 et Linx, Université de Lausane, 1996.

SCHLIEBEN-LANGE Brigitte, Idéologie, Révolution et uniformité de la langue, Liège, Mardaga, 1996.

SINTAS Sandrine, De la « langue baléare » à la (micro) nation baléare, thèse, Université Paul-Valéry, Montpellier III, 2000.

TABOURET-KELLER Andrée, « Le mot Volk dans la presse à destination des maîtres d’écoles primaires des populations allemandes à l’étranger (Auslandsdeutsche Volksschule) entre 1890 et 1939 », [dans] Sériot, Éditions, 1996.

TORRES I PLA Joaquim, « La demolingüística en els territoris de llengua catalana » [dans] Treballs de sociolingüística catalana, N° 21, Barcelona, Societat Catalana de Sociolingüística, Institut d’Estudis Catalans, 2011, p. 183-192.

VALLVERDÚ Francesc, « Historia del col-lectiu GCS/ASOLC/SOCS », [dans] Treballs de sociolingüística catalana, 21, Barcelona, Societat Catalana de Sociolingüística, Institut d’Estudis Catalans, 2011, p. 193-204

– , Aproximació crítica a la sociolingüística catalana, Barcelona, Edicions 62, 1980a.

– , « Algunes aportacions teóriques dels investigadors catalans a la sociolingüística », Actes del Cinquè Col-loqui Internacional de Llengua i Literatura Catalanes, Andorra, 1-6 d’octubre de 1979, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1980b.

– , El conflicto lingüístico en Cataluña : historia y presente, Barcelona, Ediciones Peninsula, 1981. Table des matières

Notes

1 C’est moi qui traduis : il en est de même, pour l’ensemble de ma contribution, des extraits cités de textes originellement écrits en langue étrangère.

2 Concernant l’aventure épistémologique du concept de « diglossie » dont l’émergence est due à l’helléniste Jean Psichari voir par exemple Ph. Gardy et Lafont 1981, G. Kremnitz 1981, J.-P. Jardel 1982, H. Boyer 1986.

3 Cet expansionnisme ne fait évidemment pas l’unanimité, tout particulièrement dans certains des territoires concernés. Des phénomènes de rejet peuvent ainsi être observés, en particulier sous la forme de conflits glossonymiques, comme dans la Communauté valencienne (voir H. Boyer et Ch. Lagarde dirs 2002 : 123-126) et dans la Communauté des îles Baléares (voir S. Sintas 2000).

4 Il suffit pour s’en convaincre de prendre connaissance des communications présentées au Deuxième Congrès international de la Langue catalane (qui s’est déroulé en plusieurs lieux en 1986) qui embrassait l’ensemble des Pays catalans (voir par exemple : Second Congrés Internacional de la llengua catalana III, Area 2, Sociologia de la llengua, Diputació de Girona, Girona, 1991)

5 Bien entendu en se transformant et en se diversifiant, si bien qu’il est difficile aujourd’hui de parler d’une sociolinguistique catalane.

6 L’idéologie est donc considérée ici comme une construction socio-cognitive spécifique, formée par l’association de représentations partagées, ayant vocation à légitimer des discours performatifs et à générer un certain nombre d’opinions et d’actions collectives (voir H. Boyer 2003 : 9-19). Pour ce qui concerne le nationalisme linguistique comme idéologie politique, qui identifie la communauté linguistique à la nation, il opère évidemment sur l’intracommunautaire et l’intercommunautaire.

7 L’Académie catalane, dont la Section philologique a joué et joue un rôle éminent dans la gestion de la langue catalane et au sein de laquelle le linguiste Pompeu Fabra devait réaliser la normativisation du catalan au travers de normes orthographiques, d’une grammaire et d’un dictionnaire, une normativisation indispensable pour la normalisation ultérieure des usages sociaux du catalan (H. Boyer, 1991).

8 Il est médecin de formation et a consacré une période de sa vie à la gestion bancaire, en même temps qu’à l’action politique. Il a fait un séjour en prison, pour fait de catalanisme, sous le franquisme : cet épisode de sa vie publique n’est évidemment pas pour rien dans la notoriété politique qui lui a permis de conquérir et de conserver le pouvoir en Catalogne.

9 Il s’agit d’un discours qui se veut sérieux (et qui a recours à la citation d’universitaires, d’ouvrages..) et solennel. Un discours très marqué cependant par la rhétorique propre à J. Pujol, qui recourt volontiers au registre familier, une rhétorique bien rodée où l’auteur est toujours fortement impliqué personnellement (au travers de détails, d’anectodes empruntées à son vécu) dans l’argumentation produite. Et où le refus de polémicité régulièrement affirmé (souligné par les appels répétés au consensus, à la « convivència ») ne fait que souligner malicieusement la teneur polémique du discours, en particulier lorsque J. Pujol se fait un malin plaisir de prendre tel ou tel « donneur de leçons » en flagrant délit de mauvaise foi ou de contradiction, comme le Président François Mitterrand, par exemple, sans omettre de saluer l’attitude positive de nombreux castillanophones en faveur du catalan...

10 Pour une figuration de cet édifice complexe, qui est un authentique maillage sociolinguistique et glottopolitique de la communauté autonome de Catalogne voir H. Boyer et Ch. Lagarde 2002 : 96).

11 Cet article3 prévoit également que « le parler du Val d’Aran sera l’objet d’un enseignement, d’un respect et d’une protection particuliers ». Sur la politique linguistique conduite par la Généralité au Val d’Aran, voir l’article de X. Lamuela : « La Politique Linguistique au Val d’Aran ou d’indétermination », [dans] Études de Linguistique Appliquée, N° 65/1987 et, dans ce même ouvrage, la contribution de M. Leprêtre (I, 3.2.).

12 Un deuxième Statut d’autonomie a été voté en 2006. Il définit dans son Préambule la Catalogne comme « nation ». Il réaffirme avec fermeté l’importance de l’action glottopolitique institutionnelle. Du reste leTribunal Constitutionnel espagnol, en juin 2010, s’est prononcé contre un certain nombre d’articles de ce Statut d’Autonomie (lequel avait été adopté en son temps par les Cortès de Madrid et par référendum en Catalogne), en particulier ceux touchant à la préférence linguistique en faveur du catalan. Cette décision, prise par une institution espagnole par ailleurs décriée, a été ressentie comme une « provocation » par beaucoup de Catalans. Une grande manifestation de protestation sur le thème « Som una nació. Nosaltres decidim » (Nous sommes une nation. C’est nous qui décidons) a rassemblé le 10 juin 2010 à Barcelone environ un million de personnes.

13 À propos du « régionalisme (ou [du] nationalisme) », P. Bourdieu parlait de « la lutte collective pour la subversion des rapports de force symboliques » (P. Bourdieu, 1980 : 69).

14 Ainsi, entre autres, une enquête publiée en 2006 sur les usages et attitudes linguistiques d’une population d’élèves du secondaire met en évidence la montée en puissance de l’option « bilinguiste » (indistinctement catalan et castillan) au détriment des choix exclusifs du castillan ou du catalan. Ainsi, alors que chez les parents ce choix « bilinguiste » ne représentait que 7,4 %, pour les jeunes enquêtés ce pourcentage atteint 28 % (Source : Département d’Éducation et Secrétariat de Politique Linguistique de la Généralité, cité dans E. Riera Gil 2008 : 145). Voir par ailleurs Boix i Fuster 1993.

15 Cette contribution s’appuie sur plusieurs publications du même auteur plus ou moins récentes, en leur empruntant certains développements (revus le plus souvent), en particulier : H. Boyer, 2004, 2007, 2008, 2012.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Sources utilisées pour la confection de ce tableau :
Légende * Recensements de la population (1986 et 1991. Voir Reichach, coord. (1997)** Generalitat de Catalunya, EULC 2003 (Statistique des usages linguistiques en Catalogne 2003)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/7043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search