Version classiqueVersion mobile

Discours et effets de sens

 | 
Carmen Pineira-Tresmontant

Argumenter par l’imaginaire. L’utilisation des unités discursives à caractère phraséologique comme stratégie de persuasion

Henry Hernández Bayter

Texte intégral

  • 1 Ensemble complexe incluant les savoirs, les croyances, les arts, la morale, les lois, les coutumes, (...)

Culture, or civilization, taken in its broad, ethnographie sense, is that complex whole which includes knowledge, belief, art, morals, law, custom, and any other capabilities and habits acquired by man as a member of society.1 (E. Tylor, 1920 [1871])

  • 2 De cette manière, les phraséologismes – en tant qu’expression des savoirs collectifs – constituent (...)

Así, pues, los fraseologismos – como expresiὀn de saberes colectivos – constituyen parte importante de la cultura de una comunidad.2 (A. Zuluaga, 2001)

L’art du discours politique est l’art de s’adresser au plus grand nombre pour le faire adhérer à des valeurs communes.
(P. Charaudeau, 2005 : 187)

Ces trois citations regroupent l’objectif de notre propos, à savoir l’analyse des Unités Discursives à Caractère Phraséologique, désormais UDCP, et leur composante culturelle, en tant qu’outil pour la construction d’un schéma argumentatif. Dans un premier temps, nous pouvons dire que la culture sert de lien entre les hommes. C’est à travers un système complexe, comme le signale E. Tylor, que les hommes se reconnaissent membres d’une communauté qui partage cet ensemble. Celui-ci contient, à son tour, les savoirs communs des individus. Par ailleurs, ces savoirs communs se verbalisent, comme l’indique A. Zuluaga, et prennent la forme des UDCP qui expriment, par le langage, ce que P. Charaudeau appelle « des valeurs communes ». Or, le locuteur politique a recours à ces UDCP pour la construction d’une progression argumentative dans son discours, ceci dans le but d’attirer l’attention, de convaincre, de faire écho dans les pensées de ses interlocuteurs.

1Il s’agit ici de présenter et d’analyser l’utilisation des UDCP comme instrument pour la création d’une stratégie de persuasion dans les discours de l’ex-président colombien Álvaro Uribe Vélez. Nous tentons de décrire les UDCP mises en place pour la construction d’une « progression argumentative » (G. Gréciano, 1998 : 323) dans les discours prononcés lors des Conseils Communaux de Gouvernance (désormais CCG) pendant les deux mandats de l’ex-président colombien, de 2002 à 2010.

  • 3 Lexico 3 est un logiciel de statistique textuelle conçu par André Salem dans les années 1990 au sei (...)
  • 4 Nous avons retenu le domaine d’étude de l’analyse du discours politique en continuité avec les étud (...)

2Nous avons interrogé le corpus, à ce sujet, à l’aide du logiciel Lexico 33. Notre étude propose une approche du discours et du lexique de l’ex-président du point de vue de la phraséologie, de l’analyse du discours politique4, de la linguistique du corpus et de la lexicométrie. En outre, cet article s’appuie sur des résultats de notre thèse de doctorat, à l’Université d’Artois, dirigée par Mme Carmen Pineira-Tresmontant et dans le cadre de l’axe CoTraLiS, de l’équipe d’accueil Textes et Cultures de cet établissement.

3Notre propos se structure en trois parties : tout d’abord on donnera quelques repères terminologiques et contextuels. Puis, on présentera l’analyse des UDCP dans le discours de l’ex-président qui servent à la construction d’un schéma argumentatif. Enfin, nous présenterons une synthèse de ce travail.

1. Repères terminologiques et contextuels

4Cette partie de notre propos se déroule en trois phases : après une définition très brève de la phraséologie et du discours politique, nous présenterons une notion de l’argumentation et des imaginaires. Finalement, nous présenterons une brève description du contexte sociopolitique colombien.

1.1. Discours politique et phraséologie

5Tout d’abord, le discours politique peut être défini comme un discours spécialisé, une forme spécialisée de la langue générale, dans le sens où il contient des caractéristiques particulières qui le différentient d’autres domaines spécialisés. Il contient, notamment, un lexique qui le détache des autres langues spécialisées et de la langue générale, elle-même.

6Par ailleurs, le discours politique correspond à tout usage langagier, discours prononcé ou écrit au sein de l’activité politique. C’est-à-dire, il apparaît dans un contexte et une situation d’énonciation politiques (conférences du parti politique, meetings, discours parlementaires, etc.) mettant en scène des locuteurs et des interlocuteurs politiques. Or, cet échange entre interlocuteurs politiques correspond à une communication qui se veut elle-même politique et qui englobe toutes les caractéristiques énonciatives d’une communication en général, comme l’indique M. Fernandez Lagunilla :

  • 5 Le langage ou le discours politique correspond aux énoncés verbaux (oraux ou écrits) produits par l (...)

El lenguaje o el discurso político son los enunciados verbales (orales o escritos) producidos por los políticos, que tratan de cuestiones de interés para los ciudadanos como integrantes de una sociedad organizada institucionalmente. Esta definición se basa en tres de los elementos esenciales de toda comunicación (quién habla, a quién se habla y sobre qué se habla), y corresponde al sentido restringido del término político en la expresión de uso tradicional lenguaje político o en la de la lengua en la comunicación política. (M. Fernández Lagunilla, 1999 : ll)5

7Quant à la phraséologie, elle correspond à l’analyse linguistique des unités discursives qui contiennent un degré de conventionnalité et qui se trouvent figées dans le discours et dans des contextes particuliers. Par ailleurs, l’étude phraséologique correspond à l’analyse des unités qui expriment un ensemble des traits culturels ancrés dans une communauté linguistique donnée.

8En outre, la phraséologie, définie dans un sens large, représente une discipline linguistique à part entière, qui se trouve au centre de la langue et qui sert comme point de départ pour l’étude de la structure figée des UDCP et les rapports qu’elles entretiennent avec la structure libre de la langue. Comme le signale M.I. González- Rey :

Une discipline linguistique qui se veut autonome peut adopter un sens large ou restreint dans la définition de son objet d’étude et vouloir se constituer non pas en marge d’un autre phénomène mais au centre même de la langue. (M.I. González-Rey, 2002 : 38)

9La phraséologie correspond donc à l’étude d’un engrenage d’éléments expressifs qui servent à construire des expressions conventionnelles contenant un sens non compositionnel ou figuré, une structure complexe et un ensemble d’aspects culturels non négligeables.

1.2. L’argumentation et les imaginaires

10Nous retenons ici certains aspects des notions de Ch. Plantin, de Ch. Perelmann et de R. Amossy pour la définition de l’argumentation. L’argumentation peut être définie, par conséquent, comme la mise en place d’un ensemble d’énoncés, dans une situation spécifique, dans le but de créer un réseau lexical. Celui-ci vise, dans un premier temps, à permettre au locuteur d’attirer l’attention des interlocuteurs. Dans un deuxième temps, il rend possible la création d’un système de connivence qui permet la mise en place d’un échange plus efficace. Finalement, il suscite l’adhésion et la mobilisation des destinataires. On retient ainsi les notions de Ch. Plantin « agir sur son destinataire, sur autrui » (Ch. Plantin, 1996 : 18), « créer une disposition à l’action » (R. Amossy, 2000 : 7), et « des moyens verbaux [...] faire adhérer à une thèse » (Ch. Perelmann, cité par R. Amossy, 2000 : 29).

11Ce schéma argumentatif ne peut être que plus efficace s’il prend appui sur des imaginaires sociaux, comme définis par R. Amossy : « les opinions dominantes » et les « convictions indiscutées » qui font partie du bagage culturel des interlocuteurs (R. Amossy, 2000 : 29). C’est précisément la verbalisation de ce bagage culturel qui vient renforcer le schéma argumentatif du locuteur politique et qui apparaît sous forme de locutions ou de proverbes, de formes figées, d’UDCP, en général. Comme l’indique P. Charaudeau :

Les groupes sociaux produisent des discours diversement configurés qui donnent un sens à ces matérialisations. Les uns se fixent dans des textes écrits (ou dans la tradition orale) de façon plus ou moins immuable et peuvent ainsi être transmis de génération en génération : les doctrines des religions, les théories dans les sciences... Les autres circulent dans les communautés sous des configurations variables, parfois plus stables comme les proverbes, maximes et dictons, parfois moins stables comme des tournures ou des phrases de circonstances mais dont la variété n’altère pas son sens de base contenu dans une sorte de noyau sémantique plus stable... ils se présentent de façon simple car ils doivent être compris par le plus grand nombre, et ils jouent divers rôles d’appel, de manifeste, d’anathème, de polémique, de revendication. (P. Charaudeau, 2005 : 160)

1.3. Repères sociopolitiques

12Álvaro Uribe Vélez se présente aux élections présidentielles colombiennes, en 2001, comme candidat indépendant, dissident du Parti Libéral. Dans cette campagne, il appelle à l’unité nationale autour de la « lucha contra el terrorismo » et à la fin du conflit armé avec sa devise innovatrice « mano dura, corazón grande » (qui pourrait être traduite par « poigne de fer et grand cœur »). Il propose la création d’un nouveau parti sous le slogan « Primero Colombia » (La Colombie d’abord). Il crée El Partido Social de Unidad Nacional. Á. Uribe Vélez est élu et réélu et effectue ainsi deux mandats entre 2002 et 2010.

13En outre, Á. Uribe Vélez propose la création d’un Estado comunitario :

  • 6 Un État qui implique la participation des citoyens dans la réalisation de projets sociaux. Un État (...)

Un Estado participativo que involucre a la ciudadanía en la consecución de los fines sociales. Un estado gerencial que invierta con eficiencia y austeridad los recursos públicos. Y un estado que privilegie la autonomía regional con transparencia, responsabilidad y participación comunitaria. (Presidencia de la República – Departamento Nacional de Planeación, 2002b : 15)6

14Il propose deux mécanismes pour la mise en place de cet Estado Comunitario : la sécurité démocratique et les CCG. Les CCG correspondent à un espace de dialogue direct avec la population et ils sont dédiés à la constitution du Plan National de Développement de la Nation. Par ailleurs, ils constituent une voie directe de communication entre le président et la population. Le président se déplace dans toutes les régions du pays et organise des réunions qui passent à la radio et à la télé, avec une durée parfois de plus de huit heures.

2. Description et Analyse des UDCP

2.1. Corpus et méthodologie de recherche

  • 7 Un corpus est une collection de données langagières qui sont sélectionnées et organisées selon des (...)

A corpus is a collection of pieces of language that are selected and ordered according to explicit linguistic criteria in order to be used as a sample of the language. (J. Sinclair, 1996 : 4)7

15Comme le signale J. Sinclair, notre corpus est constitué de productions langagières, ou tout au moins, d’échantillons de productions langagières qui ont été retenues pour cette étude. Il est composé de 277 discours de l’ex-président colombien lors des CCG, prononcés dans une période de temps qui s’étend entre 2002 et 2010. Pour une meilleure organisation et analyse de données, nous avons divisé et balisé le corpus en deux sous-corpus appelés Uribel et Uribe2.

16Pour une présentation détaillée du corpus, il faudrait interroger les caractéristiques lexicométriques, obtenues à partir du logiciel Lexico 3. Les deux tableaux contenant les caractéristiques lexicométriques du corpus en général et de deux sous-corpus Uribel et Uribe2 sont renvoyées en annexes. Ils contiennent le nombre d’occurrences, de formes, d’hapax, tout comme les fréquences maximales.

2.2. Analyse des UDCP

  • 8 L’importance de ce type d’unité polylexicale correspond à ce qu’elles sont stockées dans le lexique (...)

The significance of such multi-word unit is that they are stored in the mental lexicon as wholes and are used as conventional expressions to facilitate fluent production and rapid comprehension.8 (P. Howarth, 1996 : ix)

  • 9 « Elles [Les UDCP] portent du sens dans l’esprit de la plupart d’entre nous » (C. Pineira-Tresmonta (...)

17Comme l’indiquent P. Howarth et C. Pineria-Tresmontant9, l’avantage des UDCP réside dans le fait qu’elles se trouvent déjà à la portée du locuteur dans un lexique mental partagé par toute la communauté. Ce qui permet d’un côté, une production plus structurée et efficace de la part du locuteur et de l’autre côté, une compréhension plus rapide de la part des interlocuteurs. Nous avons décidé de décrire et d’analyser des UDCP qui servent à la création d’un schéma argumentatif de façon directe ou indirecte dans le discours d’Á. Uribe Vélez. Pour ce faire, nous avons divisé cette partie de notre propos en deux sous-parties : tout d’abord l’analyse des UDCP qui ont recours à la tradition populaire, des formules qui font allusion à la sagesse et à l’histoire sous forme de citations populaires. Ensuite, nous présenterons une analyse des UDCP contenant des comparaisons hautement imagées.

2.2.1. Imaginaires de tradition sous forme de citation

18Cette première partie présente les UDCP qui font allusion à des imaginaires de tradition sous forme de citations et qui ont recours à la tradition populaire ou à l’histoire de la Colombie.

Elles [les UDCP] font appel à un contexte diachronique, à la mémoire culturelle ou historique, c’est-à-dire à une connaissance collective qui fonctionne elle aussi en bloc. Seule une connaissance extérieure, extralinguistique, permet de l’identifier. (C. Pineira-Tresmontant, 1999 : 130)

  • 10 http://cvc.cervantes.es/lengua/refranero/

19Par ailleurs, les unités présentées ici contiennent toutes une formule introductive (un verbe de parole) du discours indirect, ce qui renforce l’idée d’une citation, qu’elle soit une reprise d’un discours oral ou écrit. Les UDCP seront classées en deux sous-parties. Tout d’abord, on analysera des éléments contenant l’UDCP : « La perseverancia todo lo alcanza » (La persévérance est la clé du succès, en français comme renseigné dans « El Refranero Multilingue » de L’Institut Cervantès10) ou tout au moins une variante de celle-ci ; ensuite nous présenterons des citations correspondantes à des phrases prononcées par « El Libertador » (Simόn Bolívar).

La perseverancia todo lo alcanza
(La persévérance est la clé du succès)

Pero trabajando, diría yo, en una constante de ejecutar y de visionar ininterrumpidamente, con dedicación, con lo que decían las mamas : la constancia vence lo que la dicha no alcanza, yo creo que podemos ir superando problemas, visionando el futuro de la Patria, y ejecutando soluciones gradualmente. CCG-086
Lo que decían las mamás de mi generación, la constancia vence lo que la dicha no alcanza. Recibo todas esas críticas, estamos empezando, vamos a pulir el proceso, y sobre la marcha verán ustedes que lo mejoramos. Le pido al Banco Agrario y a Banca de Oportunidades tomar nota de todas las críticas que han hecho los compatriotas esta tarde, a ver cómo se pueden pulir. CCG-163
Y las mamás nos enseñaron : ‘la constancia vence lo que la dicha no alcanza’. O sea que esto es de constancia, de esfuerzos. CCG-192
Los mayores aquí recordamos lo que decían nuestro antepasados : ‘la constancia vence lo que la dicha no alcanza’. CCG-241

20Dans un premier temps, l’UDCP, « la constancia vence lo que la dicha no alcanza » est une variation de l’UDCP « la perseverancia todo lo alcanza ». Elle correspond à une phrase proverbiale, d’utilisation peu fréquente, qui a comme mot clé « la constancia » (la constance, Refranero Multilingue). Le sens de cette UDCP fait référence à la persévérance et, par conséquent, aux efforts que l’on fait pour atteindre ses objectifs.

21Dans le discours d’Á. Uribe Vêlez, cette UDCP est employée dans un contexte spécifique et dans un but précis : la présentation et la justification de la constitution de l’État Communautaire et, par conséquent, le travail que ceci implique. L’argument de l’ex-président pourrait éventuellement être le suivant : la constitution de l’État Communautaire et les différentes stratégies pour y arriver ne constituent pas un travail facile et ceci demande de la persistance. Pour l’instant, nous verrons que chaque occurrence de l’UDCP est introduite par un introducteur linguistique du discours rapporté. On a affaire donc aux paroles de quelqu’un d’autre (faisant allusion à la notion de polyphonie du discours, O. Ducrot et M. Bakhtine), l’énonciateur n’est donc pas le locuteur politique, lui-même. Ainsi, l’énonciateur d’origine est méconnu et indéfini, « las mamás de nuestra generación, nuestros antepasados, etc. ». La stratégie de persuasion consiste à faire appel aux paroles de personnes âgées et expérimentées, telles que les mères et les anciens, ceci dans le but de faire passer le message d’une façon plus efficace. Dans ce cas, on est dans le domaine du « vraisemblable », comme l’indique P. Charaudeau et S. Elspass. Autrement dit, si les personnes âgées qui ont de l’expérience et qui connaissent le monde le disent, c’est parce que, quelque part, cela doit être vrai. D’ailleurs, du fait qu’il s’agisse d’une UDCP ancrée dans la mémoire de toute la communauté permet de la repérer facilement et d’assimiler plus facilement le contexte, le champ lexical.

22Si l’on regarde de près le contexte de ces occurrences, on trouve un réseau lexical qui vient renforcer l’argument exposé. On trouvera des occurrences telles que : gobernar de cara a la comunidad, restablecer la credibilidad, transparencia con mayor compromiso, diálogo sencillo y creíble, credibilidad popular, ejecutar con dedicación, con constancia, ir puliendo sobre la marcha, no ser show de un dia, ser insistente, de constancia, de esfuerzos, todos los dias, todos los sábados, etc. Le gouvernement proposerait ainsi de présenter un nouvel État qui se construit sur les bases de la transparence et de la simplicité. Un État chargé de rétablir la crédibilité populaire, voilà donc la première partie de ce schéma argumentatif, une introduction au changement d’État. Postérieurement, le locuteur politique se doit de faire comprendre cette idée et de la faire instaurer dans la mémoire des citoyens. Cet État nouveau ne correspondrait pas à une promesse d’un jour, à une promesse de campagne électorale. Au contraire, il correspondrait à tout un ensemble d’efforts à faire, à un travail de tous les jours, y compris le samedi et le dimanche, comme l’indique le locuteur politique, et par conséquence à un État qui aurait besoin de beaucoup de patience, de dévouement et de constance de la part du président, mais aussi de la part des citoyens. Pour ce faire, l’UDCP de base se révèle très efficace, la preuve en est qu’elle revient fréquemment dans notre corpus : 15 occurrences de la forme « constancia » dans le même contexte et toujours accompagnée ou renforcée par d’autres UDCP comme dans ce cas : credibilidad popular, no ser show de un dia, pulir sobre la marcha, lo único que logra metas es la constancia, etc.

« El Libertador » (Simón Bolívar, el padre de la Patría)

Y los Colombianos me preguntan : ¿cómo vamos a hacer para que no se rearmen los desmovilizados, cómo vamos a hacer para que no surjan nuevos grupos ? sí, hay que cumplir con la reinserción, hay que ser muy serio en eso, pero lo único que evita que alguien que tiene un designio criminal se arme o cumpla con ese designio criminal, es que, como decía el Libertador : ‘la presencia de la Fuerza Pública lo disuada
El Libertador decía que : ‘la fuerza democrática del Estado, la energía de la Fuerza Pública, es lo único que aterra al criminal, lo único que da confianza a la ciudadanía, la salvaguardia del débil’. En una bellísima carta que dirigió a la Convención de Ocaña. Y decía : ‘lo único que protege la virtud de la República, es la energía de la Fuerza Pública ’y agregaba : ‘sin esa energía, perece la República, porque sin virtud no hay República’. CCG-152
Como decía el Libertador (Simón Bolívar) : ‘lo único que aterra al criminal es la energía de la Fuerza Pública’. Y esa energía tiene que empezar en el más alto Gobierno. CCG-276
Finalmente, lo único que resuelve los desafíos de los criminales, es la firmeza del Estado, la energía de la Fuerza Pública que al decir del Libertador, es la fuente de virtud de la Nación y lo que contagia amor a la Patria en todos los ciudadanos. CCG-144
El Libertador concebía que ese monopolio lo tenía que ejercer el Estado, inspiraba muchísimo.
Una Colombia tan afectada por guerrilla, paramilitares necesita recobrar el monopolio único de las armas en cabeza del Estado.
El Libertador entendía que la violencia sacrificaba siempre al débil, como lo ha sufrido Colombia en todos estos años de guerrilla, narcotráfico, ahora bandas criminales, adicionalmente, y antes paramilitares.
El débil en la mitad siempre es el que ha pagado el mayor precio. Por eso el Libertador afirmaba que la energía de la Fuerza Pública es la salvaguardia del débil. CCG-275

23Dans ce groupe d’UDCP, nous pouvons remarquer des citations correspondantes aux paroles de Simón Bolívar, El Libertador, El Padre de la Patria. Elles sont toujours introduites par une formule introductive en utilisant des verbes, souvent de parole, comme : decir, entender, concebir, afirmar, etc. Le schéma argumentatif se construit ici autour des paroles de Simón Bolívar et autour du thème de la force publique, de l’armée et donc de la politique de « mano dura » d’Á. Uribe Vélez. En utilisant l’image historique de Simón Bolívar, représentative pour tous les Colombiens, l’ex-président cherche à transmettre un message de façon significative. D’ailleurs, la stratégie de persuasion ne s’arrête pas seulement à l’image du Libertador. Elle prend forme surtout à partir des paroles de celui-ci. Puisque c’est Simón Bolivar qui a libéré le pays et qu’il était le Père de la Patrie, sa parole a donc un poids très significatif et permet ainsi au locuteur d’attirer l’attention et de convaincre son interlocuteur. Le message implicite pourrait être : la violence devrait être arrêtée avec des actions militaires et non pas avec des négociations et des gouvernements faibles, qui affaiblissent la population également.

24Par ailleurs, en utilisant les paroles de Simón Bolívar, Á. Uribe Vélez établit un point de comparaison entre lui-même et El Libertador, une sorte de communion par les idéaux. On assiste donc à la construction de l’ethos d’Á. Uribe Vélez en tant que Libertador lui-même, avec une tâche très importante : reconstruire l’État et battre l’ennemi commun à tous : les groupes armés illégaux. D’un autre côté, il affirme la légitimité de son gouvernement par rapport aux gouvernements précédents qu’il décrit comme « débiles » (faibles). Pour finir, il se reconnaît comme protecteur des citoyens qui eux aussi sont « débiles ».

25Finalement, il faut décrire le champ lexical qui vient se rajouter à cette UDCP, qui se fige dans le discours d’Á. Uribe Vélez et dans un contexte bien précis, celui de la sécurité, de la force et de la lutte contre la violence. Les formes qui gravitent autour de cette UDCP sont les suivantes : el heroísmo de la fuerza pública, la recia voluntad del gobierno, firmeza del pueblo, derrotar el terrorismo, monopolio de las armas, etc.

2.2.2. Comparaisons hautement imagées à structure « Ser + como + SN ou subordonnée »

26Finalement nous analysons ici des UDCP contenant une comparaison hautement imagée avec des caractéristiques culturelles importantes. Elles possèdent la structure suivante : « Ser + como + SN ou une subordonnée ». Dans ce cas la comparaison se fait explicite et directement en introduisant ce que l’on compare. Dans cette partie, les unités sont analysées séparément, eu égard à la différence de domaine ou champ lexical auquel elles appartiennent.

Ser como hacer arepas o hacer tortillas

Todos los días se reclama inversión social y es justo que se reclame, pero es como el que quiere comer arepitas o hacer tortillas. El que quiere hacer tortillas tiene que ir al gallinero, traer los huevitos, quebrarlos, batirlos y hacer la tortilla. El que quiere hacer arepas, tiene que tener la roza de maíz, cultivarla, tiene que ir a comprarlo, venir, alzarlo, cocinarlo, si ya lo encontró sin afrecho, si las quiere afrechudas, mantenerlo con afrecho, hacer todo ese proceso de pilarlo y enseguida graduarle la candela.
Todo exige esfuerzo. Si no hacemos este esfuerzo de control de gastos de funcionamiento, ¿con qué vamos a producir las tortillas de la inversión social ? CCG-040

27Dans ce cas, nous nous trouvons dans la thématique de l’investissement social. L’utilisation de l’UDCP sert à la création d’un schéma argumentatif pour expliquer le déroulement du processus de création et de développement des politiques de l’ex-président, en particulier, le plan d’investissement social. Le locuteur politique utilise une comparaison qui implique l’utilisation des produits représentatifs de la culture colombienne : arepas (galettes de maïs), tortillas, maíz, etc. Ce bagage culturel se verbalise dans la comparaison et dans le texte à travers la comparaison du processus de préparation des arepas avec le processus de la création d’un État nouveau et d’un système équitable d’investissement social. L’utilisation d’un lexique connoté facilite donc la transmission et la réception de l’information, c’est-à-dire l’échange communicatif. D’ailleurs, l’UDCP forme une unité et ne peut pas être analysée en utilisant le sens de ses composants, mais plutôt celui de l’ensemble de la comparaison et donc de l’unité entière. Ce qui revient à dire qu’il faut analyser le sens non-compositionnel de l’UDCP et non la somme des sens des éléments qui la forment, ce qui constitue une caractéristique des UDCP.

28En outre, si l’on regarde de près la première phrase du deuxième paragraphe de l’exemple, on trouve une explication, qui vient éclairer le sens figuré de l’UDCP. Nous supposons que l’on est en présence d’une stratégie argumentative paternaliste et surtout moraliste. Le locuteur présente tout d’abord l’UDCP pour ensuite donner la morale ou l’explication. Ceci dans le but de s’assurer que son objectif a été atteint et que le message a été bel et bien compris par les interlocuteurs.

Ser como una cicatriz que sana en falso

En el pasado en Colombia hubo procesos de paz sin justicia, sin reparación, sin verdad, como los hubo en todo el mundo. Esto es lo que marca la diferencia con esos procesos de Colombia de antaño, y del mundo.
Y esto le va a dar a Colombia respetabilidad. El mundo, que tanto nos criticaba, que nos señalaba con el dedo de la ignominia, va a tener que reconocer el valor institucional y el valor del pueblo Colombiano en este proceso.
Ahora, es muy importante que aflore la verdad. La verdad no es para estimular odios sino para consolidar la reconciliación. La reconciliación sin verdad es una reconciliación en falso. Es como una cicatriz que sana en falso : aparece cicatrizada la piel, pero queda la infección por debajo.
Yo he defendido que el país entero pueda ver en televisión las audiencias. Eso ayuda a que los Colombianos nos demos cuenta qué fue lo que pasó en este país durante tantos años, cuando se lo entregaron, por desidia oficial, a la guerrilla y a los paramilitares. CCG-149

29Le contexte d’utilisation de cette UDCP correspond à la thématique de la réconciliation entre la communauté et ses dirigeants et entre les membres de la communauté, eux-mêmes, ce qui exclut clairement les membres de groupes armés illégaux. Dans ce cas, la comparaison s’établit entre le processus de cicatrisation d’une blessure et le processus de réconciliation de la population. Elle est renforcée par un vocabulaire spécifique du domaine médical : cicatriz, infección, piel, etc. Encore une fois, une structure comparative simple et qui témoigne des expériences de la vie quotidienne permet au locuteur politique d’établir un lien entre lui et ses interlocuteurs et de communiquer plus efficacement.

30Cependant, il faut savoir que derrière cette apparence simple ou simpliste de la comparaison pourraient bien se cacher des arguments plus intéressants qui pourraient passer inaperçus, étant donné que l’attention des interlocuteurs est déviée grâce à l’UDCP. Si l’on regarde de près le contexte d’apparition de l’UDCP, nous pouvons supposer que le message implicite de ce passage pourrait éventuellement être : les processus de paix des gouvernements précédents et les processus de paix en général ne sont pas adéquats pour le rétablissement de la justice et de bonnes relations entre les citoyens et les citoyens et le gouvernement. Par ailleurs, le locuteur joue avec le vraisemblable : ce qui devrait être vrai aux yeux de la communauté est que son gouvernement n’est pas un gouvernement de haine mais plutôt de justice. En contre partie, les groupes armés illégaux représentent la haine et la division de la population.

31Finalement, le point de rapprochement entre ces deux UDCP contenant des comparaisons n’est pas seulement structurel et leur emploi figé dans le discours d’Á. Uribe Vélez. Elles contiennent un caractère moraliste et pédagogique qui fait du discours de l’ex-président un discours en apparence clair et simple, mais aussi un discours paternaliste. Ce discours cherche à persuader ses interlocuteurs en mettant en place un schéma d’argumentation facilité par l’utilisation des comparaisons avec des produits agricoles traditionnels, des recettes de cuisine traditionnelle et des situations de la vie quotidienne.

3. Synthèse

32Après avoir parcouru les différentes UDCP utilisées par l’ex-président Álvaro Uribe Vélez dans ses discours lors des CCG, nous avons pu constater que la stratégie argumentative préférée du locuteur correspond à l’utilisation des UDCP qui font référence au bagage culturel des interlocuteurs. C’est ce point commun culturel qui permet à l’interlocuteur de mieux établir un échange communicatif avec ses interlocuteurs. Ceci rend possible la constitution d’un schéma argumentatif dans le but de persuader ou de faire prendre conscience, d’attirer l’attention sur un point particulier, ou de dévier l’attention de l’interlocuteur si cela est nécessaire à son propos.

33Dans le cas de l’ex-président colombien, nous avons pu constater qu’il a recours aux différents types d’UDCP : ces UDCP qui apparaissent sous forme de citation contenant une structure introductive et qui font allusion à la sagesse populaire ou aux paroles de Simón Bolívar permettent un rapprochement et un système de connivence vis-à-vis de ses interlocuteurs. Elles correspondent également à un ensemble de vérités qui peuvent être considérées universelles ou tout au moins générales en Colombie, ce qui lui permet de persuader en faisant appel au vraisemblable. Par ailleurs, Á. Uribe Vélez utilise des UDCP sous forme de comparaison imagée qui lui servent d’outil pour la construction d’un schéma argumentatif basé sur la moralité et la pédagogie. Les comparaisons se révèlent être donc un outil pédagogique qui permet au locuteur politique de transmettre ses idées de la façon la plus claire possible.

Bibliographie

Bibliographie

AMOSSY Ruth, L’Argumentation dans le discours. Discours politique, littérature d’idées, fiction. Comment peut-on agir sur un public en orientant ses façons de voir, de penser ?, Paris, Nathan Université, 2000.

– , Images de soi dans le discours. La construction de l ’ethos, textes réunis et présentés par Ruth Amossy, Lausanne, Delachaux et Niestlé, coll. Sciences des discours, 1999.

CHARAUDEAU Patrick, Le Discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert, 2005.

El Refranero Multilingue. Instituto Cervantes, http://cvc.cervantes.es/lengua/refranero/

ELSPASS Stephane, « Phrasemes in Political Speech » [Les phrasèmes dans le discours politique], [dans] Burger, Harald/ Dmitrij Dobrovol’skij/ Peter Kühn/ Neal R. Norrick (Hrsg.) : Phraseologie/Phraseology : Ein internationales Handbuch zeitgenössischer Forschung/An International Handbook of Contemporary Research, [Phraséologie : un manuel international de recherche contemporaine], Berlin, New York, de Gruyter. (Handbücher zur Sprach- und Kommunikationswissenschaft, 28.1), 2007, p. 284-292.

FERNÁNDEZ LAGUNILLA Marina, La Lengua en la comunicación politica tomo I, el discurso del poder, tomo II La palabra del poder [La langue dans la communication politique tome I, le discours du pouvoir, tome II. La parole du pouvoir], Madrid, Arco Libros, 1999.

GONZÁLEZ-REY María Isabel, La Phraséologie du Français. Linguistique et didactique. Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002.

GRÉCIANO Gertrude, « Discours politique : Annexion Linguistique », [dans] Les Relations franco-allemandes entre 1949 et 1955, vol. 20, N° 3, p. 322-338 (3 p. 1/4), Strasbourg, Société d’études allemandes, (1969) (Revue), 1998.

HOWARTH Peter, Phraseology and Second Language Proficiency, [Phraséologie et compétence linguistique en langue seconde], Applied linguistics 19/1, University of Leeds, UK, 1998.

PINEIRA-TRESMONTANT Carmen, « Variations autour du Figement Linguistique de Quelques Titres dans la Presse Française et Espagnole », [dans] Travaux et documents N° 4, Université de Paris 8, 1999, p. 125 – 138.

– , « L’Idiomaticité dans la Presse Humoristique Espagnole », [dans] L ’Idiomaticité dans les langues romanes, sous la direction de Maria Helena Araújo Carreira et avec la collaboration de Andreea Teletin, Arts, Lettres, Sciences Humaines, Sciences et Techniques, Travaux et documents 48 – 2010, Université Paris 8, Vincennes Saint-Denis, 2010, p : 343 -354.

PLANTIN Christian, « Argumentation-rhétorique. Les Eaux Mêlées », [dans] Mots. Les langages du politique [en ligne], 94 |, mis en ligne le 6 novembre 2012. URL : http://mots.revues.org/index19856.html, 2010.

Presidencia de la Repύblica de Colombia – Departamento Nacional de Planeación. Hacia un Estado Comunitario, Bogotá, Departamento Nacional de Planeaciόn, 2002.

SALEM André, Méthodes de la Statistique Textuelle. Thèse pour le doctorat d’État, Université de la Sorbonne nouvelle – Paris 3, 1993.

SINCLAIR John, Preliminary Recommendations on Corpus Typology. [Recommandations préliminaires en typologie de corpus] http://www.ilc.cnr.it/EAGLES/corpustyp/corpustyp.html (consulté le 30 juin 2012), 1996.

TYLOR Edward, Primitive Culture, [Culture primitive], New York, J.P. Putnam’s Sons, 1, 1920 [1871],

ZULUAGA Alberto, « Fraseología y conciencia moral en América Latina », [dans] Euskera-XLVI, N° I, 2001.

Annexes

Tableau 1. Caractéristiques lexicométriques du Corpus Uribe

Corpus : Uribe

Années 2002-2010

Fichier

Années 2002-2010

Nombre d’occurrences

775 901

Nombre de formes

31 309

Nombre d’hapax

13 448

Fréquence maximale

45 385

Tableau 2. Principales caractéristiques lexicométriques de la partition « locuteur »

Partition : locuteur

Occurrences

Formes

Uribe 1

284 317

18 056

Uribe2

491 584

25 018

Total

775 901

43 074

Notes

1 Ensemble complexe incluant les savoirs, les croyances, les arts, la morale, les lois, les coutumes, ainsi que les autres capacités et habitudes acquises par l’Homme en tant que membre d’une société.

2 De cette manière, les phraséologismes – en tant qu’expression des savoirs collectifs – constituent une partie importante de la culture d’une communauté.

3 Lexico 3 est un logiciel de statistique textuelle conçu par André Salem dans les années 1990 au sein de l’Équipe SYLED CLA2T de l’Université Paris 3 : http://www.cavi.univ-paris3.fr/ilpga/tal/lexicoWWW/. Pour cette recherche, nous nous sommes concentré sur la méthode lexicométrique de l’inventaire des segments répétés (SR) comme point de départ pour l’analyse des syntagmes figés.

4 Nous avons retenu le domaine d’étude de l’analyse du discours politique en continuité avec les études d’analyse du discours d’un point de vue lexicométrique menées par Mme Pineira-Tresmontant au sein du laboratoire de l’ENS (École Normale Supérieure) – Saint-Cloud.

5 Le langage ou le discours politique correspond aux énoncés verbaux (oraux ou écrits) produits par les hommes politiques, qui traitent des questions d’intérêt pour les citoyens faisant partie intégrante d’une société organisée institutionnellement. Cette définition prend appui sur trois des éléments principaux de toute communication (qui parle, à qui l’on parle et de quoi l’on parle) et correspond au sens restreint du terme politique de l’expression d’usage traditionnel langage politique ou à celle de la langue dans la communication politique.

6 Un État qui implique la participation des citoyens dans la réalisation de projets sociaux. Un État gérant qui investit efficacement et sérieusement les ressources publiques. Et un État qui privilégie l’autonomie régionale avec transparence, responsabilité et participation communautaire.

7 Un corpus est une collection de données langagières qui sont sélectionnées et organisées selon des critères linguistiques explicites pour servir d’échantillon du langage. (Traduit de J. Sinclair, 1996 : 4, par Habert et al. 1997)

8 L’importance de ce type d’unité polylexicale correspond à ce qu’elles sont stockées dans le lexique mental en tant que des ensembles et sont utilisées comme des expressions conventionnelles qui facilitent une production fluide et une compréhension rapide.

9 « Elles [Les UDCP] portent du sens dans l’esprit de la plupart d’entre nous » (C. Pineira-Tresmontant, 2010 : 343).

10 http://cvc.cervantes.es/lengua/refranero/

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search