Version classiqueVersion mobile

Discours et effets de sens

 | 
Carmen Pineira-Tresmontant

« Effet de sens » : quel sens pour quel effet ?1

Dairine O’Kelly et André Joly

Texte intégral

  • 1 Abréviations : DTSL (A. Boone & A. Joly, 2004), LL (suivi du numéro de volume), PBA (G. Guillaume, (...)
  • 2 Dans la seconde édition de son dictionnaire, Oswald Ducrot en attribue effectivement la création à (...)
  • 3 C’est par exemple le cas de B. de Cornulier (B. de Cornulier, 1985).
  • 4 Relevé dans le Séminaire : « La métaphore est un effet de sens positif », « La métaphore obtient un (...)
  • 5 Par exemple P. Delion aux éditions Cairn.

La fortune de certains concepts – leur origine, souvent mystérieuse, leur entrée discrète dans le domaine public, puis leur parcours erratique – a quelque chose de fascinant pour qui s’intéresse à l’histoire des idées. Tel est le cas d’« effet de sens » créé, sauf erreur, par Gustave Guillaume en 1919 dans Le problème de l’article et sa solution dans la langue française2 (v. note 1) L’expression, sinon le concept, a séduit nombre de linguistes qui l’utilisent la plupart du temps de manière plutôt lâche, sans fondement théorique, ou dans un sens tout à fait différent3. À la marge, ou carrément en dehors du domaine de la linguistique, « effet de sens » a fait son chemin. Lacan en use et en abuse4 ; à sa suite, les lacaniens s’en repaissent5. Le succès de l’expression est tel qu’un groupe de rap s’intitule « Effet de sens ». Une manière de consécration, en somme.

1Nous nous proposons de réexaminer l’entrée qui renvoie à ce concept dans le Dictionnaire terminologique de la psychomécanique du langage et que nous avons rédigée en commun, d’en proposer une analyse plus détaillée, d’en suivre l’évolution dans l’œuvre de Guillaume et d’en évaluer la portée. Nous essaierons enfin de montrer quel rôle peut jouer l’effet de sens dans le cadre d’une théorie psychomécanique élargie que, depuis une trentaine d’années, nous nommons la systématique énonciative.

1. Émergence de l’« effet de sens » dans la théorie guillaumienne

1.1. De la valeur abstraite à la valeur d’emploi

  • 6 Une des approches les plus intéressantes du problème de la signifiance se trouve dans Michel Launay (...)

2Le statut théorique de l’« effet de sens » n’est pas toujours très clair chez les psychomécaniciens, y compris chez Guillaume lui-même qui, parfois, semble l’assimiler au « signifié d’effet »6, concept qui apparaîtra plus tard dans la théorie, couplé à celui de « signifié de puissance ». C’est donc en 1919, dans PBA, que Guillaume emploie pour la première fois « effet de sens ». Il le fait alors de manière tout à fait dépourvue d’ambiguïté :

[...] il faut que l’esprit considère la valeur abstraite de la forme en soi, sans perdre de vue que, dans la réalité, il n ’en existe que des valeurs d’emploi. L’article est à cet égard un excellent exemple. La forme le, à prendre les choses par le côté abstrait, est constante ; d’autre part, cette forme constante produit, dans l’application, des effets de sens, qui dépendent pour le moins autant de la matière toujours changeante, insérée dans le cadre que du cadre même (G. Guillaume, 1919 : 42).

3Aucune ambiguïté en effet : Guillaume distingue, on ne peut plus nettement, la valeur abstraite de la forme (on ajouterait aujourd’hui « en Langue ») et son application « dans la réalité » (on préciserait aujourd’hui « en Discours »). L’application produit des sens réels, par opposition à des sens virtuels.

4« Réels », ces sens peuvent être « contraires », par quoi il faut entendre qu’ils peuvent aller jusqu’à la contradiction. Guillaume pense ici, à propos de l’article, à deux énoncés comme « Un enfant est toujours l’ouvrage de sa mère » (valeur de généralisation) et « Il y a un enfant qui joue dans le jardin » (valeur de particularisation). L’interprétation de ces deux énoncés fait intervenir le contexte discursif (alias co-texte). Plus tard, comme exemples d’effets de sens « contraires » dans le domaine du verbe, il propose : « L’instant d’après, le train déraillait » (“il a effectivement déraillé”, ou bien “il aurait pu dérailler”, cf. entre autres LL4, p. 86). Cette fois, c’est le contexte situationnel qui permet de trancher. On le voit : les effets de sens, alias les « sens réels » dans la terminologie de 1919, dépendent de la « matière toujours changeante » qui est « insérée dans le cadre » (entendre : le cadre de l’énoncé). Il apparaît clairement, d’après les exemples, que cette matière est fournie à la fois par l’aspect lexical des mots utilisés, et par les divers contextes.

1.2. Le chapeau et le lapin

5On constate du même coup que tous les éléments de la théorie sont déjà en place. On dirait même que, dès 1919, Guillaume avait prévu une des objections majeures qui ne manqueront pas d’être produites par la suite, à savoir que l’analyste tirerait de la Langue tout ce qu’il y aurait préalablement introduit, après l’avoir observé, décrit et répertorié en Discours. Il serait en somme comme le prestidigitateur qui tire de son chapeau le lapin qu’il avait auparavant escamoté. Mais qu’on veuille bien se donner la peine de lire attentivement les lignes suivantes :

Quant à la définition d’emploi réel, elle sera non pas unitaire, mais multiple, non sujette à tenir dans une formule. Elle se recomposera dans l’esprit par la vue de tous les effets de sens différents que la langue obtient en insérant des matières sans cesse renouvelables dans une forme constante, non significative (loc. cit. spn).

6Des diverses formes qu’elle contient, la Langue ne tire donc pas ce qu’on y aurait préalablement et subrepticement introduit. Guillaume dit bien qu’elle obtient en Discours les valeurs d’emploi (les « effets de sens ») que permettent ces mêmes formes, compte tenu des conditions d’emploi et des contraintes auxquelles elles doivent s’adapter. Ce qui contribue à l’effet de sens final, ce sont les « matières » contextuelles constamment renouvelées. S’il est vrai, comme le dit Héraclite, qu’on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve, de même, on ne produit jamais deux fois la même phrase, le même énoncé, le même sens. Dès lors, comment pourrait-on tirer directement de la Langue ce qui est chaque fois nouveau dans le Discours momentanément produit ?

1.3. Des formes pures « vides de sens »

7Qu’on y regarde encore de plus près : Guillaume précise que les formes de Langue sont « non significative(s) ». Qu’est-ce à dire ? Que ce sont des « formes pures » ne contenant que les conditions abstraites de leur emploi. Prenons le cas de l’article, objet d’étude de son premier ouvrage :

[...] l’article ne pourrait comporter une définition positive qu’en inclinant vers un seul effet de sens. Mais, en ce cas, il ne serait plus forme pure : quelque matière serait réintroduite en lui. Cette déchéance ne peut lui advenir que dans les définitions toujours trop réelles des grammairiens. Dans la langue, son caractère formel demeure intangible. Il est aussi vide de sens qu’on le peut imaginer (G. Guillaume, 1919 : 42).

  • 7 C. Chesneau Dumarsais (1676-1756), compte parmi les grammairiens philosophes de l’époque classique (...)

8« Non significatif », « vide de sens » : on ne saurait être plus explicite. Un esprit malin pourrait se demander ici comment on peut produire du sens avec un mot qui en serait dépourvu. L’objection est en apparence intéressante. Guillaume l’avait prévue. Pourquoi avoir choisi l’article comme objet d’étude ? Selon Guillaume, c’est que ce « petit mot métaphysique », comme le qualifie Dumarsais7 est, de tous les éléments qui contribuent à la structuration de la forme, le signe qui marque de la façon la plus apparente les relations systématiques entre le nom virtuel et le nom réel. C’est en fait grâce à l’article que Guillaume a pu distinguer très tôt le plan de la puissance et celui de l’effet, comme il l’écrit dans une leçon de 1941 :

  • 8 En réalité, la distinction entre Langue et Discours sera vraiment établie dix ans plus tard dans Te (...)

J’ai eu, dans mes études de linguistique générale, le bonheur, accidentel ou non, je ne le sais pas bien moi-même, de les avoir commencées par un examen de l’article, qui, par sa présence dans des langues de type différent, avait piqué ma curiosité. J’ai dû à ce début d’avoir très tôt aperçu, sous la juste espèce d’un espacement de plans, la distinction de la langue, faite de mots, et de discours, fait de phrases8. (G. Guillaume, 1941)

9Outre l’article, qui ouvre la série, il examinera, dans le désordre, les déictiques, le pronom et les indices de personne, les désinences casuelles et la déclinaison, la morphologie verbale (aspects, modes et temps), les auxiliaires, la systématique du mot, les parties du discours, l’ordre des mots, les conjonctions, c’est-à-dire, « toutes les formes qui attestent dans le langage l’action de l’esprit sur ses propres idées » (PBA, p. 36). C’est donc essentiellement aux formes, mais plus précisément à la « valeur d’emploi des petits mots grammaticaux » (PBA, p. 42), à la « valeur fugitive des morphèmes » (ibid.), à ce qu’il appelle aussi la « sémantique des formes » (op. cit. p. 26) ou encore les « effets de sens » (loc. cit.), que s’intéresse Guillaume.

10Ainsi, pourquoi dit-on « Le silence n’était troublé par rien » mais « Un silence se fit » ? Dans un autre domaine, quelques années auparavant, dans Études de grammaire logique comparée (1911), son premier opuscule, il s’interrogeait déjà sur la nuance, si difficile à saisir pour des locuteurs de langues germaniques, entre le prétérit défini (ou passé « simple ») et l’imparfait en français. Comment se fait-il que la distinction entre fut et était paraisse évidente et nécessaire à des francophones, mais fasse problème pour des Allemands ou des anglophones, comme dans « Que la lumière soit, et la lumière fut », et non était ? Toutes ces formes doivent bien être porteuses de signification. Elles ne sont pas « vides de sens » puisque, en liaison avec les mots qu’elles actualisent, elles produisent du sens. « [...] Tout dans le langage est doué d’une certaine valeur significative transmissible » écrit Jakobson (Essais II), faisant sans s’en douter écho à Guillaume : « La signifiance est la condition sine qua non d’existence du langage ». Mais de quel sens est-il question quand on parle d’« effets de sens » ?

2. De l’effet de sens au « signifié d’effet » ; du signifié d’effet au « signifié de puissance »

2.1. « Tout est mouvement sous quantité de mouvement »

11Cette remontée en amont, de l’effet de sens au signifié de puissance, se fera dix ans après PBA, dans TV (1929). Avec l’idée que tout est cinétique dans le langage, Guillaume découvre alors le « temps opératif ». Le temps ne se laissant pas représenter à partir de lui-même, lui vient aussi l’idée qu’il convient de figurer spatialement les mouvements de pensée qui sous-tendent les formes du verbe en système :

Pour être une opération mentale extrêmement brève, la formation de l’image-temps dans l’esprit n’en demande pas moins un temps, très court sans doute, mais non pas infiniment court, et par conséquent réel. Il s’ensuit que cette formation peut être rapportée à un axe, – une certaine durée de temps qu ’on se représente linéairement, – qui est le lieu de tout ce qui a trait à la figuration mentale du temps (spn). Nous nommerons cet axe, l’axe du temps chronogénétique, et l’opération de pensée qui s’y développe, la chronogénèse (spa). (G. Guillaume, 1929 : 8)

  • 9 On ne confondra pas ici « genèse de l’image-temps » et « genèse du temps ».

12C’est ainsi que la chronogénèse représente sur un axe un continuum allant du virtuel à l’actuel, les étapes successives de la formation de l’image-temps9

Figure 1. Les étapes successives de la formation de l’image-temps

Figure 1. Les étapes successives de la formation de l’image-temps

2.2. « Un écuyer tranchant doit savoir couper aux jointures » (Leibniz)

13Au plan profond de la morphologie verbale, telle est donc la configuration du système, réseau de relations. Afin de « saisir » l’état de construction de l’image-temps sur cet axe chronogénétique, Guillaume a l’idée de pratiquer des coupes interceptives ou saisies, qu’il appelle des chronothèses, autrement dit des stases ou arrêts qui correspondent en gros aux modes de la grammaire traditionnelle. La chronogénèse est cinétique, les chronothèses sont statiques. Théoriquement illimitées, les saisies peuvent être logiquement réduites à trois : celle du début de l’opération (image temps embryonnaire), celle de la fin (image-temps construite) et une troisième, qui se situe quelque part entre le début et la fin, alors que l’opération est en cours.

14À titre démonstratif, prenons celle du début de l’opération. Au vu de la morphologie verbale, quel est alors l’état de construction de la chronogénèse ? On trouve à ce niveau trois images-temps (infinitif, participe présent, participe passé) qui ont les caractéristiques suivantes :

  • 10 Le temps d’événement est le temps intériorisé par tout événement (il faut du temps pour marcher com (...)

(a) Elles n’offrent que la représentation du temps d’événement, qu’elles ne situent pas dans le temps d’univers porteur10. Soit par exemple le participe passé :

[1] à Saint-Malo le 4 septembre 1768, Chateaubriand passe/a passé/ passa/passera/son enfance à Combourg. L’événement dont il est parlé peut être situé par l’énonciateur au présent, au passé, ou même au futur, selon sa visée d’intention.

(b) Elles sont impersonnelles, n’intégrant pas la marque de la personne (N.B. – le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec la personne à laquelle il est rapporté).

(c) En effet, le participe passé se comporte comme un adjectif, de même que le participe présent, alors que l’infinitif peut avoir des fonctions nominales. C’est la raison pour laquelle Guillaume voit dans ces trois formes les formes quasi-nominales du verbe.

15Reportons-nous à la figure 1. En Langue, langage puissanciel, avant emploi – c’est-à-dire en système – les trois formes quasi-nominales (naître, naissant, né), sont chacune porteuses d’un signifié de puissance. En Discours, compte tenu de son sens d’intention, donc de sa visée d’effet, l’énonciateur a sélectionné (voir [1]), la première saisie du système de Langue – ce qu’indique le vecteur affecté du chiffre 1. De plus, il a choisi la forme , alors qu’il aurait pu retenir la forme naissant : l’une et l’autre sont des signifiés d’effet. On remarquera que ce même énonciateur aurait aussi pu sélectionner la troisième saisie de la chronogénèse, signalée sur la Fig. 1 par le vecteur affecté du chiffre 3. À ce niveau, parmi les formes du mode indicatif, il aurait pu choisir, entre autres, une des deux formes de passé : naquit, ou naissait qui sont, elles aussi, des signifiés d’effet. Soit donc :

[2] François René de Chateaubriand naquit à Saint-Malo le 4 septembre 1768. [3] C’est le 4 septembre 1768 que François-René de Chateaubriand naquit à Saint-Malo (Le monde de Belissor).

[4] « Le 4 septembre 1768, naissait à Saint-Malo, dans une rue sombre et étroite appelée la rue des Juifs, le chevalier François-Auguste de Chateaubriand » (Jules Lemaître, Chateaubriand, 1912).

[5] Le 4 septembre 1768, naissait à Saint-Malo, dans la sombre rue des Juifs, le chevalier François- René de Chateaubriand (Gustave Lanson, Histoire illustrée de la littérature française, p. 220).

16Il est évident, comme le montrent clairement les exemples [1] à [5] que la valeur d’emploi terminale de ces divers énoncés n’est pas obtenue par le seul choix des signifiés d’effets dont sont porteurs né, naquit ou naissait (compte non tenu de naissant, étant né, naît, naîtra). En effet, chacun de ces énoncés construit autour de la forme verbale est porteur d’un effet de sens spécifique. Nous proposerons plus loin une analyse de quelques-uns de ces effets de sens. Une sélection sera nécessaire, leur nombre étant illimité.

17Au vu de ce qui précède, nous posons la séquence suivante :

signifié de puissance (Langue) → signifié d’effet (saisie discursive) + effet de sens (Discours)

2.3. L’article et les « jointures » du système

18C’est un quart de siècle après PBA, donc au milieu des années 1940, que Guillaume découvre le système qui rend compte des emplois si finement analysés dans l’ouvrage de 1919. Voici comment il en a eu l’idée.

19La puissance de la pensée humaine lui vient de son aptitude à contraster. Le contraste fondamental est celui du sans plus grand (large) au sans plus petit (étroit). Ce contraste est le substrat invariant de l’activité profonde de la pensée en construction de langage. Elle prend la forme d’un psychomécanisme comprenant deux mouvements de pensée orientés au rebours l’un de l’autre, deux tensions successives progressant, l’une du large à l’étroit (inhérent à la particularisation), l’autre, en réplique, de l’étroit au large (inhérent à la généralisation). D’où le nom de Tenseur Binaire Radical que Guillaume donnera plus tard à ce mécanisme fondateur (Essai de mécanique intuitionnelle, 1951).

20Dans la catégorie de l’article, qui est issue de la catégorie du nombre (v. A. Boone & A. Joly 2004, p. 287) par transformation du discontinu en continu, la dialectique est celle de l’universel et du singulier. C’est ce que découvre Guillaume en 1944 et 1945 par le biais de la figuration, dans une série de trois études (LSL, p. 143 sq., 157 sq., 167 sq.). Alors que Le problème de l’article ne contenait aucune figure, les schémas de ces trois études lui permettent d’apporter des réponses à la plupart de ses interrogations de 1919 :

Figure 2. Le système de Langue et les opérations de Discours

Figure 2. Le système de Langue et les opérations de Discours

21Le système de Langue est dans l’encadré, les opérations de Discours hors du cadre (U : Universel. S : singulier. – A, B, C, D : saisies discursives).

22En Discours, comme dans le cas du système verbal, un choix est fait par le sujet parlant, par saisie ou coupe interceptive de l’opération psychique que représente l’entier du système dont il a la possession permanente. La saisie est réalisée, soit dans la tension 1, soit dans la tension 2, en fonction de sa visée d’intention. Une saisie précoce, au plus près de U1, en A, livre un premier signifié d’effet (valeur universelle) :

[6] Un enfant est toujours l’ouvrage de sa mère.

23Une saisie tardive, en D, au plus près de U2 un signifié d’effet, toujours avec valeur universelle, mais diamétralement opposé :

[7] C’est l’année internationale de l’enfant.

24Quant aux deux saisies successives, en B et C, au plus près de S, soit S1 et S2, elles produisent deux signifiés d’effet à valeur singulière :

[8] Un enfant entra, qui avait l’air triste. [...]

  • 11 Dans un article de 1944, G. Guillaume fait un raccourci quand il emploie « effet de sens » pour sig (...)

[9] [...] Après avoir retiré sa casquette, l’enfant s’adressa au patron.11

25Ce qui est obtenu en Discours, dans les exemples [6] à [9], ce sont bien, comme on a pu l’observer avec le système verbal, des signifiés d’effet tirés des signifiés de puissance. La représentation géométrale du système de l’article (figure 2) rend compte schématiquement des 4 signifiés d’effet de Discours correspondant aux 4 articulations cardinales du système de Langue. Mais, entre U1 → S1 et S2 → U2 il existe bien d’autres saisies possibles, en fonction de ce que Guillaume appelle le fond de tableau.

26En tout état de cause, c’est à partir de ces signifiés d’effet discursifs que vont se construire les effets de sens, en fonction de la visée d’intention de l’énonciateur. En [6], l’énonciateur, en généralisant (signifié d’effet), songe à lui-même (effet de sens), en l’occurrence Napoléon, qui est l’entité singulière visée dans la perspective (S1). Rien de tel en [7], qui est une universalisation tournant le dos au singulier. On voit aussi qu’en [9] le renvoie par anaphore à un enfant ([8]). Quant aux « incompossibilités » (le néologisme est de Guillaume), elles s’expliqueront aussi à l’aide de ce schéma, qui représente la « visibilité du concevable ». Parmi ces incompossibles : « *C’est l’année internationale d’un enfant », ou « *Une femme est l’avenir de l’homme » ; ou encore « *La femme est l’avenir d’un homme ».

  • 12 Ces deux termes sont aussi de Guillaume.

27Où l’on voit que, partout et toujours, le signifié d’effet n’est qu’une proposée de l’effet de sens, qui en est donc une transformée12. Et le signifié d’effet, à la charnière du système de dicibilité, est lui-même une transformée du signifié de puissance. D’où, en figure, la séquence :

Figure 3. Le signifié d’effet

Figure 3. Le signifié d’effet

3. Approche énonciative

3.1. Formes implicites de l’énonciation et signes extra-articulatoires

[...] La forme logique et analytique de la pensée communiquée, bien loin d’être la seule possible n’est pas la plus usuelle ni la plus expressive. Nous devons donc jeter un coup d’œil sur quelques autres formes typiques de l’énonciation, en suivant un ordre qui nous éloigne progressivement de l’explicite et nous fasse parvenir aux expressions les plus synthétiques de la pensée. [...]

28Supposons maintenant que quelqu’un, incommodé par le bruit que fait une personne dans la pièce où il travaille, veut se débarrasser du fâcheux et lui ordonne de quitter la chambre ; voici quelques-unes des formes que peut prendre cette injonction [...] :

  1. Je veux (j’exige) que vous sortiez.

  2. Je vous ordonne (vous intime l’ordre) de sortir.

  3. Il faut que vous sortiez.

  4. Vous devez sortir.

  5. Sortez !

  6. À la porte !

  7. Ouste !

  8. Geste indiquant la porte et jeu de physionomie marquant une volonté irritée.

  9. Expulsion pure et simple du perturbateur.

29En parcourant ces exemples, on est amené à faire deux constatations :

(a.) en allant de l’un à l’autre de ces types, on voit telle ou telle pièce de l’énoncé logique se fondre dans une autre ou disparaître de la parole articulée ; (b.) l’esprit supplée cependant sans effort aux déficiences de l’expression (spn), et l’énoncé ne perd rien d’essentiel. (Charles Bally, Linguistique générale et linguistique française, 1932, § 36 et 37).

30« Déficiences de l’expression »... au bénéfice de l’expressivité. Un énoncé résulte de l’addition de ces deux composantes dans des proportions variables, l’expressivité, comme l’expression pouvant tendre vers zéro. « Ce qu’on gagne en expressivité [est] perdu en expression, et inversement », écrit Guillaume (PLT, p. 50). D’où la formule qu’il propose : « expression + expressivité = I », I étant le signe de l’intégrale. Et il précise que « la syntaxe bénéficie de ce que l’expressivité perd au bénéfice de l’expression, qui devient presque tout » (PLT, p. 149). Nous retenons cette formule en inversant toutefois l’ordre des composantes, ce qui donne :

31EXPRESSIVITÉ + EXPRESSION = I

et qu’explicite la figure 4.

3.2. Les modalités générales de la communication

Figure 4. Perspective praxéogénique de production du Discours

Figure 4. Perspective praxéogénique de production du Discours
  • 13 L’anthropologue anglais G. Bateson écrit : « Le fait est que de simples mots, ça n’existe pas. Il n (...)

32Comme l’a maintes fois souligné Guillaume, l’acte de langage, dans les langues indo-européennes, doit en effet « être considéré comme une somme d’expression et d’expressivité » (PLT, p. 148). Mais nous ne suivrons pas ici une opinion encore trop répandue qui, privilégiant sans s’en douter la langue écrite, voit dans les modalités non verbales relevant de l’expressivité, des unités « supra-segmentales ». Nous les considérons au contraire comme des unités fondamentales qui sous-tendent, donc précèdent, les modalités verbales. On peut dire qu’elles sont « infra-segmentales ». Lorsqu’un énonciateur, animé d’une visée d’effet en fonction d’un sens d’intention, produit une phrase, il met en œuvre ces diverses modalités, non verbales et Perspective praxéogénique de production du Discours verbales. Au-delà du sens littéral des mots dans la phrase, la signification d’un énoncé résulte de cette mise en œuvre13.

  • 14 G. Guillaume écrit en 1948 : « [...] la parole l’a, dans l’acte de langage, emporté sur le geste, d (...)

33Nous plaçons donc les modalités non verbales aux sources de l’énoncé. Ce sont successivement les modalités kinésiques (gestique et mimique : au commencement était... le geste) et les modalités prosodiques (les « gestes de la voix »)14. Nous suivons en cela l’ordre inversé de Bally (v. ci-dessus les neuf manières de dire à quelqu’un « Sortez ! »). Ces deux modalités non verbales jouent un rôle fondamental dans la production des effets de sens, à l’écrit comme à l’oral.

34Nous nous écartons ici de Gustave Guillaume dont l’attitude par rapport au geste est pour le moins ambiguë (v. DTSL, p. 213). Il estime par exemple que ces modalités sont « des moyens tardifs appartenant à l’improvisé » (PLT, p. 146, spn), alors que les modalités verbales, porteuses d’expression, seraient des « moyens précoces » (spn). Ces dernières relèveraient de « l’institué », donc de la Langue, tandis que les non verbales relèveraient de « l’improvisé », en d’autres termes du Discours. Nous ne retenons pas cette distinction entre institué et improvisé, du moins cette distribution.

  • 15 Du grec prosôdia, « chant ».
  • 16 La romancière anglaise G. Eliot (1819-1880) utilise presque systématiquement les indications gestiq (...)

35Nous estimons au contraire que les deux grands types de modalités, verbales et non verbales, relèvent de deux compétences de Langue étroitement associées, mais distinctes : d’une part, pour ce qui est des modalités verbales, de la compétence linguistique au sens strict ; d’autre part, pour les modalités non verbales, de la compétence pragmatique (« communicationnelle »). Tous les idiomes possèdent en Langue un système expressif kinésique et un système expressif prosodique. Puisqu’il existe une « parole de Langue », objet de la phonologie, il existe ipso facto un système d’exploitation de cette parole (compétence pragmatique). Ce que montrent à l’évidence les premiers essais de parole artificielle : si on arrivait à reproduire de façon correcte les phonèmes (par exemple l’anglais prononcé avec l’accent du Texas), on ne parvenait pas encore à restituer tous les éléments de la prosodie15, ce qui fait qu’au résultat la production sonore obtenue était difficilement compréhensible. Impossible de détecter le moindre effet de sens. Pour chaque idiome, le sujet parlant possède une idéation du geste et une idéation de la parole. Les didascalies des dialogues romanesques, en particulier au XIXe siècle, montrent à l’évidence l’importance de la gestique et de la prosodie dans la production des effets de sens16.

4. Exercices de style (I) : autour de l’article

4.1. Guillaume et sa conception du style

  • 17 Sur l’opposition entre l’affectif et l’intellectif, v. LL3, p. 197.

36Ce n’est pas la conception de Bally, pour qui le style est essentiellement l’étude du contenu affectif des faits d’expression17. Mettant au second plan l’individualité du sujet parlant, Guillaume voit surtout dans la stylistique l’analyse, qui peut être très subtile, des effets de sens permis par la valeur des formes en Langue. Il n’aborde jamais les problèmes liés à la rhétorique.

37Pour lui, le style, c’est « [l’ensemble des] moyens qui permettent d’opposer l’un à l’autre les différents degrés d’expressivité de la pensée » (TV, p. 122, spn). C’est donc une fonction discursive permettant au sujet parlant de choisir parmi les formes que lui offre la Langue, les formes d’emploi correspondant le mieux à son sens d’intention. Car le style a ses racines profondes dans le mécanisme de la Langue qu’il nomme le schème sublinguistique : « Il y a un schème sous toute la langue, non pas seulement sous le verbe, mais sous le nom, sous la phrase, sous le vocabulaire et même sous le style […] » (TV, p. 122). Plus que l’expression individuelle d’une sensibilité (conception classique), le style apparaît donc être chez lui la manifestation du maniement de la Langue, d’une certaine compétence pragmatique du sujet parlant, plus ou moins développée selon les individus.

4.2. L’article et la « manière d’exister de la notion »

38Le jeu des articles, que Guillaume, dans PBA, décrit et analyse dans le plus grand détail, révèle le mécanisme ingénieux de l’emploi du nom en français contemporain.

39Régulateur de l’extensité nominale (large ou étroite), l’article a en effet pour fonction complémentaire de déclarer la manière d’exister de la notion qu’il saisit, par rapport au fond de tableau. Soit un extrait de L ’ami Fritz (1864) d’Erckmann-Chatrian :

Version A

Version B

Mais déjà la ferme était pleine de bruit : dans la cour, un coq, des poules, un
chien, tout allait, venait, caquetait, aboyait. Dans la cuisine, des casseroles tintaient, un feu pétillait, des portes s’ouvraient et se refermaient.

Mais déjà la ferme était pleine de bruit : dans la cour, le coq, les poules, le chien, tout allait, venait, caquetait, aboyait.
Dans la cuisine, les casseroles tintaient,
le feu pétillait, les portes s’ouvraient et se refermaient.

40La version À est le texte que nous avons « réécrit » en remplaçant l’article le/les par un/des. La version B est donc celle d’Erckmann-Chatrian. Est-elle « meilleure » ? On sera tenté de répondre que oui – forcément, c’est l’original. Encore faudrait-il expliquer pourquoi et en fonction de quel point de vue.

41Dans l’original, la version B, les deux auteurs ont recherché, sous l’effet de l’article le, à la fois anaphorique et extensif, une fusion entre les éléments du fond de tableau et le tableau lui-même. L’article le a en effet une fonction anaphorique, car les images nominales qu’il saisit (“ferme, cour, coq, poules, chien”) correspondent à l’« attente de l’esprit » du lecteur : c’est bien ce que celui-ci s’attend à trouver dans une cour de ferme ; de même, dans une cuisine, on ne sera pas surpris devoir des casseroles, un feu, des portes. Les noms qui désignent les entités figurant dans ce tableau reçoivent l’article défini, dit d’extension, dont le rôle est précisément de faire sentir que les images présentées sont retenues dans l’esprit à la même profondeur que d’autres images de même ordre. D’où la création d’une unité d’impression, d’une harmonie générale. Anaphorique, le est aussi, comme le dit Guillaume, « extensif », dans la mesure où le mouvement ouvrant dont il est porteur attache en quelque sorte ces divers éléments au tableau sur lequel il les projette.

42Dans la version A, au contraire, l’article un, dit « anti-extensif » ou ponctuel, article visant à la singularité, détache du fond de tableau chacune des images nominales qu’il appréhende. C’est la raison pour laquelle Guillaume appelle un l’article de « mise en relief ». C’est aussi l’article de « première présentation ». Tout se passe comme si les entités nommées n’étaient pas attendues. Dans la description sous analyse, l’impression dominante est donc celle d’un émiettement. C’était un choix stylistique possible, mais qui correspond à un autre sens d’intention et qui, par voie de conséquence, produit un effet de sens tout à fait différent. Comme le dit plus tard Guillaume : « Le propos du discours n’est pas seulement le nom, mais l’espace qu’on assigne à son extension » (LL12, 5 mai 1939, p. 251). La détermination de cet espace dépend de la visée d’effet de l’énonciateur, qui, à son tour, détermine l’effet de sens.

4.3. Éloge de l’article, outil « multiservice »

43L’ouvrage de 1919 est un véritable traité de stylistique de l’article, jamais égalé.

[...] il semble bien que rien [ne] pourrait compenser la perte [de l’article]. Les ressources qu’il offre à la stylistique sont en effet infiniment nombreuses et précieuses. Il élève, il abaisse le nom dans l’esprit (§ 26), il le mêle aux impressions profondes de la pensée les plus fugitives (§ 27, 28 et 55 à 86). Il le pose sur les impressions superficielles les plus brèves (§ 96 à 104) ; en un mot, il réintroduit dans la langue les mille variations impressives qui ont lieu dans l’esprit, au fond ou à la surface, et qui, sans l’article, n’auraient pour s’exprimer que la voix, ceci dans l’hypothèse de la langue parlée. Pour la langue écrite, la perte serait plus importante encore. (G. Guillaume, 1919)

4.4. Son et lumière

44Nous retiendrons un seul autre exemple pour montrer que les analyses subtiles qu’on trouve dans PBA peuvent être mesurées à l’aune du mécanisme systématique. Soient les noms concrets dits « impressifs », par quoi il faut entendre, selon Guillaume, qu’ils désignent moins une chose que l’impression produite par celle-ci. Tels sont bruit, silence, lumière, vérité, bonté.

45Si l’on prend les trois premiers, on peut distinguer trois degrés d’alternance de l’article, successivement le/la, du/de la, un/une. Soit, entre guillemets à l’anglaise, la valeur sémantique fondamentale :

la lumière = “la clarté” (« ouvrir les yeux à la lumière », quelle qu’en soit l’origine)

de la lumière = “clarté dans un espace restreint” (« il y avait de la lumière dans l’escalier »)

une lumière = “un point lumineux” (« il aperçut une lumière »)

le bruit = “ensemble de bruits considérés en général comme gênants” (« il n’aime pas le bruit »)

du bruit = “bruit limité à un certain espace quantifiable” (« il y avait (beaucoup) de bruit dans l’escalier »)

un bruit = “sensation auditive nettement circonscrite” (« elle entendit un bruit »)

le silence = “absence de bruit” (« le silence régnait »)

du silence = (« ?? il y avait du silence dans l’escalier »)

  • 18 Bruit et silence fonctionnent dans une sorte de duel : « Un silence vint interrompre le bruit »/ « (...)

un silence = “un moment où l’on se tait” (« Il y eut un silence »)18.

46On peut constater que l’article le/la précède les noms qui, hors contexte, rapportent à une inactualité. En revanche, un précède ceux qui rapportent à une actualité. Si l’on s’en tient aux trois degrés d’alternance, on observe que ce sont, par rapport à l’image nominale, trois positions de la pensée entre l’inactuel et l’actuel, ce qui peut se représenter sur un continuum :

Figure 5. Les trois positions de la pensée

Figure 5. Les trois positions de la pensée

47Les coupes interceptives pratiquées sur le système de l’article livrent les signifiés d’effet obtenus en Discours (v. figure 6). On y voit les places respectives de ces syntagmes. Il ne reste plus qu’à les intégrer dans des énoncés et dans des textes pour en obtenir, moyennant d’intéressants ajustements, divers effets de sens. En figure :

Figure 6. Les signifiés d’effet en Discours

Figure 6. Les signifiés d’effet en Discours

48Hors contexte, comme signifiés d’effet proposés avant emploi, ces syntagmes suscitent bien les images suivantes. Une lumière : image singulière actuelle, un point lumineux. De la lumière : une zone lumineuse (de la clarté) dans un espace circonscrit (effet de singulier). La lumière : la clarté en général, particulièrement celle du jour ; ne suscite aucune image singulière. Le contexte linguistique, qui renvoie forcément à un contexte situationnel, en module l’application, ce qui donne des effets de sens chaque fois différents. Soit par exemple :

[10] La lumière, répartie sur tous les objets, les éclairait avec une extrême netteté (A. France)

[11] La lumière était particulièrement belle, une lumière d’hiver, de janvier, très blanche (W. Ronis)

49En [10], le contexte situationnel, absent mais aisément concevable, invite à imaginer que la clarté est produite par l’électricité. L’article a ici valeur anaphorique : il s’agit de la clarté produite par la lumière qui éclaire la pièce dont il est question. En [11], au vu du contexte, il est parlé de la lumière du jour, mais c’est une clarté spécifique, « particulièrement belle » qui réduit la lumière à quelque chose de singulier, d’où une lumière. On est ramené à la singularité de S.

5. Exercices de style (II) : autour du verbe

5.1.... naissait... Chateaubriand19

  • 19 Ce développement a été présenté sous une autre forme par D. O’Kelly au colloque intitulé « Au-delà (...)

50Revenons à Chateaubriand et à sa naissance le 4 septembre 1768 (v. ci-dessus § 2.2.).

51Soit la matière à dire :

< événement : naissance > : personne : Chateaubriand > : espace : Saint-Malo, rue des Juifs, sombre et étroite > : temps : 1768, 4 septembre >

52Diverses formes peuvent être données à cette « matière-à-dire », par le biais des modalités lexicogrammaticales (v. figure 4 § 3.2. ; par exemple les temps du verbe : né, naît, est né, naquit, naissait) et des modalités syntaxiques (ordre des mots et des syntagmes). Ces formes diverses donneront lieu, en contexte discursif, à autant d’effets de sens. Soient quelques exemples, déjà donnés, avec les deux temps du passé effectivement relevés dans les textes : [3] C’est le 4 septembre 1768 que François-René de Chateaubriand naquit à Saint-Malo (Le monde de Belissor).

[12] Extrait des registres de l’état civil de la commune de Saint-Malo pour l’année 1768 :

François-René de Chateaubriand, fils de René de Chateaubriand et de Pauline- Jeanne-Suzanne de Bédée, son épouse, le 4 septembre 1768, baptisé le jour suivant par nous, Pierre-Henry Nouail, grand-vicaire de l’évêque de Saint-Malo. [...]
On voit que je m’étais trompé dans mes ouvrages : je me fais naître le 4 octobre et non le 4 septembre ; mes prénoms sont : François-René, et non pas François-Auguste [Vingt jours avant moi, le 15 août 1768, naissait dans une autre île, à l’autre extrémité de la France, l’homme qui a mis fin à l’ancienne société, Bonaparte.]. La maison qu’habitaient alors mes parents est située dans une rue sombre et étroite de Saint-Malo, appelée la rue des Juifs : cette maison est aujourd’hui transformée en auberge (Mémoires d’Outre Tombe).

[4] « Le 4 septembre 1768, naissait à Saint-Malo, dans une rue sombre et étroite appelée la rue des Juifs, le chevalier François-Auguste de Chateaubriand » (Jules Lemaître, Chateaubriand, 1912).

[5] Le 4 septembre 1768, naissait à Saint-Malo, dans la sombre rue des Juifs, le chevalier François-René de Chateaubriand (Gustave Lanson, Histoire illustrée de la littérature française, p. 220).

  • 20 Le même type d’imparfait « perspectif » avait déjà été analysé dans TV, p. 68.

53Guillaume commente ce type d’imparfaits20 :

Les imparfaits de ce genre ont pour effet stylistique d’ouvrir de la perspective. En principe ils n’expriment pas le dénouement d’une situation mais tout au contraire l’ouverture d’une situation dont on attend le dénouement ; valeur stylistique qui correspond bien à leur composition : pas de passé interne. Ils sont tout entiers en perspective, et cette perspective ressort du contraste entre le passé extérieur de soutien, descendant, qui est de type ω. L’imparfait naissait a ici une valeur très particulière. Il ouvre de la perspective, signale un petit événement qui sera de grande portée, la venue du romantisme (G. Guillaume, 17 mars 1939, Leçons 12, spn).

54Tels sont bien les effets de sens que l’on obtient en [4] et [5] autour de l’imparfait naissait, pas tout à fait les mêmes effets, bien sûr, car les nuances qui les séparent sont loin d’être négligeables.

55En [4], Jules Lemaître (1912) s’en tient à la tradition, à savoir que Chateaubriand serait prénommé François-Auguste. Curieusement, il ne reprend pas l’erreur corrigée par Chateaubriand lui-même (v. [12]) ; elle a dû lui échapper. Cependant, il reproduit quasi textuellement une partie du texte de l’auteur : « dans une rue sombre et étroite de Saint-Malo, appelée la rue des Juifs » (« de Saint-Malo » est cependant transformé en « à Saint-Malo » et déplacé : l’effet de sens est différent). De plus, Lemaître réutilise l’imparfait employé par Chateaubriand dans le passage de [12] entre crochets, où celui-ci évoque la naissance de Bonaparte, suggérant, bien entendu, que l’on a affaire à deux grands hommes – l’un, Bonaparte, « qui a mis fin à l’ancienne société » (spn), l’autre, Chateaubriand en personne, qui... (simple suggestion de sa part, et en application de la quatrième proportionnelle) pourrait bien être à l’origine du romantisme. Lemaître a très bien perçu tout cela.

56En [5], Gustave Lanson (1929) renchérit sur Lemaître et joue même sur une double intertextualité, en renvoyant à la fois à Chateaubriand ([12]) et à Lemaître ([4]). Il renvoie à Chateaubriand, pour autant qu’il prend en compte la correction de celui-ci, et il renvoie au poète et à son biographe en réduisant « dans une rue sombre et étroite de Saint-Malo, appelée la rue des Juifs » à « à Saint-Malo, dans la sombre rue des Juifs ». L’article défini, la, lui permet ce jeu anaphorique. Il en profite au passage pour effacer « étroite » : il est clair, si l’on peut dire, qu’une rue sombre doit être étroite. La suppression d’« étroite » donne une autre coloration à « sombre », ajoutant une petite touche « gothique » : nous sommes en plein dans le romantisme. Ce jeu à trois sur les effets de sens est des plus divertissants. Chateaubriand ouvre le jeu, donnant le ton, à la fois avec l’imparfait naissait et un ordre des mots qui, par un rejet en fin d’énoncé, met en relief celui auquel implicitement il se compare – Bonaparte. Avec une légère modification, Lemaître, qui a parfaitement compris, reprend le même schéma pour l’appliquer à Chateaubriand. Enfin Lanson, pris au jeu, reprend et corrige ses deux prédécesseurs pour donner la version la plus concise de l’information concernant la naissance du grand écrivain. Ce jeu à trois donne une bonne idée de ce que sont les effets de sens.

5.2. L’« éternel imparfait »

57Pour terminer ce tour d’horizon, revenons à ce temps qui a fait couler beaucoup d’encre, le temps caractéristique de Flaubert que Proust appelle « l’éternel imparfait ». Il intéresse particulièrement le linguiste pour sa très grande plasticité. Voici quelques emplois bien connus :

[13] Quand je suis entré, Louise lisait.

[14] Quand je suis entré, Louise me dit qu’elle lisait depuis environ deux heures.

[15] (a.) Un peuplus/sans vous, je tombais. – [15] (b.) L’instant d’après le train déraillait.

[16] L’instant d’après, Paul entrait lorsque Louise s’interposa.

[17] (a.) À l’instant même, Paul entrait. [17] (b.) À l’instant même, Paul entra.

[18] (a.) L’instant d’après je tombais.– [18] (b.) L’instant d’après le train déraillait.

[19] Il y a trois mois un homme bien mis et de grandes manières se présentait chez un bijoutier.

[20] Il y a trois mois un homme bien mis et de grandes manières se présenta chez un bijoutier.

[21] Au moment de son abdication, Edouard VIII régnait depuis quelques mois seulement.

[22] À France 2, on répond que si l’on diffusait le cycle un peu plus tôt, il aurait fallu doubler les films, ce qu’on ne voulait justement pas (Le Monde, mai 1995).

[23] Le couloir que je quittais ne ressemblait en rien à celui dans lequel j’entrais. [24] Alors, on avait un gros chagrin ?

[25] Un homme au contraire ne devait-il pas tout connaître, exceller dans des activités multiples [...] Mais il n’enseignait rien celui-là, ne savait rien, ne souhaitait rien (Flaubert, Madame Bovary).

[26] Pierre travaillait régulièrement de huit heures à midi.

58L’imparfait offre du procès une image-temps, dite « sécante », fractionnée en une partie d’accompli (ω) et une partie d’inaccompli/d’accomplissement perspectif (α). En 1937 (LSL, p. 63 et 68-69), Guillaume y voyait un imparfait « cursif », ce qui, dans le cas le plus banal, qui sert généralement d’étalon dans les grammaires, se laisse gloser par “être en train de”, comme par exemple en [13],

59L’autre temps du passé auquel on l’oppose, est le passé simple, appelé aussi prétérit défini, dont la particularité est de ne pas discriminer intérieurement l’accompli et l’inaccompli. Pas de vision sécante, tout y est vu en accomplissement ( – α – >). On ne pourra donc dire avec déjà, qui emporte un regard vers l’accompli :

[26] Quand je suis entré, Louise *écrivit déjà la lettre vs.... écrivait déjà...

60De ce contraste on peut tirer des effets de sens variables :

[27] Le lendemain, je reçus une lettre de mon père.

[28] Le lendemain, je recevais une lettre de mon père.

61La visée n’est pas la même. En [27], dans le cadre d’un récit, oral ou écrit, reçus confère au procès un caractère conclusif ; quelque chose s’est produit avant ; en dehors d’un contexte plus large, on imagine une série d’événements qui conduisent à la réception de la lettre, vue comme une sorte de dénouement. Il y a clôture. En revanche, [28] pique la curiosité en ouvrant une perspective. La réception de la lettre présuppose une série d’événements qu’elle vient en quelque sorte conclure, mais cette conclusion appelle une suite. On a envie d’en savoir plus, le locuteur nous y invite, en donnant à entendre que ce qui s’est passé n’est pas banal.

62On peut donc représenter l’imparfait à l’aide de la formule suivante dans laquelle I est le signe de l’intégralité du procès, le vecteur orienté indiquant que la successivité des deux éléments constituants est obligatoire :

63En mathématique, cette formule est celle du segment de droite. Un événement exprimé à l’imparfait peut en effet être représenté par un espace borné par une limite C de commencement et une limite F de fin. Soit la figure suivante :

Figure 7. Représentation de l’imparfait

Figure 7. Représentation de l’imparfait

64Les vecteurs en trait plein orientés vers C figurent l’accompli rétrospectif (ω). Les vecteurs en traits pointillés orientés vers F figurent l’accomplissement perspectif (α). Les flèches verticales correspondent aux positions de saisie discursives du microsystème de l’imparfait en Langue.

65Commençons par la saisie 3, celle qui correspond au signifié d’effet le plus banal, celui que citent la plupart des grammaires et dans lequel elles voient le « signifié de base », l’étalon auquel on se rapporte pour expliquer les autres emplois. Ce n’est en fait qu’une des variantes possibles, celle où les deux éléments constitutifs, les chronotypes ω et α, qui sont des variables, peuvent en effet varier quantitativement, entre C et F, sans toutefois occuper le tout premier et le tout dernier instant (v. ci-dessous saisie 1 et saisie 4), mais gardent toujours une valeur positive. Il s’agit là d’un imparfait qui éveille l’idée d’un procès non entier, offrant, outre l’ancrage en ω, accompli réel, la prévision (possible) d’une suite perspective (α, inaccompli virtuel), équivalent ainsi à l’aspect indéterminé en grec et en latin.

66C’est la situation dans les exemples [13] et [14]. En [13], « Quand je suis entré, elle lisait », la forme d’imparfait offre la représentation (image-temps) d’un procès saisi dans son cours : “Louise a déjà lu, elle est en train de lire au moment où j’entre, et elle lira (peut-être encore)”. Tel est le signifié d’effet en saisie 3. Mais ce n’est là qu’une proposée ; [13] n’est pas un énoncé isolé : le tissu textuel devrait faire savoir (effet de sens), si Louise a continué à lire ou si elle a cessé de le faire. Dans le premier cas, la « cursivité » du procès n’est pas interrompue. Que se passe-t-il alors ? Dans le second cas, un dialogue entre le narrateur et Louise est à envisager. Où l’on voit que la transformation du signifié d’effet saisi en 3 donne lieu à des effets de sens qui ont une incidence sur la conduite du récit.

67En [14] « Quand je suis entré, Louise me dit qu’elle lisait depuis environ deux heures », le contexte donne clairement à entendre (« me dit que » = interruption de la lecture : effet de sens), qu’à partir du signifié d’effet (ω/α), l’accomplissement perspectif est réduit à zéro et que seul compte l’accompli ω, antériorisé, sur lequel est attirée l’attention. On peut imaginer toutes sortes de dialogues qui devraient logiquement suivre. Les situations livrées par la saisie 3 sont évidemment illimitées.

68La saisie 1, elle, représente un signifié d’effet apparu tardivement dans l’histoire de la langue. C’est celui où ω est réduit à zéro : ce n’est pas un accompli réel. « À l’instant même, Paul entrait » équivaut à serait entré, forme composée du conditionnel, sous-entendu « si vous n’aviez pas été là ». L’alternance entre les deux temps est possible, et la nuance entre les deux effets de sens est fugace, mais elle existe. Même type d’analyse en [15] (b.) « L’instant d’après le train déraillait » = “aurait déraillé” (si, par sa présence d’esprit, le conducteur... ». Et de même : [16] « L’instant d’après, Paul entrait lorsque Louise s’interposa », où entrait peut alterner avec allait entrer, allait faire son entrée (imminence de procès non réalisé). Deux manières de dire, deux effets de sens différents. La comparaison des signifiés d’effet obtenus en saisie 1 et en saisie 2 fait apparaître que tout se joue sur une limite, celle de commencement, saisie en limite externe dans le premier cas, en limite interne dans le second. En figuration schématique :

Figure 8. Limite interne et limite externe

Figure 8. Limite interne et limite externe

69La saisie 2, en limite interne actualise le premier instant dans l’intériorité de l’événement. La particule temporelle ω est positivée sur ce premier instant, mais sur lui seul, le reste de l’événement étant laissé dans la perspective. Ces imparfaits ont quelque chose de subjectif et de fictif, leur effet est de susciter une curiosité tendue et insatisfaite. L’exemple [19] est cité et analysé par Guillaume en 1919 (TV, p. 68). L’imparfait présentait, par contraste avec présenta (ex. [20]) est du même type, dit imparfait perspectif, que le naissait des biographes de Chateaubriand dont Guillaume donne une analyse citée ici au § 5.1. On observera que la perspective peut naître d’un fait de syntaxe : discours indirect avec changement de personne ou pas ([25]), emploi hypocoristique ([24]). Le contraste de naissait avec l’emploi du passé simple naquit peut se représenter figurativement :

Figure 9. L’exemple de naissait/naquit

Figure 9. L’exemple de naissait/naquit

70Les saisies 4 et 5 s’effectuent comme les saisies 1 et 2, mais sur la limite F de fin d’événement. Elles livrent les signifiés d’effet qu’illustrent respectivement les exemples [21] [22] et [23]. En [21] « Au moment de son abdication, Edouard VIII régnait depuis quelques mois seulement », position est mentalement prise sur le tout dernier instant du règne, celui de l’abdication. On est sur la limite de fin (v. figure 7). D’où l’alternance stylistique possible avec le “plus-que-parfait” avait régné, qui n’est autre que l’imparfait d’avoir régné, au-delà sémantique de régner : la commutation possible, hormis les nuances d’effet de sens, prouve que ce type d’imparfait livre un signifié d’effet sur la limite de fin de l’événement désigné. De même, dans [22], en modalité hypothétique, diffusait équivaut, aux nuances expressives près, à avait diffusé.

71La saisie 5, sur la limite externe de fin, livre un signifié d’effet que n’avait pas relevé Guillaume et qu’illustre l’exemple [23] « Le couloir que je quittais ne ressemblait en rien à celui dans lequel j’entrais ». Nous sommes ici renvoyés dans l’après de l’événement tout juste révolu : quittais peut alterner avec avait quitté.

6. Une « nouvelle » stylistique21

  • 21 Où en était la stylistique, notamment la stylistique d’inspiration guillaumienne, en 1980. Sur la q (...)

72Pour résumer notre propos et conclure, essayons de prendre un peu de recul voire d’altitude. Soit le cas de l’imparfait dont il vient d’être question. Quel enseignement général peut-on tirer de cette approche ?

  • 22 Les formes composées font partie d’un verbe second, sémantiquement l’au-delà du verbe simple : chan (...)

73En Langue, pour nous en tenir au verbe à l’indicatif, le français a à sa disposition cinq formes en vue de l’expression discursive du temps : une forme de présent, deux de passé et deux de futur22. Ces cinq formes, qui correspondent aux cas de spatialisation obligée du temps, ont une compétence restreinte du fait même qu’en système elles se partagent avec d’autres formes les possibilités d’expression en Discours. Comme exemple de compétence restreinte dans l’époque passée, prenons le prétérit défini. Inscrite dans un temps d’univers descendant, cette forme offre en revanche une vue ascendante du temps d’événement, tout en accomplissement, sans intérioriser le moindre accompli. La conséquence en est qu’en Discours, la forme de prétérit défini est incompatible avec l’ emploi de l’ adverbe déjà. Une telle contrainte n’ existe pas avec l’ imparfait, qui intériorise l’accompli rétrospectif et l’accomplissement perspectif.

  • 23 Pour le français, v. G. Guillaume, LSL., trois études sur l’article au milieu des années 1940. Pour (...)

74En Discours, le sujet parlant dispose ainsi des représentations inhérentes aux formes de Langue et de n applications (les effets de sens) que permettent celles-ci. L’étude diachronique de la langue française révèle que le nombre des applications permises avec l’imparfait est historiquement croissant. L’ancien français faisait un large usage du passé simple et un usage restreint de l’imparfait. Dans la Chanson de Roland (environ 4000 vers), à la fin du XIe siècle, on ne dénombre qu’une quarantaine d’imparfaits. Un siècle plus tard, Chrétien de Troyes utilise ce temps assez fréquemment. Au XIVe siècle, Froissard l’oppose parfaitement au passé simple, comme dans l’usage moderne. Le XIXe siècle, en particulier avec Flaubert, en a étendu les emplois littéraires (par exemple dans le discours indirect libre, où son usage existait, mais de façon sporadique). La langue parlée, y compris enfantine, voire régionale, n’est pas en reste (cf. l’imparfait dit ludique du type « j’étais le gendarme, tu étais le voleur »). On peut donc dire sans abus que l’extension des emplois de ce temps est en progression exponentielle. Historiquement, de façon générale, la visée de Discours est en effet de développer la compétence des formes de Langue, sans toutefois sortir des limites de cette compétence et des contraintes qui lui sont imposées. Tel est donc, pour le verbe, le processus génétique que l’on retrouve dans le plan du nom, notamment avec l’article, dont les applications se sont progressivement étendues au cours de l’histoire23.

75En Langue, le signifié de puissance de chaque forme est donc bien une proposée qui, en Discours, livre, à chaque période historique, n signifiés d’effet qui en sont autant de transformées (v. ci-dessus figure 3). Le signifié d’effet retenu par le sujet parlant, en fonction de son sens d’intention et de sa visée d’effet, sert en quelque sorte d’interface ou de plaque tournante entre le signifié de puissance de Langue et, en Discours, l’effet de sens ultime obtenu dans l’énoncé produit. Or, comme les énoncés produits varient en fonction des circonstances de Discours qui sont illimitées, on peut admettre sans difficulté que les effets de sens le sont eux aussi. Cela n’interdit nullement leur analyse, bien au contraire, mais dans le cadre d’une nouvelle stylistique qui renvoie systématiquement le fait de Discours au fait de Langue. Pour être efficace et complète, après avoir exploré les vastes horizons du Discours, cette nouvelle stylistique devra s’imposer comme stylistique de l’amont.

Bibliographie

Bibliographie

BATESON Gregory, Vers une écologie de l’esprit, Paris, Éditions du Seuil, tome 1, 1977 et tome 2, 1980.

BOONE Annie et JOLY André, Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris, L’Harmattan, 2004.

CHESNEAU DUMARSAIS César (1676-1756), Traité des tropes et des Principes de grammaire.

CORNULIER Benoît de, Effets de sens, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

FONAGY Ivan, La vive voix. Essais de psychophonétique, Paris, Payot [1983], 1991.

GUILLAUME Gustave, Le problème de l’article et sa solution dans la langue française, Paris, Hachette, 1919.

– , Principes de linguistique théorique, Presses de l’Université Laval, Québec ; Klincksieck, Paris, 1973.

– , Temps et Verbe. Théorie des aspects des modes et des temps, Champion, Paris, 1929.

– , « Particularisation et généralisation dans le système des articles français » [dans] Langage et science du langage, Paris, Nizet, Québec, Presses de l’université Laval 1964.

JOLY André, « Pour une histoire des systèmes de représentation de l’article et du démonstratif en anglais », [dans] Modèles linguistiques, tome VIII, fasc. 1, vol. 15, 1986, p, 149-176.

JOLY André et HIRTLE W.H., Langage et psychomécanique du langage, Laval/Lille, Presses universitaires Laval/PUL, 1980.

LAUNAY Michel, « Effet de sens : produit de quoi ? », [dans] Langages, vol. 82, p. 13- 39, 1986.

WINKIN Yves, La nouvelle communication, Paris, Éditions du Seuil, 1981.

Notes

1 Abréviations : DTSL (A. Boone & A. Joly, 2004), LL (suivi du numéro de volume), PBA (G. Guillaume, 1919), PLT (G. Guillaume, 1973), (spa) : souligné par l’auteur, (spn) : souligné par nous, TV (G. Guillaume, 1929).

2 Dans la seconde édition de son dictionnaire, Oswald Ducrot en attribue effectivement la création à Guillaume.

3 C’est par exemple le cas de B. de Cornulier (B. de Cornulier, 1985).

4 Relevé dans le Séminaire : « La métaphore est un effet de sens positif », « La métaphore obtient un effet de sens d’un signifiant », ou encore « L’effet de sens dans la phrase exige pour se boucler le dernier mot »...

5 Par exemple P. Delion aux éditions Cairn.

6 Une des approches les plus intéressantes du problème de la signifiance se trouve dans Michel Launay (M. Launay, 1986).

7 C. Chesneau Dumarsais (1676-1756), compte parmi les grammairiens philosophes de l’époque classique les plus importants.

8 En réalité, la distinction entre Langue et Discours sera vraiment établie dix ans plus tard dans Temps et verbe.

9 On ne confondra pas ici « genèse de l’image-temps » et « genèse du temps ».

10 Le temps d’événement est le temps intériorisé par tout événement (il faut du temps pour marcher comme il en faut pour penser), mais tout événement a lieu dans le temps (temps d’univers).

11 Dans un article de 1944, G. Guillaume fait un raccourci quand il emploie « effet de sens » pour signifié d’effet : « Cette saisie par le discours d’un instant seulement du mouvement que chacun des articles figure dans la langue en entier rend raison des effets de sens extrêmement variés – au point de pouvoir pour un même article être portés jusqu’à l’expression des contraires et de l’un à l’autre jusqu’à la quasi-identité (les deux conséquences se tiennent) » (LSL, p. 147). Et dans la même étude, à propos de l’article le : « D’une coupe interceptive précoce résultent alors des “effets de sens” étroits, particuliers, dont le peu d’extension vient de ce que la pensée opère à petite distance du singulier. Par exemple : L’homme était entré et s’était assis (op. cit., p. 148 ; spn) ». La « coupe interceptive » livre un signifié d’effet qui, à son tour, va permettre l’expression d’un effet de sens.

12 Ces deux termes sont aussi de Guillaume.

13 L’anthropologue anglais G. Bateson écrit : « Le fait est que de simples mots, ça n’existe pas. Il n’y a que des mots doublés de gestes ou d’intonations ou d’autres choses de la sorte » (G. Bateson, 1972) (A. Joly, 1982).

14 G. Guillaume écrit en 1948 : « [...] la parole l’a, dans l’acte de langage, emporté sur le geste, de la nature duquel elle participe du reste, à un certain degré. Le côté articulatoire de la parole involue, replie en soi quelque chose de gestuel » (LL3, p. 27, spn). De son côté, le phonéticien I. Fonagy voit dans l’intonation une « projection spatiale de la mimique laryngée » (I. Fonagy, [1983] 1991).

15 Du grec prosôdia, « chant ».

16 La romancière anglaise G. Eliot (1819-1880) utilise presque systématiquement les indications gestiques et prosodiques dans les didascalies de ses nombreux dialogues.

17 Sur l’opposition entre l’affectif et l’intellectif, v. LL3, p. 197.

18 Bruit et silence fonctionnent dans une sorte de duel : « Un silence vint interrompre le bruit »/ « Un bruit vint rompre le silence ».

19 Ce développement a été présenté sous une autre forme par D. O’Kelly au colloque intitulé « Au-delà de la fiction » à Toulon en mars 2013, à paraître dans Cahiers de narratologie, Nice.

20 Le même type d’imparfait « perspectif » avait déjà été analysé dans TV, p. 68.

21 Où en était la stylistique, notamment la stylistique d’inspiration guillaumienne, en 1980. Sur la question, v. M. Wilmet. (M. Wilmet, 1980).

22 Les formes composées font partie d’un verbe second, sémantiquement l’au-delà du verbe simple : chanter/avoir chanté.

23 Pour le français, v. G. Guillaume, LSL., trois études sur l’article au milieu des années 1940. Pour l’anglais, A. Joly. (A. Joly, 1986).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les étapes successives de la formation de l’image-temps
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2. Le système de Langue et les opérations de Discours
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 3. Le signifié d’effet
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Figure 4. Perspective praxéogénique de production du Discours
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6963/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure 5. Les trois positions de la pensée
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6963/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Figure 6. Les signifiés d’effet en Discours
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6963/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6963/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4k
Titre Figure 7. Représentation de l’imparfait
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6963/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1k
Titre Figure 8. Limite interne et limite externe
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6963/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Titre Figure 9. L’exemple de naissait/naquit
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6963/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8k

Auteurs

Université du Sud, Toulon-Var

Université de Paris-Sorbonne

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search