Version classiqueVersion mobile

Discours et effets de sens

 | 
Carmen Pineira-Tresmontant

Présentation

Carmen Pineira-Tresmontant

Texte intégral

  • 1 Organisés par CoTraLis (Corpus, Traductologie, Linguistique, Société), équipe interne de Textes et (...)
  • 2 Co-organisé en 2012 avec l’équipe Grammatica (EA 4521).

Ce recueil d’articles regroupe plusieurs conférences tenues à l’Université d’Artois dans le cadre des séminaires de recherche « Sens et effets de sens »1 et lors du colloque « Le langage manipulateur : pourquoi et comment manipuler ? »2.

1L’expression « effets de sens » est empruntée à la plume de Gustave Guillaume et l’article de Dairine O’Kelly et André Joly nous rappelle utilement que ce concept est directement issu de l’œuvre de ce théoricien. Ils analysent le point de vue guillaumien sur la question, en insistant sur la théorie du « signifié en puissance » et du « signifié d’effet », applicable non seulement aux parties du discours, mais également à l’emploi du temps au sein de l’énoncé. Cette clarification d’un concept fondamental depuis ses origines jusqu’à son application dans les recherches permet d’éviter de nombreux malentendus épistémologiques.

2On observera ensuite comment une théorie sémiotique est mise au service de la traduction dans « Lire et traduire à la lumière des instances énonçantes ». Jean Claude Coquet nous rappelle la nécessaire distinction entre « phusis » et « logos » et souligne le fait que « lire autrement suppose la fidélité à cette double dimension du langage ». Traduire le sensible sur le plan intralinguistique implique de respecter les deux moments, celui de la prise et celui de la reprise.

3France Dupuis et Florence Lautel s’interrogent quant à elles sur les choix faits par le traducteur de la « Mort des Amants » de Baudelaire en anglais, sous l’angle de la phénoménologie des formes sémantiques que l’on peut mettre en relation avec la phusis et le logos susmentionnés. Elles analysent la construction du sens en prenant appui sur une théorie du langage qui apporte une réelle avancée dans les études traductologiques. Ainsi les concepts de la théorie des formes sémantiques servent de base épistémologique pour justifier le choix traductif.

4Catherine Kerbrat-Orecchioni examine les modalités permettant à une forme de faire sens : comment un objet sonore ou visuel a-t-il la capacité de faire sens ? La notion d’« effet de sens » s’inscrit dans la problématique non de la production mais de la réception. Pour illustrer son propos C. Kerbrat-Orecchioni prend appui sur des échantillons de discours, dialogués et donne comme exemple clé la « saine colère » de Ségolène Royal, interprétée comme « nervosité, voire hystérie » par Nicolas Sarkozy lors de débat de 2007. Elle montre ainsi comment, lors d’une interaction verbale, la négociation sur le sens des mots est corrélative d’une négociation sur le référent auquel ils s’appliquent.

5Les analyses du discours politique et de leur argumentation ne peuvent pas, à leur tour, être dissociées des analyses effectuées concernant le sens, la négociation du sens et les effets de sens. L’argumentation est au cœur des préoccupations de ceux qui ont pour vocation de « manipuler » la langue, que ce soit pour transmettre des informations et des savoirs, pour agir sur autrui et communiquer ou pour étudier la langue dans ses dimensions interlocutive, dialogique et pragmatique. Tel était le cœur des discussions présentes au cours du colloque « Le langage manipulateur : pourquoi et comment manipuler ? ».

6Dominique Maingueneau analyse le projet de José Bové, non seulement du point de vue du texte, mais également du point de vue de l’image, en d’autres termes de sa « scénographie ». Les études sur les genres argumentatifs se focalisent le plus souvent sur l’enchaînement des arguments mis au service d’une thèse. Mais on ne doit pas oublier que ces arguments se déploient à l’intérieur du cadre que définit la scène d’énonciation. À partir de l’analyse d’un texte relevant d’un genre fondamentalement argumentatif, un tract adressé par un candidat aux électeurs de l’élection présidentielle française de 2007, on s’attachera à montrer le rôle que joue la scénographie dans le processus argumentatif.

7Catherine Kerbrat-Orecchioni nous propose cette fois-ci une analyse de l’argumentation et de la manipulation dans les débats politico-médiatiques en prenant comme corpus les duels de l’« entre-deux-tours » des présidentielles. Elle y distingue précisément les normes argumentatives dont il est difficile de nier l’existence, de l’argumentation effective qui peut aller jusqu’à enfreindre lesdites normes.

8Explorant les discours très originaux que le Président colombien Álvaro Uribe Vélez adressait, au cours des années 2000, aux différentes communautés villageoises qu’il visitait, Henry Hernández-Bayter démontre quels mécanismes de persuasion opèrent à travers certaines formules ritualisées et bien choisies mettant ainsi en évidence l’usage d’une phraséologie au service du locuteur politique.

9Carmen Pineira-Tresmontant fait le rapprochement entre les nombreux sigles qui prolifèrent depuis une trentaine d’années dans les médias espagnols pour désigner des événements toujours importants mais forts divers et qui ébranlent la société de ce pays. La « siglaison » est-elle un nouvel usage politique pour convaincre les auditeurs et lecteurs sans que la signification des processus qui ont conduit à de tels événements n’apparaisse clairement ? L’événement et son sigle survivent dans la mémoire intergénérationnelle.

10Avec Henri Boyer la théorie rejoint l’application ou la linguistique de terrain : l’auteur s’interroge sur le sens de la sociolinguistique considérée comme une arme au service de la défense et de la promotion d’une identité collective menacée et prend appui sur le rôle politique incontestable qu’a joué la sociolinguistique catalane dans le rapport langue et nationalisme. Que signifie la langue pour un peuple ?

11Ce recueil est représentatif de la variété des manifestations de création du sens : au-delà des approches théoriques, l’analyse linguistique des discours opérée à travers une grande diversité d’approches démontre que les effets de sens résonnent chez le récepteur selon des modalités multiples, et il serait restrictif et irréaliste de vouloir en identifier une seule.

12C’est pourquoi les recherches menées au sein de CoTraLiS développent une réflexion commune dans laquelle la construction du sens est abordée en croisant les perspectives linguistique, didactique, traductologique et sociétale. Ces orientations de recherche autour des questions du langage, des langues et des cultures mettent en lumière les différentes stratégies de production et de réception du discours.

Notes

1 Organisés par CoTraLis (Corpus, Traductologie, Linguistique, Société), équipe interne de Textes et Cultures (EA 4028).

2 Co-organisé en 2012 avec l’équipe Grammatica (EA 4521).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search